622
Commentaires

Comment on devient "rouge brun" pour Quatremer

Vous savez quoi ? C'est fait. Je suis un "rouge brun".

Derniers commentaires

Concernant Libération, j'ai arrêté de consulter ce site et d'offrir le moindre clic à cet organe de propagande. Comment ? Quand je me suis rendu compte que le fait d'oser critiquer dans des termes tout à fait corrects la politique de colonisation de l'état d'Israël à Gaza et en Cisjordanie sur les fils de commentaires (articles sur le sujet en plus) vous éjectait systématiquement de la charte de déontologie de Libé, selon des moderateurs tres réactifs. Après une rapide recherche sur les soutiens financier de ce journa?, en déficit constant, donnant le spectacle de crises entre syndicats de journalistes et direction aux ordres, et devenu l'ombre de l'ombre de lui même en 2015, j'ai compris et n'y mettrais pas même un auriculaire virtuel.

Malheureusement Mediapart semble suivre une dérive identique, et plus rapide...
Je l'avais déjà dit dans un post précédent: Quatremer est le gourrou d'une secte européisto-libérale dont Toral est le zélateur le moins fin de tous. Que tu aies eu maille à partir avec ce personnage ne m'étonne donc pas vraiment. Il y a aussi d'autre candidat au coup de projecteur, mais leur pseudos se sont perdus dans la partie de ma mémoire où je range les avatars de l'insignifience et du bullshit en barre.

L'idéologie de sa secte est un mélange d'anti-patriotisme maquillé en anti-xénophobie et anti-nationalisme qui résulte à bêtement répéter sur tous les tons que l'Europe est la solution à tous nos maux et que si ça ne marche pas aussi bien que ça en vrai, c'est que nos états-nations s'y prennent mal, jamais parce que les traités sont mal pensés ou mal rédigés. Ben voyons. Et que si on est passés outre le vote du referendum de 2005 (Sujet interdit sur son forum, allez-y essayez, vous verrez, attention toutefois: Monsieur Quatremer manie le bannissement par adresse IP, vous êtes prévenus, utilisez donc un système pour masquer votre adresse, c'est un conseil), c'est que les peuples sont trop bêtes pour avoir un avis éclairé sur la question et qu'il vaut mieux à l'avenir passer outre son avis pour son plus grand bien. Malgré cela, ils se prétendent démocrates en plus. N'attaquez pas non plus leur propres turpitudes. Cela ne marchera pas. Ces gens sont là pour nous rappeler que des indécrottables, ça existe. Et que non, ils ne combattent pas le FN, en tout cas pas pour le faire diminuer. J'ignore en fait à quoi ils jouent, mais à mes yeux il est clair que si le FN parvient au pouvoir en France, ils leur devront une fière chandelle. Une bonne fois pour toute, Monsieur Quatremer, on ne donne pas le micro à Toral ou consors quand on cherche à combattre le FN. C'est du bon sens le plus basique. Certains ne peuvent même pas voter pour ou contre le FN vu qu'ils ne sont même pas en France.

On ne discute pas avec ceux qui vous traitent de nazi. On ne discute pas non plus avec des individus de mauvaise foi.
J'aurais dû rappeler qu'un autre responsable politique a régulièrement dénoncé les privatisations rampantes d'entreprises stratégiques, sur son blog : c'est Mélenchon.

Il faut aussi citer François Asselineau, du parti de de l'Union Populaire Républicaine. Ses analyses sur le rôle de l'Europe dans la perte de souveraineté des nations — entreprises stratégiques, contrôle de la monnaie, de l'économie, etc. — sont très intéressantes à écouter. Sans être forcément d'accord avec tout, il a le mérité de la clarté et de la cohérence.

Et s'il vous plaît, évitez de traiter l'UPR de parti d'extrême-droite. Le gouvernement classe l'UPR comme un parti « Divers ». Ni divers droite ni divers gauche, et en aucun cas « extrême ».
Vous me présenterez Guyot Patrice que je n'ai pas l'heur de connaître mais qui fleurit comme jonquille en mars.
Malmené par les bruns de Bruxelles, Jean trouve finalement un peu de réconfort auprès de Bruno.
Donc, il y a quelques mois, Daniel Shneidermann accusait Alain Finkielkraut de racisme. Aujourd'hui c'est Quatremer qui traite Daniel Shneidermann de fasciste. Wo's next ?
mal placé
Je ne voudrais pas délater mais le sieur DS a cité Lindbergh,un antisémite philonazi,dans son billet de ce jour...Si ce n'est pas une preuve de rougebrunisme qu'est-ce donc?
" Quand les drapeaux sont déployés toute l'intelligence est dans la trompette. " Stefan Zweig

j'ai mis quelques sous dans la sébile du copain grec qui essuyait de son pantalon le porche de l'église.
Puis-je employer sébile dont l'étymologie est arabe?
Par les temps qui courent les coupeurs de têtes Jivaros rôdent en rondes rudes.
Puis-je employer Jivaro qui qualifie l'autre de sauvage?
J'ai acheté une religieuse...stop.
Avec des pets de nonnes...restop
Puis-je....?

Et merde!
Sylvain, un jaune et un deuxième car Antonin va arriver.
On ne peut plus dire.
On va parler glaçons et cacahuètes et olives.
Zut! voilà Popeye.

Bonne journée.

Depuis Voltaire, j'ai droit aux blasphèmes. Il me l'a répété hier.
Bon !
On va remettre les choses à leur juste place.
Quand la gauche au pouvoir voit la débandade totale de son électorat qui hésite entre l'abstention et un vote plus à gauche, c'est très habile stratégiquement de traiter tous les déviants de rouge-brun. Cela ne résout en rien le problème et la gauche du centre va prendre une pile monumentale aux prochaines élections, et pas qu'eux d'ailleurs. Quoi qu'en pense toute cette racaille qui se dit journaliste et qui ne sont que les avant-garde et les garde-chiourmes de nos dirigeants auto-proclamés qui s'auto-congratulent dans une certitude absolue que le monde ne changera pas, les temps qui s'annoncent sont sombres au possible, et leur attitude ne fait que faire empirer les choses.
Pauvres petits aveugles qui font la morale à des borgnes.
Bon je sais, ce que je dis est très méchant pour les aveugles, mais il y a des réalités qui crèvent les yeux. Encore faut-il en avoir pour voir !
M. Jean m'a modéré. J'ai posté sur son blog :

Lettre à un impénitent qui confond les chemises brunes...

Attention Daniel, vous aggravez votre cas !

Vous citiez M. Philippot et du coup M. Jean vous a passé au brunisateur (ils aiment ça M. Jean et M. Arnaud, tout ceux qui disent pas comme eux, ils les passent au brunisateur).

Vous avez ressenti la nécessité de vous expliquer, de leur répondre et sans doute aussi à une partie du forum d'@si qui a peut-être douté ou pas aimé votre final, un brin provocateur. En ces temps troublés, les autres ont vite fait de vous affubler d'un baudrier, d'une chemise brune avec un brassard rouge doté d'une petite Hakenkreuz sur fond blanc et d'un short bavarois.

Avec cette réponse, vous vous enfoncez Daniel !
Jean va certainement y déceler une confirmation de votre dérive "Poutino-Philipotiste" :
«un jour, il cite Philippot et le lendemain Mélenchon qui sur son blog maltraite les morts en défendant Poutine».

Mais rassurez-vous Daniel, pour vous extirper du mal national-bolchevique vers lequel vous avez glissé, vous pouvez faire un stage qui vous permettra de regagner presque tous vos points. Pour revenir dans le doux monde de Jean et de Arnaud, vous citerez alternativement pendant un mois les personnes suivantes :

- Nicolas, social-démocrate réformiste de droite, à droite de la droite
- François, social-démocrate réformiste de gauche, au centre, qui n'a jamais su reconnaître sa droite de sa gauche, malgré les rubans de sa maman
- Manuel le social-démocrate réformiste à droite du centre droit de droite
- Pierre, le commissaire, social-démocrate réformiste à la droite du centre droit
sans oublier les amis des patrons :
- Emmanuel, qui va désormais travailler le dimanche
- Pierrot, le boss des boss quel que soit le râtelier.

Après cette pénitence, vous irez à genou jusqu'à Bruxelles pour laver les pieds de frère Jean qui vous ré-accueillera ensuite dans la communauté (selon la lecture orthodoxe, la plupart des dérives ne sont que des égarements) avec son sourire radieux et l'horizon éclairé de ses yeux. Ensuite, vous lui soumettrez vos neuf-quinze pendant un an, afin qu’ils puissent s’assurer que vous êtes bien de retour dans la doxa.

