173
Commentaires

Le scooter de Pujadas "entarté" à la peinture dorée

Des critiques acerbes dans les colonnes d'un bimestriel d'ultra-gauche à l'agression "humoristique" sur le trottoir de France Télévisions : mercredi 30 juin, le présentateur du 20 Heures de France 2, David Pujadas s'est vu remettre, de façon musclée, la "laisse d'or", décernée par le site Le Plan B. Le scooter du présentateur a été barbouillé de peinture dorée.

Derniers commentaires

Mais c'est un honneur d'être comparé à Noël Godin, cinéaste magnifique. Son film "Grève et pets" serait programmé tous les 15 jours sur Arte s'il y avait des directeurs des programmes [s]cons pétants[/s] compétents (ou/et si le mauvais coucheur BHL ne faisait partie du [s]Comité de censure[/s] Conseil d'administration de la chaîne). Tous ses films sont des poèmes comme l'indiquent leurs titres :
"Si j'avais dix trous du cul", "Prout prout tralala", "Grève et pets".
Si vous aviez deux sous de culture, vous reconnaitriez la grandeur du cinéma belge d'inspiration dadaïste.
Le musicien et homme de scène Godin n'est pas moins exceptionnel.
N'empêche que les articles de BRP sont à prendre avec une certaine distance quand à leur sérieux et leur déontologie...
Mazette, je pensais pas que ça chaufferait autant après cet article mais qu'au contraire, il y aurait consensus sur le fait que cette action, en étant extrême, rate sa cible.

De Molière à Noël Godin, on sait pouvoir dégonfler les baudruches en les ridiculisant, pas en les violantant.
Je n'aime pas Pujadas, ni ses JT que je ne regarde plus depuis l'élection présidentielle, tant il a montré son parti-pris ouvertement.
Mais je déteste encore plus cette "action" contre lui.
Si le débat politique tombe à ce niveau, il rejoint celui des hommes "bien-pensants" qui - résistants de la dernière heure - ont rasé la tête des femmes, plus faibles qu'eux au niveau muscles. Des muscles, mais RIEN dans la tête et surtout un sentiment d'avoir raison que l'on retrouve toujours dans les dictatures. Celles qui enfermaient leurs opposants en psychiatrie. C'est du même genre, cela montre une vision de l'être humain dans son ensemble.
a choisir je trouve cette pratique de peindre le scooter en or plus efficace que la tarte a la creme et moins violente .
par contre je leur suggere pour plus de panache de s'en prendre la prochaine fois a quelquun qui ne fait pas un metre 12 comme david douillet par exemple .
Inutile d'aller cherche le Godwin (devenu un Gimmick pour ne plus se poser de question) avec des histoires de nazi : les méthodes utilisées pour exercer une pression sur les journalistes, les humilier, les rabaisser et minimiser l'acte (scooter bling-bling) sont hélas universellement partagées par tous les régimes dictatoriaux (de gauche comme de droite) et les mouvements extrémistes qui n'aiment pas les opinions contraires aux leurs (de gauche comme de droite).
Voir des personnes se réjouir de ce type d'acte les rend plus petites et plus méprisables que la personne agressée, quel que soit le très grand crime qu'elle a pu commettre à leurs yeux.

Au passage, le mot criminel qu'a eu ce monsieur n'est qu'une redite des mots de Coluche: "si j'ai bien compris, les riches sont les méchants, les pauvres les gentils... et tous le monde rêve de devenir méchant!"
Il est grave BRP, c'est toujours comme ça dans ses articles, il reprend toujours la même expression en fin de phrase (c'est donc un être indigne), avec comme excuse la sempiternelle haine des juifs, il ne sait faire que ça, ne pense que comme ça. Je le trouve de plus en plus démagogique ce mec ! Il avait fait le même coup à Didier Porte, en disant qu'il s'en prenait à Arthur à cause de "son train de vie, sa fortune, son argent", répété au moins 10 fois dans l'article, sous-entendu Didier Porte est antisémite car il exploite le cliché du juif plein d'argent, alors que si Didier Porte se fout de la gueule d'Arthur, c'est simplement parce qu'il fait des émissions et des spectacles de merde !
De toutes façon, en matière de violence contre David Pujadas, personne n'ira jamais aussi loin que les méchants intermittents et précaires qui l'on humilié en le déboulonnant de son fauteuil de présentateur de JT il y a quelques années de cela.
Excusez la mauvaise qualité des images qui permettent toutefois de remarquer le rictus mauvais et revanchard de la jeune femme qui a pris sa place pour lire un tract revendicatif dont tout le monde se fout. Cette pauvre fille devrait pourtant savoir que nous avons largement notre compte d'informations sociales, dont nous sommes saturés, au détriment des passionnants faits divers (rendez nous le p'tit Grégory !) qui font notre bonheur quotidien.

Pour voir ces images effrayantes dans le contexte du JT (avec une meilleure qualité) cliquez sur le lien pour télécharger le fichier.avi "Le Prince Charles emballe les huîtres". L'action commence au bout de 30 secondes.
Vous vous souvenez peut-etre des photos de la prison d'Abou Grahib en Irak, ou l'on voyait des mauvais traitements de prisonniers irakiens par leurs gardiens americains.

Parmi ces photos, un irakien nu, tenu en laisse par un soldat americain. D'autres photos pleines d'humour et d'esprit : un irakien nu avec un slip sur la tete, d'autres jeux de torture par l'humiliation, ou de torture par la douleur physique, ou de torture par la terreur. L'horreur bien sur, inspiree par ces gardiens qui souillent l'humain, tentent de le rabaisser autant que possible. Une certaine idee de la vulgarite aussi, qui se degage de ces photos. Non pas la pseudo-vulgarite, celle par exemple qu'on attribuee aux spectacles de bigard, lors desquels celui-ci fait des blagues cochonnes, spectacles qu'on pourra par ailleurs trouver tendres et spirituels. Dans les photos d'abou ghraib, c'est de la vulgarite authentique que l'on peut observer, celle qui a un fond de betise et de mechancete, celle qui sert a humilier.

Les gens du plan B ont eu l'idee de degrader sous les yeux de Pujadas un objet qui lui appartient. Ils ont eu en prime la meme idee que les gardiens de la prison d'Abou Grahib, cette merveilleuse idee de mettre une laisse autour du cou d'un etre humain. Les grands esprits se rencontrent.
ha... le syndrome de la propriété!

un scooter bling-bling,ça va bien avec l époque,non?
Minable. L'action est minable, ils sont minables, et ce manque de respect pour la gente canine est indigne
Les victimes de Pujadas ? Comme tant d'autres soit disant "victimes", je les trouve bien consentantes.
Qu'elles tournent donc le bouton de leur télé de merde.

Pas un pour rattraper l'autre... quant aux révolutionnaires de ce forum... quel manichéisme. En ça ils sont bien des révolutionnaires, oui.

