171
Commentaires

M6 et l'islam radical : "On nous a présenté un sujet factice"

La présentatrice de M6 Ophélie Meunier et l'un des principaux interviewés d'un épisode de "Zone interdite" consacré à l'islam radical en France ont été placés sous protection policière après des menaces de mort, suite à la diffusion de l'émission, dimanche 23 janvier. Mais ce reportage fait également parler de lui car plusieurs personnes musulmanes dénoncent des "manipulations" et expliquent avoir été contactées... pour un "documentaire sur la laïcité et le vivre-ensemble", et non sur l'islam radical. "Arrêt sur images" a eu accès aux emails et messages trompeurs. Volet 1 de notre enquête sur ce numéro de "Zone interdite".

Commentaires préférés des abonnés

Cette petite enquête a le mérite de mettre le doigt sur la fabrication et l'entretien des psychoses racistes de la société: on veut un reportage qui fait peur aux gens parce que ça se vend bien, on le fabrique en trompant les témoins et en tordant la(...)

Ça ressemble beaucoup au traquenard dans lequel est tombé Mélenchon. La mauvaise foi de ces journalistes est sans limites.

Toujours le même dilemme, s'exprimer ou se taire. Ça ne les empêchera de continuer leur propagande.

Ça promet pour la prochaine p(...)

Approuvé 22 fois

don't feed the troll

Derniers commentaires

Il n'y a donc a l'evidence pas de déontologie du journalisme a M6, CNews ou ailleurs... je croyais dur que chaque profession avait son éthique de travail et de comportement je croyais aussi en la devise du: 'facts are sacred but comment is free'...suis surement naif...Cnews me rappelle Fox News aux USA...pour satisfaire leur charte, 5% d'infos cachées dans la zone morte de l'après-midi et 95% de commentaires rinces dans du pipi d'ours le reste du temps pour leur audience de boeufs qui les visionne en mâchant leur burger aux hormones...

Chers @sinautes,


J’ai découvert comme vous l’enquête de Pauline Bock concernant le dernier numéro de l’émission « Zone Interdite », sur M6, intitulée « Face au danger de l’islam radical, les réponses de l’État ». Un titre réducteur, pas très engageant je l’avoue, et qui n’a probablement pas été choisi par la réalisatrice Michaëlle Gagnet, pas plus qu’elle n’est à l’initiative de l’interview de Gérald Darmanin en fin d’émission.


En tant qu’antiraciste viscéral, en tant qu’adversaire politique de Darmanin (grand spécialiste de la stigmatisation, notamment des réfugiés et des malades mentaux), en tant que « gauchiste » pour tout dire, la présence de ce personnage et le titre du documentaire auraient pu me dissuader de le regarder. Mais le thème en est trop grave pour que je m’arrête à ce genre d’obstacle.


Et surtout, sa diffusion a eu pour conséquence des menaces de mort visant au mois trois personnes, à ma connaissance. Dès lors, malgré l’intérêt que je porte aux commentaires des médias (que ce soit à la tribune du Figaro ou aux émissions de France Inter, France Culture et Europe 1, qui condamnent ces menaces à l’unisson), j’ai eu besoin de me faire ma propre opinion, afin notamment de comprendre pourquoi @si se détache du lot et ne condamne ces menaces que du bout des lèvres. Raté : j'ai regardé le documentaire et je ne comprends toujours pas.


Vous vous souvenez de « Je suis Charlie » ? Ça voulait dire, je crois : que j’aime vos dessins ou non, et même si je les déteste, je vous soutiens car ils ne méritent pas la mort.


Hélas ! En lisant l’article de Pauline Bock (volet 1) et nombre de de vos commentaires, je constate que ce qu’on appelait, à l’époque de la préhistoire, « l’esprit du 11 janvier », n’est plus qu’un très lointain souvenir. Où sont les messages de solidarité ???? Il n’est pas question ici d’adhérer ou non au propos du documentaire ; mais je suis tout simplement sidéré de n’avoir pas lu chez vous le moindre commentaire de soutien.


Je suis bien entendu disposé à débattre du fond de vos propos ; mais cela me sera impossible tant que je ne serai pas fixé quant à votre soutien (ou non) à Ophélie Meunier et Amine Elbahi, menacé.e.s de mort en raison de leur parole.


 Damien Bois

votre article fait parler


cf : le lien de France Culture ci-dessous ( emission du dimanche 7 fevrier 2022 )


je ne sais pas si vous avez été sollicité pour participer à cette émission, je regrette juste que personne n'ait défendu votre point de vue; et que les  intervenants n'aient pas assumé ( ni le présentateur, pas plus que l'Etat ne le fait ) que la loi contre le séparatisme ne vise que le séparatisme de la religion musulmane ( c'est ce qui pose problème à mon sens )


https://www.franceculture.fr/emissions/signes-des-temps/la-polemique-zone-interdite-pertinence-et-limites-du-reportage-d-investigation-par-temps-de-crise


je viens de lire les autres commentaires ( y compris celui du monteur qui défend son job ) c'est intéressant et mérite plus que du manichéisme simplificateur 

Chère Madame Bock,


Je viens de lire votre article, après avoir vu le documentaire de « Zone Interdite » que vous incriminez. Puisque vous aimez les informations circonstanciées, sachez qu’en tant que monteur, j’ai eu l’occasion de travailler plusieurs fois avec « Gagnet » il y a une quinzaine d’années, à l’agence Tony Comiti, et qu’aujourd’hui encore, je collabore régulièrement avec M6, notamment pour l’émission « Zone Interdite ». Voilà pour les conflits d’intérêts ; si cela me décrédibilise à vos yeux, ne lisez pas plus loin.


