223
Commentaires

L'Observatoire du décolonialisme : faux think tank, vrai média d'opinion

L'Observatoire du décolonialisme vient de publier un rapport sur "l'islamogauchisme", relayé par le Point et le Figaro. Cette structure, entre think-tank et site d'opinion, regroupe divers chercheurs en sciences sociales inquiets de la "vague identitaire" qui inonderait l'enseignement supérieur. Ses membres et ses travaux sont de plus en plus cités dans les médias. Sans véritable légitimité institutionnelle ni scientifique. Mais avec beaucoup de blagues.

Commentaires préférés des abonnés

Entre des universitaires malhonnêtes et les journalistes malhonnêtes qui ont perdu leur déontologie, un beau mariage d'amour !

Merci pour cet intéressant détricotage. 


Quand j’entends parler de think tank, je sors mes boules quies. 


Parce que think tank, en globish cela veut dire ramassis de gens qui pensent pareil et qui se réunissent pour se réjouir de penser parei(...)

Islamogauchiste n'est pas une réalité, ni un concept ni une catégorie ni quoi que ce soit qu'on peut définir, mais une qualification, voire une insulte. Pour ceux et celles qui ne font pas la différence entre catégorie scientifique et qualification, (...)

Derniers commentaires

Et bien sûr tous ces gens de ce pseudo-"observatoire" ne sont pas du tout des militants. Meuh non voyons !

Jusqu'à l'absurde. Car on y trouve par exemple la thèse du chercheur Malcolm  Ferdinand, "Penser l'écologie depuis le monde caribéen", thèse reconnue pour son apport scientifique indéniable, d'ailleurs devenue un livre. "Son travail a fait date pour tous les chercheurs qui travaillent sur l'histoire environnementale, pointe Lamy.  


C'est le même préjugé raciste qui animent ceux qui beuglent derrière Danièle Obono depuis sa première apparition médiatique. 


Dans son parcours ( on le voit avec les comptes rendus du procès contre Valeurs actuelles) rien de particulièrement woke décolonial cancel culture SJW intersectionnel anti blanc (rayez la mention inutile) mais...


elle est noire, elle est femme donc c'est elle qui prendra le plus cher au sein de la France insoumise.


Quand on s'appelle "Malcolm" Ferdinand et qu'on écrit sur la Caraïbe, c'est qu'on est forcément un islamo-gauchiste décolonial racialiste ces gugusses de l'observatoire de  mes deux donne dans le racisme basique. 


Si vous en saisissez pas ce que je dis. Comparez la littérature haineuse envers Eric Fassin et celle qui vise Rokhaia Diallo. Des tombereaux de calomnies haineuse pour l'une tandis que l'autre est  relativement épargné. 


Bon c'est vrai que c'est un islamogauchiste désigné mais il suscite nettement moins de réactions hystériques. 


La raison? 


Racisme basique mâtiné de sexisme.




"woke" (soit le progressisme à la sauce américaine)

pour la cuisine au wok je préfère la sauce soja (avec un peu d'huile de sésame c'est top)


sinon j'aimerais bien que ces clowns me donnent une définition précise du terme woke; ce serait l'occasion d'une bonne tranche de rigolade.

Islamogauchisme ? Encore un truc de droite  pour éviter de parler de vrais sujets, la pauvreté et la précarité, les écarts de salaires obscènes entre les csp++ et  le  travailleur lambda .  

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Epuisant! Le niveau de confusion, de médiocrité de réflexion, d'imposture et de malhonnêteté atteint par les débats, tant de think tanks qui ne pensent pas grand chose, de personnes qualifiées "de gauche" sans questionnement sur l'expression, et d'intervenants de mauvaise foi, tout cela contribue à l'écoeurement, au retrait de la vie citoyenne, et à la radicalisation des individus. Epuisant, vous dis-je...

