167
Commentaires

Désobéissance, moulaga et gnocchis

Commentaires préférés des abonnés

Quant au cuisinier du Poppies, étranger en situation irrégulière, le préfet a précisé qu'il était, comme il se doit, placé en rétention. Aucun hashtag des désobéissants n'est à signaler à son sujet, à l'heure où est rédigée cette chronique. 


Magn(...)

Approuvé 29 fois

Personnellement, j'opterais volontiers pour la régularisation immédiate du sans-papier, avec paiement de tous les frais par le patron, ainsi que le paiement de l'arriéré de salaires au tarif syndical (il était sûrement sous-payé), depuis la date de s(...)

Approuvé 22 fois

les services de santé qui doivent chaque jour continuer de travailler et faire face aux résultats de l'incroyable bêtise et connerie de ces amoureux de la liberté 


Je pense pour ma part que les services de santé paient depuis des années la politi(...)

Derniers commentaires

Résumer ainsi l'échange entre Louis Fouché et Aude Lancelin, c'est terrible. vous faites exactement pareil que les personnes que vous dénoncez au fil de vos articles et de vos émissions. Mr Fouché, même si je ne partage pas toujours son point de vue et beaucoup plus nuancé que cela. Je serais currieux de voir à quoi ressemblerait un échange entre lui et Mr  Lehmann, qui ne fait pas toujours dans la dentelle.

Pas de niçois ici ? Personne pour relever un certain comportement archétypal très caractéristique du coin, et qu'on pourrait résumer par le fameux M'EN BATI SIEU NISSART (qui signifie ni plus li moins que MON CUL D'ABORD).

Il y a des réalités anthropologiques tenaces dans ce coin là, et quand on les connais un on n'a aucun mal à jauger/juger ce genre de gus car il y en a des milliers comme lui par là bas.


Ô Comté que j'aime et que je vomis, tu nous a encore pondu un beau falabraque d'un autre temps comme tu sais si bien le faire...

"les tentations reconfinatoires du gouvernement" : j'adore !

est-ce que ce grand résistant va faire une grève de la faim pour empecher la déportation de son cuistot? (non)

J'ai bien l'impression qu'ici, au-delà d'une exaspération envers le gouvernement qui peut être légitime lorsqu'elle est rationnelle et assise sur des arguments qui ne relèvent pas entre autres du complotisme le plus délirant, on a à faire à des zozos qui se voient en dignes descendants de Jean Moulin alors qu'ils ne sont au final que des pâles copies du Super-Résistant du film "Papy fait de la résistance" sans même qu'on puisse y déceler le moindre résidu d'humour et donc d'intérêt. Des mauvaises caricatures de bonnes (cinématographiquement parlant, ça se débat) caricatures... et c'est affligeant.


Car il y a effectivement et factuellement beaucoup à dire sur l'action, ou plutôt sur l'incurie, de notre gouvernement actuel (et aussi il faut bien le reconnaitre des précédents sur certains points).

Aurions-nous eu des masques et des tests puis maintenant des vaccins, aurions-nous eu un système public de santé en bon état plutôt que ravagé par des politiques d'inspiration néolibérales délirantes depuis des années et des décennies, aurions-nous eu même un gouvernement qui sait prendre des décisions en informant le peuple et en le faisant même participer ne serait-ce qu'à travers sa représentation nationale alors oui peut-être nous aurions pu faire l'économie des confinements. Peut-être... mais peut-être pas non plus.

Mais de fait la question ne se pose même pas. Le gouvernement est composé d'incapables avec à sa tête un président qui n'a que les intérêts de certains et pas l'intérêt collectif comme boussole quoi qu'il entreprenne et les moyens manquent ou sont en piteux état.

Alors voilà... nous nous retrouvons avec une seule arme qui fait à peu près ses preuves contre cette épidémie : le confinement. La démocratie, c'est censé être le domaine des alternatives non contraintes (ou aussi peu contraintes que possibles) parmi lesquelles le peuple débat rationnellement et choisit souverainement. Là où nous ont amené les politiques passées et présentes, nous sommes tombés dans la dictature de l'alternative duale : l'épidémie ou le confinement... en attendant le déploiement large et efficace des vaccins... qui ne sont pas encore là en quantité suffisante.


Il faut donc faire avec parce que nous vivons dans le monde réel des faits avérés et pas celui des souhaits et désirs illusoires.

