161
Commentaires

Ciel ! Des ingénieurs amish !

Commentaires préférés des abonnés

Que l'Etat ne soit pas à l'origine d'une telle réflexion est bien symptomatique de son impuissance ou de sa volonté d'impuissance. Et faisons lui confiance pour ne pas encourager de telles dynamiques. Quoiqu'on fasse de toutes façons, le problème ser(...)

"Amish", "séparatisme", "pshitt", "abracadabrantesque", "droitdelhommiste", "rassuriste"... Je trouve regrettable que tous autant que nous sommes, nous acceptons sans réflexion de nous saisir des mots-clefs introduits par le pouvoir.

Mots-clefs à(...)

Merci de cette chronique qui m'a incitée à relire avec un oeil moins pessimiste l'article de Reporterre. J'avais en effet bloqué sur cette phrase: 


"Nous ne travaillons pas sur des projets de reconversion, nous sommes plutôt dans une défense de n(...)

Derniers commentaires

Désolé, mais ce n'est pas l'Etat qui délinque. Ce sont ceux qui sont aux commandes. Il faut cesser de se tromper de cible. L'Etat n'est qu'une boîte, une structure. Il est inerte et n'a pas de volonté propre, tous comme les institutions. Ce sont ceux qui les détournent de son but qu'il faut citer. Ils seront tranquilles tant que l'opinion se trompera de cible et s'en prendra au véhicule plutôt qu'au chauffard, l'enc(censuré) de conn(censuré) de mer(censuré) de menteur.

"Si des élèves ingénieurs pensent ainsi, fondent un collectif, alors tout n'est peut-être pas perdu ".


Sauf que ce n'est pas eux qui votent les lois !


Je ne voudrais pas mettre le boxon dans la discussion sur l'économie planifié et la démocratie, mais pour paraphraser Jancovici.

Dans un monde contraint nous ne pourrons pas faire l'impasse d'un Gouvernement arbitraire.

Mais c'est nous qui déciderons ce qu'est ce Gouvernement.

Il s'agit donc de bien choisir l'Arbitre.

Je reviens de chez mon marchand de cycle préféré : 40 semaines de délai pour avoir un VAE. D'après son commercial, les chinois fabriquent 98% des vélos du marché français. Après le COVID, il y a eu une forte augmentation des ventes en Chine et ils privilégient leur marché local.
Je propose que les ingénieurs amish nous produisent de beaux vélos bien français au lieu d'avion tout pourris.

Croissance ou décroissance, en tous les cas voilà une bonne nouvelle pour les amis d'Emmanuel l'affect-free

C'est un peu démoralisant de voir que la question "croissance ou décroissance?" semble encore avoir quelque pertinence pour nombre d'entre nous. 


Il est fort probable que, dans les années à venir, on n'aura pas le choix entre croissance et décroissance, mais entre une décroissance subie par catastrophes successives (sanitaire, économique, climatique, énergétique, sociale, guerrière) et une décroissance planifiée, raisonnée et choisie. 


Seulement... pour l'instant, ceux qui décident n'ont aucune raison de faire les choix qui seraient bons pour tous, et continuent imperturbablement à faire les choix qui sont bons pour eux, pire, qui sont bons pour eux à court terme. 


Donc, la question, toujours la même, c'est qui décide, et de quoi? 

"Amish", "séparatisme", "pshitt", "abracadabrantesque", "droitdelhommiste", "rassuriste"... Je trouve regrettable que tous autant que nous sommes, nous acceptons sans réflexion de nous saisir des mots-clefs introduits par le pouvoir.

Mots-clefs à peine inventés par des conseillers, déjà dans le langage courant parce que la presse est avide de ces mots-clefs.
Un exemple : le "séparatisme" de Macron, qu'on lit cent fois par jour, sur de plus en plus de sujets, économiques, artistiques, signe sa victoire absolue sur le sujet du communautarisme. Qui se souvient que son discours, proche de la logorrhée de Trump (sérieux, relisez-le) fut une honte. pour la République française ?

Ces mots-clefs sont réducteurs, ils sont clivants, ils nous enferment - victimes consentantes que nous sommes, persuadées de faire de l'esprit en les employant - dans un débat déjà gagné par le pouvoir. Qui impose les intitulés est maître du monde.

Les mots-clefs rejoignent le catalogue des armes sémantiques du pouvoir. On y trouve les adjectifs possessifs qui ont remplacés les articles définis et indéfinis : "nos soldats", "nos régions", "nos policiers", "nos jeunes". Allez critiquer la politique étrangère de la France alors que "NOS soldats sont là-bas"... Une vraie folie pétainiste. Il existe aussi une déclinaison : le "on". "On est au Mali...", "On aide pas mal les Africains, quand même...", plus connu dans son univers moins problématique: "On a bien joué, on a gagné ! " lancé devant le poste de télé.

