239
Commentaires

Martin Winckler, culture séries

Censure par le doublage, présélection politiquement correcte: la diffusion des séries américaines en France révèle comment nos chaînes nationales ont parfois le sentiment de devoir "éduquer le peuple" et le protéger du réel. C'est en tous cas l'avis de Martin Winckler, qui étudie depuis vingt ans notre façon de consommer des séries. Toutes ces prochaines semaines, Rafik Djoumi ira à la rencontre d'autres spécialistes de la "culture séries", scénaristes, réalisateurs, fins connaisseurs, à la découverte de séries connues ou moins connues, et surtout du rapport qui nous lie à elles. Suite... @u prochain épisode.

Derniers commentaires

Voilà le genre de question que se pose les créateurs de fictions en France :

« Le cinéma va-t-il mourir de la série télé? »

C'est le sujet de l'émission : « Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert » http://www.franceinter.fr/emission-pendant-les-travaux-le-cinema-reste-ouvert-le-cinema-va-t-il-mourir-de-la-serie-tele du samedi 06 juillet 2013 12h-14h.

L'émission n'a pas encore eu lieu à l'heure de mon commentaire, je vais donc commencer d'écouter en espérant que le titre soit ironique et provocateur...
@u prochain épisode, émission le 25/12/2012 - « Alain Carrazé, porteur, apporteur, importeur de séries »
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5473
L'histoire de la série télévisée "Star Trek" dans un documentaire diffusé il y a quelques temps sur ARTE
http://www.dailymotion.com/video/x108q77_true-stories-star-trek_webcam
http://www.arte.tv/guide/fr/047545-001/true-stories
En France, on a [s]la culture d'Etat[/s] l'Exception culturelle :

un ministère de la culture, le dépôt légal, la BNF, les chaînes hertziennes-productrices de cinéma, les 3 ou 4 plus grands groupes mondiaux d'édition du livre, et j'en oublie.

Aux States, ce sont les cablo-opérateurs qui décident et quand on veut des abonnés, on essaie de rendre un vrai service [s]de divertissement[/s] culturel.
Très très interessant, on apprend beaucoup de choses. Dommage que le les récentes séries de canal+ n'ont pas été abordé.
Une question, on parle de séries qui ne peuvent etre diffusées en DVD (cf : Cold Case), mais quelle sont les droits d'auteurs quant à la télévision ?
Et pour en revenir ou pourquoi pas de bonne séries françaises, ou peu, tout simplement pour des raisons économiques, la France ne fait pas 300 millions de personnes ils est donc impossible de rentabiliser des séries coûtant autant que qu'un gros film français oublier ce préalable est je trouve dénoter un gros manque de recul intellectuel sur le coup.

canal+ semble est la seul qui tente et pourquoi? Car elle dispose des même atout que les groupes américains, c'est à dire un quasi monopole sur les bouquets satellite et une grosse position hégémonique sur la tv à péage ce qui lui donne des rentrées d’argent phénoménales ainsi qu'une connection très importante avec le cinéma.

mais bon tout est dit quand M WincKler avoue son américanophilie sans borne au début de l’interview lui empêchant de voir la différence entre les sociétés US et françaises qui sont primordiales pour comprendre l'état de la création dans c'est deux pays.
D'autant plus que les USA n'ont pas le poids de milles ans d'histoire et donc qu'il n'existe pas de sous culture populaire américaine car il n'y a pas de très longue antériorité créative hormis européenne (en partant de l’Amérique occidentalo centrée) ce qui pousse les français à faire la distinction entre culture classique et le reste, les américains ne peuvent pas faire aussi facilement cette distinction et donc ont tout à réinventer, l'exemple de la critique sociale est intéressante car Zola, Maupassant, Hugo et les autres ont déjà tous dis il y a surement des réactualisations intéressantes à faire mais point de géants littéraires écrasants sur ce point aux USA.
l’Amérique reste le contient "vierge" ou qui aime s'imaginer comme tel, le syndrome nouveau monde ce qui pousse à dépasser des codes qui de toutes façons n'existe pas chez eux et cela non pas par absence de conservatisme mais bien pour des causes historiques qu'est la relative jeunesse du pays et de leur refus d'une part importante des américains d'une "certaine vieille culture européenne"

et non la société française n'est pas moins créative (on à l'impression d'entendre ces pourfendeur de la France sois disant archaïque qui sont souvent "bizarrement" des gens souvent porté vers la "droite" lbérale var oui tout est politique)
Il y'a une chose qui me turlupine, tout le monde ici semble se prévaloir d’être contre "l'ultralibéralisme" ?
Pourtant je pense que pour lutter contre celui-ci il faut de la régulation intelligente (vous commencez à voir ou je veux en venir?) et particulièrement étatique (en supposant que celui-ci est démocratique), pourquoi cette vision ne s'appliquerai pas aux médias.

C'est pour ça que bien que je n'appel pas à la censure loin de là je pense cependant que la totale liberté d'expression américaine tel qu'elle est exprimée dans la tv (fille de l'ultra libéralisme) n'est pas plus seine que son total inverse, les images et les mots ont un impacts et ce n'est pas les respecter que de se le cacher d'autant plus qu'ils sont enrobés sous les atours du divertissement,
la propagande est reconnue comme phénomène je ne vois pas pourquoi le corollaire que cela sous entend sur la puissance des images et des messages n'est pas avoué dans cette émission.
Les pays cités en exemples par M Wicnkler reste parmi les plus imprégnés de violence réelle et imagés (tueurs en séries, forte ségrégation social, pauvreté de masse etc...)

Pour rappel il est normal de voir des téléfilms anglais critiqués le modèle social anglais car ils portent en lui plus de stigmates que le modèle français idem pour le système juridique américain très critiqués dans les séries US pour son coté très marchandage point de ça en France, tout cela pour dire qu'il existe des raisons culturelles contingentes aux pays de production.

Par contre je pense sincèrement qu'il existe bel et bien un problème série TV en France mais je ne suis pas non plus pour l'apologie du créateur tout puissant qui peut s'extirper des responsabilités sociales, M Bohler aurai énormément à dire là dessus, d'autant plus que les américains sont parmi les premiers à avoir compris l'importance de l'étude des images et de leur résultante sur le comportement humain, je rappel que c'est le pays de la pub et donc nier le pourquoi de certaine restriction françaises c'est aussi ne pas bien comprendre les comportements humains, pour faire dans point godwin gras je dirais que même les nazi peuvent faire rire ce n'est pas pour autant que l'idéologie ne transparaît pas.

