102
Commentaires

"Les préjugés antisémites se situent davantage à l'extrême droite"

"Une épuration ethnique à bas bruit" est-elle en train, dans certains quartiers, de frapper les Juifs de France ? Une partie de la gauche radicale est-elle contaminée par un antisémitisme qui se donnerait "l'alibi de l'antisionisme" ? Telles sont les accusations assez tonitruantes d'un manifeste très largement médiatisé, en ce début de semaine. Ce manifeste ne crie-t-il pas trop fort dans le but de se faire entendre ? Et faut-il crier trop fort pour se faire entendre ? On en débat avec nos trois invité.e.s : Nonna Mayer, chercheuse au CNRS/Science Po, autrice de Mesurer le racisme (2017) ; Sylvain Attal, journaliste ( ex France 24), auteur de La Plaie (2004), une enquête sur "le nouvel antisémitisme". Tous deux n'ont pas signé le manifeste contrairement à notre troisième invitée Noémie Halioua. Journaliste à Actualité Juive, elle a co-rédigé le livre collectif Le nouvel antisémitisme en France qui accompagne ce manifeste. Elle est autrice également de L'affaire Sarah Halimi, cette femme juive de 65 ans, tuée en 2017 à Paris.

Commentaires préférés des abonnés

J'ai suivi cette émission avec intérêt, et j'ai beaucoup apprécié la rigueur dont la chercheuse a fait preuve dans ses propos.


Je ne comprends cependant pas du tout comment on peut envisager qu'il reviendrait au  gouvernement d'une république laï(...)

Ce qui est vraiment très surprenant, c'est qu'il se trouve encore des gogos (je parle des citoyens lambda, pas de Pascal Bruckner dont le cas relève de la psychiatrie) pour signer un texte rédigé par Philippe Val, dont le détecteur pifométrique d'ant(...)

Ce qui rapproche les signataires de cette tribune est aussi leur soutien à la politique de colonisation/apparthed d'Israel et leur stratégie d'amalgame entre antisionisme et antisémitisme, et entre terroristes musulmans et musulmans. J'aurais aimé qu(...)

Derniers commentaires

Le mouvement BDS n'a pas été discuté, on lit pourtant ici et là que la mobilisation gagne en ampleur, notamment aux États-Unis où les jeunes juifs se sentiraient moins proche du gouvernement israélien que leurs parents. L'ONU est par ailleurs sur le point de publier une liste des entreprises impliqués dans la colonisation en Palestine. Cela gêne beaucoup le gouvernement israélien qui manœuvre avec l'aide des États-Unis pour empêcher la publication (source Mediapart). Cette actualité peut-elle être rapprochée de cette tribune ? Alors que la colonisation israélienne pourrait être remise au premier plan on rappelle ici combien souffre la communauté juive ? Échange antisémitisme contre colonisation ?

En quoi le crime serait moins abject, ignoble, odieux, si la vieille dame avait été alcoolo, membre du FN, se torchant avec les pages de la bible, et passant ses nuits à sucer son goret domestique, en sifflotant le Horst Wessel lied...!?

J' adore cette hiérarchie de l' horreur: un juif vaut trois chrétiens, cinq musulmans, pléthore de bouddhistes, et un nombre indéterminable d' athées...Comme il vaut mieux, pénalement, violer une femme adulte plutôt que sodomiser une adolescente, ou, si on aspire à offrir le bonheur à ses contemporains, boursicoter à la banque Rot-Chill, plutôt que conduire un TER.

Mais j' appartiens pas à un peuple élu de dieux: dans mon monde, c' est le peuple qui élit ses dieux...Mais je rassure les croyants: in fine, ça change rien!

Carpe diem...


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Nous on se plaint que nous ne pouvons pas critiquer la politique de colonisation d'Israel sans être taxé d'antisémitisme et eux se plaignent de ne pas pouvoir critiquer le Coran ou l'Islam. C'est ca j'ai bon ? Ca s'est barré en vrille à un moment, c'est assez rare..mais ca rrive.

Ce que je pense central et que je n'ai pas du tout entendu : assimiler critique virulente d'Israël et antisémitisme comme le font, malheureusement, de nombreux représentants de la communauté juive, c'est conforter par ricochet ceux qui légitiment leur antisémitisme par les horreurs de la politique israélienne en interdisant de séparer les deux éléments. Les chiffres avancés par Nonna Mayer semblent pourtant montrer clairement que l'hostilité envers la politique israléienne chez les jeunes éduqués de gauche ne s'accompagne absolument pas d'une attitude raciste et antisémite. J'ai du mal à comprendre pourquoi tant de gens refusent de reconnaitre une distinction nette entre ansisémitisme et condamnation de la politique israélienne depuis 67. Je considère Israël tel qu'il est actuellement dirigé comme un état voyou puisqu'il ne respecte la les résolutions de l'ONU et que la spoliation des populations palestiniennes alentour ne cesse de s'aggraver avec l'avancée régulière des colonies. Je pense que la paix ne pourrait être trouvée que dans la reconnaissance des dommages subis par les populations arabes et la recherche d'une solution acceptable par tous, ce qui est de plus en plus difficile à mesure que le nombre de colons et de spoliés augmente. Il semble que, pour certains, de tels propos soient antisémites. Il ne s'agit pourtant que d'une analyse géopolitique, certes tranchée, mais qui ne recouvre aucun préjugé raciste. Et, de fait, j'ai bien plus d'affinités avec certaines cultures juives qu'avec les cultures arabes : j'ai joué de la musique yiddish, j'ai une fascination certaine pour la culture ashkénaze et la shoah est pour moi, née bien longtemps après sa fin mais nourrie de son souvenir, la blessure la plus profonde de mon humanité.

