45
Commentaires

Dominique Seux, chantre du capitalisme à la papa

Tous les matins de la semaine, le directeur exécutif des "Échos" offre aux auditeurs de France Inter leur dose de libéralisme économique quotidien. S'il salue le courage des patrons et aime taper sur la CGT, ce qui prime surtout, c'est sa façon de parler d'économie : par la lorgnette des grandes entreprises, des institutions transcontinentales. Une économie sans chair et sans individu, qui laisse de côté les violences et relations de subordination du monde social.

Commentaires préférés des abonnés

Pierre Haski, chroniqueur géopolitique de la station estimait que Dominique Seux servait de caution de droite à sa station : "Sur le champ économique, la présence d'un éditorialiste libéral permet d'aligner une diversité de points de vue, alors que l(...)

En fait, c'est le contraire. Ce sont les comiques (Guillaume Meurice, Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek, Giedre...) qui servent de caution de gauche (vous remarquerez que je ne mets pas Sophia Aram dans la liste).

Wikipedia : "  Après des études de droit et d'économie ( Deug ),Dominique Seux  entre à Sciences Po ... "


On peut donc dire que Monsieur Seux , avec  un Deug ( bac + 2 ) a une connaissance en Economie quasiment embryonnaire ....


J'aime b(...)

Derniers commentaires

Rien que le fait de qualifier Seux de journaliste est déjà une compromission. Dominique Seux n'a rien d'un journaliste, c'est un propagandiste. C'est la voix du CAC40 disant tous les matins aux Français que la domination du capital est bonne pour eux, alors qu'ils peuvent constater tous les jours que c'est un mensonge.

Imagine Lordon à la place de Seux !! Demorand et Salamé en PLS !! 

Bernard Maris alias on Bernard faisait contre poids... jusqu'à un attentat sanglant... paix à son âme. Sa phrase: ''on reconnait un economiste quand il explique pourquoi il s'est trompé la veille.'' Ca avait une autre saveur que la docte parole du tiède Seux, affilié à un autre Bernard fan de voyages en jet...

beurk...........................

Le problème, ce n'est pas Seux qui défend les idées qu'il veut. Le problème c'est le choix de France Inter de faire en sorte que les questions économiques ne soient envisagées que d'un point de vue libéral (avec la caution PiIketty le vendredi) et jamais d'un point de vue hétérodoxe.

Ce type est à l'ouest et ne sait que radoter, ses prêches sont exempts de toute réflexion. Le type est là pour rappeler aux gens ce qu'ils doivent penser, ça les rassure d'entendre ces choses en adéquation avec le bon sens dont ils ont été emplis.

La persistance du mythe "France Inter, radio de gauche" (voire gauchiste) est une des plus vastes, récurrentes et mauvaises blagues de ces... disons... 20 dernières années. Un peu comme "le PS, parti de gauche" en fait.

Surtout en ce qui concerne sa sacro-sainte matinale.

Et avec demorand, un type qui a bien aidé à couler Libération quand il y était et aussi une radio, je sais plus laquelle dont il n'a pas remonté l'audience. Il est revenu se mettre au chaud chez ses potes pseudo socialistes.

Disons que pour les droitards, un média qui n'est pas en boucle sur l'islam, l'immigration, l'insécurité, est de gauche... ! 

Réjouissons-nous pour l'heure (ou presque), je vois poindre le nouveau mal/mot en boucle des droitards, le bien nommé éco-terrorisme.

J'avais lu : "  Dominique Seux, chancre du capitalisme  "


La première impression est souvent la bonne ....

Excellent article. Lumineux, argumenté, pédagogique.

Peut-être ai-je été inattentif, mais il ne me semble pas que soit mentionné dans l'article (au demeurant excellent) que Seux a pris la succession de l'inénarrable Jean-Marc Sylvestre : c'est dire à quel point la "diversité" des points de vue en économie est une constante sur cette antenne.

Dominique Seux n'est pas économiste, mais un lobbyiste néolibéral.

Quant à la matinale de France Inter ça fait bien longtemps que ce n'est plus écoutable.

Ecoutez France Culture le matin et en plus il n'y a pas de pub

"Si elles veulent garder leur emploi, elles subissent des cadences d'enfer et nous trois on est comme des rois !"  

J'adore ce passage : "Quand on lui demande pourquoi il ne cite quasiment jamais d'économistes, Seux nous répond : "J'évoque des personnalités étrangères, l'Élysée, des responsables politiques, je ne comprends pas trop votre question…" "


Mais qui sont ces "économistes" dont on lui rebat les oreilles ? Il parle de l'Elysée et "des personnalités étrangères", voyons !

Dominique Seux en est un beau, un beau dis-leur,

Un de l'espèce qui nique ceux qui l'écoutent, les leurre,

Pas beau, mais de l'espace dans les médiavisuels,

Il en a, c'est sa parole, parole, qu'il nous deale.



