97
Commentaires

Finkielkraut insulté : déluge de condamnations... et réserves

Le parquet de Paris a ouvert une enquête, après les insultes et injures antisémites, dont a été victime le philosophe académicien Alain Finkielkraut, samedi 16 février, à Paris, en marge du 14 ème acte des Gilets jaunes. Réactions immédiates de nombreux internautes, personnalités politiques et médiatiques, entre condamnations fermes, récupérations politiques, amalgames et réserves pour certains.

Commentaires préférés des abonnés

"on entend distinctement à plusieurs reprises "Palestine, Palestine...", puis "rentre chez toi !", s'ensuit quelques secondes après (A 35 secondes sur la vidéo) le cri d'un autre manifestant : "A Tel- Aviv, A Tel-Aviv", adresse-t-il à Finkielkraut. L(...)

Ce qui est quand même paradoxal, c'est que Finkielkraut a beau être un insupportable raciste et un homme d'extrême droite, sur la question palestinienne, il est beaucoup plus modéré que beaucoup.

On peut citer cet entretien en décembre 2017 à propos d(...)

Notre immense philosophe déclare " qu'il n'est ni victime, ni héros ".


C'est bien la preuve qu'il ne dit pas que des conneries.

Derniers commentaires

Faut vraiment avoir du temps à perdre pour insulter Finkielkraut...

Carpe diem.

On verra si le gouvernement, les médias dominants, les éditocrates, la Licra et le Crif réussiront à tuer le mouvement des Gilets jaunes comme ils ont réussi à faire exploser celui des soutiens au peuple palestinien avec les mêmes procédés.

La pensée philosophique en France en ce moment: BHL, Finkielkraut, Zemmour, Ferry, ... c'est à pleurer.

Qui tire les marrons du feu de ces provocations (car c'en est une au cas où vous ne vous en seriez pas aperçu...), devinez? 

Qui est derrière ces actes d'antisémitisme (croix gammées, injures sur la photo de S. Veil, ... ) ? personne ne se pose la question de provocations savamment orchestrées par celui qui en tire les marrons du feu ? C'est si facile à faire!

Et pendant ce temps, les Benalla et autres sbires courent toujours...

Elle est où la vérité des faits ? Sur BFM, CNEWS, LCI, France Info ? ... c'est à pleurer.

"Curieux "historiens" en vérité que ces gens qui au lieu de s'attacher à "connaître le déroulement exact des événements" s'intitulent juges des "pièces à conviction" d'un procès qui n'a lieu que parce qu'ils nient l'existence de l'objet du litige, à l'heure du verdict, seront donc nécessairement amenés à déclarer fausses toutes les preuves contraires à l'a priori dont ils ne démordent pas "

"de l'extrême violence qui s'est abattue sur le philosophe"

Ça commence fort. Si quelques insultes sont une "extreme violence", que sont les coups, les eborgnages, les mutilations des manifestants (français et palestiniens) ?


Les gens detestent Finkelkraut, parce que c'est une sombre idiot, un pourvoyeur de haine, un soutient des fascistes d'israel, pas parce qu'il est juif. Il se cache  derriere sa judeité, c'est si pratique! Si on n'est pas d'accord avec lui, alors on est antisemite !



Faudra aussi qu'on explique un jour à nos journalistes que le massacre Hitlerien n'est rien comparé aux massacres du capitalisme, et aux centaines de millions de morts qui vont arriver dans les prochaines années à cause des capitalistes qui detruisent la planete pour quelques dollars de plus. On a assassiné au moins 40 millions d'indiens en amérique (qui vivaient à peu pres en harmonie avec la nature, eux), et on n'en fait pas tout un plat... d'ailleurs on continue de massacrer les peuples jusque là preservés du capitalisme, dans l'indifference generale. Absolument marre de cet "argument" (en fait un dogme quasireligieux, tellement sacralisé) "l'antisemitisme c'est le mal absolu, le diable". Il y a des dangers beaucoup plus grands et immediats, en fait. Oui l'antisemitisme c'est  mal, comme toute forme de racisme, pas plus, pas moins. Quand on aura libéré nos freres africains de notre colonialisme, on pourra s'inquieter des 5 abrutis antisemites de france.


Sur le site, je l'ai déjà écrit mais le redit, le sionisme n'est jamais que l'autre nom du colonialisme appliqué à cette région du monde qu'est le Proche Orient.

Criminaliser l'antisionisme ce serait donc criminaliser l'anticolonialisme.

Une fois que j'ai dit ça, je dis aussi que ce pays doit exister, à cause de l'histoire du peuple Juif qui a pu ainsi, après la guerre, échapper définitivement aux persécutions en créant ce pays, mais en respectant les résolutions de l'ONU depuis 48, ce qui n'est malheureusement pas le cas, loin de là.