Quarante-deux morts et des milliers de blessés à Gaza. A deux semaines des manifestations d’ampleur attendues en Cisjordanie et dans l’enclave palestinienne pour commémorer la Nakba (« catastrophe » évoquant la création de l’Etat juif), trois personnes ont été tuées par l’armée israélienne et 174 ont été blessées, vendredi, à la frontière entre Gaza et Israël. Au total, les affrontements de ces cinq dernières semaines ont fait 42 morts et plus de 5 000 blessés côté palestinien, rappelle Haaretz


Petit résumé fourni par "Le Monde" ...Comment Monsieur Attal peut-il parler de dérapages alors qu'il s'agit là d'un politique délibérée, exécutée par l'armée israélienne, dont il n'est pas excessif de dire qu'il s'agit d'une armée de tueurs (même si on peut supposer qu'il y a des modérés à l'intérieur de cette armée). Mais le gouvernement israélien n'a rien de modéré et son armée est à ses ordres! C'est en cela que cette armée est celle de tueurs . Commet appeler des militaires super armées tirant sur une foule désarmée?


Précision: le Monde, assez malhonnêtement, présente la Nakba comme une catastrophe évoquant la création de l’État d’Israël, alors qu'il s'agit de l'exode de centaines de milliers de palestiniens - pauvres gens,  civils pour l'immense majorité - (700 000) causé par la guerre israelo-arabe de 1948 auxquels le retour a été interdit par Israel une fois la guerre terminée, afin de pouvoir leur confisquer terres et biens.

La "petite bande" a été adoubée par Judith Bernard, laquelle, recevant Houria Bouteldja, a pu entendre qu'il fallait "substituer la lutte des races à la lutte des classes" sans ciller. Vous faites le ménage parmi vos amis et ensuite, vous pourrez minorer le problème, DS.

"Je ne pense pas du tout que Mélenchon est antisémite" nuance-t-il  mais "il agit surtout avec des arrière-pensées politiques." Par exemple, "il a parlé sur son blog de l'armée israélienne comme d'une armée de tueurs, ça renforce un critère antisémite" 


Pour Sylvain Attal le problème n'est donc pas que les soldats de l'armée d'occupation israélienne torture et assassine des enfants, non, le problème c'est que Mélenchon en parle.


N.B. Pour les négationistes :  lisez donc le dernier rapport d'Amnesty International.

"Effectivement, admet Attal, lorsque Mélenchon a appelé à cette manifestation de 2014 sur Gaza où il y a eu des slogans mort aux Juifs

Pur mensonge de propagande. ( Ce fameux slogan qui aurait été clamé n'a été capté par aucune des nombreuses caméras de presse présentes sur le parcours. Etonnant, non ? )

Je suis étonné qu'un des invités ait pu proférer une telle calomnie raciste sans être immédiatement repris.

Une très bonne émission, aux intervenants très bien choisis. J'ai eu peur avant qu'elle arrive, d'avoir envie a longueur d'emission de donner des baffes intellectuelles a la "pro" de service, mais non, elle etait très mesurée et très intelligente dans ses propos, y compris sur Israel. Bravo, braiment. Necessaire. Bon y'a des moments, des remarques inopportunes, qui m'ont un peu chauffé, et pas de sa part, d'ailleurs, mais, dans l'ensemble... Tout a été discuté avec mesure et rigueur, bravo.


Il y a cependant toujours un truc qui me manque quand on parle de ce sujet là. Je n'aime pas cette distinction entre les racismes. Parler d'antisemitisme d'un coté et de racisme de l'autre pour parler de toutes les autres formes de haine de l'autre, déjà ca me met mal a l'aise. Ditinguer en plus la haine des juifs venant des arabes de la haine des juifs venant des chretiens de la haine des arabes venant des juifs de la haine des arabes venant des chretiens...... Non mais arretez quoi, on s'en sort plus... Islamisme radical, sionisme, ou soraliens, est-ce qu'on pourrait pas a un moment donné mettre tout ca a plat et dire ben c'est simplement tous les mêmes connards appelant a la haine de l'autre ?


Moi ce qui m'attriste vraiment, depuis 15 ans au moins que ces putains de questions prennent le devant de la scene a coups de voile, de laicité, de conflit israelo palestinien, de djihadistes kamikazes qui se font frire la cervelle en emportant un max de monde avec eux sans  jamais avoir lu quoi que ce soit du bouquin pour lequl ils se disent prets a mourir et autres merdes qui cherchent a nous diviser dans des camps bien répartis, c'est qu'on soit pas foutus de faire un parallèle entre toutes ces conneries là, qu'on ose pas le faire, que meme on les distingue de plus en plus, pendant que de son coté, le fn prend bien soin de caresser chaque haine dans le sens qui lui convient, et s'allie avec cette bouse de CRIF aussi bien qu'elle grapille de plus en plus d'habitants des quartiers prets a casser du rom, du polak ou du juif si ca peut leur filer un meilleur avenir avec plus de jobs et plus d'apparts pour moins cher. Resultat le FN gagne de l'ampleur, la republique laiqueparait de plus en plus fragile et de plus en plus divisée, et on en vient meme a ne meme plus comprendre le concept de laicité.