Si vous voulez bien croire que ces collaborations ne m’ont pas ôté ma liberté de penser, alors je souhaite réagir à votre publication.


Une petite remarque préalable : vous savez comme moi que, suite à la diffusion de ce reportage, plusieurs personnes ont été placées sous protection policière en raison de menaces de mort. Hormis une elliptique mention en introduction, je n’ai rien lu dans votre article qui ressemble de près ou de loin à un message de solidarité. Mais je suppose que ce n’était pas votre angle ?


J’en viens au fond.


L’étudiante qui témoigne au début de votre article semble choquée qu’on lui ait parlé d’un documentaire sur la « laïcité et le vivre-ensemble ». Je ne vois pas où est la tromperie, car de fait, il traite du début jusqu’à la fin de laïcité et de vivre-ensemble (certes pas de la façon qu'eût souhaitée la jeune femme).


J’ai lu entièrement le mail de Michaëlle Gagnet dont vous nous offrez une capture d’écran, adressé à un interlocuteur qu’elle souhaitait interviewer.


Évidemment, la forme est agréable. Si vous connaissez une meilleure manière, plus « déontologique », d’obtenir le témoignage d’une personne réticente à donner le fond de sa pensée, alors vous allez révolutionner le journalisme. Mais si on lit le mail attentivement (pas seulement les passages surlignés avec vos commentaires), il n’y a pas moyen d’y trouver le moindre mensonge, sinon par omission : « danger » et « islam radical » n’y figurent pas, en effet.


Mais fondamentalement, où est la malhonnêteté ? Le montage final ne respecte-t-il pas comme promis la parole des interlocuteurs ? N’explique-t-il pas comme promis des concepts précis, tels que le salafisme ? Ne donne-t-il pas comme promis la parole à de nombreux musulmans, en longueur ? Ne précise-t-il pas sans ambiguïté, à plusieurs reprises, que les dérives extrémistes de l’islam sont minoritaires ?


Vous semblez prendre pour argent comptant des affirmations selon lesquelles des propos auraient été déformés. Mon hypothèse est qu’ils ont simplement été choisis.


Évidemment, quand il y a deux jours de tournage, on n’en garde pas l’intégralité à l’antenne. On conserve seulement ce qui ne relève pas de la langue de bois. Cela peut expliquer la déception de certaines personnes interviewées qui pensaient trouver l’occasion de livrer un message ; l’un de vos interlocuteurs (celui qui a vous fourni le mail, je crois) va même jusqu’à n’accepter que des interviews en direct. Mais si, en direct, il décidait de ne livrer que des éléments de langage, alors il serait impossible de lui faire dire le fond de sa pensée, et bonjour le journalisme.


Au fait, avez-vous vraiment regardé ce reportage de bout en bout ? Je suis très curieux de savoir ce que vous avez pensé de la partie sur l’imam de Drancy, qui prône un islam laïc et tolérant. Si vous l’avez manquée, je vous incite à retourner sur le replay, cela lèvera tous vos doutes quant à une éventuelle « islamophobie » du documentaire. Je constate en tout cas que vous l'avez totalement passée sous silence ; j’ose espérer qu’il s’agit simplement d’incompétence de votre part, et non de malhonnêteté intellectuelle.


N’allez pas croire que l’interview de Gérald Darmanin en fin d’émission m’a réjoui ; je ne suis pas  fan de ce monsieur, et pour être franc je ne l’écoute guère car c’est un grand spécialiste de la stigmatisation (des réfugiés et des malades mentaux notamment). De plus, son nez dépasse toujours du masque.



Néanmoins, sa simple présence ne m’a pas empêché de regarder ce documentaire attentivement et honnêtement. Encore une fois, je vous encourage à faire de même.



Veuillez pardonner le ton virulent de ce message. Il est à la hauteur de ma stupeur.


Bien à vous,


Damien Bois




PS : Je vois que nous avons écrit en même temps, puisque la deuxième partie de votre « enquête » a été mise en ligne hier. Je vois que vous avez informé vos lecteurs de la solidarité de certains médias, sans pour autant vous y joindre. Je suppose que ce sera l’angle d’un prochain volet.

Ecouter l'émission "Que dit vraiment le Coran" du 12/12/2021 (France Culture, Questions d'islam, 53 mn).

Le Coran, parole de Dieu consignée par écrit, est au centre de débats très emportés, entre la surmédiatisation et la méconnaissance - surtout méconnaissance - de ce texte. La surmédiatisation ne se limitant qu'à ses multiples interprétations au cours des siècles.

C'est vraiment à écouter.

France Télévision se déclare solidaire de M6 (Carole Gaessler au JT de France 3).

Alors , il se trouve que j'ai les mêmes inquiétudes dans mon quartier, avec du soutien scolaire pratiqué dans une mosquée, des femmes de plus en plus voilées, des enfants tenant des propos déroutants du style "dans ma religion, les hommes préhistoriques n'existent pas", donc je crains que ce reportage ne soit pas que du montage ou de la diffamation...hélas! Et que dire des journalistes ou des témoins menacés de mort... Vous ne trouvez pas qu'il y a quelque chose qui ne colle pas.  Menaces de mort...est-ce que vous réalisez ?Ou est-ce que vous vous êtes habitués?

Ce que vos faites est d'intérêt général et devrais être largement diffusé. Malheureusement, tout ceux qui ont vu cette merde télévisuelle ne sont pas des lecteurs d'ASI ;) Merci de lutter en ces temps de sombre propagande séparatiste de la part de l'État et de nombreux média.

