105
Commentaires

"D'un seul coup, 35 médias ont demandé les comptes de Mélenchon"

Les révélations qui se succèdent sur le financement de la campagne présidentielle de 2017 posent des questions en cascade : la commission des comptes et les médias sont-il plus sévères avec celui-ci qu'avec celui-là ? Pourquoi les révélations sont-elles publiées dans l'ordre où elles sont publiées ? Pourquoi, si l'on trouve d'importantes anomalies dans une campagne, n'est-elle pas annulée ? Pour tenter d'entrer dans le secret du contrôle des comptes de campagne et de leur médiatisation : Sylvain Tronchet, journaliste à Radio France, auteur d'enquêtes sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron ; Romain Rambaud, professeur de droit et auteur du "Droit des campagnes électorales" ; Jean-Guy de Chalvron, ancien rapporteur pour la commission des comptes de Jean-Luc Mélenchon ; et Elsa Foucraut, responsable du plaidoyer à Transparency International France.

Commentaires préférés des abonnés

Les journalistes demandent à éplucher les comptes de Mélenchon, donc la Commission livre en premier les comptes de Mélenchon, donc les journalistes font des articles en premier sur les comptes de Mélenchon et donc, ASI fait une demi-heure sur les com(...)

Concernant l'étonnante augmentation de Logerot, il n'y a clairement pas que la France Insoumise qui s'en émeut. Les intervenants oublient bizarrement ce qu'en dit par exemple Anticor, en s'étonnant qu'un président d'une autorité indépendante puisse ê(...)

J'ai l'impression d'avoir déjà été mieux informé avec d'autres médias que tout ce qu'on peut entendre dans cette émission.

Seul scoop ASI a réussi à avoir le démissionnaire Jean-Guy de Chalvron, mais il ne révèle rien, et reste très opaques, on n'appr(...)

Derniers commentaires

Excellente émission avec deux animateurs @si très bons. Une des meilleures émissions de la saison. Sans polémiquer grâce à la pertinence ds questions et des explications, on y voit beaucoup plus clair sur la polémique (pourquoi donc ne s'intéresse-t-on pas aux 2 finalistes ?), sur le fonctionnement de cette institution vieillotte et inadaptée (et pas seulement par l'âge des personnes qui y siègent) et l'archaïsme des procédés (pourquoi ne recrute-t-on pas des gens en activité ? ).

Une bonne nouvelle : Chikirou quitte la présidence du Média. Reste à savoir qui prendra la suite pour en jauger l'indépendance.


Il semble que Nicolas Grégoire n'aime pas que Sylvain Tronchet lui vole son scoop sur le financement du Modem sans réaction du taulier.

Au revoir , ASI. J'ai résilié et j'en suis fort content....Ce blabla consternant  m'importune gravement. Tu vieillis mal Schneidermann....


@ sebpatu,


Vous ne pourriez pas regrouper vos commentaires dans un seul post ?


Ou alors, il s'agit d'une stratégie pour mettre en avant votre point de vue et rendre moins visibles les opinions contraires - en les faisant descendre dans le fil ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La micro entreprise de Corbière ne pouvait pas avoir qu'un seul client sous peine d'être du salariat déguisé, il faut donc au moins deux clients d'où je suppose l'utilisation de l'entreprise médiascop.

Il n'est pas non plus à mon avis possible de facturer un "forfait", encore une fois ce n'est pas du salariat mais une prestation d'une entreprise, donc la facturation fait plus de sens par prestation, donc par passage en émission de TV ...


Le recours à la microentreprise permet aussi de ne pas être soumis aux horaires de travail maximum journalier et hebdomadaire ou d'amplitude horaire, on peut comprendre qu'en campagne il est des émissions à 7h du matin et à 22h dans la même journée et un possible dépassement de ces limites.

En se basant sur le séquançage de l'émission réalisé par Francis Clément (Cf. plus bas) et en comptant très large et en gros*, on obtient le résultat suivant :


Les comptes de campagne de Mélenchon représentent 33% du temps total de l'émission.


Avec la même méthode, on obtient 31% pour les comptes de Macron.

Si on retranche les séquences consacrées à l'augmentation du président de la commission et aux réformes en cours de l'institution on passe à 19%.