Le point commun entre toutes ces haines ? La bêtise, et une intelligence derriere qui manipule cette bêtise pour l'amener a la division entre les communautés. La seule chose qu'il faudrait pour les stopper ? De la culture et de l'education dans des quartiers ou des villages ruraux abandonnés de la politique. Quand on abordera le probleme dans ce sens on fera un grand pas en avant. En attendant on donne du grain a moudre au FN, au CRIF et au Islamistes.

Je reviens sur une remarque que je trouve pour le moins désagréable de Sylvain Attal, mieux inspiré ailleurs. Certains Palestiniens seraient réfugiés "de père en fils" dit-il moqueur... Il est vrai que les pays arabes ne souhaitent pas que ces réfugiés s'intègrent (ce qui arrangerait bien Israël !) et qu'eux-mêmes réclament une "loi du retour"... palestinien qu'Israël leur refuse (alors que tout Juif peut faire son alyah). A tout prendre, qu'est-ce que le sionisme sinon l'affirmation que les Juifs ont toujours été des réfugiés "de père en fils" et qu'il convient qu'ils retournent chez eux pour y vivre librement "l'an prochain" ?... Ce que les Israéliens s'accordent, peuvent-ils le dénier aux Palestiniens... surtout quand ce sont eux qui, dans une large mesure, les ont chassés de leur pays par la force ainsi qu'on le sait mieux maintenant ?... Tout peuple a droit à son État... et c'est ce qui rend le sionisme parfaitement légitime (et l'antisionisme condamnable). A force de dénier ce droit, Israël va devenir inévitablement un état bi-national.

puisque l'on fait un mois sans tabac, ne pourrait-on pas faire un mois sans religion, pour petit à petit laisser la religion tomber en désuétude?

Je disais "Je suis à mi-parcours de cette émission et j'éprouve un sentiment d'ennui. "

Je dois dire que la deuxième mi-temps était bien le contraire avec de belles interventions y compris et peut être surtout celles de Daniel Schneidermann. 

Je me range aux opinions exprimées par Sylvain Attal (en particulier sur les risques d'intervenir sur le Coran qui conduiraient à aseptiser tous ces écrits religieux soit-disant inspirés - quoique que pourquoi pas, chiche ! ) et j'ai apprécié pour une fois l'apport des statistiques d'autant lorsqu'elles sont explicitées par des personnes comme Nonna Mayer.


En conclusion, quelle est cette folie qui a conduit à cette Lettre et à la signer


D'autant qu'elle fut pondue par Val, et signée par Valls

Ce qui rapproche les signataires de cette tribune est aussi leur soutien à la politique de colonisation/apparthed d'Israel et leur stratégie d'amalgame entre antisionisme et antisémitisme, et entre terroristes musulmans et musulmans. J'aurais aimé qu'on prenne le temps de dire  d'où parle ces signataires, qu'est-ce qui les unit.

Pour cela, la présence d'un•e militant•e de l' "antiracisme politique" aurait enrichi le débat à mon avis.
D.S. a tenté de reprendre des arguments de Dominique Vidal, mais sa présence ou par exemple celle d'un•e représentant•e de l'Union Juive Française pour la Paix (UJFP) aurait été vraiment intéressante.

Pour information : de la même façon que Céline a écrit ce beau livre antimilitariste et anticolonialiste qu'est Voyage au bout de la nuit, Maurras a écrit de la critique littéraire, Prologue d'un essai sur la critique, Les Amants de Venise, de la poésie, La Musique intérieure, La Balance intérieure, un conte, Le mont de Saturne, des souvenirs, Quatre nuits de Provence, etc. Il ne faudrait pas être obsédé d'antisémitisme au point de ne voir que lui chez un individu de la même façon que les antisémites ne voient que les Juifs et leurs prétendus complots.

Quand a-t-il été question de commémorer l'antisémitisme de Maurras ?... Qui pouvait imaginer qu'il y eut ambiguïté ?! 

Rappelons par ailleurs, et tout de même, que toute la presse collaborationniste, à commencer par Je suis partout (Brasillach, Rebatet) passait son temps à vitupérer l'antisémitisme "d'État" de Maurras (certes répugnant et pousse au crime) au motif qu'il n'était pas "de peau", c'est-à-dire racial, et plus généralement son refus de se ranger à ce qu'il appelait le "camp des Ya".

Commémorer sa condamnation comme il a été suggéré à la fin de l'émission ? C'est pousser le bouchon un peu loin ! En revanche, il faut se souvenir de son exclamation aussi grotesque que pathétique à l'énoncé de son jugement : "C'est la revanche de Dreyfus" !

Sur Mélenchon : peut-on croire qu'il pense vraiment que toute l'armée israélienne est une "armée de tueurs" ? On peut feindre le croire. Mais à entendre, ces jours-ci, les cris de joie de ses snipers (40 morts tout de même... dont un journaliste), snipers dont le ministre de la défense israélienne, l'ex-videur de boite de nuit Avigdor Liberman, dit qu'il faudrait les décorer, alors forcément, on peut être tenté d'exagérer... Avouons que cela tombe mal ! Heureusement qu'il reste une extrême gauche israélienne et des mouvements pour défendre les Palestiniens.


Le 28 mars dernier, j'ai été Place Kleber à Strasbourg manifester mon soutien après l'odieux meurtre de Mme Knoll.