Mais quels sont les termes exacts de cette alternative que nous devons donc subir et trancher :

- l'épidémie : on ne s'accepte pas les contraintes qu'il faudrait s'imposer et elle peut donc circuler librement jusqu'à ce que l'immunité individuelle et collective (par les vaccins) s'installe. En attendant : des morts. En quantité. Et si on fait une règle de trois grossière en prenant pour base les chiffres des Etats-Unis par exemple (où les mesures contre l'épidémie sont assez limitées) on devrait arriver à 120.000 voire 150.000 morts. Pour être complet, il faut ajouter que ça sera essentiellement, mais pas seulement, parmi la population la plus âgée ou la plus fragile.

- le confinement : on accepte les contraintes d'une mesure qui a déjà prouvé son efficacité. Mais il faut les accepter collectivement et, cette vieille maxime trop souvent tournée en ridicule par les sots étant d'autant plus vraie qu'une situation est collectivement critique, "à chacun selon ses besoins, de chacun selon ses moyens". Moins de morts au prix d'efforts importants qui ne doivent pas être supportés par quelques-uns seulement.


Voilà... choisis ton camp, camarade. Masi au moins ça sera sur une base éclairée et logique.

Et quand on en sera enfin sorti, il va falloir régler quelques comptes et mettre toutes celles et tous ceux qui, par leur incurie mais surtout par idéologie néolibérale, nous ont mis dans cette situation de devoir choisir entre deux alternatives pourries aux conséquences différentes mais désastreuses.


Je ne vous cacherais pas que, pour ma part, j'ai plutôt tendance à préférer éviter les morts évitables alors je penche pour l’alternative "confinement". Mais tout-à-fait honnêtement, je n'ai que peu subi les conséquences économiques ( je travaille à distance dans un domaine (encore) assez peu impacté), sociales et psychologiques (je suis un ours mal léché qui vit assez bien tranquillement dans sa caverne :-) ).

Je peux donc comprendre que certain-e-s, s'ils/elles se sentent lâché-e-s en rase campagne et abandonné-e-s à ses conséquences, préfèreraient éviter le dit "confinement".


Sinon le foutage de gueule atteint, il faut le dire, son paroxysme quand le "révolutionnaire aux gnocchis" s'avère être un patron-voyou qui exploite un sans-papier. Il faudrait lui expliquer que ça fait plus "fermier général" que "sans-culotte" comme comportement. Alors, mon pote, s'il y a une révolution, à tout prendre, je préférerais qu'on la fasse sans toi.

Je dis ça, je dis rien... c'est pour en parler.

Avec son cri "Li-ber-téééééééaaarrrghh", le mec se prend pour William Wallace dans Braveheart.

Quelle bande de zozos...

Un petit coup de griffe, en passant, à l'encontre d'Aude Lancelin. Prenez donc la peine , mon cher, de lire son roman, "La Fièvre" et vous apprendrez ce qu'elle pense des complotistes. La pratique de l'amalgame ne vous fait pas honneur !

"La sous-préfète du Poppies de l'école de police est elle sans-papier ?" On finit par tout mélanger dans cette  accumulation de bizarreries covidesques ... pendant ce temps là on a un secrétaire d'état à la jeunesse qui "cause" sans note et répond aux questions en invoquant une "paperasserie soviétique" (Rance 3 hier soir)

Excellente conclusion !!!  ^^

A vue de nez de ce qu'il y a dans les assiettes, son resto n'a sans doute jamais eu autant de clients qu'hier.

Suivant Jules Renard, " les postillons sont des intempéries de langage ", ça me permet de traiter le "  président Wilson  " : d'extrême - gnocche "

Ces actions son spectaculaires mais sont elles justifiées ? Sur le fil de France Info par exemple quand quelqu 'un poste un message en ce sens (fermeture des restaurants  =atteinte aux libertés) , il y a souvent des personnels hospitaliers  ( aides soignants ,infirmières ,médecins , administrateurs)   qui protestent  en disant que c'est irresponsable de tenir de tels propos car  les services de réanimation  sont débordés.

Et il n'y a pas que là bas : https://www.leparisien.fr/paris-75/on-a-teste-ces-restaurants-qui-ouvrent-clandestinement-23-01-2021-8420790.php


De plus en plus et c'est particulièrement le cas dans les médias, les gens ne sont plus "jugés" sur ce qu'ils font mais sur leur appartenance à des groupes ou accointance avec telle ou telle personnes. C'est finalement la même démarche que les complotistes....

Est-ce que ce genre de réponse n'est pas la réaction au discours qui place le politicien comme le seul à décider de ce qu'il faudrait faire (au point de faire reculer un président de conseil scientifique) ?
Si le médecin traitant de ce restaurateur lui signait une ordonnance qui lui demande de rester chez lui, la braverait il ?
Et quand bien même il maintenait son service vaille que vaille, ne serait-ce pas dû à la peur du courroux bancaire que d'une maladie potentiellement mortelle ?

...

Je la trouve un peu con cette époque.