L'apologie des séries oui mais, pas celle de la toute puissance créatrice qui transparaît trop chez Rafik, les "entrepreneurs" (PDG, boursicoteurs etc...) qui ravages ce monde se prévalent de la même créativité et du même droit de toute puissance libératrice quitte à eux aussi passer au dessus des conventions sociales.
Il est puni Rafik?
Ca fait un bail qu'on a pas eu de nouvelle émission :-(

Petite requete perso : une émission pour analyser "Fringe", qui vient de s'arrêter?
Y a longtemps que j'avais pas posté sur les forums d'@si.

Juste pour dire : cette émission est vraiment excellente, Rafik la mène très bien, je ne connais pas d'équivalent à la télé ou sur l'internet francophone avec un vrai discours analytique sur les séries télé. Par exemple, j'ai toujours été conscient de la médiocrité des doublages en français de la plupart des séries américaines, mais je ne me doutais pas qu'il y avait une telle censure derrière ces doublages.
Un vrai plaisir de la visionner.
Bravo, bravo, bravo !
Merci à Rafik Djoumi pour la qualité de ses interviews.
Merci à @si pour le "temps de parole" (Martin Winkler semble tellement heureux d'en avoir eu autant pour parler de ce sujet).
Merci à Martin Winkler pour l'éclairage passionnant et illustré sur l'histoire de la série Télé, US et française.
Je viens de passer une heure super-intéressante...
Les deux émissions sont passionnantes. Merci
il me semble (< la précaution oratoire est de mise) que la notion de marché rentre aussi en compte en ligne de compte, vous pouvez toucher beaucoup de monde en anglais avec une série atypique
Il m'a fallu du temps pour regarder en entier cette émission (j'ai eu quelques problèmes techniques pour le visionnement de la vidéo), mais là, vraiment, chapeau bas! Un vrai plaisir, aussi bien en tant qu'amatrice de séries TV que chercheuse universitaire qui travaille sur un sujet touchant en partie à ce domaine! Je suis très contente que l'équipe d'Arrêt sur Images aie décidé de proposer des émissions sur cet aspect spécifique de la télévision et j'espère qu'elle connaîtra de nombreux épisodes! J'appréciais déjà beaucoup les interventions ponctuelles de Rafik Djoumi dans les autres émissions ainsi que ses chroniques sur le site, et je découvre aussi ses talents pour les interviews! Inviter Martin Winckler était une excellente idée! J'ai beaucoup entendu parler de lui et ai je crois que je vais me procurer son dernier livre "Petit éloge des séries télé". Je vais aussi tenter avec un peu plus d'insistence de trouver son ouvrage "Les séries télé" de 1999, qui m'avait été recommandé, mais qui semble être complètement épuisé (il faut donc l'obtenir de seconde main).

Je vais donc de ce pas regarder le second épisode qu'il nous propose ce week-end et je m'en réjouis d'avance!
Superbe émission
On se fume des clopes avec un bang sur le mur ! Bel exemple pour les jeunes que le gnosticisme !

J'attends avec impatience l'intervention du CSA.
http://rernould.perso.neuf.fr/IMAGINAIRE/DuclLG.html

Un lien proposant une théorie expliquant les différences culturelles qu'ils existent entre l'imaginaire collectif des sociétés méditerranéennes comme la France et les société de type nordique comme les sociétés anglo-saxonnes (Grande Bretagne cas à part) qui se traduit donc dans notre façon de faire de la fiction.

L'attirance pour le contre-héros (le double maléfique) et non l'anti-héros dans la sociologie américaine et cette obsession de la dualité humaine (bien/mal) sans nuance.
Ce qui pour nous nous semble hautement subversif n'est en fait que la traduction de cette vision (pour moi) tronqué du monde et de la société hérité d'une civilisation non pas des cités mais des espaces naturelles sauvages et des petites communautés.
On découvre en fin de compte que les civilisations nordiques sont bien plus animistes que celles de traditions greco-latines qui ont embrassées le christianisme jusqu’à faire corps avec son idéologie humaniste (dans le sens premier du terme) et l'exceptionnalité humaine, alors que les nordiques eux ont gardés cette vision plus animal de l'homme.

Le cas britannique est très intéressant car bien plus "greco-latinisé" que le model de type germanico-nordique des USA ce qui les poussent à faire des séries avec une approche plus socialisante (façon bourdieusienne) que le modèle manichéen américain et donc de mon point de vu plus intéressante sans pour autant sacrifier le fantastique et l'imaginaire.

Je n'idéalise pas pour autant la fiction française qui reste bien trop sclérosée dans une approche trop gentillette de la vie de tous les jours le rôle de critique sociale étant dévolu à d'autres médias culturels comme la littérature où le cinéma ce qui donne souvent des histoires plates simples chroniques de la vie tous les jours (plus belle la Vie) ou bêtes comptines (Joséphine ange gardien...).

