57
Commentaires

Mali : un grain de sable nommé Pétronin

Commentaires préférés des abonnés

"rien n'est simple au Mali" : on dirait du OSS 117 (ou du de Gaulle). 


Une femme veut revoir sa fille. 

A depuis des décennies voulu vivre et mourir dans sa terre d'adoption. 


Et il faut quoi ? Qu'elle demande un mot d'excuse à l'extrême (...)

Pascal Prout va encore faire son malien...


( j'ai honte ! )

Le choix radieux et déterminé de cette dame contre les "raisons d'Etat".


Le reste n'est que littérature, broderie, glands à mocassin et doigts sur couture.

Elle dt, cette dame, sans filigrane : "allez vous faire...."

Derniers commentaires

Sophie Pétronin a vécu 25 ans au Mali. De quel droit lui imposerait-on de ne plus y retourner ? Sommes-nous encore dans un pays libre ?

Personnellement, j'interprète le départ de Sophie Pétronin comme une giffle à Macron... ce piètre "diplomate" qui jongle avec des paroles de mépris depuis que le Mali fait un peu front contre Paris... Sophie Pétronin parle d'engagement... un engagement humain... pas un engagement "politique" comme le connaît l'état français en la présence de ses présidents... Le Mali a l'air très compliqué... le peu que j'en connaisse via un réfugié malien que j'ai côtoyé... montre qu'en effet, les problèmes sont anciens et que la France n'a rien arrangé en défendant ses intérêts là-bas... 

Quant à Praud... et alors ? Le serviteur des patrons et des fachos ? Bof ! Dommage qu'il ne décide pas d'aller plastronner à Bamako... ça lui ferait un peu les pieds... Ou même, tiens, un petit tour sur les bords de Calais... avec les réfugiés... ou rien que sur les périphériques... ou dans le métro ! Il en reviendrait nettement plus humble ! 

Vu les commentaires ici, pas grand monde pour comprendre que quand t'as vécu 25 ans en Afrique tu peux juste plus revenir en Europe, tellement tout est anormal ici ?? 


J'ai grandi là-bas jusqu'à l'âge de 15 ans, et 45 ans après je m'y fais toujours pas... et ma mère qui en a passé 30 en Allemagne, 30 en Afrique, puis 30 en France (l'Allemagne c'est juste pas possible après), ben même si elle a perdu la tête elle sait que c'est là-bas qu'elle voudrait être. 


Alors qq'un plus bas qui dit pourquoi elle fait pas venir sa fille, ben non, ça ferait deux malheureuses (si en plus sa fille adoptive est noire, on sait comment ils/elles sont reçu(e)s ici...)


Et c'est pas parce qu'elle a été libérée d'une prise d'otage qu'elle aurait l'obligation de finir sa vie en "prison" ici (contre son gré). 

Non mais ho ??


(et puis aussi je ne crois pas qu'on ait interdit à des journalistes/reporters anciens otages de retourner faire leur boulot comme ils l'entendent ?)

Je le sens tellement que cette histoire va ce finir comme ca :

https://www.youtube.com/watch?v=W_4S5yBkSpU

Pour poursuivre sur ces "terroristes" du Mali, l'excellent article du Monde Diplomatique du mois dernier :

je désapprouve sa decision de revenir étant données les circonstances et les efforts faits pour sa liberation, on peut s'extasier devant son courage pour revoir son enfant mais on peut aussi deplorer une certaine forme egoisme ou d'egocentrisme. 

Dans tous les cas pour nos medias auraient été inspirés de ne pas ébruiter son retour histoire de ne pas la mettre en danger plus qu'elle ne l'est déjà.  Parce que si elle se fait kidnapper de nouveau il faudra bien qu'on l'aide,  l'etat n'a pas vocation a etre rancunier envers ses ressortissants. 

C'est le grand prix a Marcel ce soir !Vive la pétroleuse ,courage!

De l'instrumentation du si commode terme "terroriste", encore et toujours...

On ne nous dit pas tout...

"Comprenne qui voudra
Moi mon remords ce fut

La victime raisonnable

Au regard d’enfant perdue

Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés"


(Eluard cité par Pompidou)

Il me manque peut-être des éléments, mais je serais moins énamouré que mes collègues sur la question.


Oui, cette dame répond à un simple appel d'amour pour sa fille et ces lieux et personnes qu'elle aime, et c'est très beau, et c'est très compréhensible, et on partage ses sentiment, ça pourrait faire un très belle héroïne de livre.

Mais oui, également, cette dame est vivante à cause d'un sacrifice non négligeable effectué POUR elle par la collectivité (que ce soit par ces 200 prisonniers libérés - il suffit qu'il y en ait quelques uns de réellement dangereux dans le lot pour que a mette en danger ultérieurement la vie d'autres personnes -, ou de l'argent, ou des moyens, tout une logistique, ou que sais-je qui permette de libérer des otages). La collectivité a donc tout a fait le droit, est tout à fait légitime, à se sentir trahie.

C'est donc en effet pas si simple, au sens où la conclusion n'est pas juste "va y Pétronin et fuck them!", mais surtout que ces deux réalités ont le droit de coexister, sans renvoyer l'effarement en face (quand bien même il aurait l'extrême droite et son agenda très lisible en chef de file) à des enfantillages.


Trahi par quoi ? Par le fait qu'elle use de la liberté qu'on lui aurait rendue , ou seulement prêtée ? C'est très certainement de la fiction, mais j'ai lu dans un bouquin d'Amelie Nothomb (la Mécanique des tubes) le fait que les Japonais ne porteraient pas secours à une personne qui se noie pour lui éviter de se sentir redevable de sa propre vie. Effectivement....