Sinon Merkel envisage de négocier avec la Russie pour la fabrication et l'utilisation du vaccin Spoutnik. Lorsque Mélenchon s'était demandé pourquoi on avait pas étudié la possibilité d'autres vaccins comme le Chinois ou le Russe ricanements cadencés des passe plats décervelés de plateau. 

Lapin compris.


Les boulets qui font genre le virus n'existe pas ne doivent pas être encouragés. Cette saloperie est bien réelle et malheureusement nos options pour lutter sont limitées (en grande partie de par les limitations imposées par l'idéologie dominante, oui merci je sais je suis au courant).


Maintenant, quand bien même ce soient de bons vieux beaufs de droite (on notera par ailleurs la clémence la police/justice à leur encontre, wink wink), on est quand même dirigés par une belle bande de bras cassés, et taper sur quelques faux rebelles qui font n'imp ne se me semble pas forcément être une stratégie gagnante.


Mais qu'est-ce que j'en sais après tout ...

Je résume la chronique :

[Christophe Wilson + Citoyen dehors + Louis Fouché]  -> [Complotistes, extrême-droite] -> [Ensemble de leurs actions et discours nuls et non avenu] -> [Fin de la discussion]

L'homme est contestable, mais ça ne me parait pas heureux de légender "libertééé"  d'un ton manifestement moqueur vis à vis de quelqu'un qui est peut-être dans une situation précaire. L'homme est-il méchant depuis toujours ? ou est-il juste désespéré ? 


Concernant l'extrait de QG il ne dit pas tout à fait ce que vous retranscrivez : il dit clairement, avec ses mots à lui, qu'il a l'impression qu'on est dans une situation pouvant conduire à du totalitarisme.

Bien que je ne sois pas aussi alarmiste, on est objectivement dans une situation de restriction majeure des libertés. C'est donc normal de penser à ces autres régimes. Je vous rejoins toutefois sur le fait que Lancelin aurait dû le recadrer.

Le tort originel à mon avis est d'inviter des médecins pour parler de politique. Non pas qu'ils n'aient pas le droit d'en parler, mais on détourne leur légitimité de médecin pour appuyer un propos politique où le gars est tout aussi random que moi sur le sujet (c'était le même phénomènes avec les médecins anti-confinement qui parlaient plus de politique que de médical).


Cela mis à part, hier dans 120% News sur BFMTV, des éditorialistes (dont un ancien de VA particulièrement) ont tranquillement dit qu'il faudrait supprimer le défenseur des droits juste parce qu'ils ont rendu un avis qui leur déplait sur le burkini. Avis qui, étant favorable à voir le moins de religion possible, me déplait aussi mais supprimer le défenseur des droits pour ça ? on fait quand même un pas dans une direction dangereuse. Et ça a été dit en toute sérénité sur les beaux plateaux de cette chaine TV. Il y a même eu une contre-argumentation cordiale de la part de 2 autres éditorialistes. Oui c'est bien, quel beau débat de discuter de la suppression de ces instances de défense des droits humains (car dans le même sac a été mis la CEDH et d'autres trucs). Ca fait réfléchir à ce glissement vers le totalitarisme. Pour moi le risque ne vient pas de Macron mais de l'environnement législatif et de la petite musique qui se met en place, depuis Hollande notamment, pour les prochains pouvoirs.

Dommage, je pense qu'un billet sur ce qui s'est passé à Wall Street plus intéressant, je suis curieux d'un éventuel article par la suite ou un billet demain ! Je trouve ça super intéressant ce qui s'est passé, bien plus que l'épisode des Gnocchis. 

Ah, revoilà le mépris contre les Gilets jaunes.


Beurk.

Quant au cuisinier du Poppies, étranger en situation irrégulière, le préfet a précisé qu'il était, comme il se doit, placé en rétention. Aucun hashtag des désobéissants n'est à signaler à son sujet, à l'heure où est rédigée cette chronique. 


Magnifique fin pour ce billet de DS.


Nous avons donc un propriétaire d'un resto aux opinions "bien à droite" qui emploie (illégalement ?) un sens papier. Et c'est ce dernier qui paie réellement les conséquences des décisions de son connard de patron...


La vie est belle.




Connard de patron.


Et puis, connards de ministres, de hauts fonctionnaires, de policiers, de gens de robe, de citoyens ordinaires, etc.


Qui croyez-vous qui l'a laissé entré, ce sans-papier ? Ce patron tout seul avec ses petits bras ? Des sans-papiers sont structurellement sur notre territoire - tout le monde en profite : probablement vous aussi, quand vous allez au resto ou achetez des légumes.