....


Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:26 le 06/03/2015 par Marc.
Cher Mr Schneidermann,

Tout d'abord, je viens s'il en est besoin, vous apporter tout mon soutien, et vous dire combien je ressens comme vous l'impression de ne pas être "exprimé" dans l'offre politique actuelle, tous partis confondus.

Sympathisant des idées de gauche, j'ai dû me résoudre pour la première fois lors des dernières élections €uropéennes, la mort dans l'âme, à voter pour la droite souverainiste (NDA) tant le discours de TOUTES les gauches sur la chose européenne me semble biaisé et sonnant faux.
J'ai été à une époque bien révolue, un europhile convaincu, limite militant... Je suis aujourd'hui, comme un amoureux éconduit, trompé, déçu, en somme un €uroCocu.
La gauche sociale démocrate, libérale diront certains, a adoptée une stratégie qui au final consiste à accepter les règles du jeu, en essayant de faire au mieux avec le peu de moyens restant à sa disposition, en faisant le dos rond. Certains appeleront çà du pragmatisme, d'autres, très présent sur le site, ou celui de MEDIAPART, de la forfaiture voire de la trahison. Qui a raison, qui a tort? Au moins, cette gauche €urolâtre, est cohérente avec elle même... Celà fait plus de 30 ans que tous les partis, probablement avec sincérité nous promettent la "ré-orientation", et que comme soeur Anne, on ne voit rien venir, ou alors en pire (concurrence sociale, fiscale, environnementale tous ceci bien verrouillé par la règle anti démocratique de l'unanimité)
La gauche radicale, plus particulièrement le FDG est ambigüe sur le sujet. On ne comprend rien à sa position. Elle prône la désobéissance aux traités (ce que je réprouve, car signés par des gouvernements élus démocratiquement, pour représenter l'état français qui lui est immuable). Et éventuellement elle envisage l'exit, si Bruxelles fait les gros yeux en cas de non respect de ces fameux traités. Déjà, pour avoir ces précisions, ne comptez pas sur le FDG qui préfère faire campagne sur m6r, car il faut aller consulter leur site pour en savoir plus. C'est du flan, j'ai pas confiance. Monsieur Mélenchon, quand vous insultez Mme Merkel, ou cette députée CDU, ou Mr Cohn Bendit ainsi que bien souvent le peuple allemand (au point de devoir préciser après qu'évidemment tous les allemands...bla bla bla) vous ne me représentez pas. J'aimerais plutôt vous entendre dire, basta la directive détachement, l'optimisation, oui pour le retour des frontières, pour le contrôle des biens et des capitaux, et pas seulement des flux migratoires, oui au retour à une monnaie qui corresponde à notre système économique et social. Comment pouvez vous continuer à laisser croire que le programme du FDG est soluble dans l'U€ actuelle, alors qu'il est évident qu'il entre en violation avec quasiment tous les traités. Croyez vous vraiment que les libéraux en position dominante, vont laisser faire, apeurés par votre grosse voix et vos petits bras musclés?
Annoncez clairement la procèdure de sortie française, et ne laissez pas ce sujet à la seule droite souverainiste et nationaliste à qui la gauche à désespérément abandonné ce thème, faisant de moi ainsi que de nombreux autres électeurs des "rouges bruns"
Proverbe: "réussir à se faire insulter par un con, c'est une forme de compliment".

Plus sérieusement:
[quote=D. Schneiderman]Ce qu'on me reproche, c'est d'avoir cité Florian Philippot, comme seul responsable politique français à avoir critiqué cette cession. [...] si je relève que Philippot est le seul à avoir à ce jour réagi, j'en suis, en citoyen, désespéré.
Je pense que vous mettez là le doigt sur quelque chose de très important dont les journalistes (comme Quatremer) devraient se préoccuper plutôt que balancer du rouge-brun à droite et à gauche.
Le Front National a tendance à balancer des questions qui préoccupent une proportion grandissante de citoyens (sa trahison, c'est qu'il y apporte des réponses souvent biaisées et que ses questions sont parfois biaisées. Vieille technique de la demi-vérité). Le succès récent du front national est du en partie à ce que justement, les partis traditionnels refusent de répondre à ces questions, de les décortiquer, de les expliquer aux citoyens. Le citoyen a la désagréable sensation qu'on l'ignore ou qu'on le prend pour un sot, un "rouge-brun". Se sentant ainsi dénigré, le citoyen décide donc de s'abstenir de voter. Dans le meilleur des cas...
Quatre mains, quatremer...
En Atelier d'Ecriture, on abandonne son "ego", on développe l'idée commune, on s'approprie les mots, on se plaît en ambidextrie, on relit ce qu'on écrit par une corretion commune.

Quatre mains est même un minimum, voire une infidélité.
Mais en rural profond le cercle, l'échange sont toujours de rigueur.
Des précurseurs surannés. périmés que les gens de la ville viennent visiter aux soleils des vacances.
Abandonner son soi pour être quelques instants nous.
Très cher Daniel

Laberration et l'im-Monde sont en train d'entrer en grande panique... je crains que l'on n'ait pas fini de lire et d'entendre encore moults énormités de ce triste acabit.

Cordialement.
Bah ! C'est Quatremer.

Il est parti en orbite haute depuis déjà trop longtemps, alors, forcément, l'oxygène commence à lui manquer...
Faut pas s'inquiéter outre mesure pour ce garçon. Il lui arrivera ce qui arrive toujours dans ces cas-là : il va cramer ses derniers fusibles et s'éteindre. Ce n'est qu'une question de temps.

En attendant, il faut le considérer pour ce qu'il est : un symptôme.

Le symptôme d'un organe malade. L'UE.
Qui n'en a plus pour très longtemps non plus, dans sa version néolibérale. Et c'est bien ce qui emmerde Quatremer et Leparmentier. Et ça, c'est plutôt encourageant.
J'ai répondu ça (message à suivre) à la dernière chronique de Quatremer (celle où il se défend d'avoir traité Daniel de nazi, seulement de "rouge-brun"), peut-être parce que j'ai confiance dans l'idée de débat, peut-être parce que je suis bête :

"Les bruns, c'est les nazis. ça vient des chemises brunes des SA.
Rouge-brun, c'est un terme qui a été inventé pour décrire les gens qui, dans les années trente, sont passés de l'extrême gauche au collaborationnisme ou au nazisme, par exemple Doriot.
Les mots ont un sens, vous avez accusé Daniel Schneidermann de complaisance avec le nazisme.

On pourrait déjà dire pas mal de trucs, quel que soit le mal qu'on pense du FN, du rapprochement FN/nazisme (c'est quand même pas tout à fait la même chose, si les mots ont un sens), mais en plus, cette accusation de complaisance avec le FN est basée sur une erreur de lecture (ou de la mauvaise foi ?) Dans sa chronique, Daniel Schneidermann se désole que le FN soit le seul à s'emparer de cette question. @si passe suffisamment de temps à s'interroger sur les opérations médiatiques du FN et ses tours de passe passe pour qu'on ne les soupçonne aucune sympathie.

M. Quatremer, je n'ai aucun a priori contre vous, mais sur ce coup-là, vous êtes allé poster dans les forums d'arrêt sur images en terminant par (je cite) "PS: pas la peine de m'insulter, chers amis gauchos et fachos, je ne reviendrai pas sur ce forum.", ce qui en gros est insulter les lecteurs d'@si qui pour le coup ne vous ont rien fait, vous vous êtes empressé d'aller twitter "Daniel Schneidermann = rouge-brun", et vous avez enchaîné sur une chronique où vous racontez que Daniel Schneidermann fait l'apologie du FN, hypothèse qui ne tient qu'à une lecture extrêmement rapide de la chronique, sans tenir aucun compte du contexte général d'@si. Et d'ailleurs, sur le fond, vous ne répondez pas vous-même, vous citez l'analyse d'un de vos commentateurs. Bref, journalistiquement c'est un peu limite et sur le plan de la classe, vous auriez pu mieux faire.

Mais bon, mon but ici n'est pas d'en rajouter une couche sur la polémique, qui n'a pas de sens - c'est qu'il y a quand même un problème de fond.

