680
Commentaires

Hamon, Mélenchon, et le macramé

Autant l'avouer, j'ai un sérieux problème. Je suis presque d'accord avec Thomas Legrand.

Derniers commentaires

Mélenchon ne s'est jamais remis de son vote Chirac de 2002. Il le dit, ce qui renforce encore mon estime pour Lui. Moi qui me suis abstenu, je réitèrerai sans problème ce blasphème démocratique en cas de face-à-face Hamon contre la Bête. Pourtant, le discours de Hamon me convient à peu près... Jusqu'où peut mener le ressentiment !
par porte-parole interposé...

Corbière vs Bacheley

Si je comprend l'argumentaire de l'équipe de Mélenchon c'est qu'on ne peut pas s'allier avec Hamon, parcequ'un éventuel gouvernement Hamon-Mélenchon aurait les mains liées, puisque les députés investis par le P.S. ne voteraient pas les lois de ce gouvernement.

Mais cet argument ne tient pas la route une seule seconde. On est là dans une pure rhétorique d'évitement.

Quand bien même effectivement une majorité de députés investis par le P.S. seraient
des "Valsistes", ces même députés voteraient malgré tout les lois d'un gouvernement Hamon-Mélenchon.
Et ce pour la simple raison que ces (chers) députés tiennent beaucoup à leur poste (et au salaire relativement confortable qui va avec) et qu'ils "sauraient" certainement se rallier sans que cela affecte trop leur conscience. S'il fallait une preuve, il n'y a
qu'à observer le ralliement quasi immédiat de Vallaut-Belkacem à Hamon dès son investiture.

La seule chose qui semble effrayer l'équipe de Mélenchon finalement, et selon leur propre aveu, ce serait
qu'une alliance "apparaisse" (on croit rêver, mais c'est bien ce qu'a dit Corbière) aux yeux des militants, comme une forme d'abdication face au P.S. Que cela en soit réellement une ou pas il faut croire que ça ne l'intéresse pas outre mesure.

Et si c'en n'était pas une, convaincre les militants du bien fondé de leur démarche ne leur semble pas non plus envisageable.

Finalement on prend la solution de facilité, on se cache derrière une apparente impossibilité de rapprochement, bien confortable, pour ne pas risquer de se couper de sa base.

Mais derrière l'entêtement de Mélenchon, il faut aussi voir - indéniablement - une question d'égo, un égo qui prend littéralement le dessus sur l'intérêt général, et par ailleurs des cadres (Corbière et al) qui s'alignent sur la volonté du chef et des jusqu'au-boutistes (ou des puristes comme on voudra).

C'est une stratégie purement suicidaire, incompréhensible (politiquement, mais certainement pas sociologiquement, cette
séquence pouvant probablement donner matière à des études intéressantes...), dont les premières victimes seront les plus démunis des militants de la FI. Toute proportion gardée par ailleurs, et avec toutes les réserves qui s'imposent, on ne peut qu'être tenté de faire un rapprochement avec les électeurs de Trump dont une grande partie sera la première victime de sa politique.
C'est l'année des ON,élection piège à ON.
Pour vous éviter à tous, à l'avenir, de jouer les étonnés, voilà ce qui se passe quand un Hamon refuse de faire le ménage :

RÉSOLUTION SUR LE CETA : LE GROUPE PS S’ABSTIENT POUR CONCILIER LES POSITIONS DE HAMON ET DU GOUVERNEMENT


Alors, pour ménager les susceptibilités, la position du groupe est arrêtée : ce sera l’abstention. "C’est un élément positif puisque jusqu’à présent, le groupe socialiste était plutôt favorable au CETA, c’est un pas en avant important", se félicite l’ancien "frondeur" Pascal Cherki, proche soutien de Benoît Hamon.

L'immobilisme devient un pas en avant !!!
Orwell dans toute sa splendeur !


" Il suivait son idée. C'était une idée fixe et il était surpris de ne pas avancer." (J.Prévert)
...et quand on est désolé, on s'accroche aux mauvaises habitudes, devenues seconde nature. D'après les sondages ( je sais), le peuple français s'apprête à voter à 90% contre Mélenchon, présenté clairement par les médias comme plus dangereux que Le Pen.
Fin savoureuse de la note de blog publiée aujourd'hui par Mélenchon :

"Je vais plus loin. Benoît Hamon propose d’abroger la loi El Khomri. Puisqu’il est convaincu de pouvoir le faire demain tout en reconduisant les députés qui ont soutenu cette loi l’an dernier, je pose une question : pourquoi attendre ? Puisque le candidat du PS veut abroger cette loi et que le PS gouverne encore, pourquoi Benoît Hamon n’exige-t-il pas de son parti qu’il abroge la loi El Khomri avant la fin du mandat ? C’est encore possible. Cela montrerait sa capacité à rompre vraiment au-delà des paroles. Cela montrerait sa capacité à convaincre les députés PS de se déjuger de leurs votes d’hier. La confiance et l’union ne décrètent pas depuis des tribunes. Elle se construit ou elle se rompt au moment de passer aux actes.

Benoît Hamon, choisissez ! C’est maintenant qu’il vous faut donner son sens à votre victoire à la primaire. Sinon vous verrez bien vite comment vous allez être auto-bloqué par le jeu des courants et sous courant. Je ne suis pas le seul a penser de cette façon. Cécile Duflot, votre alliée acquise le dit aussi a sa façon : « ….la question de fond posée par Mélenchon est celle de la cohérence. Et là-dessus il a raison. »."

Source: http://melenchon.fr/2017/02/09/nom-dun-hologramme/
http://www.acrimed.org/A-quoi-sert-Thomas-Legrand
J'ai pas bien compris. Hamon refuse de se désister en faveur de Mélenchon ? Il a tord, pour une fois que sa ligne pouvait l'emporter...
[quote=Daniel Schneidermann]Hamon président,

Hamon serait-il notre actuel Danton? Il en aura eu l'audace, en tout cas. L'audace, à la différence de Jospin, d'un programme socialiste: justement socialiste, parce qu'ordonné à l'universalisation du communisme*. Le revenu universel qu'il propose en est l'éclatante proclamation, plus encore que proposition. Son application immédiate aux18-25 ans, en desserrant d'une part la dépendance des jeunes adultes à l'égard de leurs parents: ceux qui en ont conservé; et en réduisant d'autre part leur avantage en regard de ceux qui n'en ont plus ou n'en ont jamais eu, serait une très concrète façon de démontrer qu'égalité et fraternité ne sont pas simplement de pieux compléments à la liberté. Proposition utopique oppose-t-on songeant à ce qui nous en coûterait en termes de "valeurs": la défense symbolique de la "valeur-travail" servant à masquer la protection économique des valeurs-avoirs en capital. Opposition aussitôt déconsidérée que "décryptée".

Mais prudence. Là s'arrête pour l'heure et pour moi ma critique adhésion à la candidature Hamon. Car, outre ma totale répulsion à l'endroit de toute cannabis légalisation ou dépénalisation, ses autres propositions: celle d'une VIème République surtout mais aussi son 49. 3 citoyen dans leurs versions actuelles, me semblent dans leur flou nourrir plus de loups que de raisons d'espérer. Puisse-t-il les amender ou en changer afin d'éviter ce qu'après avoir loué son audace il faut déplorer à l'évocation du souvenir de Danton. Encore du moins toutefois dans le cas présent n'a-t-on rien à craindre moralement du côté de la personne d'Hamon.



* Lequel communisme a partout et toujours existé aussi partiellement que réellement; mais régi aussi, ouvertement ou secrètement, les normes légitimes de comportement. Ne fait jamais véritablement question que l'opportunité de son effective extension en telle ou telle concrète situation.
Ce forum est vraiment passionnant de bout en bout. J'aurais encore envie de mettre mon grain de sel ici ou là, mais vu la longueur, c'est trop compliqué de retrouver les endroits qui m'ont donné envie de réagir. Faudrait un marque page, car si on répond à un nouveau fil de réactions, on efface le rouge dans tous les autres.

En réponse à ceux qui menacent régulièrement de se désabonner, j'ai envie de dire qu'une de mes motivations pour rester (pas la seule, bien sûr!) c'est la qualité des forums. Parlons pas de ceux de Médiapart, je ne les lis même plus tellement ça me démoralise. Les commentaires sur les blogs, c'est parfois bourré d'insultes, ou, sur celui de Mélenchon, par exemple, tellement béni-oui-oui que ça n'apporte strictement rien. Ici, au moins, il y a argumentation, discussion, contradiction, rectification, apport d'info, etc...

Merci à tous, et merci à ASI et à Daniel de nous donner l'occasion de ces échanges. Et de tenir le forum à la fois libre et propre.
Actualisons ce forum : 4 février, vers 13 heures, manif "sauvage" à Lyon pour dénoncer la "mascarade électorale" qu'est la venue quasi concomitante dans cette ville de Le Pen, Macron et Mélenchon. Un beau sujet de réflexion !
Il y a une pétition
https://www.change.org/p/pour-une-coalition-entre-beno%c3%aet-hamon-jean-luc-m%c3%a9lenchon-et-yannick-jadot?utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=petition_update&utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=petition_update&sfmc_tk=MvbpWUnTb7yrq4MeHIYHBYE69ekElJCBDrSI68hMCc9ggfvnuSSXcObCMK7pEFtB
(et même deux http://www.1maispas3.org/)
qui proposent que les trois candidats les plus susceptibles de rassembler, s'unissent pour éviter la déroute de la gauche.
Les problèmes d'ego, les ricanements d'une certaine extrême gauche, ne seront pas suffisants pour empêcher cette union nécessaire autour d'un programme et peu importe celui qui sera tiré au sort comme candidat pour répondre aux exigences de la 5eme république et avancer vers une sixième république, il est urgent de joindre la parole aux actes.
Je n'ai pas lu tous les commentaires, peut-être ces pétitions ont-elles déjà été citées mais l'essentiel c'est de faire pression sur Hamon, Mélenchon et Jadot pour qu'il n'y ait qu'un seul candidat le 23 avril parmi ces trois là sinon ce sera sans moi et sans beaucoup d'autres, je pense !
Merci Benoît d'avoir porté l'idée du "revenu universel" dans le débat des présidentielles. Revenu universel, salaire à vie ? Les travaux et études sur le sujet progressent et l'idée est intéressante. Y'a-til des scénarii de transition mûrs ?

