33
Commentaires

Déconfinement : une carte aux données très politiques

La carte sur laquelle se base le gouvernement pour organiser le déconfinement semble simple, avec ses couleurs rouge et verte, orange jusqu'à il y a peu. Pourtant les données censées l'avoir constituée sont opaques, ou ne correspondent pas toujours à la distribution des couleurs.

Commentaires préférés des abonnés

Merci pour cette analyse.

Soudain, je comprends tout. 


Habitant l'Isère, je suais d'angoisse à l'idée que le département bascule dans le rouge au lieu de basculer dans le vert.


Mais pauvre naïf que je suis, j'avais oublié que le ministre de la sant(...)

Bonjour, merci infiniment pour votre commentaire : malheureusement, ce qui est publié est publié. Je dois des excuses à Juliette Morel non seulement pour avoir raté son texte lors de mes recherches, mais surtout, en conséquence, pour avoir reproduit (...)

- Une idée pour faire la carte ?

- Oui, j’ai ! On fait comme les feux routiers : vert / orange / rouge.

- Super ! Ce sera parfait pour les débilos.

- Et la légende ?

- Pareil ! On indique que les départements rouges désignent les départements rouges, les(...)

Derniers commentaires

Une remarque plus générale: beaucoup d'entre nous utilisent le "on nous prend pour des enfants" pour dire qu'on se moque de nous. Souvenons-nous que, dans le conte d'Andersen, c'est un petit enfant qui, en s'exclamant que "le roi est nu" en fait prendre conscience aux adultes mystifiés.

La grande loterie continue. Avec du coloriage en plus.

Hhhhaaaaaaa ! Enfin, notre beau pays est géré comme une belle entreprise ! Voici les Indicateurs (Clef) de Performance (KPI pour les anglophones) à l'échelle nationale !

C'est beau. Grâce à cette synthèse les français qui ne connaissaient pas encore ce type de management en ont un avant-goût. En résumé, c'est souvent stupide et incohérent. Pourquoi ? Parce que souvent mal fait, les paramètres surveillés ne sont pas bien choisis. Et plus ça monte dans la hiérarchie, plus c'est la couleur qui est importante et pas ce que représente la donnée. Ce qui amène à des passages au vert pour pas être contrariant.

Je caricature, un peu.


Bref merci pour la synthèse.

Accessoirement on peut s'interroger sur l'utilisation du vert, qui a tendance à être associé à ce qui va bien.

Quitte à choisir 3 couleurs j'aurais pris noir, rouge, et orange. Pour indiquer aux gens de toujours faire attention.

Mais l'objectif du gouvernement actuellement étant guidé par la relance économique, l'utilisation du vert s'explique.

Une carte aux données très… régionales 


Excellent article. Très intéressant. Il semble manquer une remarque qui confirme le caractère éminèment politique de la carte du déconfinement, les régions sont soit en vert soit en rouge sans exception. Les différences départementales au sein d'une région se sont effacées. 


Habitant aussi l'Isère, comme Pince-Mi, je m'étais étonné du classement orange du département alors que celui-ci fait partie de ceux les moins touchés en France, classement orange justifié par le critère de  saturation des capacités de réanimation. 


Je n'avais pas réussi à trouver d'informations chiffrées sur ce critère, mais les échos que j'avais des capacités de réanimation de l'hôpital de Grenoble infirmaient l'idée d'une saturation. Je ne pense donc pas que ça soit "l'attachement" de Olivier Véran à l'Isère qui explique le passage en vert ! :-)


Dans une région aussi peu homogène qu'Auvergne-Rhône-Alpes, que tous les départements soient passés en vert peut interroger. À défaut d'autres critères, si l'on prend la surmortalité, toutes causes confondues, de 2020 par rapport à 2019, le département du Rhône est à près de +40%, la Drôme à près de +30%, alors que l'Isère est à environ +10%. 

À l'inverse, dans d'autres régions, le Pas-de-Calais à à peine 7% semble avoir plus de raisons d'être en vert que le Rhône. De même pour l'Yonne à 8,4%.


Le cas de la Corse confirme le caractère régional et non départemental de la carte du déconfinement. Et, par là-même, le caractère tout sauf objectif de sa réalisation. 


Bien que le gouvernement justifie cette carte basée sur le critère régional en expliquant "nous faisons le choix de tenir compte comme indicateurs prioritaires du niveau de tension, de saturation des réanimations des hôpitaux." Mais ces critères ne sont pas uniformes entre l'Isère, la Drôme et le Rhône, par exemple.


Merci cet article me rassure. Je me cassais la tête depuis plusieurs jours pour comprendre pourquoi le département dans le lequel je réside etait en orange, je decortiquais tous les chiffres, 1 personne en réa donc 10% des capacités, un petit nombre constant (30) de cas depuis 1 mois etc etc et je comparais avec des départements en vert qui semblaient plus atteints... et ouf je viens de comprendre que je ne pouvais pas comprendre avec les informations disponibles 

carte établie selon la technique scientifique dite du "doigt mouille".