* Le calcul est très large car, par exemple, j'intègre la séquence "Réponse de M.de Chalvron à l'accusation de partialité par Mélenchon. Daniel tue M.Mexandeau. M.de Chalvron signale que Mélenchon ayant été socialiste il ne voit pas pourquoi le PS lui en voudrait" alors qu'il ne s'agit pas des comptes de campagne de Mélenchon à proprement parler mais de la "polémique" inhérente.

De la même manière, les séquences consacrées à l'augmentation du président de la commission et aux réformes en cours de l'institution résultent de la polèmique inhérente aux comptes de Macron.



Emission intéressante et informative.


J'aurais aimé que DS en profitre pour interroger S. Tronchet sur son passage dans leMedia. Notamment la séquence de fin lorsque G. Miller reprend la parole, en dehors de la présence de l'invité, pour affirmer sa vision des faits - sans contradiction donc. Une première !


Pas très "démocratique" comme façon de faire.

J'ai vu l'entretien et je dois dire que M.Tronchet n'a pas été très brillant. Tout à mal commencé lorsque M.Miller a tenu à expliquer ce qu'est la commission, ses attributions et son fonctionnement. Lorsqu'il a ensuite demandé à M.Tronchet pourquoi il n'avait pas fait cela au début de son enquête, la seule réponse que nous avons obtenu était "ce n'était pas l'angle de mon reportage". Or, n'est-il pas fondamental pour pouvoir bien comprendre les enjeux d'une enquête de ce type de poser un contexte qui n'est pas forcément familier aux lecteurs ? Cette réponse m'a semblé d'une très grande légèreté, d'autant plus que "l'angle du reportage" n'a pas été défini par M.Tronchet.


Il faut quand même reconnaître que le dispositif ressemblait à un piège. Un M.Miller sur son terrain, avec plein de notes, ayant clairement potassé son sujet et choisi ses arguments face à un M.Tronchet qui avait l'air de s'être présenté un peu à l'arrache avec pour unique référence son enquête, sans autres éléments qu'il aurait rassemblés depuis la parution. Face à cela, l'agacement de M.Tronchet se fait croissant et, je n'ai pas bien compris pourquoi, l'entretien s'arrête brutalement sans que les intervenants ne prennent congé, ni l'un de l'autre, ni des spectateurs. Alors même que la discussion semblait s'être calmée.

Vient ensuite un épilogue où M.Miller revient sur le débat. Vous avez raison de relever l'aspect dérangeant de cette conclusion solitaire. Dans le même esprit que le montage lorsqu'il y a eu débat sur le terme "comptes approuvés par la commission" où  nous avons eu une incrustation qui venait contredire l'invité. Alors certes, il avait tort et s'accrochait à ses dénégations, mais j'aurais préféré un échange de document sur le plateau.

Ce qu'il en ressort néanmoins est l'incapacité de M.Tronchet à présenter son travail comme ayant pour objet d'alimenter le débat démocratique sur les comptes de campagne. Il n'arrive pas à s'extraire de l'accusation de partialité pour les raisons mêmes que j'évoquais dans le premier paragraphe. Sans mise en contexte, les possibilités d'interprétation ne sont pas entre les mains du lecteur mais bien du journaliste et de l'angle de son papier.
Je suis bien conscient des manques, des faiblesses et des biais de l'enquête de S. Tronchet. Mais ce qui me semble beaucoup plus grave, c'est de voir une partie des gens qui composent la gauche se transformer en "supporters avant tout".


Maintenant que vous en parlez, il me semble que le montage "post-production" de cette émission consituait une première pour "Les sujets qui fâchent". C'est parlant.


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Et il n'y avait pas de représentant de LREM non plus !


De mon point de vue, le sujet de cette émission ce n'est pas les comptes de Mélenchon ou Macron mais le fonctionnement de la commission.

Emission assez mauvaise sans réelles infos ni éclairages. Le comique de service, M. de Chalvron, doit avoir peur de la FI et d'un éventuel procès (n'est pas Assange qui veut) ce qui ne fait qu’aggraver le côté gugusse du personnage. 


Pour Tronchet , il peut être satisfait de cette émission sans représentants des mis en cause (pas de Fi dispo, Chikirou par ex.) où il a pu dire à peu près n'importe quoi sans grand scoop ni preuves avérées et surtout sans contradiction.


Je me suis abonné malgré des difficultés financières afin d'entendre des débats contradictoires et des infos sorties de la télé. Je suis un peu désappointé par la tournure de ce non débat et des infos bien refroidies et sans preuves (en plus) qui en sont ressorties.    