Pujadas, je pouvais pas le sentir, donc je le non-regardais, mais je dois bien avouer qu'après l'extrait mis ici en exergue de cette émission d'Arte, je dois bien lui reconnaître une certaine clairvoyance. Ca ne fait pas de lui un meilleur journaliste, mais il aura au moins dit un truc censé dans sa carrière.
concernant son opinion sur le fait que c'est tjrs le salarié qui est le gentil et le patron le méchant : pour une fois qu'il ne raconte pas de conneries
"un bimestriel d'ultra-gauche "
Non, s'il vous plait, pas d'ultra-gauche sur ASI, laissez l'expression au ministère de l'Intérieur. Merci d'avance.
Quand on tape "Pujadas" sur gogol-news on a droit à "agressé avec une laisse" ou "piégé par un commando",
faut pas déconner tout de même, le « entarté à la peinture dorée » d'@si est tout de même plus réaliste.
Faudrait voir comment s'est déroulée la scène et la réaction à chaud de Pujadas, mais à priori je ne vois pas la différence avec les entarteurs de Noël Godin http://www.youtube.com/watch?v=F36OXrrO3Fc&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=t5GXkAHYRdc
Humiliation contre humiliation, c'est bien que Pujadas se heurte à des gens qui ne sont pas dupes de son rôle dans la défense du gouvernement Sarkozy et qui le lui font savoir, lui qui est bien à l'abri dans les studios, qui peut déblatérer son idéologie en toute tranquillité. Dites-moi ce qu'il faut faire pour dénoncer cette guerre économique ? il me semble que c'est un petit pas dans une résistance qui devrait se mettre en place.
Je trouve étonnant qu'autant asinautes se lamentent sur le sort réservé à Pujadas qui, je sache, n'a pas été blessé, juste un peu humilié, mais certainement moins humilié que tous ceux qui ont à souffrir de l'idéologie qu'il défend à longueur de journal, confrontés à des inégalités de plus en plus incroyables et insupportables que Pujadas s'emploie à "légaliser" et à justifier. Avec le salaire qu'il touche, il n'aura qu'à s'acheter un autre scooter, une goutte d'eau pour lui. Et puis un scooter doré pour un tel personnage, il y a adéquation. Voilà bien longtemps que je ne regarde plus ces journaux, véritables machines à décérébrer, instruments d'une guerre économique menée contre le peuple.
Bravo, il méritait cette récompense bien plus qu'un autre !
J'ai un naturel qui me fait peu pencher pour ces actions de type bizutage, entartage et autres.

Cela dit, ça pose un problème.

On voudrait croire au débat, à la dénonciation calme, posée, argumentée, aux démonstrations implacables ; on voudrait croire qu'on peut convaincre ainsi ceux qui ne sont pas convaincus, et, finalement, changer les choses petit à petit, sans violence, sans mots grossiers, en restant propre sur soi.
L'ennui, c'est que le rapport de force en présence a toutes les chances de rendre parfaitement vain ces efforts, tout aussi soient-ils louables moralement et intellectuellement. La force, le verrouillage, le blocage, du débat public par les Pujadas et compagnie, par le marketing politique, par les médias de masse libéraux (de gauche PS ou de droite UMP), font qu'une jolie démonstration sur Agoravox ou sur @si resteront lettre morte, certes confortant ceux qui sont déjà convaincus dans leur conviction, mais resteront confinés à ce cercle.

C'est alors qu'apparaît l'idée qu'il faut peut-être d'autres moyens pour secouer l'opinion générale et réussir à marquer le coup face à l'Empire médiatique et politique, c'est-à-dire en arriver au coup d'éclat, à l'acte de "résistance", à la manière des fauchages d'OGM, par exemple. Rendre ridicule ceux qui se croient si important est une manière de montrer que le roi est nu.
Mais cette fois, le risque c'est celui de la limite : jusqu'où aller dans l'"éclat" ? Car, l'engrenage peut être malsain quand on s'engage dans la voie du "tout est permis" - et par ailleurs, cela peut finalement desservir le message, quand la forme est par trop "choquante".

Bref, d'un côté, les puristes pondérés, propre sur eux, mais qui, ne faisant pas de mal à une mouche, ont toutes les chances de ne rien faire bouger, de l'autres des activistes qui cherchent des moyens pour interpeller plus avant et franchir la défense hermétique des grands médias, mais qui risquent d'aller trop loin.

Alors, la question, pas du tout simple, est : si on veut faire bouger les choses, comment faire ?
En faisant cela, ces rigolos pas drôles se sont abaissés plus encore qu'ils n'ont abaissé Pujadas. Je n'ai pas envie d'écouter les arguments de types capables de cracher sur un homme (ça revient à ça), aussi bons soient-ils. Mauvais souvenirs de cour de récré.

D'ailleurs, pour n'avoir pas trouvé mieux à faire, ils ne doivent pas être très doués pour argumenter. On reproche aux puissants d'être prêts à tout pour faire parler d'eux, mais finalement, ce n'est pas plus glorieux de l'autre côté.

Le débat des mots et des idées doit se faire à coups de mots et d'idées. C'est simple et ça ne souffre pas d'exceptions. Contradicteur n'est pas ennemi. Pujadas peut s'exprimer sur ce qu'il pense. N'importe qui peut dire ce qu'il pense sans craindre de tomber dans un traquenard idiot. Enfin, devrait pouvoir.
nous entrons dans une ère à la fois joyeuse impertinente et tellement berlusconienne que je n e peux que me féliciter de ces inattendus
Le Plan B, qui a suspendu sa parution, se fait un petit coup de pub ? Bah !

Quelle est la position d'@si au fait ? Un observatoire, c'est bien joli, mais bon.
Le Plan B, « bimestriel d'ultra-gauche » ? Mais encore ? C'est un peu léger. On aimerait en savoir un peu plus. Non-affaire à suivre ?
Sur l'histoire du cou qu'il a bien bas, je voyais plutôt ça comme ça...
A propos de Pujadas, lire cette analyse plan par plan d'un reportage de son 20H (où la rédaction de France 2 se révèle complice active de la machine de propagande sarkozyenne) :

Trafics et manipulations au 20H de France 2 (Agoravox)

Dans les commentaires on peut lire :



@ Martin D
"ce genre de decryptage il faudrait le faire tout le temps pour faire prendre conscience aux gens de la manipulation médiatique."

Je ne comprends pas que @rrêt sur images ne s’en charge pas (il y aurait pourtant de la matière...), il faudrait les abreuver de mails pour les activer à s’y mettre...

Et cet autre commentaire :



jamais ils [@rrêt sur images] ne font de l’analyse détaillée de JT (pourtant il m’avait semblé comprendre à la création du site qu’ils allaient les enregistrer systématiquement), il n’y aurait rien de plus intéressant il me semble, et surtout rien de plus éclairant (quand on pense aux millions (?) de gens qui suivent encore le 20H...)
http://francoismitterrand2007.hautetfort.com/
Plan B, B pour Bande de cons.
D Pujadas parle de "liberté individuelle qui aurait raison face à la morale collective". sur cet acte ,à son endroit, il a tout lieu d'apprèçier cet avis tout différemment, la déraison de l'intimidation physique des plus nombreux n'est pas la meilleure réaction d'intelligence quand il s'agit d'imposer une contestation critique
Il est journaliste à la solde de sa chaine, de là à lui pourrire sont scooter et lui mettre une laisse, non. Je suis un ancien abonner du plan b et ne cotionne pas l'humiliation d'un "employer" d'une chaine de l'état dont le patron est mis en place par le pouvoir. Et Monsieur je rapproche la couleur "or" et la "laisse" des Juifs, qu'il fasse une cure de désintox des raccrourci crasseux....
Ce Bruno Roger Petit commente le foot sur la chaîne d'info en continu de la TNT : le mépris qu'il a pour les commentaires de la seule femme invitée à s'exprimer est sans limite. Il méprise tous ses interlocuteurs. Il va exploser de suffisance à court terme, c'est sûr.
Je le vois ? je zappe. Et c'est principalement grâce à sa présence que j'évite tout aussi soigneusement le Post.