En tout cas cette carte a rempli son but pour le gouvernement , on ne parle plus que de savoir si un département doit être en vert ou rouge quand il était quasiment acquis jusqu'ici que le deconfinement ne devait pas avoir lieu , point barre.

 Malheureusement vous vous êtes fait berner comme tous les autres médias..... l;analyse ici devrait plutot porter ici sur comment une carte a réussie a légitimer le processus de deconfinement.

Autre problème, peut-être anecdotique : le département des Hautes-Pyrénées (65) apparaît avec le numéro 54, qui est celui de la Meurthe et Moselle. 

Je n’ai pas vérifié s’il y a d’autres erreurs. 


A l’heure tardive où j’écris cela a été beaucoup signalé sur les réseaux et est déjà dans la presse en ligne locale mais l’erreur n’est pas corrigée sur le site officiel. 


Je suis consciente que ce n’est pas aussi grave qu’établir une carte sur des critères obscurs, mais ça fait tache, vraiment. 


Il semble que de plus les couleurs choisies ne sont pas accessibles aux daltoniens, alors qu’il existe des tas de solutions. 


Donc, le fond est trouble et la forme très insatisfaisante. 


Merci pour cet article qui éclaire une partie du mystère !


Une remarque : la phrase "les départements orange passent en rouge, ndlr " n'est pas tout-à-fait juste. Le mien est passé du orange au vert.


J'ai trouvé dans l'article (excellent) de Juliette Morel la définition du "taux de circulation du virus" selon le ministère de la santé :


" la part de suspicion de cas de Covid-19 parmi les passages aux urgences par jour et par département."


Je ne sais pas ce que vous en pensez mais ça me semble pas vraiment représentatif. Qu'est-ce qu'une suspicion ? Et les gens qui ne passent pas par les urgences ?


J'ose espérer qu'on a maintenant assez de tests pour tester toutes les "suspicions", urgences ou pas.


Comme le covid 19 est une maladie à déclaration obligatoire, on ne pourrait pas comptabiliser les cas positifs depuis les 15 derniers jours par département ? Un tel nombre rapporté à la population du département donnerait quelque chose de plus juste il me semble. 


De mon côté, j'ai cherché désespérement à connaître le nombre de malades du covid 19 dans mon département et je n'ai strictement rien trouvé. 


Pas évident d'adapter son comportement sans cette information essentielle, car comme vous l'avez bien monté, le "vert" n'est pas très significatif.


décidément, ce gouvernement nous en fait voir de toutes les couleurs huhuhuhuhuhu


- Une idée pour faire la carte ?

- Oui, j’ai ! On fait comme les feux routiers : vert / orange / rouge.

- Super ! Ce sera parfait pour les débilos.

- Et la légende ?

- Pareil ! On indique que les départements rouges désignent les départements rouges, les départements oranges pour les départements or...

- Oui, c’est bon, j’ai compris. Les concons de Français, ça leur suffira.
- Et les journalistes ?

- Eh bien... pareil ! LOL !

- Ah ah ah !


Plus sérieusement, je me demande s’ils ne sont pas en train de faire ce dont parlait un psychologue questionné par Juliette Gramaglia : du nudge.

En mettant une couleur verte ou rouge, ils incitent à certains comportements. Par exemple, à être plus relâché dans les départements verts, pour que les gens se contaminent. Pourquoi ? Pour procéder à une immunisation collective. Pendant que les régions touchées (rouge) ralentissent la progression.

Merci pour cette analyse.

Soudain, je comprends tout. 


Habitant l'Isère, je suais d'angoisse à l'idée que le département bascule dans le rouge au lieu de basculer dans le vert.


Mais pauvre naïf que je suis, j'avais oublié que le ministre de la santé et de la cartographie est né et à fait son trou dans l'Isère.


J'avais bien tort de me faire du soucis. Comment la pandémie pourrait-elle prospérer là où le ministre himself est devenu ce qu'il est ?



Merci pour cet article !

Dommage de ne pas avoir parlé du très bon texte publié par une géographe et cartographe dans Libération, qui dénonce les nombreux problèmes méthodologiques dans la constitution de ces cartes, et bien sûr, leur utilisation politique. Elle montre, elle aussi, qu'il y a en effet des problèmes de données et des problèmes au niveau du traitment de ces données et du choix des seuils. Elle parle également des problèmes de légende et au niveau des couleurs utilisées : il est préférable d'utiliser des nuances d'une même couleur, ou des couleurs proches, plutôt que trois couleurs différentes (et trop connotées) qui laissent penser, comme vous l'écrivez, que si on est dans un département vert, tout va bien.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.