Bonne émission, même si encore une fois je regrette que le journaliste présent sur le plateau n'ait pas l'air de comprendre pourquoi on sous-entend qu'on s'acharne sur Mélenchon…


Par contre, si on pouvait arrêter de couper les intervenants aussi froidement :D

Alors si j'ai bien compris:
1- Chalvron fait un rapport sur les comptes de Mélenchon qu'il qualifie de douteux parce qu'il a des doutes!!
2- La commission ne valide pas tout son rapport car si elle validait tous les points, elle serait obligée de faire de même pour tous les candidats.
3- Chalvron refuse alors de signer ce qu'il reste de son rapport et démissionne.
4- Sa démission + le fait qu'il s'agissait des comptes de Mélenchon font bondir de joie tous les médias dont France Inter, qui en premier demande à pouvoir regarder les comptes, dans la prolongation d'une enquête déjà en cours sur Sophia Chikirou, la directrice de campagne de Jean-Luc Mélenchon.
(Non non la France insoumise n'est pas du tout dans le collimateur de France Inter...)
5- Vu le nombre de demandes des médias à voir les comptes de Mélenchon, la commission présente ces comptes en premier, bien bien longtemps avant les autres.
Et pendant ce temps-là, Macron, Le Pen, Hamon, peuvent tous dormir très tranquillement... Et DS continuer à se réjouir avec sa pote du Monde, Ariane Chemin, en continuant à faire du buzz avec JLM...

Une autre émission sur les comptes de Macron et Hamon ?
Parce que là, il n'y avait rien !!

Spéciale dédicace à tous les fadas de Mélenchon&Cie.

Pour une émission qui a tourné pendant 1h05 (77%) sur Mélenchon, il aurait été assez indispensable d'avoir un membre de son équipe de campagne, au hasard son mandataire financier, Alexis Corbière ou Bastien Lachaud. Les avez vous contacté pour leur proposer de participer à l'émission ?


Sans la présence d'une de ces personnes, c'était vraiment à charge donc absolument pas crédible.


Ah et c'est très très bof le coup de "personne ne propose rien" alors que Mélenchon a proposé en autre le réexamen de tous les comptes de la présidentielle 2017 (https://melenchon.fr/2018/06/13/plainte-danticor-ras-le-bol-du-feuilleton-des-comptes-de-campagne-a-quand-le-reexamen-de-ces-comptes/).

On retient que la FI a déclaré des dépenses non acceptables (et parmi elles il y a des manques a la loi donc condamnables) pour une somme d'environ 1.500.000€ et que Macron a eu des remises plus ou moins justifiable de qqs milliers d'euros. Les intervenants (tous!) sont bcp plus séveres dans leurs propos avec JLM qu'avec Macron malgré des tentatives timides de Schneidermann de relativisation. Cette émission d'ASI est donc de nouveau a charge contre JLM. C'est tout simplement lamentable et participe a l'impression de corruption de certains médias et du "tous unis" contre cette accusation. C'est d'autant plus génant avec ASI qu'ils se déclarent neutre et indépendants et que leur mission revendiquée est de dénoncer les dérives des médias. ASI ne pourrait ils pas clairement déclarer sa position sur JLM pour que les choses soient claires et honnetes? Je suis extremement déçu par Schneiderman depuis ces élections de 2017 alors que je suis ASI depuis ses debuts sur F5 et que je considérais son émission comme du service public. Je vais réfléchir sérieusement a arreter mon abonnement, ce que je ferai avec douleur...

Autant dire que cette commission est une blague en l’état. 


les conclusions de l'emission sont bonnes il faut que la commission fasse appel a des tiers spécialises, des représentants de chaque parti et des associations  et que l'ensemble de la donnée brute soit mise a disposition du grand public simultanement . Un bon gros projet communautaire open source ne ferait qu'une bouchée de la verification des comptes de campagne et apporterait non seulement de la transparence mais également de la standardisation.... et a défaut de faire autorité cette initiative permettrait au moins de contrebalancer les conclusions des "professionnels".

Que des journalistes comme Tronchet et d'autres se penchent sur les comptes c'est bien  mais ils manquent de moyens et ont forcement un a priori donc ca ne suffit pas. 

C'est un peu déroutant que ce soit finalement a l'initiative d'anticor qu'une enquête soit ouverte..... il y a clairement du corporatisme  cote magistras.



