76
Commentaires

Médecins médiatiques : les 4 familles de la 2e vague

Certains sont devenus des habitués des émissions et chaînes d'info, tous s'expriment dans les médias depuis plusieurs mois à propos d'une deuxième vague. À quelles familles de pensée sur le Covid appartiennent ces chercheurs et médecins médiatiques (des hommes dans une écrasante majorité), et quelles chaînes les invitent ? Nous avons examiné les positions d'une quinzaine d'entre eux, au-delà des camps déjà connus des "alarmistes" et des "rassuristes" : on vous présente les "lunettes roses", les "préventifs", les "confiants de l'été" et les "inconstants".

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 13 fois

« je suis toujours étonné par cette volonté de museler les gens qui ne sont pas de son avis »

Parce qu’il ne s’agit pas d’avis, en fait. C’est comme pour le réchauffement climatique : on a perdu énormément de temps à cause des journalistes formatés av(...)

En voyant les visages des différents docteurs, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il s’agit là exclusivement d’hommes blancs d’une quarantaine d’années minimum (sauf pour un ou deux, peut-être. Mes excuses, je ne suis pas douée pour donner un âge(...)

L'infectiologue Nathan Peiffer-Smadja a rédigé un thread rageur contre les chaînes d'info qui continuent à inviter les "lunettes roses" 


je suis toujours étonné par cette volonté de museler les gens qui ne sont pas de son avis. 


Je ne sa(...)

Derniers commentaires

En gros, personne ne sait rien mais tout le monde a un avis sur tout. Une bien belle leçon d'humilité, comme d'ab.

Il n'y a pas de seconde vague.



Aujourd'hui, je suis allé consulter le site de SantePubliqueFrance pour voir si les prédictions que j'avais faites il y a un mois étaient correctes, chose que je n'avait pas fait depuis plus d'une semaine. 


Et là, je vois qu'il y a eu 30 000 nouveaux cas détectés. Avec un taux de positivité de 12%. Bien sûr, les chiffres quotidiens varient grandement. Et si on prend la moyenne sur les 7 derniers jours, ça ne fait "que" 20 000 cas/jours. Mais quand même, c'est énorme. Surtout que le nombre réel de cas est bien plus important.


De mi-juillet à mi-septembre, la croissance de l'épidémie (nombre de nouveaux cas/jours) était exponentielle, avec un doublement du nombre de cas tous les 15 jours. A cause du changement dans la politique de tests, il est difficile de savoir si cette croissance exponentielle a continué. Si c'est le cas, ça veut dire qu'il y a en ce moment 40 000 nouveaux cas/jour (on était à 10 000 mi septembre donc 4 fois plus un mois plus tard). C'est tout à fait possible vu les chiffres officiels que l'on a aujourd'hui. Disons qu'on est dans une fourchette de 20 000 à 40 000 nouveaux cas par jour



Il n'y a pas de seconde vague.


 20 000 à 40 000 nouveaux cas par jour, ça signifie que l'on n'est pas encore au niveau du pic de la première vague (où il y avait plus de 100 000 contaminations/jour). Mais même au niveau actuel, ça signifie que chaque jour, parmi toutes ces personnes contaminées, entre 100 et 400 vont mourir au terme d'un mois de maladie et sans pouvoir être en contact avec leurs proches. Ces personnes sont déjà condamnées, même si leur mort ne sera enregistrée que dans plusieurs semaines.


Environ 1000 personnes sont mortes en septembre. Environ 1000 autres depuis début octobre. Combien vont encore mourir d'ici la fin octobre ? 1500 ? 2000 ?  Et encore, on ne compte que les morts à l’hôpital. Pas ceux en EPHAD ou à domicile... On attend quoi pour se dire que c'est déjà trop ?



Il n'y a pas de seconde vague.


A ce niveau là, ce n'est pas des "lunettes roses" qu'ont tous ces désinformateurs, mais un bandeau devant les yeux et de la merde à la place du cerveau. Punaise, mais comment font-ils pour ne pas avoir la décence de reconnaître qu'ils se sont trompés ? Ou simplement se taire ? Ils ne savent pas faire une simple multiplication pour calculer le nombre de gens qui vont bientôt mourir ? Ils s'imaginent quoi, que l'épidémie va décroître toute seule ? Que c'est un phénomène aléatoire ? Qu'il suffit de fermer les yeux pour la faire disparaître ? Même un bébé de 8 mois a quelques notions de la permanence des objets. Eux non.