Le front de gauche / france insoumise, (la FI) ? travaille sur son programme depuis plus de 5 ans, s'appuie sur divers réseaux avec leur expertise pour proposer une approche globale, planifiée, chiffrée (à la louche parfois ?).

Je me plais à penser les gens sincères

Entendu Benoît Hamon évoqué comment son contact avec les "acteurs de l'ESS" avait modifié sa vision de l'économie et commencer à remettre en question son point de vue sur l'économie libérale, et comment il s'était senti seul alors, au sein du gouvernement.

La question qui me taraude, c'est si la "fi", ses sympathisants, ses convaincus, ou ceux qui tireraient leur vote au sort, élisaient un président ou une majorité parlementaire, comment ces derniers sauront-ils résister aux forces de résistance à leur programme et comment les citoyens se mobiliseront pour que le pouvoir ne corrompe pas trop, le quotidien ne corrode pas trop, que le programme se passe bien.

Pour les communs biens et les communs sens !
J'ai suivi un temps, un certain Christian Delporte, professeur des Universités en Histoire contemporaine, sur Twitter.
Répondant il y a environ une heure à un de ses tweets, j'ai été bloqué et interdit d'accès à son compte.
Ce tweet faisait référence à une phrase de Mélenchon, invitant à voter pour lui pour donner un grand coup de balai, et disait, en gros (je n'ai plus la possibilité de le lire) : En tant qu'historien, ce "coup de balai" me rappelle de mauvais souvenirs.
Le mien : Lorsqu'une formule anodine devient condamnable lorsqu'elle est prononcée par Mélenchon. Parti-pris.
Il n'a pas supporté. Ces historiens sont susceptibles.
Je trouve que Mélenchon pose assez bien les choses ici : https://www.youtube.com/watch?v=tQIsWprmxDA&t=49s

Si Hamon veut réellement former une alliance avec Mélenchon et Jadot, il lui faut accepter de trancher et de se défaire, consciemment, de la droite du PS en n'investissant pas ses membres et en actant leur fuite chez Macron.
"Un programme commun, ça se construit."

En 90 jours ?
Et avec une personne qui n'a pas voté pour la motion de censure du gouvernement Valls ?

C'est ce moquer des citoyens.
Voter pour Hamon c'est voter pour le PS et pour un programme fabriqué sur un coin de table.

On nous a déjà fait le coup avec Hollande, soit-disant de gauche.

Je n'ai aucune envie que mon bulletin de vote finisse en confettis. Et tant pis si - comme d'habitude - la personne pour qui je vote n'est pas élue. Au moins j'aurais fait mon devoir de citoyen :
• voter pour désigner un représentant qui défend des idées auxquelles j'adhère
• et non pas voter pour une personnalité sous prétexte qu'elle peut gagner

Je me fous des sondages / prescriptions médiatiques. Voter ce n'est pas jouer au PMU.
voilà, c'est fait; certaines remarques en réponse m'ont fait comprendre que je n'avais pas à attendre;
plus de menaces; un clic, c'est tout;
la vie politique n'est pas qu'un spectacle; j'y participe activement;
cet article hors-sol ne correspond pas à ce que je vis; il m'étonne un peu; je pense qu'on a mis le pied sur le toboggan, et ça va glisser;
Certes, nous sommes nombreux à être content que Valls ait été mis hors-jeu.
Mais de là à ce que l'apparition de Hamon agisse comme du GHB... je veux dire : de combien de p***n d'avanies au cours des décennies les électeurs PS ont-ils besoin pour enfin comprendre ?
L"ennemi de la finance" par le parti qui a libéralisé la finance, ça n'a pas suffit ?
Évidemment que Hamon ça serait aussi bidon que Hollande, autant croire à l'existence des licornes et des bisounours arc-en-ciel...

Je me demande pas si ça me désespère pas plus que les frasques de Penelope.
Daniel,

Je peux vous répondre facilement déjà : Non, ce n'est pas une histoire d'égo, et tout simplement car Mélenchon et Hamon ne sont pas tous seuls à décider.

La plus grosse difficulté vient surtout de la confiance que les premiers accordent aux seconds. Le PS Et ses multiples renoncements/trahisons sont la source principale de division de la gauche depuis 30 ans, et elle a atteint son paroxysme avec le mandat de Hollande. Je vous rappelle que les lois macrons et El-Khomri ont définitivement rendus hostiles une grande partie de la gauche au gouvernement et au parti qui le soutien, en l'occurrence le PS.

Si les idées défendues par Hamon peuvent inspirer une sympathie suffisante pour que la question d'une alliance se pose en effet.
Mais le personnage lui-même n'est pas digne de confiance. On peut douter de ses réelles intentions.
Et s'il compte former une majorité qui incluerait Valls El-Khomri Hollande, et la France insoumise, c'est juste impossible.

Les gens ont besoin d'avoir la garantie que le programme qu'ils choisiront sera bien appliqué et défendu au bout du compte.
Il se pose donc la question de savoir qui sera dans le groupe parlementaire pour voter les lois.
Lordon a tort de se moquer des ateliers macramé, c'est le genre de truc qu'on aurait pu voir à Nuit Debout, c'est un héritage de la gauche soixante-huitarde, revenu universel, légalisation du cannabis, laïcité soft tendances multiculturelle, critique du travail #onvautmieuxqueca, autonomie des jeunes, économie culturelle etc., ça représente quelque chose et certains y verront un potentiel révolutionnaire plus pertinent que la ligne classique de la relance par l'économie centralisée, un peu la différence entre société civile sur le mode Economie Sociale et Solidaire et planification d'Etat avec fonctionnaires et usines marémotrices.

Allez, je demande un sondage auprès de Schneidermann, Anne-Sophie Jacques et Judith Bernard sur leur perception de la ligne de Hamon. Ca leur parle son programme ? A mon avis, ils sont le coeur de "cible", la gauche déjà engagée dans les transformations, se sentant responsable, autonome, indépendante, sans besoin d'une administration venant dire à quoi s'employer pour réaliser le Plan. Ce serait la logique de la conjonction revenu universel + Economie Sociale et Solidaire, une sécurité pour l'autonomie et le développement d'un cadre déjà responsable pour s'engager plutôt que les "pactes de responsabilité" avec qui n'a d'autre responsabilité que le service de dividendes.

Question de fond : d'où vient le mouvement ? Plutôt soutien à la base active, autonome ou impulsion d'en haut par un plan d'Etat, dirigiste ? Comment combiner les deux ?

P.S. : j'ai le vague souvenir qu'il y avait comme proposition chez Mélenchon qu'un poste de fonctionnaire serait offert à toute personne ne trouvant pas d'emploi mais j'ai un doute. Faux souvenir ? Quelqu'un sait ?
La vache: 245 com'!
Enfin, 246 maintenant...
Je suis impressionné par le parcours de Macron. Et en fait j'ai beaucoup aimé qu'Hollande aie choisi une personne jeune, venant du civil pour occuper un ministère. C'est donc logique qu'il soit un candidat attrayant pour moi. Issus de l'immigration, ayant travaillé à la City... je ne m'identifie à aucun autre candidat et je vote depuis quelques années pour le moins pire...

Macron est peut être un bulle... mais il existe des français qui croient en lui bien avant qu'il fasse les couverture. je ne rate pas une chronique du matinaute... mais plus ca va... et plus je me dis...
"On a ete aveugle au brexit"
"aveugle pour trump"
"est ce que le matinaute n'est pas de plus en plus aveuglé?". on y sens les meme arguments qu'au café de commerce: bulle, flou, manque de progrmme. alors que macron applique une approche Bottom Up assez connu en finance (stress testing) en democratie on peut apparenté ça à de la democratie participative.

Bref
Si Hamon est candidat et pas Melenchon, une bonne partie du vote populaire de Melenchon va aller chez Marine LePen.
Hamon, candidat des lettrés des villes, déconnecté des préoccupation populaire, laïcité/immigration en premier lieu.
Il faut encore que l'électeur soit d'accord et l'électeur que je suis a planché sur un programme, celui de la France insoumise. Je sais ce que m'a coûté mon ralliement à #Hollande en 2012. Une promesse que je me suis faite est de ne plus jamais voter PS et je m'y tiendrai quoi qu'il puisse en coûter électoralement à mon camp. Je peux vous dire que nous sommes nombreux dans ce cas : blessés par le mépris de ces gens quand ils arrivent au pouvoir et rancuniers. On peut nous invectiver, nous cracher dessus mais le PS, c'est terminé pour nous. A moins qu'Hamon en sorte, je n'ai rien contre lui en tant qu'homme bien que son attitude n'ait pas été à la hauteur quand il était encarté au gouvernement.
encore un article comme celui-là, et je résilie mon abonnement;
si S. ne comprend pas, il se renseigne, ou il se sait;
jouer la République à pile ou face ? on paie pour lire ça ? plus pour longtemps;
Cher Daniel,

Effectivement, il existe une petite fenêtre pour qu'un candidat authentiquement de gauche figure au second tour des présidentielles et la perspective d'une dispersion des voix de gauche entre Hamon et Mélenchon pourrait empêcher cela.

Alors, évidemment, certains se demandent : "Mais pourquoi ces deux-là ne s'entendent-ils pas ? Qu'ils mettent leurs égos de côté et..."

Et je comprends leurs craintes, leurs interrogations, mais le membre du Parti de Gauche que je suis (et même par intermittence de son conseil national) admet bien volontiers que sur nombre de sujets, on pourrait trouver des compromis : la cadence ou les moyens de la transition écologique, la fiscalité, les mesures sociales et bien d'autres choses.