J'y étais malgré les propos du CRIF à qui j'interdis de m'imposer une attitude comme s'il avait lui-seul la gestion et le droit de regard sur tout ce qui concerne les Juifs de France, qu'ils soient religieux ou, comme moi, de culture


J'ai quitté rapidement la marche car une fois de plus, ce sont certains religieux et ultra-religieux qui ont monopolisé cette marche et lui ont donné un caractère que je ne voulais pas, jusqu'à nous faire défilé derrière une banderolle dont j'ai oublié le texte (mais qui m'insupportait) et dont ils étaient les seuls porteurs, ce qui fait que le cortège ne fut bientôt qu'un défilé d'ultra-religieux sous une pluie battante


Note : contrairement à ce qui est dit dans l'émission, une Torah se trouve dans la plupart des intérieurs Juifs. On traduit le terme souvent par le Pentateuque ou les cinq livres de Moïse (dans les versions bilingues) et cette Torah écrite est suivie souvent des Haftaroth et des prières.


Je suis à mi-parcours de cette émission et j'éprouve un sentiment d'ennui.

N'est ce pas d'abord que l'on discute là d'une pétition initiée par Val et signée par Valls

Excellente émission...! 


D.S. au top sur un sujet sensible à ligne de crête extra fine. Le meilleur interviewer de France comme dirait Yassine Belattar. ;-)


Et franchement, une chercheuse qui sait parfaitement doser sa parole et choisir ses mots, c'est quand même vraiment la classe! 


Merci,

Nico T.

Le thème de l'émission était prometteur. Hélas, je suis restée sur ma faim. Je pense qu'il faut en faire une autre avec une vraie représentativité de toutes les composantes du sujet. 


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

assez estomaqué qu'une journaliste à "actualité juive" défende la commémoration de Maurras et la réédition des pamphlets antisémites de Céline. (comme ça a été dit, il s'agit pas de d'interdire ses textes, il s'agit de mettre un éditeur face à ses responsabilités. Publier un livre, en tout cas sans l'entourer d'un "appareil critique", c'est le défendre.)

j'ai bien aimé la petite pique de D.S. quand elle a sorti le fameux "on peut plus rien dire".

Les réponses apportées par Nonna Mayer ont en tout cas été très éclairantes.

émission intéressante notamment par la présence de Nonna Mayer, et les récalages pertinents de Daniel Schneidermann, espérons une prochaine émission sur le racisme-antimusulman....(sans oublier que près de 30% des "arabes" seraient athées !) sur les "noirs", les "jaunes" et pourquoi pas les petits "martiens" !!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci pour cette émission. Je m'attendais à pas grand chose et j'ai été agréablement surpris.

Les propos de Nonna Mayer ont été particulièrement bienvenus, même s'ils auraient gagné à ce qu'on la laisse les développer un peu plus longuement.


Une remarque négative générale sur les émissions récentes cependant : La tendance de DS à ne laisser à ses collèguEs qu'un rôle accessoire (se limitant à la présentation de quelques séquences avec en revanche éclipse totale durant les temps d'interview qui occupent les 9/10èmes des émissions) me saute de plus en plus aux yeux. DS a toujours été à cheval sur la maîtrise de ses interviews mais à ce point là... aucune question ne (peut) lui échappe(r). C'est dommage, il faudrait peut-être réfléchir à des manières de rendre ces discussions plus collectives.

Ce qui est vraiment très surprenant, c'est qu'il se trouve encore des gogos (je parle des citoyens lambda, pas de Pascal Bruckner dont le cas relève de la psychiatrie) pour signer un texte rédigé par Philippe Val, dont le détecteur pifométrique d'antisémitisme a pourtant coûté dans les 300 000 euros à Charlie Hebdo. (Sympa, au fait, le dessinde Charb en couverture de Charlie où on voyait Siné se rouler dans le fric... Super classe). 


Je m'étonne moi aussi que Daniel Schneidermann n'ait jamais entendu parler de l'association juif = diable (ou au moins démon). Dans les rites catholiques où les croyants rejouent la passion du Christ (Philippines, Mexique, etc.), les juifs sont représentés par des acteurs portant des cornes, par exemple. Les fameux "Judas" qu'on brûle le samedi de la semaine sainte sont aussi des diablotins. Le plus rigolo, c'est que quand on leur demande "C'est qui les juifs ?", les participants répondent : "des démons" au sens où ils croient qu'il s'agit d'être mythiques et non d'êtres humains bien réels et adeptes d'une autre croyance que la leur. 


Le thème est par ailleurs très présent dans Crime et Châtiment (le héros, ancien étudiant de profession, assassine à coups de hachette une "vieille femme juive sans défense" - comme quoi, hein - , usurière de profession, et une "jeune femme russe innocente" - poke Raymond Barre -, plutôt bien faite de sa personne, qui avait le tort de passer par là).


Y'en a marre d'entendre parler de "nouvel antisémitisme" alors qu'il repose sur les mêmes préjugés que "l'ancien antisémitisme". Les juifs ont de l'argent bien mal acquis (par l'usure - autrement dit la banque -, une pratique condamnée par le catholicisme et l'islam), et donc du pouvoir, mais ils l'exercent dans l'ombre. Bien, Soral ne dit pas autre chose. À l'extrême limite, on peut parler d'une recrudescence du vieil antisémitisme chez certains groupes de jeunes alors qu'on le croyait cantonné aux maisons de retraite. 


On a un autre antisémitisme dont il n'a pas été question dans l'émission et qui fait pourtant des ravages, qui est celui des néo-cons évangéliques, qui pensent accélérer l'avènement du Royaume de Dieu en soutenant Israël, ce qui explique la politique pro-israélienne de l'extrême-droite américaine. Car oui, on peut être antisémite et pro-israélien. Surtout quand on a du mal à faire un choix entre la détestation des musulmans/Arabes, des Noirs en général, et des juifs/Israéliens. Et ça tombe rudement bien, parce que selon ces abrutis, tous les juifs périront à la fin des temps, donc banco !