Ce ne sont pas des experts, ce sont des sous-merdes qui étalent leur ignorance crasse dans tous les micros qu'on leur tend. Et tout le monde politico-médiatique continue son cirque habituel comme si de rien n'était. Macron prend des mesurettes absurdes et inefficaces, et les journalistes, comme le gouvernement, n'anticipent rien. Ils n'ont aucune mémoire, ne se projettent pas dans l'avenir, sont incapables de penser à autre chose qu'au présent. Et encore, ils pensent tellement mal...



Il n'y a pas de seconde vague.


Taisez-vous. Taisez-vous, bande d'indécents. Vous n'aimez pas les masques et le confinement ? Et bien on va y avoir droit à nouveau (au moins localement). On va l'avoir, le sang et les larmes. Les mois de novembre-décembre ne vont pas être une partie de plaisir. Bon courage à tous. Prenez soin de vous, prenez soin de vos proches, prenez soin les uns des autres.

Cet article me pose problème... Vous vous basez sur quoi exactement pour les catégoriser ? Sur visiblement rien (ok, les déclarations des uns et des autres). Selon mois le problème est plus complexe et une autre analyse aurait été intéressante :
1- Doit-on encore écouter ceux qui n'ont eu de cesse de se tromper ?
2- Si une personne "ne se mouille pas", et ne s'est jamais mouillé, certes elle a un discours neutre et de prévention, mais est-ce qu'il apporte réellement un point de vue pertinent sur l'état de l'épidémie ?
3- Vous qualifiez certains de "lunettes roses". Pourquoi pas, mais en se basant sur quoi ? Est ce qu'ils ont des arguments, des preuves, des théories ? Sont-elles réfutées ou réfutables ? Sont-ce des lunettes roses ou un avis scientifique réfléchis ?

4- N'est ce pas normal pour un scientifique d'analyser et changer d'avis selon les connaisses ?

Bref, je ne me prononce pas sur qui a raison et qui a tord je n'en ai pas les compétences, mais clairement je pense qu'il aurait été plus intéressant de faire un beau tableau récapitulatif avec les prédictions, les recommandations, et les arguments apportés par chaque partis.

"alarmistes","rassuristes", "lunettes roses",  "préventifs",  "confiants de l'été",  "inconstants" ...


Les foires d'empoigne que sont devenues les chaînes de pub/info en continue ont flingué la crédibilité du monde médical.


Ce n'est pas avec de telles épithètes que l'on va la faire remonter.


Au-delà de leur bêtise, ces médias diffusent de la peur et de l'angoisse en continue.


Et la peur est la grande ennemie de l'intelligence.





Sans parler du docteur Pascal Praud qui est une injure au serment d'Hippocrate !

Plusieurs problèmes se posent ( petit à petit on arrivera à cibler les dysfonctionnements ) ou s'entrechoquent et il semble prématuré de dégager quelques lignes de forces dans une analyse. Mais le simple constat oblige à considérer ce qui se passe :


- dans l'information et la désinformation - les chaînes d'in-faux con tinue


- dans le rôle de vedettariat que s'approprient quelques professeurs de médecine.  


- des limites de connaissance de la dite "science médecine ", perdue assez rapidement. (deux exceptions , Mme la professeur Crémieux a toujours dit que " on ne savait rien de cet alien, qu'on aprennait tous les jours .."etc, ainsi qu'un médecin généraliste, Hyun , pas certain de l'ortographe de son  nom, qui lui était encore plus clair : "en médecine on soigne par analogie, et là.. de plus on ne dire qu'il y a guérison qu'après..), ou cet imminent docteur Xavier Pothet estimant que si on n'est pas malade, on n'a pas vocation à porter un masque. ..mon préféré celui-là


- sur les oubliés de la recherche (exemple du Jérôme Canard, auteur d'un article dans le journal le Monde, il travaillait avec une équipe pluridisciplinaire -médecins, biologistes, vétérinaires anthropologues.. etc)  après le premier Sras, disposait d'un budget de recherche, mais vu la brièveté de la première infection, on a décidé de stopper les frais. Cependant il a identifié immédiatement la parenté du Covid actuel avec l'ancien.