Les Kurdes sont dans le même cas, mais éternellement floués depuis le traité de Sèvres en 1920, sans avoir subi toutefois d'extermination massive.

Mais franchement, j'ai eu de la peine pour Finkie, qui ne méritait certainement pas ça, il n'y a que sur le terrain des idées que l'on peut éventuellement le combattre, mais qu'on le laisse tranquille !

Il rentrait simplement chez lui, après être allé au restaurant, il ne demandait rien à personne.

Dans nos grands médias, on pense à l'emporte-pièce.

Que l'agression ait eu un fond raciste ou pas, on n'est pas capable d'expliquer que critiquer la politique Israélienne et avoir des idées antisémites, ce n'est pas la même chose.

Si Soral a entretenu le flou à ce sujet, il est possible que radios et télés l'entretiennent également, à leur manière.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cet article tout comme tous ceux qu'il paraphrase me semble omettre de poser la question intéressante. Finkielkraut est insulté de manière antisémite, mais est il insulté parce qu'il est Finkielkraut ou parce qu'il est juif ? 


Dans un cas on a une agression à motivation antisémite, à mettre en lien avec les tags inquiétants ayant servi de préambule à cet énième épisode de la saga des crimes terribles ternissant l'image des gilets jaunes (un feuilleton qui semble parfois si parfaitement écrit qu'on pourrait en devenir complotiste), dans l'autre juste des gens qui s'en prennent à ce personnage public particulier pour ses prises de positions passées, dont certains qui dérapent et se laissent aller à traiter sa race comme ils auraient pu traiter sa mère (ce qu'ils font aussi, d'ailleurs).


Enfin doutant un peu qu'un juif lambda se ferait insulter comme Finkie chaque fois qu'il croise des islamo-gauchistes dans la rue, pas plus qu'entarter comme BHL chaque fois qu'il croise des amateurs du comique de répétition j'aurais donc tendance à joindre ma voix à ceux qui "minimisent" le problème, sachant qu'il peut être résumé par "des personnages publics controversés* sont parfois pris à partie par des quidams de manière désagréable" et ces quidams se laissent parfois aller à évoquer leurs origines pour les blesser (quand c'est pas leur milieu, ou leur famille).  

S'il s'agissait de Sarkozy qui se ferait inviter à retourner se faire voir en Hongrie, y verrait on de la hongrophobie ?


* ou bien moins controversés, une mode récente semblant être de bruler les possessions de chefs étoilés rendus célèbres par la télé, par exemple, un signe de l'anticuisinisme des gilets jaunes, probablement (et à mettre aussi en relation avec l'affaire des Bagel, à n'en pas douter)

C'est moi, ou on entends clairement des gens crier "antisemite" egalement ?

Sinon interessant de voir que de crier "Sale raciste" et "Haineux" a quelqu'un fait du crieur un antisemite. Je serai prudent pour le jour ou je croiserai Dieudonne dans la rue, de peur que l'on se meprenne sur mon propos.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce qui est quand même paradoxal, c'est que Finkielkraut a beau être un insupportable raciste et un homme d'extrême droite, sur la question palestinienne, il est beaucoup plus modéré que beaucoup.

On peut citer cet entretien en décembre 2017 à propos de la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël : 

"Je partage l'attachement à Israël, de tous les juifs, mais d'un autre côté, la décision de Trump me paraît catastrophique parce qu'elle risque d'embraser la région, parce qu'elle risque d'empêcher la reprise des négociations entre les Palestiniens et les Israéliens. Les Américains auraient dû procéder tout autrement", a-t-il regretté, fustigeant également la position du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu : "Il ne propose rien aux Palestiniens. Il les pousse au désespoir et à l'extrémisme."

Dans la foulée de cette prise de position par Trump, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et le Consistoire ont appelé dès jeudi le président français Emmanuel Macron à faire de même. Une déclaration qui ne fait pas l'unanimité au sein de la communauté juive, allant même jusqu'à la crisper, a estimé Finkielkraut. "Le Crif me semble sortir de ses prérogatives et je ne suis pas sûr qu'il soit représentatif dans le monde juif. La plupart des juifs, pas tous, sont attachés à Israël, soucieux d'Israël et sont conscients de la vulnérabilité d'Israël (...). Il n'en reste pas moins que tous les juifs ne sont pas d'accord avec la politique de Netanyahu. Le Crif, au lieu de demander à Macron de s'aligner sur Trump, devrait lui ne pas s'aligner sur Netanyahu et le gouvernement d'Israël parce que ces décisions peuvent être et doivent être discutées."

Jérusalem, capitale d'Israël ? Pour Alain Finkielkraut, "la décision de Trump risque d'embraser la région"

Les beaux esprits luttent contre l'antisémitisme.C'est plus facile qu'en 39 hein !