Quant à Pujadas, je ne regarde jamais les JT. C'est vaguement gerbant et destructeur de neurones.
Moi ça me fait marrer. C'est bon enfant.
En revanche BRP commence vraiment à ne plus me faire marrer.
Plan B fait oeuvre de salubrité publique ! Pujadas mérite son collier et sa laisse, ses plumes et son goudron, et ce n'est pas terrible si on prend l'ampleur des dégâts qu'occasionnent des journalistes comme lui qui manipulent l'information pour empêcher "le petit peuple" de réfléchir dans le meilleur des cas ou le matraquent à longueur de journaux de pensée néolibérale.
Le vocabulaire de Bruno-Roger Petit est carrément étrange :
sous-homme, indigne, ,juif, chien.
Les mots employés à l'origine par les organisateurs de l'évènement étaient un peu différents :
amour des euros, haine des syndicalistes, dévouement aux puissants.

En somme, selon la bonne logique de l'ami Petit, dénoncer l'amour des euros, la haine des syndicalistes, le dévouement aux puissants, c'est, en fait, traiter un présentateur télé de sale chien de juif. Et pourquoi juif ? On ne sait pas.

Car on a l'impression que Bruno-Roger Petit voit de l'antisémitisme dans ces agissements. Est-ce habituel chez lui ?
Le terme d'agression n'était-il pas assez fort ? S'il s'était contenté de râler après les agresseurs, on aurait pu le suivre, et se dire que non, malgré son éclatante servilité et son mépris odieux des petits, Pujadas ne méritait peut-être pas d'être agressé de cette manière, bien que ça puisse se discuter (j'en connais qui auraient aimé voir pire)...
Mais convoquer les juifs, mais ramener l'antisémitisme, mais ça va bien oui ?

Enfin, monsieur Petit ?
Si je dis que vous êtes un adepte du hors-sujet et un champion de la mauvaise foi, direz-vous, ô grand animateur de Langue de Sport, que je tombe dans l'anti-footballisme primaire, ou admettrez-vous avec moi que cette vieille émission, intitulée Langue de p., que vous animâtes jadis, a légèrement déteint sur vous ?
Il y a clairement franchissement de ligne jaune, là!

Guy, à l'aide...;-)

BB
Pas d'accord, gamma.
Pujadas ou un autre, je suis loin d'être pour ce genre de bizutage. Quels qu'ils soient d'ailleurs.
C'est ce que j'appelle aller trop loin, je ne cautionnerais pas le Plan B sur ce coup-là.
Très bien sur le papier, mais s'en prendre physiquement à quelqu'un, même de cette manière, je trouve ça anormal.
Ce qui m'emmerde, c'est d'être d'accord avec BRP sur ce coup-là, alors que je ne supporte ni le type ni les billets.
La violence physique, à part pour se défendre, n'a pas sa place dans mon univers.
Et savoir que Pierre Carles était dans le coup me dépasse complètement.
EDIT - mal placé, tant pis.
T'as raison sur le fond Fan, sauf que tu dis "La violence physique, à part pour se défendre, n'a pas sa place dans mon univers." . Eh ben moi je vais te dire: je ressens comme violente, même très violente, la connivence politico-médiatique qui nous fait sombrer dans la corruption et le déni de démocratie chaque jour un peu plus. Alors j'avoue que le fait de passer une laisse au cou de quelqu'un est choquant, mais il ne faut pas s'étonner que certains aient recours à une violence pour répondre à une autre. C'est un retour des choses prévisible.

Justement et ça tombe bien, au jité d'Elise ce midi, un petit micro-trottoir était fait dans la ville de Joyandet, reportage dans lequel on a entendu des louanges du démissionné et le commentateur dire "difficile de trouver des détracteurs de Joyandet". A mon avis ils n'ont pas cherché beaucoup. Tout ça je trouve ça très violent.
C'est possible qu'ils n'aient pas cherché beaucoup mais vous vous illusionnez à mon sens sur l'impact local de ce genre d'affaires.

Dois-je vous rappeler les précédents Balkani, Médecin et autres, élus locaux élus et réélus malgré des casseroles autrement plus conséquentes et de plus sanctionnées par la justice ?

Vous trouvez cette violence légitime car vous êtes d'accord avec eux sur le fond ? Mais donc, si demain un comité de défense des ondes publiques contre le gauchisme dominant inflige le même genre de tratitements à Daniel Mermet ou Didier Porte, trouverez-vous alors que c'est aussi légitime ?

Je me sens aussi assez violenté moralement par les médias en général, mais je ne ressens pas pour autant le besoin de violenter physiquement en retour. Et cela parce que je me refuse de m'abaisser au niveau de mes adversaires les plus vils. Le plan B en adoptant le comportement de nazis s'est déconsidéré à mes yeux.
Ouais bon, je sens qu'il va y avoir du point Godwin à gogo dans ce forum.

Dans les villes des corrompus, il y a forcément des voix contre, encore faudrait-il avoir le courage de les chercher pour respecter une certaine neutralité, ce n'est pas le cas présentement. Les corrompus sont réélus, et alors? Cela signifie-t-il à vos yeux que la corruption est reconnue par les Français? Je soutiens que non, et votre exemple est un peu simpliste. vous oubliez tous les gens qui ne votent plus par dégoût, alors que les corrompus ont des systèmes très organisés pour rameuter du bulletin, et ce par tous les moyens, y compris par des électeurs fantômes.

Ensuite je n'ai pas dit que la violence était légitime, je dis qu'elle ne m'étonne pas, qu'elle est prévisible et que logiquement, elle va s'amplifier. Lisez bien, lisez mieux, s'il vous plaît.
Depuis quand un micro-trottoir est censé reflèter toutes les subtilités locales ?

Je n'ai pas dit que la corruption est reconnue par les Français, juste qu'elle ne semble pas stigmatisée par eux.

Je suis comme vous effarée que des personnages notoirement corrompus soient élus et réélus, mais c'est un fait ! Le nier ou croire que le vote a été obtenu sous influence ou par truquage est tout simplement une contre-vérité.

Pour des élections locales, le critère principal est celui de l'efficacité. Balkany a été réélu sur ce critère alors même qu'un Maire de sa tendance politique lui avait succédé suite à ses condamnations. ce n'est donc même pas le théorème de la mule avec la casaque UMP qui s'applique ici.

J'ai en effet frisé le point godwin mais la violence politique m'est insupportable, quelque soit son origine.
Allez-y, soutenez-moi une bonne fois pour toute que la fraude électorale n'existe pas qu'on rigole un bon coup. Vous vous souvenez du député aux chaussettes bourrées de bulletins?

