223
Commentaires

L'Observatoire du décolonialisme : faux think tank, vrai média d'opinion

L'Observatoire du décolonialisme vient de publier un rapport sur "l'islamogauchisme", relayé par le Point et le Figaro. Cette structure, entre think-tank et site d'opinion, regroupe divers chercheurs en sciences sociales inquiets de la "vague identitaire" qui inonderait l'enseignement supérieur. Ses membres et ses travaux sont de plus en plus cités dans les médias. Sans véritable légitimité institutionnelle ni scientifique. Mais avec beaucoup de blagues.

Commentaires préférés des abonnés

Entre des universitaires malhonnêtes et les journalistes malhonnêtes qui ont perdu leur déontologie, un beau mariage d'amour !

Merci pour cet intéressant détricotage. 


Quand j’entends parler de think tank, je sors mes boules quies. 


Parce que think tank, en globish cela veut dire ramassis de gens qui pensent pareil et qui se réunissent pour se réjouir de penser parei(...)

Islamogauchiste n'est pas une réalité, ni un concept ni une catégorie ni quoi que ce soit qu'on peut définir, mais une qualification, voire une insulte. Pour ceux et celles qui ne font pas la différence entre catégorie scientifique et qualification, (...)

Derniers commentaires

Et bien sûr tous ces gens de ce pseudo-"observatoire" ne sont pas du tout des militants. Meuh non voyons !

Jusqu'à l'absurde. Car on y trouve par exemple la thèse du chercheur Malcolm  Ferdinand, "Penser l'écologie depuis le monde caribéen", thèse reconnue pour son apport scientifique indéniable, d'ailleurs devenue un livre. "Son travail a fait date pour tous les chercheurs qui travaillent sur l'histoire environnementale, pointe Lamy.  


C'est le même préjugé raciste qui animent ceux qui beuglent derrière Danièle Obono depuis sa première apparition médiatique. 


Dans son parcours ( on le voit avec les comptes rendus du procès contre Valeurs actuelles) rien de particulièrement woke décolonial cancel culture SJW intersectionnel anti blanc (rayez la mention inutile) mais...


elle est noire, elle est femme donc c'est elle qui prendra le plus cher au sein de la France insoumise.


Quand on s'appelle "Malcolm" Ferdinand et qu'on écrit sur la Caraïbe, c'est qu'on est forcément un islamo-gauchiste décolonial racialiste ces gugusses de l'observatoire de  mes deux donne dans le racisme basique. 


Si vous en saisissez pas ce que je dis. Comparez la littérature haineuse envers Eric Fassin et celle qui vise Rokhaia Diallo. Des tombereaux de calomnies haineuse pour l'une tandis que l'autre est  relativement épargné. 


Bon c'est vrai que c'est un islamogauchiste désigné mais il suscite nettement moins de réactions hystériques. 


La raison? 


Racisme basique mâtiné de sexisme.




"woke" (soit le progressisme à la sauce américaine)

pour la cuisine au wok je préfère la sauce soja (avec un peu d'huile de sésame c'est top)


sinon j'aimerais bien que ces clowns me donnent une définition précise du terme woke; ce serait l'occasion d'une bonne tranche de rigolade.

Islamogauchisme ? Encore un truc de droite  pour éviter de parler de vrais sujets, la pauvreté et la précarité, les écarts de salaires obscènes entre les csp++ et  le  travailleur lambda .  

C'est sur l'islamogauchisme, on en fait un elevage à ASI....

Epuisant! Le niveau de confusion, de médiocrité de réflexion, d'imposture et de malhonnêteté atteint par les débats, tant de think tanks qui ne pensent pas grand chose, de personnes qualifiées "de gauche" sans questionnement sur l'expression, et d'intervenants de mauvaise foi, tout cela contribue à l'écoeurement, au retrait de la vie citoyenne, et à la radicalisation des individus. Epuisant, vous dis-je...

Islamogauchiste n'est pas une réalité, ni un concept ni une catégorie ni quoi que ce soit qu'on peut définir, mais une qualification, voire une insulte. Pour ceux et celles qui ne font pas la différence entre catégorie scientifique et qualification, eh bien, on peut être désolé-e pour eux. C'est comme si on demandait de définir "racaille" ou même "élite". Alors qu'on peut travailler sur les usages de ces termes, à quoi et à qui ils s'appliquent, ce qui est bien différent. 

Quant à l'Observatoire du décolonialisme, bien que payés par l'argent public (comme universitaires, pour la plupart), ses membres ont bien un agenda politique. Certain-es écrivent dans Causeur ; on a cité Valeurs actuelles et le Figaro. Certains écrivent aussi des horreurs sous couvert d'anonymat. Enfin, la référence à Julien Dray ici fait bien rire. Qui oserait prétendre, en citant un homme politique, que ce n'est pas de politique qu'il s'agit, dans cette nébuleuse qui me parait plus proche de Zemmour que d'un univers scientifique ?