Au USA la force des séries c'est d'être adossées à la puissance du cinéma US en France la série pâtit du manque d'investissement du monde cinématographique dans ce média même si il y'a eu des précédents plus ou moins heureux, d'autant plus que nos séries sont fait dans une vision très monopolistique de la TV, TF1 écrasant la France (plus grande chaîne d'Europe) par son audience c'est sa vision très "particulière" qui nous est transmise, Canal+ elle étant plus dans la tradition américaine des chaines payantes aux gros moyens et ayant un public bien ciblés et ayant choisie de s'y inscrire elle peut se permettre certaines extravagances ce qui n'est pas le cas de TF1 , France TV, M6 qui jouent du consensus ce qui ne pousse pas à l'initiative en matière de fiction.
Son explication sur le système de création et de production des séries est passionnant, mais Wickler semble idéaliser un peu la télé américaine en prétendant qu'elle n'a "pas de tabou". Quid de l'avortement ? Le sujet est bien évoqué dans "Six feet under" par exemple, mais dans "Desperate Housewives" l'IVG ne semble tout simplement pas exister. Les scénaristes inventeront, au besoin, une malencontreuse fausse couche pour se débarasser du marmot. Chaque société a ses tabous, les Américains n'en sont pas exempts.
Quant au cinéma américain, la création est loin d'y être aussi libre qu'il veut bien le dire. Les gros producteurs veulent ratisser le plus large possible et empêchent les scénaristes de glisser le moindre élément clivant dans leurs films, ce qui donne au final un bon nombre de fictions insipides.
Bref, la supériorité créative des Etats-Unis et leur liberté de parole est à relativiser (ce qui n'empêche pas qu'ils produisent effectivement d'excellentes séries !)
à propos du conservatisme moral la plupart des séries americaines en sont largement empreints, meme des personnages conterversés supposés subsersifs (house, dexter et Hank moody dans californication par exemple) ne sont jamais des veritables mechants, ont toujours bon fond, et la morale est toujours sauve à la fin (et en filigrane toujours un discours moralisateur en demonstration du début à la fin d'un épisode).
C'est quelque chose qu'on ne retrouve absolument pas du coté britannique, par exemple dans les comédies de Graham Linehan (Father Ted, Black Books...), au service pour le coup de l'humour absurde et non du prechi-precha, avec des personnages totalement crapuleux (les pretres Ted et Jack dans Father Ted, Bernard Black dans black books) et qu'on essaye pas à tout prix de rendre attachant, et plus generalement des discours beaucoup plus subtils et une vraie critique sociale dans les séries "sérieuses" (je conseille vivement la vision des deux courtes séries "This is England" situés quelques années après le film ('86 et '88); et aussi des premieres saisons de "Shameless", la version originale evidemment).
chapeau bas excellente émission .vivement une anlyse détaillée de docteur house !! et de la télé en général bravo
et voilà il l'a dit Winckler:
merci de m'avoir laissé parlé sans me couper pendant
+ d'une heure et on ne s'ennuie pas une seule minute;
émission intéressante
waouououf j'atterris;
" les scénaristes n'ont pas le droit d'écrire en France"
je crois mr Winckler, il m'a l'air tout à fait crédible;
liberté, égalité, fraternité ... aie ça en prend un coup;
je comprends pourquoi je n'arrive plus à regarder la télé;
que pense mr Winckler de la série "+ belle la vie " ?
Un tout petit détail : les jeunes américains ont tendance à employer "nazi" et "german" pour parler de personnes autoritaires et très ordonnées. Il aurait donc été déplacé de traduire par nazi.
Merci beaucoup pour cette première émission! J'ai pris énormément de plaisir à la suivre!

On sent toutefois une certaine retenue au début: Rafik Djoumi semble vouloir laisser le plus d'espace possible à l'invité, quitte à s'effacer un peu trop, et Martin Winckler semble se demander comment il va être mangé avant de se relâcher. Après, on sent bien son savoir encyclopédique sur les séries, et du coup, ça part un peu dans tous les sens: certains sujets sont annoncés sans être vraiment abordés, d'autres abandonnés en cours de route, d'autres encore surgissent d'un coup! Mais au moins, c'est spontané et plaisant, même si un fil conducteur plus net aurait peut-être aidé à faire progresser l'émission. On comprend toutefois cet aspect foisonnant et décousu de Martin Winckler à la fin, avec ses remerciements que j'ai trouvés assez émouvants pour ma part.

J'attends la suite des émissions "Au prochain épisode" avec impatience, et j'espère revoir peut-être Martin Winckler dans un autre numéro, sur un sujet plus ciblé, avec d'autres participants.

Sinon, j'espère aussi qu'il y aura un numéro sur les animés, américains et/ou japonais: on pourrait reparler écriture, production, diffusion (légale ou pas), public etc. Et si vous allez du côté japonais, pourquoi pas un cross avec Judith sur la sérialisation papier avec le manga (édition dite en crise en ce moment, au Japon et en France, avec la question du scantrad sous-jacente).

En tout cas merci encore pour ce travail et cette belle émission!
cette émission très intéressante qui m'explique pourquoi je vomis de honte et de dégoût à chaque fois que je vois une série française, pose une question très angoissante : serait t-on devenu un pays de cons ???

D'où viennent ces abrutis qui décident de tout dans notre pays ? par quelles perversions de notre culture ont t-ils pu arriver à occuper des postes aussi importants ?
On retrouve cet abrutissement dans tous les corps hiérarchiquement dominants, la politique, l'industrie, l'administration, les médias, etc .... Cela conduit à notre dépérissement aussi bien culturel que économique qui a trouvé son paroxysme dans le Sarkozysme.

Et pourtant, comme les Etats Unis, la France est un pays bourré de paradoxes ou se côtoient en grand nombre les pires imbéciles que l'espèce humaine ait pu produire et de purs génies profitant à fond de leur liberté de penser et de créer sans aucune soumission.
On peut garder encore quelques raisons d'espérer un réveil des consciences, car heureusement, il existe encore un tissus solide d'insoumis, d'innovateurs et d'aventurier qui résiste à cette miasme dominante ...
Et moi qui desesperait de revoir Rafik sur ASI... Il est de retour ! Et ce retour m'enthousiasme au plus haut point !
Une émission sur les séries : très bonne idée
Le retour de Rafik : génial
Inviter Martin Winckler : je suis fan !

Mais pour le reste, il faut TOUT revoir avant la 2e : Rafik et Winckler passe leur temps à s'échanger rhubarbe et séné et à porter de grands discours généraux. Ca passe pour la première (une sorte de leçon inaugurale) mais il va vite falloir se mettre au boulot !
Une heure vingt passionnante.
Deux regrets néanmoins :
- que vous n'ayez pas songé à établir un conducteur, un petit cadre qui aurait permis d'approfondir les sujets abordés et d'organiser un peu l'interview thématiquement, au lieu d'une discussion à bâtons rompus.
- que n'ayez pas songé à faire un entretien de 2h30 prévoyant à l'avance une diffusion en deux parties. Franchement, un entretien avec Winkler sur ce sujet, ça méritait bien une bonne heure supplémentaire étant donné la vastesse, la grandité, et l'amplitation du sujet (surtout sans angle préalable).
Emission absolument enthousiasmante, elle a achevé de me convaincre de me réabonner. Bravo à l'invité et à l'animateur pour ces échanges particulièrement riches et pertinents.
Merci pour cette émission, Rafik interview parfaitement en laissant du temps (qu'on a pas à tv ;-)) et Winckler est passionnant. Puisse les futurs invités être au même niveau..
Très bonne entrée en matière, voilà une émission que j'ai pu suivre avec bonheur de bout en bout, j'attend la prochaine avec intérêt. Et elle a même réussi à calmer ma déception face à l'émission de Danier de cette semaine. Comme quoi, même sur @si on peut zapper sur un programme de meilleure qualité en cas de besoin !
Geniale émission, MERCI

