661
Commentaires

"Nos politiques vivent sur le mythe de l'ouvrier"

Si les journalistes économiques des grands médias généralistes font toujours semblant de penser que l'économie est une science, hors de ces grands médias se développent des voix originales, ouvertement engagées, et qui rappellent que l'économie c'est aussi des convictions, de la volonté, de la colère, de l'enthousiasme. De la sidérurgie à la dette en passant par le mouvement des pigeons, retour sur les grands dossiers économiques du moment avec Stéphane Soumier, animateur de la tranche matinale de BFM Business, Anne-Sophie Jacques, journaliste d'@si, auteure de La crise et moi, et Olivier Berruyer, actuaire et auteur du site les-crises.fr.

Derniers commentaires

Bonjour,

Une émission à ranger dans la catégorie "Diner de con", comme bcp d'émissions d'ASI (celle avec Céline Pigalle par exemple).
Le risque est de laisser penser que M.Soumier n'est pas contredit faute d'argument de la part des autres présents.

Sa vision de la société (très répandue) est paternaliste : les riches et les patrons dirigent logiquement le pays, il fournissent les idées et l'argent, et magnanimement du travail aux gens qui n'ont pas les facultés d'être comme eux. La société et la politique sont juste là pour organiser les basses oeuvres subalternes (la collecte des ordures et l'entretien des routes (cf DS),...).

Au minimum, il faut rappeler que dès que l'on parle de fiscalité et d'investissement, personne n'est à plaindre : cela ne concerne qu'une population qui a de l'argent (à placer ou à imposer). Donc les jérémiades du style "les geonpi vont mettre la clé sous la porte", "les retraités américains seraient mis par terre par un défaut de la dette française" sont à relativiser, voire à ridiculiser.
J'étais à 2 doigts de me désabonner de ASI (une fois de plus), et j'ai regardé cette émission où j'ai presque tout compris (sans être pour autant convaicu par Soumier). Enfin un Daniel S. qui écoute , qui ne pique pas sa crise d'autorité ( c'est moi le chef après tout), enfin pas tout à fait parce que j'ai cru que Soumier n'allait pas pouvoir nous expliquer les 3 raisons pour lesquelles il n'avait plus sa carte de presse et la pauvre Anne-Sophie qui était sommée d'expliquer pourquoi elle militait pour la réforme bancaire et qui a été un peu prise de cours mais à part cela, sur un sujet "clivant", il n'y a pas eu de mépris de part et d'autre. J'en redemande.
Bonsoir,
Je regarde ce débat avec "un peu" de retard.
Ce Stéphane Soumier est vraiment puant de suffisance.
Effectivement, il vaut mieux qu'il n'aie pas de carte de journaliste...
Énorme.

Je crains d’arriver un peu en retard. Mais tout de même. Déjà je félicite @si pour recycler le concept du dîner de c**… oups ça m’a échappé. Ceci dit il ne faudrait pas en faire une habitude. Il se trouve que je viens de finir de lire L’impérialisme, stade avancé du capitalisme de Lénine (on a les lectures qu’on peut). Il s’agit de la description de la concentration des capitaux et des banques, avec le processus de mondialisation qui va bien, ainsi que la main mise des banques sur l’économie. Le pauvre monsieur, personne pour lui dire que son “économie moderne” a plus d’un siècle… et a été décrite par Lénine : une économie financière et qui développe des monopoles/oligopoles.

« Une boîte qui fournit 450 des 600 opérateurs mobiles de la planète », revenir à une scission de BNP-Paribas, le mouvement de “mondialisation”, problèmes d’investissements nécessaires de plus en plus gros pour s’incruster sur un marché, dépendance aux banques pour ses financements, limitation de la taille des banques, etc.

J’avoue que j’aurais aimé voir la tête du monsieur si on lui avait mentionné ça…
Merci pour cette émission qui me fait remettre en cause certaines de mes convictions, qui me confortent dans d'autres et qui me donne le sentiment d'être plus intelligent qu'avant.
A mon sens, une des meilleures émission, sinon la meilleure.
Bravo Monsieur Soumier pour votre refus de la niche fiscale ! Cohérence et intégrité, sur ce coup-là.
No comment sur la surprise de DS et ASJ... Vous ne pleurerez pas lors de la suppression de cette niche, Daniel ? Et bien allez jusqu'au bout de votre idée et cessez de la faire entrer dans le calcul de votre imposition sans attendre qu'on vous y force par sa suppression. Facile...
Les derniers instants de l'émission font froid dans le dos... C'est l'image d'un finanbule, les yeux bandés avec les 2 mains attachées dans le dos qui m'est venue à l'esprit...
D'autre part, et si au lieu de parler de l'extreme gauche, souvent en simplifiant ses positions, vous l'invitiez? La Gauche Anticapitaliste par exemple, membre du Front de Gauche... c'est plein de militant/es qui s'interéssent "aux problèmes réels"...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'écoute ce "monsieur qui parle fort", pour reprendre une expression à laquelle j'adhère, et que j'ai lue plus haut. Il semble conscient de l'urgence écologique, avec le billet sur le gazoduc ; il est prêt à soutenir la sidérurgie, mais pas Florange (après tout il y a toujours des productions qui s'éteignent et d'autres qui s'éveillent) ; il voudrait parler des petites pépites qui ne demandent qu'à briller, au lieu de parler de Mittal le géant ; il travaille à BFM, mais au fond n'a pas l'air d'être très loin des modes de pensées de beaucoup de gens de gauche. Écologie, petits contre gros, industrie, j'aurais pû adhérer.
Jusqu'à une phrase que personne sauf moi n'aura entendu j'imagine : (39:15 min) "À un moment, vous serez un conccurent. À un moment, faudra vous défoncer".
Le masque tombe et voilà BFM qui illumine le plateau d'@si de son idéologie. Ce qui l'excite dans le gazoduc, c'est peut-être juste que le passage par le Nord "défonce" le passage par le sud. Que la sidérurgie continue, avec ses innovations, Florange fusse-t-elle "défoncée" pour y parvenir. Les pépites dont il parle, s'il est en pamoison devant elle, c'est probablement qu'elles ont "défoncé" leur conccurrence.

D'un coup, je comprend pourquoi il n'y a principalement que des hommes sur BFM (TV et Radio), le défonçage étant plutôt un fantasme masculin.
Mais surtout, il rappelle à D.S. à un moment de se focaliser sur les faits. Or bien que le "monsieur qui parle fort" se pense objectivement rivé aux faits et donc que ses conclusions sont celles du bon sens pusique découlant des faits, ce "monsieur" est un idéologue dogmatique, comme ses invités. Le dogme se défoncer tout ce qui n'est pas soi, pour grossir jusqu'à exploser.

Un dogme du passé, l'entreprise est en train de se transformer en une entité solidaire et coopérative. C'est très lent, mais ça croît. Invitera-t-il des ouvriers de SCOP à BFM, vu qu'il n'accepte sur son plateau que des membres (pour défoncer donc !) dirigeants ?
C'est drôle quand même cette émission.
J'ai essayé d'écouter tout du long et toujours et encore j'ai l'impression qu'on oublie les mêmes choses quand dans les autres émissions.

c'est fou pourtant, on parlait à un moment de l'intérêt qui doit être convergent entre investisseur et entrepreneur.
MAIS BORDEL OU IL EST CELUI DU PRODUCTEUR ? ET CELUI DU CONSOMMATEUR ? Il serait pas contradictoire ?
Je veux dire, c'est très bien les passeports biométriques pour la Chine, mais ça sert à quoi ? A part à aider un biopouvoir à fliquer sa population ? cette magnifique startup qui a besoin de se financer mais pour quoi faire ? pour qui ? l'intérêt de faire une boîte qui marche et qu'on pourra revendre à taux préférentiel (pigeon's style) ou l'intérêt général de la classe majoritaire ?
Et même pour actualiser tout ça, cet intérêt général humain, qui nous lie devant la crise encore plus grave qui s'annonce avec la crise d'extinction des espèces et le changement climatique.

Et puis on a toujours vers la fin de l'émission ce magnifique laius : oui mais ça c'était du temps où il y avait pas la mondialisation.
Ah la mondialisation, c'est bête quand même. On aurait bien voulu, mais c'est mondialisé, c'est rapide, d'un bout à l'autre de la planète.

Tiens, imaginons que l'Etat coupe (suite à une décision démocratique) tout approvisionnement en électricité à la Bourse de Paris ne serait-ce qu'une journée et tu verras ce qu'il en est de cette indépassable mondialisation.
ET LE PROTECTIONNISME BOUDIOU !!! Pas un instant n'est évoquée la possibilité d'un contrôle des capitaux, de remettre en cause la "liberté de circulation du capital", fondement du base du capitalisme.
Ah oui, mais c'est vrai, ça c'est "gauchiste", "d'extrême gauche" comme le disent avec mépris certains membres de l'émission. En fait, non, c'est juste politique, et c'est ça qui les fout en rogne, que le champ politique reprenne un peu de son autonomie vis à vis du champ économique.

Bon, pas tout ça, m'en retourne écouter ce magnifique discours de Jacques Génreux sur l'intérêt général humain dans un horizon écosocialiste. (faut s'accrocher mais c'est génialissime)
Extrait : "je ne vais évidemment pas vous parler d'économie, pusique la voie du progrès humain ne nécessitera pas beaucoup d'en parler, mais plutôt d'anthropologie".

http://www.dailymotion.com/video/xvjn13_jacques-genereux-aux-assises-pour-l-ecosocialisme_news
Merci à Daniel et à Sophie d'avoir organisé un débat avec M. Soumier. Contrairement à la plupart des gens sur ce forum je l'ai écouté dans le passé dans l'émission des "experts". M. Soumier y joué souvent la voix des sans voix face au analyse financières de ses invités. Je n'en suis pas à dire qu'il défend la veuve et l'orphelin au prix de son sang, mais il est l'un des rares à défendre le rôle primordial du syndicalisme. Accusé quelqu'un qui pense que le développement passe par l'enrichissement est un sport très couru par nous les gens de gauche. Mais on continue a envoyer nos gosses à l'école pour qu'il réussissent plutôt que devenir paysans ou maçons. Alors reconnaissons qu'a notre échelle nous partageons avec Soumier plus que nous voulons bien l'admettre.

Je suis super choqué par tous ceux qui crachent leur venin sur une personne qui à le courage de participer au forum. Je trouve vos propos outranciers comme d'hab. Alors moi aussi je vais me mettre a votre niveau et dire que vous auriez tous fais de très bon capots.
Tiens! au bout d'une écoute laborieuse qui m'a pas appris grand chose, sauf l'outrecuidance du monsieur qui tient tellement fort le crachoir que personne peut le lui arracher, je viens de comprendre (j'avais déjà compris, hein, je fais la naïve) pourquoi ça résiste si fort à séparer banque de dépôt et banque d'investissement:
"Si ça avait été séparé, tu la laisses couler".

Autrement dit, si on est sans force fasse aux spéculations des banques "Too big to fail", c'est parce qu'elles sont en même temps banques de dépôt ET de spéculation. Tu m'étonnes qu'elles veulent pas lâcher le morceau, et qu'elles font poids de tout leur lobbying pour éviter une séparation qui les priverait d'un sacré moyen de pression. Elles veulent à la fois continuer à jouer en se servant de notre fric, et pouvoir nous menacer de pas nous le rendre si on est pas trèèèèès gentil avec elles. Et, face à un gouvernement qui s'effraie d'un battement d'aile de pigeon...

S'il existe (existe-t-il?) de banques qui ne sont QUE banques de dépôt, ma foi, déposons-y tous notre argent, et boycottons les autres.

PS: Anne Sophie, tu as vraiment de la sympathie pour ce cuistre?
En regardant Stéphane SOUMIER, j'étais trés énervée. Il est omniprésent, vulgaire dans ses convictions, se contredit constamment. On sent tout le temps poindre le mépris. J'étais affligée pour l'équipe. J'avais envie de souffler des réponses à Anne So. Je dois dire cependant que la fin de l'émission, sur la dette, montre de façon magistrale la cupidité du système.

Puis j'ai demandé à mon ami de revoir l'émission avec moi. Il est parti d'un rire énorme tant l'hurluberlu est ridicule dans son attitude et ses affirmations, ça m'a soulagée!