Je suis bien embété parce que j'ai téléchargé le document (d'ailleurs, je note qu'ils fournissent un epub, ce qui est rare mais qui facilite grandement la lecture)... bref, je suis bien embété parce qu'après avoir lu votre article je me dis que je perdrais mon temps à lire ce truc. Bon, je le garde dans un coin au cas où je devrais me rendre dans une salle d'attente.

Merci pour cet article et pour les références.

Hors sujet mais pas complètement : on peut se demander ce que dénote, du point de vue idéologique, un sujet économique posé au bac : « Vous montrerez que des politiques de flexibilisation du        marché du travail permettent de lutter contre le chômage        structurel »

voir notamment : https://www.marianne.net/agora/humeurs/quand-le-neoliberalisme-embrigade-le-bac

Pour revenir au sujet de l'article, il serait intéressant de savoir ce que disent de ce sujet du bac, du point de vue de la neutralité, ceux qui voient de l'islamogauchisme partout, et mettent dans ce "pot" tout et n'importe quoi, sans l'once d'une réflexion. 

Il est très malhonnête de dénoncer les études de genre quand on prétend être un observatoire du colonialisme. Mais bon, l’honnêteté et la précision n’ont pas l’air d’être leurs priorités.

 

Julien Dray : "Est-ce qu'il y a un problème avec l'Islam politique dans les universités ? Aujourd'hui on le sait"
Il est d'extrème droite lui aussi ?



On peu lire le communiqué sur ce sujet sur le site du CNRS avec le titre suivant : "L’« islamogauchisme » n’est pas une réalité scientifique" et  au début du communiqué : "« L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique. "


Le CNRS à refusé cette enquête car pour eux l'islamogauchisme! n'existe pas. c'est vrai pourquoi s'emmerder à le démontrer alors qu'on peut  juste dire que cela n'existe pas et bouder en refusant de le faire.


Sans le support d'une étude sérieuse produite du CNRS ou  d'un autre groupe, attaquer la méthodologie ou les personnes  ou l aprésentation des infos ne permet pas de réfuter complètement le travail de l'observatoire.  



la vrai question est pourquoi refuser de faire cette étude sur l'islamogauchisme de la part du CNRS, puisque selon eux cela n'existe pas.?





En fait j'ai pas compris en quoi c'était un "faux" think tank. Parce qu'ils ne sont pas neutres ? Mais il me semble que c'est le cas de tous les think tanks.

Le saviez -vous ?
La cuissine francaise est raciste !

Mathilde Cohen est chercheuse au  et prof de droit à l’université du Conencticut nous l'enseigne.
Video garanti bio sans trucage.





Ca m'étonnerais que le rapport soit plus  intellectuellement malhonnete que cet article.
Puissant.

Quand on ne veut rien voir, ca ne sert à rien de regarder....

"c'est malgré tout une bonne pratique scientifique que celle qui consiste à se doter d'un observatoire sur l'objet que l'on étudie afin de maintenir cette distanciation, cette neutralité axiologique, qui est nécessaire à tout étude"


Je suis dubitatif. Quand votre objet d'études est, avant même toute étude, définit comme négatif, et que votre intention est de dénoncer, que vaut la distanciation, et où est la neutralité ?

Ce rapport est effectivement très orienté. Toute la première partie est agressive, pamphlétaire et assez pénible. Cependant, quand on lit dans la suite les intitulés de thèses et surtout de postes universitaires récemment ouverts dans de grandes universités, on ne peut qu'être mal à l'aise. Le "wokisme" est une réalité, la décomposition de certaines sciences sociales en militantisme aussi.

Qui finance ces gens ? C'est la seule question que je me pose.

Merci pour cet intéressant détricotage. 


Quand j’entends parler de think tank, je sors mes boules quies. 


Parce que think tank, en globish cela veut dire ramassis de gens qui pensent pareil et qui se réunissent pour se réjouir de penser pareil. 


Si vous le prononcez à la française sink tank ; ça veut dire au choix réservoir d’évier (?) , réservoir qui coule  ou char d’assaut qui coule (j’ai laissé de côté le char d’assaut dans l’évier ou l’évier dans le char d’assaut). 


Donc, whatever (sic) think tank, ça ne veut rien dire sinon ramassis de gens qui pensent pareil et qui se réunissent pour se réjouir de penser pareil. 


Après, va se poser la question de savoir le pourquoi et le comment du ramassis de gens qui pensent pareil (qui les paye?) des éviers et des chars d’assaut, mais là c’est au dessus de mes forces.

Entre des universitaires malhonnêtes et les journalistes malhonnêtes qui ont perdu leur déontologie, un beau mariage d'amour !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.