je suis entierement d'accord avec l'invité, d'autant que je travaille dans ce type de milieu, et c'est d'ailleurs pour ça que je m'en vais, tout comme l'invité, aux etats unis...
Intéressant, ce premier épisode. J'espère que l'émission ira aussi à l'avenir rencontrer les gens dont c'est le métier d'écrire les sous-titrages et les doublages des séries... La question de la censure dans le doublage, quand on est traducteur/adaptateur de l'audiovisuel, on a quand même souvent l'impression que c'est un marronnier bien utile pour cacher la forêt des problèmes de la profession (chute des tarifs, en particulier).
bonne premiere emission.
Je veux une emission sur Larry David (Seinfeld + Curb Your Enthusiasm), au moins. Si on parle de mise en abime dans les séries télé c'est quand meme lui qu'il faut citer, non?

Pour les sous titres dvd, j'ai rarement regardé et en VF et en VO donc pas vraiment pu comparer sauf une fois j'ai regardé en VO ST d'un DVD et j'ai lu un dialogue ou la psy parlait de physicien et ça n'avait aucun sens dans le contexte alors qu'en fait en VO c'était "physician" c'est a dire médecin.
Décrypter les séries, c'est passionnant. Rafik a une énorme culture de ce sujet.

Mais il est évident qu'il est atteint d'américanophilie aigüe, et qu'il ne jure que par le cinéma made in USA (en salles et donc aussi TV).
Il est assez clair que c'est aussi le cas de Martin Winkler.
Or l'américanisation patente de nos modes de vie passe très puissamment par le vecteur culturel ; il serait bon d'y penser aussi en parlant de films et de séries.
Par pitié, pas de logo OTAN sur vos émissions...

[Je précise que je suis un passionné de langue anglaise, et que je peste très souvent contre les sous-titrages approximatifs].
chouette émission ! j'ai appris plein de trucs
bravo
Bravo pour l'émission, je l'écoute en même temps que je vous écris.
Par contre, il y a un petit enfant qui joue avec la caméra (zoom, tremblement...), pensez à l'éloigner...
Juste une précision sur ce problème de la censure des séries :

Ce n'est aucunement la faute des adaptateurs (auteurs de la VF), qui s'ils avaient le choix resteraient fidèles à l'oeuvre originale, mais celle des chaînes, qui imposent que tel ou tel thème ne soit pas abordable, ou qu'on ne puisse pas utiliser tel ou tel vocable "choquant", ou "incompréhensible pour les pauvres spectateurs".

Une fois qu'un auteur a rendu son adaptation, il n'a pas de droit de regard sur les modifs qui seront effectuées, notament sur le tas, lors de l'enregistrement.


Pour finir, si la stérilisation des dialogues atteint de telles proportions, c'est aussi parce que les studios de doublages font une pré-censure afin de ne rien soumettre qui pourrait gêner la chaîne, à laquelle s'ajoute la pré-censure du DA, qui ne veut pas avoir à faire de retakes.

Résultats : certaines séries bien punchy deviennent de belles merdes bien lisses.
Passionnant! Excellente émission. Vivement la prochaine!

Aaaaah!!!! Seinfeld...... Ma série préférée avec Fawlty towers....
PASSIONNANT !!!
Emission que l'on écoutera plus qu'on ne la regardera, le réalisateur passant son temps à nous signifier son ennuie par des plan de coupe étranges, des promenades de caméra dans le bar, des points décalés, ou autres gros plan sur les tasses ...
Très bonne émission. J'admire beaucoup Martin Winckler. Très bien. J'aimerais encore une autre émission «dans la bulle» qui parle de bd. C'est un médium très intéressant. J'avais beaucoup aimé les émissions d'ASI à ce sujet. Il y a matière là aussi, et le sujet est sous représenté dans les média traditionnels.
Très bonne idée d'émission!

Ce premier opus était très intéressant.

Gardez le cap!!!
Je rajoute ma voix au concert de louanges: excellente émission.
tres bien. Merci ASI.
Une excellente émission!

A propos du comportement des chaînes, je pense qu'il serait utile de jeter un œil du coté de la chaine Nolife qui mets un point d'honneur depuis sa création en 2007 a 1- ne jamais faire de doublage 2- laisser sa chance aux gens.
Cela se retrouve tant dans leurs émissions que dans les (web)séries qu'elle choisie de diffuser. C'est ainsi qu'on a pu voir apparaître de Flander's company (qui suit dans un premier temps le DRH d'une entreprise de super vilain puis la vie de la boite elle-même), Noob (retrace les aventures de joueurs de MMORPG vu depuis le jeu) ou Le visiteur du futur (la vie chamboulé d'un jeune qui se trouve contacté par un voyageur temporel tentant de modifier le futur apocalyptique par effet papillon).
Ce genre de série amateur, au pitch farfelu mais à l'audace claire n'aurait jamais eu la moindre chance sur d'autre canaux (à ma connaissance) et trouvent une chance la car, suivant le raisonnement de M Winckler, cette chaîne est de même genèse que les chaînes américaine : faite par et pour des passionné baignés dans cette culture.
Dommage qu'elle n' ait pas été évoquée.
Rafik Djoumi en interviewer attentif et pertinent, Martin Winckler au discours à la fois prolixe et remarquablement construit.
J'étais suspendu au dialogue du début à la fin.

La mise en abîme m'a fait sourire:

- les entendre saluer l'audace des écrivains/producteurs d'oser le récit d'histoire à priori sans saveur/nouveauté pour leur audience en faisant le pari que l'originalité de l'approche narrative suffira à captiver l'audience (cf le passage sur Truffaut)

- aborder par cette émission un sujet (les séries américaines) que par inculture j'appréhende sans saveur/nouveauté, et me laisser captiver sur ce sujet avec ces deux bibliothèques vivantes conversant avec bonheur.