Il existe cependant des questions essentielles pour lesquelles la réponse ne peut-être mitigée.

Est-on pour ou contre l'instauration d'une assemblée constituante ? La réponse ne peut être : "moui".

Alors c'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup. Parce qu'une Sixième République rédigée par quelques docteurs en droit dans un cabinet, ce n'est pas la même chose qu'une Sixième République discutée point par point par une assemblée constituante faite de membres élus en partie et tirés au sort. Dans un cas, on dicte la bonne parole, dans l'autre on permet à toute la société de se refonder par un débat politique essentiel menés par des personnes (les constituants) qui ne pourront bénéficier des règles qu'ils instaurent parce qu'ils seront inéligibles pour l'élection parlementaire qui suivra.

Et si j'ai retenu un élément de mes années passées à Anticor, c'est que l'une des sources essentielles de la corruption (donc de la confiscation de la démocratie dans notre pays) vient du fait que ceux qui étaient chargés de fixer la loi (les parlementaires) étaient aussi ceux qui pouvaient bénéficier des imprécisions ou du laxisme de celle-ci (les maires, les conseillers généraux, etc.) du fait du cumul des mandats.

Et je ne vous parle pas des dérives de notre conseil constitutionnel qui a instauré l'évasion fiscale comme un droit de l'homme : (ici ou ).

Ou de ma plus grande confiance en une assemblée de citoyens pour établir des règles strictes de contrôle de l'action de nos représentants, de lutte contre le lobbying, le pantouflage, les conflits d'intérêt, de promotion d'un système électif à la proportionnel, de limite des mandats dans le temps et dans le nombre...

Est-on pour ou contre la dénonciation des traités européens ?

Là aussi, on ne peut se contenter d'une réponse de Normand. C'est oui ou non. Et si c'est non, le cas Tsipras nous montre ce qui arrive à un gouvernement de gauche qui refuse d'entrer en conflit ouvert avec l'Union Européenne : soumission, opprobre et lentement agonie.

Est-on pour ou contre un protectionnisme aux frontières de la France ?

L'idée d'un protectionnisme aux frontières de l'Europe, c'est une bonne chose, mais dans le cadre actuel des choses, c'est seulement un jacquattalisme : c'est-à-dire une mesure tellement utopique qu'elle permet de repousser aux calendes grecques toute idée de protectionnisme.
Et le protectionnisme, c'est la méthode concrète pour limiter la mise en concurrence des systèmes sociaux, mais aussi des normes sanitaires et écologiques. Quand on refuse la possibilité de mettre aux frontières de la France des mesures protectionnistes, c'est que l'on accepte une remise en cause permanente de notre protection sociale par l'arrivée de marchandises produites ailleurs avec des normes sociales plus faibles, de même que la délocalisation de la pollution ailleurs et l'impossibilité d'instaurer en France des normes rigoureuses du fait au chantage à la perte de compétitivité.

Et ce n'est pas seulement un problème de possibilité de création d'un protectionnisme aux frontières de l'Europe. C'est que dans toute union douanière de territoires ayant des normes sociales, écologiques et sanitaires différentes, les grandes entreprises jouent forcément (et comment leur reprocher puisque ce type d'union le permet) les législations les unes contre les autres ? Et pèsent de ce fait sur les décisions démocratiques et l'application de l'intérêt général.

Et il faudrait faire la liste des quelques points de fixation comme ceux-là qui ne peuvent se résoudre par un mélange de noir et de blanc. On est pour ou contre. Et lorsque c'est un point essentiel d'un programme politique, ce n'est pas juste une question d'égo (même s'il peut y en avoir par ailleurs).

Il faut analyser les choses avec un minimum de précision.

Dernier point, je n'épilogue pas sur l'impossibilité d'amener sous la même bannière ceux qui ont défilé contre la loi travail et ceux qui l'ont instaurée (Valls, El Khomri).
Donc l'avenir en commun ne restera qu'un bouquin, parce que le transformer en possibles demanderait quelques concessions ?
Il n'est de pire sourd que qui ne veut entendre (comprendre?).
J'ai entendu les arguments, mais quitter l'Europe dans ces conditions voudrait dire une crise d'austérité d'une violence et d'une durée qu'on ne peut pas imaginer.
Que reste t il du secteur des services français sans les débouchés facilités par l'union
Croyez-vous pouvoir recréer de ce qu'il en reste un vrai tissu industriel? En cinq ans ?
Avec le prix des matières premières qui aurait explosé suite à la sortie de l'euro

Je crois que l'on sous estime, parce qu'il est invisible, la protection qu'a représentée l'euro depuis vingt ans. Parce que ses défauts, eux, sont bien visibles.

Et doivent et peuvent être corrigés par des négociations avec les européens et en particulier les allemands qui défendent les contraintes qui ont donné sa crédibilité à la monnaie européenne. La monnaie française en aurait aujourd'hui encore moins qu'en 1983.

J'ai entendu jlm dire que l'économie financière était cinq plus importante que l'économie réelle et c'est indiscutable. Un retour au franc réduirait bien vite notre économie financiarisee à sa taille réelle.

Mais c'est peut être ce qui adviendra de toute façon. On peut se précipiter vers la vague si on est sûr de ne pas pouvoir lui échapper. C'est un choix difficile en tout cas.
Le projet de la France Insoumise n'est pas de quitter l'Europe. Il est d'accepter de quitter l'Europe si celle-ci restait un obstacle à la réalisation de notre programme même après les négociations que nous aurions avec les autres pays européens pour changer les règles actuelles.

Pour être clair, c'est éviter le piège Tsipras. Lorsque vous partez négocier avec les gouvernements de droite européens (Allemagne, Pays-Bas, Finlande, Autriche, etc.) tout en expliquant que quoi qu'il arrive vous resterez dans l'Europe et l'euro, vous n'avez aucune chance de l'emporter parce que vous ne créez aucun rapport de force. Vos interlocuteurs savent que vous n'irez pas au bout donc ils peuvent se permettre d'être inflexibles.

La seule stratégie crédible est de se préparer à dénoncer les traités et s'il le faut à quitter l'Europe et l'euro. Cela crée un rapport de force favorable qui permet de faire plus efficacement pression sur Mme Merkel, M. Dijsselbloem et les autres et aussi de faire face à toute tentative de rétorsion de la Banque Centrale Européenne, à une nouvelle crise de l'euro voire à un départ de l'UE.
C'est le moyen de se préparer à la confrontation avec les logiques libérales en place réellement, pas seulement dans les mots.

Et cela correspond à une obligation démocratique primordiale : si nous sommes élus pour appliquer un programme, notre devoir est de nous donner les moyens d'appliquer ce programme pour de bon, pas de capituler devant l'Europe et nous retourner vers nos électeurs pour leur dire "Nous aurions aimé faire telle chose, mais la Commission ou l'Eurogroupe ne veut pas... alors nous l'appliquerons quand ils voudront bien."
Ce n'est juste pas possible. Ce genre de situation détruit la démocratie.
Nous, nous sommes des démocrates, notre priorité sera d'appliquer le programme sur lequel nous serons élus, pas des rester dans l'Union Européenne. Et nous sommes honnêtes avec nos électeurs : nous les prévenons que nous irons peut-être jusqu'à la rupture.

C'est une position claire qui permet aux électeurs de se positionner pour ou contre.

On est loin des propositions foireuses de Benoît Hamon sur un protectionnisme européen qu'il ne pourra imposer à une Allemagne libre-échangiste tout en expliquant qu'il ne veut surtout pas "casser de vaisselle à Bruxelles", donc en refusant le conflit et la possibilité de rupture.
Notre position est cohérente et réaliste.

Elle est peut-être risquée. Mais l'est-elle plus que de fausses promesses de réorientation de l'Europe sans rapport de force (qui nourrissent le FN) ou que la situation actuelle de désintégration économique et politique ?
à entendre Lordon c'est une simple formalité, l'Allemagne logiquement refusera, et là le projet serait de quitter l'Europe (enfin au moins les traités, l'euro).
Voilà une réponse qui m'intéresse. Mais on ne peut pas négocier sans être prêt à lâcher qqlch. La rapport de force avec hamon est instructif à ce titre . Se passer de lui et avoir une chance infime d'avoir le pouvoir de modifier l'Europe.
Ou s'entendre, avoir une chance honnête de gagner les élections, et un boulet pour négocier une modification des traités européens.
Dans un des cas , ça s'arrête bientôt.
Mais il est vrai que ce sont peut être beaucoup plus les appareils que les présidentiables qui ne peuvent pas s'entendre.
En çela l'article est juste, il est facile de rester pur dans son coin.
"On tourne en rond merde on tourne en rond merde on tourne en rond merde on tourne en rond"
Blier dans le Grand blond. :-)

D'une vous partez du principe que Mélenchon sans Hamon ne passe pas le premier tour, moi je suis persuadé du contraire : comme Hamon ne fera pas le ménage au sein du PS, cette alliance s'affaiblirait mécaniquement.

De deux, vous oubliez que cette alliance s'accompagne obligatoirement d'une alliance aux législatives, et on va se retrouver à soutenir ceux qu'on veut dégager.

De trois vous n'avez pas encore compris ce qu'est le mouvement de la France Insoumise. Relisez ce qui a été dit ici, allez sur le site jlm2017, c'est pas possible de rester à ce point dans l'ignorance !

De quatre, si quoi qu'on dise vous tenez absolument à terminer par un "c'est bien ce que je disais, c'est une guerre d'égos", je préfère à partir de là vous demander tout de suite : ce qu'on peut vous répondre, argumenter, documenter a une importance pour vous ou pas ?

Après tout votre commentaire n'appelle peut-être à aucune réponse, alors dans ce cas vous serez bien aimable de me prévenir !

Bonne soirée !