Personnellement, je suis depuis toujours sincèrement européenne. J'ai des ancêtres immigrés en provenance d'autres pays d'Europe, j'ai été biberonnée au projet européen, je crois à l'Europe comme garant de la paix, j'aurais voté oui à Maastricht si j'avais pu, j'ai voté oui au projet de traité constitutionnel en 2005, malgré mes réserves sur le volet libéral du projet, parce que mes convictions européennes passaient avant, etc. etc. etc. . J'ai toujours été plutôt en accord avec la politique européenne telle que je la percevais.

Mais là, depuis quelque mois, j'ai comme une énorme rupture de confiance avec les institutions européennes telles qu'elle existent en ce moment. J'ai le sentiment d'un manque total de démocratie dans les décisions telles qu'elles sont prises (le parlement européen est démocratiquement élu, mais a très peu de pouvoir effectif !). La volée de bois vert que s'est pris le gouvernement grec pour des demandes somme toute raisonnables m'interpelle et les déclarations et priorités manifestées par les institutions européennes à cette occasion me heurtent. Quand des éditorialistes du Financial Times (Wolfgang Münchau, en novembre dernier) disent que la politique d'austérité en Europe est en train de la mener vers "un hiver nucléaire économique", je trouve que ça mérite réflexion. Bref, j'ai le sentiment que la belle idée de l'Europe est actuellement utilisée pour défendre un politique unilatéralement austère et libérale, délétère, en excluant tout débat politique.
Je ne dis pas que c'est fait exprès. Toute organisation tend naturellement vers la bêtise, donc pour une organisation aussi grande et complexe que l'Europe, il faut déployer des trésors d'intelligence et d'énergie pour que les moults traités et arrangements diplomatiques ne rende pas tout ce qui n'est pas dans la feuille de route initiale extrêmement compliqué à réaliser. Mais le tout paraît terriblement économique et financier, sans vision politique. Et l'économie et la finance sont des outils - sans le débat politique et l'expression de la volonté des peuples pour indiquer où on doit pencher avec ces outils, ça me paraît problématique. Personnellement, l'exemple cité par Daniel Schneidermann m'interpelle - de même que les demandes de privatisation faites auprès des gouvernements grecs, de vendre le patrimoine public des grecs pour rembourser la dette, ça me pose problème également.
Parce que je pense que sur certains domaines, la puissance publique (qu'elle soit nationale ou européenne, d'ailleurs, elle pourrait très bien être européenne et publique), soumise au vote et à la sanction des citoyens, est meilleure garante de l'intérêt général que les intérêts privés des grandes entreprises.

C'est une opinion. On peut ne pas être d'accord - et d'ailleurs c'est très bien, qu'on en débatte. Mais je trouve que de recaler l'expression de ce désarroi - qui est partagé par de plus en plus de gens, tout à fait sincèrement européens - dans les vieilles lunes du nationalisme, et de renvoyer le débat sur la souveraineté - qui est la question de savoir exactement à qui reviens le pouvoir et la légitimité de décider - à une question de souverainistes et de "rouge-bruns", c'est tordre les faits, et c'est rendre un bien mauvais service au débat politique en général et à l'idée européenne en particulier. Qu'est ce que vous leur dites, aux gens comme moi ?"
Qu' est-ce que j'apprends? Libé héberge un Mr Quatremer et aussi DS et qu'il y a de la zizanie entre eux? Le premier envoie des tomates et du caca au second.Voilà un événement considérable qui va bouleverser le grand timonier,le Danube de la pensée et porter à l'incandescence les rapports politiques dans le monde entier. Tremblez bourgeois!
Il y a depuis toujours 3 grands arguments mis en avant par les européistes pour justifier le bien fondé d'une construction politique en Europe, à savoir la paix entre différentes régions qui se sont tant fait la guerre, la prospérité économique pour tous, et enfin la puissance géo-politique et militaire.

Hors ces 3 idéaux sont typiquement les motivations traditionnelles des dynamiques nationalistes qu'on a vu historiquement, en Italie ou en Allemagne au 19è s par exemple, mais projetées à plus grande échelle avec cette fois une altérité culturelle et économique entre régions beaucoup plus prononcée qu'entre par exemple la Sicile et le Piemont au 19è siècle. Ça n'est plus vraiment la mode, mais on encore certaines personnes parler de peuple européen. Exemple récent, un député européen qui publie "Les 100 dates qui font la nation européenne".

Mon petit doigt me dit que Quatremer, Guetta et d'autres, sous des dehors humanistes et internationalistes, ont peut-être aussi une motivation sous-jacente qui n'est pas très différente de la posture psychologique du nationalisme, ce qui expliquerait leur irrationalité récurrente, leur passion obsessionnelle pour le sujet. D'ailleurs, je suis curieux de savoir ce que Quatremer pense de l'éventualité d'intégrer un jour un pays comme le Maroc ou la Tunisie à l'Union Européenne…
Quand je pense que DS écrit dans le même journal que 4M ! Que l'un ,je le verrai bien avec des idées proches de Hamond-Aubry et l'autre de Valls (pour faire court) Et que vous arrivez à vous détester et vous engueuler, pas en privé non ! mais par médias interposés, il y a de quoi "désespérer Billancourt" en tout cas les lecteurs d'asi. Evidemment que 4M a dérapé et je suis sur qu'il le sait et qu'il devra s'excuser, par ce qu'il est contrairement à beaucoup de commentaires sur ce forum loin d'être con, et si il est pour l'UE ce n'est pas une tare.
Non non non, Quatremer ! changez vos lunettes, cette robe n’est pas rouge-brun, elle est blanc et or. Ou bleu et noir à la rigueur !
Pas besoin de vous justifier Daniel, c'est tellement gros...c'en est quasiment diffamatoire !
Bienvenue au club de ceux qui se font traiter de rouge-brun chaque fois qu'ils expriment une opinion décalée par rapport au main stream de la propagande inconsciente. Je parle de ceux qui dans les médias sont nombreux à répéter sans s'en rendre compte les schémas d'explication manichéens libéraux en économie ou pro-occidentaux en politique internationale. Sur l' Ukraine, sur la Grèce,l' Europe, sur les interventions africaines ...
4mer a toujours été eurolâtre . C'est à lui qu'on doit cette idée lumineuse : " pourquoi je défends l'Europe ? Parce que je suis né européen !" Imparable, non ? Mais aujourd'hui avec la situation en Grèce, il devient particulièrement odieux. Affichant un large sourire pour affirmer que le gouvernement grec a dû se soumettre. C'est faux, on ne peut rien dire de tel pour le moment, mais c'est évidemment ce que 4mer souhaite ardemment et veut faire croire. Il dit donc aux grecs :" vous avez perdu 30 % de vos revenus, et bien ça va continuer et vive l'Europe! "
Notons que Quatremer avait qualifié sur Touiteur la nomination de Loukas Papademos comme premier ministre en remplacement de Papandréou de "Bonne nouvelle" (pour ceusse qui veulent retrouver le Touit en question c'était en novembre 2011).

Or le gouvernement Papademeos avait une particularité (en plus de l'austérité bien sûr) : il avait intégré deux ministres du LAOS.
Pour la première fois depuis la dictature des Colonels, l’extrême-droite entrait dans un gouvernement et pour Quatremer, c'était une "bonne nouvelle".

La paille, la poutre, tout ça...
Lémédias ne parlent plus guère que d'eux-mêmes, leurs accords ou leurs brouilles deviennent des affaires d'état au lieu de rester ce qu'elles sont : des tempêtes dans des verres de Pastis... Les montagnes accouchent de musaraignes et naturellement les vrais sujets sont glissés sous le tapis, faute de temps. Prétendument !

