210
Commentaires

Interviews télé : comment Mélenchon pose ses conditions

Jean-Luc Mélenchon a préféré BFMTV à France 2, et n'ira pas (tout de suite) chez Mediapart. En cause : les conditions que tenterait d'imposer le leader insoumis aux chaînes de télévision et aux médias qui souhaitent l'inviter.

Commentaires préférés des abonnés

Le fait que Mélenchon puisse se payer le luxe de choisir les émissions qu'il veut faire, ou pas, c'est plutôt de bonne augure. Il n'a pas besoin d'apparaitre partout tout le temps pour dire ce qu'il a à dire.


Le fait qu'il pose certaines conditions au(...)

Que Mélenchon puisse imposer un rapport de forces face au "parti médiatique", cet ensemble de médias qui l'a tellement trainé dans la boue depuis plus de 10 ans (coucou les photos dégueulasses dans les articles), c'est de bonne guerre.

Nathalie St Cricq partisane ? Pas possible !   :-)

Derniers commentaires

Donc en gros Mélénchon si c'était un mari qui frappe sa femme et que la scène était filmé, il ne voudrait pas voir la vidéo ?! Hum hum.... ces insoumis un peu trop insoumis...

Bon, c'est sûr que quand on ré-écoute un format long avec Mélenchon, genre cette intervention hier dans une école de commerce, on est soufflé et on commence à relativiser fortement les critiques... Les petites polémiques et l'agenda médiatique paraît tout à court dérisoire.


cf. https://www.youtube.com/watch?v=3C9v0fPLKwE

Je m'hasarde à un propos de comptoir mais je ne pense pas être trop loin de la vérité. 


Je pense que tout partisan de la FI serait ravi de disserter des intérêts et limites du programme ou du candidat, et je pense que la majorité est traversée de doutes. C'est le sentiment général d'hostilité qui a crispé et fait partir ceux qui foncent moins tête baissée.  


Les attaques et crises successives ont fait douter la partie la moins déterminée / potentiellement plus ouverte, ce qui permet ensuite de rendre vrai l'assertion comme quoi la FI serait sectaire. (je ne dis pas que c'est nécessairement le cas, et je suis encore adhérent PG en ce qui me concerne -- mais de la même manière que le pouvoir a tout intérêt à ce qu'il y ait des débordements en manifs pour que le public se désolidarisé ; les médias mainstreams, milieux d'affaire, et adversaires politiques ont tout intérêt à ce que les militants FI brutalisés qu'il reste soient moins avenants.


Bref, le coup des perquis' a été un coup de maître. Personne n'est venu soutenir la FI. Et pourtant, les dérives du pouvoir n'allaient pas s'arrêter en si besoin chemin.


(bref, moi je reste assez convaincu sur l'avenir en commun et la qualité de Mélenchon MAIS je ne crois absolument pas en la possibilité qu'il soit élu --- son image est vraiment trop cassée, la société trop atomisée, les médias alternatifs trop faibles etc.

Wow. Cet article aurait pu s'appeler "débattez de Mélenchon, et de la gauche en général" à en juger par les commentaires. 


(Moi je trouve ça bien les sections commentaires un peu vivantes, c'est comme des ronds points virruels)


Une pensée pour l'auteur, dont je trouve l'article intéressant, comme 97% à la louche du contenu d'@si, merci à vous :)