Qui est menacé de mort ?

Des aveugles, des armoires,
Des blacks, des chicanos,
Des junkies de soixante-dix,
Rien que la peau sur les os,
Des maquerelles, des gourous,
Des mouchards, des pompistes,
Des poètes, des marins,
Des tueurs, des analystes,
Des chauffeurs syndiqués,
Des gardiens de cimetière,
Des laveurs de carreaux,
Des rouleurs de carrure,
Des joueurs de go,
Des ramasseurs d'ordure,

Le monde est menacé de mort, coupable de ne pas être à la hauteur de la prestation demandée.

(Je vais réécouter Lavilliers, tiens)

Voici ce que je viens d'envoyer à France Inter

Dans l’émission de France Inter « L’instant M » mercredi 2 février 2022 à 15 minutes le producteur du documentaire de « Zone interdite » sur l’islam radical à Roubaix, M Tony Comiti dit : « la loi en France interdit le voile dans l’espace public » et personne pour lui dire que non la loi n’interdit pas cela. Elle l’interdit aux fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions, à l’école depuis 2004 et si c'est un voile intégrale dans l’espace public c’est interdit depuis 2010 point barre !
Avec ce genre d’erreur pas étonnant que la haine monte. Votre journaliste aurait du rectifier.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Hallucinant. Ça et les reportages "cop show" qui vont dans les cités montrer des arrestations pour faire monter le sentiment d'insécurité.

Il nous manque plus qu'un reportage choc sur les valeureux gardes-côte de Frontex, avec la même sauce complaisante, et on aura le triptyque immigration / sécurité / islam, les trois mamelles de la propagande d'extrême droite, parfait pour faire élire des fachos.


M6 a réussi son coup, et Michaëlle peut déjà s'acheter ses bottes militaires et son brassard rouge pour le défilé du 14 juillet.

Noam Anouar, musulman lui-même, a un point de vue nettement plus nuancé sur ce reportage, et ne le désavoue pas. L'islamisme séparatiste reste un vrai problème....

Voir son point de vue sur Le Média (au grand dam de T. Kouamouo, l'interviewer :)

L'Islam,  on s'en tape. 


Pourriez vous nous collecter , ASI,  la liste des reportages , témoignages et autres époumonnages largement diffusés, et traitant depuis 2018 du scandale de la Silver Economy en France; cela, afin que nous mesurions bien , en ces temps de campagne électorale, combien notre gouvernement actuel, et peut-être le futur, prend en compte la dignité des anciens ?


Cela nous fera mesurer, de plus, l'hypocrisie insupportable de la radio de service public, (France Cul.) qui fait ces jours-ci mine de découvrir, elle-aussi, et de s'indigner.


Et pas seulement la question du Covid , please; celle des couches, aussi, merci.


Je pourrai ainsi voter pour diffuser en accès libre l'article rassemblant ces infos à des "amis" qui ne partagent pas ma lucarne d'Overtone, - si j'ai bien assimilé l'excellente explication de Jean-Lou Fourquet ?


S'il vous plaît.



Il parait que les allemands mangent les enfants ...

Et on remercie toni comiti une nouvelle fois, et zone interdite aussi, le duo d enfer ! 

J y ai passé quelques heures dans ma vie de monteur de film, et j y ai perdu mon temps.... Même des années après je reste traumatisé. 

On attend la suite avec impatience ! 

Au point où ils en sont, ce serait plus simple d'embaucher des acteurs en leur disant que c'est pour un feuilleton.

Cette petite enquête a le mérite de mettre le doigt sur la fabrication et l'entretien des psychoses racistes de la société: on veut un reportage qui fait peur aux gens parce que ça se vend bien, on le fabrique en trompant les témoins et en tordant la réalité, le résultat est perçu comme réel (et même un travail méritoire), ça renforce évidemment les préjugés et les peurs, donc ça renforce la demande psychotique pour ce genre de "reportage".

Bonjour Erwan,


Que de procès d'intention ! Qu'est-ce qui vous fait penser que le but de la réalisatrice est de faire peur aux gens ? Qu'est-ce qui vous fait penser que la réalité a été tordue ? J'ai regardé le documentaire de bout en bout et je n'ai trouvé aucun indice de pareille malhonnêteté. Pourriez-vous préciser ce qui vous fait penser cela ?


Et à supposer que vos hypothèses soient exactes (ce qui reste donc à démontrer), pourquoi diable ce documentaire aurait-il pris la peine de donner aussi longuement la parole à l'imam de Drancy, qui prône un islam laïc et tolérant ? Ce n'est pas logique, il n'y a aucune raison de le faire si on cherche à entretenir les psychoses racistes de la société. En revanche, passer sous silence ce passage du documentaire comme le fait l'autrice le l'article et comme vous le faites également (si vous 'l'avez manqué, le documentaire est encore en replay), voilà qui entretient les préjugés. Enfin, à mon avis, quoi.


Cordialement,


D. Bois

Respectez au moins les musulmans et arrêtez avec l'imam de Drancy,  Chalghoumi est limite une offense pour ses coreligionnaires

Bonjour Monsieur (ou Madame),


J'ai un grand respect pour les musulmans, pour vous comme pour M. Chalghoumi. Je ne vois rien d'offensant de sa part (sans doute n'ai-je pas les clefs pour cela), pourriez-vous être plus explicite ?