"Tu conviendras d'abord avec moi que le libéralisme à la française est de la petite bière par rapport à ce que l'on peut lire dans le Wall Street Journal ou le Financial Times"


Voilà le genre d'arguments qui me fait bien rigoler, et que j'appelle "C'est mieux que si c'était pire". Il est extrêmement polyvalent, et peut aider à se sortir de plein de situations délicates.

Merci pour cet excellent article. C'est toujours le même problème : le manque de diversité et de pluralisme sur les grands médias. Voilà des années et des années que cette chronique économique est tenue par un libéral bon teint. Avant Seux, c'en était un autre. On n'imagine visiblement pas confier cette tranche horaire à un économiste hétérodoxe. Ou au moins la partager (un chroniqueur différent chaque jour). Car il ne s'agit rien d'autre que d'entendre une opinion, parmi d'autres. Or, on fait comme si au contraire, il s'agissait d'un avis d'expert incontestable. En économie il n'y a pas d'avis, ni d'expert incontestable.  Il y a toujours des alternatives possibles. L'avis de Dominique Seux est aussi respectable que bien d'autres, mais il est dommageable pour l'information des auditeurs qu'il soit, le matin sur F.I., le seul.

On objectera le débat du vendredi, avec Piketty. Mince contrebalancement, d'autant que Thomas Piketty ne semble jamais vraiment dans son élément dans ce genre de débat express. 

Quant à trancher si F.I. est de gauche ou de droite... Moi, si j'écoute cette radio plutôt qu'une autre, c'est avant tout, comme le fait remarquer quelqu'un ci-dessous, parce que les programmes ne sont pas uniquement des parenthèses entre deux ventes de lessive ou de bagnoles. Mais aussi parce que, malgré tout ce qu'on peut en dire, elle n'est pas aussi furieusement orientée que ses concurrentes.  Mais je l'écoute à petites doses, pour ne pas me gâcher trop la journée, hein.

Bonjour, c'est Esther Duflo (sans T)

Avant Seux, c'était Jean-Marc Sylvestre qui nous déroulait le catéchisme libéral. Qu'est-ce qu'il a pu nous bassiner avec sa "nouvelle" économie celui-là ! Et suivait dans la foulée Bernard Guetta, qui nous martelait chaque jour son discours pro européen. J'ai arrêté d'écouter ces deux clowns à l'époque. Et j'ai fait la même chose avec Seux. En effet, France Inter n'apparaît de gauche qu'aux gens de droite.

Combien il coute ? je voudrais offrir une tete a claque a mon gamin a Noel. Donne moi ton prix en message privé ma poule .

AH oui j'ai des ami.e.s qui pensent que France Culture est une radio de "gauche"...genre parce que Meurice y tiens une chronique . ça me fait toujours marrer.

Il y en a un autre qui me fait rigoler à chaque fois, c'est Marc Touati.

J'ai découvert l'individu dans les années 2000 un peu avant les subprimes.

Depuis je me paie de temps en temps une tranche de rire (Internet est ton ami) en regardant ces interventions. La dernière c'était récemment sur Sud Radio.

Vous vous souvenez des "Chiens de garde" et des "Nouveaux chiens de garde"?


Pierre Haski, chroniqueur géopolitique de la station estimait que Dominique Seux servait de caution de droite à sa station : "Sur le champ économique, la présence d'un éditorialiste libéral permet d'aligner une diversité de points de vue, alors que la rédaction est marquée à gauche. Il s'agit d'une volonté assumée d'avoir une voix dissonante."

Une rédaction marquée à gauche, celle de Demorrand ,Salamé, Haski ? Il faut vraiment être de droite pour penser cela.

Ne jamais oublier que les audiences de la matinale doivent beaucoup à l’absence de publicité pour un public largement publiphobe. Patrick Cohen en a fait l’amère expérience quand il a tenté sa chance sur Europe 1.

En tout cas le chien de garde D Seux, Monsieur bac + 2, mériterait largement une laisse d’or.

Qu'il défendre la finance et ses échanges à la nano seconde ou le capital à la papa, qu'est-ce que ça change ? Il défend le capitalisme ?

Wikipedia : "  Après des études de droit et d'économie ( Deug ),Dominique Seux  entre à Sciences Po ... "


On peut donc dire que Monsieur Seux , avec  un Deug ( bac + 2 ) a une connaissance en Economie quasiment embryonnaire ....


J'aime bien quand on le qualifie d'économiste.


De la même manière, je peux, donc,  avec mon certificat de baptême, accéder au Pontificat. 


( ce n'est pas à Sciences Po  qu'il a pu apprendre l'Economie , même pas dans " l'Economie pour les Nuls " ...  ; je pense , plutôt aux blagues Carambar ou dans les recettes de Tonton Bernard  


Encore un qui peut dire : " Merci, Bernard  "


«et qui parle d'économie avec la grammaire des grandes firmes et la syntaxe des grands patrons» merci pour cette métaphore linguistique cool :D


(ce papier est intéressant sur le plan stylistique, c'est sympa et aide a faire passer la pilule du portait d'un chroniqueur somme toutes assez pénible)

C'est Christian Chavagneux, pas Christophe.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.