PG
Pour être le moins possible affecté par des calomnies comme celles de Quatremer, le chemin est assez simple. Spontanément, on a tendance à identifier le vrai bien et le vrai mal, à ce que les autorités présentent comme le bien et le mal. C'est pourquoi, quand un représentant des autorités, tel Quatremer, vous dit que vous etes contre ce qu'il appelle le bien, ou au service de ce qu'il appelle le mal, vous croyez etre un vrai mechant, contre le vrai bien, au service du vrai mal, et c'est cela qui est douloureux pour vous. Une fois que vous avez fait la distinction entre le vrai bien, que vous servez, le vrai mal, que vous combattez, et ce que les autorités appellent bien et mal, ces dernieres ne peuvent plus vous culpabiliser de ne pas servir ce qu'elles vous présentent comme le bien, ou de ne pas rejeter ce qu'elles présentent comme le mal. Ensuite, vous pouvez prendre un recul par rapport à ce mecanisme. Loin de servir la vraie morale, les autorités instrumentalisent la morale, pour la mettre au service de leurs fins à elles. Elles utilisent la morale pour vous culpabiliser de ne pas faire ce qu'elles veulent que vous fassiez. Chaque epoque a sa morale, si bien qu'a chaque epoque les autorités manipulent, comme des marionnettes, des figures du bien et du mal propres à l'époque. Il y a quelques siecles, ce a quoi il fallait obeir etait le Dieu chretien et ce qu'il fallait combattre etait le diable. Aujourd'hui il faut servir la cause de la fraternite humaine, et combattre le fascisme. Mais les autorites s'adaptent facilement a ces changements. Celles d'aujourd'hui expliquent que la fraternité humaine veut ceci ou cela, quand celles d'hier auraient fait vouloir les memes choses par Dieu. Celles d'aujourd'hui expliquent que ceci ou cela est au service du FN, quand celles d'hier auraient expliqué que les memes choses sont au service du diable. La fraternité humaine est donc le bon Dieu de notre temps, et pour passer dans le voisinage de Taguieff (Du diable en politique), le FN est le diable de notre temps. D'une epoque a une autre, il y a des choses qui changent, et d'autres qui restent. Quatremer, quant à lui, est un Tartuffe de notre epoque, et le personnage de Cléante qui dans la pièce de Molière s'oppose au Tartuffe, peut encore donner du réconfort, par ses tirades, a ceux qui en notre temps sont injustement calomniés par des gens comme Quatremer.
Moi je trouve ça très bien ce qui se passe.
- Concernant Quatremer, ça peut aider du monde à ouvrir les yeux sur ce qu'est cette doctrine, et où elle mène.
- Vous concernant, je pense que ça ne peut vous faire que du bien : quand l'excommunicateur (pas en chef mais bon) se trouve excommunié, s'il est pas trop con (et c'est à mon avis votre cas, sisi ne me remerciez pas ;-)), saura faire de cette merde un bon compost.
Du bon fumier qu'engraisse la terre et rend meilleur le vin nouviau, disait Couté, ou comme vous le citiez récemment, "Il coule il coule il se mêle, À la terre qu'il aima, Pour qu'à la saison nouvelle, Mûrisse un raisin muscat". À la bonne vôtre !

C'est la saison où la merde montre sa puissance vitale, pour peu qu'on ait su l'amender. Remercions finalement Quatremer pour son offrande, pour son étron.

Et vivent les chiottes sèches ! Banzaïïï !!!
Attention Daniel, vous aggravez votre cas !

Vous citiez M. Philippot et du coup M. Jean vous a passé au brunisateur (ils aiment ça M. Jean et M. Arnaud, tout ceux qui disent pas comme eux, ils les passent au brunisateur).

Vous avez ressenti la nécessité de vous expliquer, de leur répondre et sans doute aussi à une partie du forum d'@si qui a peut-être douté ou pas aimé votre final, un brin provocateur. En ces temps troublés, les autres ont vite fait de vous affubler d'un baudrier, d'une chemise brune avec un brassard rouge doté d'une petite Hakenkreuz sur fond blanc et d'un short bavarois.

Avec cette réponse, vous vous enfoncez Daniel !
Jean va certainement y déceler une confirmation de votre dérive "Poutino-Philipotiste" :
«un jour, il cite Philippot et le lendemain Mélenchon qui sur son blog maltraite les morts en défendant Poutine».

Mais rassurez-vous Daniel, pour vous extirper du mal national-bolchevique vers lequel vous avez glissé, vous pouvez faire un stage qui vous permettra de regagner presque tous vos points. Pour revenir dans le doux monde de Jean et de Arnaud, vous citerez alternativement pendant un mois les personnes suivantes :

- Nicolas, social-démocrate réformiste de droite, à droite de la droite
- François, social-démocrate réformiste de gauche, au centre, qui n'a jamais su reconnaître sa droite de sa gauche, malgré les rubans de sa maman
- Manuel le social-démocrate réformiste à droite du centre droit de droite
- Pierre, le commissaire, social-démocrate réformiste à la droite du centre droit
sans oublier les amis des patrons :
- Emmanuel, qui va désormais travailler le dimanche
- Pierrot, le boss des boss quel que soit le râtelier.

Après cette pénitence, vous irez à genou jusqu'à Bruxelles pour laver les pieds de frère Jean qui vous ré-accueillera ensuite dans la communauté (selon la lecture orthodoxe, la plupart des dérives ne sont que des égarements) avec son sourire radieux et l'horizon éclairé de ses yeux. Ensuite, vous lui soumettrez vos neuf-quinze pendant un an, afin qu’ils puissent s’assurer que vous êtes bien de retour dans la doxa.
Comme quoi on peut être à la fois très intelligent et parfois très con.
Il est effectivement très grave d'employer un tel terme, mais ce qui est grave également c'est d'insulter de la même manière ceux qui, peu ou proue, pensent la même chose que DS. Rouges, bruns, tout ça c'est un peu la même chose... Merci, c'est agréable. C'est dire le mépris de Monsieur Quatremer (et de tous ses comparses) pour tous ceux qui n'idolâtrent pas l'Europe.
Honnêtement Daniel, vous incarnez une des rares gazettes françaises à avoir une information équilibrée et non partisane sur le FN (et sur d'autres sujets en général). C'est un travail en soi, que je vous remercie d'accomplir ! Moi je vote FN et je trouve cela assez choquant ces sorties antidémocratiques de journalistes qui pensent pouvoir dire au peuple ce qui est bien pour lui, ce qu'il convenable de dire ou pas, surtout après les événements de Charlie Hebdo.

Merci donc, pas de soutenir le FN comme le prétend Quatremer, mais de ne pas le trucider, comme ça, par principe, tout le temps et pour tout, du simple fait que ça soit le FN (ce qui est le contraire d'un argumentaire construit et intellectuel dont beaucoup s'affranchissent). J'aime beaucoup votre ligne éditoriale, pas partisane (ou plutôt partisane d'une information qui ne soit pas systématiquement une opinion politique), finalement j'oserais dire du vrai journalisme.
Comme je suis désespéré à chaque fois que sur un sujet ou un autre je me sens "exprimé" par le seul FN

Je sais pas si ça a été proposé, mais si j'étais dans un tel cas, j'opérerais peut-être une petite remise en question.

C'est d'ailleurs très lié au dernier paragraphe : une vision de l'Europe comme une vilaine entité qui n'a rien à voir avec nous (dont on a élu le parlement, où siège notre exécutif) qui nous imposerait d'obéir à des règles absurdes (que nous avons écrite ou ratifiée…). Cette vision ridicule, victimaire, petite et fermée, cette caricature, c'est ça qui vous pousse à vous sentir si bien "exprimé" par le FN.

Combien de tant cela fait il que la France ne respecte plus les 3% ? Et quand bien même il y aurait une réalité derrière cette pseudo invective bruxelloise, que cette vente ne soit pas en réalité une bonne décision (ce qui ne semble pas avéré), il n'y avait vraiment nulle dépense à réduire avant de s'attaquer à nos fameuses participations stratégiques (j'aime quand à gauche on se bat pour une armée forte et bien entretenue) ? Non, ne blâmons pas nos politiques : ils n'avaient pas le choix, les pauvres. Ou alors, on ne leur a pas laissé, entêté qu'on est à vouloir cette petite France fermée, au système social immuable et réfractaire à tout progrès. C'est comme on préfère.
Si, à cinquante ans, tu t'es pas fait traité de rouge brun par 4mers, t'as raté ta vie.
Mon cher Daniel,

Mais enfin!!!!!!!!!!!!!! On dirait que tu viens de découvrir Quatremer!

Tu as raison, avec Mélenchon, tu es le seul à avoir mis le doigt sur cette vente scandaleuse.

Quant à te faire passer pour un nazi, ça permet de comprendre l'abysse de connerie et d'aveuglement dans lesquels se trouve Quatremer.