Donc l'avenir en commun ne restera qu'un bouquin, parce que le transformer en possibles demanderait quelques concessions ?


Il s'agit justement de faire la différence entre les sujets qui permettent des discussions en terme de degré, de curseur, de modalités (et sur lesquels bien évidemment des concessions sont possibles) et ceux qui sont binaires, où la réponse est oui ou non.

Et mon message avait justement pour objectif d'essayer de cibler quelques sujets essentiels pour lesquels la réponse ne peut être que binaire. Et ce sont des éléments qui constituent les fondements du programme de la France Insoumise : ceux qui ont rejoint Mélenchon sur la promesse d'une assemblée constituante, d'un protectionnisme solidaire ou d'une dénonciation des traités ne soutiendront probablement pas un tandem Hamon-Mélenchon qui balanceraient ces éléments essentiels par la fenêtre.

Une grande partie des soutiens de la France Insoumise sont des gens qui étaient en rupture avec les partis (les membres du Parti de Gauche, les militants communistes ou écologistes qui en sont partie prenante sont minoritaires).
Ils sont fait la démarche de soutenir Jean-Luc Mélenchon en échange de certaines garanties : choisir eux-mêmes les candidats aux législatives, construire le programme, en finir avec le refus du protectionnisme par les écologistes ou les communistes, en finir avec la stratégie Tsipras d'opposition rhétorique avec les traités européens, obtenir une assemblée constituante.
Chacun pour des raisons différentes, certes, mais on ne peut revenir sur certains points essentiels et clivants du programme "L'Avenir en commun" sans voir une bonne partie d'entre eux claquer la porte.

C'est une réalité qu'il faut accepter. Même si elle dérange ceux qui rêvent d'une sainte alliance Hamon-Jadot-Mélenchon. Les rêves, c'est gentil, mais pour qu'ils deviennent réalité, il faut se coltiner le réel et mettre les mains dans le cambouis.

Vous voulez un ticket Hamon/Mélenchon, pas de souci : proposez des solutions concrètes pour que l'immense majorité de ceux qui soutiennent Mélenchon actuellement y trouvent leur compte sur les éléments pour lesquels ils ont rejoint la France Insoumise.
Faites les propositions, trouvez les éléments de compromis acceptable, épluchez les programmes, rencontrez les Insoumis, mettez en place des espaces de discussion sur le terrain, au boulot !

Parce que très franchement les réactions lapidaires sur le mode : "Ils peuvent pas se mettre d'accord ? Y en marre de leurs petits égos !", c'est vraiment le degré zéro de la réflexion politique. Le cri d'indignation du militantisme de canapé qui regarde tout ça de loin, sans s'intéresser aux détails, aux réelles lignes de fracture, aux problèmes concrets, aux aspirations réelles des acteurs politiques. Bref, le couinement de frustration de celui qui voit que les choses ne vont pas comme il le veut mais qui n'a pas la dignité de s'impliquer ou au minimum de proposer un argumentaire plus élaboré que "Vous faites chier".

Alors, oui, une alliance large de la gauche réelle est souhaitable. Mais il faut la rendre politiquement réalisable.
Si vous regardez les réactions de nombre d'Insoumis, les questions programmatiques sont secondaires, ils veulent juste ne plus entendre parler du PS et quand on parle d'intégrer des idées de Hamon à leur programme ou de pluralisme interne sur certaines options où tout le monde ne serait pas d'accord, ça n'a pas l'air non plus possible pour eux.
En gros, ça ressemble aux moeurs habituelles des partis : y'a un camp, la ligne officielle, et tout le monde doit s'aligner, discipline exigée, pas question chez eux de voir des frondeurs.
T'es vraiment gonflé !
C'est justement parce qu'on tient à ces questions programmatiques qu'on ne veut pas du PS !

La "ligne officielle", contrairement aux partis, elle a été élaborée par une grande masse de citoyens, qui refusent que tout ce travail soit remis en question par je ne sais quel mariage de la carpe et du lapin. Pas de petits arrangements entre apparatchiks. C'est non négociable.
Dans les partis, le programme est élaboré par les cadres, et la populace doit s'aligner.

Toi comprendre la différence ?
Ca vient de la base l'idée d'une sorte de service militaire de 9 mois ou de s'occuper du concordat d’Alsace-Moselle ?
On peut être dans la France Insoumise et contre ce service obligatoire pour les jeunes ? On en pense quoi sur le forum 18-25 ans de jeuxvideo.com ?
Service militaire ?
Tu es contre l'abolition du concordat ?

Pffffff0
Programme "L'avenir en commun" :
"La jeunesse au service de l’intérêt général et de la sûreté de la Nation.
Créer un service citoyen obligatoire
- Par conscription avant 25 ans, proche du lieu de vie, en limitant le « casernement » aux fonctions qui l’exigent réellement
- D’une durée totale de neuf mois, comprenant une formation militaire initiale incluant un droit à l’objection de conscience
"

Pour le Concordat, qu'ils décident eux-mêmes et paient le coût si ils le gardent.
- Alsacien pour le Concordat
- Alsacien contre le Concordat

Et puis dans le programme, ça parle aussi d'abroger "les divers statuts spécifiques en vigueur dans les Outre-mer". Droit coutumier kanak ? Héritage musulman à Mayotte ? Je ne sais pas...
Et aussi, "accoutrements contraires à la dignité républicaine" ou "Interdire la présence de ministres et préfet-te-s aux cérémonies religieuses", une pensée anti-cléricale qui me semble mettre de l'huile sur le feu des excitations culturalo-religieuses, chose dont on n'a pas besoin en ce moment.
Tiens, finalement tu l'as, le programme ?
On trouve de tout sur internet...
Ceci étant, c'est négociable le service citoyen/militaire obligatoire ?
En fait, ça serait bien d'avoir une hiérarchisation pour savoir ce qui est discutable ou pas avant de s'engager.
Si vous regardez les réactions de nombre d'Insoumis, les questions programmatiques sont secondaires, ils veulent juste ne plus entendre parler du PS

C'est une question d 'égo c'est ça?

pfffff....
Manque pas d'air Faab. Je lis ce commentaire après avoir lu quantité de messages qui sont justement l'inverse de ce que vous écrivez là!

Chacun pour des raisons différentes, certes, mais on ne peut revenir sur certains points essentiels et clivants du programme "L'Avenir en commun" sans voir une bonne partie d'entre eux claquer la porte.

Je pense que vous sous estimez le pragmatisme de vos électeurs.

A propos de la mesure "protectionnisme aux frontières de la France", dans l'avenir en commun, la mesure est très peu décrite.
J'ai du mal à voir concrêtement ce qui sera fait. C'est juste imposer le respect des règle de L'OIT pour les pays voulant exporter en France ?
Le programme a un défaut, lié à sa principale qualité (mais sans doute pas que), c'est que tout étant lié, on trouve des réponses à vos questions dans plusieurs chapitres différents.

Vous semblez avoir le programme, avez vous lu, en page 46, le paragraphe 17 (Instaurer un protectionnisme solidaire pour produire en France) ? Dans les pages 87 à 99, "La paix en question - pour l'indépendance de la France", particulièrement en page 91 (57 - Refuser le libre échange, instaurer le protectionnisme solidaire et la coopération économique) ?

Ensuite, pour aller plus loin, il y a les livrets thématiques, mais pareil, on risque de trouver des redondances entre les livrets "produire en France", "planification écologique et règle verte", "transports", "Europe - Plan B", …

J'ai bien peur qu'il faille tout se taper, et ils semblent à la bourre dans le déroulement des publications.

Un dernier point, très important, tant que ces livrets ne sont pas publiés, vous pouvez y participer, soit en apportant remarques et questions, soit en intégrant un groupe de travail quand il n'est pas encore constitué.
c'est plus un programme, c'est une bible plus les évangiles...
Vas-y, traite moi d'apôtre ! ;-)
J'ajoute :

Avec la montée des eaux qui viendra très vite (réchauffement climatique), nos centrales nucléaires représentent un grand danger.

Faut-il mettre fin à l'énergie nucléaire et mettre en place le 100% renouvelable (pour pas remplacer par du carbonné) ?

Pour Hamon, il est question de réduire la PART du nucléaire.
En langage non-langue-de-bois, ça veut dire consommer davantage, sans augmenter ni diminuer le nombre de centrales.
Et on les fait durer encore combien de temps, comme ça ? Jusqu'au grand BOOOOMMMM ?


Faut-il sortir de l'OTAN ?