Islamogauchiste n'est pas une réalité, ni un concept ni une catégorie ni quoi que ce soit qu'on peut définir, mais une qualification, voire une insulte. Pour ceux et celles qui ne font pas la différence entre catégorie scientifique et qualification, eh bien, on peut être désolé-e pour eux. C'est comme si on demandait de définir "racaille" ou même "élite". Alors qu'on peut travailler sur les usages de ces termes, à quoi et à qui ils s'appliquent, ce qui est bien différent. 

Quant à l'Observatoire du décolonialisme, bien que payés par l'argent public (comme universitaires, pour la plupart), ses membres ont bien un agenda politique. Certain-es écrivent dans Causeur ; on a cité Valeurs actuelles et le Figaro. Certains écrivent aussi des horreurs sous couvert d'anonymat. Enfin, la référence à Julien Dray ici fait bien rire. Qui oserait prétendre, en citant un homme politique, que ce n'est pas de politique qu'il s'agit, dans cette nébuleuse qui me parait plus proche de Zemmour que d'un univers scientifique ?

Je suis bien embété parce que j'ai téléchargé le document (d'ailleurs, je note qu'ils fournissent un epub, ce qui est rare mais qui facilite grandement la lecture)... bref, je suis bien embété parce qu'après avoir lu votre article je me dis que je perdrais mon temps à lire ce truc. Bon, je le garde dans un coin au cas où je devrais me rendre dans une salle d'attente.

Merci pour cet article et pour les références.

Hors sujet mais pas complètement : on peut se demander ce que dénote, du point de vue idéologique, un sujet économique posé au bac : « Vous montrerez que des politiques de flexibilisation du        marché du travail permettent de lutter contre le chômage        structurel »

voir notamment : https://www.marianne.net/agora/humeurs/quand-le-neoliberalisme-embrigade-le-bac

Pour revenir au sujet de l'article, il serait intéressant de savoir ce que disent de ce sujet du bac, du point de vue de la neutralité, ceux qui voient de l'islamogauchisme partout, et mettent dans ce "pot" tout et n'importe quoi, sans l'once d'une réflexion. 

Il est très malhonnête de dénoncer les études de genre quand on prétend être un observatoire du colonialisme. Mais bon, l’honnêteté et la précision n’ont pas l’air d’être leurs priorités.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur


On peu lire le communiqué sur ce sujet sur le site du CNRS avec le titre suivant : "L’« islamogauchisme » n’est pas une réalité scientifique" et  au début du communiqué : "« L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique. "


Le CNRS à refusé cette enquête car pour eux l'islamogauchisme! n'existe pas. c'est vrai pourquoi s'emmerder à le démontrer alors qu'on peut  juste dire que cela n'existe pas et bouder en refusant de le faire.


Sans le support d'une étude sérieuse produite du CNRS ou  d'un autre groupe, attaquer la méthodologie ou les personnes  ou l aprésentation des infos ne permet pas de réfuter complètement le travail de l'observatoire.  



la vrai question est pourquoi refuser de faire cette étude sur l'islamogauchisme de la part du CNRS, puisque selon eux cela n'existe pas.?





En fait j'ai pas compris en quoi c'était un "faux" think tank. Parce qu'ils ne sont pas neutres ? Mais il me semble que c'est le cas de tous les think tanks.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Au dernières nouvelles je ne crois pas que je finance l'université du Connecticut. C'est dommage parce qu'elle est intéressante. Mais bon, la cancel culture dont vous êtes le fier représentant veut faire taire tout ce qui n'est pas assez de droite dans les unis, on connait le refrain.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

On paye aussi certains des augustes membres de l'observatoire du décolonialisme...

Je ne sais pas ce que ça vaut sur le fond, mais les termes employés sont vraiment malaisant (par exemple ramener les polémiques sur la nourriture sur des histoires de couleur de peau - donc poser une lecture raciste - alors que c'est plus une question de modèle de société et de choc des cultures sur fond d'une hostilité envers une religion - donc une lecture sociétale plus nuancée)

par exemple ramener les polémiques sur la nourriture sur des histoires de couleur de peau 
En fait non, ici, "blanchité" est à prendre comme "groupe dominant par rapport aux biais racistes de cette sociétée", pour une société où le groupe dominant au niveau des biais raciste est blanc, mais comprend rarement tous les blancs. Au début du XXème sciècles aux USA, la culture culunaire italienne ne fesait pas partie de la "blanchité". On parle donc de groupes socios construits par les biais racistes, pas de couleurs de peau.