Wikipedia sait beaucoup de chose :

Selon Pascal Boniface, directeur de l'IRIS, la communauté musulmane se verrait désigner, en la personne de Chalghoumi, un responsable qu'elle n'aurait pas choisi et qui ne la représenterait pas51. Toujours selon Boniface, Chalghoumi occupe la parole d’une communauté dont il n’a pas le soutien, mais il tire sa légitimité des médias et des milieux politiques dominants51. Parmi les musulmans, il serait largement ignoré, voire violemment rejeté51. Ce rejet proviendrait d'après Boniface non pas de ses positions, mais de son illégitimité51 : « si Chalghoumi est rejeté, ce n’est pas parce qu’il est modéré, comme certains veulent le faire croire, mais parce qu’il est illégitime. »52.

Pascal Boniface juge l'action de Chalghoumi contre-productive, et que, loin de combattre le préjugé d’un islam radical et intolérant, il le conforterait puissamment51.

Pour de nombreux musulmans, Hassen Chalghoumi est « un pur produit des politiques et des médias ». Il divise53. Il est peu apprécié dans les milieux musulmans de France54 et la disproportion entre sa représentativité et son exposition dans les médias critiquée55.


Peu importe ce que dit cet imam il est avant tout une construction mediatico-politique et donc un porte parole des musulmans.

Bonjour,


L'article d'ASI démontre clairement que :


- La production a menti aux intervenants sur le sujet du reportage, clairement parce qu'ils n'auraient pas accepté de participer en tant que représentants de "l'Islam radical".

- L"étudiante en droit a vu ses propos tronqués et déformés: la voix off dit qu'elle veut "que les étudiants puissent prier à l'université, que le port du voile soit autorisé dans toutes les entreprises", ce qu'elle nie. Le reportage veut montrer cette étudiante comme un exemple de personne très religieuse, c'est pourquoi la production a choisi de ne pas montrer les images d'elles avec ses amies non-musulmanes par exemple. Cela donne évidemment l'impression (trompeuse) qu'elle est stricte et peu tolérante. Les questions posées sont aussi volontairement orientées pour lui donner ce rôle.

- Le second volet de l'enquête d'ASI montre que la production avait clairement l'intention de ne montrer que les aspects qui suggèrent que les commerces fimés sont strictement relgieux, en ne montrant pas tout le reste. Ils abusent de la caméra cachée comme si ces commerces étaient des lieux dangereux ou se passent des choses illégales. Encore une fois, une technique facile pour donner une impression de danger au téléspectateur.


Si la production cherchait à faire un reportage impartial, ils n'avaient aucun besoin d'utiliser ces procédés malhonnêtes. Ce qui prouve que les auteurs avaient bien dès le départ une idée bien arrêtée du résultat qu'ils voulaient obtenir, et qu'ils n'ont aucun scrupule à manipuler les intervenants et téléspectateurs pour obtenir ce résultat.


C'est très bien qu'ils montrent aussi un représentant de l'Islam tolérant, mais ils avaient aussi besoin du côté intolérant et comme ils ne l'ont pas trouvé ils l'ont bidonné. C'est à se demander si "l'Islam radical" est vraiment si important que ça en France, non ? Ça ressemble beaucoup à une psychose : une fixation sur quelque chose perçu comme très menaçant, qui ne pas ou peu en réalité.

Cher (ou chère) Erwan,



Quel plaisir de voir enfin un commentaire bien écrit et bien construit ! La qualité rédactionnelle de votre réponse me fait plaisir, je commençais à désespérer.



Sur le fond, permettez-moi de m’inscrire en faux.



Comme je le disais dans un commentaire précédent, je suis monteur de documentaires, et en tant que tel je fais partie de ceux dont le cœur de métier est de « tirer les phrases de leur contexte ». Je me permets à ce titre de souligner que votre contribution témoigne d’une méconnaissance non seulement de mon travail, mais du journalisme en général.



Selon vous, la « production » aurait menti aux intervenants sur le sujet du documentaire. Or l’article de Pauline Bock ne cite à aucun moment des propos de la production. Je suppose que vous faites référence à la capture d’écran révélée par Pauline Bock ? Il s’agit en fait d’un mail de Michaëlle Gagnet, qui est la réalisatrice du documentaire en en aucun cas sa productrice. Enculage de mouches, me direz-vous ? Non, vous répondrai-je ; simplement, je préfère être précis, quitte à soulever une erreur de votre part.



Si, par inadvertance, c’est bien du mail de la journaliste que vous parlez, alors force est de constater qu’il ne mentionne pas l’islam radical, ni ses dangers. Mensonge, si l’on veut, mais par omission. En toute honnêteté, reconnaissez que par ailleurs, tout est vrai lorsque Michaëlle Gagnet présente ses intentions : elle déclare qu’elle souhaite réaliser un travail sur la laïcité et le vivre-ensemble, expliquer des concepts précis de l’islam et donner la parole à de nombreux musulmans : autant de promesses tenues.



Contrairement à ce que vous écrivez, à aucun moment la journaliste ne prétend octroyer à son interlocuteur le statut de « représentant de l’islam radical » (ni représentant de quoi que ce soit, d’ailleurs). Encore une fois, il n’y a ni mensonge, ni tromperie. Si vous souhaitez convaincre les @sinautes du contraire, il faudra être plus précis, car c’est un lectorat exigeant.



Vous faites référence à l’étudiante en droit qui s’est sentie trahie par le montage, et à une séquence coupée (avec ses amies non religieuses).