Je rêve que vous réinvitiez F.LORDON pour éclairer nos lanternes, sur les mêmes thèmes. Je me souviens d'une magnifique émission " le capitalisme waoow" avec Judith. Je pense que face au rouleau compresseur médiatique, on à besoin de comprendre en profondeur ce système capitaliste qui perce nos esprits jusqu'à la moelle , afin d' endurcir nos convictions et pouvoir changer tout cela... et c'est possible. N'est-ce-pas Anne So ?.
Encore un débat qui échappe à DS, décidément de plus en plus fatigué. Déçu aussi par Anne-Sophie Jacques, qui a loupé sa promo. La fascination pour le vendeur cynique et délétère de BFM a de quoi inquiéter. On avait l'impression d'assister à une réunion de petits patrons de la CGPME.
Des tomates qui ont du goût, on sait très bien comment il faut faire...
Merci d'avoir laissé Stéphane Soumier monopoliser la parole pour nous sortir ses poncifs libéraux en mode "ceci est la loi de la pesanteur". Génial, vraiment.
C'est moi ou c'est la seconde émission d'affilée ou le plateau se fait confisquer par un talentueux mais insupportable bateleur?

Je me dis bien qu'on pourrait réunir autour d'un micro, en sous-sol, Chièze, Soumier, Bourdin et Brunet et jeter la clé, mais il y en aura toujours d'autres, charmeurs, roublards, geulants, phagocytant toute l'attention.

Sur ces deux émissions, donc, le dispositif d'@si m'a paru très faible, et DS s'est beaucoup trop réfugié derrière son statut de candide.
Insupportable Soumier avec sa faconde de va de la gueule, le trait commun de tous les hercules de la foire managériale et libérale, les Tapie, Sarkozy et consort... Une argumentation de bonimenteur parfaitement sourde au principe de non-contradiction, capable dans une même tirage de dire une chose et son contraire. Un tissu d'anecdotes sans analyse qui annonce au choix, l'apocalypse ou la prospérité. Comme cette imbécillité proférée doctement sur l'ouverture du passage du Nord-Est au trafic des hydrocarbures. En réalité, une centaine de navires depuis 3 ans dont 3 ou 4 dédiés à ce type de cargaison... Et des perspectives réelles à très long terme seulement, 2020-2025 selon les études et les projections les plus sérieuses (y compris Russes). Avec, dans un premier temps, la montée en puissance d'un trafic de desserte à la faveur de l'exploitation des ressources locales puis, lentement, la montée en puissance du trafic de transit Europe-Asie. Bref, Suez et le Golfe nous réservent encore leurs emmerdements pour longtemps.
Les autres révélations - au sens mystique du terme - de Soumier sont probablement du même acabit.
Comme numéro de cirque, ça valait peut-être la peine ! Mais est-ce vraiment la vocation d'asi. Pour ma part, j'ai regardé l'émission comme un épisode de "Strip-tease".
Gilles VILAIN
Il croit aussi que les journalistes n'existent plus apparemment (ils font tous la même chose que lui finalement) ... ça vous inspire pas plus que ça ?
Il y a encore un nigaud qui croit au progrès et qui croit que le monde va très vite et qu'il faut courir après, de peur de rater un train dont il ignore la destination pourvu que ça roule à la vitesse qu'il imagine ...
Les ouvriers n'existent plus ? Il dit ça sans rire ? Quel guignol ...
Un conseil à M. Stéphane Soumier : ce débat sur France 3 Lorraine concernant Florange.
On y apprend un tas de trucs très intéressants, sur la sidérurgie allemande notamment...
Ça le changera d'Instagram, la boite de 3 pélés et 4 tondus qui se vend des millions (on appelle ça une bulle non ?)

http://bit.ly/Uuor4a

L'émission commence à la minute 9:12
[URL=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=708539vlcsnap2012120922h58m36s203.png][IMG]http://img11.hostingpics.net/thumbs/mini_708539vlcsnap2012120922h58m36s203.png[/IMG][/URL]

[URL=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=927486vlcsnap2012120922h57m28s178.png][IMG]http://img11.hostingpics.net/thumbs/mini_927486vlcsnap2012120922h57m28s178.png[/IMG][/URL]

Source : Nouveaux chiens de garde

6.500 euros je le trouve un peu au rabais moi, pour "pro ... d'une grande gentillesse"
J'arrête au bout d'une heure, c'est trop nul, aucun intérêt. Le bateleur de foire monopolise le débat avec ses astuces à deux ronds. DS est subjugué parce qu'on l'appelle "mon cher Daniel" et il coupe la parole à tout autre intervenant au bout de 5 secondes. DS, si vous êtes aussi friand de numéros de cirque je vous conseille la foire de Paris. Vous y ferez l'emplette d'un balais magique anti-poussière et d'une râpe à patates et ça vous comblera pour au moins 15 jours. Sans blague, laisser l'autre énergumène asséner ses horreurs sans même rappeler qu'on est en démocratie et que chacun a la même importance, la même voix, la même humanité, c'est... comment dire... affligeant. DS, à force de vous regarder le nombril vous allez finir par chopper un strabisme con-vergeant et ça va encore grever le budget de la Sécu. Anne-Sophie, je sais qu'avec Misogyne n° 1 en chef de cérémonie c'est difficile, mais par pitié faites un effort, soyez claire et percutante. En face, ce ne sont pas des enfants de coeur avec lesquels on peut rigoler. Ce sont des tueurs sans aucun sens moral. On ne rit pas aux blagues débiles de BFM "je t'enfume", on les mouche avec des arguments solides, et quand DS dit "ça suffit, passons à autre chose", on dit (comme l'autre zombie de BFM) "Ah non, là c'est important, je veux finir mon raisonnement".
les questions et points souleves m'ont interesses

MERCI

Il est tellement urgent de faire les distinctions
- financiers : banquiers - traders
- patrons : investisseurs, entrepreneurs, dirigeants
Stéphane Soumier m'a énervé. Pour lui tout était évident et il ne s'adressait pas à ceux qui écoute l'émission mais à D.S. . La fonction pédagogique de l'émission pour certains d'entre nous pauvre téléspectateur , n'était pas là. Un peu décu car j'aurais comprendre quelque chose de ce brouhaha .
Pitié Daniel : pas "au jour d'aujourd'hui" !
L'idéologie totalitaire n'est pas morte. Stéphane Soumier nous le démontre. Elle a troqué le masque du nazisme ou du stalinisme pour celui du néolibéralisme, le "réel" qui se préoccupe ni du passé, ni du futur accélérant de façon croissante dans un présent qu'il détruit.
Un antidote : http://blogs.mediapart.fr/blog/thierry-ternisien-douville/051212/assises-pour-lecosocialisme-2-jacques-genereux.
Cette émission m'a vraiment déçu. On en tire rien. Aucun recule n'est pris. Aucune synthèse n'est faite...
J'ai eu le sentiment d'en comprendre 1000 fois plus dans la 100ène de pages la BD "LA SURVIE DE L’ESPÈCE" de Jorion et Maklès que dans cette émission de 2h.
C'est mort !
C'est ultra (Anne-Sophie)-stiqué!
Ça ne se fera pas!
C'est une connerie !
Why not ?


Cool mec ! What else ?
En ne remboursant pas notre dette on 'foutrait par terre" le système des retraites américaines (Stéphane Soumier).
Ces pauvre gens n'ont rien d'autre!
Qu'à cela ne tienne, supprimons nos retraites pour les aider.
bonne émission mais je souhaite une autre émission sur le théme l'ouvrier un mythe et les cols blancs,,?un foutage de gueule?bref le débat en ouvre un autre!!!
A propos de la courbe de Laffer, dont le succès en dit long sur l'indigence intellectuelle des économistes: elle se fonde sur la thèse stupide de l'improductivité des dépenses publiques, donc sur l'inutilité des impôts. L'admiration servile des esprits médiocres pour tout ce qui a une apparence mathématique a quelque part été exploitée par Keynes avec son multiplicateur, destiné à légitimer l'intervention économique de l'Etat. Marx aussi, dans le Capital, succombe à cette tentation.
Cette émission a pour moi renforcé l'idée que le "débat télé" n'apporte pas grand chose.
L'émission a été préparée comme un débat, mais où les possibles contradicteurs de S. Soumier ne sont pas des "débatteurs", du coup il arrive à défendre son idéologie sans être vraiment contredit.
Et malheureusement D.Schneidermann, avec sa manie de couper sans cesse la parole des intervenants, lui facilite la tâche.
Mais si on avait mis JL Mélenchon ou F. Lordon, par exemple, face à S. Soumier, je crains que l'émission n'ait été totalement cacophonique.

On peut repérer quelques techniques de rhétorique :
- Ne pas laisser le temps de la réflexion
La tomate d'AS. Jacques était un bon exemple ; S. Soumier répond à ce "problème" par les OGM. Comme disaient les Shadocks "Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?". Mais on est passé à un autre sujet.
- Discréditer son interlocuteur
Il ne cesse de dire qu'il s'occupe du réel et que les autres sont dans l'utopie ou le rêve. Mais sa "réalité" est réduite au microcosme des spéculateurs (qu'il est plus sexy d'appeler "investisseurs", voire "entrepreneurs"). A aucun moment il n'est question des besoins humains et encore moins de leur bien être.
- Présenter son propos comme reposant sur des bases scientifiques (le sujet de l'émission)
La courbe de Laffer était le "moment Lenglet" de l'émission. Comme si cette courbe était indiscutable !
Belle contradiction aussi, car cette courbe émane d'économistes de l'offre, alors que S. Soumier affirme que les entreprises répondent à un besoin ... donc à une demande.
- Présenter la situation actuelle comme immuable (TINA), même si les propositions ont déjà été mise en oeuvre avec succès
Tout va très vite. Est-ce que c'est une bonne ou une mauvaise chose ? On s'en fout, c'est ainsi.
Séparer les banques spéculatives (qu'il est plus sexy d'appeler "d'affaires") des banques de dépôt : on n'a pas réussi à le faire ces dernières années, donc c'est infaisable. Il a fallu un bout de temps pour qu'on lui rappelle que Roosevelt l'avait fait.
Taxer plus le capital pour renflouer les caisses de l'Etat ? Isoutenable. Là on a oublié de lui rappeler que le taux marginal de l'impôt était de plus de 90 % aux USA depuis Roosevelt jusqu'aux années 1970. Ou que l'impôt sur le revenu n'a cessé de baisser en France dans les 30 dernières années (rapport de l'Assemblée nationale pour les 10 dernières années, qui nous dit en substance qu'avec les règles fiscales de 2000 l'Etat aurait eu 100 à 120 milliards supplémentaires en 2010)
- Nier ce qui peut nuire au propos
Le "mythe" de l'ouvrier est un exemple. C'est vrai, quoi, on se demande bien à quoi pourrait servir des ouvriers ... sauf quand ils se mettent en grève (c'est à dire arrêtent d'être des ouvriers), où là, curieusement ils bloquent l'économie.
- Dévier vers une affirmation sans rapport avec le sujet, mais sur laquelle tout le monde est d'accord
Le chômage des jeunes et des vieux, qui arrive comme un cheveu sur la soupe.
- Emailler le discours de grossièretés, ce qui fait "peuple" et accentue l'effet "Je suis dans le réel"

J'imagine une scène façon "Interview imaginaire du Canard enchaîné" face à un blessé :
. S.Soumier : "Il pisse le sang. Qu'est qu'on fait ?"
. AS Jacques : "Il faut un garrot pour arrêter l'hémorragie"
. S.Soumier : "Mais bordel de merde, arrêtez avec vos rêveries. La réalité, c'est qu'il pisse le sang et que ce sang est perdu. Le reste on s'en fout !"
Ne pas inviter systématiquement des ouvriers n'est-ce pas une forme de discrimination pénalement punissable?

article 225-1 du Code pénal définit une liste de critères qui entrent dans la constitution d'une discrimination :
« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.
Lumineuse interférence dans la pensée libérale qui permet de comprendre beaucoup de choses sur les présupposés idéologiques.
J'ai adoré "On doit absolument séparer les banques de dépôt des banques privées, tout le monde le sait, mais comme ça coûterait vraiment trop d'énergie pour n'arriver à rien, mieux vaut passer à autre chose. Interviewons plutôt Gemalto, ça c'est la vraie vie, coco !"
Il me fait penser à une porsche qui voudrait éviter un détour sur la Grande Corniche, et sûre d'elle, plongerait jusqu'au virage suivant, " pourquoi faire deux virages successifs alors que c'est en face ? -et se retrouverait dans la mer.