J'entends bien le sens du mot mais le terme fait bien référence directement à la couleur de peau, quelles que soit les circonvolutions intellectuelles que l'on peut faire derrière pour le justifier.

Je trouve le terme maladroit, moi aussi, mais ce sont les racistes qui ont créé les sandards raciaux, pas ceux qui étudient le racisme.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous savez, vous auriez sans doutes des réponses à ça en regardant ses travaux. Vous tomberiez peu-être sur des travaux de merdes et vous pourriez peu être nous expliquer pourquoi ils sont pourris (cause sans lien fondée avec les coséquances par exemple...). Mais pour ça il ne faut pas rejeter le truc à-priori parce que le sujet de recherche vous parait nul, on vérifie le contenu d'abord.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Pour qu'un sujet de recherche soit valable, il faut déjà définir les termes, c'est quoi l'islamogauchisme?
Parce que les termes "racisme", "cuisine" et "française", ça c'est déjà bien définit par une flopée de travaux universitaires.

Et la cuisine, c'est marqué culturellement et socialement, et c'est au niveau culturel et social que se place le racisme. Par exemple, si la consomation de soupe a chuté de manière spectaculaire dans la seconde moitiée du XXème sciècles c'est que c'était vu comme un plat de pauvres, et que l'on pouvais s'en passer grâce à la société de consomation. Ce qui est très con pour un plat aussi riche et nourissant dont le goût est loi d'être dégueux quand il est correctement préparé.

Le jugement social concerne bien évidement la bouffe, et le racisme c'est du jugement social.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

et ne me parler pas des vetements, ni du sport, ni du jardinage, ni des voitures, ni des vacances, ni des puzzles, ni du cinéma, ni .... 
Je vous remet mon indice, comme les rapports de classes, le racisme et une domination socio-culturelle. Expliquez moi en quoi unseul des éléments de votre liste n'est pas marqué au niveau du rapport de classes?

BAh oui, en France, on a une culture francaise. 

Et notre "grande cuisine" est l'héritière directe de la cuisine aristocratique, par contre la cuisine populaire urbaine n'a pas survécu au XXème sciècle...

je me demande pourquoi ils sont des milliers/millions à vouloir forcer au peril de leur vie la frontière et vivre en France. 
Cette phrase marche aussi pour les rapports de classes, quand on voit tous ces gens qui veulent venir travailler pour ce qu'on appel en France des "bas salaires", comment les gilets jaunes peuvent ce plaindre, c'est la preuve que le pays est assez égalitaire! ;)

Il semblerait que subir le racisme peut être considéré par certain comme moins grave que mourir ou voir sa famille mourir. Contrairement à ce que certains racontent, il y a assez peu de benchmark chez les personnes qui fuient un pays en guerre ou dans l’extrême misère. Je ne vois pas bien en quoi cela justifierait quoi que ce soit?

Et je pense qu'utiliser les termes des racistes quand on l'étudie, ce n'est pas des circonvolutions intelectuels, c'est plutot un manque de circonvolutions, d'imagination, pour ce qui est de nommer. Mais si on fesait autrement, on ne tomberais pas dans le politiquement correcte?

Je dirais qu'il faut tenir compte de l'environnement. Dès l'instant où les expressions sortent de leur cadre (jargon de sociologues entre érudits) pour tomber entre les mains du grand public, il y a un intérêt à tenir compte de l'impact que ça peut avoir dans la société si on ne veut pas que ça "nous pète à la gueule" pour le dire de manière triviale.

Je suis d'accord, c'est pour ça que je parlr de "manque d'imagination" dans le choix des termes :)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Donc se foutre de la gueule des classes populaires qui ne mangent pas assez de bio et pas assez de produit frais, ce n'est pas du mépris de classes? Vous n'avez jamais entendus des trucs comme "un vrais bonomme ça mange son gros steck saignant", il n'y a pas d'implication socio-politique à la manière dont est vu la consomation de bouffe?