Pareil (pire) pour les scrutins nationaux. Je suis con et naïf mais y a des limites. Les sempiternels scores 49%-51%, et ce quelle que soit la masse des abstentionnistes, me font doucement rigoler. Enfin façon de parler.
Il se trouve que je travaille dans une commune ce qui m'a amené régulièrement à travailler sur des scrutins de toute nature. Je n'ai jamais constaté de fraudes d'aucune sorte.

le gars avec les chaussettes, le scrutin a été annulé non ? Il y a sûrement des cas qui échappent aux sanctions mais nous ne sommes ni en Floride, ni en Iran.

Mais bien sûr, tout est truqué et je suis soit un imbécile, soit un complice, encore que les deux ne soient pas incompatibles.
Merci donc de confirmer, j'ai effectivement bien rigolé ! :o)
Ma journée n'a donc pas été inutile.

Pas de fraudes en Iran, mais des fraudes massives en France. C'est quand même curieux alors que le résultat des élections françaises semblent plus souvent contrarier les gouvernants français qu'iraniens.

Fantastique le machiavélisme des dirigeants français, ils truquent des élections pour les perdre !!!!
Non mais pow-wow, pour le coup vous c'est difficile de vous suivre. Vous pensez à des cas précis (à part le seul que vous citez), vous avez des sources ? Vous semblez un poil gratuitement agressif autrement...
Ah oui ah bon ah tiens? Agressif non, je ne pense pas, moqueur plutôt oui, chafouin même, j'ai le rire facile aujourd'hui (comme presque chaque jour d'ailleurs) mais bon...Si vous ressentez ça comme une agression je vous prie de m'en excuser.

Des cas précis...attendez voir...des cas précis...voyons voyons...attendez... où j'ai bien pu mettre mon registre des fraudes électorales...y a un de ces bordels ici...des cas précis...vous voulez dire, précisément? Non j'déconne, voyez, je suis d'humeur chafouine. :o)

Bon vous vous en doutez, je ne possède pas de dossiers chez moi, c'est seulement à l'aune de l'honnêteté et de l'intégrité de nos politiciens que je me permets de supputer (eh oui, j'ai une double vie) que non, la fraude électorale n'est peut-être pas exceptionnelle. Je me souviens d'un cas d'école, le petit Jeannot T. de Paris, une bien vilaine affaire!

Ceci étant, je revendique et n'ai pas honte de mon côté approximatif et péremptoire, c'est mon droit à l'expression et ce n'est pas négociable, jamais. Et paf.

Bon, j'imagine qu'un qui se fait piquer c'est visible, et que ceux qui ne se font pas piquer ne se voient pas, c'est d'une logique pétaradante, j'ai aussi un côté pétaradant. En un seul mot.

Bon sur le reste, libre à vous de croire que tout ça est clair et limpide et primesautier et bon enfant c'est votre droit, et libre à moi de croire en autre chose de moins bisounours, éventuellement. J'ai un passé d'anti-bisounoursitude duquel j'ai beaucoup appris.
Et les enveloppes de Dassaut ? Et les choses machins trucs pour lesquels Balkany a été condamné avant d'être réélu triomphalement ?
@ pow-wow :Vous avez fait une rechute. Si si, sur la fin, je vous jure.
Alors là, vous vous méprenez gravement chère Ellis, je ne sais plus quoi vous dire.
Et les machines à voter, qui vont se généraliser, ça n'est pas une annonce de fraude monumentale à venir ???
Si Sarko gagne aux prochaines élections, ce sera grâce aux machines à voter (où on ne peut pas voter nul ou blanc)... c'est tout simplement anti-démocratique, ces bouzins !
Comment elles sont vos machines à voter en France? En Belgique, il y a tout à fait moyen de voter nul et blanc avec les machines à voter. Je ne comprends pas d'où vient ce hoax.
En Belgique, pour voter nul, il suffit de plier 2x sa carte magnétique ou de faire une marque dessus (marqueur, gomette, etc.) . Pour voter blanc, il suffit soit de cocher vote blanc, soit de ressortir de l'isoloir sans avoir introduit sa carte dans la machine. 4 façons de laisser les autres choisir à sa place, et puis de râler après, que demande le peuple? Et puis il n'y a jamais de fraude avec le vote papier, c'est bien connu.

BB
En même temps, il faut également rappeler que François Mitterrand (c'était une promesse de campagne, d'ailleurs) avait promis de prendre ENFIN en compte les votes blancs, et que cela n'a jamais vu le jour... Ce qui explique peut-être le taux d'abstention de plus en plus élevé, parce que choisir entre la peste et le choléra, c'est pas forcément simple...
si demain un comité de défense des ondes publiques contre le gauchisme dominant inflige le même genre de tratitements à Daniel Mermet ou Didier Porte, trouverez-vous alors que c'est aussi légitime ?

Vous en avez rêvé, Sarko l'a fait. Le "comité de défense des ondes publiques" ... Pour Porte en tous cas.

Et puis, le mot "violenter" a un sens précis ... Relisez votre dictionnaire. Il veut dire "perpétrer un viol".

Remarquez, si vous n'êtes "violenté" que par les médias d'aujourd'hui, il n'y a pas grand mal.
J'aime quand on cherche à dévaloriser une opinion qui n'est pas la sienne sans argumenter, juste en la ridiculisant.

Je n'ai pas rèvé que Didier Porte soit viré comme un malpropre, ce qui se passe à France Inter me terrifie. Mais je ne vois pas pourquoi je devrais approuver des actions de ce type quand elles s'appliquent à des types que je n'aime pas.

De plus, si le traitement de Porte, Guillon et plusieurs autres sur France Inter est méprisant et probablement très dur moralement, je ne pense pas qu'il puisse se comparer avec une violence physique. Vous imaginez ce que cela doit faire de se voir entouré d'une bande qui vous passe une laisse de chien autour du cou ??

Ce n'est pas parce que Pujadas représente tout ce que je déteste dans le journalisme TV que je souhaite lui voir infliger des dégradations. Il ne me "violente" pas beaucoup en effet, je ne regarde jamais les JT des grandes chaines.
en qui concerne la violence physique je suis d'accord avec vous, jamais je ne cautionnerais la violence aux personnes même si parfois on a juste envie d'y recourir , pour celle sur le scooter je pourrais être d'accord avec vous, bla bla propriété privée etc etc ...
Quand a la laisse d'or, je ne vois pas en quoi c'est une violence, le pauvre choupinou il va mal dormir, quelques pauvres gauchistes ont osés lui mettre une laisse en or pour le récompenser de sa servitude envers le pouvoir, Allez David appelle Maman qu'elle vienne te réconforter ...
Si le président Sarkozy vient lui décerner une légion d'honneur il viendra se plaindre ? et pourtant une laisse en or en vaut une autre (bah oui sous Sarko premier la légion d'honneur a été donné a peu prés a n'importe qui l'exemple valant donc ce qu'il représente ...)

si demain un comité de défense des ondes publiques contre le gauchisme dominant inflige le même genre de tratitements à Daniel Mermet ou Didier Porte, trouverez-vous alors que c'est aussi légitime ?



Vous en avez rêvé, Sarko l'a fait. Le "comité de défense des ondes publiques" ... Pour Porte en tous cas.