- sur le rôle des politiques (les Bolsonaro, Trump, Johnson) qui d'ailleurs se retrouvent nt tous trois guéris; Etonnant non?

- sur le rôle des politiques depuis des années en France, libéralisme économique oblige, tous présidents et gouvernements confondus : assécher les dépenses de l'hôpital public, réduction de lits, et à ce jour, on bute sur le nombre de lits en réanimation ou Trump aux USA qui a coupé les crédits d'un organisme qui effectuait un "listing" de tous les virus, et en effet ce peut-être très important.


- sur le rôle des complotistes de tous bords : ce n'est qu'une gripette etc...et même les militants politiques d'extrême gauche, dévastés dans leurs pronostics sur le  "régime capitaliste": le virus réalise dans le système économique ce que leurs prévisions de grève générale n'a pu atteindre.. donc on " nous ment sur la gravité de la pandémie, une mise en scène (disent-ils), ..  .on cherche à museler par ce moyen le bon peuple .. . etc et bravo au bon docteur raoult, lui vrai résistant du et des systèmes) 


- si on avait  le courage de se pencher sur ce qui s'est passé dans les Ehpad..?


Un jour viendra, disait le poète. Il faudra expulser tous les virus mentaux en véritable inflation qui ont dévasté notre univers, et tenter d'en tirer toutes les leçons. 

Il faut mettre fin d’urgence aux commentaires béats de journalistes ineptes, qui nous annoncent, tout sourire, que ces controverses sont normales, pire, bienvenues, puisque c’est ainsi que progresse la science.


Ces bavards professionnels n’ont probablement jamais rencontré un épistémologue, sauf peut être J.M Apathie, toutologue réputé. Il n’est pas question ici de débats scientifiques mais au mieux, d’échanges d’opinions, où chacun d’ailleurs sort allègrement de son domaine de compétence, et qui consiste à prédire ( et non prévoir) dont chacun sait que c’est extrêmement difficile, surtout quand ça concerne l’avenir….


Ex. de vrai débat scientifique ? Galilée et les rapports soleil-terre, le quantisme ou la relativité etc. D’où sort effectivement une nouvelle approche scientifique. Quant aux masques, dessus ou dessous la barbe, ça relève tout au plus d’un débat capitainehaddokien qui débouchera sur un immense … Rien !

il faut noter que freund a été beaucoup plus nuancé quand monsieur est allé faire le malin sur RT et c'est vu récupérer par la mouvance complotiste d’extrême droite.


De plus il a été plus rassuriste sur BFM et plus modéré sur twitter, 2 média qui n'ont pas du tout le même impact.


il y en a un qui est tombé dans les poubelles de l' histoire, c' est michel cymes ! enfin !

Et voilà, cet article cautionne sans aucune preuve l'existence d'une seconde vague sous couvert de parler des prévisionnistes.


Elle va peut-être arriver, mais quand on regarde les courbes de mortalité ou de lits d'hôpital, rien ne permet de signaler de "seconde vague" pour l'instant. Il y a une confusion totale entre des prévisions (augurées par les courbes de cas contaminé) et la mortalité ou les réanimations effectives : parler de seconde vague alors qu'on a des cas positifs sans savoir si ces personnes sont malades, si elles vont le devenir, si leur maladie va être grave, si elles vont être vecteurs de contamination, si le virus est tout aussi dangereux que celui de mars, s'il y a effectivemetn ou pas une immunisation collective partielle, si le virus va muter méchant, s'il va se recombiner avec un autre coronavirus ou un rhinovirus, etc., c'est de la pure et simple divination (qui, pour l'instant, ne s'est pas traduite dans les faits). Le fameux Blachier a ainsi corrigé récemment son discours en disant qu'on était sur le haut d'une vaguelette, ce qui montre qu'il dit, tout comme ses collègues de plateau télé, absolument n'importe quoi (pourquoi aurait-il davantage raison aujourd'hui qu'hier ?).