Et j'ai trouvé qu'Anne-Sophie avait bien défendu le bout de gras. A un moment, elle s'est reprise et a dégaine l'argument qui tue.

L'émission a duré autant que la précédente, mais était moins rengaine, peut-être que le sujet m'intéressait moins....
désolé d'avoir pu apparaître comme monopolisant la parole (certains d'entre vous vont peut-être hurler de me voir EN PLUS sur le forum, mais ce que j'y lis est intéressant). Il fallait bien répondre aux questions posées, et soyez francs, certaines d'entre elles, j'ai essayé de les esquiver. Bon. moi je venais parler de l'accusation de "chien de garde", je venais la revendiquer, avec un message très simple: beaucoup d'entre vous nous (classe médiatique) reprochent de ne pas parler du monde dont vous rêvez. C'est bien le problème. Je considère que ma seule mission, ma seule utilité sociale, ce pourquoi des auditeurs paient (indirectement en supportant la pub), c'est de donner des armes à ceux qui travaillent dans le monde tel qu'il est aujourd'hui. Dans toute sa brutalité. Que l'on récuse cet équilibre économique est un droit. Que l'on demande à l'information économique de s'en faire l'écho est absurde. La "sphère médiatique" pourquoi pas, mais pas l'information économique, et c'est mon seul domaine. Cordialement (merci pour "Usibor", effectivement, je m'étais gourré. Et jamais je ne parle d'un monde sans ouvrier, je voudrais juste que l'on s'intéresse à l'industrie que nait, pas celle qui meurt)
Comme la semaine dernière il y a une grande gueule qui monopolise la parole alors que les autres avaient des choses intéressantes à dire!
Dommage que Laure Daucy ne soit pas là,il y aurait eu un peu moins de testostérone,et elle aurait peut-être pu placer,elle aussi,quelque chose de bien!

Le problème,à l'heure actuelle,c'est que les banques privées créent l'argent,et se faisant dérégulent tout!"De plus,l'argent prêté est plus important que les réserves d'or d'où une dématérialisation de la monnaie qui devient virtuelle car elle est liée à l'offre et à la demande.Les banques privées prêtent de l'argent qui n'existent pas,elles prêtent à partir de rien.
Auparavant l'Etat empruntait aux banques d'état à un très faible taux d'intérêt,aujourd'hui,il est obligé d'emprunter aux banques privées à des taux d'intérêt très élevés.Les banques privées ne créent de la monnaie que si on leur demande un crédit.Pour que ce système perdure,il faut baser l'économie sur le crédit car les salaires sont trop faibles d'où des crédits excessifs.C'est une stratégie d'endetter les ménages comme on a endetté les pays."C'est comme un chien qui se mord la queue!"Pour s'en sortir,on baisse les salaires et les services publics!
L'Etat,proie facile des banques,a sauvé le système sans contrepartie en réinjectant de l'argent dans les banques privées et en les désengageant de toute responsabilité.La dette privée devient dette publique!Nous rentrons dans la spirale infernale de l'endettement sans fin,dans la spirale infernale de l'augmentation des intérêts sans fin.Tout cela bénéficiant aux banques privées."Il faudrait donc,à moindre mal,séparer les banques de prêts des banques de dépôts,ou mieux encore nationaliser ces dernières et laisser les riches qui nous ont mis dans la panade se débrouiller avec leurs problèmes qui ne sont pas les notres mais qu'ils veulent nous faire supporter!
Wow, la dernière fois que j'ai eu un aussi solide mal de tête après une émission d'asi, c'était quand vous aviez invité Elizabeth Lévy.

Stéphane Soumier, dans le genre enthousiaste du "monde de l'entreprise comme unique grille de lecture possible pour comprendre le réel" (et le reste "on s'en fout" comme il l'a répété plusieurs fois), est dans le même registre que E. Lévy (au moins sur la forme, quant au fond il faudrait voir çà de plus près... Ou plutôt non ! Ne rapprochons surtout pas ces deux-là. Si ils font des petits, on est foutus !)

Bon, plus sérieusement, une fois la migraine calmée, il m'a semblé que la forme même du discours de Stéphane Soumier est un signe de la déroute des néolibéraux.
Pour employer une métaphore que j'espère éclairante, tout se passe un peu comme si on était dans un théâtre (délabré) dont le décor commence à dégringoler pendant la pièce. Les acteurs sont alors obligés d'en faire des tonnes pour détourner l'attention des spectateurs.
Les thuriféraires du libre marché et de toutes les dérégulations se trouvent un peu dans cette situation. La crise financière et la lente agonie de ce qui l'a rendue possible font s'effondrer le décor. Derrière les tentures et les colonnes en carton-pâte apparaît la sale gueule d'un capitalisme dont on redécouvre qu'il est brutal (et crétin). Ce même capitalisme qu'il s'agissait de rendre invisible, indicible et impensable fait un retour tonitruant.
Dans cette occurrence il n'est plus question de faire chanter la ritournelle du "bon sens" à la sauce TINA par les précieux qui tenaient jusqu'alors les premiers rôles (les Alain Minc et autres). Tout au moins ceux-ci perdent-ils leur monopole. C'est le moment de l'entrée en scène d'acteurs au jeu moins subtil (des hussards comme Stéphane Soumier par exemple, et il y en a d'autres comme Eric Brunet ou... Elizabeth Lévy). Leur fonction est de crier ce qui était jusqu'alors simplement dit. L'essentiel étant d'occuper le terrain pour brouiller les tentatives de déploiement d'un autre discours
(à cet égard votre émission d'hier est un modèle de réussite de cette méthode).

Conclusion, la percée des "hussards" est une bonne et une mauvaise nouvelle.
La bonne nouvelle, c'est que le capitalisme est très en grosse difficulté.
La mauvaise nouvelle, c'est qu'il nous sabrera la gueule plutôt que de nous laissez vivre sans lui. Et qu'il est encore capable de mettre à son service des gens intelligents (Soumier est intelligent, il l'a démontré dans les moments où il admettait la nécessité de faire autrement, pour immédiatement répéter que ce n'est pas possible).

Allez, je vais reprendre un peu de paracétamol. D'autant que le pire n'est jamais certain.
Alan
Je me force un peu à regarder l'émission :
- c'est une cacophonie... il gueule le gars de BFM, ça fait mal aux oreilles.
- dire que les ouvriers n'existent plus, que le consommateur fait ses rayons... c'est de la branlette de riche. Non, les ouvriers restent un des groupes les plus importants numériquement en France. Le modèle fordien passé au lean ce n'est pas nouveau, mais ce n'est pas non plus généralisé, du tout, du tout.
- comment peut-on ignorer l'importance stratégique et économique de l'ouverture des routes arctiques ? Beaucoup de géographes travaillent sur ce sujet, et on peut l'enseigner au lycée... C'est même assez mainstream pour être dans la Documentation Française, etc. : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartes/transports-et-reseaux/c001220-l-ouverture-des-routes-arctiques-et-la-nouvelle-centralite-du-japon
Cela indique qu'on écoute bien trop peu voire pas du tout les géographes (et certains historiens) et beaucoup trop les économistes, à mon avis. C'est essentiel pour la ZEE, pour l'accès aux hydrocarbures sous la calotte polaire, pour la question
DS qui nous raconte "personne n'en parle à part vous"... mais punaise, lisez le Diplo ! Lisez Hérodote ! Lisez au moins les sommaires des revues !
- il est insultant en plus le journaliste de BFM. Bravo.
- super le côté champêtre d'Anne-Sophie, super utile, merci =/.
- "je ne l'invite pas parce qu'il ne viendrait pas" ... ah. Bah sans l'inviter il ne viendra pas, c'est sûr.
- "on parle du réel" ... oui, enfin on ne parle pas des ouvriers, des employés, des syndicalistes ; on parle de ce qui pourrait arriver de pire aux entrepreneurs si ceci et si cela, etc. Mais on ne parle pas des défauts sur la dette. Qui n'ont ja-mais existé sauf quand ils ont existé. Le réel...
- Berruyer est quand même bien calme devant tant de conneries, et bien pédagogue quand il parle. Merci à lui.
Si j'ai bien compris, pour le monsieur de BFMTV, que des consommateurs fassent remonter leurs points de vue sur des produits, c'est très bien, on appelle ça du "collaboratif".

Mais que des ouvriers ou des syndicalistes viennent faire remonter leurs point de vue sur une stratégie d'entreprise, c'est totalement inutile... alors qu'on pourrait aussi appeler ça du "collaboratif".

Pourquoi le "collaboratif" entre clients et entreprise serait un élément positif,
alors que le "collaboratif" au sein même de l'entreprise ne le serait pas... on n'en sait rien.
Le personnage de Stéphane Soumier incarne à la perfection la force du libéralisme économique: sa proximité avec le bon sens. Essayez de dire au café du commerce que ce qui est rationnel individuellement peut être fou collectivement, et vous aurez quelque part des problèmes. Stéphane Soumier confirme avec un talent rare la géniale formule de Romain Gary: " La bêtise est la grande force spirituelle de notre temps".
Je n'ai pas eu le sentiment d'avoir vu un débat. J'exagère... Il s'agissait d'un débat avec les idées et la vision du monde de Stéphane Soumier. C'est-à-dire celle d'un monde où l'esprit entrepreneuriale et la culture de l'entreprise est l'horizon indépassable du destin de l'humanité. Et je suis surpris d'avoir vu le consentement, s'il en est vraiment, que réconcilier le travail et le capital (idée maîtresse de S. Soumier) était possible, voir la seule voie à emprunter.
Je crois qu'il n'était pas possible qu'un débat ait lieu avec les invités du plateau. Anne-Sophie Jacques projette une vision du monde en décalage de celle de M. Soumier. Selon ses dires, il est dans le "réel", et sa "contradictrice", dans le rêve et l'incantation. Il ne pouvait y avoir que des galets qui se cognent. Mais en l’occurrence, comme il l'a été rappelé dans un des commentaires, M. Soumier a monopolisé la parole.

Pour une autre angle autour du même sujet, j'invite les auditeurs à revenir sur cette émission de d@ns le texte. Une précision éclairante a lieu à partir de 37'30. Et pour les plus curieux, l'émission de Là-bas si j'y suis, un angle d'attaque Gramscien autour de l'activité de trading comme pratique culturelle, cultivée sur BFM Business.

Pour enrichir la discussion autour du premier sujet de l'émission, j'aimerais rapprocher les "geonpi" avec les travaux d'un sociologue, anthropologue américain, Christopher Lash. Plus précisément sur son dernière ouvrage : La Révolte des Élites. Des les premiers chapitres, il fait état d'une nouvelle élite sociale, pour vulgariser, constituée de ceux qui "innovent". Ils sont regroupés en poches fermées (même pratiques culturelle, connivences, vision du monde semblable), c'est-à-dire inconsciemment et mécaniquement déconnectés du tissu social, mais dans lequel invariablement ils s’inscrivent et agissent dessus.
Avec Stéphane Soumier, l'expression "blocage mental" reprend tout son sens.
Il est très intéressant de l'écouter, car débordant d'enthousiasme, mais sa rhétorique "des faits, seulement des faits (Daniel!)" est très limitée car il écarte à chaque fois l'importance du jeu politique dans les mécanismes économiques.
Et merci Olivier Berruyer, vraiment.
Franchement, la période de réabonnement approche pour moi et le doute s'installe, dois-je continuer un bout de chemin avec Asi ? C'est la première fois que je doute, dans mon cas. Des invités comme Soumier qui a eu le champ libre pour raconter tout ce qu'il voulait me laisse perplexe. Car enfin je vous propose d'écouter ce qu'est BFM business, Je préférais quand vous invitiez Lordon mais je m'accroche à un rêve.