Et puis, le mot "violenter" a un sens précis ... Relisez votre dictionnaire. Il veut dire "perpétrer un viol".



Remarquez, si vous n'êtes "violenté" que par les médias d'aujourd'hui, il n'y a pas grand mal.


Je ne m'indigne pas spécialement de la mésaventure de Pujadas (m'enfin les simplets du Plan B qui dénonce l'argent roi...pour 12 000€ mensuel, ça fait quand même sourire), j'en ai même plutôt rien à foutre à vrai dire...étant un parfait enfoiré.

Nonobstant faire passer cela pour une "farce bon enfant" c'est un peu gonflé ; pas sur que vous seriez aussi prompt à défendre "l'humour" de ce genre si vous ou un de vos proches en était la victime...

Personne non plus parmi les belles âmes défendant la veuve et l'orphelin pour se demander par exemple ce que peuvent ressentir les enfants de David Pujadas face à cet évènement ; non c'est juste drôle...et il touche 12 000€/mois donc on s'en tape, qu'il encaisse ce salaud de riche !

Et pitié, arrêtez de nous gonfler avec la censure Sarkozy....que je sache personne n'a empêché Porte & co de pleurer partout à la télé, à la radio & dans et les journaux ; et je ne crois pas qu'ils risquent de voir les murs d'une geôle dans un avenir proche...quant à leur éviction de France Inter, elle risque de s'avérer rentable pour eux.
Au parfait enfoiré revendiqué :

Tiens ça faisait longtemps, Alex, le roi du copier-coller, le retour ...

- Les rigolos du plan B ont décerné la laisse d'or à votre Pujadounet préféré, mais ils n'ont pas fait que ça, ils écrivent toutes sortes d'articles très intéressants. Peut-être le sauriez-vous si vous les aviez lus.

- Personne autour de moi ne bosse comme cireur de pompes à la télé, nous ne risquons donc rien au niveau entartage ou laisse du bon toutou à son maître ... Cela dit, c'est surtout à son ego qu'il a eu bobo, le Pupu...

- Que Porte et Guillon aillent un jour en taule, pour avoir osé ouvrir leur gueule, je n'en sais rien, mais j'ai des doutes ...
Je sais en revanche que le jeune homme qui a osé dire au nabot qu'il était un "nain-culé" a pris 35 heures de TIG... Que le gars qui se baladait avec une pancarte "Casse toi pov con" a payé une amende ... Et Coupat, lui, a fait neuf mois de gnouf pour rien, parce qu'il lisait des livres et n'avait pas de portable ... Pour la politique, pour les élections, pour faire peur au bon peuple avec les terroriss'... Fallait bien, y'avait rien d'autre comme programme.

Cela dit, vous n'êtes pas vraiment concerné, je doute que vous lisiez beaucoup, à part peut-être l'Equipe, ou le Figaro ? et vous avez certainement un téléphone portable... Alors si vous n'avez pas envie de nous lire, rien ne vous y oblige... ça vous évitera de "gonfler" trop vite...
Les rigolos du plan B ont décerné la laisse d'or à votre Pujadounet préféré, mais ils n'ont pas fait que ça, ils écrivent toutes sortes d'articles très intéressants. Peut-être le sauriez-vous si vous les aviez lus.]

Comme je l'ai expliqué, je me fiche totalement de Pujadas ; pour le reste...je doute fortement que lire les fumisteries du Plan B me ferait voir la lumière.

Personne autour de moi ne bosse comme cireur de pompes à la télé, nous ne risquons donc rien au niveau entartage ou laisse du bon toutou à son maître ... Cela dit, c'est surtout à son ego qu'il a eu bobo, le Pupu...]

Oui ce n'était pas bien grave tous ça....hein ; sauf que si de joyeux lurons d'extrême-droite avaient orchestrés cela...vous vous époumoneriez à crier au fascisme et tout le tralala.

Que Porte et Guillon aillent un jour en taule, pour avoir osé ouvrir leur gueule,

Oui c'est vrai ce sont de vrais résistants ces types...Jean Moulin des heures sombres de 2010.


je n'en sais rien, mais j'ai des doutes ...]

Aucun doute en effet que la milice secrète de Sarkozy va venir les cueillir pendant l'été...

Je sais en revanche que le jeune homme qui a osé dire au nabot qu'il était un "nain-culé" a pris 35 heures de TIG... Que le gars qui se baladait avec une pancarte "Casse toi pov con" a payé une amende ...

Et ça ne me choque pas le moins du monde.

Et Coupat, lui, a fait neuf mois de gnouf pour rien, parce qu'il lisait des livres et n'avait pas de portable ... Pour la politique, pour les élections, pour faire peur au bon peuple avec les terroriss'... Fallait bien, y'avait rien d'autre comme programme.]

Lire des livres n'est pas vraiment un mérite...surtout lorsque l'on a de médiocres lectures.

Quant à votre théorie du complot...celle-ci n'a même pas pour elle le mérite d'être amusante.

Cela dit, vous n'êtes pas vraiment concerné, je doute que vous lisiez beaucoup, à part peut-être l'Equipe, ou le Figaro ? et vous avez certainement un téléphone portable...

Vous savez...il y a nombre de choses à lire. Et je suis très satisfait de mon iPhone.


Alors si vous n'avez pas envie de nous lire, rien ne vous y oblige... ça vous évitera de "gonfler" trop vite...

De même concernant ma modeste prose ; que je sache ces forums ne sont un salon privé réservé à sieur Gavroche et ses acolytes...
Finalement, les arguments de certains ici sont strictement les mêmes que ceux de Pujadas :

Décryptage par Acrimed du journal de 20 h de la 2, à la suite du "saccage" par les Conti des bureaux de la Sous-Préfecture :

David Pujadas, parmi les titres du journal, pose la question qui le tourmente… avant d’exposer brièvement les faits qui à ses yeux la justifient : « La fin justifie-t-elle les moyens ? Des salariés de Continental ont en partie saccagé une sous-préfecture, après le rejet de leur pourvoi par la justice. Pendant ce temps, dans l’usine Molex, deux dirigeants ont été séquestrés pendant 24 heures. Reportages, et réactions dans un instant. »

Quand vient le moment d’aborder le conflit de Continental, ce sont les faits qui sont d’abord résumés par le présentateur : « L’exaspération et la violence dans les conflits sociaux ont donc franchi un nouveau cap, cet après- midi. Je vous le disais : les salariés de Continental à Clairoix, qui réclamaient la suspension de la fermeture de l’usine, ont été déboutés par le tribunal. Dans la foulée, 250 à 300 d’entre eux ont investi la sous-préfecture de Compiègne. Des bureaux ont été dévastés ».

Suit alors un reportage, beaucoup plus éloquent que celui de TF1, qui entrelace le récit en images des événements et les paroles de salariés.