Quant aux tests, il faut être sacrément de mauvaise foi pour dire qu'ils annoncent une "seconde vague", puisque d'une part nous n'avons aucun point de comparaison avec mars, et que d'autre part quand on s'intéresse un peu à ce qu'est un test PCR sur le Covid (et les modèles auxquels on compare les prélèvements), on est conduit à être extrêmement méfiant sur le résultat.


Et au lieu de me traiter de complotiste, puisqu'ici il y a des moyens d'investigation, allons-y, devenons plus compétents ensemble : faites une émission avec des chercheurs virologues spécialistes du SARS-Cov-2 (pas ceux qui travaillent sur le SIDA, hein, ça n'a rien à voir) et des personnes qui mettent au point les tests (l'ensemble de la chaîne) pour savoir si et comment le virus a été isolé et comment sont élaborés aussi bien les échantillons de comparaison que les tests. L'idée, c'est d'entrer dans le dur du processus, depuis l'isolation du virus jusqu'à la mise au point des tests PCR et leur qualification aux normes requises par le gouvernement français. Pour donc juger sans aucun complotisme de qu'est-ce qui est effectivement testé par les tests PCR actuels et de comment donc juger du résultat donné quotidiennement par SPF.

Si je puis me permettre Philippe Juvin n'est pas maire de Garches mais de La Garenne-Colombes (92)

CNews s'est recuperé les boulets; tout est cohérent. Et Toubiana n'est pas épidémiologiste; il a des diplomes en physique et en informatique.

L'urgence, la recherche du scoop, l'audimat orwellien, et une dose de paresse font que non seulement on voit tout le temps les mêmes médecins, mais aussi les mêmes économistes; les mêmes anciens généraux lorsqu'il faut parler d'une intervention militaire à l'étranger impliquant l'armée française. Du recyclage diffusé jusqu'à dégouter nombreux /ses téléspectateurs/trices

Très agréable de lire un article qui source chacune de ses affirmations. Et en plus en déforme peu le sens, ce qui est sans doute lié.


Un belle découverte le Yonathzan Freund : A suivre sur twitter ! Ca fait du bien aussi ces gens qui disent : sur ce point ma prévision n'était pas bonne. Ca le mérite d'être clair et lisible. L'inverse de Raoult, dont la mégalo et le caractère très scientifique empiriste (je ne fais pas de prévision, je pars juste des données existants) rendent la portée des propos difficile à comprendre (bravo d'ailleurs à Lois Guémart qui lui aussi a évolué à ce sujet après avoir été un peu rapide et même parfois méprisant à l'égard de Raoult)

Je me permet néanmoins quelques correctifs à la marge :

- "pour le second (Toubiana), bien plus de gens ont été malades en réalité, et ont donc acquis une immunité, que ce que les pouvoirs publics imaginent, déclaraient-ils déjà en mai
=> Ca n'est pas ce qu'il déclarait, a minima la justesse dans le mots aurait voulu que Loris Guémard dise "a fait 'lhypothèse". A minima étant donné que Toubiana lui même parlait d'hypothèse fragile.

- Kierzek aurait dû être dans les inconstants-

Deux suggestions  enfin:
- Créer la catégorie "Lunettes de soleil" : Pourquoi ne pas faire une catégorie sur "ceux qui ont eu bon ou plutôt bon avant l'été"  ?
- Créer une catégorie "soleil noir" : ceux qui avait tort et n'ont eu cesse de crier au loup, et qui peut-être auront enfin raison, mais espérons que non.

C'est le constat d'une immense faille de méthode. Je me demande bien où ces médecins, en particulier les épidémiologistes, apprennent à faire des projections et de l'aide à la décision.

Il y a en fait ceux qui pensent qu'il y aura une seconde vague (peu importe que ce soit en août, septembre ou octobre) et ceux qui pensent qu'il n'y en aura pas mais ont l'humilité d'imaginer qu'ils peuvent se tromper.