> Trahi par quoi ? Par le fait qu'elle use de la liberté qu'on lui aurait rendue , ou seulement prêtée 


C'est ce qui en fait une affaire complexe. Ça n'empêche pas de se sentir trahi. 


Imaginons que quelqu'un s'est baigné à un endroit dangereux, et que tu sauves cette personne de la noyade en prenant des risques pour toi-même. Si, six mois plus tard, tu la retrouves à se baigner au même endroit dangereux, tu as le droit de le vivre comme une insulte aux risques que tu as pris pour elle, quelque soit les raisons qui peuvent permettre de comprendre pourquoi elle soit retourner là.

La sauves-tu pour te sentir grandi et fier d'être celui qui l'a sauvée au risque de sa propre vie ...ou la sauves-tu pour la sauver, point?

Pour la sauver, point, mais en l'occurence j'ai du mal à voir le rapport avec ce qui nous occupe ici.

Quant à moi, je ne suis pas occupé à. Non c'était dans un fil de discours interroger l'idée de l'acte gratuit cher à Gide dans les "caves du Vatican".

J'aime bien "rebondir" sur nos avis pour explorer nos propres discours.


C'est mon attitude caverne et prise de temps.

Nous vivons une époque formidable qui nous enferme sur ce qui nous occupe. 

On peut sauver quelqu'un "pour le sauver, point" en donnant un de ses deux poumons, et être quand même un petit peu irrité en découvrant après que le sauvé s'est remis à fumer clope sur clope... :-) .

Mais... tout est dangereux ! Sortir d'un oeuf ou du ventre d'une mère est désespérément dangereux. Vivre est un danger perpétuel. Après votre propos, j'imagine que vous n'en voudrez pas à la personne qui, connaissant l'endroit où vous avez eu un accident, et le sachant dangereux, ne fera rien pour vous, parce que "insultant".

Bonne année :-))

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Neity, il ne suffit pas de s'agripper à la légalité pour répondre aux questions de légitimité.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ben si, parfaitement. Elle n'avait pas légalement le droit de, mais justement ce que vous signale le commentaire précédent, c'est qu'il existe pour beaucoup une nuance énorme entre légalité et liberté ou légitimité. 


Vous êtes extrêmement légaliste et attachée aux règles, aux lois de la cinquième république, c'est votre liberté la plus stricte. En revanche, souffrez que ce ne soit que la vôtre, à laquelle Mme Pétronin ou d'autres ne sont nullement tenus de se soumettre. Nous sommes tout de même un certain nombre à rejeter les lois bourgeoises comme iniques et à y voir - au mieux - avant tout un moyen pour les puissants de verrouiller leur pouvoir en nous empêchant de circuler, de manifester, etc.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Pas le droit ? Pouvez-vous justifier votre affirmation "juridique" ? Mais que savez-vous donc du droit et des libertés individuelles ?

"pas le droit" "entrée illégalement" "infraction" ? Justifiez et argumentez point par point, si vous le pouvez ! Si je veux être désobligeante à votre égard, je dirais que vous êtes parfaitement incompétente et ignorante du droit.

Je note en plus votre mépris de nommer "la dame"

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

C'est bien résumé.

"Mais oui, également, cette dame est vivante à cause d'un sacrifice non négligeable effectué POUR elle par la collectivité" - De fait, rien n'est simple dans cette Histoire. Sa famille, si je ne me trompe, a sollicité, à raison, la solidarité nationale et l'Armée française pour la faire libérer. Le fait qu'elle retourne en zone risquée plutôt que faire venir la fille adoptive qu'elle rejoindrait pose question.

Bonjour,

RAS-LE-BOL que Twitter devienne la seule source d'inspiration du Matinaute ... RAS LE BOL !!!

Ça devrait nous faire hurler de rire que l'extrême droite soit en PLS. Que ses hauts-cris pourtant si ridicules dans l'épisode du jour nous interrogent, nous mobilisent, nécessitent déconstruction, voire nous inquiètent, cela témoigne de son hégémonie culturelle du moment, de sa force a priori, indépendamment de tout sujet qui passe dans sa moulinette.  Et témoigne peut-être aussi d'une forme d'intériorisation de son avantage tactique par ses opposants. 

Peut-être que retrouver la force, le bonheur et le courage de rire d'elle, de balayer d'un revers de main sans condescendance mais franchement, résolument, car en cohérence avec nos valeurs  serait une des manières de se ressaisir?  Une certaine manière de la regarder dans les yeux, sans raser les murs ni s'excuser d'avoir des principes, par peur de braquer ses électeurs et donc de les perdre durablement. 

"Cage présidente " ... et c'est quoi son programme ?

Pascal Prout va encore faire son malien...


( j'ai honte ! )

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le choix radieux et déterminé de cette dame contre les "raisons d'Etat".


Le reste n'est que littérature, broderie, glands à mocassin et doigts sur couture.

Elle dt, cette dame, sans filigrane : "allez vous faire...."

"rien n'est simple au Mali" : on dirait du OSS 117 (ou du de Gaulle). 


Une femme veut revoir sa fille. 

A depuis des décennies voulu vivre et mourir dans sa terre d'adoption. 


Et il faut quoi ? Qu'elle demande un mot d'excuse à l'extrême droite ? 

Je ne prétend pas tout connaitre de la situation, mais j'ai bien l'impression d'avoir connu plus compliqué. 


Merci pour la chronique ! 


Dans toute guerre coloniale il y a des "porteurs de valises" que la bonne presse stigmatise, et à qui l'histoire donne raison.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.