53
Commentaires

Moins dangereux, le Covid ? Non... sauf pour Les Échos

Une récente mutation du coronavirus l'aurait rendu "plus contagieux mais moins dangereux", affirment le 20 août Les Échos à la suite de l'agence Reuters. Largement reprise par les radios, les télévisions et des titres de presse, l'information est pourtant parfaitement fausse, suscitant la colère de certains scientifiques et médecins.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 11 fois

même ça (que le covid est moins dangereux) on ne peut pas l'affirmer. 

- on n'aura jamais aucune idée du nombre de porteurs sains ou faiblement malades au début de l'épidémie, donc aucune possibilité de comparer la létalité à ce moment là et l'ac(...)

On entend toujours les mêmes depuis le départ : il n'y a pas de preuves ! Ca me rappelle un certain Apathie avec Médiapart. Certes mais, à ce moment là, il n'y aura jamais de preuves de rien sur ce Covid. Les chiffres montrent pourtant une mortalité (...)

Donnez aux gens l'information qu'ils veulent lire et ça fera du clic. Pour la responsabilité éditoriale, on verra quelques morts plus tard.

Derniers commentaires

Peut-être pour faire plaisir à un de ses chroniqueurs ?.

Et Dominique Seux dans tout ça ?

Ce qui n'a pas muté, en revanche, c'est le café du commerce et son beau comptoir en zinc. Journalistes, "expert·es", tou·tes s'y pressent pour faire part de leurs dernières idées géniales. A lire certains commentaires on se croirait revenu aux délires des années 80-90 sur le SIDA. Ça fout un peu la trouille. En attendant, personnes à risque, restez couvert·es, les c... qui savent tout et qui ont out compris volent en escadrille, mais c'est pas ça qui va vous protéger.

On entend toujours les mêmes depuis le départ : il n'y a pas de preuves ! Ca me rappelle un certain Apathie avec Médiapart. Certes mais, à ce moment là, il n'y aura jamais de preuves de rien sur ce Covid. Les chiffres montrent pourtant une mortalité qui a fortement chuté depuis mai alors que les contaminations sont en hausse depuis 1 mois. 


A un moment donné, il faut admettre que la rapidité du temps de cette maladie n'est pas celui d'autres maladies infectieuses comme le Sida et que les décisions doivent être prises en temps réel par le pouvoir mais aussi par chaque citoyen en fonction des données disponibles même s'il n'y a aucune preuve. 


J'ai une fois de plus l'impression que vous ne prenez vos sources que dans un seul camp, contrairement aux autres sujets plus classiques que vous maîtrisez plus (comme l'économie), celui de la médecine médiatique mainstream qui ne fait rien, critique tout ce qui dépasse et compte les  morts à la fin. 


Je m'avance sans doute un peu trop, mais je ne serais pas étonné que dans 1 ou 2 ans, Raoult soit complètement réhabilité, au regard de ce que son institut a accompli du point de vue scientifique pendant la crise (pas sur son caractère de cochon ou son côté hableur bien sûr). Et au final, la meute des médias et experts qui l'ont découpé en rondelles (il faut voir les éditos de Patrick Cohen, complètement de mauvaise foi, un cas d'école à remontrer dans quelques années), seront passés à autre chose sans aucune remise en question... et ASI ?

https://ourworldindata.org/coronavirus-data-explorer?zoomToSelection=true&country=~FRA&deathsMetric=true&interval=total&hideControls=true&smoothing=0&pickerMetric=location&pickerSort=asc


Le lien ci-dessus montre le nombre de morts dus au Covid-19 depuis le début de l'année en France.

J'ai n'ai aucune idée du taux de morts par rapport au nombre de personnes infectées, puisque les tests ne sont pas exhaustifs.

En revanche, la courbe indique clairement que le nombre de morts chaque jour est très faible depuis plus de 2 mois.

Alors oui, je pense que nous sommes en train de nous faire happer par une psychose savamment entretenue, et qui nous prépare à accepter sans broncher qu'un vaccin mis au point à la va vite, nous soit non seulement fortement conseillé, mais même qu'il soit peut-être rendu obligatoire par les autorités de ce pays.

Et je ne peux pas m'empêcher de penser que, comme chacun sait, la ruée vers l'or a enrichi des vendeurs de pioches. Dans le cas présent, ce sont les big pharma.


Je n'ai pas bien compris l'articulation logique entre la phrase "En revanche, la courbe indique clairement que le nombre de morts chaque jour est très faible depuis plus de 2 mois." et la suite. Vous ne l'avez pas exprimée. Quelle est-elle exactement ?

"Dans le cas présent, ce sont les big pharma". 

C'est bien normal, ça fonctionne comme ça en économie capitaliste et concurrentielle où la cupidité est une qualité essentielle à la survie. 

Bonjour, pour info le même thread que j'ai posté plus bas mais qui est aussi d'intérêt ici ;). Il explique les éventuelles raisons de manière argumentée et sourcée (en anglais pardon) la non dangerosité actuelle (et du coup la relativise (la non dangerosité)) : https://twitter.com/firefoxx66/status/1296080742607355904

les éventuelles raisons de la non dangerosité, désolé pour la typo

En espérant ne pas dire trop de bêtises car je ne suis pas soignant :


La courbe de mortalité générale n'apporte aucune information sur la dangerosité du virus, elle n'indique que la situation de l'épidémie avec 15 jours de retard.

Il faut une charge virale significative pour que le virus déclenche la maladie et plus la charge virale est importante, plus la maladie est grave (c'est ce que j'ai compris en tout cas).
Donc tant qu'on applique les mesures barrières, il semble cohérent que les formes graves de la maladie soient moins nombreuses. 