Merci à vous
Super idée que cette émission. Je ne l'ai pas encore regardée, mais j'en salive d'avance.
À quand une spéciale "The Wire" ?
Bon début, je trouve.
Très intéressant, bien que j'eusse aimé qu'il nous parle de ses préférences actuelles. Sinon, j'ai deux avantages, j'habite loin et je comprends l'anglais, donc ça fait des années que je ne regarde plus la télé française qui pour moi a toujours été d'une nullité, à part cette année où j'ai découvert Engrenages, qui rattrape un chouia de retard.
Une remarquable émission, on ne s'attendait pas à mieux !
ni à moins de la part de Rafik Djoumi.

Bravo !
Je voulais juste revenir sur les plans qui ne représentent pas Rafik et Winkler. La plupart sont plutôt esthétiques et réussis. Mais je pense que ç'aurait été mieux de nous dire, ou de nous écrire, dans quel bar restau ça se trouvait, que ça ne fasse pas trop plans Maison France 5.

Et surtout pas de flous, Slobodan, parce que ça foutait tout le reste par terre... Je trouve vraiment que ça gâchait visuellement le déroulé des images.
Ce n'est pas fait pour Internet, ces flous artistiques. Et c'est vraiment dommage pour le reste, parce que l'idée y était, et qu'il faut continuer dans cette voie, sans flou....

Je sais que ce n'est pas l'avis de tout le monde...
Cette émission aura eu le mérite de nous faire connaitre Martin Winckler, lequel aurait pu avoir sa place parmi les "inclassables" de l'été dernier (ceux que Maja est allée interviewer dans le Sud ou en Bretagne) tant son parcours est atypique. Un médecin généraliste devenu spécaliste... des fictions TV américaines !
Il ma tout l'air d'un mec bien.
En parcourant Médiapart, j'ai trouvé cette interview sur Daylimotion(en libre accès) et cet extrait de son bouquin "En souvenir d'André" (Editions P.O.L).
Je me demande si @rretsurimages et Médiapart se sont concertés pour "se partager" correctement Martin Winckler et éviter les doublons.
Avec tous ces compliments il ne faudra pas s'étonner d'une hausse prochaine du tarif d'abonnement.
Bonne émission, que j'ai regardée avec plaisir alors que je ne regarde plus la télé depuis une dizaine d'années et que je n'ai vu aucune des séries dont il est question (j'en suis resté à Zorro, RinTinTin, Pappy Boyington et Elliot Ness)
Il faut dire que l'invité est ce qu'on appelle "un bon client". Il a de la tchatche et sait parfaitement de quoi il parle
Sympa également : aucune rivalité, aucun compétition entre Rafik Djoumi (qui connait lui aussi parfaitement son sujet) et l'invité : renvoi de balles systématiquement dans la raquette, sans tentative de lob ou de passing shot.
Important aussi : dès qu'un nom est cité (titre de série ou personnage) une image apparait pour illustrer le propos (indispensable pour un béotien tel que moi).
Enfin : vocabulaire accessible à tous : Rafik et son invité ont su éviter le piège des termes tecniques et du langage de spécialistes.
J'espère que Rafik Djoumi arrivera a tenir ce niveau de qualité.
Le retour de Rafik ! Génial, l'émission était top et j'ai appris plein de trucs, un vrai plaisir ! Faites-en d'autres ! Plein :)
Excellente émission. C'etait trop court ! :)
Comme beaucoup ici, j'ai bcp apprécié cette émission. Quand j'ai vu le nom de Martin Winckler concernant le sujet des séries télé, j'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'un homonyme avec LE Martin Winckler que je suis depuis longtemps concernant - surtout - les questions de contraception.

Et puis en regardant l'émission, je me rends compte qu'il s'agit du même personnage. C'est bien le Martin Winckler que je lisais sur la médecine, ici surtout : winckler's webzine

Allez y faire un tour, ça vaut le coup !

Une raison de plus d'être ravie par cette émission !
Heureux !
J'ai adoré le contenu de ce premier opus, comme la majorité des gens ici.

En revanche, il faut absolument faire un effort sur la réalisation et sur le cadre.
Je ne pense pas qu'il fallait faire l'économie d'une deuxième caméra, même pour cette émission "pilote". Les plans d'ensemble tournés en dehors de l'interview réelle remonté sur le son pour tenter un vague montage dynamique, c'est vraiment pas très classe, car on peut même voir que les mouvements de l'invité ne coincident pas avec les paroles...

Disons que comme souvent dans les émissions d'asi, on se demande pourquoi il n'est pas possible dans les applis ipad et iphone d'éteindre l'écran et de laisser tourner la bande son, tant l'image manque d'intérêt.

Voilà, je me doute que vous manquez de budget, mais je voulais faire la remarque malgré tout.
Oui, il est gentil Winckler (et j'aime beaucoup ce qu'il fait), mais son amour pour les séries américaines l'égare parfois et j'ai du mal à le croire quand il nous dit qu'"Urgences" et "House" sont "factuellement vrais".
Intéressant.
Une révélation ! J'aurai jamais cru que le sujet Séries puisse me passionner autant !
Une révélation parce que l'image que j'ai des séries en général est très liée à leur doublage, et je ne me doutais pas du quart de ce que j'ai appris.

A propos de doublage, j'ai une question, quelqu'un ici aura peut-être la réponse :
Comment se fait-il que le doublage de la version DVD des films étrangers soit quasi-systématiquement différente (et généralement exécrable) de la version cinéma ?

Je pense par exemple au dessin animé Kung-Fu Panda (que j'ai adoré, j'assume!), les dialogues ciné étaient savoureux, la version DVD est ignoble, d'un niveau culturel au ras des pâquerettes. C'est plus du tout le même film.
Un seul mot, Bravo !
Bonne idée d'émission.

J'espère qu'on s'y intéressera aussi à diverses cultures et pas seulement aux matraquées anglo-américaines !

Bon démarrage en tous cas, les exemples de censure sont sidérants.
Waouh !
Super émission, ça faisait longtemps !
Michèle Bernier s'exprimait sur Europe 1 ce mercredi matin pour défendre la série bien de chez nous.
Lien ici. Désolé de vous imposer le phrasé gouleyant de JM Morandini. Il se trouve qu'elle défend précisément ce qu'elle considère être un renouveau de la série française (moins niaise, mieux scénarisée ?). Elle évoque également avec un certain brio ceux qui crient haro sur les séries françaises.
A-t-elle visionné l'émission ou est-ce un pur hasard ?

