55
Commentaires

En finir avec l'euro ? Le FN récupère (un peu) les Nobel d'économie

Pourquoi se gêner ? Dans un récent document consacré à la fin de la monnaie unique, le Front national enrôle des Prix Nobel d’économie soi-disant "favorables à la fin de l’euro", citations à l’appui. Des citations tronquées comme le prouve aujourd'hui la rubrique Désintox de Libération qui estime que le FN a pioché ce qui l’arrangeait et, de fait, prend aux pièges les nobélisés. Ces économistes sont-ils pour autant réfractaires à l’hypothèse d’une sortie de l’euro ? Comme toujours, tout est dans la nuance.

Derniers commentaires

Bonjour, Merci Anne-Sophie pour votre groooossss travail et de contribuer à me faire comprendre quelques choses dans ce maelström !!! Et je ris beacoup en plus !!! Super. Concerant les "anti-euros", connaissez-vous Asselineau ? J'en ai juste entendu parler un peu. Que pensez-vous de cet homme ? Merci encore, bises. Chantal
tiens, strumphette en tête de gondolle avec son obsession, doit-on en déduire que les @sinautes serais en manque de ce genre de sujet.



edit: j'aurrai du vérifier après mon vote pour Arnaud, ça a charté notre chasseur d'anti-sémite du coup.
Je suis estomaqué ! Puissamment rétif au programme et au personnel politique du FN, je ne peux malgré tout m'empêcher de vous dire, Anne-Sophie, que ce procès en récupération est assez ignoble... voire pire (je reste poli). Un parti qui est condamné soit à la nullité conceptuelle parce que ses thèses ne sont confirmées par aucun "technicien" crédible, soit au "crime" de vil récupérateur parce que ses mêmes thèses se trouvent de plus en plus appuyées par des "techniciens" crédibles... et qu'il promeut donc ses idées en mettant en avant ces analyses critiques rejoignant les siennes ! Pas possible ! C'est véritablement malhonnête intellectuellement. Mais au-delà de votre papier, il y a votre impensé.

Là ou quasiment seul Friedman (que je conchie, mais il faut reconnaître qu'il était sur le plan purement technique un grand expert de la monnaie) en 1998/2002, mettait en garde contre une monnaie européenne à ses yeux viables sous certaines conditions précises et incontournables et dont les faits depuis ont parfaitement accrédité les prévisions et l'analyse (http://www.abc.net.au/money/vault/extras/extra5.htm), et ce, dans les années 1990, dans un océan de béatitude et de promesses de lendemains qui chantent (relisez le "bêtisier de Maastricht" de Chevenement... puisque c'est à cette époque que les promesses sur l'euro en devenir se faisaient !), beaucoup d'autres émettent des doutes, plus ou moins aigus, voire même reconnaissent l'erreur conceptuelle ! Les choses bougent ! Le FN le voit, il en fait part, et vous pouvez toujours lui dénier ce "droit" ou couper les cheveux en 4 en appelant Libé à la rescousse, ça ne valide pas votre papier.

Aujourd'hui, face à une débandade qui s'annonce et qui se constate, effectivement, les anciens experts septiques sont désormais perplexes, les "froids de la tête" se font sceptiques (... les fameux Prix Nobel). Et ceux qui doutaient déjà comme Sapir ou Todd ou Lordon ou tant d'autres se sont radicalisés face au désastre en cours... ce qui démontre un sens du réel auquel j'adhère. Du réel suivant : les lignes bougent considérablement chez les experts ET dans la population... et dans le même sens. Le FN devrait avoir la pudeur de n'en rien dire ?

Et il est là votre impensé : dans tout votre papier, il n'y pas une allusion au réel... c'est la réalité du monde qui entoure les peuples, c'est la récolte des fruits de "l'arbre euro", c'est l’aggravation du malheur et la révélation du mensonge de l'euro "promoteur d'emploi, de richesses pour tous" et j'en passe, qui produit un rejet de la part des peuples. Et pour les techniciens, une nécessité de revoir leur fondamentaux et d'envisager la possibilité d'une sortie... sauf pour les cuistres idéologues qui vendront jusqu'au bout la soupe avariée de leurs maîtres; mais ça fait belle lurette qu'ils ne sont plus écoutés que dans des médias dont tout le monde semble se foutre désormais (c'est quoi la courbe des ventes de Libé depuis un an ? Et du Monde ?).