Se faire traiter de nazi par un naze, trop fort.............................
Quatremer, mais un seul lecteur de son blog: DS ;-)
> DS
Vous dites : "... j'étais traité par Soral de "sioniste de gauche". Je devrais arriver à en rire, comme d'habitude. A traiter ça de haut. S'agissant de Soral, je n'ai pas de mal. S'agissant de son symétrique Quatremer, je n'y arrive pas."
Vous avez tort. De mon pointe vue, bien sûr.
Parce que quand Soral vous traite de sioniste de gauche, ce qu'il dit, en sous-texte, c'est: "putain de youpin talmudique, quand le grand soir va péter, tu y passeras, toit et tes potes oligarques cosmopolites".
En gros.
Et ça, moi, ça me ferait flipper. Surtout que Soral il cogne pour de vrai.
Tandis que Quatremer... Ben c'est Quatremer, quoi! Par contre, je comprends qu'un compagnon de route de Libé vous traite, ça puisse vous rendre tout triste. Mais dites-vous juste qu'il est jaloux de votre prestance (putain votre barbe!) de vos petites nanas toutes jeunettes (là je suppose, rapport à la barbe, mais j'en sais rien) de votre belle indépendance d'esprit, et, surtout, de votre vrai beau succès avec @si. D'autres l'on dit plus haut: le Jeannot, c'est un aigri et un va d'la gueule. Alors faut pas trop vous en inquiéter.
Par contre Soral, si.

Ah, au fait: c'est fou le nombre de victimes de la "meute" anti rouge-brun qui se manifestent d'un coup, sur le forum. Comme si, les pôvres, ils avaient souffert, en silence, le martyr, et qu'enfin, le Père Daniel leur apportait la rédemption. Amis blessés amis outragés mais amis libérés (enfin), je vous le dit: on vous avait compris, pas la peine d'en rajouter. Ce n'est pas parce que Bicquemont dit que Chomski a raison de dire que Faurisson a raison de dire que l'on a le droit de réviser ses cours d'Histoire, que Bricquemont est nazi. Juste un peu collabo. Mais pas nazi, on est d'accord. Et du coup, dire que Bricquemont a raison de dire que etc., ce n'est qu'être collabo de collabo. Rien de grave. Enfin pas de quoi se faire épurer. Alors ayez pas peur de la "meute". Juste, surveillez vos fréquentations, des fois.

Par contre Soral... Brrrrr....
Aah ... Daniel Schneidermann, votre candeur et votre curiosité, c'est vraiment ce qui fait votre marque de fabrique. Je préfère un citoyen qui se pose de bonnes questions à un économiste qui se pose des mauvaises réponses.
Vous n'avez rien d'autres à faire que répondre (et donner de l'écho) à ces attaques bas de plafond ?
En couleurs "tendances" j'utiliserai Sable-Gris Taupe.
C'est plus seyant et plus passe-partout.

Il y avait longtemps qu'on n'avait pas assassiné Chouard.
Cela manquait à une frange d'@si.
Donc, de temps en temps, un canif, couteau, "opinel", "laguiole"...
Je croyais qu'on ne faisait des raccourcis osés que sur les guillotinés.
Mais y'a plus! Alors.
"quiconque critique l'UE est aussitôt soupçonné" : bravo, vous venez de comprendre M. Schneidermann. Politique, économie, immigration : la moindre émission d'un doute à l'encontre des principes de l'instance anti-démocratique qui dirige de façon autonome la vieille Europe fait de vous un nazi.
Ne vous inquiétez pas, en l'absence d'arguments, l’infamie a été de tout temps le lot commun de tous ceux qui pensent autrement qu'un système autocratique.
L'infâme étant infâme, il sera bien sûr écrasé, c'est la suite. Promotion Voltaire oblige.
Utiliser l'étiquette de "Rouge-Brun" contre quelqu'un, je pense que c'est le zénith de l'esprit fainéant. Cela est devenu la norme dans toute une vague qui préfère l'anathème à peu de frais contre la déconstruction des discours. On colle des étiquettes et on dresse des listes de personnes, publications ou sites à ne pas consulter tout en contemplant son bien-penser bourgeois. Ces étiquettes, ces listes d'anathèmes et de livres/sites interdits auraient fait pâlir de jalousie l'Index de l'Eglise catholique au plus fort de son existence. Et le pire, c'est que tout ce foutoir émane le plus souvent d'une certaine gauche, qui n'est évidemment pas la mienne.

Je rappellerais aussi à toute fin utile, vu qu'il semble opportun de le faire en ces temps d'escalade godwinienne et autre "reductio ad hitlerum" pavlovienne, qu'Adolf Hitler est mort, les camps n'existent plus et la Pologne ne risque rien.
Bienvenu au club Daniel ! :-)

Vous devriez y retrouver Judith Bernard...?
http://blogs.mediapart.fr/blog/pascale-fautrier/241114/la-gauche-et-la-mouvance-rouge-brune-ma-reponse-judith-bernard-reiterant-son-soutien-politique

Y'en a même (de gauche) qui font des livres sur ce club !
http://www.editions-lignes.com/LES-NOUVEAUX-ROUGES-BRUNS.html
[quote=@si]Le meilleur agent de l'europhobie en France, il ne faut pas le chercher très loin. Il s'appelle Jean Quatremer.

Le meilleur, peut être pas, il y a une certaine compétition... Mais c'en est un, c'est sûr. J4M m'avait convaincu de voter oui au TCE, mais il m'a également fait regretter ce choix.
Bienvenue au Club Daniel, ça t'apprendra à citer Philippot plutôt que Mélenchon !
Plus sérieusement, ce qui m'attriste, c'est que tu te sentes obligé de te justifier, comme si on pouvait légitimement douter de ton engagement, comme si Quatremer était de bonne foi.
"Mais on ne débat pas avec quelqu'un qui vous traite de nazi"... sauf si c'est un démocrate auto-proclamé. Le rouge-brunisme, ça vous tombe sur le coin d'la gueule un beau matin, c'est comme la chi*sse alsacienne on va a dit.
Le cas de Jean Quatremer est hélas un cas de plus dans la longue liste des journalistes qui bien qu'étant cantoné à la position de commentateur et non de faiseur se permette d'être les éternels donneur de leçon. Il peuvent comme toute personne donner leur avis, mais il y a un pas largement franchi entre donner son avis et édicter des vérités.
Maintenant ils définissent le bien et le mal et expliquent à tout le monde que ce qu'ils pensent est la seule vérité
la liste est longue maintenant
- J.M Colombanie et sa tribune sur le bipartisme juste avant les présidentielles 2007 "Impératif démocratique"
- Nathalie Saint-Cricq qui confond antipathie et analyse
- Patrick Cohen donneur de leçon patenté
- François Langlet (quasiment à chacune de ses chronique)
- Olivier Mazerolle (quasi toutes ses interviews)
- Christophe Barbier (quasi toutes ses chronique et passage à C dans l'air)
- Jacques Julliard (éditorial Marianne)
- Jean-Michel Aphatie (Canal)
- ...
liste loin d'être exhaustive

Le première fois que ça m'a sauté aux yeux c'était Olivier Mazerolle dans 100 minutes pour convaincre ou il parlait comme un donneur de leçon aux politiques.
la condécendence est de mise, le mépris affiché et tout argument exclu, oposant excomunier...
Pourtant l'humilité devrait être de mise pour ces journalistes éduqué "La critique est aisée, mais l'art est difficile" ou le commentaire (futile) vis à vis de l'action (difficile)

Dès qu'on remet en cause leur statut on s'attaque à la liberté de la presse, alors même que par leur posture, c'est eux qui mettent en danger la démocratie
en empêchant tout débat intelligent.
Sachant que dans le même temps ils passent leur temps à réduire ce débat à l'écume et que les questions de fond ne sont que trop rarement posées

Je me rappelle aussi du "Procès Ceau?escu" ou les journalistes s'entousiasmaient de l'arrivée de la démocratie en Roumanie en nous montrant les images de ce procès alors même que l'on assistait à une exécution sommaire. Bel exemple de conscience pour ces éclaireurs de l'humanité.
Daniel, maintenant vous pouvez comprendre ce que peut ressentir Mélenchon, lui qui se fait constamment traîner dans la boue...