Alors, tous doivent prioritairement:

1. Expliquer ce qu'il fait faire pour la prévenir / la limiter

2. Proposer tout ce qu'il est possible de faire pour la gérer au mieux à l'avance, certainement dans ce contexte d'incertitude : an-ti-ci-per ou "prévoir, c'est gouverner".


Après, que ça nous tombe sur la figure en septembre, octobre ou janvier, qu'est-ce que ça change ?

"C’est normal de vouloir savoir et prévoir, mais il aurait peut-être fallu que les médecins acceptent de faire preuve de prudence pour promouvoir la prévention avant tout. Et du côté des médias, mieux accepter des réponses en 'je ne sais pas' ", suggère à ASI la journaliste scientifique Laure Dasinières.


Oui. Promouvoir la prévention avant tout.


Par ailleurs, quelqu’un a-t-il vérifié que Le Doc est bien médecin ?

L'infectiologue Nathan Peiffer-Smadja a rédigé un thread rageur contre les chaînes d'info qui continuent à inviter les "lunettes roses" 


je suis toujours étonné par cette volonté de museler les gens qui ne sont pas de son avis. 


Je ne sais pas si c'est particulièrement français, mais comme chacun navigue à vue dans cette épidémie; s'arroger le droit de dire qui doit parler et qui doit se taire me laisse pantois.


Merci à @si d'avoir invité Toubiana afin de permettre à chacun de se faire une opinion.Même si l'équipe semble le regretter ( pourquoi d'ailleurs ?) cela me semble salutaire.


Je ne vois pas pourquoi les "alarmistes" qui se déclarent comme tel aurait plus le droit de parler que les autres ?


La situation n'est alarmante que si on refuse l'idée d'une immunité à venir et qu'on lui préfère un hypothétique vaccin qui viendra sauver le monde ( oui mais quand et  pour qui ? )


bonne émission sur France Culture ce soir, avec des spécialistes ayant été au front lors de la pandémie ( médecins et infirmières ) et qui pour autant semblent raison garder contrairement à beaucoup d'autres, ( y compris sur ce site avec moult insultes pour ceux qui ne partagent pas l'hystérie paranoïaque qui s'est emparée de certains ) et pour qui la seconde vague ( s'il y a... ) n'est pas encore là :


https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/lhopital-est-il-arme-pour-la-deuxieme-vague



« je suis toujours étonné par cette volonté de museler les gens qui ne sont pas de son avis »

Parce qu’il ne s’agit pas d’avis, en fait. C’est comme pour le réchauffement climatique : on a perdu énormément de temps à cause des journalistes formatés avec l’idée que pour un bon débat il fallait inviter « un pour, un contre ». Quand bien même l’un des deux représente 99,9% des scientifiques et un consensus bien établi sur des preuves solides et l’autre, heu... lui-même, sur la base d’arguments maintes fois démontés par la méthode scientifique. Là on était  moins dans le consensus sur certains aspects parce que la connaissance évoluait, mais les Raoultiens représentent clairement un  danger pour la science et pour la société. Ils sont démentis par 99,9% des gens qui travaillent sur le sujet et TOUS les faits jusque là leur donnent tort. À un moment il faudra qu’ils répondent de leurs actes mais en attendant non, ce n’est pas « museler les gens d’un avis différent » que de ne pas les inviter.

je comprend votre réponse mais elle ne me convainc qu'à moitié. Les contradicteurs à la ligne officielle ne sont pas le péquin de base ni le journaliste lambda; mais des scientifiques aussi.


Sans vouloir ramener encore une fois à Raoult qu'on brandi  ( comme on brandissait le nom d'Allègre autrefois ), il me semble que ce type ( pour avoir discuté avec un médecin biologiste qui est passé par son service durant quelques années ) n'est pas totalement l' usurpateur qu'on veut bien prétendre ici.


On critique entre autre son manque d'humilité en faisant preuve autant que lui de fort peu d'humilité aussi ( y compris sur ce site )

"On critique entre autre son manque d'humilité en faisant preuve autant que lui de fort peu d'humilité aussi ( y compris sur ce site )"

Le débat c'est sévèrement envenimé, c'est sure, mais la position outrancière que certain ont finit par prendre n'est que le miroir de celles des "Raoultiens". Personellement je suis rentré dans ce débat en mars, dans le but de calmer le premier débat sur ce sujet qui partais en live, et j'ai trés vite été pris à parti, et ce n'est pas par les critiques de Raoult. Tout celà était avant que sa "défence" et le décorticage complet de ses études ne se soit répendus.