Le FN "récupère" ? Et ce serait odieux ? Non seulement il se réfère, ce qui est bien son droit, aux économistes qui viennent étayer ses thèses, mais il ne fait là que retranscrire le fruit d'une réalité que vous feignez ne pas voir. Que le système des "citations" consiste en un travestissement, on va pas perdre, surtout ici, du temps à gloser là-dessus : c'est d'une telle évidence. Mais que ça plaise ou non au journal de l’inénarrable et multi-primé Quatremer, oui, partout en Europe émergent de plus en plus de partis parfaitement sérieux, parfaitement démocrates, étayant leurs programmes sur les analyses d'économistes intégrant peu à peu un constat honnête du réel afin de faire évoluer leurs thèses initiales par rapport à l'euro. Les Prix Nobel incriminés ne sont pas aussi radicaux que certaines citations pourraient le laisser penser ? La belle affaire...! Ils sont eurolâtres pour autant ? Quelles conditions posent-ils pour la perpétuation du système actuel de l'euro exactement ? Des conditions et changements qui n'interviendront pas ! Et vous le savez Anne-Sophie ! Vous voyez l'Europe actuelle, dans sa construction même, avec le TUE et le TFUE dont elle s'est dotée en contravention avec la déontologie la plus élémentaire, avec le personnel technique et politique qui est le sien, avec la main-mise du privé sur une structure qui pour l'instant le sert merveilleusement, bref, vous voyez, dans les deux ou trois ans le changement monétaire et politique nécessaire et suffisant s'opérer ? Aucune chance ! En aucun cas ! Faut pas prendre Baroso pour Barbie fleuriste ! Et d'autant moins que le plan élaboré en 1957 se déroule exactement comme ses inspirateurs l'avaient prévu. Il n'y a de crise en Europe que pour les peuples ! Les institutions et les banques/Industries déroulent leur main mise et leur progression conformément à tout ce qui sous-tendait la création de l'Union. Modifier les fondamentaux ? Mais qui ? Quoi ? Pourquoi ?

Alors, que vous fassiez comme tout le monde, promouvoir ce FN idéologiquement foutraque, (en le dézinguant, bien sûr, mais vous lui ouvrez vos colonnes), par endroit puant, globalement bancal, je peux le comprendre. Mais faut que vous sachiez une chose : strictement sur l'Union Européenne et sur l'euro, et malgré leur ligne politique en cette matière floue, parfois trompeuse, fluctuante, ils reflètent la colère d'une partie grandissante, pas seulement des Français, mais des Européens en général. Et ça, c'est la REALITE ! Le drame, c'est que vous contribuiez, avec des papiers de ce genre, à sembler ne pas le voir et à promouvoir ce parti (et ce n'est pas pour rien qu'il est le seul parti "euro-phobe ou septique", comme vous voulez, médiatisé), parti qui ne manque jamais, au détour d'une critique fondée de cette construction fasciste, d'accoler une horreur sur les arabes ou musulmans, sur les roms ou les immigrés.... et ça fait 30 ans que ça dure, pile. Ce parti groupusculaire fasciste a soudain été mis en avant... et quand ? A la veille d'élections Européennes ! Ha ben ça ! Il est passé de quelques dixièmes de points à plus de 10% des suffrages en un rien de temps !!! On n'a jamais vu ça ! Et depuis, il a amené à lui certains déçus de l'Union, les victimes aussi de l'Union, ou les opposants plus historiques et fondamentaux... mais, seulement les moins "dégoûtés", parce que le deal, c'est accepter aussi de taper sur les immigrés à longueur de temps, c'est avaler le "détail", "Durafour-crématoire"... est-ce que c'est pas pratique un pareil "repoussoir", le gros Le Pen, le monstre, qui "capte" une partie des mécontents de l'Europe, mais en les souillant de l'infamie du racisme ? Et avec une présence médiatique énorme, personnelle ou dans le cadre de reportages, d'éditoriaux, d'analyses, de documentaires, d'interviews et j'en passe. Vous savez la corrélation entre la présence médiatique et les résultats électoraux. Les études ont 30 à 40 ans : un bon plan média et vous faites élire un cheval ! C'est vrai qu'un candidat sérieux et expérimenté proposant une sortie pure et simple de l'Union pourrait vider le FN MAIS réunir autour de lui... les 55% de "nonistes" de 2005 ! Ca fait l'affaire de personne hein !