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2605
Pour s'apercevoir de cela, il faut revoir l'émission (fort intéressante) en notant les éléments relatifs à ce tropisme. Par ailleurs, pourquoi DS ne laisse-t-il pas terminer son raisonnement à son interlocuteur en voulant tout (trop) simplifier? Qui bene amat...
J'en suis maintenant persuadé, on ne peut envisager l’économie que sous l'angle philosophique.
Et cela avec des questions bien simples :
Peut on s'enrichir sans appauvrir quelqu'un ou quelque chose?
Jusqu’où ce quelqu'un ou quelque chose supporte son appauvrissement pour arranger celui qui en bénéficie?
bonjour
voila ...voila ... voila ...
emission intéressante , un peu longue , mais une petite remarque :
si vous invitez un commercial,batteleur de metier, comme S Soumier , il faut s'entrainer à faire face !!!
sinon il vous vend sa camelote (frelatée!) tout le temps ...
autrement pour DS et ASJ : bravo , pour avoir essayé quand même ...
cordialement
mb
Pour moi, je n'ai pas pu regarder la totalité de l'émission, parce que les gens qui parlent y sont interrompus à jet continu, ça m'énerve. Daniel Schneiderman a toujours une question à poser avant que son invité ait terminé sa phrase, et il est incontinent côté questions. Et là, il avait affaire à forte partie, son interlocuteur étant comme lui. Anne Sophie jacques connaissant le truc, parle plus fort que les autres quand elle tente d'en placer une, et le 4° de la chanson ne portait rien: au bout d'une heure d'émission il n'avait pas pu articuler une phrase entière. je ne supporte pas cette façon de faire, j'ai arrêté.
Pour ce que j'en ai entendu, de ce capharnaüm prise de chou, celui qui squattait le crachoir en partage avec son hôte nous promet un monde joyeux, où nul n'a d'obligation vis à vis de qui que ce soit. T'es ouvrier: crève, on n'a plus besoin de toi. L'acier se fera ailleurs grâce à la fonte des glaces polaires, le transport étant réduit de moitié. Le mur dans lequel va ce modèle de production, on s'en fout on est modernes! Votre vieux monde d'artisans est fini, c'est nous qu'on est les meilleurs, parce qu'on vous a déjà écrasés. Les Chinois sont réduits en esclavage dans un smog qui les étouffe? et alors, moi je choisis la couleur de la voiture qu'il vont me fabriquer, c'est à dire le poison qui va les tuer pour que je puisse devenir hystérique au volant dans les bouchons des périphs des pays centraux. Chouette alors! Tout ça n'est que du fric qui se déplace d'une poche de nanti à la même poche de nanti après avoir fait un tour par la Mer de Barentz. Moi, le monde promis par ce monsieur ne me tente pas, la société qu'il annonce comme triomphante me fait gerber. Tout ce qui se fait contre me semble légitime et souhaitable. J'espère bien qu'il subsistera autre chose et que l'inventivité des insoumis rendra possible autre chose de plus vivable, de plus épanouissant, et que le plaisir de vivre passera encore par d'autres secteurs que le supermarché et l'imbécile consumérisme. Il y a mieux à faire de la vie. Et il y a même plein d'économistes qui le pensent.
Formidable émission... à partir d'1h35, c'est-à-dire à partir du moment où on assiste réellement à une confrontation de points de vue qui rééquilibre un débat totalement dévolu durant la première heure et demie à Soumier. Qu'est-ce qui vous a pris ? C'est la première fois que je vous vois, sur un plateau réunissant 3 invités, distribuer ainsi le temps de parole à 80% à un seul intervenant... et ce pendant UNE HEURE ET DEMIE ! Franchement, je ne comprends pas. Et la remarque est totalement indépendante de la teneur des propos tenus : que je puisse trouver ou non les prises de positions ou la "doctrine" de Soulier pertinente ou non n'entre pas en ligne de compte et je n'en ferai pas état. Non, c'est juste que jamais je n'ai vu un plateau d'@si se dérouler ainsi... et encore une fois, à partir du moment où Olivier Berruyer échange réellement avec Anne-Sophie et Stéphane Soumier, il en sort enfin quelque chose ! Comprends pas... comprends rien....
La deuxième partie de l'émission est beaucoup plus intéressante que son début.
La multiplicité des avis émis vers la fin de l'émission m'a permit d'y voir un peu plus clair, de voir certains termes du jargon économique expliqués, et même s'il faut se méfier de ce qui sort de la bouche de M Soumier il faut reconnaitre que ses interractions avec Olivier sont très intéressantes. En plus on a une petite histoire de la finance.

Je regrette cependant que Soumier ait vampirisé le temps de parole au début, sans grande opposition.
J'aurais aimé voir un économiste théoricien, n'en déplaise à M Soumier qui considère que l'économie n'est que pratique
Bonjour
Emission nulle à la gloire du TINA, ces forces surnaturelles et bénites qui nous dirigent.
Le cas de la séparation des banques de dépôt et d'affaires est vraiment typique : tout le monde dit qu'il faut le faire mais il ne faut pas le faire parce que ça existe !
Vous non plus @si, ne perdez pas votre temps avec ce genre d'individu.
BFM a l'air d'avoir un prototype d'animateur type. Le genre pragmatique/cash/libérale décomplexé. Soumier me donne l'impression d'être sorti exactement du même moule que Delamarche...

J'imagine qu'ils sont sortis de la même école?

http://www.youtube.com/watch?v=fUtw5lNoTr0
L'assertion du journaliste de BFM Business m'a assez étonné notamment sur la stratégie d'entreprise. Qu'il décident d'avoir des points de vue des chefs d'entreprise sur leur stratégie d'entreprise soit. Mais faire croire qu'en sous-jacence, le syndicaliste ou le ou la salarié-e n'a rien à dire là dessus est assez étonnant.
Personnellement, je suis syndicaliste, secrétaire fédéral d'une organisation syndicale postale. Je participe à des comité d'échange stratégique en tant que syndicaliste et des élus de notre organisation syndicale siège au conseil d'administration de La Poste. Alors nous faire croire que nous n'avons aucun regard sur la stratégie de notre entreprise ou en tout état de cause un regard qui n'est pas intéressant semble bizarre. C'est d'ailleurs une erreur de la part de Soumier, parce qu'à ce que je comprend, il ne s'intéresse qu'à la stratégie appliqueé et non pas à ce la possibilité de choix stratégiques différents et en discuter la validité ou non. Il est donc dans une émission de constat et non pas de prospective. Pour exemple, à La Poste, les réflexions sur les choix stratégique de La Poste face à Dexia ou au CIF, sur un pôle public financier et les contours qu'il pourrait avoir n'ont pas l'air d'être son problème. De la même façon, la stratégie web de La Poste (e commerce, mail) n'ont pas l'air d'être questionné (d'ailleurs La Poste a raté le virage web et courre après maintenant). La question de La Poste mobile ou de la mise en place d'une box connecté avec des services en plus sont questionnable. Et l'avis d'un syndicaliste ou autre pourrait être intéressant.
Bref, cette question est fondamentale, parce que nous faire croire qu'une stratégie valable est celle adopté par le chef d'entreprise est totalement absurde. Certains échecs n'auraient peut être pas eu lieu si on avait écouté les syndicalistes ou les salarié-es.
Impression générale:

Emission très intéressante, qui permet de se faire une représentation très précise du discours dominant actuel.

Néanmoins j'ai eu l'impression de voir un homme en mettre quatre autres à terre. Quelle force dans le [s]poignet[/s], dans le verbe!
Vers la fin de la lutte, Olivier Berruyer se redresse et l'affronte vaillamment. Pourtant, le présentateur de BFM pratique le ju-jitsu mental: il sait agréer en toute circonstance et ainsi retourner la force de son adversaire contre lui-même.

Mise en scène:

Pour être franc, j'ai trouvé la mise en scène de l'émission assez violente: il m'a semblé qu'il était question de mettre en cause à 4 contre 1, un journaliste de BFM. Ca ressemble à un procès dont le jugement est pré-déterminé: "Vous êtes coupable, venez tenter de vous défendre lamentablement. Si vous le pouvez, ayez l'air contrit."
Puis, à ma grande surprise, ça tourne au vinaigre: l'accusé est tellement bon que le tribunal perd toute son autorité. C'est simple, ça aurait pu être Bernard Tapie, il ne s'en serait pas mieux tiré. Pour le dire simplement, ça aurait fini par ressembler à l'arroseur arrosé, si monsieur Berruyer n'avait pas apporté des éléments solides en fin de [s]procès[/s] discussion.

Citations marquantes:
Des remarques fusent:
Mr. Soumier - "Une entreprise, c'est une réponse à un problème."

Ca me semble être pour le moins réducteur. Cela expose bien le biais idéologique assumé de ce monsieur.

Mr. Soumier - "Occupez-vous des vrais problèmes, comme le chômage des jeunes de 25 ans et des séniors."

Il me semle que la critique de la crise et de la dette vient à l'origine d'une critique radicale partant du constat de chômage généralisé. Peut-être alors faut-il s'occuper du chômage comme le font les politiques depuis 20 ans? Ca, c'est être dans le concret, non? C'est-à dire DIRE que l'on va éradiquer le chômage, sans jamais rien faire... ça c'est le réel.

Mr. Scheidermann (début d'émission) - "Pourquoi c'est important parce que ça commence et que c'est la première fois?"

Vous atteignez les limites de votre posture "anti-Soumier"... Vous n'arriveriez pas à comprendre comment les débuts de l'imprimerie sont un moment important? Les débuts d'internet? Les débuts de ce que vous voulez??? Non, mais enfin, dans le raisonnement de monsieur Soumier, on comprend très bien pourquoi ça lui semble être important, cette nouveauté chez Auchan. Critiquez donc sur le fond, mais pas en feignant la stupidité s'il vous plaît.

Sur le fond:
J'en retiens une seule chose. Du point de vue des puissants, et du monde de la finance: TINA. On aimerait bien changer des choses, mais on ne le peut pas: c'est impossible.
Bien, dans ce cas, vers 1H23' d'émission, j'ai eu envie de poser la question "c'est impossible? Mais comment donc font tous ces pays d'Amérique latine?". Car en effet, ce qui semble impossible pour certains, est réalisable pour d'autres...
En réalité tout le monde est d'accord pour voir le risque d'anéantissement du système. Même ceux qui y participent. Pourtant, comme des drogués vous diront: "impossible de vivre sans drogue", tous ceux qui participent et bénéficient de la situation vous diront "non, c'est impossible." A bout d'arguments, certains iront jusqu'à lacher: "de toute façon c'est beaucoup trop complexe, trop difficile, et puis ça fait mal." AH! Donc on y arrive, ce n'est pas si impossible que ça, ça fait juste un peu mal.

Je pense qu'il manque à ces braves gens, ces bons hommes raisonnables, un peu de détermination. Détermination qui a tendance à apparaître lorsque l'on a plus grand chose à perdre, et qui va se délitant lorsque l'on est bien au chaud et bien nourri. Ainsi, la politique se résumerait à une étude statistico-énonomique des risques (que le pillage -autre nom du capitalisme- s'arrête). Que des gens souffrent, que des vies se brisent, que l'espérance de vie recule et que la poésie soit partout chassée, cela ne figure pas sur le bulletin prévisionnel de ces messieurs.
Encore pire: que la marche du monde actuel menace notre éco-système ne semble pas effleurer l'esprit de ces commentateurs du réel. Ah! Si! Mille excuses: "Les OGM (la Science Dure!) résoudront tous nos problèmes." J'ai envie de rajouter: surtout avec Monsanto derrière, on y croit.
Donc en définitive: vous nous emmerdez avec vos considérations philosophiques, vous faites entrave au marché.

Un message fort, un message dans nos gueules, un [s]message d'espoir pour les smicards[/s]!


Je m'arrête ici.

Au final:

J'ai apprécié la sincérité des intervenants. Pour moi, il n'y a rien de pire que quelqu'un qui joue faux-jeu. Là, il est possible de critiquer politiquement le discours des uns et des autres, ce qui est honnête et éclairant. C'est, de plus, très rare.

Merci à tous les intervenants de l'émission pour votre travail à tous.

Matthieu S
Soumier nous trompe ou se trompe sur l'identité de sa clientèle.
Le client c'est l'annonceur, le spectateur est le produit !
Et ce n'est pas nouveau : Richard Serra - Television Delivers People
Les actes 4 et 5 sont très intéressants à suivre , on sent qu'il se passe quelque chose. Le problème c'est que je suis au minimum autant larguée que DS ( en réalité je le suis beaucoup plus), du coup je ne comprends strictement rien à ce qu'ils disent, mais je pige quand même qu'ils y mettent leurs tripes et que c'est pas "café du commerce".
Je retrouve avec cette émission une sensation lointaine : avoir 8 /12 ans, écouter les adultes parler "décentralisation" à la fin d'un repas, se rendre compte que c'est vraiment important et que ça les remue ... mais sans réussir à saisir le propos. Ça me fait pareil cette émission.
C'est bon pour la nostalgie, mais pas pour l'égo : ça fait un peu chier de se dire qu'à 40 berges passées on en est à ne toujours pas comprendre les règles qui régissent notre quotidien.