Ni vous ni moi n’avons vu les rushes de cette séquence (les images tournées), donc il se pourrait qu’ils contiennent des propos tolérants et ouverts qui auraient été passés volontairement sous silence. Il se pourrait aussi que ce qui a été mis de côté ne relève que de la langue de bois, c’est le monteur qui vous parle. Je n’en sais rien personnellement. Si vous avez des informations concrètes à ce sujet  (qui puisent corroborer ce qu'affime la jeune femme), faites-nous en part. Si vous n’en savez rien non plus, prenez au moins un peu de recul, au lieu de prendre pour argent comptant la parole d’un témoin déçu, et de « supposer » avec elle qu’il y a tromperie (les « suppositions » sont le terreau des fake news).



Remarquez aussi qu’au delà de ses réclamations à propos de ce qui a été coupé, cette jeune femme ne conteste pas les propos qui ont été conservés.



Bien cordialement,



D. Bois

Pour résumer, vous considérez que l'article d'ASI ne met en évidence aucun problème dans ce reportage, que tous les éléments présentés sont faux ou biaisés. Dans ce cas je suppose que M6 et/ou la production porteront plainte pour diffamation. 


En général je fais confiance à ASI et je doute qu'ils aient inventé cette histoire. Vous me demandez de prouver des éléments, ce n'est ni mon rôle ni ma compétence, adressez-vous à Pauline Bock. 


Je me contente d'observer que la recherche d'audimat (M6 est une chaîne commerciale), pousse facilement à faire appel aux émotions primaires comme le désir ou la peur pour accrocher le téléspectateur, et que ça demande parfois des arrangements avec la réalité. Ça semble être le cas ici d'après ASI.

Les éléments présentés dans l'article ne sont pas faux, mais biaisés en effet, et interprétés avec malhonnêteté. La journaliste d'@si fait preuve d'une méconnaissance incroyable (feinte ou réelle, je ne sais pas) des conditions de réalisation d'une enquête.


Avez-vous vu le numéro incriminé de "Zone Interdite" ? (Spoiler : si la réponse est non, vos propos n'auront plus de valeur à mes yeux)


Sachez que les journalistes de M6 sont en grande majorité des pigistes qui travaillent aussi bien pour le service public. Les quelques-uns (très minoritaires) qui sont malhonnêtes le seront tout autant sur France 2 ou Arte (qui recherchent également l'audimat, le saviez-vous ?) ; la grande majorité d'entre eux ont une déontologie et la pratiquent aussi sur les chaînes privées.


C'est le cas en l'occurrence de Michaëlle Gagnet. qui a réalisé cette enquête (journaliste et réalisatrice pigiste, elle travaille aussi bien pour M6 que pour Arte et France Télévisions).

Autant être honnête tout de suite, vous ne réussirez pas à me convaincre que les pratiques décrites dans l'article et résumée dans mon commentaire du 6/2 sont honnêtes et d'une parfaite rigueur journalistique. 


Ça m'étonnerait beaucoup que ce soient les pigistes qui décident d'inventer des propos à cette étudiante, de tourner en caméra cachée quand ce n'est pas nécessaire ou simplement du montage final. A priori c'est soit la réalisatrice soit la production qui décident de la façon de présenter les choses. Evidemment que les chaînes publiques chechent aussi l'audimat, ce n'est pas le problème.


Pour finir, non, je n'ai pas vu ce reportage, ni d'ailleurs rien de ce qui passe à la télé puisque de télé je n'en ai point. Déjà je ne vois pas bien ce que ce type de reportage pourrait m'apprendre d'intéressant, sans même parler des pratiques lamentables mises en évidence par ASI. Que mes propos perdent toute valeur à vos yeux, vous m'en voyez fort peiné mais je crois que je m'en remettrai ;)

Cher Monsieur,


Je ne doute pas que vous vous en remettrez, et je m'en réjouis même, car mon but n'est en aucun cas de vous faire de la peine ; j'essaye juste de discuter avec vous sur la base d' arguments étayés, ce qui n'est pas "facile facile". Je fais une dernière tentative.


J'ai bien compris que vous ne souhaitiez pas confronter votre opinion à la réalité du reportage, que vous n'avez pas jugé utile de regarder. Reconnaissez au moins que cela ne confère pas une grande crédibilité à votre point de vue sur ledit reportage.


Avec le replay, depuis une quinzaine d'années, point n'est besoin de téléviseur pour voir des émissions télévisées,. Il suffit d'un ordinateur, d'un téléphone ou d'une tablette, dont vous êtes manifestement équipé. Pourquoi n'admettez-vous pas tout simplement que vous n'avez pas souhaité voir le documentaire ? Et comment pouvez-vous le juger puisque précisément vous ne l'avez pas vu ? Les articles d'@si se substituent-ils donc à votre propre faculté de jugement ? Il me semble pourtant que ce média encourage ses lecteurs à une pensée critique et autonome. Dans votre cas, bof bof, si je puis me permettre.


Une petite (ou grosse ?) confusion dans votre message : la réalisatrice, la journaliste et la pigiste sont une seule et même personne. Si vous êtes intéressé par les faits objectifs, sachez qu'il n'est donc pas possible que la journaliste soit responsable d'un fait si la pigiste ne l'est pas en même temps. Manifestement, vous m'avez lu en diagonale et sans vous intéresser à ce que je dis précisément ; je m'en remettrai moi aussi.


Sachez par ailleurs qu'aucun propos de l'étudiante n'a été inventé, jusqu'à preuve du contraire - preuve que ni elle, ni @si, n'apporte. Et notez que le fond des propos qui ont été conservés au montage n'a pas été contesté. (Encore faudrait-il avoir vu le reportage...)


Je ne souhaite pas vous offenser. Je ne souhaite pas non plus, en soi, vous faire changer d'avis ; je suis ouvert à la contradiction, à condition qu'elle soit argumentée.