Pourquoi pas un papier disant que, à travers cet opuscule du FN, se fondant sur un constat qui est le doute grandissant des plus éminents économistes du Monde sur une viabilité EN L'ETAT de l'euro (car ils le disent tous : "l'euro, oui, mais faut tout changer"), on voit aussi en creux l'incapacité des partis de gouvernement définitivement et aveuglement promoteurs de l'euro à faire leur cette analyse, et à la traduire dans des propositions politiques en lien avec le réel, avec l'impact de l'euro, de la crise et des traités sur le peuple, le peuple et sa réalité, et donc son opinion. Il vous faut attendre des deux élections, dans quelques mois, totalement désastreuses en terme de participation, car basées sur une portion tellement réduite de la population, pour vous en rendre compte ? Encore une fois, vous voulez lutter contre le FN ? Envoyez les europhobes vers des partis républicains, démocratiques et structurés, qui proposent cette alternative nationale sans taper sur personne, en appelant à l'union plutôt qu'à la stigmatisation... au lieu de nous reparler perpétuellement de la PME familiale LePen, promue partout pour salir ceux qui ne veulent pas de cette arnaque, cette "saloperie" historique qu'est l'Union Européenne.... vous verrez que Le Pen perdra peu à peu sa main mise. Et même si vous avez foi dans cette Tour de Babel européenne, demandez-vous pourquoi aucun (et je dis bien AUCUN) parti proposant une sortie de l'Union n'a de visibilité dans AUCUN média ? (DLR est un leurre, un râteau de l'UMP : il ne souhaite pas sortir de l'Europe quoi qu'il en dise et si vous voulez que je le démontre, c'est assez simple). Sauf le pire d'entre eux. Comme s'il fallait planquer les "crédibles", les "sérieux", les "possibles"... et montrer en permanence et le plus qu'on pourra les "affreux", les "pas présentables", les "gros dégueulasses"...

L'ironie de tout ça, c'est que, contrairement à ce qu'on entend PARTOUT, malgré cette surmédiatsation hallucinante de la nouvelle star Marine, le FN ne "prend" pas ! C'est un mensonge ! Imaginez que depuis 5 ans, entre 500 et 800 personnes sombrent sous le seuil de pauvreté chaque jour ouvrable. On perd 800 emplois en moyenne par jour ouvrable. On pourrait facilement imaginer que les scores électoraux du FN aient gonflé inéluctablement depuis 5 ou 10 ans en raison du dégoût de la population trahie par les partis de gouvernement... hé bien c'est faux. Les Français qu'on présente à leur propres yeux comme des fachos, des minables, des inactifs pessimistes, bref, des "merdes", ne se mobilisent pas (pas encore ?) pour la PME Le Pen ! Il leur arrive, tout au plus, d'envoyer des messages d'alerte forts, comme en 2002, sans plus.

Flairant l'arnaque, je suis allé sur un site officiel du ministère de l'intérieur qui collecte et présente tous les résultats électoraux de la 5e République... et j'ai noté, pour chacune des 22 élections nationales où le FN s'est présenté entre 1984 et 2012, le rapport entre le nombre de suffrages exprimés en faveur du FN et le nombre d'inscrits sur les listes électorales... c'est le seul chiffre valable. Sur X personnes inscrites, combien ont mis un ticket FN dans l'urne. J'en ai fait un graphique pour avoir une idée du mouvement sur temps long, puis j'ai fait des moyennes par périodes :
- Le FN avait en moyenne plus d'électeurs en proportion du corps électoral entre 1984 et 2002 qu'entre 2002 et 2012 !
- Leur pire score de l'histoire est la période 2007/2009, aux législatives et européenne : ils côtoyaient misérablement les... 2.5% des inscrits sur les listes électorales ! Minable.
- En 1984, lors de leur première percée, encore modeste, le FN réunissait exactement 5.99% des inscrits... et malgré le battage des trois dernières années, aux législatives de 2012, ils se sont hissés à 6.65% des inscrits ! Une augmentation ridicule, dérisoire...

et encore, j'aurais pu chercher plus loin et calculer ce rapport, non pas sur le nombre d'inscrits, mais sur le nombre de personnes en âge de voter, c'est à dire intégrer AUSSI ceux qui ne s'inscrivent même plus sur les listes... et dont on peut affirmer que, dans le paysage politique, ils choisissent de n'encourager aucun parti donc, pas non plus le FN ! Car ce chiffre des "non inscrits", depuis quelques années, semble augmenter considérablement... et peut-être ces 6.65% sont-ils encore plus maigre en définitive...