Ces deux points sont également essentiels et ne souffrent pas non plus de demi-mesures.
oui, là où Mélenchon propose une constituante, projet très intéressant et aussi très ambitieux, Hamon propose des amenagements plutôt interessants mais on est loin d'une remise à plat:
cf
https://www.benoithamon2017.fr/thematique/pour-une-republique-bienveillante-et-humaniste/#democratie

là où Mélenchon propose de sortir des traités, de l'euro, et la mise en place du protectionnisme solidaire, Hamon ne remet pas du tout en cause la participation à l'UE telle qu'elle existe et propose là aussi quelques aménagements, qu'ils ne pourrait de toute façon pas tenir seul:
cf
https://www.benoithamon2017.fr/thematique/pour-une-france-independante-et-protectrice/#europe

On aurait pu entrevoir l'idée d'un PS reformé (pas réformé) à gauche, comme le Labour est en train de l'être (Hamon n'est pas Hollande), mais si Hamon reste fidèle au PS, et qu'il n'entreprend pas de manœuvres pour écarter la ligne Valls définitivement du pouvoir (y compris à l'assemblée), alors qu'il ont eux même déclaré leur ralliement à Macron, il n'y aucun moyen d'imaginer qu'il puisse mettre en place ce programme, même moins précis et ambitieux que celui de Mélenchon sur les points cités.
Par contre, pour être clair je n'en suis pas moins dérangé par les positions de Mélenchon sur l’accueil des migrants/réfugiés, sur la "laicité", la religion, et la reconnaissance de la réalité d'un racisme systémique, et les violences policières qui y sont liés, tout ça va ensemble (trace de sa formation socialiste; le coté républicain laicard qu'on retrouve au PS du gouvernement, en moins outrancier), et sur le "flou" sur sa position par rapport à la Syrie et la Russie; points sur lequels Hamon est plus clair en tout cas en parole.
Il sera bon aussi de rappeler que Hamon a participé à la majorité en tant que député et qu'il a voté certains textes liberticides, comme l'état d'urgence (le premier, pas les prolongations, il n'as pas participé au vote), la loi renseignement, la loi "modernisation de la justice" (j'ai un doute sur le contenu de celle-ci), il a voté contre la déchéance de nationalité, et s'est abstenu sur la loi antiterroriste qui renforçait les pouvoirs administratifs au détriment du judiciaire. voir ici:
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/24/benoit-hamon-n-a-pas-vote-tous-les-textes-sur-la-securite-manuel-valls-dit-plutot-vrai_5068154_4355770.html
ça n'as fait pas un révolutionnaire non plus.
L'ironie c'est que Valls l'as attaqué là dessus en l'accusant de laxiste.
(et là dessus il va sans dire comme disent d'autres que nous n'avons pas oublié ce qu'a fait le PS au pouvoir et qu'il continu de faire, et qu'il va falloir beaucoup plus qu'un beau programme pour revenir du "on ne votera plus jamais PS")
Je fais des bonds !!! :-)

Aïe aïe aïe !

"
Par contre, pour être clair je n'en suis pas moins dérangé par les positions de Mélenchon sur l’accueil des migrants/réfugiés, sur la "laicité", la religion, et la reconnaissance de la réalité d'un racisme systémique, et les violences policières qui y sont liés, tout ça va ensemble (trace de sa formation socialiste; le coté républicain laicard qu'on retrouve au PS du gouvernement, en moins outrancier),"

Laïcité : https://avenirencommun.fr/le-livret-laicite/
Sécurité : https://avenirencommun.fr/le-livret-securite/

" et sur le "flou" sur sa position par rapport à la Syrie et la Russie; points sur lequels Hamon est plus clair en tout cas en parole. "

Hamon il est clair, en effet, il est atlantiste. Comme tous ses copains lors du débat du premier tour, il dit que Hollande avait raison d'armer les rebelles, et que ça a foiré parce que les américains n'ont pas suivi.
Cette bande d'incompétents et inconséquents n'avaient qu'une idée en tête, foutre en l'air Bachar El Assad, pas pour des raisons humanitaires, et à tout prix, y compris celui du sang, du cahos, du financement et de l'armement de terroristes qui nous foutent sur la gueule ici.

C'est effectivement d'une clarté limpide, de laquelle ils devront répondre.
Je me suis pas très bien exprimé, c'est la position de Hamon sur l'acceuil des réfugiés et le racisme institutionnel (pour faire court) que je trouve plus clair et pertinente surtout. Mais merci pour la les livrets, je les avais loupé en parcourant le site. tout ça tient effectivement plutôt la route, même si tout n'est pas dit. C'est plutôt certaines déclarations de Mélenchon qui m'ont fait tiquer en fait. Sur les réfugiés, et sur l'acceuil concret là tout de suite, à part le très malheureux "on prefererait des médecins" et le "il faut mettre fin aux guerre et à la misère pour que les gens restent chez eux", je n'ai pas entendu grand chose.
(et on se demande aussi pourquoi le fameux livre-programme n'est pas disponible en téléchargement libre en pdf)
Et dit dans le sens négatif, ça donne : est-on pour un retour à l'Etat-nation dans les frontières de la France et le retour à la concurrence des intérêts nationaux comme en 14 ?
En attendant, et quoi qu'en pensent les forumeurs ci-dessus (putain près de 200 com'!), DS vient de gagner, de justesse, mon réabonnement.
Surtout avec la promesse du retour du AK bientôt.
Pourtant c'était pas gagné.
Surtout que IRL je vote même pas.
Mais quand même.
Ils me font rire ceux qui pensent que melenchon a un programme ecologique...Hahaha je me marre.
Mais bon il reste surement le candidat au programme le plus credible a mes yeux, mais bon s il arrive a passer la barre des 15 % , ca sera un exploit.
DS ...

l’indécrottable radical malgré lui !

Se faire virer de France 5 a été une vraie chance pour lui : il a bien évolué depuis son époque télé... mais il a encore du chemin à faire pour se libérer de son logiciel de journaliste
La messe est dite.
Vous pouvez remballer vos pétitions et vos interprétations psychologisantes de la politique.
Hamon va défendre le bilan du quinquennat, soutiendra El Khomri aux législatives ("je ne suis pas là pour faire tomber des têtes "), et Jadot va à la soupe toute honte bue. Oubliés le nucléaire, NDDL, Rémi Fraisse...
Quoiqu'en dise Thomas Legrand qui n'a pas brillé depuis longtemps par la finesse de ses analyses, le problème est celui des choix politiques , pas de psychologie. Pour Melenchon les priorités sont arrêtées, elles sont CONTRADICTOIRES (oui Daniel )avec les accommodements de Hamon.
Ce n'est pas maintenant en février qu'on va "discuter". C'est le PS qui a décidé de placer si tard les primaires pour ... permettre à Hollande de se présenter ! !
Alors ne renversons pas les responsabilités.
La France Insoumise a un programme, qui marque une rupture avec les errements passés, notamment la monarchie présidentielle, ce qui n'est pas la preuve d'un ego surdimensionné .
Le PS doit mordre la poussière.
Point.
Il a eu trop de trahisons sur la conscience et de toutes façons cela fait partie de son génome.
L'Histoire est passée, on n'en est plus là.
On n'en est plus au partis, à l'isoloir, au vote utile, à la peur...
Je comprends que ça fasse du chagrin à certains, ça ressemble aux histoires familiales teintées de nostalgie, aux greniers où on allait rêver entre les photos jaunies, le cheval à bascule, le petit abat-jour en macramé de ce qu'on ferait plus tard...
En désaccord total avec cette chronique !

Daniel, arrêtez de prendre des vessies pour des lanternes ! Même si il est totalement sincère et convaincu de la nécessité d'une démarche radicale, Hamon a tout un appareil politique derrière lui qu'il ne peut pas abandonner. C'est technique : aux législatives, s'il veut une majorité, il devra faire avec les apparatchiks du PS. C'est techniquement impossible de les remplacer au pied levé en février !

Donc que fera-t-il avec El Komhri, Valls & co au parlement ? Qui mettra-t-il comme 1er ministre ? Quelle composition gouvernementale ? Il va se retrouver dans une obligation de négocier et sans autre pouvoir de négociation que le résultat de son éventuelle élection... Donc que dalle, vu le respect porté aux électeurs par ce parti moribond.

Faut pas rêver, une coalition avec Mélenchon, ça donnera la gauche plurielle toute pourrie, qui a oeuvré plus que tous les autres gouvernements à la libéralisation de notre économie.

Le PS est jaune, l'a toujours été et le sera toujours !!! Ces derniers temps je ressors régulièrement ce bouquin : http://www.alternatives-economiques.fr/histoire-secrete-patronat-de-1945-a-nos-jours-vrai-visage-capitalism/00040040
Lisez le, de grâce. Vous verrez, même les pires théories du complot n'arrivent pas à la cheville de la réalité.
Magouilles avec le CNPF, collaboration avec le CIA pour détruire (je pèse mes mots) le communisme en France, moyens démesurés pour casser les grands mouvements de grèves, responsable direct de la scission CGT / FO (qui a conduit à la désyndicalisation massive des salariés...)... Voilà le bilan de 70 ans de SFIO - PS...

Le PS c'est la connivence patronale, l'entre-soi bourgeois, la soumission aux Etats-Unis... Bref, l'horreur.

Et je ne garantis pas qu'un Mélenchon au pouvoir fera forcément mieux. Je dis juste que lui au-moins ne doit pas nourrir un appareil politique. Et s'il a le soutien populaire, à l'aide de mobilisation de masse dans les rues (dans la poursuite du printemps 2016, rien n'est impossible), il a toutes ses chances de mener à bien son projet.
NOUS NE VOTERONS PLUS JAMAIS PS!
Simple, clair, précis, car nous sommes de gauche et n'avons pas une mémoire de poissons rouges!
Et quel est, au juste, le rapport entre un programme profondément révolutionnaire (mais sans les têtes coupées) et un pseudo programme mou du bulbe, infinançable, impréparé, qui repose de surcroît sur un appareil de parti intégralement acquis au capital ?

Vous m'expliquez ?
Un pseudo frondeur qui n'a même pas eu le courage de s'opposer aux pires textes, se contentant, à l'occasion, d'une abstention gentiellette ? Ah il est beau le frondeur.