Ce n'est pas le cas pour l'instant, puisque vous renoncez à votre propre jugement critique en vous contentant de considérer l'article d'@si comme parole d'Évangile., un sophisme connu sous l'appellation "argument d'autorité".


J'ai le désir sincère que vous voudrez bien considérer l'honnêteté de mon propos.



D. Bois






- Il y a un malentendu depuis le début de cette conversation : ici c'est le forum de discussion d'ASI, on y discute les articles d'ASI et il se trouve que cet article d'ASI met en évidence des biais journalistiques d'un reportage en particulier. Si vous voulez discuter du contenu du reportage lui-même, je suis sûr que M6 a un forum pour ça.

- Vous partez du principe que l'article d'ASI est entièrement infondé, et pour ça vous citez le reportage lui-même. À la base c'est un raisonnement faussé, puisque les problèmes soulevés sont justement liés à un maquillage de la réalité dans le reportage. Donc par définition on n'y voit pas les choses qui y sont volontairement occultées.

- De même, l'argument selon lequel je devrais moi-même voir ce reportage de mes propres yeux pour connaître "la réalité" est fallacieux. Par exemple, ni vous ni moi n'allons en Ukraine, nous faisons raisonnablement confiance aux médias qui nous informent de la guerre qui s'y passe. Personnellement je fais confiance à ASI.

- Au passage, comme je disais plus haut, si vous avez raison M6 a probablement déjà porté plainte et ASI sera forcé de retirer l'article. Pour le moment ce n'est pas le cas, donc jusqu'à preuve du contraire les éléments apportés par ASI sont vrais.

- Sur ces éléments eux-mêmes, vous évitez soigneusement le sujet : apparemment vous ne faites pas confiance aux témoins mentionnés, vous ne croyez pas cette étudiante en droit qui dit clairement qu'on lui prête des paroles qu'elle n'a pas prononcé, et aucun commentaire concernant l'usage de la caméra caché ou l'obsession pour les signes religieux visibles dans les commerces.

- "Une petite (ou grosse ?) confusion dans votre message : la réalisatrice, la journaliste et la pigiste sont une seule et même personne.". Moi j'ai surtout parlé de la réalisatrice et de la production. Un certain Jean-Marie Tricaud, producteur exécutif et rédacteur en chef à M6, a apparemment aussi participé aux décisions éditoriales.

Cher Monsieur,


Je trouve tout bonnement stupéfiant que vous assumiez à ce point de parler de quelque chose que vous ne connaissez pas.


Je n'ai jamais dit que vous deviez regarder le reportage pour connaître "la réalité". J'ai dit que vous deviez le regarder si vous prétendez donner un avis SUR LE REPORTAGE. Sérieusement, vous n'aviez pas compris ?


______________________



Dans votre monde, sur ASI on parle d'ASI, sur M6 de M6... Pardonnez ma trivialité et mon anglicisme, mais what the fuck ??? Il existe bien heureusement de nombreux endroits en dehors de M6 pour discuter de M6. Il est tout à fait légitime de discuter sur le forum d'ASI d'un article publié sur ASI concernant un documentaire de M6. Vos sophismes me font des nœuds dans la tête.


L'article d'ASI n'est pas diffamatoire, ce qui en effet pourrait justifier une plainte. Il est simplement d'une insondable mauvaise foi, ce qui est légal. L'absence de plainte de la part de M6 est donc logique et ne signifie évidemment pas que le fond de l'article est honnête. Très joli sophisme de votre part une fois encore.


(Au passage, quand bien même il y aurait diffamation, la chaîne ne serait pas tenue de porter plainte pour autant et ça ne prouverait rien.)


Heureusement que les désaccords de fond ne finissent pas tous au tribunal, les juges ont mieux à faire !


Je vous donne un autre exemple : ce n'est pas parce que je ne dépose aucune plainte contre vous que j'aurais tort et vous, raison. Je n'ai aucune raison de le faire puisque vous ne m'insultez pas et que vous exprimez simplement un point de vue divergent du mien, certes fort mal argumenté, mais en aucun cas répréhensible légalement.


Bref, il est  totalement absurde d'affirmer que l'absence de plainte de la part de M6 signifie que l’article d'ASI serait honnête.


_________________


Un petit détail : vous confirmez que vous vous en prenez au producteur et à la journaliste. Cette dernière étant pigiste, retirez-vous ce que vous avez écrit précédemment en faveur des pigistes ????? Votre réponse est à côté de la plaque.


_________________


Je n'évite aucun sujet, je vous ai répondu point par point, et je continue.


Puisque ça vous intéresse, sachez que de fait, je suis curieux d'avoir la preuve que des propos ont été déformés ; personne ne l'a apportée pour l'instant. Par ailleurs, aucun démenti n'a été prononcé concernant les propos qui ont été diffusés (dont vous ignorez le détail puisque vous avez manqué le reportage).


De fait, je sais que la caméra cachée (ça ne concerne pas l'étudiante) est parfois le seul moyen de montrer certaines réalités. Je suppose que, n'ayant pas vu le reportage, vous n'avez pas non plus pris connaissance des propos de Michaëlle Gagnet (journaliste pigiste) qui expliquait qu'elle s'était heurtée à des murs lorsqu'elle avait fait des demandes de tournage dans des lieux pourtant ouverts au public.


Peut-être trouvez-vous préférable que des boutiques en théorie ouvertes à tous et des écoles financées par des fonds publics agissent à l'abri des regards. Moi pas.