Qui n'a pas compris que c'est Mélenchon qu'il faut démolir ? Passer des images de voitures en feu derrière lui quand il apparait sur l'écran, lui couper la parole au bout de quelques secondes sans attendre la fin des explications (car, en effet, certaines questions appellent des réponses de plus de 14 mots), éviter d'aborder le programme, le seul programme qui s'attaque à la finance, au pillage (des gens et de la planete), qui promeut le partage (du temps, des ressources, du travail ... et des sous). J'ai quitté Mediapart pour une accumulation de haines personnelles entre certains membres de la rédaction et Mélenchon, on n'est pas de gauche quand on fait passer des griefs de personnes avant et sur un espoir aussi puissant que LAEC. Arrêt sur Images, auquel je suis abonné depuis bien longtemps prendrait la même orientation ? Pourquoi aussi peu d'objectivité ? Il n'est pas parfait, le programme non plus, mais y a pas photos. Faites votre travail correctement, questionnez, investiguez, creusez et argumentez, mais je ne viens pas là pour lire les attaques personnelles, les remuages de couteaux dans les plaies .... d'autant que face à cette extrême injustice des perquisitions, bien des gens auraient dû se mettre en colère. Qu'il se méfie, c'est le minimum ! Cela fait tellement longtemps et de fois qu'il se fait maltrairer. Heureusement, il sait faire. D'ailleurs, Didier RAOULT subit les mêmes traitements désormais. ASI va y participer bientôt ?

"on n'est pas de gauche quand on fait passer des griefs de personnes avant et sur un espoir aussi puissant que LAEC.  "

totalement.

Mais c'est pratique la question de "l'ego" fait passer la pilule de leur trahison.

A voir toutes ses interviews, ils lui repassent en boucle le "pourquoi refusez-vous l'alliance à gauche?" Tous ces droitards compléxés n'ont aucune envie de voir LAEC mis en application. 

Un point où Lordon a raison par contre c'est que la FI semble ne pas vouloir comprendre qu'avec Melenchon au pouvoir, la guerre ouverte (version Amérique Latine) commencera un mois avant l'investiture. Ils ne lacherons rien et aurons toutes la meute a disposition.

Disons qu'il n'est pas inintéressant d'avoir en tête plusieurs choses, à commencer par deux documentaires qui portent sur la période de l'élection de 2017, "L'insoumis" de Gilles Perret et Depuis Médiapart de Naruna Kaplan de Macedo. Même si le premier est sûrement un peu partisan, et pour avoir suivi d'assez près cette campagne, y'avait le sentiment de guet-apens permanent, sans compter un montage mensonger de Quotidien qui a justifié pour une connaissance à moi le fait de ne pas revoter Mélenchon en 2017

Ensuite, je spoile, mais la fin du deuxième film est consacré à une réunion d'équipe sur le deuxième tour où le fait que Mélenchon n'incite pas ses électeurs à voter spécifiquement Macron fait ardemment débat, Fabrice Arfi en tête, refusant de voir que de toute façon, ce choix est pourri et conduira à une situation désastreuse et on peut dire aujourd'hui qu'on est pas forcément super contents d'avoir voter contre Marine Le Pen plutôt que d'aller à la pêche vu comment le mec s'est servi de sa pseudo légitimité.


En plus, ben, ok il a crié. Mais l'issue de l'affaire, c'est quoi ? Il a été condamné pour avoir crié sur les flics, mais avec toutes les affaires récentes de policiers qui prennent des ITT quand ils se font choper après avoir tabassé un mec qui a rien demandé, disons que ça pose question. Mais soit, c'est pas gentil de crier sur des policiers, vilain Méluche. Puni.

Mais l'affaire en elle-même... Toutes ces perquisitions qui nécessitaient de sortir le grand jeu, là, elles ont servi à quoi ? Non parce que dans Médiapart, ils sont mignons, mais sans même s'être indignés (ou au moins questionnés) de l'ampleur du truc, à part qu'il se tape Chikirou (ce qui était moyennement un secret) et qu'il aurait 5000 ou 10k (je sais plus) euros dans le jardin d'un copain, on sait quoi ? Ben rien. Y'a pas de fumée sans feu, en attendant j'ai pas de quoi griller un chamallow. Du coup, pourquoi lui en reparler si ce n'est pour lui nuire ? À moins que l'affaire se décante pendant la présidentielle (ce qui ne serait pas surprenant au demeurant), pourquoi le faire chier avec ça ?