A un moment y'en a un qui dit : " les banques doivent xxxx milliards à la BCE et le problème c'est que plus personne ne veut prêter aux banques." ils s'iamginent pas l'effet que ça me fait ce genre de phrases.
J'entrave que pouic.

Déjà, les milliards, j'imagine pas très bien combien ça fait. Le truc le plus cher que je connais, c'est le crédit que vais mettre en tout 20 ans à rembourser ( plus que 12 !) , et pourtant c'est pas un château que j'ai acheté. Un emprunt à 5 chiffres et vlan, 20 ans à casquer tous les mois !

Mon domaine numérique, moi, il va tout juste aux milliers. par exemple, quand je vois le prix d'une voiture sur une pub, ça, je comprends, une maison dans une agence immobilière ça demande plus d'efforts, mais je peux Les milliards ... non.
Le but du jeu, pour moi, c'est éviter le découvert, qui pendant de longues années était inévitable au-delà du 20 du mois. Et quand je réussis, et qu'il reste un nombre à 2 ou 3 chiffres sur le compte avant que ne tombe le salaire, je suis sincèrement hyper contente, parce que ça n'a pas toujours été le cas. Alors les milliards ... fouyouyou !

Après y'a "les banques ".
Moi je ne connais que les agences bancaires. J'y vais quasi-jamais en plus,

"prêter aux banques". ... ?! Qu'est-ce que vous voulez que je prête à une banque ? ? Moi j'emprunte. Peut-être que l'épargne c'est une façon de prêter, mais moi je peux pas épargner. Mon salaire bouge pas, et tout le reste augmente.

"acheter de la dette " .... ?! Euh ... moi j'achète de la nourriture, de l'essence, des chaussures, je m'abonne à @si. Mais j'achète pas de la dette. Et même si je voulais je sais même pas concrètement ce qu'on fait pour en avoir. C'est en boîte, dans un sachet, par lot ?

En fait, c'est ça, le truc que j'aime pas avec l'économie : on retombe dans l'ignorance de l' enfance, on comprend rien, et quand on pose une question y'a
ceux qui te disent : laisse, c'est pas de ton âge, va jouer ( genre l'invité qui parle beaucoup, une fois sur deux quand il prend un exemple j ene vois même pas le rapport entre ce qu'il disait et l'exemple qu'il prend, c'est dire à quel point je suis out !)

ceux qui s'attendrissent de nos questions naïves

et ceux qui nous disent sans arrêt " mais non c'est pas compliqué !" comme Anne-So ... du coup on se sent encore plus nul de pas comprendre !
Ce M. Soumier martèle sans répit "cela n'arrivera pas".

Louis XVI pensait aussi que sa tête resterait sur ses épaules.

La guerre peut arriver, les banques peuvent couler et Soumier regardera le monde s’écrouler en disant : "cela n'arrive pas."

Il est pitoyable, pauvres hommes d'affaires qui vivent dans le monde irréel de Soumier.

Super Anne Sophie a essayer de lui fermer son clapet, mais les hyènes ont du mal a se taire quand elle reniflent de quoi manger et Anne-So était son repas du jour.

En fait ce mec ne défend que son boulot, ses raisonnements suivent ces courbes d'audience,son public veut entendre que le neo-liberalisme est l'essence de la vie.

Pauvre mec de mon point de vue.

Quand a l'autre intervenant, il aurait pu passer un autre jour.
Superbe émission, Chapeau bas, le casting était je pense très bon. Peut-être Anne-sophie n'était-elle pas au niveau, pas forcément sur le fond, mais sur la forme. Il est évident qu'elle n'arrivait pas à dérouler ses arguments face à un S.Soumier que je n'imaginais pas si formidable rhéteur.
D'ailleurs toujours sur M. Soumier je pense que le point d'orgue des 50 premières minutes est sa réponse à D.S. à propos de sa vision de son métier de "non journaliste". J'ai trouvé ça hallucinant, très cru et terriblement révélateur de notre époque.
Il y aurait beaucoup à en dire et je pense que ça mériterait un arrêt sur image entier sur le métier de directeur de média.
Sinon comme dit plus haut, les 30 dernières minutes sont plus "conventionnelles" et le débat plus posé et plus équilibré (et effectivement, cet actuaire que je ne connaissais pas gagnerait à être plus médiatisé!).

En résumé rien que pour le témoignage de M. Soumier de sa condition de "vecteur d'information" cette émission vaut le détour et mériterait un debriefing dans une prochaine émission (Avec par exemple un Fréderic Lordon et un sociologue des médias).

Sinon je tiens quand même à tirer mon chapeau à Stéphane Soumier d'avoir accepté l'invitation à @SI (si jamais il passe par là), BFM Business est quand même quoi qu'on en dise à peu prêt le seul média sérieux en terme de contenu (même si je suis opposé à 80% à leur ligne éditoriale, je ne peux rien écouter d'autre en allant au travail tant je préfère entendre des gens avec qui je ne suis pas d'accord mais qui savent de quoi ils parlent que des tocards à la J.M. Apathie qui débitent conneries sur conneries).
Pour info les pigeons sont les pantins d'une boite de com' :
http://www.visions-csfa.org/site/un-pigeon-peut-en-deplumer-un-autre/
Un grand merci pour cette émission qui m'a fait découvrir des mécanismes économiques inconnus, pour le coup je me suis sentie très proche de DS et de ses questions de "maternelle". Il est vrai que le monsieur de BFM était très présent (mais passionnant car véhiculant un discours peu orthodoxe) il est dommage qu'Anne-Sophie a contrario fut à ce point effacée, pas génial quand on cherche à faire la promotion de son propre livre.

Berruyer pour sa part a très peu parlé mais ses interventions ont été d'une clarté chirurgicale, j'ai adoré l'écouter dans ses explications, pour la peine je compte suivre son site désormais, ça lui apprendra.

Bref super émission, hâte de voir la prochaine sur cette matière si opaque et nébuleuse : l'économie.
Dur de suivre et je trouve que la configuaration du plateau à trop permis au Monsier de BFM de faire une valse un poil non argumenté. Occupez vous des vraies problèmes ! Si vous faites ça on meurs tous ! Ou la petite entreprise d'holotruc ferme et comme holotruc et des autres dont je peux pas dire si y'a un line aussi DONC Tous le monde meurs ! C'est trop compliqué ! J'ai aussi adoré le pure moment démagogique qui fait confondre le moralisme à géométrie variable des médias : si c'éatit un chômeur tout le monde dirait bravo !

Les grand média fond du spectacle d'information pour au final dire de rester tranquille, que si le libéralisme c'est mal quand ça fait de l'audience de le dire il faut continué à rabâcher la même sauce et les "nouveau" média comme BFM fond de l'information idéologiquement ciblé avec un modèle éditorial super original : on singe juqu'au nom des media économique main stream américain pour défendre bec et ongle modèle libéral sous couvert de réalisme...
Émission particulièrement intéressante si l'on excepte, comme souvent, la chronique de Didier Porte. Même si j'ai un peu de mal avec le concept d'auto-publicité et tout ce que cela induit (en plus il y a déjà une bannière sur le site même pas bloquée par Adblock...).

Je vois beaucoup de critiques sur Soumier, or il me semble tout à fait adapté à l'émission. Soumier fait le même boulot que n'importe quel directeur de presse type Le Monde, le Figaro, Libération, TF1 ou encore Europe 1 ; il distribue de l'information calibrées à des clients qui le sont tout autant. Bon après il a un petit côté rustre particulièrement désagréable...

En fait cette émission me fait penser à une phrase de William Shakespeare : « Les dangers visibles nous causent moins d'effroi que les dangers imaginaires. ».
Je suis allé au bout (ouf) !
Emission dont le thème était passionnant et qui a pris 85 % du temps des allures de café du commerce, merci au beauf de service Stéphane Soumier dont la morgue, les effets de manche et l'omniprésence m'ont rappelés si besoin était pourquoi j'exècre les libéraux et leurs discours de camelots de foire...
"Lever plus d'impôts ? Impossible mais on attend avec impatience la hausse de la TVA" : ne taxons pas les riches qui vont tous partir (qu'importe si la France détient le record d'Europe de millionnaires en $), tapons plutôt sur la classe moyenne...
"Les pigeons c'était l'explosion des avocats fiscalistes en France"; or il se trouve que j'ai fait du droit des affaires en licence, et que la première chose qu'on nous y apprend, c'est comment conseiller les dirigeants d'entreprise pour échapper le plus possible à l'impôt et croyez-moi, l'éventail est large.
"Séparer les banques, impossible et puis les mecs ont compris, ils ont eu peur et ne recommenceront plus". D'ailleurs Goldman Sachs ne spécule plus du tout c'est bien connu...
"Etre contre la mondialisation c'est revenir au champs de tomate du papa d'Anne-Sophie", le même argument que les pro-nucléaires nous servent avec "le retour à la bougie"...
"Mélenchon c'est bien c'est l'ultragauche"... Ce type a t'il un minimum de bagage politique pour définir ce qu'est l'ultragauche (qui n'a rien à voir avec le FdG) ?!
Liste non exhaustive mais ce n'est pas vain, j'ai trouvé plus bête et vulgaire que FOG au Point, une gageure !.

Pour moi l'émission est en partie ratée du fait que Soumier cannibalise le temps de parole et que hélas, malgré toute sa bonne volonté, Anne-Sophie Jacques n'a pas le bagage suffisant pour faire contre-poids. Il aurait fallu inviter en face un Sapir, un Lordon, ou un Généreux capables de rentrer dans le dur techniquement. Seules les 30 dernières minutes sont intéressantes parce qu'Olivier Berruyer prend tardivement la parole et que là, c'est à la fois concret et construit (d'ailleurs Soumier lui donne moins la réplique).

Un détail amusant, sur les niches fiscales des journalistes : DS et Anne-Sophie Jacques ne répondent pas à la question de savoir s'ils en profitent et DS se contente de dire que si elle est un jour supprimée, il ne s'en offusquera pas.
Le fichier fait 1 Gigaoctets: je serais preneur d'un fichier plus léger si possible, merci.
Pourquoi se fourvoyer avec quelqu'un qui assène mais n'écoute pas, qui fait montre d'une telle frénésie qu'on arrête l'écoute au bout d'un quart d'heure... Bien mauvais choix Daniel...

Fred v
Très bon moment lorsqu'on comprend que Daniel et Anne-Sophie profitent de la niche fiscale "journaliste" et sont étonnés par quelqu'un qui lui est cohérent et ne profite pas de quelque chose à laquelle il affirme publiquement être opposé.
Anne-Sophie HELP! J'essaye de comprendre le mécanisme.

Olivier Berruyer nous explique que la dette de l'Europe est aujourd'hui un placement risqué, il parie sur un défaut partiel. Dans le même temps les très riches et fonds de pensions prêtent aux Etats à des taux proche de 0% (y a même eu un moment des taux négatifs! Donc inférieurs au placement dans le matelas quand même!)

En micro-économie qui donne une théorie du choix de l'agent "rationnel" entre un placement peu rentable et peu risqué et un placement plus rentable et plus risqué, il me semble que le placement à 0% risqué ne rentre pas dans le cadre: tout autre choix est plus rationnel non?
En macro-économie, j'entrevois bien une sorte de dynamique: la concentration de richesse et la financiarisation de l'économie ont atteint un point tel que les fonds de pension n'ont plus le temps d'être rationnels : trop de pognon à placer dans un laps de temps trop court! Au début, ils ont raisonné micro-économiquement, en demandant aux dirigeants politiques davantage de rigueur par peur du défaut. Or, dans un monde fini, "macro-économique", si les Etats se "serrent la ceinture" et empruntent moins, les fonds de pensions se retrouvent mécaniquement avec encore plus de pognons à placer autre part que dans la dette des Etats! ils cherchent mais n'y arrivent plus assez vite, impuissants, ils acceptent des taux de plus en plus bas (à 0% leur matelas déborde, celui des gosses aussi!) les taux continue de baisser ! Ils songent à acheter la matelasserie à coté de chez eux (je me fais une petite cinématique ça m'aide à comprendre) à ce moment précis, ils demandent du bout des lèvres à Daniel Cohen de plaider la relance de l'emprunt...
Je commence à peine à regarder l'émission, et Sébastien Bohler dit un truc assez étrange. En substance : "ouais bon, un footballeur pas fichu connaître l'hymne national, à la limite on s'en fout un peu, mais qu'il ne reconnaisse pas le portrait du premier ministre, ça, ça tue : plus moyen de se sentir proche du footballeur."