Quatremer ne représente plus rien pour moi, tout comme les Guetta, Legrand, Cohen et consors (j'ai arrêté France Inter il y a quelques mois après des dizaines d'années d'écoute, j'en pouvais plus...). Ces gens-là ne sont plus des journalistes, ils ne servent plus que de relai pour la pensée unique et ils ne font plus que de la propagande, n'hésitant pas à traiter de sous-bouse intellectuelle tout personne osant avoir des idées contraires.
Et je crois que le pire, c'est qu'à force ils sont eux-mêmes convaincus par ce qu'ils disent, ils ont perdu toute notion réflexion.
Merci Daniel.
Cher Daniel Schneidermann,
Comme disait quelqu'un dont j'ai oublié le nom et la phrase exacte: quelle plus grand plaisir y a-t-il à être traité d'imbécile par un retardé mental ? Savourez votre plaisir, SVP, même si c'est parfois difficile.
Cette affaire est pathétique par ce qu'elle montre des journalistes français. ASI publie d'abord un article sur la vente d'actions de Safran par l'Etat français, en accusant "Bruxelles", et estimant que cette vente brade le patrimoine. Là-dessus, J4M déboule en rage, balance un commentaire outrancier, et s'en va. Et DS répond sur le ton indigné de la victime innoncente. Soit.
Mais il faudrait peut être se pencher sur l'article en cause, et les arguments posés. Le reste n'est que posture et indignation sélective. Et il y a une quantité de questions, posées par Toral, qui me paraissent plus judicieuses que ce combats de coqs :

»1) L’État détenait avant cette opération de cession 22% du capital de Safran et 25,5% des droits de vote. Les salariés en détiennent 14,4%et 21,8%. Après la cession, l’État en détiendra donc 18%. Il n’y a pas besoin d’être un spécialiste des marchés financiers pour se rendre compte que cela ne changera strictement rien à la marge d’action de l’État français sur les choix stratégiques de l’entreprise, essentiellement au travers de son poids déterminant dans la nomination de ses dirigeants ;

«2) Au fait, c’est donc si important que cela, la présence de l’État au capital des entreprises d’armement, d’aéronautique et d’aérospatiale ? Alors comment se fait-il qu’il ne détienne que 27% du capital de Thalès (Dassault Aviation : 26%), 11% du capital d’Airbus, et … 0% du capital de Dassault ? Comment expliquer que l’État britannique ne soit même pas actionnaire de la première entreprise européenne de défense et d’aérospatiale, la société BAE Systems ? Tout simplement parce que, comme le démontre également l’absence totale de l’État américain au capital des entreprises U.S. dans ce secteur, la présence de l’État au capital n’apporte strictement rien aux performances de ces sociétés, pas davantage qu’à une prétendue protection de leur « avance technologique ». Ce serait même plutôt le contraire.

«Sur le plan politique et stratégique, se scandaliser de la cession de 4% ( !) du capital de Safran est donc une imposture. Qu’en est-il donc de l’argument économique ? « Dividendes colossaux » de Safran versés à l’État selon Philippot, qui ajoute que « Ce n’est pas en privant la France de ses revenus qu’elle pourra se désendetter. »

«1) En vendant 4% du capital de Safran, l’État français se prive de la somme faramineuse de … 20 millions d’euros de dividendes, sur la base des chiffres de l’année 2014 (en fait, il semblerait que ce soit encore moins, note de JQ: lire ici). Soit 0,009% du montant de ses recettes budgétaires. Il est clair que l’on se prive ainsi de moyens financiers considérables pour le désendettement du pays ; en revanche et pour être sérieux, 1,2 milliard d’euros, ce ne sont pas exactement des cacahuètes ;

»2) Au fait quel est le rendement de l’action Safran pour un actionnaire lambda ? Hé bien, un dividende d’1,12€ en 2014, par rapport à un cours actuel de l’action de l’ordre de 64€, cela correspond à un rendement de 1,75%. Waouh ! C’est combien déjà le taux de rémunération d’un plan d’épargne logement sans risque, comparé aux « dividendes colossaux » de l’action Safran ?

«3) Dernière question : L’État français a-t-il fait une affaire si calamiteuse, en termes de plus-value, en choisissant cette période pour alléger sa position sur Safran ? La question n’a en réalité pas beaucoup de sens puisque l’entreprise étant le résultat de la fusion de plusieurs sociétés avec la Snecma, dont l’État était un actionnaire historique, on ne saurait trop à quel cours d’achat des actions se référer pour calculer une plus ou moins-value. On peut néanmoins constater que l’entreprise Safran est née en 2005 de la fusion de la Snecma et de la Sagem, que le cours de l’action Safran cette année-là évoluait aux alentours de 18€, et qu’aux niveaux actuels de 60 à 65 euros, elle est à ses plus hauts historiques.
Une bonne occasion de s'instructionner... est de consulter Wikipédia...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouge-brun

Le terme rouge-brun désigne une personne, ou une mouvance politique, susceptible de prôner des valeurs hybrides résultant d'un mélange entre celles de l'extrême-droite nationaliste (le brun) et l'extrême-gauche communiste (le rouge).

Ce terme a surgi aux lendemains des conflits balkaniques ayant eu lieu dans les années 1990, étant donné que des personnalités serbes telles que Slobodan Miloševi? sont passées d'un communisme de sensibilité titiste à un nationalisme ethnique visant à purifier les Balkans.
Ce terme est employé souvent pour dénoncer des alliances entre plusieurs mouvances qui auraient a priori tendance à s'opposer.
Exemples :
- Alain Soral,
- Dieudonné,
- Serge Ayoub,
- Robert Ménard,
- Farida Belghoul


Qui va ajouter DS ?
C'est la première fois qu'on me traite de nazi, ça fait drôle

A qui le dites-vous ! C'est l'insulte à la mode.
" je préfère voir un certain nombre d'entreprises stratégiques entre les mains de l'Etat, plutôt qu'entre celles du privé. C'est mon opinion de citoyen, chacun a le droit d'en avoir une autre."
Tout est dit Daniel.
PS: "Les cons ça ose tout"...etc. Désolé, j'arrête là, j'ai du Korkos à lire....
Ne changez pas votre ligne, même si des fois on a du mal à la suivre : ne pas être dans un "camp", rester au taquet, éviter les certitudes du genre "il vaut mieux avoir tort avec Quatremer / Mélenchon (au choix) que raison avec Quatremer / Mélenchon", critiquer les médias posément, savoir reconnaître leurs mérites à l'occasion (même France 2, Elise Lucet l'autre jour, à une heure de grande écoute), etc.
Tout à fait d'acord avec Loran.

D'une manière générale, il y a quelque chose qui ne va pas en France dans la culture politique populaire ''anti-système'', en particulier chez les jeunes. Trop de complots, d'obsessions identitaires, d'hystéries pseudo-radicales.

Mon explication est que contrairement à l'Espagne de Podemos ou la Grèce de Syriza, la classe moyenne jeune, démocrate et éduquée, capable de sentir la complexité de la situation, est encore suffisament protégée (au niveau de l'emploi notemment) pour ne pas être contrainte de basculer activement dans l'affrontement politique.

Je rêve en France d'une clarification politique en trois pôles, un pôle gaulliste souverainiste eurosceptique mais républicain (Phillipot, Dupont-AIgnan, ancien séguinistes, zemmouristes...) purgé des fachos historiques du FN, un pôle centriste-réformiste (Juppé Bayrou, Valls), un pôle social à gauche intellectuellement ambitieux, et suffisament radicale sur la transparence financière, le contrôle du capitalisme, la démocratie directe, et l'écologie politique effective. Voilà qui serait à la hauteur .
Ça doit faire un moment que Quatremer a envie de se faire DS. Il n'en pouvait plus d'attendre, il a sauté sur sa chronique comme un clébard sur un os en plastique. Faut vraiment être con, ou juste malveillant, ou les deux, pour déceler des indices de rouge-brunisme dans le texte incriminé.
Cela dit, la chronique de DS ne va pas assez loin: la captation d'un certain discours de gauche par le FN est un fait, mais qu'on puisse se sentir "exprimé" par le FN comme le dit DS dans un post sur lez fil d'hier tient beaucoup, je crois, à la personne même de Philippot, et à l'étrange fascination que produisent tout ensemble ses convictions de "gaulliste" social, son assurance narquoise, et la dimension sulfureuse et "anti-système" du parti qu'il représente. Son recrutement a vraiment été un coup de génie pour la boutique Le Pen.
Étonnamment, sur son blog, Jean Quatremer écrit sur un autre sujet dans un billet de mardi : "Certains, à l’extrême-droite et à l’extrême-gauche, toujours friand de slogans simplificateurs, n’ont pas manqué de dénoncer cette « UERSS », oubliant un peu vite ce qu’était l’horreur du régime impérial soviétique, pour ses citoyens et pour les pays occupés." (voir : son blog )

Disons que "Oubliant un peu vite ce qu’était l’horreur du régime impérial soviétique, pour ses citoyens et pour les pays occupés." me semble plein de bon sens et d'intelligence. Comment peut-il, d'un côté, tenir ce discours et, de l'autre, balancer du rouge-brun dans tous les sens ?