- Homme [au téléphone] : « Et alors ? C’est pas vrai, on a été débouté les gars. »
- Voix-off : « La douche froide et la colère. Les salariés de Continental s’étaient installés à la sous-préfecture de Compiègne en attendant la décision de justice. Ils espéraient une suspension du plan social pour délit d’entrave. Le tribunal les a déboutés »
- Homme : « Ca veut dire qu’on a perdu. On a perdu à Sarreguemines. La direction a gagné »
- Voix-off : « Ils passent d’un bureau à l’autre de la sous-préfecture et saccagent tout sur leur passage. Dépités, écoeurés, ils repartent vers leur usine de Clairoix. »
- Homme [s’adressant aux salariés] : « Ils ne comprennent pas que ça fait cinq semaines qu’on se retient, qu’on est gentil, qu’on dit rien. Aujourd’hui, c’est terminé. Ils ont eu les moutons, maintenant ils ont les lions. Faites-vous plaisir. »
- Voix-off : « Cette fois, c’est le bureau d’accueil de l’usine qui est mis à sac. »
- Homme 2 : « C’est nous les méchants ? Non, mais il faut arrêter. Il faut voir comment on a été exploité, tout. Maintenant, il est temps de s’exprimer et pourtant ce n’est pas dans ma nature. Mais arrivé à un moment, trop c’est trop. »
- Voix-off : « Demain les Conti se rendront à Hanovre en Allemagne pour manifester leur colère à l’assemblée générale des actionnaires de Continental. Ils seront rejoints par leurs collègues allemands qui subissent le même sort. »

Retour en plateau. David Pujadas, plutôt que d’interroger les salariés sur les motifs de leur colère, les somme de s’expliquer sur leur « violence ».

- David Pujadas : « Bonsoir Xavier Mathieu, vous êtes le délégué CGT de Continental à Clairoix. On comprend bien sûr votre désarroi, mais est-ce que ça ne va pas trop loin ? Est-ce que vous regrettez ces violences ? »
- Xavier Mathieu [délégue syndical CGT-Continental] : « Vous plaisantez j’espère ? On regrette rien … »
- David Pujadas : « Je vous pose la question. »
- Xavier Mathieu : « … Non, non, attendez. Qu’est-ce que vous voulez qu’on regrette ? Quoi ? Quelques carreaux cassés, quelques ordinateurs à côté des milliers de vies brisées ? Ca représente quoi ? Il faut arrêter là, il faut arrêter. »
- David Pujadas : « Pour vous la fin justifie les moyens . »
- Xavier Mathieu : « Attendez, la fin. On est à 28 jours de la fin, monsieur. On est en train de nous expliquer que dans 28 jours [images de saccage reprises en parallèle] le plan social sera bouclé et on va aller à la rue. Oui, oui, je ne regrette rien. Personne ne regrette rien ici parce que vous avez vu, vous avez pas vu des casseurs, vous avez vu des gens en colère, des gens déterminés, des gens qui veulent pas aller se faire démonter, crever. On ne veut pas crever. On ira jusqu’au bout de notre bagarre. On a tenu cinq semaines. Pendant cinq semaines j’ai réussi, on a retenu, on a réussi à retenir les gens. C’est fini, les gens n’en veulent plus. Le gouvernement nous a fait des promesses. Il s’est engagé à réunir une tripartite depuis le début, dans les trois jours. Ca fait une semaine que ça dure. Depuis on se rend compte … »
- David Pujadas : « Xavier Mathieu, on entend votre colère, mais est-ce que vous lancez un appel au calme ce soir ? »
- Xavier Mathieu : « Je lance rien du tout. J’ai pas d’appel au calme à lancer. Les gens sont en colère et la colère il faut qu’elle s’exprime. Il y a un proverbe des dernières manifestations qui dit qui sème la misère récolte la colère. C’est ce qu’ils ont aujourd’hui. Il y a plus de 1 000 familles qui vont être à la rue qui vont crever dans 23 mois avec plus rien, qui vont être obligées de vendre leur baraque. Il faut que tous vous compreniez ça. On ne veut pas crever … »
- David Pujadas : « Merci, Monsieur Mathieu, d’avoir été en direct avec nous. Un mot encore. Il y a dix minutes tout juste, Luc Chatel, secrétaire d’Etat à l’industrie, proposait ces discussions tripartites après les événements donc de cet après-midi. Merci Monsieur Mathieu. »

Et David Pujadas d’enchaîner : « Autre lieu, et autre usine : à Molex, en Haute- Garonne, deux dirigeants de la société ont été séquestrés 24 heures par les salariés. Après une nuit et une journée, ils viennent d’être relâchés. »

Le reportage suivant, à l’instar du précédent, informe et laisse entendre la parole des protagonistes.

Vient le moment de proposer un éclairage qui, aussi bref soit-il, ne porte en lui-même aucune approbation ni condamnation des actions des grévistes.

- David Pujadas : « Voilà Molex, Continental. Pour mieux saisir la portée de ces événements Agnès Molinier nous a rejoint. Bonsoir Agnès. » Celle–ci répond alors à trois questions.
- David Pujadas : « Alors on souligne, on s’indigne parfois de l’utilisation de la force mais est-ce vraiment une nouveauté ? »
- Agnès Molinier : « La séquestration de patrons, David, est même une pratique ancienne en France. Suit alors le rappel de quelques séquestrations depuis la fin des années 70. « La radicalité n’est donc pas nouvelle. »
- David Pujadas : « Oui, on a parfois la mémoire courte. Deuxième question Agnès, est-ce que ce n’est pas aussi aujourd’hui l’occasion d’attirer l’attention des médias ? »
- Agnès Molinier : « La médiatisation est importante. A ce sujet, nous avons rencontré René Mouriaux, c’est un spécialiste de l’histoire sociale. » Suit alors une brève interview de René Mouriaux qui confirme l’importance la médiatisation notamment, parce que ça fait pression sur les directions pour qu’elle donne l’impression qu’elles écoutent, qu’elles sont même capables de faire un peu de social, comme on disait autrefois. »
- David Pujadas : « Dernière chose, dernière question toute simple, Agnès, est-ce qu’il y a des sanctions ? »
- Agnès Molinier : « Selon le code pénal, la séquestration est passible de 20 ans de réclusion criminelle ou 5 ans si la retenue dure moins d’une semaine. Mais hormis deux actions en référé, dont une que l’on voit sur ces images, aucun chef d’entreprise n’a aujourd’hui porté plainte. Ils semblent aujourd’hui jouer l’apaisement, mais jusqu’à quand ? »


Un regret ? Que David Pujadas ne demande pas plus souvent au patronat si la fin justifie les moyens, et s’il déplore sa violence.

L'article complet ici.

En clair, pour moi, la violence, la vraie, ce n'est pas repeindre Pujadas en doré, c'est jeter les gens à la rue.
Ben oui, contrairement à M. Pujadas, assez cynique pour dire carrément qu'il est du côté du manche, moi, je suis du côté des pauvres, des exclus, et je ne changerai jamais.
hum non, "violenter" c'est exercer une violence...
Ce n'est pas étonnant, c'est vrai, et d'ailleurs, il me semble bien qu'on en parle depuis un moment que ça pètera un jour ou l'autre.
Mais de cette manière, je ne puis le concevoir.
Pujadas n'est qu'un instrument, si ce n'est lui au JT, ça sera un clone en l'état actuel des choses.
S'il faut changer les choses, c'est avec les outils dont on dispose: la liberté d'informer, de parler, de diffuser encore et encore les absurdités qui pleuvent depuis Sarkoland.
La violence verbale, à l'instar des non-dits, des connivences, des contre-vérités issus du journalisme, c'est une chose, et nous sommes bien placés ici pour savoir de quoi on parle.
La violence physique, c'en est une autre, et même si les mots sont des armes, ils ne seront jamais aussi directement efficaces qu'une brique lancée à bout portant si elle atterrit sur le coin de la figure à quelqu'un.