Concernant l'émission, et pour tenter d'être synthétique :
- Une interview menée avec un peu plus de contradiction aurait été appréciable
- Je me mets de côté quelques épisodes de "Les cinq dernière minutes" et de "Cold case" pour visionnage ultérieur, merci à M. Winckler pour ces suggestions donc

Il y aurait beaucoup à dire sur cette histoire d'édulcorer ou pas les dialogues. Pour ma part, je distingue les séries que j'ai vues étant jeune (époque Récré A2) et celles que je vois en VO depuis une dizaine d'années. Les "reboots" récents du dessin animé Cobra voient les personnages jurer. Hé bien, du fait d'avoir connu un Cobra fanfaron mais sans excès de langage, j'ai eu un peu de mal à m'y faire.

Aujourd'hui, je peux déterrer une saison d'une série classique de science-fiction (en VO donc), mais je suis plus circonspect sur les Columbo et autre Sherif, fais moi peur!. Ainsi, je n'ai pas vraiment le loisir de me rendre compte de la médiocrité éventuelle d'un doublage vu les années qui séparent le visionnage de la VF et de la VO. Je ne suis pas certain que des doublages foireux soient dramatiques quand on a 12 ans et qu'on bave plus sur les bolides que sur la truculence des allusions graveleuses, sans compter que pour transcrire en français les blagues de rue de Huggy-les-Bons-Tuyaux, il fallu s'accrocher à mon avis. Dommage que la série policière Hill Street Blues n'ait pas été évoquée, une des rares dotée d'une fibre sociale que j'ai pu apprécier sans distinction d'âge. A noter également pour les amateurs, la sortie l'année dernière de l'intégrale de la 4ème Dimension en Blu Ray, entièrement remastérisée.

Nonobstant, je concède que M. Winckler n'était probablement pas préparé (pour ne pas dire : pas disposé) à ce que sa présence inauguratrice sur le plateau tourne au débat contradictoire. Si je peux me permettre, son remerciement de fin sonne un peu comme un "merci Rafik de ne pas l'avoir trop ouverte pour me donner la réplique de manière superfétatoire lorsque je déclame ainsi, tous les tremblements". Le bonhomme m'a tout l'air d'être sur la défensive pendant plusieurs minutes (une petite pique déplacée à l'égard des socialistes quand il évoque l'annulation de son pèlerinage télévisuel à Reims), puis se détend légèrement en constatant que les répliques de Rafik lui permettent pour la plupart d'entre elles de rebondir sans encombre.
Un autre artifice de langage que j'ai relevé consiste à évoquer une autorité sur le monde de l'audiovisuel encore plus imposante, en la personne de Maurice Frydland. Figure tutélaire absente donc muette, dont on ne saura pas grand chose au final.

Petit aparté, son ébauche de scénario initial pour Dr. Fabien Cosma m'a fait penser au canular téléphonique de Lafesse, dans lequel ce dernier se fait passer pour une petite vieille, cherchant à faire intervenir un plombier au dernier étage d'une tour sans ascenseur.
C'est un peu etrange de discourir doctement sur les defauts du doublage des series debiles americaines (pleonasme). Il faudra ensuite convoquer un chef étoilé pour disserter sur la texture d'un big mac ou un oenologue s'étendre sur la taille des bulles du coca.
Que le doublage adapte le texte , c'est possible mais franchement, perd on grand chose ?
C'était parfait, merci !
D'utilité publique!
Manifique émission. On en veux plein des comme ça!
très bonne idée, et nécessaire, on entend rarement parler de séries tv alors que comme il est dit dans l'émission, certaines depuis quelques années sont excellentes, dans le genre heroic-fantasy la série Game of throne (reprise des livres de RR Martin, qui participe il me semble à la série tv) est assez surprenante de qualité, tant on est habitué aux navets quand il s'agit de ce style . peut etre une idée pour une émission future , comme breaking bad dans un autre genre.
Sur le forum (achement bien fréquenté, la preuve j'y zone) nanarland.com on avait eu une discussion passionnante de plusieurs dizaines de messages sur "Pourquoi en France on a Louis la Brocante et aux USA ils font Heroes ?".
Au fil des discussions, avec entre autres des interventions d'un insider bossant à France 5, le blâme retombe vraiment sur les chaînes et leurs responsables des programmes. A part Canal + (on peut citer Braquo, Engrenages, Pigalle, Mafiosa...), le conformisme et la non prise de risques est la norme. Tout projet sortant un peu des clous est envoyé ad patres, ils veulent du Louis la Brocante, de l'Instit, du Joséphine Ange Gardien, du Julie Lescault... Des trucs formatés, politiquement corrects, qui n'effraieront pas la ménagère de moins de 50 ans. Pour le reste, ils achètent à l'étranger des séries qui ont déjà cartonné, ça permet de présenter des contenus alternatifs, tout en évitant de prendre le moindre risque. Je connais des scénaristes qui ont présenté un projet de série sur les légendes françaises (bête du Gévaudan et autres), mais cela n'intéresse personne ma bonne dame.

Sinon ça fait plaisir une émission pareille, et j'ai hâte de voir les sujets suivants. Entendre Martin Winckler encenser Gilmore Girls, ça va me faire la journée (oui je suis un gars mais j'adore cette série).
Perso je ne me sens pas concerné, je télécharge tous mes films et séries en VO et vais ensuite chercher les sous-titres.
Je ne comprends même pas qu'on puisse juger de la qualité d'interprétation des acteurs/actrices ou de la valeur d'une série si on regarde le tout doublé.
Une fois le pli pris, impossible de revenir en arrière, surtout de nos jours où le doublage a touché le fond niveau qualité... Sans parler du fond sonore sous-mixé, des voix (françaises) plates et désincarnées collées par dessus...
Alain Carrazé, chroniqueur specialiste en serie tv, cité plusieures fois ici, au sujet de cette nouvelle emission.

""Arret sur Image" : encore un autre média qui méprisait la fiction télé et qui maintenant retourne sa veste parce que c'est la mode...
Et c'est du vécu."

C'est moi ou ce mec a un certain passif avec Daniel?