Si Sylvain Attal a raison de soulever la question du décret Crémieux, car c'est une spécificité française qui explique bien des choses dans les rapports que la France a instauré entre les populations colonisées, comme la Belgique au Rwanda en décrétant qu'il y avait deux "races", les Hutus et les Tutsis, dans ses colonies, il a tort de se focaliser sur une influence totalement fantasmée du PIR, qui plus est en déformant les positions du mouvement dit "décolonial". En gros, ce que dit le PIR n'est pas très différent de ce que dit Todd : quand nos dirigeants font des discours indignés, larmoyants et idiots selon lesquels la communauté juive aurait plus apporté à la France que n'importe quel autre groupe, on croit faire du "philosémitisme" mais en réalité on produit de l'antisémitisme à base, cette fois, d'autres préjugés : les juifs sont plus intelligents, plus cultivés, plus philosophes, c'est "le peuple du Livre", etc, etc. Tandis que les mahométans, eux, n'ont jamais rien produit d'intéressant car ce sont des glandeurs, des ignares, des illétrés, des barbares, etc, etc. En revanche quand le PIR écrit qu'il faut se méfier d'Askolovitch parce qu'il a des idées derrière la tête en défendant les musulmans, on frise le ridicule. Même si le revirement d'Askolovitch a été (très) spectaculaire de 2004 à 2014, après tout, il est peut-être très sincère.  


Alors d'un côté on a cette pseudo alliance entre une mouvance groupusculaire soralienne antisémite de base et quelques paumés conspis qui se disent musulmans et pro-palestiniens, et de l'autre, une alliance entre le CRIF et le Printemps républicain (avec de légers désaccords) et des liens super louches entre la LDJ et le FN et les appels du pied permanents de Marine Le Pen en direction de l'extrême-droite israélienne. 


Super. 


En écoutant Mme Mayer, je me disais que le CNRS est vraiment un drôle d'endroit puisqu'on peut y croiser des chercheurs rationnels comme elle mais aussi des clowns comme Marcela Iacub, qu'on voit hélas bien plus souvent dans les médias (et après on s'étonne que les jeunes se barrent à l'étranger pour faire de la recherche !)... 

J'ai suivi cette émission avec intérêt, et j'ai beaucoup apprécié la rigueur dont la chercheuse a fait preuve dans ses propos.


Je ne comprends cependant pas du tout comment on peut envisager qu'il reviendrait au  gouvernement d'une république laïque de demander à des représentants religieux d'amender leur texte fondateur...et pas seulement parce qu'il n'existe pas pour les Musulmans un équivalent du Vatican ou du clergé : même dans le cas du catholicisme, où la hiérarchie et l'institution sont clairement identifiées, je ne comprends pas pourquoi cette hiérarchie est reconnue.


Les liens entre le pouvoir public et les institutions religieuses sont extrêmement flous à mes yeux, et je trouve qu'on prend toujours tous les problèmes à l'envers.


À mon tout petit niveau, qui n'est représentatif de rien d'autre que d'observations personnelles, je fais le double constat suivant : 


- lorsque j'étais élève, en primaire, à l'école publique, je ne savais pas si les autres élèves avaient une pratique, une croyance ou une tradition religieuse dans leur famille, ce n 'était pas un sujet pour nous. Je précise que j'étais scolarisée dans une ville où de nombreuses religions différentes étaient présentes.


- depuis que je suis enseignante, auprès d'élèves de primaire, j'ai vu ce sujet commencer à exister, puis exister très fortement. Tous les élèves de 7 ans savent si un autre élève est juif ou musulman. 

Ce ne  sont les idées de " l'extérieur" qui sont entrées dans l'école, mais au contraire  c'est l'école qui a participé à créer des communautés qui se revendiquent comme telles et définissent les individus très jeunes.

Ou, plus précisément, un temps très particulier de ce qu'on appelle " l'école" et qui, pourtant, n'est pas un temps " éducation nationale" : la cantine.


Actuellement, les enfants dès la petite section de maternelle constatent que tout le monde ne mange pas pareil, et parfois, selon les organisations plus ou moins réfléchies, ne mange plus à la même table non plus, ou plus avec le même surveillant de cantine ! 

 Ils ne savent pas ce que signifie " religion", ils n'ont pas la moindre connaissance sur une quelconque religion, mais ils voient qu'une " chose", qui vient de la famille, est suffisamment importante pour arriver jusque dans la cantine et les séparer.


Qu'on ne me fasse pas de faux procès : je sais que ça a toujours été hypocritement le cas avec le poisson du vendredi, qui est tout aussi illégitime que le sans-porc de tous les jours, et que du coup il est incroyable que le végétarisme d'autres religions ne soit non seulement pas reconnu mais même souvent combattu dans les mêmes cantines.


A priori, ça paraît tout beau et bien conforme à l'esprit de la laïcité : après tout, chacun est bien libre de se vêtir et nourrir comme il veut. 


Sauf que ... d'abord, en âge primaire, aucune religion ne pose de règle vestimentaire aux enfants. 

D'autre part, les habits, on les met en partant de chez soi, et aucun personnel, ni éducation nationale ni municipal n'est chargé de rappeler une règle vestimentaire religieuse. 