Vous êtes très fort en négation du réél, ça s'arrête quand votre délire? ... ;)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je vous aide, le racisme est un rapport de domination socio-culturelle, exactement comme le rapport de classe, donc je vous ait donnée un exemple de classisme liée à la bouffe dont on pourrais se moquer exactement comme vous le faite pour le racisme liée à la bouffe.

Avec la même méthode que vous avez utilisé on peu nier tout les rapports de dominations de classes en France et conclure "mais de quoi se plaignent les gilets jaunes". Quand votre argumentation permet ça, vous savez que vous avez dit de la merde.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le "politiques" c'est tous ce qui concerne la vie en société et comprend des rapports sociaux, donc oui, tout ce que vous notez là est politique, par définition, je ne vois pas bien où ça coince...

Les fachos :

- organisent des apéros saucissons-pinard et distribuent des soupes populaires au porc.

- délirent à la télé sur les quartiers où soit disant il est impossible d'acheter du jambon.

- piquent des crises de nerfs lorsqu'un maire écolo propose des menus végétariens.


Les fachos aussi :

- mais comment cette chercheuse peut elle dire que la nourriture est, aussi, une affaire politique. Il faut chasser cette femme de l'université !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous vous sentez concerné? éclairant. Vous avez aussi un saucisson purporc© sur vous comme grigi pour éloigner les musulmans?

A votre avis Kusto, quand quelqu'un vous répond directement sur un de vos commentaires. est ce que il y a plus de chance que ce soit:


a- pour y écrire sa liste de courses 

b- pour y écrire une insulte destiné au commenté.

c- pour y écrire une réponse intelligente au commentaire lui même.

d- pour parler de sa mycose anale


Je vous aide un peu?

Ici nous pouvons éliminé de prime abord a et d.

le c aussi la réponse manquant d'intelligence dans le cas.


Il nous reste donc le petit b, une insulte gratuite au concerné...


CQFD.


c- pour y écrire une réponse intelligente au commentaire lui même. 

Rectification, pour répondre une réponse adaptée au niveau inteligence au commentaire lui même.

Donc, ce qu'à fait Kusto, c'est du "c". ;)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous parlez bien d'islamogauchistes ou de safe-space bobo pour décrédibiliser gratuitement les autres, ce n'est pas étonnant que certains vous répondes de la même manière...

Je ne sais l'effet de l'ail sur les vampires mais j'ai deja vu un caissier faire une tronche pas possible en touchant un saucisson pur porc.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

A partir d'un certain niveau de non-argumentation de l'autre côté, il n'y a pas besoin d'argumenter non plus ;)

@Jammrek , faites un effort vous pouvez mettre plus de fois le mot "fachos" dans vos commentaires. Pour 5 dans un même commentaire vous gagnerez surement une peluche de Mélenchon ! ;)

Ok, dès que vous banissez "woke", "islamogauchisme" ou ce genre de conneries de vos commentaires, vos adversaires y réfléchirons peu-être. En attendant c'est un peu "faites ce que je dis pas ce que je fait".

rien à avoir avec ce fil de commentaire.


Mais avec tellements d'autres où Nick et vous intervenez. Certains ne s'arrêtent pas à un unique fil, c'est pour ça que vous avez ce genre de réaction de la part de gens comme Jammrek.

Ya meme des recettes de couscous de porc sur marmiton.

Putain d'appropriation culturel.

Vous pouvez nous dire le rapport entre le message du jammrek et "l'appropriation culturelle"?

C'est une extension, j'allais dans son sens en en rajoutant une couche. 

Mais c'est vrai qu'on entend plus trop parler d'appropriation culturelle ces derniers temps.

Pourtant il y a eu les french tacos récemment qui n'ont pas grand chose de francais ni vraiment de tacos. Double appropriation ?