Allez, je vous laisse, et si les chiffres globaux vous intéressent, je vous les envoie sans problème, avec le lien vers le site (trouvable en 2 clics entre nous soit dit) pour que vous puissiez vérifier, mais je suis péremptoire : jusqu'à preuve du contraire, le FN BAISSE TENDANCIELLEMENT DEPUIS 1984 (avec un pic de 95 à 2002).
Il y a quand même un peu de malhonnêteté dans cet article, au moins pour Krugman, car pour qui lit régulièrement son blog il est clair qu'il est contre le principe général de l'euro (ou qu'il serait éventuellement pour si on changeait à peu près tout, ce qui en pratique revient à peu près au même).
Donc même si Krugman est réservé sur les difficultés pratiques, on peut dire qu'il a globalement la même position que le FN sur le sujet, pour des raisons "profondes" probablement différentes certes. C'est une coincidence malheureuse mais ce genre de collision fortuite arrive de temps en temps.
quelle légitimité accorder à un «expert», par ailleurs conseiller d’une grande banque, sur des questions aussi cruciales pour la grande la finance que l’euro ?

Les économistes qui cantinent dans les grandes banques et les compagnies d'assurance défendent leurs propres intérêts bien compris. Ce seul fait permet de balayer toute construction intellectuelle mainstream ? OK. Mais alors quid des hétérodoxes qui sont dans le même cas ? Quid d'un Michel Aglietta qui bosse pour une compagnie d'assurance tout en étant le chef de file de l'école de la régulation et que vous pouvez classer dans votre première catégorie de ces économistes qui évoquent sans complexe la sortie de l'euro, dédramatisent, tout en préférant une solution européenne, moyennant un virage en épingle de la politique monétaire ?
Jacques Sapir a raison : les idées ne sont pas brevetables. Elles n'appartiennent à personne, et on ne doit pas en lâcher sous pretexte que le FN la reprend. Sinon, comme le disait Frédéric Lordon, on finira à poil avec juste le droit de vote des immigrés comme étandard.

Autrement dit, ce n'est pas parceque le FN dit qu'il pleut qu'on doit se sentir obligé de dire qu'il fait beau. En revanche on pourra insister sur le fait que les immigrés n'y sont pour rien.
Il faut sortir de l'euro, et que le FN le dise n'en fait pas une mauvaise idée.

La raison est fort simple: l'euro est fondé sur un traité et sur l'indépendance de la banque centrale qui n'a pas le droit de prêter aux états. C'est cela qui rend la finance aussi puissante et permet l'immense hold up qu'est la dette dite "souveraine" (qui nous rend absolument pas souverain, d'ailleurs): les banques empruntent a 0% à la BCE et prête entre 2 et 20% aux états.

Pour changer cela, il faut modifier le traité.. et il faut l'unanimité des signataires pour en changer une virgule... Seule solution, sortir de l'euro. Ce qui n’empêche pas d'ailleurs de refonder une monnaie commune pensée pour le bien des peuples et non d'une oligarchie financière qui est le plus gros poste du budget de l'état francais, il faut le rappeler.
.
De plus, pour une monnaie commune, il faudrait une fiscalité commune.. pour empecher la mise en concurrence des états par les multinationales et ce moins disant fiscal et social...

Oui, il faut sortir de l'euro.

Ps: Si marine dit aimer le bordeau, est-ce mal d'aimer le bordeau aussi?
Milton Friedman ? Wikipédia nous dit qu'il est décédé en 2006. Serait-il revenu d'entre les morts pour prêcher la fin de l'euro, une monnaie on ne peut plus conforme au dogme monétariste dont il est l'auteur ?
Quand on a pas d'idées, on fait comme pour le pétrole :P
Penser que la désaprobation de l'euro fait partie du discours de bons économistes américains (ou est ce qui s'accorde de la manière la plus cohérente avec leur discours), n'est pas nécessairement une idée du FN.

La journaliste fait mine de croire que seul le FN peut penser une telle chose. C'est une technique classique de la plupart des médias.

L'attitude de la journaliste s'éloigne de la recherche honnête et lucide de la vérité sur le sujet, mais c'est peut-être moins, de sa part, une "fourberie", que la peur de regarder les choses en face, ou de les dire telles qu'elles sont.

Le blogueur "Edgar", qui n'est pas du FN, a traité le sujet d'une manière différente : Libération nous protège de l'hérésie (et de Paul Krugman)
Anne-Sophie, merci pour cet article.
Cependant, je suis sûr que vous l'avez déjà lu (ici ou , par exemple), il n'y a pas de prix Nobel d'Economie à proprement parler. Si vous voulez utiliser ce raccourci courant pour le style (prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, ça fait un peu long...), pourriez vous faire l'effort de mettre "Prix Nobel" entre guillemets ? :-)
Sacré boulot, comme d'habitude.
Merci Anne-Sophie.
Merci Anne-Sophie pour votre infatigable suivi.
À quand une nouvelle émission avec Sapir ? Sapir vs. Généreux ?
Décidément, le FN s'enjuive à fond la caisse.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.