Toutefois si on abandonne ces mesures, il est probable que ça dégénère rapidement car le virus aujourd'hui est le même qu'avant en Europe (on a toujours eu une variante plus agressive qu'en Asie, on en parlait déjà au début de l’épidémie).


N'oubliez pas que plus le virus circule librement, plus il est "facile" de subir une charge virale importante ou d'aggraver la charge initiale en se surcontaminant à chaque nouvel échange.

De ce que j'en comprends, même les jeunes risquent une forme grave si on atteint une charge virale suffisante (donc si vous mettez 100 jeunes contaminés dans une salle close assez longtemps, si je suis ce raisonnement, au bout d'un moment ils chopent presque tous une forme grave. En supposant qu'ils excrètent du virus bien sûr).

D'accord sur le fait que les formes graves présentent en moyenne beaucoup de charge virale (et encore c'est au début de la maladie, puisqu'après, apparemment ça réduit fortement, les infections bactériennes prenant le dessus). 


En revanche, vous me paraissez faire un contresens dans votre exemple sur les 100 jeunes. Vous omettez en effet le facteur principal qui est l'immunité : les jeunes sont très très peu atteints par des formes graves, vraisemblablement en raison de leur système immunitaire. D'après ce que j'ai compris, une explication plausible est qu'ils aient été en contact plus récent avec des coronavirus classiques de type "rhumes" et que leur immunité en ait une mémoire plus "fraiche" ce qui pourrait expliquer qu'elle soit moins destabilisée que celle des vieux. Du coup, à l'inverse de ce que vous supposez, aucun des 100 jeunes ne développera probablement quoi que ce soit de grave puisqu'ils auront neutralisé le virus avant.

avant les réponses immunitaires adaptatives, il y a une réponse immunitaire innée (lymphocytes NK) "généraliste", qui, si elle est assez puissante, peut venir à bout du virus.

Merci de cette précision qui m'ouvre et m'enrichit. L'inconvénient ;) c'est que du coup, plein de questions me viennent, dont celle-ci : savez-vous si cette immunité innée baisse avec l'âge et si oui régulièrement ou brutalement après un certain âge ?

Ah oui merci pour ces précisions ce qui expliquerait aussi la moindre contagiosité des jeunes alors.
Mais est-ce qu'on ne parle pas là des très jeunes ?
il me semblait qu'à partir d'un certain âge (12 ans ?), le fonctionnement et la contagiosité était similaire à celui des adultes (donc système immunitaire suffisant pour ne pas tomber malade mais insuffisant pour neutraliser le virus ?).

Après si dans mon exemple je prends un groupe de 20-40 ans ça marche peut-être ?

je n'arrive pas à trouver des informations là dessus. il me semble que beaucoup de maladies contagieuses sont moins graves pour les enfants que pour les adultes... mais pourquoi ? jusqu'à quel âge ?


par ailleurs on dit souvent que le problème avec les jeunes c'est qu'ils vont coller le virus à leur grand-père même s'ils ne sont pas malades... mais tout de même, le gros de la contagion se fait par la projection des sécrétions, liée elle même à la maladie déclarée. 


réfléchir à l'immunité plutôt qu'aux barrières et protections, ou au moins autant, et ne pas attendre celle-ci seulement d'un vaccin-sauveur-suprème, ça pourrait peut-être limiter l'escalade parano... :(

La solution la plus "simple" me semble plutôt être la voie d'un traitement plutôt qu'un vaccin ou une immunité dont on ne sait pas encore si elle est possible. 

je ne pense pas qu'il y ait "une" solution.

"beaucoup de maladies contagieuses sont moins graves pour les enfants que pour les adultes... mais pourquoi ? jusqu'à quel âge ?"


Il me semble qu'on disait cela autrefois, qu'il "fallait" attraper les maladies dites "infantiles" dans son enfance, pour éviter de les avoir plus tard. Rougeole plus dangereuse (mais également pour les bébés qu'on protégeait de la contagion), risque de stérilité masculine pour les oreillons, rubéole problématique en cas de grossesse, etc... 


Cela semble se vérifier aujourd'hui, la généralisation du vaccin contre la rougeole induirait des problèmes chez les adultes, le vaccin, contrairement à la maladie elle même, n'étant pas porteur d'une immunité définitive.

Je ne sais pas s'il a muté, mais le connardovirus est toujours actif. Protégeons-nous !

Les Échos ? Vides !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Daniel Fortin –dont la seule réaction sur Twitter face à la polémique fut d'indiquer à Eric Billy que "l'outrance enlève beaucoup de crédibilité à vos propos"– n'ont répondu."


Le mec s'est cru à la cour de Versailles quoi, en quoi le ton enlève de la crédibilité aux propos d'un professionnel, en dehors des milieux mondains ? (dont les codes et valeurs semblent avoir imbibé trop de journalistes "nationaux")

La preuve est ainsi apportée que , sur la Covid, les professeurs chevelus ne sont pas les seuls à  dire des conneries ...

Le blog, tenu par Marc Gozlan, et publié par le journal le Monde (pour une fois que ce journal est dans la qualité) est cité ici et ce n'est que justice. MG apparaît dans la thématique "sciences" et sur le Covid ses articles (il est médecin et journaliste) sont sans doute les meilleurs de toute la presse française. Très pédagogue et inlassable des publications étrangères.

Donnez aux gens l'information qu'ils veulent lire et ça fera du clic. Pour la responsabilité éditoriale, on verra quelques morts plus tard.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.