Soyons un peu sérieux, si Hamon est vraiment "de gauche" - et non pas PS - , c'est à lui de s'incliner - mais de grâce ne reprochez pas à Mélenchon de ne pas le faire, et consultez plutôt le programme "l'avenir en commun", remarquable de précision, sérieux, technicité.
Et un troisième homme ?
Issu de la société civile, qui serait le représentant d'un programme commun, avec Hamon et Mélenchon en bras droit et bras gauche.
Le programme commun permettrait en plus à chaque candidat de revoir ses mesures les moins compatibles avec la présidentiabilité sans pour autant donner l'impression de faire marche arrière.
On aurait un programme plus consensuel, certe plus limité, mais est ce qu'il ne vaut pas mieux se donner la possibilité d'être en position d'effectuer 90% d'un programme, qu'être sur de ne pas pouvoir être élu et en raliser 100% ?
J'ai l'intention de voter Mélenchon mais, si jamais il pactisait avec Hamon, je me tournerais vers le vote blanc. Hamon me semble être un opportuniste prêt à tout pour arriver. J'estime sa proposition de revenu universel comme très libérale, c'est d'ailleurs une invention de l'école de Chicago, j'ai cru comprendre. C'est un adepte du communautarisme et un bien modeste défenseur de la laïcité. Lors du débat avec Valls il a fait une démonstration très brillante de ses capacités à louvoyer, à échapper aux questions susceptibles de le déranger, c'est un politicien à l'image de la plupart des membres de son parti, on sent qu'il a longtemps côtoyé Hollande.
L'ego il est du côté de Mélenchon, le "moi je suis tout seul et j'ai raison" plutôt "j'ai la vérité". Un Valls à l'envers. (Quoi que, sur le républicanisme, il est finalement assez proche.) C'est d'ailleurs pour cela qu'il commence à baisser dans les sondages.
Sur le site Change.org, une pétition pour un rassemblement de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot en vue de l’élection présidentielle. Allez-y !
50 000 signataires à ce jour !
c'est en effet mal barré:
http://www.lcp.fr/afp/investitures-ps-hamon-contre-lidee-doffrir-des-tetes-melenchon
si Hamon refuse même de revoir les candidatures des députés qui ont déclaré qu'ils ne le soutiendrait pas, c'est que c'est pas seulement une histoire d'égo.
Non Daniel, je pense qu'un programme commun n'est pas sérieusement envisageable. Ces deux-là n'ont pas le même rapport au capitalisme. Hamon représente l'aile gauche d'un parti qui s'est converti à l'économie de marché depuis longtemps. Il a mis près de 2 ans et demi avant de quitter le gouvernement. Il a accepté un maroquin, participer à faire fonctionner la machine et, deux avant l'élection, démissionné en jouant les offusqués. C'est lui aussi un homme de compromissions. Il ne faudra pas l'oublier...
‘par la consommation mélenchonienne"

Heureusement que ce n'est pas ça notre programme, sinon je ne voterai pas pour lui.

Cordialement
On pourrait renommer cette chronique :

[large]"Daniel, Thomas, et le benoîtement Hamon insu".[/large]
Non, Mr DS, ça n'est pas un problème d'égos, mais bien un problème de programmes, ne vous en déplaise !

- L'assemblée constituante n'est pas négociable
- Le bras de fer avec l'UE (Plan A / Plan B) n'est pas négociable.
- Une sortie actée du nucléaire tout de suite n'est pas négociable.
égos, programmes, Thomas Legrand: un billet risible
D'accord avec T. Legrand et D.S : l'unité est incontournable si la gauche alternative veut remporter les élections. Plusieurs pétitions citoyennes et de bon sens circulent actuellement.
Si la question est de savoir si ce sera la symbiose parfaite, la coalition idéale, sans doute pas. Mais comme on en est au jeu du "moins pire" avec cette élection, je crois que cette "alliance de gauche" serait en effet le choix le plus pertinent.
Maintenant qui des deux voudra se désister ?? ? En tout cas si on pousse tous dans le même sens, on a plus de chance de les y pousser à se retirer (l'idée du tirage à la courte paille est judicieuse)
Je ne trouve pas que la difficulté soit liée à un problème d'égo, Hamon et Mélenchon sont des gens sérieux, cette question est secondaire et ridicule (pardon, mais pfff).
Le "schisme" porte malheureusement sur plusieurs sujets de fond.
Sans les hiérarchiser par ordre d'importance, une candidature commune devrait résoudre les points suivants :
- La stratégie vis-à-vis de l'Europe. Sans sortie des traités actuels aucune politique à gauche n'est possible. Mélenchon le sait, Hamon feint de l'ignorer (pour rappel Hollande aussi le savait et c'est l'une de ses promesses de 2012 non tenue).
- Afin de maintenir l'existance d'une gauche pendant toute la mandature de Hollande, Mélenchon a du (et il a eu raison) se positionner en opposition avec le gouvernement (ne serait-ce que pour s'opposer à la perversion du vocabulaire de gauche dont Hollande est particulièrement friant). Hamon l'a fait aussi mais de manière plus tardive. Aujourd'hui il tire sa légitimité du PS, l'ambiguité est de son coté. Il doit clarifier sa position : soit la synthèse avec Valls soit avec Mélenchon (les "cadres" du PS semblent avoir choisi pour lui en ne le soutenant pas ou peu... c'est donc envisageable)
- Mélenchon a lancé une démarche citoyenne et sérieuse depuis plus d'un an de manière à élaborer un programme cohérent de transition écologique. Son équipe a rencontré publiquement de très nombreux experts et les propositions sont à la fois cohérentes et encore ouverte à la discution... Elle le seront d'ailleurs encore après l'élection puisqu'il prévoit de proposer le passage à la 6ème République avec la convocation d'une assemblée constituante. Hamon est le bienvenu pour co-animer le mouvement, même s'il n'y est pas à l'origine. Il serait accueilli à bras ouvert et ses idées seraient les bienvenues.
Bref, sérieusement la balle est chez Hamon et sa décision serait historique et de gauche !!!
Perso, je m'en fout de l'un ou de l'autre mais je trouve la démarche de Mélenchon mieux ancrée à gauche, plus sérieuse et plus cohérente, c'est tout. Hamon est jeune s'il est premier ministre de Mélenchon, leur politique sera d'une telle fraicheur qu'il pourra suremment se présenter victorieusement pour être le premier président de la 6ème République (si on choisit d'avoir encore un Président).
Un ticket entre les deux permettrait ainsi d'avoir l'un puis l'autre... pour moi ça se tente...
Autant l'avouer, j'ai un sérieux problème avec le prince du décryptage buissonnier de la maison @si.

Celui qui, voici quelques mois, avait su voir ce qui n'avait frappé personne ("Les jeunes occupants de la Place de la République construisent une rupture radicale avec le mélenchonisme"), n'a visiblement pas été capable d'entendre ce serment que tous ont pourtant copieusement entendu dans les rues anti loi-Travail de la même époque ("Nous ne voterons plus jamais PS").

Si nous avons fait ce serment, ce n'est pas parce que tous les membres ou sympathisants du PS sont des salauds, mais parce que nous avons compris que même le mieux intentionné des socialistes (un Filoche, un Hamon...) ne pourrait rien changer en profondeur avec le PS dans ses bagages.

Vous ramenez ça à une question d'égo. Ça n'a pas de sens. Évidemment que les uns comme les autres sont bouffis d'orgueil (on ne brigue pas ce poste sous la Vème sans cela) et que ça leur ferait mal au cul de céder à l'autre. Mais s'il vous plait, posez parfois vos lunettes du vieux monde et souvenez vous qu'il y a des gens, aussi, et des gens qui votent. Leur égo s'appelle une conscience, un raisonnement, une réflexion, une cohérence, une consistance, appelez ça comme vous voulez, mais ils pensent (au moins, ils essaient). Pour ma part, un Mélenchon qui s'écrierait d'emblée, dans le monde des oui-oui-Legrand "je me rallie à la dynamique Hamon", perdrait d'un seul coup ma confiance et mon vote. Il se révélerait être la girouette et l'opportuniste qu'il se défend jusqu'ici d'être.

Car il ne s'agit pas de s'allier ou pas à une personne (Hamon est sympathique à beaucoup dans le milieu "insoumis", il est rafraichissant dans sa façon de déshystériser les questions étouffantes, etc.), mais d'accepter ou non de voyager dans les cinq prochaines années avec les bagages encombrants qu'on a passé au moins un quinquennat à rêver de passer par dessus bord. S'allier avec un candidat au nom duquel seront investis, sous un mandat ou un autre, des Sapin, des Valls, des El Khomri, des Le Foll ? Il en est hors de question.

Nous voulons des garanties. Un ralliement sous pavillon PS les exclut mécaniquement.

Un ralliement hamoniste sous pavillon "insoumis" les laisse au moins espérer.
Finalement la petite stratégie Hamon marque des points dans les esprits aux convictions molles. Avec sa proposition de revenu universel qui ne l'est que dans la formule il passe pour celui qui va convertir le Ps, ses élus en particulier, à une véritable politique de gauche. Même si les faits sont têtus car ses actes en disent plus long que ses mots quelques uns continuent à croire qu'un rapprochement est possible entre ses propositions ( puisqu'il n'y a pas de programme ) et le programme de la France Insoumise. Il ne s'agit pas d'une stratégie du tout ou rien mais quid de l'Europe, du nucléaire, de la sécurité sociale, de la fiscalité, de la loi travail, et comme ça toute une liste. Bien évidemment si on privilégie l'accès à la présidence contre tout le reste un accord est possible. Enfin, franchement vous voyez Hamon en président. C'est du Tsipras en pire. Au secours ! Dernière remarque : citer Thomas Legrand même avec des réserves c'est juste pas possible.
Bonjour Daniel,

J'interviens jamais et pour cause, il existe souvent dans les commentaires un ou plusieurs avec lequel je suis d'accord. Là aussi, d'ailleurs. Mais je ne comprends absolument pas que vous pouvez vous poser un seul instant la question entre Hamon / Mélanchon. Hamon n'est qu'un autre clown de service un point c'est tout, il y a même pas matière à discuter. Et comme déjà dit dans les commentaires, en tant que candidat PS, il devra suivre la ligne décidée en "Hamon" elle est drôle celle-là(;-)

Donc, oui cela risque d'être difficile pour Méchenchon, mais sans trop m'avancer, je crois que les gens en ont soupé de ces guignols donneurs de leçons.

Savez-vous que beaucoup des modes de calcul de la CAF, APL, RSA, ASS, ACS, ARE et j'en passe... ont été modifiés à la baisse et sous un gvt de "gauche" soit-disant ?

Bien à vous, et un grand merci à toute l'équipe pour votre travail.
Moi ce que je redoute le plus, c'est le Macr(Ham)on...