Mais keskidit ? C'est quoi ce raisonnement ?
Qu'est le PORTRAIT du premier ministre pour un pays ? Rien. Absolument rien.
Qu'est l'hymne pour un pays ? Un symbole national.
Au nom de quoi le portrait serait plus fédérateur que l'hymne ? ? ?

Ça prouve quoi sa comparaison ?

Ah, bein, il s'explique.
Et avec un argument de choc : un "jeune" ( oui, le foot, c'est pour les "jeunes" d'après Bohler ...) peut avoir grandi sans qu'on lui apprenne la Marseillaise, par contre, tout le monde connaît la tête du 1er ministre. Voilà, c'est posé, ça ne se conteste pas.

La Marseillaise est au programme de l'école élémentaire, comme le drapeau tricolore, la devise, et la Marianne. La fonction du 1er ministre y est enseignée aussi. Par contre, la tronche des ministres, non, c'est pas au programme de l'école.

Cela dit, je me fous du foot, je ne connais pas la Marseillaise au-delà du couplet des enfants et je peux pas voir Ayrault.
Stéphane Soumier, 36'40" : "Je vous apporte une info «AR-CE-BOR», c'est un truc génial."

Ca s'appelle Usibor en fait.

Tom
Bonne émission. Merci.
Pourquoi Soumier défend-t-il la banque 'universelle' avec une mauvaise foi sans nom : "c'est trop difficile à découper" , sans autre argument plus convainquant.
Il suffit d'écouter l'interview de F.Oudéa, le Pdg de la banque Société Générale, par S.Soumier sur BFM .
Il le dit lui même , il n'est pas journaliste mais patron de presse et il faut faire rentrer la pub .
Jamais un tel personnage ne dira du mal des banques , il en est trop proche.
Et pourtant , il faut absolument séparer la banque de détail de la banque d'affaires, si l'on veut sauvegarder l'économie réelle et les économies du particulier lambda . C'est vital pour l'économie nationale .
Le débat n'a pas été sur le terrain par exemple du trading de haute fréquence , pratique bancaire qu'il faudrait surtaxer afin qu'il disparaisse. Plus de la moitié des ordres de bourse sont passés en automatique par des ordinateurs qui suivent des algorythmes toujours plus sophistiqués et qui porteront à n'en pas douter une banque à sa perte dans un temps pas si lointain.
Il y a d'autres pratiques financières comme celle -ci qu'il faudrait réglementer .
Ce type (SSoumier) est un monument de cynisme, mais il a une qualité rare sur les médias: il parle franc, n'est pas faux cul. Ceci dit, l'aveu est de taille: BFM est une radio télé au service des patrons uniquement (on s'en doutait un peu...), ils sont les clients de BFM qui doit se faire un max de fric pour les défendre, c'est officiel. Conclusion: il faut que l'Etat intervienne par l'intermédiaire du CSA soit pour supprimer la licence d'émettre à BFM, puisque c'est un média partisan, soit il donne une licence d'émettre (sur la TNT ou la radio) à un média qui défend les intérêts des salariés des entreprises, pour respecter le pluralisme.
Ah ! merci pour cette émission, dont je trouve au contraire le scénario formidable :
-se fader tout le déroulé du guss qui ne-disconvient-de-quasi-aucune-critique-du-système-tout-en-parvenant-quand-même-à-nous-insuffler-le-mot-d'ordre "circulez y a rien à [s]voir[/s] faire"
-pour ensuite mettre en scène le deuxième guss (qu'à force de se taire on pensait qu'il dormait) et le voir lâcher les chevaux comme il l'a fait... classe !

conclusion : faut surtout pas rater la dernière demi-heure.

(décryptage de film, niveau collège)
Pourquoi inviter un idéologue ?

Par définition il n'y a pas de débat possible.
Pas si mal d'avoir invité un libéral fanatique! Il est rigolo alors que son monde idéologique s'écroule!
Sinon le métanier... intéressant.
20 minutes de visionnage et j'en ai vraiment eu marre. On n'entend qu'eux (les mecs comme Stéphane Soumier), les grandes gueules qui nous gavent avec des propos jamais étayés, assénés à grand coup de "réalisme" alors que toutes leurs solutions de merde ont toujours envoyé les pays où elles étaient appliquées dans les bras de dictateurs.
ILs sont partout, distillent leur idéologie grossière maquillée sous la forme d'une science... IL faut encore les retrouver sur ASI ! Et personne en face pour leur claquer le beignet... Le casting est mauvais, très mauvais...
Avant même tout visionnage, c'est assez décevant de la part d'@si ce genre de publi-émission certes assumée, mais pas annoncée clairement, et dont on se demande quelle est la franche nécessité (il y a des bandeaux de pub, on veut bien des articles présentant le livre, bref il y a d'autres moyens - et on peut consacrer ainsi l'émission de la semaine à un autre thème). Une journaliste "très proche" de son patron (ah non ! journaliste aussi ! pas patron de presse ! mais un peu) qui est invitée par lui et choisit ses invités pour parler à l'émission où elle est habituellement chroniqueuse et parfois animatrice de débat... ce n'est plus du mélange des genres, mais du recyclage :-).
C'est sans doute un livre très intelligent, certainement hors de l'orthodoxie et utile à la réflexion, peut-être même peut-il sauver l'humanité. Mais est-ce une raison pour faire ce que même les médias traditionnels n'oseraient guère et seraient pointés du doigt pour bien moins ?
Déçu avant même d'écouter les protagonistes, ne serait-ce que pour la définition préalable de l'objet. Une émission de présentation, ou, s'il y a eu des lecteurs de niveau suffisant et d'accord pour le faire, de critique du livre de A-S Jacques, d'accord. Mais là...
Bravo à arret sur image pour avoir diffusé les arguments du syndicaliste. Généralement, il n'y a que quand Jean-Luc Mélenchon est invité qu'on entend ses arguments économiques et écologiques. Je trouve que le début et milieux d'émission pas très bien, mais la fin est vraiment excellente. Les questions posées sont cruciale : Pourquoi on ne fais rien alors que tout le monde et y compris les libéraux savent qu'on va dans le mur avec une politique d'austérité et des banques qui ne sépare pas ses activités ? Pourquoi les gros médias et les politiques (à part le Front de Gauche) n'en parlent pas ? Pourquoi le gouvernement n'agis pas ?

Brillantes interventions d'Olivier Berruyer sur la fin de l'émission, dommage que se soit si tard dans le débat.
Intéressant, tout de même, cette émission. Il manquait peut-être un philosophe sur le plateau. Un type qui aurait pu rappeler que le "type qui parle fort" est à la fois dogmatique et rhétoricien, qu'il a une manière de penser, assumée, qui s'appuie sur les principes qu'il a lui-même érigés comme tels ; savoir : le monde du changement hyper-rapide. On aurait pu lui opposer bien des mondes. Mais il avait la capacité de faire croire que seul le sien était réel. C'est un débat sur ce qui est qui a eu lieu.
Je suis enclin à croire une partie de ce que ce monsieur disait. Je suis prêt à reconnaître la rapidité du système. Mais on peut également se placer d'un point de vue différent. Ce qu'il prend pour rapide n'est peut-être qu'un emballement de ce système légèrement plus long qu'on appelle la révolution industrielle. Qu'elle en soit à sa troisième ou quatrième phase, la révolution industrielle, dans le réel, peut tout à fait en être à sa phase terminale. Une sorte de parenthèse de l'histoire d'un monde global, qui englobe les bacilles d'un autre âge, les dinosaures, les australopithèques, les sapiens d'il y a 80000 ans, les grands empires religieux, etc.
Quand cet "homme qui parle fort" dit qu'il faut s'occuper du réel, il oublie qu'il décide en même temps de ce qui est réel. Il se croit objectif, mais fait preuve du plus grand subjectivisme. Ce n'est pas un défaut, ni une qualité. Dans l'émission, c'est quand même un problème. Car personne ne le lui reproche. Les contradicteurs pensent devoir répondre à ses arguments. Ils ne le devraient pas. Ils devraient l'interroger sur son idéologie, ses principes, ses raisons.
Le plus intéressant, et le plus signifiant finalement, furent les silences de Daniel et les haussements de sourcils d'Anne-Sophie. J'ai vu qu'elle savait ce que disait le bonhomme. Mais elle n'a pas été capable de lui dire. Car les rhéteurs savant très bien mener la discussion et l'emmener là où ils gagneront.
moi j'aimerai bien 2 heures d'émission avec Anselm Jappe plutôt que d'avoir à supporter un comédien de bfm.
Ouai...
Ben moi je l'acheterai pas son bouquin. Je suis pas sur que leur opération promo est bien marché.
Résultat du match

Soumier : 8
Schneiderman - Jacques : 2

Berruyer sur le banc de touche
Gros fou-rire à 52 min. sur les pigeons !

Le gauchiste en moi se révèle, pour moi ce mec c'est l'ennemi. Mais il est drôle, sorti du contexte !
Franchement le sujet sur le foot au début de l'émission est indigne d'ASI
1- Il eût fallu demander au monsieur qui parle fort a grand gestes le pourcentage d'ouvriers dans la populace française, pour voir si c'est vraiment un mythe...

2- Auchan veut surtout économiser de payer du marketing à mon avis... Si on regarde de ce coté là, l'avenir il est plutôt au DIY et aux Fablabs, et Auchan a 5 ans de retard...
40 mins de visionnage ... Pourquoi avoir 3 invités si on en fait parler qu'un seul ...
Il est assez divertissant de voir que D. S. reproche à son invité de considérer que les ouvriers, n'étant pas des créatifs, n'ont a priori rien à dire sur la stratégie de leur entreprise, et de voir, d'autre part, S. B. asséner ses gros paradigmes psychologiques aux footballeurs (n'hésitant pas à parler de biotope, à la manière d'un entomologiste quelque peu dédaigneux). La nature humaine porte en soi quelque chose d'irréductible, et d'infini ; elle échappe à ces catégories. Je ne saurais trop conseiller à notre ami déterministe, vulgarisateur de la psychologie des masses, de lire un peu Cioran, ou Foucault, et beaucoup de littérature pour déverrouiller un peu sa vision psychorigide et hautaine des structures sociales, qui confine parfois à l'essentialisme le plus affligeant.
J'adore votre commentaire.
moi aussi
(je me suis trompé de post, ce message a été déplacé plus bas)
je suis nouvel abonné, et je suis très choqué des extrapolations de Sebastien Bohler en matière de neuropsychologie. c'est un sujet très nouveau qui suppose une grande prudence méthodologique. Je vois qu'il a une formation de journaliste et que ces références sont américaines, c'est à dire une perspective fonctionnelle, donc dans le but de modifier le comportement (comportementalisme). C'est regrettable mais comme tout les journalistes il n'est pas formé aux sciences. Et il utilise de jolis concepts, des études (lesquelles?) pour valider un raisonnement pour le reste très égo-centré. laissez les joueurs faire leur métier et ne leurs imposez pas de devenir des orateurs. Le "on considère en psychologie" est un abus de langage, s'il avait été psychologue il aurait su qu'il y a de nombreux courants dans cette discipline pas du tout d'accord entre eux.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il est même docteur en neurobiologie puisqu'il a soutenu une thèse...
Oui, après, les arguments d'autorité, ça vaut ce que ça vaut...
En l'occurrence il s'agit de contrer un argument de non autorité, il était dit plus haut que Sebastien Bohler
avec sa formation de journaliste n'était pas formé aux sciences. (Polytechnicien et Docteur en sciences, en termes
de formation scientifique on fait difficilement mieux). Ceci étant dit, ça ne met pas à l'abri de dire des conneries, on
a juste moins d'excuses...
Je vous ai donc prêté des intentions trop vite, désolé ;-)

Sa formation scientifique est peut-être un début d'explication quant à sa pédagogie catégorique...
Il serait peut-être temps d'arrêter d'invoquer "l'argument d'autorité " à tort et à travers :

Une personne faisant autorité dans un domaine est plus à même de renseigner directement quelqu'un sur ce domaine, sinon, tout se vaut, et la conclusion logique en est qu'il ne sert à rien d'étudier.
Certes, même les experts (les vrais, pas les médiatiques) peuvent eux aussi être sujets à l'erreur, ce qui est quand même, dans leur domaine, infiniment plus rare que chez le pékin moyen (aucun sens péjoratif, je suis un pékin parmi tant d'autres dans de nombreux domaines).
Enfin, on n'a jamais fini d'apprendre, même dans un domaine que l'on maîtrise plus que d'autres (domaines, ou pékins).