Ce n'est pas qu'il a plus d'affection pour le nazisme que le stalinisme, je ne lui ferais pas ce procès, mais bien que son prisme pro-européen déforme sa lecture des événements. Ce n'est pas neuf, c'est grave pour un journaliste mais, hélas, pas rare.
En résumé, le seul reproche est sur la forme (pas sur le fond): renvoyer à l'extrême droite. J'ai l'impression qu'il s'agit d'un critère opérationnel claire que se sont fixé les "chiens de garde" (afin de créer un cordon sanitaire médiatique autour de l'extrême droite afin qu'il n'existe pas dans les esprits).
Corrigez-moi si j'ai faux mais cela semble une stratégie rationnelle.
Comme l'écrivait Proust [au sujet de Mme de Cambremer] :

Quatremer, dont le nom s'arrête juste à temps.
Merci pour ce billet triste, et énervé.
Les propos de Quatremer sont ignobles.
Il représente à lui tout seul ce que l'Europe compte de fossoyeurs de la démocratie, fabriquant le mal qu'il prétendrait par ailleurs combattre.
Et nul besoin d'être juriste, économiste, ou je ne sais quoi pour avoir une opinion.
Etre citoyen, et concerné, suffit amplement.
Les gens comme Quatremer me font vomir, le problème c'est que la classe politique lui ressemble furieusement.
on n'est pas sortis de l'auberge.
Est-il possible de rappeler ce qui s'est passé en Russie sous Eltsine, comment l'économie de ce pays a été littéralement pillée et que ce monsieur mort sous les balles était actif pour procéder à la ruine de son pays et de ses habitants? Il ne faut pas compter sur les Quatremer ou Guetta pour rappeler ces évidences, il vaut mieux se tourner vers Sapir ou Mélenchon. On peut dénoncer Poutine avec raison mais que n'en fait-on pas autant pour les dirigeants Etatsuniens et européens qui piétinent leurs peuples avec l'arme fatale qui est la finance la plus débridée.
Lorsque j'ai vu l'article de Quatremer hier, j'ai espéré que vous ne répondiez pas. Il est évident qu'il cherchait la provoc, avec un fond paranoïaque. j'avoue que c'est difficile de laisser passer ça, mais là on en pas fini et on risque de tourner en rond dans l'invective.
Et si juste il était jaloux, le Quatremer ? Ou bien ulcéré de se faire tacler sur ce forum ? Alors il s'en prend au "chef" et l'insulte bassement comme le ferait le premier crétin venu. Ses mots ne sortent que de son égo blessé. Il devrait consulter et prendre quelque repos.
Il est intéressant d'observer certaines personnes partir en vrille.
Il y avait Olivier Berruyer dont je vantais autour de moi la qualité des explications et analyses sur le PNB, les différences de revenus, patrimoines, etc, en France et dans le monde. Mais ceci, c'était avant. Avant qu'il ne s'obstine à dédouaner la Russie de tout machiavélisme pour ne le faire endosser que par l'occident américanisé et à ne plus que voir des complots anti-russes partout.
C'est donc au tour de Jean Quatremer, qui savait mieux que quiconque raconter Bruxelles et en faire comprendre les rouages. Il avait déjà montré par le passé avec Mélenchon qu'il pouvait oublier d'être journaliste (rapporteur de fait) pour se faire polémiste (défenseur de vision). Il semble qu'il ait maintenant atteint le point godwin. Rejoignant les agités de l'autre bord qui ne pensent le monde qu'en pro ou anti-sémites et qui voient des complots partout.
Quelle est cette maladie qui frappe notre période?
J'en parlais justement de la vente de Safran avec les collegues. On a tous plus de 15 ans de finance, dans des grandes banques, en Europe et en Asie. Je dis pas ca pour me vanter, juste avant que Quatremer me tombe dessus.

Economiquement, on est tous d'accord, c'est stupide. D'ailleurs, quand Toral dit que l'Etat a raison de prendre ses profits a 66 euros, j'imagine que l'argument tenait toujours quand il en a vendu 3% a 34 euros en mars 2013, ou 4.5% a 43 euros en novembre 2013. J'ai la flemme de calculer combien entre la perte de la vente et des dividendes on a perdu, mais vous avez l'idee. Je doute que l'argent degage a ete investi plus rentablement.
Toral nous explique que 1.75% c'est rien du tout comme dividende. Certes mais c'est toujours plus que 0.63%, le taux d'emprunt a 10 ans de la France.
Ou bien le taux de rendement des bonds que Warren Buffet, le legendaire investisseur, vient de lever. En Euros. (le 12 ans est a 1.125%).

Je suis content pour les potes banquiers, y en a surement qui vont faire leur beurre sur ces tours de passe-passe, mais en tant que Francais, j'ai l'impression de me faire depouiller...

Apres, la vrai question, rougebrun, ca donne droit a des points goodwin, non?

http://www.reuters.com/article/2013/03/27/safran-france-idUSWEB0025420130327
https://uk.finance.yahoo.com/news/stocks-news-europe-safran-shares-084039755.html
Oui bon, en même temps c'est Quatremer. LOL quoi.

Ceci dit, c'est plutôt honorable de se faire crachouiller dessus par la figure de proue à Bruxelles du ... Grrrand Journal Libération (un mensonge par mot, dans ce label). Nous sommes légion à avoir été bannis des ruisseaux d'insanités dans lesquels se déverse la bile de ce ... comment dire ... troll-correspondant, et quelques-uns ont même eu droit, comme vous Daniel, à une diatribe fielleuse. Eh bien voilà, c'est votre panthéon. Ne vous plaignez pas, vous êtes en bonne compagnie.
Moi je me marre parce qu'on m'a aussi accusé de "rouge-brunisme". Procédé infâme et stupide. Je sais ce que vous ressentez Daniel et je suis parfaitement solidaire. Mais :

Le crachat du crapaud n'atteint pas la blanche colombe...
Moi je trouve finalement plus dangereuses et donc plus marquantes les saillies de Soral que celles de Quatremer.

Le second, même s'il a en permanence l'oreille des puissants, ne représente finalement pas grand monde.
Des puissants, oui. Des madames Michus, non.
Pour résumer, pas de lecteurs, mais Rotschild comme actionnaire.

Le premier est beaucoup plus inquiétant. Son duo avec Dieudo, ses accointances diverses,
et finalement l'air du temps qu'il capture et exprime dans l'Internetosphère font émerger cette sous-culture qu'@si a déjà explorée.

Faites le test, pas un jeune (18-25 ans) ne connaît 4M, mais mais la plupart connaissent et Soral et sa pensée.
C'est un beau cadeau qu'il vous fait là Quatremer... Magnifique pétage de plomb et grande surprise de me retrouver à financer un site "rouge brun".
" Mais on ne débat pas avec quelqu'un qui vous traite de nazi. "
C'est lui personnellement ou quelque commentaire sur son blog ?
Si vous rentrez dans ce jeu sandynesque du " il a des fascistes sur son blog, donc il est fasciste" vous pouvez fermer boutique.
C'est justement ce que je ne souhaite pas.
Chouette, le mois dernier je me faisais traiter d'antisémite dans la même matinale ( comme sympathisant du front de gauche ). Je fus vengé ici http://la-bas.org/re-ecouter/les-emissions/2014-15/comment-reconnaitre-un-antisemite
Ok, c'est de la pub déguisée, meuh bon...
J'aurais dû rappeler qu'un autre responsable politique a régulièrement dénoncé les privatisations rampantes d'entreprises stratégiques, sur son blog : c'est Mélenchon

Alors, je vous la fait très vite façon Quatremer : "hé ben c'est bien la preuve que l'extrême-gauche c'est pareil que l'extrême-droite".

Ha ha ha.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ça fait penser à une technique de manipulation du "pied dans la mémoire" qui commence par vous mettre le nez dans une contradiction, pour obtenir à la fin quelque chose de vous que vous n'auriez jamais pu accepter. Car cela vous libère de la contradiction. Ces gens pensent-ils que vous allez être acculé, Daniel Schneidermann, vous n'aurez pas le choix, vous allez devoir voter pour Philippot aux élections futures un jour ou l'autre, ;-) pour vous libérez de la contradiction? Ou juste Quatremer rêve que vous arrêtiez d'écrire dans le même journal de lui, ce qui l'outrage? Nous on ne sait..., mais avouez, il n'est pas un peu narcissique le Quatremer, y'a moyen ou pas qu'il soit un as de la manipulation qui s'ignore, ou qui s'ignore pas?