(pour plus d'info voir https://www.facebook.com/groups/rezoleo/ )

(par manque de temps, pour l'heure, je ne parviens pas à vous trouver une adresse plus précise... )
C'est vrai que Hamon et Mélenchon sont sur le même créneau, que tous deux sont les seuls, issus du sérail qui prennent en compte l'impératif écologique. Tous deux ils représentent une vrai gauche. Mais s'entendre sur quoi ?

La démarche est quand même totalement différente. JL Mélenchon propose la convocation d'une assemblée constituante pour mettre en place la 6ème République. Passer d'une monarchie présidentielle à une démocratie parlementaire avec un premier ministre responsable devant le parlement, avec un parlement élu à la proportionnelle (intégrale ou pas, c'est à voir). C'est fondamental et ça conditionne tout le reste.

Regardez les propositions de Benoît Hamon dans le domaine des institutions https://www.benoithamon2017.fr/thematique/pour-une-republique-bienveillante-et-humaniste/
Il s'agit au mieux de mesurettes destinées à gommer les travers les plus criants de la 5ème république. Et toutes les phrases commencent par je..., je ferai ceci, je ferai cela.... Pour en finir avec la monarchie présidentielle, ça commence mal.

Pour Thomas Legrand, comme pour tous les éditocrates, c'est un jeu. Un tel pourrait s'allier avec untel pour battre le troisième. Quand on s'intéresse aux idées, ça devient un peu plus compliqué.
D’ici le dépôt des candidatures officiel, les dynamiques d’affluence, d’audience et de sondage vont le décider, à mon sens.
Je n'écoute plus depuis pas mal de temps la chronique de Thomas Legrand... Si je devais me demander pourquoi, vous m'en fourniriez la réponse aujourd'hui : " Les égos étant ce qu'ils sont, ils préfèreront tous deux rester tranquilles dans l'opposition. C'est tellement plus agréable. "
D'une part, je ne vois pas le rapport entre les égos et le fait de rester dans l'opposition mais passons...
C'est simplement honteux de faire ce procès d'intention à JL Mélenchon qui se démène depuis des mois , voire des années, à construire un vrai programme et qui, thème après thème le diffuse dans la France entière avec autour de lui des milliers d'insoumis. Thomas Legrand (comme bon nombre de ses confrères de France Inter, ment par omission !)

Que Hamon, en dilettante qu'il est, soit venu puiser quelques idées de dernière minute dans ce programme et qu'il ait trouvé la ficelle du revenu universel pour gagner la primaire est autre chose. Lui en tout cas, ne veut pas gagner la présidentielle, c'est clair ! Sa mission est de sauver l'agonisant parti socialiste, c'est encore plus clair (ses entrevues avec Caseneuve et Hollande en sont presque la preuve....)

Mais, pour parler de choses sérieuses, et donc de la proximité des programmes qui pourrait rapprocher les deux candidats, je ne saurais mieux dire que les deux articles suivants parus dans Médiapart (et je vous conseille vivement d'aller les lire et de les proposer à Thomas Legrand !) :

- Benoît Hamon : chronique d'un renoncement annoncé par Olivier Tonneau

- Hamon condamné à perpétuer la politique de Hollande par Noam Ambrourousi.

Après on pourra discuter !
J'aime votre fraîcheur d'âme, Daniel.
Alors, comme ça, il suffit qu'un "programme" (ou plutôt un catalogue de mesures) vous plaise pour que vous soyez prêt à [s]vous soumettre[/s] voter pour le type qui le présente.
Que ces mesures, pour être mises en oeuvre, en impliquent d'autres qui - elles - sont rejetées ne vous trouble pas. Je parle bien sûr des rapports avec l'UE.
Vous n'avez pas la mémoire aussi courte, quand même! Rappelez-vous le "Je vais renégocier le traité" du funeste FH.
Si Hamon est sincère, il est obligé de penser à sortir des traités, avec l'accord des autres pays de l'UE ou sans (un plan B, en quelque sorte). Or, il le refuse à l'avance. C'est-à-dire qu'il se lie les mains avant de commencer la négociation. C'est-à-dire encore qu'il n'a pas de réelle intention de "négocier", mais simplement (dans le meilleur des cas) de demander l'autorisation.
Hamon, tout sympathique qu'il soit, n'est rien de plus qu'un leurre.
Un programme commun ça se construit à la veille de l'élection présidentielle ? C'est une blague. Franchement, Daniel, un programme se doit d'être cohérent et réaliste. Hors, le programme de Benoît Hamon est incompatible avec celui de Jean-Luc Mélenchon pour une raison : l'Europe. Vous pouvez le tourner dans tous les sens que vous voulez, les programmes sont INAPPLICABLES dans le cadre des traités européens (même celui de Benoît Hamon qui va faire du Alexi Tsipras en moins de deux mois s'il était élu). Franchement, c'est une blague, et ce n'est pas une question d'égo : il y en a un qui a construit un programme depuis des mois et des mois, retravaillant un programme déjà construit il y a cinq ans, et dont les supporters ont JURE de ne plus voter Parti socialiste, et de l'autre, un mec qui vient juste de gagner une primaire dont le parti peine à le suivre au point que s'il se ralliait à l'autre, le parti suivrait Emmanuel Macron. Non, il n'y aura pas un report des voix automatique et massif entre socialistes et insoumis. Additionner du bois et de la terre, ça ne donne pas des choux de Bruxelles.
Hors le schéma classique:
--rencontre d'un homme et son peuple
--émergence de l'homme providentiel
--besoin d'un "Dieu" d'un moteur, d'un exemple (je pouffe!!)
--besoin de dons sacrificiels de sa personne pour SAUVER la nation (Musique, s'il vous plaît)
--besoin d'une belle histoire de Prince Charmant, jeune fringant, habité par la tâche (Macron!)
--...

Nombreux sont ceux qui ne peuvent échapper à ce carcan psychologique instillé, installé dans nos neurones incapables d'autres respirations.

Alors les hypothèses, les transactions, les off, les in, les postures, les mentons, les partis, les structures (merci cultive) coercitives...mènent la réflexion.

Le nez dans le guidon aucun ne fait ce pas de côté nécessaire et salvateur qui peut permettre une invention du mot démocratie.

Mélenchon par les sujets et propositions nées de l'horizontalité essaie de ne pas trop jouer le sauveur.
Je dis "essaie" car il le joue parfois perso (comme au foot).
C'est le seul.
Pour ceux qui votent encore, c'est le seul qui peut.
Je dis ça comme ça, moi qui ne vote plus.

Tout le reste n'est que café de commerce et cela me désole.
Bonjour,

Je pense que vous raisonnez à l'envers. On n'est pas dans une addition de patrimoines électoraux mais dans la mobilisation de forces qui pour une bonne part ne se sont pas encore décidées. Les 15% de Mélenchon + les 10% de Hamon (vous ne me ferez pas croire que les sondages tombés 2 heures après la désignation de Hamon aient une quelconque valeur), mesurés à cet instant par les sondages ne font pas 25% en avril.

Si Mélenchon met le doigt dans un arrangement avec un représentant du PS, son électorat disparaît instantanément. A la France insoumise, on veut tourner la page, et on n'a aucune confiance en Hamon, qui risque fort d'être un Hollande bis, sa carrière en atteste. C'est pour cela que JLM lui fait une proposition honnête et transparente: tourner la page du hollandisme en rompant avec le personnel du PS actuel. JLM sait très bien que Hamon ne peut pas l'accepter, car il est coincé dans un étau : son électorat veut dégager Valls, Hollande et cie, mais Hamon ne contrôle pas le PS, ce sont les hollandistes qui ont la main sur le parti, et sur les investitures. Il a l'appareil contre lui, et connaissant son caractère, il va tenter une synthèse molle, une combinaison qui n'a aucune chance de fonctionner. Il s'est d'ailleurs précipité à Matignon et à l'Elysée pour se faire adouber, drôle de manière de rompre. De toute manière, Hamon n'est pas là pour gagner la présidentielle, il est là pour prendre le contrôle du PS après les élections. PS qui risque quand il en sera devenu le chef, d'être devenu une coquille vide, mais c'est une autre histoire.

Quand à Mélenchon, il doit apparaître pour ce qu'il est, LE candidat de gauche crédible et potentiel vainqueur, opposant résolu à la politique des 5 dernières années, et portant un programme très élaboré et cohérent, qui propose un véritable changement de société, une rupture radicale mais tout à fait crédible avec l'ancien monde.
Les électeurs de Hamon, les déçus de Hollande, les abstentionnistes sont disponibles pour porter Mélenchon au second tour. Pour cela, il faut qu'il apparaisse comme ayant une réelle chance d'y être, pour éviter à ces électeurs les choix impossibles entre les combinaisons Le Pen Macron et Fillon... c'est tout le sens du défi des prochaines semaines : montrer les contradictions de Hamon, dégonfler la baudruche Macron, et profiter des déboires de Fillon. La porte est étroite, mais c'est tout à fait possible. Tous les électeurs de gauche n'ont peut-être pas une folle envie de Mélenchon, mais je ne pense pas qu'ils lui préfèrent Fillon Le Pen ou Macron. Le votutil, ça peut aussi marcher dans notre sens pour une fois...

La victoire d'un candidat de gauche ne passe pas par des discussions d'état-majors qui vont dégoûter tout le monde, mais par une fusion des électorats.
La seule question importante de cette election, c'est la sortie de l'Euro. Il n'y a aucun moyen de "tordre le bras de l'Allemagne". J'espere que chacun realise l'enormite qu'il y a dans cette idee. L'experience Tsipras n'a pas suffit ?

Certes, la France n'est pas la Grece, mais il faut tout de meme etre sacrement aveugle pour immaginer l'Allemagne accepter de se faire "tordre le bras" et d'accepter une union de transferts qui lui couterait une part faramineuse de son PIB quand meme la gauche du pays soutient les politiques ordoliberales. Lire l'integrale des articles de Romaric Godin a ce sujet.

Bref. Hamon tordant le bras de l'Allemagne, c'est une grosse blague.
Le coup du conflit d'ego, vraiment? Ici?