Et c'est nous les gitans, les "substituables", "les "guenilles" les "riens" les "sans-dents(non, non, les socialos on n'oublie rien)"les "derniers de cordée" , les méchants.

Un vent mauvais souffle et il ne vient pas de la rue. 

Il faut bien reconnaître que si M. Finkielkraut ne répétait pas en boucle sur les (nombreux) micros où il sévit que lui et les autres juifs sont par droit divin les seuls et uniques propriétaires de la terre sise entre la mer et le Jourdain nous n'aurions pas à gloser à l'infini les propos d'un quidam pour savoir quelle est la proportion de sionisme bon teint, d'antisémitisme ou d'antisionisme qu'ils contiennent.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Dire "rentre chez toi à Tel Aviv", c'est dire à quelqu'un qu'il n'est pas chez lui en France, en l'occurrence parce qu'il est juif. C'est donc de l'antisémitisme.  "Sale juif "n'a peut-être pas été dit, mais l'antisémitisme s'est cependant bien exprimé. Même Serge Faubert, dont vous citez le tweet, parle de "connard antisémite" à l'endroit de l'énonciateur. Il devrait discuter avec Aude Lancelin qui en reste à "je n'ai pas entendu sale Juif".


Cela posé, on est bien d'accord, cela ne vaut aucune généralisation à tous les manifestants. Et on est bien d'accord, les réactions de C. Castaner et de B. Grivaux à l'endroit d'Aude Lancelin puent la récupération à des kilomètres. 

Vous dites "Le caractère antisémite des injures proférées ne fait donc aucun doute" mais je suis sûr que les gens en question se revendiqueront d'un anti-sionisme. Il faudrait arriver à donner les critères faisant dire que c'est de l'instrumentalisation antisémite de la question israélo-palestinienne.

En l'occurrence, le fait qu'on dise à Finkielkraut de partir à Tel-Aviv ressemble à une instrumentalisation antisémite puisque on lui demande en fait d'être sioniste, de quitter la France pour Israël, chose qui ne plairait sans doute pas aux Palestiniens.

D'ailleurs, ces amateurs du "on est chez nous" prétendument anti-sionistes devraient se rendre compte qu'ils ont le même logiciel idéologique qu'un Netanyahou, lequel tente d'ailleurs de se rapprocher de la droite anti-immigration européenne : Israël courtise les frondeurs de l'U.E., le groupe de Visegrad, Orban & co.

Notre immense philosophe déclare " qu'il n'est ni victime, ni héros ".


C'est bien la preuve qu'il ne dit pas que des conneries.

Les Palestiniens ont ceci de particulier : ils n'ont le droit de s'appeler "victimes" qu'en fonction du nom de leurs bourreaux.


Aux antisemites qui pensent leur leur soutient à la cause Palestinienne légitime leur haine : allez vous faire mettre

"on entend distinctement à plusieurs reprises "Palestine, Palestine...", puis "rentre chez toi !", s'ensuit quelques secondes après (A 35 secondes sur la vidéo) le cri d'un autre manifestant : "A Tel- Aviv, A Tel-Aviv", adresse-t-il à Finkielkraut. Le caractère antisémite des injures proférées ne fait donc aucun doute. "


"Sale juif" est une insulte antisémite. Les propos que que vous citez ressemblent plus à une condamnation du soutien de Finkielkraut à la politique d'Israël. Votre conclusion est erronée.

mais c'est pas possible il faut quel genre de déni pour pas voir de l'antisémitisme dans l'expression "rentre chez toi en Israel sale sioniste." et puis c'est pas comme si ça faisait pas dix ans que la bande à Soral avait abusé de l'expression "sioniste" comme codeword pour dire "juif" pour que ce soit pas tricard à 10 km.

"rentre chez toi en Israel sale sioniste" est effectivement une insulte antisémite. Cependant, Elle n'apparaît pas dans les propos cités par l'article.

Techniquement ça pourrait être simplement anti-israelien et pas antisémite.

Même si probablement pas (de la même manière que "rentre chez toi sale arabe" est généralement islamophobe même si ce n'est pas vrai stricto sensu). 


Par souci de préserver le sens des mots, ça me semble valoir la peine de prendre 2 minutes pour rappeler pourquoi on a tendance à faire le raccourci entre cette phrase et la présomption d'antisémitisme. Et garder une part de doute, même infime, sur la valabilité de ce raccourci à chaque fois qu'il est employé.

Même si probablement pas (de la même manière que "rentre chez toi sale arabe" est généralement islamophobe même si ce n'est pas vrai stricto sensu). 


"Sale Arabe" c'est quoi alors?