Si cela ne vous pose pas problème qu'une frange minoritaire des musulmans souhaite réformer la laïcité française, si ça ne vous pose pas problème que l'on ne puisse pas représenter de visage sur une poupée, si ça ne vous pose pas problème qu'une école financée par des fonds publics ne respecte pas les programmes qu'elle est censée enseigner et ouvre des classes clandestines (tout cela serait impossible à montrer sans l'aide de la caméra cachée), alors je ne ne sais vraiment plus quoi vous dire.



_________________ 


Quant à vous, s'il y a une chose que vous évitez soigneusement, c'est de vous forger une opinion personnelle.


Si vous persistez à vouloir parler d'un documentaire que vous n'avez pas vu, je vous laisserai le dernier mot.


Cordialement,


D. Bois







L'article d'ASI indique ceci :


Michaëlle Gagnet ne nous a pas répondu. La chaîne M6, qui diffuse Zone interdite, n'a pas souhaité s'exprimer, répondant simplement que sa politique est "de ne pas surenchérir sur la polémique". Selon nos informations, elle soutient et la forme et le fond du documentaire, ainsi que la manière dont ont été contactés les témoins.


Même sans aller jusqu'à porter plainte, le minimum que la réalisatrice et/ou M6 pourraient faire s'ils considèrent que l'article d'ASI est mensonger ou de mauvaise foi c'est de s'expliquer, de faire un démenti et/ou un droit de réponse. La plupart des éléments fournis dans l'article sont factuels et précis. Par exemple, ils pourraient certainement facilement fournir la preuve que l'étudiante a bien dit ce qu'on lui fait dire dans le reportage, puisqu"ils ont tous les enregistrements. Ils ne l'ont pas fait, donc il n'y a aucune raison de douter de cette étudiante. D'ailleurs elle n'aurait aucun intérêt à inventer cette histore, puisqu'elle prendrait alors le risque de voir la preuve qu'elle ment rendue publique.


Et c'est pareil pour la caméra cachée : un "procédé obligé" pour "montrer la vérité, quelque chose qui est caché"... dans des commerces ouverts à tous ?? Et quand un commerçant lui propose de ne pas filmer que les signes islamiques, elle s'énerve et refuse ?? Pour un reportage supposé montrer la "vérité cachée", c'est beaucoup d'efforts pour ne pas montrer certains aspects parfaitement normaux de la réalité.


Des reportages qui prétendent montrer la vérité cachée en sélectionnant soigneusement la vérité qu'ils veulent mettre en avant, non merci pour moi.

Le pire, c'est que vous avez peut-être raison sur le fait que le reportage est plutôt équilibré, comparé à la moyenne sur le sujet ! 


Vous insistez sur le fait que je devrais me forger "mon opinion personnelle" en regardant le reportage, comme si ce reportage allait m'ouvrir les yeux sur une vérité que j'ignore. Et vous extrapolez allègrement en prétendant que ne pas vouloir le voir revient à être d'accord avec des extrémistes, le bon gros amalgame pourri. Au passage, il y a aussi une frange minoritaire de catholiques qui voudraient bien réformer la laïcité (d'ailleurs ils préféreraient la supprimer complètement). Il y aussi une minorité de gens qui veulent le retour de la royauté, d'autres (parfois les mêmes) la reconquête des colonies françaises, etc. Les extrémistes de tout poil existent, j'en suis conscient et je crois raisonnablement bien informé. Mais merci quand-même de vous en soucier. 


Il y a aussi un nombre important de gens qui ne croient pas ou sous-estiment les dangers du réchauffement climatique, j'espère que M6 va bien vite faire des reportages alarmistes sur le sujet. Autrement je ne comprends pas : comment se fait-il qu'on ait des tas de reportages sur des sujets comme l'Islam radical ou la criminalité, et très peu sur le danger climatique ou la biodiversité ? Ces derniers posent pourtant un bien plus grand danger à bien plus grande échelle, donc les nobles journalistes de M6 devraient s'emparer du sujet.

Cher Monsieur,


Une fois encore, votre message serait sans doute plus pertinent si vous aviez vu le reportage en question. Notamment, vous ne seriez pas dans ce cas si perplexe lorsque je parle de commerces qui sont en théorie ouverts à tous, mais qui vendent également des jouets qui s'assument séparatistes.


Vous auriez également entendu constaté que le documentaire précise que ces jouets sont vendus parmi d'autres qui ne sont pas séparatistes. Vous voyez bien que c'est dommage de parler d'un film que l'on n'a pas vu.


Vous parlez d'une journaliste qui s'énerve, c'est vous qui inventez cette scène.


Et vous ne semblez pas comprendre que si je suis si surpris que vous commentiez un reportage que vous n'avez pas vu, c'est tout simplement parce que vous ne l'avez pas vu. Je n'ai aucune envie, en soi, de vous faire changer d'avis sur le séparatisme, et je ne suis pas assez con pour prétendre qu'un seul documentaire magique serait suffisant pour donner une vérité universelle. Ce que je me contente de vous dire depuis maintenant quelques jours, c'est qu'il est aberrant de commenter un reportage que l'on n'a pas vu. Vu ?


Voilà voilà, cordialement quand même,


D. Bois

des commerces qui sont en théorie ouverts à tous


Ils sont ouverts à tous "en théorie" ? On ne peut pas y entrer si on n'est pas musulman, peut-être même seulement si on n'est pas "mulsulman radical" ? Pourquoi une caméra cachée dans ce magasin ? C'est dangereux, c'est des criminels endurcis qui tiennent la boutique ?


Mais on reste toujours sur le même problème, je ne fais que citer l'article d'ASI :


"Ils ne filmaient que les connotations islamiques dans les vitrines." 