Y'a une petite idéologie bourgeoise qui traverse les champs politiques, médiatiques et peut-être judiciaire et il est bon ton de haïr tout ce qui dépasse, et c'est atterrant, parce que politiquement, Mélenchon c'est super soft. Ces gens doivent faire des AVC quand ils écoutent Poutou, Kazib ou Friot, c'est pas possible. Et d'ailleurs, pour revenir à l'article on l'a bien vu avec la primaire des écolos sur le service public. Le "modéré" n'a pas eu le même traitement que les autres. Heureusement pour Rousseau qu'elle n'a pas été choisie par les écolos vélo-biocoop-weekend-en-avion-suv-mais-hybride, elle se serait tapé de "l'hystérique" au petit déjeuner pour les 200 jours et plus qui viennent. Parce que ces gens ne supportent plus moindre radicalité qui viendrait légèrement remettre en question leur façon de voir le monde ou pire, leurs habitudes et leur confort. Et les inégalités comme le changement climatique impliquent que ces gens vont devoir perdre en confort et nous tous d'ailleurs car on est un peu des bourgeois par rapport à une bonne partie de l'humanité.


Bref, les émissions citées dans l'article sont des guets-apens reconnus, l'émission de Médiapart est notamment animé par une ancienne de Quotidien et on l'a vu défendre ce fameux Morning Machin face à Corbière je crois et elle était un peu plus tendax que d'habitude d'ailleurs, et Plenel est pas toujours juste avec Méluche et Arfi peut pas le blairer et ce serait pas étonnant que certains dans la rédaction auraient envie de rentrer dans l'arène pour contrer un peu le bonhomme, ce qui est légitime mais pas toujours juste (et je parle pas de neutralité), surtout que ça reste un opposant. S'il arrive au pouvoir, l'acharnement sera nécessaire, mais là bon. Il en sort pas grand chose, ça les défoule, ça leur fait du bien, ça leur donne sûrement bonne conscience, mais aux citoyens ça ne sert qu'à voir des technocrates se succéder au pouvoir et l'extrême droite devenir l'idéologie dominante.

Il a bien raison, le Mélenchon.

refuser les pièges du cirque televisuel (que par ailleurs Mélenchon maitrise bien d'habitude); et refuser le souci de transparence d'un média de gauche alternatif comme mediapart c'est deux choses différentes. De toute façon Mélenchon a une dent contre le journal; ça ne date pas d'hier; et c'est un problème.

Je trouve ça assez fou, cette défiance vis à vis de Médiapart. C'est un des seuls médias indépendants d'envergure, orienté à gauche, qui nous donne une analyse du débat politico-médiatique relativement éclairée...et il suffit qu'il y ait eu 3 articles largement en défaveur de Mélenchon pour qu'on le boycotte (il faut voir le nombre de commentaires en dessous disant qu'ils se sont désabonnés) et qu'on réduise la rédaction entière de Médiapart à la seule détestation du vilain méchant Plénel envers Mélenchon.

Pour être un lecteur régulier des articles/chroniques politiques de Médiapart, ces 3 articles se noient dans le flots d'articles lui étant dédié (ou son mouvement) ou parlant de lui de manière totalement neutre.
Faudrait voir à ne pas non plus se renfermer sur soi-même et son auto-satisfaction.

J'ai voté FdG/LFI depuis le début mais faudrait élever un peu le débat là, et le débat il se fait entre gens qui ne pensent pas pareil, même à gauche.

Ouah, vous touchez là un sujet délicat Mr Aveline ! 

Où comment une information dans un médium critique des média est ressentie plutôt qu'analysée.


Il semblerait que vous allez être classé parmi les sociaux-traitres


Mais il y a quand même les faits

Ce monsieur qui se dit de gauche ( différence avec agir en homme de gauche) il est là pour sa petite personne et son énorme égo ou pour des idées et des actions sensées représenter et être au service du Peuple ?


A moins que le but ne soit que la conquête d'un Pouvoir qui permettra d'éclairer ce Peuple...