Ah mais moi, j'achète des légumes mais je mets des hashtags ! (Ouais, il y a le bon consommateur et le bon consommateur. Celui qui fait des selfies sur Insta et qui met un like à un sans-papier qui lui a fait la bouffe, c'est le bon consommateur.)


Vous ou Schneidermann, hein. Ou moi (pas la peine de me le faire remarquer, je le sais très bien).

Quel est le sens de votre message ?


Le patron n'est pas un connard parce qu'il emploie un sans papier, mais pour ses opinions politiques et son mépris des règles sanitaires.


Pour ma part, je suis pour la régularisation de tous les sans papier. Et vous ?

Personnellement, j'opterais volontiers pour la régularisation immédiate du sans-papier, avec paiement de tous les frais par le patron, ainsi que le paiement de l'arriéré de salaires au tarif syndical (il était sûrement sous-payé), depuis la date de son embauche, ainsi que les congé-payés et les cotisations sociales (retraite, etc..)en guise d'amendes....

Oh, ben quoi, on peut rêver, on peut se faire plaisir, non ?

Ah, j'oubliais: signature d'un CDI avec interdiction de licenciement pour trois ans !

Quoi, dictature ?

C'est une bonne idée de régulariser le sans papier et faire tous les rappels utiles salaires cotisations sociales congés. Ce serait plus utile que des amendes, des expulsions, de la prison. Après tout s'il a été embauché c'est que le patron en avait besoin.

Autant je serais pour sanctionner ce patron pour ce délit (c'est d'ailleurs pour ça qu'il est en GAV), autant je ne présumerai pas qu'il soit un connard pour autant. On ne sait pas pourquoi il l'a embauché, dans quelle circonstance, ni s'il l'a aidé d'une manière ou d'une autre dans ses démarches.

Le patron n'est pas un connard parce qu'il emploie un sans papier, mais pour ses opinions politiques et son mépris des règles sanitaires.

"c'est ce dernier qui paie réellement les conséquences "


je ne veux diminuer en rien ces conséquences humaines mais en citer d'autres comme celles de toutes les personnes employées par les services de santé qui doivent chaque jour continuer de travailler et faire face aux résultats de l'incroyable bêtise et connerie de ces amoureux de la liberté


et pourquoi pas la liberté de rouler à fond dans les rues urbaines...

Oui, vous avez raison, beaucoup d'autres personnes paieront aussi les conséquences.


Je voulais signalez la différence entre ceux qui s'acquitteront d'une amende de 153 euros et celui qui risque de se faire expulser.

Si j'ai bien compris il est en GAV pour cet emploi de sans papier donc ça risque d'être plus salé qu'une simple amende, et je crois que s'il a ouvert il risque une fermeture administrative de son établissement.

Il se dit par ailleurs au bord de la faillite.

"ces amoureux de la liberté" ... on les connait.

les services de santé qui doivent chaque jour continuer de travailler et faire face aux résultats de l'incroyable bêtise et connerie de ces amoureux de la liberté 


Je pense pour ma part que les services de santé paient depuis des années la politique de santé qu'on leur impose en haut lieu ( T2a et autres saloperies de ce genre ...) et autre manque de considération quelque soient les gouvernements !


Le reste ( comme les amis de la liberté et autres réfractaires à de ce qu'on nous imposent ) ne sont que des miettes dans l'engorgement des hôpitaux

Pour compléter votre propos, n'oublions pas la politique en matière de recherche, laquelle est pourtant bien utile en ces temps de guerre nécessitant de  connaître l'ennemie pour mieux le combattre:


Alors qu’entre 2011 et 2018, l’Allemagne et le Royaume-Uni augmentaient leurs efforts de crédits publics pour la recherche fondamentale, la France les a réduits de 30 %, dénonce l’économiste Anne Perrot. La France ne dispose pas d’universités de pointe dans le domaine des biotechs, et offre un salaire moyen d’entrée dans la recherche inférieur de 63 % à la moyenne des pays de l’OCDE, accuse le rapport du CAE.

L'UsineNouvelle

Petite anecdote récente sur les salaires dans la recherche. Une jeune chercheuse a demandé si elle pouvait terminer son postdoc à l'étranger avant de commencer son cdi comme chargé de recherche au CNRS. Avec le salaire d'entrée du CNRS, elle perdait plus de 300 euros par mois.

Elle etait pas bien paye a l'etranger alors...

J'ai peut être pas été trop clair dans mon message précédent. 4000 euros en plus par an en postdoc. Dans un pays où elle avait la sécu et cotisait également pour la retraite. C'était pas un salaire de folie non plus. Mais là elle réussit le concours CNRS, elle évolue donc dans sa carrière et elle voie son salaire passé d'environ 2200 euros par mois à 1800 euros .

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.