Lorsqu'il l'a fait remarquer à Michaëlle Gagnet, celle-ci "s'est énervée, a fait volte-face et est partie"


Comme tous les autres, ces faits ne sont même pas contestés par les auteurs du reportage. Et vous semblez surpris que je parle de l'article d'ASI et fasse confiance à son contenu non contesté par les auteurs ?


Vous avez un problème avec Pauline Bock, pas avec moi, et le fait que je vois moi-même ce reportage ou non n'y changera strictement rien. Vous insistez pour parler du contenu du reportage alors que le sujet est la méthode utilisée pour produire ce reportage. Pour caricaturer, c'est comme si vous me parliez des qualités du dernier iphone alors que l'article parle des usines où les iphones sont fabriqués par des gamins esclaves.


Au passage, je m'en fous des poupées sans visage. Plein de gens achètent plein de trucs stupides tout le temps, on n'a pas forcément besoin d'interpréter ça comme un signe de montée de l'extrémisme. Y a même des cahiers à colorier sans les couleurs, probablement un coup des extrémistes pastafariens qui refusent les couleurs. Et on oublie facilement les nombreux exemples où le catholicisme avait une emprise bien plus grande sur la vie publique en France : pendant des décennies la plupart des cantines d'écoles publiques servaient traditionnellement du poisson le vendredi, personne ne trouvait que c'était un grave danger pour la laïcité.  Pareil pour les jours fériés, les nombreuses références aux saints chrétiens, etc. Cette obsession de voir des signes de radicalisme dans des bêtises est clarement appliquée de façon différente à différentes religions... ce qui est contraire à la laîcité.


Ils sont ouverts à tous "en théorie" ?


Oui, c'est ça.


On ne peut pas y entrer si on n'est pas musulman, peut-être même seulement si on n'est pas "mulsulman radical" ?


Non, ce n'est pas ça. Où avez-vous été chercher un truc pareil ??????


Pourquoi une caméra cachée dans ce magasin ?


Parce que ce magasin est ouvert au public et refuse que le grand public voie ce qui s'y passe.


C'est dangereux, c'est des criminels endurcis qui tiennent la boutique ?


Non.


C'est fou le temps qu'on perd à expliquer un truc qu'une personne refuse de voir (je parle du documentaire et de rien d'autre, par pitié arrêtez de faire semblant ce comprendre autre chose).


____________________



Mon sujet est également la méthode utilisée dans le reportage, qui est respectable. Une idée au passage : regardez-le avant de donner une opinion sur la méthode... (Non, je déconne)


J'ai argumenté à ce propos, et certainement pas contre une personne en particulier. Je maintiens donc que je trouve légitime que des journalistes dévoilent ce que certaines personnes ne souhaitent pas dévoiler. Sans cela, nous ne saurions rien des costumes de Fillon, du scandale des EHPAD, du Mediator, des Wikileaks, du Watergate....  Ces sujets ayant été enquêtés sans le consentement des personnes mises en cause, je présume qu'ils ne vous intéressent pas, puisque les journalistes selon vous devraient être sages et ne contrarier personne.


Avant de poster sur ce forum, j'ai confronté sans préjugés plusieurs sources : l'article d'ASI, le reportage de Zone Interdite, plusieurs émissions de radio et de télévision portant sur le même sujet.


Vous préférez confronter l'article d'ASI à... euh eh bien l'article d'ASI, sans autres sources ; c'est super.


Comme vous répondez en permanence à côté en extrapolant à chaque fois sur ce que je dis, je vous laisse à vos certitudes.

En général ajouter "en théorie" à une affirmation sous-entend que la même affirmation n'est pas forcément vraie en pratique, qu'il y a un doute. J'ironisais donc sur ce doute que vous exprimiez : soit la boutique est ouverte à tous, soit elle ne l'est pas.


Vous citez des scandales sciemment dissimulés par des organisations puissantes pour justifier les méthodes du reportage. Filmer des articles en vente libre dans une boutique ouverte à tous, c'est sûr que Snowden peut aller se rhabiller. Ces poupées on les trouve aussi sur internet, au cas où ce serait trop risqué d'aller filmer dans une boutique. Quelles personnes ou organisations ne souhaitent pas dévoiler leur existence, exactement ? Peut-être que si personne n'en parle, c'est tout bêtement parce que ça n'a aucune importance ? Il y a certainement aussi des tas d'articles bizarres en vente dans des boutiques religieuses à Lourdes, mais qui va oser s'attaquer à la puissante nébuleuse catholique ? 


Ce reportage fabrique un pseudo-scandale de toutes pièces en présentant un truc stupide et sans intérêt comme si c'était un dangeureux complot.

Misère du journalisme. Quelle crapulerie. Et dire qu'il y en a qui défendent ça au nom de la liberté d’expression ! Qu'ils ne viennent plus nous parler de déontologie.

".. persuadée que [son] enquête est implacable et qu'elle était nécessaire"

Le melon universaliste de la dame des Lumières, juché sur le promontoire de la Safe European Home

On parlait d'éducation aux médias hier sur ce forum...

Si on devait résumer la discipline en 10 Commandements, le premier serait de ne jamais accepter de participer à un documentaire ou une émission d’enquête. Jamais.

ASI une fois de plus défend l'islamisme

Un petit soutien à votre consoeur menacée de mort?

Ça ressemble beaucoup au traquenard dans lequel est tombé Mélenchon. La mauvaise foi de ces journalistes est sans limites.

Toujours le même dilemme, s'exprimer ou se taire. Ça ne les empêchera de continuer leur propagande.

Ça promet pour la prochaine présidentielle.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.