C'est dans tout les cas raciste, comme d'être anti-israelien. Savoir si le racisme d'un cas particulier vise l'origine ethnique, la religion, le pays d'origine n'a que peu d'importance.

mais ça veut dire quoi anti-israélien?


Quand on dit anti-russe pro-américain, ça n'a rien a voir avec le racisme, on est d'accord ou pas?

Non on n'est pas d'accord, c'est absurde et c'est raciste:


tout terme de mépris ou toute invective «envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée» est une injure raciste.


Et c'est absurde:  anti-russe ça veut dire quoi? Contre poutine? Contre la politique de Poutine? Contre les russes? Contre les russes qui sont pour Poutine? ça veut dire qu'on souhaite interdire les russes sur le territoire ou interdire qu'ils s'expriment?

je crois qu'on ne s'est pas compris.


vous vous pensez que quand quelqu'un dit je suis contre les américains ou anti-américain, le gars dit qu'il détestent tout les citoyens américain?


Non bien sure et vous le savez, cela signifie que l'on est hostile à la politique des états unis.

pareil pour pro-russe, cela ne veut pas dire qu'on kiffe mr machin parcequ'il est russe mais qu'on est favorable à la politique Russe.


Je ne vois pas pourquoi ça serait different pour Israel.


«envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée» est une injure raciste."


Et non pas envers la politique menée par un état.



C'est comme ça que ces terme sont employé et c'est le sens cumul qu'on leurs donne 

et vous tordez ce sens.

«Non bien sure et vous le savez, cela signifie que l'on est hostile à la politique des états unis.»

Quelle politique? Il y en a qu'une seule? C'est le régime présidentiel, ou le système étatique qui vous défrise? La question des native-americans, le mur de trump, l'existence du parti démocrate? La politique envers Cuba? Sous Trump ou ses prédécesseurs?


C'est vous qui tordez le sens. Si vous êtes contre la politique américaine (quel que soit le sens que ça puisse avoir, à mon avis aucun), dites que vous êtes contre la politique américaine, pas que vous êtes «anti-américain». Le seul sens que ce mot ait c'est d'être contre ce qui est américain: La culture, les gens, la politique ou quoi que ce soit.

Vous dites qui vous défrise . 

On parle de moi là?

non désolé. C'était plus un «vous» impersonnel, une mauvais tournure de ma part

c’est pas comme cela que ces mots sont employés 

pour résumer

-la pertinence des terme anti machin ou anti-truc est à revoir, on est d'accord.

mais

-Etre anti-americain dans le sens ou ce terme est employé n'a rien à voir avec le racisme.

La confusion entre racisme et xénophobie est toujours confondante. :-)

Yes, je n'aime pas les nord-américains; bon sang je suis raciste! ?

V'la que je déteste:

Les amérindiens, les africains, les asiatiques, les européens, les océaniens, dans toutes leurs variantes et et leurs mélanges.

Ben merdalor!

Notez qu'il y en a qui donne le bâton pour se faire battre, parce que quand on se déclare Etat Juif... ?!

Imaginez que l'Inde se déclare Etat Hindou...



Moi je trouve que c'est important, pour comprendre et apporter des bonnes réponses.

C'est pourquoi j'ai précisé: «d'un cas particulier». Il n'y a pas de réponse à apporter à un cas particulier, sinon on tombe dans la politique du fait divers,

nb: et pour comprendre, c'est pas avec des débats sémantiques qu'on arrivera à quoi que ce soit. C'est trop interprétable. Retrouver les responsables et comprendre leurs intentions ça peut avoir plus d'intérêt.

il n'y a pas de lien direct entre arabe et islam, même si on fait souvent le raccourci. C'est ce que je voulais dire.

C'est pourquoi les gens qui se disent anti israelien ne peuvent pas de' facto être accusé d'antisémitisme. Je ne dis pas que l'un ne va pas souvent sans l'autre, juste qu'il est important de prendre 2 minutes pour expliquer pourquoi on fait le lien, afin que ce raisonnement puisse être contesté ou approuvé.

Sinon à force de raccourci sans explication, on en arrive à ce qui se passe aujourd'hui sur les plateaux TV : "comprendre = excuser" (pour les idiots de la TV).

nous sommes d'accord.

Non, "sioniste " est une position politique' pas ethnique. Donc "sale sioniste" est tres different de "sale juif." Le premier n'est pas antisemite, le second, oui. Comme "sale terroriste" n'est pas egal à "sale arabe" sauf pour les racistes. Donc ceux qui disent "sale sioniste" = "sale juif" sont eux les vrais racistes... 

Donc ceux qui disent "sale sioniste" = "sale juif" sont eux les vrais racistes...


Aie, Poloi, vous cherchez les crosses vous ;)



Et si on évitait de traiter quelqu'un de «sale ***»?

l'idéal est en effet qu'on s'aime tous.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.