Quelques éléments de réponse quant à la méfiance légitime que peut inspirer Benoît Hamon.
Des "archiectes", vous êtes sur Daniel ?
Eh bien non !
Hamon = PS = Loi travail, etc.
Je ne peux pas !
bon, ben moi je retourne faire de la poterie et j'emmerde les grands politologues
Il est clair pour tout le monde qu'en absence de fusion, la gauche va direct dans le mur.

Il est clair qu'Hamon ne se désistera jamais...(trop longtemps qu'il patiente!)...
Il est clair que JLM ne peut pas se désister pour le PS (autant qu'il se suicide!)...

Donc, sauf si la mobylette Fillon redémarre, on aura la "fusée Macron" comme PR...Quelle horreur!!!

En clair: A moins d'un de ces coups de théâtre qui font l'actualité, on est mal...
Merci à Lordon.

Daniel est toujours autant à la ramasse.
Ce serait désespérant, s'il me restait de l'espoir ...
[quote=Daniel Schneidermann] le succès ou l'échec d'un éventuel quinquennat de gauche se décidera sur un facteur et un seul : la capacité du nouvel élu, soutenu par une majorité, de tordre le bras à l'Allemagne, pour lui imposer le droit à conduire une politique de gauche

Je pense que comme beaucoup de commentateurs Daniel sous-estime la part du fond dans la divergence entre Hamon et Mélenchon.

Si les 2 points centraux des années qui viennent pour redonner de l'air à la souveraineté du peuple son effectivement la capacité à créer un rapport de force favorable avec l'UE (et en particulier l'Allemagne) et la convocation d'une assemblée constituante pour refonder la démocratie en passant à une 6ème république, alors il est évident que le projet le plus mature et cohérent pour le faire est l'"avenir en commun" porté par la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

La candidature de Mélenchon n'est pas une question d'égo et je suis un peu déçu de voir Daniel reprendre ce petit refrain que l'on entend partout à ce sujet qui sous entend que tous els politiques sont les mêmes, centrés sur eux même et avides de pouvoir.


Le projet politique lui-même de Mélenchon est un démenti à cette affirmation. Avec le passage à la 6ème république suite à la convocation de l'assemblée constituante du peuple, Mélenchon rendrait le pouvoir dès les nouvelles institutions instaurées, au bout de 2 ans. C'est l'autre point fondamental du projet avec la confrontation avec l'UE grâce à la stratégie de plan A/ plan B.

Autre élément qui dément cette idée de la centralité des égos, Mélenchon souhaitait présenter la candidature d'une autre personne pour ces élections, celle de François Delapierre. Il en a parlé à quelques rares reprises lorsque les journalistes l'ont poussé dans ses retranchements sur la légitimité de sa candidature en tant que personne. François Delapierre est mort il y a un an et demi.

Personne ne voulait de ce rôle ingrat et lourd de responsabilité de candidat à la présidentielle. Dans la vraie gauche, la critique de la personnalisation et des institutions de la 5ème république est quasi unanimement partagée. Mélenchon s'est proposé comme candidat car s'il ne l'avait pas fait, il faut être réaliste, personne aujourd'hui n'aurait pu porter aussi haut et fort ces idées fondamentales.
Le PS, ce n'est pas que Hamon, le PS ce sont les députés socialistes, aussi, et comment détricoter les lois PS avec les députés PS ?

En fait, la situation est juste nulle, parce que même dans l'esprit des meilleurs, le PS n'est pas encore complètement moisi, il est encore un truc "de gauche" et "progressiste" à la sauce "Loi Travail". :-/
J'aime bien l'engouement autour de Hamon. On avait déjà bien senti le courage du personnage lorsqu'il avait refusé de voter une motion de censure qui aurait permis d'empêcher la loi travail. Nul doute qu'il ne compromettra pas sa présidence pour des raisons électoralistes ou purement politiciennes.
J'ai été sollicité par l'équipe de Filoche pour signer l'appel à la candidature unique.
J'ai répondu que cette alliance ne me paraissait pas viable, sachant qu'une majorité d'électeurs de Mélenchon la rejetteraient, et qu'un certain nombre d'électeurs de Hamon seraient réticents à voter Mélenchon.
J'ai eu droit à une nouvelle relance...

Quant au mépris affiché vis à vis de Hamon par les deux has been gauchisants, éternels opposants improductifs, il n'a rien d'étonnant.
"le succès ou l'échec d'un éventuel quinquennat de gauche se décidera sur un facteur et un seul : la capacité du nouvel élu, SOUTENU PAR UNE MAJORITÉ, de tordre le bras à l'Allemagne"

C'est bien là que le bât blesse. Au risque de vous attrister, Hamon n'est que le candidat du PS (ou de la BAP, même différence). Pas le 1er secrétaire du PS, ou son secrétaire aux élections. Et justement, le PS a déjà choisi 400 de ses candidats aux législatives. Pis, ce sont les sections locales qui les ont élus. Ils ne peuvent donc être changés. Et sur ces 400, ils sont quasiment tous sur la ligne Valls-Hollande, députés ou ministre sortants (on y retrouve entre autres, El Khomery, Valls, Vallaud-Belkacem, Cambadélis, Le Roux et l'armée de godillots qui a tout voté depuis le début du quinquennat). Vous croyez que Hamon (ou Mélenchon) va tordre le bras à l'Allemagne avec ça ?
Seulement, continue Legrand, ils ne s'entendront pas. Les égos étant ce qu'ils sont, ils préféreront tous deux rester tranquilles dans l'opposition.
Moi, je suis d'accord sur la première phrase, ils ne s'entendront pas.
Par contre, je suis en désaccord total sur la suite, ce n'est certainement pas une question d'égos. Mélenchon comme Hamon sont dans une structure.

Le Parti Socialiste pour Hamon, Thomas Legrand l'ignore? L'oublie? Le nie? Fait semblant, plus vraisemblablement, certainement même. Cette structure lui fait déjà défaut, qui s'en va vers Macron, qui menace de ceci/cela, qui s'est déjà fait investir pour les législatives sur un programme opposé au sien, qui lui enjoint de modifier le programme sur lequel il a pourtant été élu. Il est complètement lié par la structure à laquelle il appartient. On peut imaginer que ça s'aggrave au point qu'il ne lui reste plus somme solution que de se retirer, n'étant plus soutenu que par une minuscule minorité au sein de son propre parti. On ne peut pas imaginer qu'il négocie, vraiment (et quoi?) avec Mélenchon. Pour gauchir encore un programme déjà refusé par la droite de son parti? Voire qu'il se retire et le soutienne?

Mélenchon est tenu, lui aussi. Pas par un parti, mais par tout un réseau de militants. Qui ne comprendraient guère cette volte face, en opposition frontale avec tout ce que défend ce mouvement. Qui seraient très nombreux à le lâcher. Mais ça n'arrivera pas. Non plus. Sincère ou jouée, la posture de Mélenchon ne lui permet pas de prendre ce chemin sans se déconsidérer (c'est très différent de l'égo, la cohérence avec soi-même). Que pourrait-il bien négocier avec Hamon? Le soutenir et soutenir par la même occasion le PS? Vous voyez bien que ça ne tient pas debout, cette histoire.

Faut arrêter de faire l'histoire avec des individus. Ça ne tient pas. Mais c'est cohérent avec la posture journalistique, le petit bout de la lorgnette, toujours, le détail, la petite phrase, l'amour de Fillon pour son épouse, l'ambition de ceux qui lorgnent déjà vers sa place, le mauvais caractère de Mélenchon, la bonne volonté de Hamon et autres contes à dormir debout.
À mon simple avis, la clé de l'histoire, c'est le parti communiste. Si Hamon s'entend avec le PC (plus besoin de programme commun, une trentaine de circonscriptions éligibles en cas de victoire suffiront), alors Mélenchon n'a plus ni argent, ni militants, et peut-être même plus assez de signatures. Et Pierre Laurent se gaussant publiquement que les relations avec Mélenchon sont médiocres, je me dis qu'un accord de ce type n'est peut-être pas si éloigné. Mais attention à l'atterrissage si Hamon est élu : parfait petit apparatchik pendant 25 ans, il n'a pas brillé par sa constance idéologique...
de mon côté, je signe
https://www.change.org/p/pour-une-coalition-entre-beno%C3%AEt-hamon-jean-luc-m%C3%A9lenchon-et-yannick-jadot
Les deux proposent de passer à la 6eme republique!
C'est la base de tout!
Si ils se mettent d'accord pour une constituante dés le début du mandat, quelle importance aura le nom sur le bulletin?
Il faut se mobiliser pour les faire s'entendre!
Mais enfin vous croyez qu'Hamon est la pour quoi ? Pour juste plomber JLM, ce type est du PS, on ne votera pas PS, c'et fini, Hamon ferra comme Hollande, il est le mec d'une cadre de chez LVMH et ras le bol du 'la vie privé on s'en fou', comme pour DSK, et Hollande, leur vie privé prouvaient leur duplicité, leur mépris des femmes donc des gens. Et un mec qui sors avec une nana de droite est a droite tout comme le PS. Mais ça y est les zintello type Daniel, sont pret a s'allier encore aux menteurs juste parcequ'eux ne risque pas de devenir SDF si notre modèle sociale est encore plus détruit .
a écouter pour voir a quel point le PS est corrompu ou idiot, et depuis 1980. https://youtu.be/gK9IoHY_vWo
J'ai beaucoup aimé la fin de la chronique: même pas cap d'être président, pff. De quoi titiller Mélenchon, mais pour le coup, c'est pas mal.
Je suis d'accord Legrand, mais il oublie de préciser que la Présidentielle avec les législatives, c'est juste la plaie.
Merci Daniel...

j'avais aussi vu l'interview de Lordon chez Mermet, et comment dire....les bras m'en étaient tombés aussi...
Hamon-Mélenchon...pas cramés, encore!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.