Des siècles et des siècles d'agressions en tous genres à des échelles inimaginables, doit bien arriver un stade, à un moment donné, où on peut se contrôler un peu.

Bon ce que j'en dis :-)
Ben justement, tu dois savoir que les "moyens dont on dispose" se réduisent, sont vérolés, sont menacés gravement, on le constate ici chaque jour.

Et je dis que ce n'est pas par les urnes que les peuples changeront quelque chose, l'homme retombe toujours dans ses mêmes travers, c'est donc par la violence que ça changera, mais je le redis ici comme je l'ai déjà dit, ça changera mais pas en mieux, on corrigera des excès pour tomber dans d'autres excès, inévitablement. L'homme est excessif par nature. C'est ainsi. C'est pour ça qu'entre la peste et le choléra, je ne choisirai jamais.
Je le sais, pow wow.
Y'a pas un truc qui brouille l'écoute, tout près ?
Salut Fan !

Je réagis et pense comme toi face à ce fait divers. Certes il n'y a pas mort d'homme, recertes le bonhomme est l'un des symboles d'un type de journalisme influent qu'il est bon de combattre, y compris médiatiquement, mais qu'apporte au débat critique sur les médias ce type d'action ? A part provoquer les cris d'orfraie et la levée de bouclier des moralisateurs et autres censeurs de tout poil ? Sans doute un recul dans la prise de conscience des plus exposés au journalisme de connivence (type tf1, fr2 etc...) et une forte adhésion des plus mobilisés et conscients des enjeux (soit une minorité) ?

Il y a peu je m'étais interrogé, à propos d'acrimed, cette fois, des limites que l'on pouvait fixer à l'action radicale, intransigeante et indépendante dans l'analyse et la critique médias. Godin, grand fan d'acrimed devant l'Eternel avait d'abord réagi pour m'expliquer doctement à quel point je me trompais (en gros, les idées d'acrimed sont de moins en moins minoritaires donc ne changeons rien, continuons le combat !), puis, Djac avait pris le relais en me disant notamment ceci :

"Citation juléjim :L'intransigeance et le radicalisme sont en général contre-productifs et mènent à l'isolement et à la marginalité, portes ouvertes au sectarisme pur et dur."


[Dire cela] c'est prendre le risque d'être perçu comme quelqu'un qui condamne l'intransigeance, la radicalité et l'indépendance en tant que telles...

Mais donc, si ce sont a priori des qualités, tu poses qu'elles ne le sont qu'en deçà d'une certaine dose, d'une certaine limité au-delà de laquelle ça devient des défauts.
Là je comprends mieux, mais du coup ça pose un problème épineux, car cette limite me paraît diablement difficile à tracer, d'autant que, comme pour toute communication, elle dépend certes de l'émetteur, mais aussi du récepteur, ainsi que des conditions d'émission du message.

Le problème devenant : faut-il s'adapter à tout prix au récepteur et/ou aux conditions d'émission ? Dans quelle mesure s'adapter au récepteur et/ou aux conditions d'émission ne finit-il pas par gauchir le message initial - et donc à ternir l'intransigeance, la radicalité et l'indépendance ? "


***************************************
A part le fait que cette discussion concernait le discours et non les actes, je me dis que nous pourrions avoir le même genre de réfflexion à partir de cette histoire de scooter doré. A qui profite ce "crime de lèse-majesté" (compte tenu du fort esprit de solidarité corporatiste dans la profession journalistique) ?
Désolée, cher Canard... mais la violence des gouvernants et des journalistes à la botte n'est pas visible à l'oeil nu, sauf qu'elle peut être très mortelle...
Ils sont violents lorsqu'ils reprennent mot pour mot les communiqués gouvernementaux, ils sont violents lorsqu'ils tronquent, déforment, ou passent une information qui les dérange et dérangerait la majorité en place... leur violence est insidieuse, parce qu'elle est imprégnée de mépris... et d'égocentrisme. Ils sont violents parce qu'ils prennent leurs auditeurs ou leurs téléspectateurs pour des débiles mentaux... ils sont violents avec leurs mots.
A la limite je préfère une petite baffe à un mépris teinté d'indifférence prononcé par des mots. Ca a le mérite d'être plus clair.
Gardez bien en tête que la grande majorité de ces gens se prennent pour une élite et tiennent le reste du monde dans un profond mépris, qu'ils sont obséquieux avec leur hiérarchie, cire-pompes lorsqu'il le faut, et sans aucun courage politique... ils ne sont préoccupés que de leur image et de leur ego surbouffi.
Alors je ne pleurerais jamais sur un truc un peu potache-gaffeur à leur égard.
À qui le dis-tu, Clo, ça fait un moment que j'oriente mes posts dans ce sens.
Même si Pujadas exécute parfaitement les ordres qu'on lui demande, même si l'environnement médiatico-politique est pourri dans un stade bien avancé, ce genre d'action qui utilise la personnification du problème et prend pour cible une personne physique, est loin d'être une solution; c'est un défouloir plus que tout autre chose.
Et si on commence à se défouler de cette manière, comment dire... je ne suis pas persuadé que l'herbe repousse plus verte après plusieurs enchainements de ce calibre.
La question n'est pas de pleurer sur son sort, la question pour moi est de ne pas avaliser ces actes qui je pense, desservent vraiment davantage le plan B qu'ils ne lui rendent service. Et je dis ça d'autant plus que je lis régulièrement le plan B (le site).
Mais je pense la même chose des bizutages et entartages - sauf rares cas, comme celui de BHL, qui a révélé "la nature profonde du cuistre", comme le disait Desproges. Mais tu vois, même celui de Sarkozy, ne m'a pas paru une bonne idée.

Et non, au cas où la question surviendrait, je n'ai pas subi le bizutage dans ma jeunesse ^^
C'était même plutôt l'inverse, en fait. Voir un ou deux bizuteurs s'acharner sur des élèves isolés et/où aux tronches de jeunes premiers, me faisait plutôt sortir de mes gonds à l'époque. Bref, pour l'anecdote.
Zut, mal placé, en réponse à Fan, plus haut ...


Ben excuse moi, Fan, moi, ça me doucement marrer.

Faut pas être violent ? Ils ne l'ont pas tué non plus, hein, juste mis une laisse, qu'il mérite d'ailleurs, y'a qu'à regarder le jité de France 2 pour s'en convaincre. Ou alors, il faut mettre Noël Godin en taule, aussi, pour avoir entarté un certain nombre de personnes... Et tous les caricaturistes qui se foutent de la gueule de Sarko, le nain en chef.

Quant aux remarques sur le physique, traiter quelqu'un de nain me semble beaucoup moins violent (surtout que ça correspond plutôt à un état d'esprit de la part de Pujadas) que de le traiter d'auvergnat. Ou d'expulser les gens vers l'Afghanistan.