A ouais, arretez avec le 4/3, une bonne fois pour toute...
Excellente émission. Tellement jouissive que franchement les défauts technique on s'en fout!
Ouah! Rafik est revenu de la quatrième dimension pour nous parler des séries télés. C'est génial! SVP Rafik, une émission spéciale X files!
Maïa, félicitations pour le petit bout, c'était une stratégie vraiment bien ficelée pour faire sortir Rafik de son trou.
Merci asi.
Ayé tout vu, merci MW, vous on vous écoute avec bcp de plaisir; sans doute l'itw aurait pu aller plus loin, mais c'est bien chouette comme ça déjà.
Je vais faire visionner cette émission à fiston, grand fan de séries devant l'éternel.
(qui me dira certainement: oh mais je sais tout ça, m'enfin bon).
Je suis ravi qu'@SI s'intéresse aux séries. L'émission est très intéressante et instructive; aucun doute : Martin Winckler sait de quoi il parle. 2 bémols sur l'émission : la réalisation n'était pas bonne (zooms qui déconcentrent, plans larges inappropriés du café...) ; Rafik était un peu besogneux dans ses questions.

À bien y réfléchir, le caviardage des séries américaines par TF1 est logique : c'est une chaîne manichéenne (ayant un point de vue policier sur le monde; et une tendance paternaliste selon Martin Winckler). Comment laisser dire à un personnage de série que la cigarette peut soigner un problème intestinal alors que la chaîne critique ce produit dans ses sujets de JT ? Il n'y a pas de place pour la nuance à TF1. Comme le dit Martin Winckler, il ne faut surtout pas faire réfléchir le téléspectateur (sinon son cerveau ne serait plus disponible pour les pubs).

Est-ce que TF1 caviarde aussi les sous-titres ? Comment expliquer que le service public diffuse moins de programmes en VO que TF1 ou M6 ? Dernier exemple en date : j'ai voulu regarder le 1er épisode de la saison 5 de The Wire sur France Ô samedi soir mais j'ai arrêté au bout de 30 secondes car il n'était proposé qu'en VF. Dommage, j'avais enfin rattrapé le wagon en marche. Retour à la case départ pour voir la dernière saison : le téléchargement (je sais, c'est mal). Tous les téléviseurs actuels sont capables d'afficher des programmes en version multilingue, et pourtant dans plus de 50 % des cas France Télévision n'utilise pas cette possibilité. À côté de cela, on a des hommes politiques qui déplorent le faible niveau des français en langues étrangères (souvent en ne citant que le cas de l'anglais). Y aurait-il un lobby des doubleurs (ayant plus d'influence au sein de France Télévision qu'ailleurs) ? Bizarre. Le faire ne leur coûterait à priori quasiment rien.
Une théorie sur Dr House, avant que Winckler ne fasse beaucoup mieux avec son bouquin.
Merci pour cette émission sur les séries, je suis impatient de voir les suivantes. Je suis agréablement surpris par ASI pour ce thème qui n'est jamais traité.

J'ai regardé pas mal de séries ces dernières années avec d'excellents scénarios (Soprano, The Wire, Firefly, etc) ou parfois qui se laissent juste regarder. J'ai regardé tout ça en VO, impossible de regarder la VF. Je ne supporte pas mais pourtant je comprends tout à fait l'adaptation de certains dialogues par les doubleurs/directeurs/etc. qui relèvent plus du culturel que de la censure selon moi.

Dans l'émission vous faite référence à la censure dans le nom de la cheffe de service dans Grey's appellé le nazi en VO et le tyran en VF. Il est fréquent en amérique du nord de ce traiter ainsi. Ce qui est inconcevable en Europe. L'image représenté n'est pas le même des 2 côtés de l'atlantique d'où l'adaptation des dialogues afin que le public français ressente la même chose que le public américain lors de l'énoncé du pseudo de la cheffe par un étudiant. Qui aurait compris ça en France sans connaitre la culture américaine ?

Je ne pense pas qu'il faille jeter la pierre trop vite au doubleur même si le cas de House est juste scandaleux. Peut-être le sujet d'une émission sur la difficulté d'adapter des dialogues américains à la France ?

L'idéal serait de la VOST avec explication culturel. Il m'arrive régulièrement de faire des recherches sur le net aucours d'un épisode, ne connaissant pas toute la culture américaine.
Bon congé de mat' à Maja :), et à bientôt.

Alors pour l'émission elle même, vraiment superbe. Martin Winckler doit vraiment être homme à soulever des passions, à faire naître des vocations.
L'éclairage sur la culture américaine, sur les séries est - pour moi - novateur ; je me sens plus riche ce soir.

Merci à Rafik Djoumi et François Rose.... et à l'invité. Cela donne du peps.
Captivant !
J'espère que la mentalité des directeurs de chaînes françaises, qui font des coupes dans les séries pour "protéger le spectateur" n'est pas représentative de celle de nos dirigeants.

Il n'y a pas de pouvoir plus illégitime que celui qui prétends protéger les gens contre eux mêmes.
Très bonne émission, avec un invité très intéressant.
Encore quelques réglages à effectuer sur la réal (l'autofocus sur les gros plans décentrés ne savait pas ou faire le point - l'invité ou les livres juste derrière - du coup ça n'arrêtais pas de changer le point, des panoramiques hasardeux, des plans de coupe parfois bizarres), et un peu d'assurance à acquérir pour Rafik, mais globalement c'est très prometteur.

Pis une émission sur les séries tv, c'est vraiment une super idée.

Après, on ressort de celle ci avec plus aucune illusion sur la production des séries françaises... si tant est qu'il nous en restait encore.
Merci à l'équipe d'arrêt sur Images pour cette vidéo passionnante.
Merci merci merci pour cette émission!


Comment ça fait plaisir!

(d'autant que j'étais à court de séries à regarder ce soir...)
Passionnant.
Il n'a pas l'air tres en forme martin Winckler . En tout cas émission interessante , Martin Winckler pas l'air très rassuré à la fin malgré ses remerciements ...
Pour les images d'illustration, Time Code 31:18 : Ne pas confondre " Série noire " film de 79, de Corneau avec P. Dewaere
et
"série Noire ", série TV de Grimbalt ( ici avec Malavoy d'après Daenincks )

Ça n'a rien à voir, un peu de concentration, svp.
Emission intéressante, invité passionnant et passionné, interviewer encore très maladroit mais ça s'arrangera sans doute. Gros problème dans la déco (c'est quoi ce pub ?c'est pour imiter qui ?) et dans le tournage avec ses panoramiques nuls, ses gros plans sur verre à pied et ses flous artistiques. A changer d'urgence !
Génial ! Passionnant !! J'espère que l'émission sera hebdomadaire !
Ça parle de Twilight zone, ça devrait quand même intéresser rmara. :-)
L'hallucinante interview du doubleur Philippe Ogouz dont parle Rafik, qui n'a jamais compris que "dessins animés" ne veut pas dire "enfants", que Ken Le Survivant passait à 19h au Japon en ciblant les ados, et que les "croix gammés" étaient en fait des svatiskas bouddhistes

Philippe Ogouz est président de La Société civile pour l'administration des droits des artistes et musiciens interprètes (Adami/ADAMI) depuis 2005.