Alors que pour la nourriture, ce sont bien des fonctionnaires, dans le cadre de leur activité professionnelle, qui ont la charge de faire respecter à des enfants une règle religieuse si elle est alimentaire. 


Et ça, c'est un vrai problème qui a été créé par la loi républicaine. 


Pendant le temps de classe on ne fait aucune différence entre les élèves, ni dans leurs droits ni dans leurs devoirs ni dans les consignes qu'ils reçoivent ou aides qu'on leur apporte selon la religion de leurs parents. 


Mais sitôt que c'est l'heure de manger , hop, métamorphose : voilà que l'animateur municipal ou l'enseignant éducation nationale doit non seulement respecter qu'une famille fasse des choix religieux ( là, ok, c'est conforme à 1905), mais aussi imposer ce choix à l'enfant, et s'assurer que l'enfant le respecte, parce qu'il est trop jeune pour porter ce choix seul. 

Deja qu'ils savent pas que la viande c'est la chair d'un animal mort...alors savoir quel animal pour quel plat !!


Et après on vient nous faire un pataquès sur un signe autour du cou ou sur la tête quand les gamins sont au collège ou au lycée, alors qu'on pourrait imaginer qu'ils sont davantage libres de choisir leurs pratiques ? !? 


Mais...entre les 3 ans et les 10 ans d'un élève c'est un fonctionnaire en poste qui lui a demandé de se comporter à l'école conformément à la religion de ses parents !!! 

Et on s'étonne que le sentiment d'appartenance à une communauté soit de plus en plus fort ? 


La condition d'existence de toute forme de rejet, dont l'antisémitisme  n'est qu'un  exemple, c'est de croire qu'il y a des communautés et que chaque individu appartient/ n'appartient pas à une communauté donnée.

Si on ajoute à ça une reconnaissance en acte des règles internes à ce qui est donc considéré comme une règle communautaire et non plus un choix individuel... C'est forcément le bordel au bout d'un moment ! On y est. 


Et là, on évoque quoi ? Que le gouvernement demande une révision des textes du Coran au nom d'une obsolescence où je sais pas quoi ?

 

Tant qu'on y est, l'Académie devrait alerter le Vatican  sur le fait qu'aucune expérience  ne démontre qu'un même individu peut naître d'une vierge, marcher sur l'eau et résusciter, puis être consommé en rondelles pendant des milliers d'années mais il en reste toujours...donc faudrait changer les évangiles peut-être ? 

On va encore se mêler des règles des religions, histoire de les valider ?

Et après, quoi, la police mettra des contraventions à ceux qui se prétendent d'une religion mais font une autre lecture que celle avalisée par l'Etat ? 

On délire là. 


Désolée, trop long ce message, mais trop fatiguée pour voir par où le raccourcir ! 

Je me demande au passage l’intérêt d'inviter des journalistes. Aucune expertise, aucun recul, des propos de café du commerce. Par rapport à la chercheuse le contraste est saisissant.

Je suis atteré par le racisme décomplexé de Sylvain Attal et Noémie Halioua. Au départ on a des gens a peu près respectable, après 30 minutes d'interview, ils se lachent et on voient leur vrais motivations. Répugnant.

 

Remarque sur Maurras :  cette émission de Finkielkraut sur Maurras montre que ça touche des gens se voulant "propre sur eux" et on peut se demander si ça n'est pas la version soft de l'esprit "clash des civilisations" dont la version dure serait la LDJ se rapprochant du FN pour une alliance judéo-christiano-israélo-occidentale contre un monde islamo-oriental.


N'est-ce pas ce qui est reproché à la pétition en question, d'en rajouter une couche sur ce clash que veulent des "identitaires" de tout poil, qu'ils se revendiquent d'une identité juive, chrétienne, musulmane, gauloise, européenne, arabe etc.  ?


Et cela m'étonne qu'on s'étonne du lien entre diable et juif. C'est un thème de l'antisémite religieux avec le juif identifié au traitre Satan (et ses sorcières et leur... sabbat), ça se retrouve dans celui d'extrême-droite avec son complot judéo-maçonnique et des titres du genre de celui-ci en 1911 "L'assassinat maçonnique, le crime rituel, la trahison juive".


Cet imaginaire est réactivé de nos jours dans le complotisme du web à base d'Illuminatis & co, et d'ailleurs, question édition, pas trop la peine de s'inquiéter d'éditions de Céline quand Soral n'avait qu'à se servir sur le site de la BNF pour ré-éditer "La France juive" de Drumont.


Je crois qu'il serait bon de se pencher sur cet antisémitisme-là, à la Soral, qui touche des jeunes en révolte (dont des musulmans) en leur mettant ces imaginaires dans la tête. Quand on parle de préjugés sur le pouvoir et l'argent, il faudrait rajouter que c'est un pouvoir vu comme mauvais, une idée qui touche particulièrement ceux qui se sentent opprimés.


Historiquement, on a déjà eu du rouge-brun visant des masses populaires en révolte contre les dominants avec mélange d'antisémitisme/anticapitalisme de gauche et antisémitisme fasciste. L'extrême-droite traditionnelle monarchiste associait 1789 au complot judéo-maçonnique républicain, à gauche on voyait plus ça comme la trahison post-révolutionnaire de la bourgeoisie (juive bien sûr...) et des tendances populo-nationalo-socialistes faisaient une sorte de mélange sur fond de roi-führer, de vertu viriliste (la femme est traitre elle aussi...) contre cette décadence d'un monde tenu par des traficoteurs immoraux, débauchés (le sexe a aussi sa place dans ces imaginaires, sorcières et orgies, et les cas DSK ou Weinstein facilement en vedette de nos jours...).