L'argument d'autorité est reproché à quelqu'un qui ne connait pas ce dont il parle (quoique), mais qui use (de manière appropriée ou hors contexte) des propos d'une autorité reconnue dans le domaine de la discussion en guise de seul argument, afin de clouer le bec de son contradicteur.
Ce qui n'a rien à voir.
L'argument d'autorité consiste à mettre en avant ses titres, sa formation, son expérience ou ses oeuvres, ou ceux de tiers, pour emporter la conviction de son interlocuteur, ou l'intimider. Par exemple : “Je peux parler de littérature : je suis docteur en Lettres et pas toi.”
L'argument d'autorité consiste à donner de la valeur à son argument en fonction de son origine, et non de son contenu.
Aristote nommait ça ; l'éthos dans sa rhétorique
Merci JREM pour ce passionnant texte d' Odile Fillod qui prouve que, quelque part, la science et l'intelligence ne sont pas si incompatibles.
Merci à Odile Fillod plutôt...
Effectivement, ce billet offre un angle intéressant sur ce que dit S. Bohler, et dit en gros, que ce dernier serait en quelque sort, en service commandé de promotion.
Cette "confrontation" est très prometteuse, je soutiens le projet d'une éventuelle émission entre ces deux protagonistes.
Déjà dans sa chronique sur Le mariage gay et l'effet média hostile Sébastien Bohler avait rapporté de travers les résultats d'une étude qu'il citait.
j'ai vu un gugus au sourire carnassier qui ne fait pas d'information, qui n'est pas journaliste qui- cela lui a échappé-dirrige .Il est actionnaire donc fait du blé en donnant à des gens riches qui veulent plus de pognon des tuyaux pour y arriver.
Cela me fait penserà "l'argent" et "la débacle" qui étaient des enquêtes tres documentées et présentées sous forme de romans par Zola
Les pauvres ne l'intéressent pas les valeurs humaines non plus, ce qui l'excite pour être polie c'est d'être dans le flux et l'accélération du monde
.
.La collectivité le laisse froid, il voit le potentiel de fric à ramaser en France en cassant les règles d'équités qui subsistent bref tous les coups juteux à faire sur les investissement publics possiblement privatisables .Cela me fait penser à certains journaleux d'un des 2 romans.

Il martelle "c'est la réalité" alors que ce dont il parle c'est du vent, du fictif:Iil croit que la réalité c'est ce qu'il lit sur ses courbes informatiques enfin il ne le croit mais il veut le faire croire aux gogos qui l'écoutent et qui finiront par se ruiner: lui entre temps aura placé ses billes ailleurs
IIl l'a dit:seuls les managers, les dirrigeants l'intéresse ou ceux qui s'y croient et la démocratie la république ?
c'est pas le problème! Les grandes banques dirrigent le monde ,laissez nous faire, nous on sait, votre avis ne nous intéresse pas, occupez vous de négocier vos miettes, nous on est les grands les forts les carnivores!
C'est un vrai Saccard le lascar, du beau gibier de potence, sans vergogne encore, avec l'arrogance des nouveau riche ou des crocodiles qui ont eu faim et qui font des réserves parce que c'est la saison des gnous .
Devinez qui sont les gnous de sa suffisance?C'est nous qui ne pouvons optimiser un capital qu'on n'a pas et sans l'argent de qui tout se casserait la gueule.
Mais dans la réalité tangible de chair et de sang, des pauvres gens du bas de l'échelle, c'est des dents en moins, des études en moins, des lunettes en moins, de la nourriture en moins, du chauffage en moins, des années de vie en moins, des enfants en moins, de la souffrance et des accidents en plus et toujours plus de misère et de violence.Il est content parce qu'avec Hollande il sait que le festin va continuer comme avant.
Cela le fait sourire avec satisfaction:il sent le sang et ça lui plait de le transformer en reflet d'or.il vent des mirages dorés avant d'en vendre des vrais qui nous tomberons sur la gueule.CET ETRE ABJECT FAIT TRANQUILLEMENT DE L'AGIT PROP SUR BEAUF FAUX CUL TV
Un moment j'ai cru que vous parliez de Sebastien Bohler... Ouf ce n'est pas le cas...
[quote=gemp]J'adore votre commentaire.

Ça a l'air profond.
Pour le dire autrement, et plus directement : prendre les ouvriers pour des abrutis n'est pas plus inacceptable que de prendre les footballeurs pour des abrutis.
Je ne vois pas tellement en quoi il les prend pour des abrutis. Dire que des footballeurs sont coupés d'une réalité n'est pas dire "oh les cons, ils ne savent pas qui est le premier ministre !" ; c'est plutôt dire "ah mais les gars ils n'en ont rien à foutre".
M'en fiche, je suis pour l'Espagne.
Il disait les deux en même temps, et son analyse est grossière. Après, je vois qu'il travaille pour le magazine Cerveau & Psycho, qui est un peu à la psychologie cognitive ce que Jeune & Jolie est à la sociologie des genres...

Il disait les deux en même temps

nan, il parlait de la relation footeux-supporters
il disait que les footeux étaient déconnectés, au delà des supporters vraisemblablement; or si la résonance émotionnelle peut être immédiate, l'identification nécessite des valeurs communes. Et comme y'a des lacunes du côté des valeurs au niveau des joueurs, ça devient compliqué pour les supporters de s'identifier à l'équipe nationale.
Si le ressort principal de la "résonance émotionnelle" est de partager des éléments de culture générale et nationale, difficile d'entrer en "résonance émotionnelle" avec des Japonais par exemple, ou des Mexicains... Son concept est exemplifié de manière bâclée et ne tient pas la route dans la réalité.
nan, il dit que la résonance émotionelle est immédiate, mais que c'est l'identification qui nécessite de "partager des éléments"

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Stéphane Soumier expose sa vision dès le début de l'émission : nous sommes passés d'un vieux monde industriel où le fabricant d'autos pousse ses modèles sur le marché, à un modèle où c'est le consommateur qui donne injonction au fabricant de lui fabriquer l'auto qu'il désire. Celle de la couleur qui lui convient, avec l'autocollant qui va bien et l'allume-cigare qui clignote. Sur les 1 000 premiers modèles d'une voiture de la marque aux chevrons, seulement 7 avaient le même autocollant. Formidable n'est-ce pas ? Voilà donc le sens de l'histoire. Avancer, que dis-je, foncer sans se retourner, avancer, foncer encore plus vite, non..., encore plus vite que çà, oui là comme çà c'est bien. La Ford T disponible seulement en noir ? Pfff... so 20's. Les métallos de Florange ? Ils étaient condamnés (pas besoin de discuter, je vous le dis parce que c'est vrai, et c'est vrai parce que je vous le dis), donc à quoi ça servait de lever le petit doigt ? Et ben à rien, tiens.
Dans le monde rêvé de Stéphane Soumier, l'horizon indépassable consiste à utiliser l'avant-dernier téléphone à la mode pour commander le dernier.
Et pour cela, il faut bien des apôtres de son acabit pour évangéliser les masses ignorantes aux faits et gestes d'Hologram et autres Gemalto (à ce sujet, savez-vous que cette boîte est issue d'une autre appelée Gemplus, anciennement codirigée par un certain Ziad Takieddine - voir ici). Pour d'autres faits moins reluisants sur Gemalto, écouter l'émission de France Inter "Rendez-vous avec X" du 10/12/12, dispo ici.

Bon, ce qu'il voit pas le p'tit père (des peuples, pardon elle était trop tentante celle là), c'est que le consommateur (ce cochon), il croit avoir envie de l'auto avec le joli autocollant et le machin qui clignote, mais qu'en fait non. Il en a pas envie. Mais il le sait pas. Pas consciemment. Euh, c'est un pléonasme çà non ? Savoir inconsciemment ça existe pas il me semble... Donc, je disais, le consommateur (ce cochon), s'il achète le voiture c'est pas parce qu'il en a envie (ni besoin, là on en est vraiment plus à ce stade). C'est parce qu'il à une addiction à cette voiture. Ou au joli téléphone. Ou à ce merveilleux canapé cuir. Ou à ce film, ce disque, ce formidable réseau social (social, waouh cette époque n'a décidément pas peur du ridicule). Une addiction sans substance en quelque sorte. Une addiction comme toutes les addictions, c'est à dire qui à terme ne procure aucun plaisir à celui qui s'y adonne, qui lui fait du mal même et qui finit par le détruire. Mais une addiction dont l'objet d'addiction est la seule chose que l'addict veut. Et pour un fabricant d'autos, c'est bien largement suffisant.

Dans le monde rêvé de Stéphane Soumier, l'horizon indépassable consiste à utiliser l'avant-dernier téléphone à la mode pour commander le dernier.

Je trouve que vous manquez de nuances. L'erreur que vous commettez est que S.Soumier ne décrit pas le monde tel qu'il le rêve, mais tel qu'il est. On peut regretter son fatalisme, mais c'est bien là sa démarche.
Le monde tel qu'il est (celui où on choisit l'autocollant de sa voiture), Stéphane Soumier prétend le décrire ; en réalité, il s'en accommode fort bien, il y est totalement à l'aise, et j'irai même jusqu'à dire qu'il contribue à le façonner puisque son petit fond de commerce consiste à donner la parole aux marchands d'autocollants pour un public de CSP+ sous-éduqués sur-argentés.
Je récuse totalement l'idée qu'on pourrait décrire le monde tel qu'il est. Le mien n'est pas celui de ce monsieur. Je pourrais en faire un récit différent, et présenter ce récit comme une description objective.
Merci Remy, ça fait du bien.
Je récuse totalement l'idée qu'on pourrait décrire le monde tel qu'il est. Le mien n'est pas celui de ce monsieur.

Cela peut ne pas vous plaire, mais le monde dans lequel vous vivez est effectivement composé, entre autre, de boursicoteurs, de patrons, et de banquiers d'affaires.
Ce n'est pas parce-qu'ils ne vous plaisent pas, que vous ne voulez pas les voir ou que vous ne les décrivez pas, qu'ils n'existent pas.

Si vous entrepreniez de décrire le monde, parleriez-vous des liaisons covalentes dans le dihydrogène ?
Hein ???
causes français...
gamma
Si vous demandez à un chimiste de décrire le monde, il va parler atomes et molécules.
Si vous demander à un poète de décrire le monde, il va parler de terre ronde comme une orange.
Si vous demander à un journaliste de décrire le monde, il va parler actualités.

Si vous demander à un journaliste économique de décrire le monde, il va parler des marchés.
Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant.
Voire bleue comme une orange?

Voire bleue comme une orange?

Z'êtes sûr ? Ca fait longtemps que j'ai pas relu Ronsard

je blague, Eluard bien sûr.
Merci

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Il décrit le monde tel qu'il est ? Je ne vais pas me retaper l'émission pour vous donner le time-code exact, mais il affirme qu'il n'y a plus d'ouvriers en France dans ce magnifique opus d'@si... il s'avère qu'aux dernières nouvelles, 25% à 30% de la population active en France, c'est de l'emploi ouvrier. Par exemple. Ca nous fait tout de même plusieurs millions (plus de 6 je crois) qui ont totalement disparu des écrans radars... Parfois, un soubresaut (Mittal/Florange, les Contis...) et on lève un petit coin du voile qui retombe aussitôt, après que tous les Soumiers du PAF, des journaux, des médias, nous aient asséné que de toute façon, le monde ouvrier n'existe plus, ce qui nous incite à conclure que les excités comme Xavier Mathieu et ses amis se battent grotesquement pour les métiers d'un monde qui n'existe plus ! Ils sont inutiles ces mecs-là !Toxiques ! Il faudrait les passer par les armes, mais comme on peut pas, on prend un autre chemin : on les "efface". Alors ? Soumier décrit le monde tel qu'il est ? Vraiment ?