Pour comprendre la détestation de JLM par Plenel, cet excellent billet.

Stratégie gagnante à tous points de vue, sur le papier en tout cas. En négociant âprement ses participations médiatiques, Mélenchon :
- peut continuer à jouer son personnage de mal-aimé des médias, et renvoyer le chaland vers ses réseaux sociaux (on parle d'un youtouber à plus de 500 000 abonnés, rappelons-le) ;
- s'assure de créer régulièrement l'événement, que ce soit en participant ou même en refusant de participer à une émission, et donc espère maximiser son audience ;
- se donne une (petite) chance d'éviter les sujets qui fâchent, et d'orienter les débats vers ses thématiques, ou au contraire de se ménager une porte de sortie sous forme de logorrhée indignée contre son hôte du jour ;

Conditions ou exigences, c'est surtout une question de terminologie. Je trouve que Mélenchon a parfaitement raison de ne pas se lancer tête baissée dans les guet-apens que lui tendent les journalo-propagandistes. Ce n'est pas comme si ce n'était pas déjà arrivé plusieurs fois. Il montre qu'il est capable d'apprendre de ses erreurs, c'est une bonne chose.


Je trouve votre article amusant, quand on le place en vis-à-vis avec celui sur le guet-apens subi par Sophie Tapie chez Hanouna. Elle aurait peut-être mieux fait de poser quelques conditions à sa participation à l'émission, non ?


Plus fondamentalement, je trouve troublante cette idée que les politiques, et plus généralement les personnalités susceptibles d'être invités dans les médias, devraient subir sans broncher les diktats de journalistes considérés comme souverains sur l'information et la manière dont elle doit être produite. Je vais me permettre de rappeler un élément qui me parait tout à fait fondamental de la déontologie journalistique : le journalisme considère à rapporter (honnêtement) la manière dont les événements se déroulent, pas à les créer !

Mélenchon ne veut pas participer à la mise en scène qui consiste à le présenter comme le personnage colérique et véhément de service. Ni se retrouver dans le rôle de l'accusé dans un échange qui ressemble à un réquisitoire. Il n'a rien à perdre en refusant ces émissions et le script qui va avec. On sait très bien comment ça fonctionne, ça cherche le clash, la petite phrase à rediffuser en boucle, ou à monter en jingle, les questions orientées, fermées, qui contiennent déjà la réponse attendue. C'est dommage pour Médiapart, qui n'est pas vraiment le rendez-vous des chiens de gardes du pouvoir, mais bon ça se fera peut être une autre fois.

Ben faut reconnaitre qu'il n'a pas tord le vieux , on est là pour parler du programme , avec une contradiction intelligente ou pour faire du buzz ? Après ,ce qu'il nous a montré avec Z oh B ! c'était pas terrible !

Vous êtes amusant Paul Aveline. "sans faire jeu égal en termes d'audience". Presque 4 millions Bfm contre 1 million France 2, c'est le moins qu'on puisse dire. Un coup très réussi de Jlm !
Et j'approuve ces "conditions" qui demandent à ne plus être confronté à des aboyeurs embeded, méprisants et irrespectueux. Cela fait trop d'années que la télévision nous impose cela, et sur tous les sujets, y compris dans le domaine culturel, en passant par la "télé-réalité". L'irrespect généralisé a tué les relations humaines.
Concernant Médiapart, il serait bon en revanche qu'il ait une mise au point avec eux sur les attaques qu'il a formulées contre eux, qui m'avaient beaucoup choquées, suite aux perquisitions que j'ai trouvées cependant abusives, même si on a bien compris qu'il était hors de lui et très humilié.

Méluche est-il le seul à préparer les émissions politiques avec ses équipes ? J'en doute, ASI devrait s'y intéresser aussi, non ?

Mais non Nathalie saint cricq n'est pas partisane, il suffit de ne s'appeler ni Sandrine Rousseau, ni Jean Luc Mélenchon.