Une émission très intéressante . On comprend que la commission n'est pas parfaite ,mais qu'elle permet d'éviter des dérives trop importantes ( merci Rocard   qui ,je crois  l'a mise en place ). si j'ai bien compris ,il y en a aussi ailleurs ,notamment au Royaume - Uni.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Chalvron : "j'ai relevé 3 manquement clair à la loi"
ASI: "Lesquels ?"
Chalvron: "Ah non, je peux pas vous les dire !"

On est dans la définition quasi chimiquement pure d'une campagne de diffamation de l'extrême droite !

Après le bal des faux culs, on peut toujours se demander pourquoi il serait plus difficile de contrôler des ristournes que des surfacturations ?

Est-ce que @si pourrait rappeler régulièrement en cours d'émission le nom des intervenants et leur fonction en surimpression, comme on le fait dans les reportages télé ? Ou bien est-ce techniquement impossible ?
Les noms sont donnés en tout début d'émission et, assez vite, on ne sait plus qui parle. Quand ce sont des personnes inconnues du grand public comme c'est le cas dans cette émission, c'est dommage.

Je ne sais pas ce qu'il y a de plus déprimant dans cette émission : la folie des campagnes présidentielles ou les media qui créent des boucs émissaires.

Ce que je retiens de cette émission, c'est surtout que le sujet est vraiment à la merci des interprétations, et que le droit est vraiment compliqué en la matière.
Il me paraît important de suivre les recommandations de Transparency International pour aider les candidats à rester dans les clous et mieux se faire accompagner.

"Trois manquements à la loi" dixit Chalvron, et on ne saura pas lesquels. Il en dit trop ou pas assez. Ce genre de procédé est assez problématique, car ne sachant pas quels manquements, on n'a aucun moyen de savoir s'ils sont graves ou pas, réels ou pas. Reste, seule, l'accusation. 

J'ai l'impression d'avoir déjà été mieux informé avec d'autres médias que tout ce qu'on peut entendre dans cette émission.

Seul scoop ASI a réussi à avoir le démissionnaire Jean-Guy de Chalvron, mais il ne révèle rien, et reste très opaques, on n'apprend rien, si ce n'est que ça renforce le côté très floue du personnage.
En réalité on reproche à FI c'est de na pas avoir travailler avec Havas pour sa communication, et d'avoir choisi d'autres communicants, dont médiascop ou l'ère du peuple, avec un prix largement plus faible, mais encore trop haut pour les détracteurs.
Quand on voit l'excellent travail qu'ils ont fait on peut se dire que Havas, à côté ne vaut rien du tout. Les valeurs marchandes ne sont pas les mêmes pour tous ...
Quand on sait qui dirige Havas (Yannick Bolloré), on pourrait largement comprendre pourquoi FI a voulu se passer de leurs services

Concernant l'étonnante augmentation de Logerot, il n'y a clairement pas que la France Insoumise qui s'en émeut. Les intervenants oublient bizarrement ce qu'en dit par exemple Anticor, en s'étonnant qu'un président d'une autorité indépendante puisse être augmenté par l'exécutif en cours de mandat,  et aussi en récusant l'idée que la décision ait pu être prise en janvier 2017. Entre autres points qui ne semblent pas faire débat à ASI...


http://www.anticor.org/2018/06/09/un-president-dautorite-administrative-independante-peut-il-etre-augmente-pendant-son-mandat/

Si quelqu'un a compris ce qui a motivé Sylvain Tronchet à enquêter sur Mélenchon je suis preneur. Avoir une agence de com attitrée c'est louche ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Les journalistes demandent à éplucher les comptes de Mélenchon, donc la Commission livre en premier les comptes de Mélenchon, donc les journalistes font des articles en premier sur les comptes de Mélenchon et donc, ASI fait une demi-heure sur les comptes de Mélenchon.


Bien joué ! La circulation circulaire de l’information tourne en rond jusqu’au tournis, voire l’hypnose.

Émission livrée en kit, à décrypter soi-même. Pour ça elle est formidable et rare, tout y est.

pour qui sait aussi faire abstraction du taulier, @si est précieux. Bon vent @si !


Je ne sais plus quand mon abonnement se termine, c'était peut-être mon dernier commentaire. Salut les amis, bonne continuation !

radio france ne demande que les comptes de macron et melenchon ............

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.