C'est parce que j'ai lu un truc. C'est comme ça que je fonctionne je ne raisonne qu'avec ce j'ai lu hier. Je n'ai même pas honte, à écouter des interviews ou des débats de "responsables", je note qu'ils ne fonctionnent pas autrement..., parfois on va même jusqu'au "cas de proximité" familiale ou autre, dont découle dans une logique imparable "le bien de tous" et qu'il faut agir dans ce sens mes petits amis.
Donc j'ai lu récemment un article dans la revue l'éléphant, qui dit au début qu'une bonne manipulation est mieux qu'une paire de gifles pour faire manger sa soupe à un enfant, efficacité durable, etc. C'est convaincant mais l'article oublie de dire que la fin n'est pas toujours glorieuse, même si les expériences sont faites pour des nobles causes genre arrêter de fumer, respecter des règles de sécurité ou d'écologie. L'article oublie un peu de dire que connaitre les techniques peut permettre d'y échapper ou permettre de les utiliser en mode "magie noire".
Comme cela ,DS a une petite idée de ce que Chouard ,Bricmont et d'autre cerveaux malades vivent au quotidien.......
L'arroseur .....arrosé?
Sauf que ceux- là sont de vrais, francs et purs fachos. Merci.
Chouard un facho...non un pur démocrate, un vrai.

C'est à traiter Chouard de facho que l'on voit que les démocrates ne sont pas ceux que l'on croit.
Un vrai, un pur, un pote de Soral.
Très mauvaise pente.
c'est juste un pauvre rigolo Chouard... Presque aussi drôle qu'Alexandre Jardin...
Aussi.
Le problème c'est qu'il a certainement plus de fans qu'Alexandre Jardin.
au risque de me planter je dirais qu'il ne représente vraiment pas grand chose en termes de popularité.
Euh une légère influence au moins au moment du TCE, non?
Hum, vous devriez lire "Des gens très bien" d'Alexandre Jardin.
Le seul livre qu'il aie écrit. (Le reste, disons qu'il l'a pondu.)
Chouard n'est évidemment pas un facho mais vous ne pouvez pas nier qu'il s'est largement rapproché de l'extrême droite et qu'il n'a pas des pratiques personnelles réellement démocratiques.
Il faut remarquer le degré invraisemblable de contradiction qui anime Quatremer : prêchant l'amour entre les peuples, pourfendant la "germanophobie", on aurait parlé un jour des limousins ou des ariégeois (ou de tout autre) comme lui des grecs (peuple indolent, attentiste et maintenant stupidement rétif à la sainte modernité libérale et à l'austérité qui l'étrangle), jamais on aurait pensé qu'il existe une communauté appelée France. Alors de là à parler de promouvoir l'Europe... Lui, fédéraliste ? Allez comprendre... Tandis que certains contestent les élites dirigeantes, d'autres, comme lui, vomissent les peuples, qui votent mal, qui critiquent, qui se rebiffent. Non mais quel culot ! Et les traités ? Il faut lire son article précédent où il nous explique que l'UE est malgré tout une démocratie. Il est dans la stratosphère, hors-sol totalement. Quatremer est une plaie pour l'Europe.

Et puis il est vrai que reprendre avec amertume les propos d'un frontiste pour mieux dénoncer l'inanité des autres politiques fait de soi un frontiste patenté...
Je balance toujours entre deux hypothèse: ou bien Quatremer est de bonne foi, et il est idiot - nullement impossible - et comme tant d'autres il ne maîtrise pas le moins du monde le vocabulaire qu'il emploie (rouge-brun, fasciste etc.); ou bien Quatremer est de bonne foi, et il est cynique et malhonnête - tout à fait probable: "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque-chose. Il faut mentir comme le diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours." C'est probablement un mélange des deux. Dans tous les cas, vous avez fort bien raison de dire que ses prêches sont nuisibles à l'Europe. Cette UE est nuisible à l'Europe. Ces couillons d'européistes béats sont les pires ennemis de l'Europe.

Et pour terminer, le traditionnel Régis Debray:

"Vous incarnez, paraît-il, la démocratie, l’esprit d’ouverture, la civilisation – contre les nouveaux barbares. Non. Vous êtes le visage actuel du fanatisme. [...]
Contre l’hérétique et relaps, les San Benito du jour (« national-républicain », « anti-américain », « rouge-brun ») vous tiennent lieu d’arguments et vous croyez avoir discuté une thèse ou démenti un fait quand vous avez déconsidéré son porteur. [...]
Sachez-le, à votre tour : vous n’assassinerez jamais assez, au moral, au physique, pour tuer l’âme des hommes qui ne se soumettent pas."
La bave de l'escargot..., vous connaissez la suite. Avec des journalistes comme lui, l'Europe va à son éclatement et il perdra son boulot, là je rêve.
Les temps sont à la haine, ça ne doit pas être facile à vivre, je vous soutiens, ce n'est pas grand chose mais c'est dit.
Je soutiens aussi Mélenchon (dont je ne partage pas toutes les idées, loin de là) mais qui est la cible de nombreuses attaques comme par Legrand ce matin sur France Inter.
Cher Daniel, j'espère que ce Quatremer ne fera que renforcer votre volonté de critiquer ce machin qu'est devenu l'europe.
Cher Daniel
Bienvenu au Club !
Mais bon, Le meilleur agent de l'europhobie en France, il ne faut pas le chercher très loin. Il s'appelle Jean Quatremer., c'est lui faire trop d'honneur. A part son fan club, je ne pense pas qu'il soit beaucoup lu. Trop systématique, trop désagréable dans le débat.
Ce pauvre Quatremer n'en finit pas de se cacher à lui-même qu'il est, dans les médias, le plus zélé des naufrageurs de l'idéal européen. Bien plus efficace qu'un Philippot, dont le rôle est sèchement démasqué par Charlie-hebdo, par la plume de Willem à la une cette semaine.
Quatremer se prend tellement pour un économiste qu'il m'a bloquée sur twitter la fois où je lui ai suggéré d'interroger ses collègues journalistes dîplomés d'économie de Libé (il y en a !) pour vérifier les énormes sonneries que lui sortait Trichet et qu'il recopiait conscieusement....
Dans son hagiographie de Trichet, il explique purement et naïvement que c'est auprès de lui qu'il a pris les seuls "cours" d'économie de sa vie.
Bonjour Daniel
Tout est dit dans la dernière phrase: les européistes aveugles tuent l'idée européenne. Comment confier les clés à des gens pareils.
Soral ou Quatremer, qu'elle est la différence?


Faudrait pas déconner non plus, merci, je préfèrerais passer une journée avec Quatemer qu'une secondé avec Soral, ce fou brutal.
Que Quatremer ait craque, bêtement en l'occurrence, sur Schneidermàn, ça peut se comprendre: quand DS a quelqu'un dans le pif, il ne le lâche plus. Quelquefois, a bout de patience, le mec peut craquer.
Je le souviens de la délation contre Duhamel pour qu'il ne puisse intervenir dans la campagne de 2007, par ex.
De la dernière délation d'une journaliste de France Cul jusqu'à ce que son renvoi soit dûment signifié.

Monsieur Schneidermann, les colères de vos confrères sont parfaitement compréhensibles. Vous vous présentez en chevalier blanc alors que, par ex, vous avez constamment pratiqué la endogamie.
Et puis si vous n'êtes pas encore rouge brun, pas encore avec votre haine de l'UE, vous êtes parfaitement rouge vert( et pas au sens écolo).

Ça fait mal de se faire traiter de nazi, bon c'est ce qu'on lit sous la plume de nombre de vos clients sur les Israéliens, a peu presquotidiennement.
Citer Filipo, je dis pas, mais citer Quatremer là je vois pas l'intérêt.
Ce qu'on me reproche, c'est d'avoir cité Florian Philippot, comme seul responsable politique français à avoir critiqué cette cession. Quel crime !...ce que je reproche c'est de ne pas avoir cité l'Huma, et l'Huma Dim. qui ont et l'un et l'autre dénoncé la vente des "bijoux de famille" mais pourquoi ne citer que le F-Haine ? c'est une vraie question.

maintenant Soral, Quatremer, ou est la différence ?...mieux vaut se retrouver dans le camp de Todd, Lordon etc...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.