Comme quoi la nourriture non issue de la blanchite cartonne tres bien en france mais elle a du l'oublier dans son etude.


Ca serait plus simple si on mangeait juste des pillules.

Vous avez lu l'étude pour savoir ce qu'elle dit vraiment?

en diagonale oui.

Un ensemble de cherry pick dont certains tres interessant mais qui peuvent s'appliquer a n'importe quelle pays et dont je ne vais pas m'amuser a discuter 1 a 1 pour montrer qu'elle oublie de tres nombreux parametres et de tres nombreux contre exemple.

L'islaminess dans la nourriture du maghreb ?

L'asianiness dans la cuisine chinoise/japonaise/coreenne/thailandaise ?

L'hindouineness dans la cuisine indienne ? 


et tout ca pour conclure : 

The Whiteness of French food is at work domestically as an internal mode of racialization and subordination, but also internationally due to its position as the ultimate highstatus food.

C'est tres vrai aux etats unis et probablement dans le monde aussi. Meme si elle oublie le concept de french fries. De plus je sais pas si elle est beaucoup sorti mais il existe beaucoup de restaurants francais abordable et on trouve frequemment des creperies dans les marches aux USA. C'est egalement amusant de constater que la nourriture cajun est tres tres repute aux etats unis.


Outside of France, gourmet food is now associated with a broadening range of cuisines, but French eating culture remains in many countries a model and basis for culinary technique and schooling, high-end restaurants, and fine dining

This status leads Zilkia Janer to argue that “the enduring hegemony of French cuisine as the highest standards of European culinary modernity-rationality against which all other cuisines are measured” is an aspect of coloniality in the food cultures of the New World

La haute cuisine francaise a coloniser le nouveau monde mais la star americaine ca reste Gordon Ramsay et la nourriture favorite est italienne.


En france le vainqueur du dernier top chef mohamed cheikh, tres musulman, n'est pas tres blanchite.


On peut relever cette phrase citer par le figaro :

French foodways are shaped by White middle- and upper-class ideas of what meals should be and are influenced by the cuisine bourgeoise.

Elle va se trouver des potes avec papacito et la bonne bouffe de terroir bien populaire.


AU final je vois tres bien ou elle veut en venir en filigrane de son article, toutes les nourritures se valent et sont de qualite gustative similaire. 

Et si je trouve le vin rouge aromatise au chocolat sans interet c'est a cause de ma blanchite et de mon colonialisme francais.

«Elle va se trouver des potes avec Papacito et la bonne bouffe de terroir bien populaire.»


Viandes rouges, beaux morceaux, 2kg de barabac' par personne, whisky singles malts, cigares onéreux, de vrais repas des classes pop, le budget d'une famille pour un mois dans un seul repas.


On est assez éloigné des pratiques traditionnelles et populaires de la chasse (gibier d'eau et petits gibiers principalement) et encore plus de leur modes d'alimentations. Mais on n'est pas dans la cuisine sophistiquée de la haute bourgeoisie, on est plus chez la petite bourgeoisie rurale, le coeur battant de l'extrême-droite. Mais ça n'a rien de populaire.

Vous avez raison j'enleve populaire.

La nourriture que promeut papacito c'est comme cette chaine youtube.

C'est pas vraiment de la haute cuisine type pour les classes moyennes et classes superieurs auxquel fait allusion Mathilde Cohen et qui que fait que la cuisine francaise s'exporte dans le monde.

C'est meme un contre model a ce type de cuisine francaise.

On comprend mieux  pourquoi le CNRS dit que "L’« islamogauchisme » n’est pas une réalité scientifique". Edifiant !

Non, en fait. Juste manipulé et sorti de son contexte, mais on commence à connaitre ces méthodes de manipulation ;)

Oui, je l'avais lu. Vous êtes conscient qu'il y a des membres de cet "observatoire" au CNRS, au même titre qu'il y a cette chercheuse?
Vous avez des éléments pour dire que cette chercheuse est représentante de l'oppinion majoritaire du CNRS plus que les membres de "l'observatoire"?
Et même, avez-vous des données sur le point de vu de cette personne au delà de cette vidéo?

la page institutionnelle du CNRS engage le CNRS en tant qu'entité officielle dans sa négation du phénomène. Au delà de quelque cas particulier que ce soit d'employé du CNRS.