11min30. Une très très belle élégance d'esprit.


Par là, je signifie mon enthousiasme et mon intérêt pour ce qui ça suivre.


Bonne émission à tout le monde :-)

Très bonne émission, sûrement la meilleur depuis longtemps.

Très équilibré dans les propos, et très factuel.

Émission  utile et nécessaire et toujours le souhait qu'un jour ces débats puissent être vus et entends par un public plus large que nous, "les informés" d'@rrêt sur images...!

Le rappel qui a été fait sur l'antisémitisme du quotidien me paraît essentiel et permet aussi de souligner combien l'appel des 300 est partiel en dénonçant une source, qui serait unique, de l'antisémitisme ambiant. Autant il me paraît essentiel et une obligation citoyenne de dénoncer, et luter contre, les actes de barbarie dont les personnes d'obédience juive ont été victimes (même si les actes dénoncés sont de nature diverse), autant il me paraît néfaste et préjudiciable pour le progrès des relations entre les différentes communautés, les termes employés. Comme si on ne pouvait que faire une "pétition au kärcher"...

Il y aurait sans doute encore à approfondir notamment la question sur les effets, pour les publics moins-informés, concernant ce qui est véhiculé par les nouvelles venues d'Israël et le sort que le gouvernement fait aux palestiniens mais aussi aux arabes de nationalité israélienne. Informations souvent rapides, type flash, incompréhensibles mais suffisamment "nourrissantes" pour inciter à l'antisémitisme primaire mais qui peut être meurtrier. 

L'attitude des responsables du CRIF, défenseurs du gouvernement d'Israël, sans aucun discernement ni autorisation critique, participe aussi à cet amalgame. 

Peut-être aurait-il été opportun, que la "tribune" d'une trentaine d’imams, publiée dans le Monde. C'est peut-être une contribution autrement mesurée que le fourre-tout des 300, qui ne me semble pas correspondre à une volonté de recherche commune pour le "vivre ensemble", mais plutôt la stigmatisation d'une croyance sans distinction de ces composants. 

Au moment où un "projet pour la ville" est lancé à coups de grandes réclames, la question de la jeunesse et de l'éducation dans les quartiers, mais pas seulement, ne doit pas être dissociée de toutes ces problématiques que le racisme entraîne, qu'il soit antisémite, anti-arabe, anti-noire ou anti-l'Autre tout simplement.

Le plateau de l'émission n'était pas équilibré du tout . Noémie Halioua et Sylvain Attal n'avaient pas de véritables contradicteurs . Au sujet de Sylvain attal , j'ai trouvé son discours au sujet des auteurs d'actes antisémites ambigu : au début de l'émission il reprochait au fameux manifeste d'essentialiser la communauté musulmane , sur la fin il est arrivé au constat que les coupables étaient exclusivement musulmans ... Et personne n'a tiqué sur le plateau... Parole que n'auraient certainement pas désapprouvée un Roger Cukierman ou un certain Eric Zemour... Quant à Noémie Halioua qui demande d'un côté que certains passages du coran soient frappés d'obsolescence et de l'autre s'indigne presque que l'on s'oppose à la  réédition de certains ouvrages de l'écrivain Celine , je soupçonne son positionnement d'être l'alibi de son racisme anti arabe et anti musulman

J'attendais cette émission avec une forme d'impatience ayant été choquée par certains éléments de langage développés dans ce manifeste. J'ai été un peu déçue car je l'ai trouvée moins intéressante que certains billets lus sur Médiapart qui proposent des arguments plus pertinents, certes sans contradicteur.


Je préfère de loin la réaction des Berlinois à qui, après une agression antisémite, il a été proposé de tous et toutes porter une kippa dans la rue le même soir. Je préfère les propositions fédératrices à celles qui divisent.

Merci pour cette tres intéressante emission. Elle inspire de nombreux commentaires, mais je ferai juste une petite remarque anecdotique quoique signifiante aussi, je crois : N. Halioua trouve banal de demander qu'on frappe d'obsolescence des textes religieux,  mais délirant qu'on envisage de ne pas rééditer des textes antisémites  de Céline (ceux la même  qui nourrissent l'imaginaire délirant sur les juifs et l'argent au nom duquel on a tué Ilan Halimi!). Étonnant, non? Passion patrimoine, quand  tu nous tiens! 


Merci à S. Attal d'avoir rappelé que dans un pays laïc, la question urgente n'est pas de réunir des conclaves des religieux pour faire de l'exégèse,  mais de redonner force et sens à la loi républicaine qui est notre seul horizon commun. Ce que cet appel manque complètement de faire, au plus grand bénéfice de tous les bigots de toutes les chapelles. 

Merci d'avoir souligné la force de l'extrême  droite traditionnelle, sa dynamique en Europe, sa haine des musulmans. Ce danger réel,  y compris pour les juifs, est mis sous le tapis dans cette pétition, ce qui me semble friser l'inconscience. 

Merci d'avoir rappelé  qu'une épuration ethnique suppose un plan, une organisation, et que faute de les identifier, on donne du crédit à tous les raisonnements complotistes. Dand le présent contexte, c'est osé!


Un regret néanmoins : personne pour souligner que plusieurs des signataires avaient déjà signé en Mars un "manifeste contre le séparatisme musulman" (sic) dans le Figaro.  Une pétition par mois, faut tenir le rythme! Que nous préparent-ils pour mai, juin, juillet...? Blague à part, la mise sous pression permanente des musulmans de France par ceux qui ont le pouvoir de la plume, on en parle un peu, un jour?