Notre cher Franck Lepage évoque, dans une de ses conférences gesticulées une expérience menée auprès d'étudiants en 4e année de sciences de l'éducation à Rennes, auxquels on pose la question suivante : "combien y a-t-il d'ouvriers en France en proportion de la population active ?" MAIS, ils doivent faire une réponse collective et sortir UN chiffre leur paraissant à tous le plus proche de la réalité TELLE QU'ILS LA PERÇOIVENT collectivement.... Après s'être consultés... non, regardez tiens, ça prend deux minutes et c'est édifiant. Et il s'agit bien d'un rouleau compresseur médiatique pour "effacer" du paysage tout un pan de la population afin de rendre virtuellement sa disparition ou son "mal-traitement" acceptable aux yeux de la population. Et pourtant, l'affirmation idéologique et odieuse de Soumier est encore une fois passée comme une lettre à la poste face à Anne-Sophie et Daniel, ce qui m'attriste... "plus c'est gros... plus ça passe"...

http://www.youtube.com/watch?v=LLQ8AjyAX30
il affirme qu'il n'y a plus d'ouvriers en France

Non, ce n'est pas exact.

D.Shneiderman et S.Soumier parlent du fait que les politiques pourraient mettre en avant les réussites industrielles de la France ("y compris en termes de communication")

@ 26'00"
SS: Ils [les politiques] ont un problème avec ce qui est fondamentalement aujourd'hui ce pays. C'est à dire, je crois qu'ils vivent sur un mythe d'ouvrier, mais qui est aujourd'hui un mythe, mais là je... Alors là pour le coup, là, je... je... juste une idée que j'ai, qui est aujourd'hui disparu. Mais pas disparu de leur tête. Parce-que c'est là dedans qu'ils ont grandi.

DS: Stéphane Soumier, il y a une toute petite différence entre vous et eux. C'est que eux sont élus. Et s'ils sont élus, ça veut dire, j'imagine, qu'il peut leur arriver de rencontrer des électeurs. Donc on a du mal à imaginer que leur connaissance du terrain et de l'économie française soit moins bonne que la votre.

SS: Vous avez raison

Donc S.Soumier ne dit absolument pas qu'il n'y a plus d'ouvrier en France: son idée est que la représentation que les élus se font des ouvriers d'aujourd'hui correspond à la vision "dans laquelle ils ont vécu", de l'image de l'ouvrier véhiculée dans les années d'après guerre.
Il y a quand même une sacrée différence entre le fait de dire que la condition et l'image des ouvriers a évolué depuis 50 ans et que les politiques ont gardé cette représentation vieille d'un demi-siècle; que de dire que les ouvriers ont disparu.

La réponse de D.Schneiderman me donnerait à croire qu'il entérine aussi le fait que les ouvriers de 2010 ne sont plus les ouvriers de 1950. Mais que ce qu'il conteste, c'est que les politiques en seraient resté aux années 1950, puisque faisant des bains de foule et des visites d'usine, ils saisiraient alors (par transcendance immédiate j'imagine), la réalité des ouvriers actuels.
Vous citez le bon passage, effectivement. Vous l'analysez à l'opposé de ce qu'il veut dire à mon sens... "Je crois qu'ils (les politiques) vivent sur un mythe d'ouvriers.. mais qui est aujourd'hui un mythe".

Il n'y a pourtant pas à tromper, pas de piège. Il dit que les politiques s'emparent des évènements du monde ouvrier, mais que ce monde est aujourd'hui un mythe... d'ailleurs, Soumier ne cesse de décliner cette idée en mettant en avant le monde industriel post-moderne, qui lui, pour le coup existe bel et bien... néanmoins, l'un n'est pas excluant de l'autre, et jusqu'à preuve du contraire, le vrai monde ouvrier (6 millions de personnes) et le monde des nouvelles technologies ou industries de pointe sont deux pans de l'activité française... cohabitant, s'entremêlant sans doute parfois....

Bref, l'assertion de Soumier n'est absolument pas complexe ou douteuse : le mythe de l'ouvrier est inscrit dans sa tête comme celui d'un monde ancien, qui n'existe plus, sinon par poches réduites où se fixent des contestations, des relans antiques d'un monde qui se refuse à mourir. Et les politiques s'y laissent avoir alors qu'il y aurait tellement plus utile à faire en laissant crever 6 millions d'ouvriers au profit de jeunes entrepreneurs tellement modernes et à la pointe de la haute technologie ! Voilà. Qu'il le pense, c'est son rôle.... ça ne me dérange pas. Qu'il affirme que ce monde n'existe plus, c'est pour l'instant une contre-vérité écrasante... 25 à 30% des forces vives du pays sont encore celles du monde ouvrier. Mais il ne le voit pas... il s'en fout... c'est loin, c'est derrière... c'est loin derrière....
Vous l'analysez à l'opposé de ce qu'il veut dire à mon sens

Je pense que vous vous trompez, mais on peut en discuter:

1/"Mais pas disparu de leur tête. Parce-que c'est là-dedans qu'ils ont grandi."
"c'est là-dedans qu'ils ont grandi".
Vous pensez que S.Soumier pense que les F.Hollande, JM.Ayrault et A.Montebourg ont:
- grandi dans le milieu ouvrier
- grandi dans le mythe de l'ouvrier

2/"un mythe d'ouvrier, mais qui est aujourd'hui un mythe, qui est aujourd'hui disparu"
Vous pensez que disparu s'applique à:
- ouvrier
- mythe

3/http://histoires-de-travail.fr/?q=content/le-mythe-de-louvrier-moyen
Sous la plume de cet ergonomiste (que je ne connais pas) vous pensez que "le mythe de l'ouvrier moyen" veut dire que
- l'ouvrier n'existe pas
- l'image (celle des ouvriers tous identiques les uns aux autres permettant de définir un "ouvrier moyen") est fausse






En ce qui me concerne, je pense que FH, JMA et AM ont grandi dans le mythe de l'ouvrier, ce qui veut dire avec le fantasme d'un ouvrier en salopette bleue et une clef de 12 à la main, sans connaître la population réelle des travailleurs.
je me suis mal exprimé, et donc vous avez tous raison. Effectivement on peut penser que je dis que l'ouvrier à disparu, et d'une certaine manière c'est ce que je dis. ça n'est absolument pas ce que je pense. En fait le parlais d'une certaine idée de l'industrie, liée à des "régions industrielles". Le coeur de l'industrie française est bien plus à Grenoble, du côté de Minatech qu'en Lorraine. J'avais préparé une liste d'entreprises industrielles, partout en France, reçues sur l'antenne en novembre, j'ai commencé (Ervor, Manitou..) ensuite venaient Gravotech, Paprec, Gorgé etc... (je vous donne tte la liste si vous voulez ) cela aurait été fastidieux. Mais évidemment, l'industrie moderne est notre avenir, je suis convaincu qu'il n'y en a pas d'autre, d'où la nécéssité urgente de parler 1/ de formation 2/ d'accès au capital
Elle est bien gentille votre logique capitaliste (qui n'est pas la votre mais celle du monde... j'ai bien compris). Mais l'adaptation des français (pour faire court) à ses contraintes va forcément vers une diminution de la qualité de vie. Jusqu'où trouvez vous cette diminution acceptable? A quel moment devient t-il temps de se poser la question d'un autre mode de vie?
Vous vous justifiez en disant que ça n'est pas votre rôle de parler d'autre chose, mais quel est votre rôle? Celui décrit dans votre derniers film, où vous faites une courte apparition (Les nouveaux chiens de garde... dans une séquence sur les ménages). N'y voyez vous pas un conflit d'intérêt?
bonne question :) Ma seule réponse c'est mon honnêteté intellectuelle. j'admets que c'est fort discutable. Mais c'est aussi pour ça que j'ai renoncé à ma carte de presse. Et puis vous ne me verrez jamais avec Mickey, ça non! Mon émission fait la promotion de l'entreprise, des entrepreneurs, et disons-le, du système actuel d'économie de marché. Cela limite les conflits d'intérêts. Mais j'admets que la ligne jaune est étroite, très étroite (un mot encore, je ne joue pas dans la même catégorie de tarif que ceux qui sont cités dans le film, oh non!)
Mais moi j'y vois plutôt une limite intellectuelle, ou morale. Car in fine le système pour lequel vous faites de la pub (je caricature) c'est les salaires qui baissent en Grèce, c'est les futurs chômeurs à Florange. Si je vois les choses comme ça, c'est que je suis trop tendre, pas assez ambitieux, pas assez réaliste?
ou les salaires qui montent au Brésil et les créations d'emploi à Grenoble?
c'est bien cela le problème.
Un système ou le bonheur de l'un fait le malheur de l'autre, n'est pas un horizon enviable est viable.
Il ne peut que déboucher que sur des conflits.
non, sur ce que l'on appelle la destruction créatrice
...qui a permis à Schumpeter son concepteur de prophétiser la victoire du socialisme.
La destruction créatrice est une explication du système et pas un justification.
Il en demeure pas moins que le malheur de l'un ne peut être justifié pas le bonheur de l'autre.
Il est clair que dans un processus d'évolution, l'on doit abandonner un état pour atteindre un autre état plus avantageux encore. Mais tt les parties de moi même doivent en bénéficier pour être considérées comme une évolution souhaitable.
On comprend bien que pour vous; l'industriel est bon et le financier mauvais. Il est clair que l'un laisse les miettes là ou l'autre prend tt ... on meurt moins vite.
Ceci est une opposition d'homme de droite , (c'est vrai qu'on ne dit plus droite mais social-démocratie) Et en ce sens là, vous avez raison, la séparation des banques de dépôt et d'investissement est un faux problème. Il faut repenser notre rapport a la matière et a sa transformation.
Le film ne cite pas directement votre grille tarifaire, il est dans la base de données que Lambert a obtenu par mail en indiquant son budget: il y a plus et moins que 15 000 euros.
Par exemple, votre participation nécessiterait 6500 euros hors-taxes d'après JEM productions.
C'est pas mal, non ?
:)) on en est loin. Mais personne ne me connait. Pour les gens cités, ça doit être l'ordre de grandeur effectivement
Donc JEM production se trompe, ou gonfle volontairement le montant pour en croquer un bout au passage (une sorte de "frais d'agence") ?
Je suis sûr pour ma part que des gens vous connaissent.
Certains ont dû voir par exemple cette émission avec Salveo, ou on apprend notamment qu'implanter en Algérie, ce n'est pas quitter la France mais grossir et ramener de la valeur ajoutée.
Je n'ai pas vu le rappel des salaires là-bas: environ 180 euros pour le salaire minimum.
Ça aide à s'implanter.
il est sur qu'il vaut mieux laisser mourir l'Algérie et dresser des barrières contre l'immigration. Ouvrez-vous! ouvrez le monde! ouvrez tout!
Parce-qu'ainsi, Valeo 'n' Co vont sauver le pays ? du reste, je ne vois pas le rapport avec l'immigration, mais une question au passage: que pensez-vous des délocalisations ?
Vous n'avez pas répondu à ma première question, peut-être un oubli, donc je vous la rappelle en précisant que contrairement à ce que vous répondez plus bas, vous n'êtes nullement obligé de répondre, vous le faites parce-que vous en avez l'envie et surtout le caractère; ce que j'apprécie à titre personnel.
DS, également contrairement à ce que vous affirmez, ne se sent pas obligé de répondre le forum, il ne livre que quelques incursions par-ci par-là, mais ne discute pas avec les @sinautes. ll repart toujours aussi soudainement qu'il est apparu, c'est son style.
Enfin, votre "ouvrez tout!" mériterait des précisions, si vous avez le temps. Bien que j'ai quelques idées de la réponse.
quand des gens me font l'honneur de s'intéresser à ce que je dis, la moindre des choses c'est de répondre non?
quelles questions? mes tarifs de ménages? je ne vous les donnerai pas.
les délocalisations? un mythe. très peu d'emplois, en réalité, sont détruits par délocalisation. Partir maintenant sur un débat, là dessus, nous prendrait trop de temps