C'est un peu de leur faute à ces deux islamo gauchistes radicalisés verts.

Poser des conditions pour des entretiens normaux, mais quel personnage désagréable, pour qui se prend il ce Mélenchon ? 

L'interview est plus correcte sur BFM ou BFM business face à des économistes libéraux que sur les chaînes du service public.

J'ai vu une interview longue sur FI ou F.infos durant laquelle régulièrement il était coupé au bout de 10 ou 15s, j'ai chronométré. Il ne faut pas s'étonner ensuite que le "mis en examen" prenne des précautions.

D'ailleurs, tentons une petite expérience : c'est le journaliste Taha Bouhafs qui interviewera Macron ou Hidalgo lors de leur prochain passage média (inutile de dire que c'est un journaliste militant, les autres le sont aussi, inutile de dire qu'il ne connait pas les sujets, par charité chrétienne, on ne parlera pas du niveau des "journalistes" qui intervient le presque candidat Z.)

Pour ma part, je suis toujours stupéfait du montage de la fameuse séquence. Celle de quotidien. Celle de "la République". A l'époque j'avais pensé que bon, il s'était emporté, voilà tout. Mais ce n'est qu'en la revisionnant longtemps après que j'ai remarqué les nombreuses coupes. Je ne dis pas que c'est très subtil et indiscernable. Juste que c'est épatant le nombre de fois où j'avais vu ces images sans m'en apercevoir, comme si le meluche avait été emmerder un policier à son domicile devant chez lui un beau jour, en décidant de commencer par "la république" plutôt que par "bonjour".


Et je repense au fait que ce matin là, il y avait passation de pouvoir à l'intérieur, castaner remplaçait Collomb.


Puis l'avocat des policiers traumatisés par melenchon devint ministre de la justice. Puis, récemment, son ministère fut perquisitionné.


Et le canard de publier des articles pour moquer... l'impertinence des juges...


Pas (forcément) de complot, bien sûr, mais amplement de quoi travailler les nerfs de Mélenchon quand même.


BFMTV: '"..ça reste un fait médiatique et politique, un événement marquant, et il était impossible de ne pas les mentionner."  


OK donc de même lors de leur prochaine interview de Macron ils vont lui ressortir tous les événements marquants le concernant :


les gens "qui ne sont rien", les cinq millions de chômeurs qui doivent simplement "traverser la rue pour trouver du travail", ceux qui achètent des écrans plats au lieu de fournitures scolaires pour leurs enfants, ... 


et aussi les mains arrachées et les dizaines d'éborgnés à coup de flashball du fait de sa politique de répression, ... 


En bref il sera impossible lors d'un entretien avec Macron de ne pas mentionner tous ces événements marquants de son quinquennat. 


Chiche !

Sans transition, je me rappelle avoir vécu les prescriptions des rédac chef de Mediapart et d'Alternatives Economiques peu avant le premier tour de 2017. Plenel était dur mais je ne me souviens plus des termes exacts. Quant à A.E. (Durand ?) il qualifiant le programme de JLM de dangereux (via FB, avant de publier un contrepoint d'autres membres d'A.E.


Il y a clairement des enjeux qui nous dépassent pour qu'il y ait autant de ressentiment même parmi les progressistes.

Il ne faut pas oublier que Mélenchon revient de loin...

Un exemple violent (qui date un peu) qui peut expliquer sa méfiance ...

https://www.acrimed.org/Jean-Luc-Melenchon-invite-dans-la-salle-d-interrogatoire-de-Nicolas-Demorand

Etant donnée la facilité que Mélenchon a à subvertir des dispositifs, et ce de manière réjouissante (sauf quand il ne maîtrise plus la situation et devient bête) je suis un peu étonné qu'il soit si précautionneux. Enfin, il semble sincèrement affecté par les dispositifs qu'il qualifie de "déloyaux".