 "n'est pas totalement l' usurpateur qu'on veut bien prétendre ici. "

Il n'y a pas de gradiant à ce sujet, on fait de la science ou on en fait pas, dans cette affaire il n'en a pas fait, et ce depuis la position d'un scientifique reconnus que la société lui a confiée.

Les connaissances actuelles semblent aller dans le sens de "pas d'immunité possible" d'après ce que j'ai entendu. Ca reste incertain mais il y a quelques cas constatés de réinfection, parfois plus bégnines et parfois plus graves que la 1ère infection.


Bien qu'on dispose de peu de données pour le moment là dessus, il ne me semble pas raisonnable de compter sur une immunité collective.

Bien qu'on dispose de peu de données pour le moment là dessus, il ne me semble pas raisonnable de compter sur une immunité collective. 


Pourtant en Inde cela à semble-t-il été, à priori, le cas pour les classes très pauvres          ( j'avais mis un lien d'un article il y a quelque temps sur le site )

Quant au continent africain, moins touché que ce que l'OMS ( et toute personne saine d'esprit ) redoutait, il semble aussi que cela ait joué ...


Ceci dit, cette histoire d'immunité ne se fait pas sans conséquences et nous ne sommes plus près à prendre ce risque. 

Et ce n'est pas fiable à 100 % puisque comme vous l'indiquez certaines personnes ont été réinfectées, même si ça reste des cas à la marge je pense.


J'ai moi-même eu 2 fois les oreillons 

;-)


Personellement je comprend assez bien pourquoi des professionel studieux prennent mal d'être représenté publiquement par des tacherons qui baclent le travail ou par des gens qui ne sont même pas de leur métier. C'est sur qu'il y a aussi l'égo, mais pour ceux ciblé par le message que vous citez il y a d'autres raisons évidentes.

des tacherons qui baclent le travail ou par des gens qui ne sont même pas de leur métier 


Encore une fois, si on parle de Raoult ( marre de ce type ) pour avoir eu un avis d'un médecin assez proche de son travail; il semblerait que ses méthodes discutables ne soient pas sans effets bénéfiques par le passé tout du moins... 

Il semble aussi que ce soit un vrai bosseur ( contrairement à ce que ses interventions intempestives et répétée laissent à penser )


Enfin, je ne suis pas cancérologue personnellement, mais je m'autorise quand même à avoir un avis sur la question du lien entre les pesticides et les nombreux cancers chez les viticulteur par exemple. 


Tout ça pour dire qu'on ne peux pas interdire à quelqu'un qui n'est pas du métier d'avoir une opinion ( oui, je sais, il ne s'agit pas d'opinions mais de faits ) sur un sujet; aussi sensible soit-il. 

Et les scientifiques qui s'expriment différemment ne sont pas totalement illégitimes à mes yeux (je peux concevoir qu'ils le soient aux votre )


"mais je m'autorise quand même à avoir un avis sur la question"
Oui, mais vous n'êtes pas invité entant qu'expert du sujet sur les plateau et vous ne vous autoriseriez  pas sur un plateau des affirmations péremptoires,  faiblement sourcées façons arguments d'autorité, sur ce sujet. Sois vous donneriez un avis citoyen, soit vous tranmettrez un avis venant d'une source pouvant elle-même faire autorité.

"on ne peux pas interdire à quelqu'un qui n'est pas du métier d'avoir une opinion"
Bien sure, mais le dispositif médiatique ne peu pas les placer en tant qu'experts. C'est un peu le même questionnement, à l'inverse, pour les économiste que l'on précise "de gauche" là où on ne précise pas ça pour ceux de droite, ça met en question leur experitise par rapport à leurs collègues.

"Et les scientifiques qui s'expriment différemment ne sont pas totalement illégitimes à mes yeux (je peux concevoir qu'ils le soient aux votre )"
Le problème ce n'est pas  le fait de s'exprimer, mais la manière, pour moi. La science est un travail collectif et est un art du doute. On peu faire des affirmations si on s'appuie sur des travaux et qu'on écarte pas de notre analyse des éléments connus juste parce que ça nous dérange.