Reste évidemment que la vigilance contre l'antisémitisme doit être totale, inconditionnelle,  impitoyable.  



D’accord pour le droit de critiquer toutes les religions, il n’y a pas de blasphème ni de presque blasphème dans un pays laïque , et cela vaut aussi pour la politique d’Israël que l’on peut critiquer sans être pour autant antisémite.

Sujet très dense,mais super intéressant! l'histoire des sondages sur les "bons vieux préjugés antisémites" est confirme mon intuition. Je suis athée, de gauche et d'oorigine juive du côté de mon père mais je trouve qu'actuellement la lutte contre l'antisémitisme sert surtout à la  stigmatisation des musulmans. Emmanuel Todd l'avait dit très clairement: on fait actuellement avec les musulmans la même chose qu'on a fait avec les juifs avant la guerre. 

Je trouve le thème très pertinent. J'ai trouvé la partie sur anti-sionisme/antisémitisme pas suffisamment développée.

A quel moment la critique de la politique de la Droite israélienne au pouvoir devient-elle antisémite??


J’ai bien aimé l’émission. Je me suis réabonnée pour la voir (j’hésitais encore).

Excellentes interventions de Nonna Mayer.


Merci !


Une question :

D’où tient Sylvain Attal que Jean-Luc Mélenchon peine à dénoncer les Indigènes de la République ?

Et si c’est le cas, pourquoi perdre son temps à dénoncer comme le nomme Nonna Mayer un petit groupuscule (avec le risque de le renforcer, par effet réactif ) ?


Très intéressante émission. C'est beaucoup plus agréable d'entendre Mme Halioua dans un cadre plus mesuré : dans les autres média où je l'ai entendue, il n'y avait pas de contradiction, ce qui la rendait difficilement audible car ça dérivait rapidement sur "Alors, les musulmans ?".


Merci à Mme Mayer d'avoir recadré les choses quand ça commençait à partir sur le délire "les réseaux sociaux = la vraie vie". Comme toujours quand on invite une chercheuse, elle a empêché les autres de se baser sur des faits non-représentatifs.

J'ai trouvé intéressant le passage sur la bonne manière de critiquer Israël. Je pense que Mélenchon est, comme trop souvent, excessif dans ses propos, ce qui le rend peu audible alors qu'il dit des choses ma foi intéressantes bien que pas toujours juste sur la question internationale.

Le passage où Mme Mayer a parlé des 80% de français qui gardaient des préjugés sur les juifs (je ne me souviens plus exactement des termes) m'a fait penser à une anecdote :
Quand j'étais petit, on disait souvent "sale juif" ou "tu fais ton juif" dans le sens suivant : dénoncer (gentiment) quelqu'un qui ne partage pas ou qui fait quelque chose dans on coin. Je précise "gentiment" car c'était toujours bon enfant, jamais dans le sens agressif.
Je crois qu'à l'époque je ne savais même pas que "juif" désignait des gens (pour moi c'était juste un mot qualificatif. Cette bonne vieille époque où je croyais que 99% des français étaient athées). Même après, j'ai continué à "penser" le terme car dans ma tête ça sonnait encore comme "juste un qualificatif" mais je ne le disais plus à voix haute car j'estimais que ça pouvait être mal interprété.
C'est après les attentats, que l'expression a commencé à prendre une connotation négative dans ma tête.

Depuis 2 ans je me suis de nouveau retrouvé confronté à cette expression par l'entremise de camarades de jeux (sur internet). Là où moi j'ai progressivement abandonné l'usage de cette expression car elle participait à prolonger un préjugé qui causait la mort de gens, mes amis continuent de l'utiliser sans penser à mal et je me dis que si des éditorialistes les entendaient, ils les accuseraient d'antisémitisme en les rangeant sur l'étagère entre Soral et Le Pen.

Le truc quand je repense à ça, c'est que les jeunes que je connais utilisent aussi beaucoup d'insultes quand ils se parlent entre eux. Sans parler de toute la culture troll qui est omniprésente chez eux. C'est difficile de démêler le sérieux du trolling dans ce qui est dit. Et concernant les insultes, ils disent "sale pute" très facilement et ça me choque, aussi facilement qu'à mon époque on disait "Putain!" et qui à l'oreille de mes parents sonnaient comme particulièrement grossier.
Je me demande alors : est-ce que la jeunesse est vraiment pire qu'avant ? est-ce que je commence à être suffisamment âgé pour ne plus être 100% en phase avec la jeunesse actuelle ? ou est-ce que simplement internet me permet d'être en contact avec des gens que je n'aurais jamais côtoyé autrement ?

Je digresse, mais Internet est vraiment fabuleux pour mettre tout le monde au même niveau : j'ai joué avec des muets sans savoir qu'ils étaient muets, j'ai joué avec des non-blancs sans savoir qu'ils étaient non-blancs, j'ai joué avec des étrangers sans savoir qu'ils étaient étrangers.
Sur ces mêmes jeux, on rencontre des étrangers sous un autre prisme que la manière dont ils sont dépeints dans les médias (notamment russes, turques, iraniens, algériens, etc.)
Pour guérir le racisme et le nationalisme, je préconise une bonne dose de jeu d'équipes sur internet (bon ce n'est pas tout rose mais c'est quand même beau de pouvoir faire se rapprocher les peuples ainsi).

Le fichier vidéo est indisponible pour info :)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.