Enfin, pour BRP, il ne fait que défendre la petite confrérie des journaleux de bas étage, aux ordres. Des chiens de garde, eh oui.
Zut, j'ai répondu trop vite... voté pour Gavroche ;o))
(EDIT: à Gavroche)
J'ai répondu l'essentiel un poil plus haut en réponse à Clomani.
En ajoutant que BRP, effectivement, sait se placer du bon côté de la barrière.
Je me fous de savoir s'il mérite ou pas une laisse d'or, en platine ou en electrum. La donner virtuellement dans un article, à la suite d'une réflexion et d'un enchainement d'événements, est une chose, et est même très bien vu, tellement c'est juste.
Tenter de force de vlui enfiler une vraie laisse autour du cou, parce-qu'il faut bien se défouler et parce-que c'est évidemment plus facile de l'approcher lui que les gros fumeurs de cigare parfaitement entourés 24h/24, et en s'en prenant à ses affaires et à son scooter, je maintiens ce que j'ai dis.
S'y prendre à plusieurs sur un type, même pour ça, déjà, je bloque. Et en sachant a posteriori que Pierre Carles était là...
non, il n'y a rien à faire, encore désolé de ne pas me marrer doucement.
Pour le reste - le JT de France 2, BRP, les caricaturistes, le racisme affiché des dirigeants et l'expulsion de ceux qui ne peuvent se défendre quel que soit le pays... tu prêches un converti, tu le sais bien d'ailleurs.
Mais sur cette action précise, il n'y a pas moyen.

Re-EDIT - ta réponse est bien placée, en réponse à mon premier commentaire tout en haut.
oué, bon. "traiter quelqu'un de nain", c'est pas pour lui que c'est violent : c'est pour les nains. Comme d'appeler sarko "le nabot" ou lepen "le borgne" : j'arrive pas à comprendre que des gens qui se disent de gauche puissent encore utiliser ça comme un injure.
-1, la Révolution se fera qu'avec la violence,
tu crois que les types qui détiennent le pouvoir vont se laisser faire !
et il y aura des morts, beaucoup même,
mais c'est l'unique solution et il faut être très très nombreux contre les flics et l'armé.
gamma
Et pour Gamma. On ne pourra rien changer pacifiquement car le pouvoir a des moyens coercitifs et répressifs incroyablement violents...
Je n'arrête pas de penser à la révolution chaque fois que je mets les pieds dans une gare parisienne et que j'y croise des mecs en arme ! C'est pas violent ça ?
Jamais vu autant de militaires armés qu'à Paris (au pic nic)
de plus, ils font une sale gueule, si ils ont des enfants, je les plaints ! ( les enfants )
j'ai de l'expérience, ayant eu un militaire dans ma famille:-(((
la honte !
gamma
Ils sont effectivement très nombreux dans les gares et les aéroports...
Je ne suis pas persuadé qu'à l'heure actuelle, ce soit l'unique solution.
Sinon, pourquoi s'emmerder à encore organiser des débats, à chercher à savoir ce qu'il se passe, à comprendre, à démêler le vrai du faux... s'il est écrit d'ores et déjà qu'il faille en venir là ?
Les morts ne le seront pas grâce à moi, tu peux en être certain.
La violence de Pujadas, avec ce discours imbécile sur "le faible (qui) a toujours raison contre le fort, le salarié contre l'entreprise" (pour justifier son léchage de fion permanent des puissants ?), son mépris des petites gens et des syndicalistes, sera toujours 10 000 fois supérieure à cet acte symbolique. Mais je remarque que personne ne s'insurge à propos de cette violence là...
Fan de canard, je pense que vous vous trompez de cible.
Je ne vois pas en quoi c'est violent puisque c'est vrai. les JT ont tendance à tomber ds la démagogie à outrance. Les victimes de violences ont forcément raison, les syndicalistes itou, c'est pour ça qu'on les invite sur les plateaux, on en fait des personnages récurrents et ça passe. ils nivellent la société vers le bas, pensent que c'est en cassant tout et en bloquant que l'on résout les problèmes. lls se sentent incapables d'égaler l'élite de la société alors ils nivellent par le bas.

pour les propos de pujadas, référez-vous au n° 642 de marianne de août 2009, page 27 Les arnaques mediatiques de l'été 2009.
Les journalistes rêvent de "corriger" une société dont ils s'érigent en juges, (Antoine Perraud, auteur de la Barbarie journalistique).
On parle aux gens comme à des enfants, on leur raconte une histoire de gentils et de méchants.
Le plan B n'est pas une cible pour moi, Dominique.
L'acte de violence qui leur est imputable, en est un pour moi.
Le discours imbécile de Pujadas, ça fait un moment, quelques années même, qu'il est souligné, mis en perspective par moi et nombre d'autres dans les fora d'ici, de Rue89, etc. On s'y insurge, et il suffit de taper son nom dans l'onglet "rechercher" d'@si, pour voir le nombre de fois où il s'est fait épingler rien que dans les colonnes d'@si.
Je pense que se tromper de cible, c'est plutôt soutenir ceux qui se mettent à plusieurs sur un seul, afin de réaliser "l'acte symbolique" qui selon moi, aurait du rester à sa place: sur le papier.
Comme vous dites, je peux me tromper, et ce ne serait pas la première fois d'ailleurs.
Cela dit, j'attends avec impatience le billet que va pondre Acrimed à ce sujet - s'il y en a un.

Pour le reste, voir mes réponses faites à Clomani, Gavroche et à gamma juste un peu plus haut.

De même, je rappelle, comme je le soulignais >> ICI << lors d'une conversation bien approfondie dans un forum mélenchonesque, que je ne me considère pas comme un révolutionnaire. À toutes fins utiles.

(accessoirement, pour info, je n'arrive pas à remettre la main sur mon vinyle "la confrérie des fous" - encore un truc que j'ai prêté à l'époque où je ne notais pas ce qui entrait et sortait de chez moi. L'évocation que vous en avez faite l'autre jour m'aura permis de m'en rendre compte, va falloir que je mène mon enquête :-).
Je n'apprécie pas particulièrement Pujadas et j'apprécie de moins en moins BRP mais je dois dire que l'acte de mettre une laisse au cou d'un être humain en se moquant de sa taille me laisse pantois !
Attendez, mais il a rien compris, BRP !

C'est de l'HUMOUR !

Alors, qu'est-ce qui fait @si ?

Il se contente juste de soutenir l'insulte avec Porte ou il va jusqu'à la violence physique en embauchant aussi la bande du Plan B ?
Bruno-Roger Petit s'est encore surpassé. Et c'est bien ces "laisses d'or" moi je trouve. Il n' y a pas que le petit-monde politico-artistico-médiatique qui ait le droit de se décerner en cercle fermé et entre copains les légions d'honneur, palmes académiques, arts et lettres et autres breloques égotiques. Et puis ça a un côté collier de nouilles de la fête des mères, et je trouve que la valeur symbolique de ces récompenses s'en trouve décuplée du coup.
Bien fait pour sa [s]gueule[/s] tronche de cake.
Enfin !!!... Mais qui va en parler ? TF1 FI le figaro, non là c'est trop;-)))
gamma
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.