Je prend un exemple dans la science que je maitrise le mieux, l'Histoire. Ce qui fait que la légitimité de Zémour sur Vichy peu être rejeté, ce n'est pas la morale, le fait qu'il ait une vision du monde nauséabonde n'est pas un argument, ce n'est pas non plus qu'il ne soit pas un chercheur en histoire dans une structure reconnus, on a des trés bon travaux monté par des "amateurs". Par contre Zémour a rejeté et/ou déformé des travaux et des sources selons ses envies et besoins, et il s'est placé, malgré tous dans une position d'autorité.

La pricipale protection contre ce genre de choses c'est la revue par les paires, le tir de barrage fait par la concurence qui permet d'éprouver une théorie. C'est dans l'échange d'arguments qui suit que l'on voit si la théorie tiens. Si je vois quelqu'un esquiver ce débat à distance sans arguments autres que de simple forme, c'est là que je me met à douter de la qualité de son expertise. C'est ce qui c'est passé avec Raoult pour moi et le coronavirus. Je n'ai pas d'avis global sur ses hypothèses de recherches, juste sur sa manières de les tester et de les défendres depuis mars.
C'est ce que voulais dire par "tacherons", je ne parle que de ce cas précis. Et finalement c'est le problème que j'ai aussi avec Toubiana quand je vois son attitude par rapport à la revue par les paires.

En tous cas le savoir fonctionne par autorité. Pas celle de personnes, mais celles de travaux, de méthodes. C'est ce qui permet d'ailleurs à des gens qui ne sont pas du sérail de participer. Par contre, contrairement aux objectifs politiques, ils ne sont pas une question de simple oppinions, sinon il n'y auais pas de problème avec l'enseignement du créationisme en biologie à l'équivalence de la théorie de l'évolution pour les collégiens, et ce malgré toutes les preuves.

En gros, le problème ce n'est pas tellement les "alarmistes" et les "rassuristes" ou le fait d'avoir un poste certifié, c'est le fait que s'exprimes dans les médias des gens qui ont esquivé le débats contradictoire en amont avec ceux qui sont capables de détecter les faiblesses de leurs arguments.

Je ne sais pas si c'est particulièrement français,Je ne sais pas si c'est particulièrement français,


c' est quoi un thread ? pas de mot français ?

C'est sur qu'on est pas obligé d'utiliser le vocabulaire de twitter pour arler d'un fil twitter (fil de messages qui s'enchaîne pour former un texte unique).

"y compris sur ce site avec moult insultes pour ceux qui ne partagent pas l'hystérie paranoïaque qui s'est emparée de certains"

En fait, mes observations montrent plutôt que ceux qui se font rentrer dedans sont des gens sortant des données isolées et décontextualisées appuyé sur des affirmations fortes, souvant venant des résaux de soutients à Raoult.
On est pas vraiment dans une opposition "paranoïaques"/"rason gardé", beaucoup des critiques pensent également q'on en fait trop, et des argumentaires posées, comme ceux de "un et un font trois" ne se font que discutées, pas attaquées. Le débat autour de Raoult et de la méthode scientifique a laissé de grosses traces.

"si on refuse l'idée d'une immunité à venir"
Disont que ce n'est pas quelques choses qu'on décide, et pour ça il faut passer par une augmentation des contaminations. Ce qu'on appellent courament, même si c'est impropre, une "seconde vague".

On en est la. Vague ou vaguelette?

Et pourquoi quasi rien en Italie et Allemagne, et plus en France et UK?

Ils ne sont pas soumis au même loi de prédiction de la "2ème vague"?

En voyant les visages des différents docteurs, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il s’agit là exclusivement d’hommes blancs d’une quarantaine d’années minimum (sauf pour un ou deux, peut-être. Mes excuses, je ne suis pas douée pour donner un âge aux gens en général). Sait-on si des personnes d’autres genres ont été contactées pour participer à ces plateaux ?

Désolée pour ce commentaire hors-sujet (ou pas).

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.