18
Commentaires

Mediator : "Sortir le nombre de morts, c'était le tournant de l'histoire"

Ce lundi 29 mars, les laboratoires Servier ont été condamnés à une amende de 2,7 millions d’euros pour tromperie aggravée, homicides et blessures involontaires dans l’affaire du Mediator. L’ancienne journaliste du Figaro, Anne Jouan, qui a révélé pour la première fois le nombre de morts liées à ce médicament, raconte tout à ASI.

Commentaires préférés des abonnés

Merci à Anne Jouan pour son travail pro et acharné.


Sacrée histoire, avec la cheffe qui travaille pour Servier et Etienne Mougeotte qui soutient sa journaliste (il me surprend positivement).


Bravo à Anne Jouan. Elle mériterai un prix Albert Londres pour son travail sur le médiator.

(...)

Superbe article!


Derniers commentaires

Et qu'en est-il des responsables de l'AFSSAPS... ? (co-réponsables). D'autre part un film a été tiré de l'histoire d'Irène Frachon "La fille de Brest" avec dans son rôle la délicieuse Sidse Babett Knudsen. (Borgen)

Nous sommes nombreux à remercier Anne Jouan, et elle le mérite amplement. On peut aussi remercier Maurice Midena de nous l'avoir fait connaître aussi précisément. Et d'avoir si bien mis en lumière les atteintes sournoises à la liberté de la presse. 


Cette phrase, particulièrement, est terrible: "je me dis que cette histoire est énorme, et que le lendemain je peux être virée du journal ! Donc je range mon bureau en me disant que ça ira plus vite pour faire les cartons..." Réfléchissons y bien: une journaliste travaille sur un sujet "énorme"... et s'apprête à être "virée" pour ça... 


"Remerciée", quoi...

Je me demande comment on fait pour vivre quand on est la rédac' chef citée par l'article. Je veux dire, le matin, devant la glace, est-ce qu'on voit un monstre ?

Du bon travail de vrai journaliste.


Maintenant je me pose deux questions :

- pourquoi cette rédactrice en chef a-t-elle pris le parti de Servier ?

- et a contrario pourquoi Mougeotte ne l'a pas pris ?


Non pas que je prenne Mougeotte pour un pourri par définition et que ça me surprend qu'il n'ait pas enterré l'affaire alors qu'il en avait la possibilité mais on nous explique que son frère était directeur financier de Servier.

Et pourtant donc il n'est pas tombé du mauvais côté du conflit d'intérêts.


Et c'est là le fond de la question... deux personnes (qu'importe qu'il s'agisse de Mougeotte, qui que soit cette rédactrice en chef) réagissent différemment alors qu'on peut raisonnablement argumenter que la seule attitude éthique est de sortir l'info. Mais qu'est-ce qui fait que l'une se mettre du côté des victimes et l'autre de Servier ?

Question complexe... à laquelle il ne sera probablement jamais possible de répondre... mais fascinante je trouve.

Première hypothèse, Mougeotte à sa carrière déjà faite, il est moins impressionable qu'une simple rédac-cheffe


deuxième hypothèse, la priorité de Mougeotte c'est l'audience et avec son expérience, il sait que c'est bon pour son journal d'être en pointe sur un tel scandale, que ça va faire vendre.


Les deux hypothèses ne sont pas exclusives l'une de l'autre.

On ne peut pas non plus exclure l'hypothèse que Mougeotte soit doté d'une âme.

Ou tout simplement faire l'hypothèse que les gens ne sont pas que leur statut professionnel, qu'ils ont une vie hors du boulot, une histoire, des amis, des liens de toute sorte avec leurs multiples entourages. 

Oui, il suffirait que Mougeotte connaisse quelqu'un à qui il tient qui a pris du Mediator pour que ça le touche humainement, par exemple.

"une histoire, des amis, des liens" hors du boulot


Oui, et contrairement à l'idée première qu'on pourrait se faire en lisant "ASI : - À cette époque, le frère d’Étienne Mougeotte est le directeur financier du laboratoire Servier" ...peut-être qu'il était fâché avec son frère et de ce fait il n'était pas tenté de cacher l'affaire sous le tapis ?

Merci pour cette histoire dans l'histoire, et bien sûr, bravo à Anne Jouan pour son acharnement. Juste un étonnement : elle n'a jamais contacté Irène Frachon ? Pourquoi ?

Je rejoins les commentaires, ce feuilleton est captivant, le travail d'Anne Jouan dans un contexte de série américaine est admirable. Ca redonne foi au journalisme. Merci pour ça !

Super debriefing qui met en lumière, par transparence, l'intérêt d'avoir de bons journalistes. 

On voit tous les mécanismes et tous le contexte qui s'opposent à leur travail.

Bravo à tous les deux

Fascinant, tant sur l'affaire que sur le travail de journaliste. Merci pour l'interview

Sacrée histoire, avec la cheffe qui travaille pour Servier et Etienne Mougeotte qui soutient sa journaliste (il me surprend positivement).


Bravo à Anne Jouan. Elle mériterai un prix Albert Londres pour son travail sur le médiator.

Superbe article!


Effectivement : merci pour ce travail ! 

Merci à Anne Jouan pour son travail pro et acharné.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.