Nous mêmes ne supportons plus de regarder ces émissions. Tant de mensonges, de passe-plats, on n'arrive plus à faire la part des choses, on doit tout revérifier...


J'ose juste espérer que quand le rapport de force lui sera plus favorable (euh, par ex. s'il était élu, même si je n'y crois pas un seul instant), il aura comme priorité absolu non plus la maîtrise de sa propre image mais la bonne santé des médias, conformément à ce qui est dans le livret thématique de l'avenir en commun.


C'est sûr qu'entendre comme ça des exigences d'un candidat pour son passage est a priori glaçant. Mais en face c'est tellement pourri que ça en devient de la résistance.


Bref, il faut qu'il la joue plus fine. Qu'il exhibe la réalité en direct, qu'il explicite son appréciation du dispositif intelligemment, plutôt que de juste boycotter et que la presse en fasse ses choux gras.

Ah bon? Mélenchon soupçonnerait les médias mainstream de ne pas la jouer à la loyale? Ben ça alors, quelle drôle d'idée...

Pour contrebalancer, un ptit article sur la fabrique de l'image de Mélenchon par les-dits média?

Je m'étonne que M. Aveline s'étonne des réticences de M. Mélenchon, ou du moins les relate avec insistance... Si cela n'est pas encore fait je l'invite à se tourner vers Noam Chomsky et de prendre connaissance de son essai " la fabrication du consentement". Donc, qu'un responsable politique quel qu'il soit, étant conscient de cela, prenne certaines précautions me semble un minimum, sauf s'il souhaite se saborder. Raymond Mathieu 

Le fait que Mélenchon puisse se payer le luxe de choisir les émissions qu'il veut faire, ou pas, c'est plutôt de bonne augure. Il n'a pas besoin d'apparaitre partout tout le temps pour dire ce qu'il a à dire.


Le fait qu'il pose certaines conditions au vu du passif  des médias à son encontre est totalement compréhensible selon moi. Chat échaudé craint l'eau froide


Le fait que les médias refusent de se plier à ses exigences est aussi compréhensible et entendable 


La question est : sont-ils aussi intransigeants avec les "exigences" des membres du gouvernement ou n'est-ce même pas la peine qu'ils les formulent tant l'auto censure est de mise ( cf : les multiples interventions de Blanquer un peu partout en ce moment ) ? 

Que Mélenchon puisse imposer un rapport de forces face au "parti médiatique", cet ensemble de médias qui l'a tellement trainé dans la boue depuis plus de 10 ans (coucou les photos dégueulasses dans les articles), c'est de bonne guerre.

Ce qui est bizarre c'est qu'ils ne se rendent pas compte que si la presse veut nuire à son image elle peut le faire tout autant en laissant fuiter ses exigences "de megalo", ce qui est arrivé au final.


Quand le choix est entre aller à Mediapart et éventuellement qu'on y diffuse un truc nuisant à son image, mais en ayant l'occasion de parler, ou ne pas aller à Mediapart, et que Mediapart révèle un truc nuisant à son image, tout court, quel intérêt de choisir la première option ?


(pour France2 c'est un peu différent, sachant qu'il a finalement choisi une option lui offrant plus d'audience, encore ça peut se défendre)

Que Méluche prête attention aux conditions d'un débat ou d'un dispositif médiatique, c'est bien normal. Surtout quand les média ne lui sont pas favorables a priori.



Ce que je ne comprends pas, par contre, c'est sa logique: il accepte un débat avec Gargamel dans des conditions très défavorables, mais refuse un entretien avec Médiapart qui avait pourtant des conditions bien plus favorables ? On a l'impression qu'il se laisse (une fois de plus) guider par son désir de "punir" certains média qui l'ont offensé dans le passé (ou du moins qu'il considère ainsi), au détriment de toute autre logique.

A peine mégalo. Cela donne une idée détestable du personnage. Qu'il persévère et il fera moins de voix que poutou et Arthaud.

Nathalie St Cricq partisane ? Pas possible !   :-)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.