Si on parle juste de cette comunication du CNRS, oui, ça l'engage. Mais ceux responsables de la "négation du phénomène", ce sont ceux qui ne sont même pas capable de présenter une définition valable du phénomène adjoin d'indice claires et concordant de sa présence.
Et parmis ceux qui dénonce ce phénomène il y a pourtant tous les moyens scientifiques et financier de faire ça.
Un phénomène qui n'est pas caractérisé n'existe pas, et le CNRS ne fait que le constater.

La page du CNRS ne nie pas un phénomène, elle nie sa dimension scientifique et la renvoie dans son champ légitime : le champ politique.

Un thread qui fait une réponse assez détaillée à ce que la vidéo (et l'étude) aurait de problématique : https://twitter.com/LaRektrice/status/1408017688576806915

On y trouve par ailleurs un lien vers un autre thread, qui défend plutôt l'étude, et remet ses termes en contexte.

Perso, de ce que j'en vois là, ça me semble effectivement foireux (il suffit pas de dire "la bouffe c'est politique" pour valider d'emblée tout avis militant et binaire sur la question), ainsi que très représentatif du pourquoi la sociologie est désormais totalement rejetée par le grand public, qui n'en voit que les excès et jette du coup le bébé avec l'eau du bain (bref, qui voit bien qu'une petite partie de cette discipline est devenue un militantisme idéologique déguisé en science, dont les arguments sont infalsifiables, et qui ne repose de fait plus que sur des arguments d'autorités). Mais j'avoue ne pas avoir eu le courage de me taper les 40 pages, comme pas grand monde sur internet d'ailleurs, que ce soit qui attaquent ou défendent la vidéo. Si quelqu'un ici veut s'y coller, be my guest...

Tiens, le compte est passé en privé. Le texte qui y était posté est toujours lisible ici : https://larektrice.wordpress.com/2021/06/24/la-posture-de-sachant-ne-fait-la-scientificite-dun-propos/

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"c'est malgré tout une bonne pratique scientifique que celle qui consiste à se doter d'un observatoire sur l'objet que l'on étudie afin de maintenir cette distanciation, cette neutralité axiologique, qui est nécessaire à tout étude"


Je suis dubitatif. Quand votre objet d'études est, avant même toute étude, définit comme négatif, et que votre intention est de dénoncer, que vaut la distanciation, et où est la neutralité ?

Ce rapport est effectivement très orienté. Toute la première partie est agressive, pamphlétaire et assez pénible. Cependant, quand on lit dans la suite les intitulés de thèses et surtout de postes universitaires récemment ouverts dans de grandes universités, on ne peut qu'être mal à l'aise. Le "wokisme" est une réalité, la décomposition de certaines sciences sociales en militantisme aussi.

Qui finance ces gens ? C'est la seule question que je me pose.

Merci pour cet intéressant détricotage. 


Quand j’entends parler de think tank, je sors mes boules quies. 


Parce que think tank, en globish cela veut dire ramassis de gens qui pensent pareil et qui se réunissent pour se réjouir de penser pareil. 


Si vous le prononcez à la française sink tank ; ça veut dire au choix réservoir d’évier (?) , réservoir qui coule  ou char d’assaut qui coule (j’ai laissé de côté le char d’assaut dans l’évier ou l’évier dans le char d’assaut). 


Donc, whatever (sic) think tank, ça ne veut rien dire sinon ramassis de gens qui pensent pareil et qui se réunissent pour se réjouir de penser pareil. 


Après, va se poser la question de savoir le pourquoi et le comment du ramassis de gens qui pensent pareil (qui les paye?) des éviers et des chars d’assaut, mais là c’est au dessus de mes forces.

Entre des universitaires malhonnêtes et les journalistes malhonnêtes qui ont perdu leur déontologie, un beau mariage d'amour !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.