Ironie, honte... on ne sait pas trop quoi choisir.


http://hokuto.free.fr/ecrit.htm



Ken le Survivant, déjà au niveau de l'image c'était un peu n'importe quoi. On était 5 ou 6 , et très vite on s'est rendus compte que c'était franchement nazi. C'est-à-dire que... en même temps le CSA a porté plainte contre Dorothée en disant : "ce produit ne va pas, y'a des choses qu'il faut couper". Donc nous on a vu arriver les épisodes. Tant que c'était pas... enfin je me rappelle plus des phrases mais y'avait vraiment des trucs extrêmement violents.


En fait vous aviez les traductions littérales, en français, des épisodes . (Lanedune)

Oh bah oui. Le texte était japonais, nous on lisait que le français. Et puis les images... y'avait surtout des images où y'avait des croix gammées , y'avait des choses quand-même...

Ah ouais?? (Lanedune)

Oui oui. Ils ont coupé. Je vais vous dire pourquoi ils ont coupé. Quand on a vu ça, j'ai dit à Michel Salvas : moi et les autres on arrête le doublage de Ken le Survivant. On veut plus le faire. Nous on veut bien le faire mais à une condition : c'est qu'au montage les choses qui sont avec des croix gammées et des insignes nazies soient enlevées. En même temps le CSA a réagi, pas par nous, par hasard, parce qu'ils visionnent tout. Y'a des gens qui visionnent tout. Donc quand ils ont vu les images, ça s'adresse à un public de gosses quand-même. Donc quand ils ont vu les images, ils ont dit : " nous on est pas d'accord, il faut que vous coupiez, avant de faire doubler, les morceaux incriminés." Donc nous on a dit à Salvas : "nous ça nous gonfle de faire ce truc-là , c'est pas possible, y'a 100 épisodes, ou 150 je sais plus combien y'en avait. Alors voilà nous on te demande une chose : est-ce que tu acceptes que nous fassions ce que nous voulions?"
Et c'est là où justement le doublage de Ken le Survivant est différent des autres, c'est que les autres on suivait la traduction et ce qu'on nous disait de faire. Y'avait une traduction, c'était cartésien et puis c'était comme ça. Tandis que là c'était tellement..., et l'image qui nous intéressait assez peu, et l'histoire nous intéressait assez peu, c'était violent, violent, violent, violent. Donc j'ai dit à Salvas : "est-ce que tu es d'accord pour qu'on déconne?" C'est vraiment comme ça que c'est parti.

Vous vouliez désamorcer la violence en faisant un doublage délirant? (Moi)

Ouais. Voilà. Je me souviens de Luc Florian, Virigine Mérie, Patrick Messes, on était un groupe de 5-6 et ça va très loin... (début de rire) car je me souviens que... parce qu'on en doublait 5 ou 6 par jours... alors on faisait des concours :
Là on est tous pétés de rire
Attendez, parce vous allez voir ça va assez loin : on disait par exemple "tasse à café". Alors le premier qui réussit à placer dans le dialogue "tasse à café"... Alors c'était dément parce que d'un seul coup Ken arrivait : "non j'irai sur la planète, mais avant je prendrai une tasse de café". C'était à celui qui placerait le mot. Des conneries comme ça. Donc on est partis sur des trucs délirants. C'était presque de l'impro. Comme la bouche de ce dessin animé, c'est quand-même ce mouvement-là (imitation de mouvement de lèvre avec les doigts) : c'est pas un dessin animé élaboré où faut être très synchro. Donc là on a complètement déliré. Comme on avait l'habitude de faire ça, et qu'on était assez drôles dans la vie, alors on a déliré. Ca a donné des trucs... on ne les écoute ... parfois on les écoutait, parce qu'on écoute jamais : on n'écoutait pas, ni le japonais ni ce qu'on avait fait. Mais là on écoutait ce qu'on avait fait car on était MORTS de rire. On se disait : "mais c'est pas possible de dire des conneries pareilles !!".

Nous aussi!!!! (En choeur)

Dans notre tête on se disait : y'a un moment où là haut le patron ou Dorothée va dire : "Arrêtez vos conneries " et JA-MAIS. Et pourquoi ils ont jamais arrêté? Parce que ça avait un impact formidable sur les gosses. Sur les mômes qui regardaient ça. D'un seul coup ils avaient une autre écoute. Ils se disaient : "mais qu'est-ce que c'est que ce truc là?!" On n'a pas l'habitude d'entendre ce genre de choses. Et ils nous ont laissé carte blanche. Donc on a fait ça dans la foulée, voilà et toujours en improvisant. Et à la limite avant c'était très laborieux , très emmerdant de faire ça , et ensuite on avait plaisir à se retrouver parce qu'on savait qu'on allait déconner. Voilà.
Chouette, une nouvelle émission !
Avec UN invité, histoire de ne surtout pas faire évoluer le ratio h/f désastreux d'@si...
Excellente entrée en matière pour la nouvelle émission.

Un historique, une explication de l'évolution des séries, une comparaison avec les séries françaises, avec des exemples dont les séries américaines sont cavardiées en Français à cause des traducteurs et des doubleurs.
Et on entrera dans le vif du sujet la prochaine fois.

En plus, le choix de l'intervenant, quelqu'un qui écrit sur le sujet, et qui a été en conditions de lui-même faire des séries du fait qu'il est scénariste, ça ne pouvait pas mieux aller.

Rafik manquait un peu d'assurance, mais l'exercice n'est pas des plus faciles, surtout la première fois.

Bravo, et bon vent à la série des séries d'@SI.
Excellente initiative que cette nouvelle émission car les séries sont objet d'étude particulièrement intéressant sur bien des plans, que celles-ci soit "bonnes" ou "mauvaises" d'ailleurs.
Je ne pourrai la regarder qu'un peu plus tard mais avoir Martin Winkler comme premier invité n'augure que du bon.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.