On peut également trouver au catalogue la redoutable définition inversée : "plan de sauvegarde de l'emploi" à la place de "plan social" qui remplaçait l'explicite "plan de licenciement." Il est demandé de comprendre que virer du monde, ce n'est que pour sauver l'emploi de celles et ceux qui restent. Le terme est apparu voilà peu. J'ai le souvenir qu'en deux jours, l'essentiel des médias l'avait adopté sans baragouiner.
Dernière arme fameuse, entendu chez Jean-François Kahn : "Pitié, arrêtons de parler de "réforme", disons tout simplement "sacrifice demandé aux Français"

"Ciel ! Des ingénieurs Amish !" Daniel, la présence du mot "Amish", dernier mot-clef en date mis sur le marché de la simplification infantile du débat par Macron, démonétise votre éditorial avant même de s'y plonger. Tout comme "Amish" décrédibilisera tout article de presse qui le contient.
Tellement de papiers ont été écrits, portant le même titre moutonnier : "Ce qu'il faut savoir sur les Amish", que c'est un sourire ennuyé qui nous vient quand on lit ce mot. Pas davantage.
De plus, l'emploi massif de ce mot, de ces mots, ludiques, ironiques, donne à beaucoup d'entre nous le sentiment que les médias se moquent des problèmes du pays réel, comme on dit, et préfèrent faire de l'esprit. Ça accentue la fracture entre la presse et citoyen.es. Et pour le coup, toute la presse. Encore une fois, c'est le pouvoir qui gagne.
Et c'est sûrement comme ça que les conseillers l'expliquent à Macron.

"surtout ne rien changer... pas bouger... faire comme si les menaces diverses n'existaient pas" pense le patronat qui pleure chez Macron. Macron ? "un type qui n'a pas d'affect" disait de lui J.P. Jouyet (? Jouillet ?) ce matin sur F. Inter. S'il a été mis à ce poste, c'est justement parce qu'il n'a pas d'affect et donc aucun scrupule à ne tenir aucune des promesses qu'il a faites. On a un Trump en moins con, un Schtrumpf... 

C'est sûr que la France est capable d'avoir des jeunes pleins de bonnes idées... mais avec les vieux trognons qu'on a au Sénat, les vieux patrons et les syndicats (et dire que je suis syndiquée) qui bloquent chacun à leur façon, et les petits croupions de l'Assemblée, les jeunes pleins d'énergies et d'idées vont aller voir ailleurs... Suffit de voir la co-Nobélisée qui a fait ses recherches en France et est partie ensuite de par le monde mélanger son savoir à d'autres... 

On est un pays de vieux croûtons dirigé d'une main de fer par un jeune manipulateur sans scrupules qui leur est soumis... 


J'ai adoré les "extensions sobres" d'aéroports. Merci de m'avoir faire rire jaune, c'est déjà ça de pris.  

Faire des drones voire des avions électriques, c'est un peu pareil

Faire des sièges pour avion ou par rames de train c'est pareil

Faire de l'électronique embarquée pour les voitures électriques autonomes ou les bateaux autonomes, ou pour les avions (y compris les redondances nécessaires), c'est voisin.

etc...
Plus sérieusement, ils ont raison ces jeunes, Ils peuvent faire plein d'autres choses dans leur vie. 

Car à Supaero, on étudie plein de sujets aéro mais pas que (je me souviens y avoir découvert la mécanique quantique.) 

Deux réflexions :

1/ Quand on est pas décidé à jouer le jeu, on ne joue pas avec une convention citoyenne

2 A force de jouer, on ne fait qu'ajouter des bâtons de dynamite à la bombe, il ne manque plus qu'un(e) ou plusieurs abruti(e)s pour placer et allumer la mèche

même la cgt devient amish ! Au delà du raccourci dans l'interview de Reporterre, une réflexion sur la réorientation du secteur aéronautique est portée par les ingénieurs Cgt : http://www.ugict.cgt.fr/articles/actus/filiere-aeronautique


Quelle joie d'apprendre que dorénavant les licenciements seront écologiques et de gauches

Bon. 2 ou 3 experts (!) nous font part de leur opinion. Et alors ? Ils résolvent le problème crucial de l'emploi en  2 coups de cuillère à pot ? Bravo. Fastoche... On peut aussi reconvertir des militaires.


" - Vous faisiez quoi dans le civil ?

  - Prof d'anglais...

  - Allez hop; coiffeur !"

L’amishisation des ingénieurs et autres intelligences pragmatiques est heureuse mais il faudrait faire attention à ne pas considérer que les questions qui se posent à notre monde se résument à la reconversion des  effectifs, au bon usage des compétences, bref à l’optimum d’affectation des ressources qui nous a été servi depuis si longtemps.


Le risque c’est encore de s’imaginer que nous pourrions faire passer les effectifs d’un secteur à un autre, que nous allons être plus innovants que les autres (exactement comme dans le monde d’avant) pour créer plus de richesses, faire de la croissance verte sans jamais remettre sur la tapis la question qui, à mon sens, conditionne toutes les autres : celle de la répartition des richesses créées. C’est bien cette question qui déterminera le type de société que nous ferons ainsi que la dynamique de ponction de cette société sur son environnement.


Ce que l’on peut espérer c’est que la crainte des ingénieurs de l’aéronautique, de l’automobile et d’autres secteurs participe au  'gilet-jaunissement' de cette catégorie et que grossisse enfin jusqu’à la masse critique, les rangs de ceux qui aspirent à un changement de modèle de société !

Disons que parmi les trois voies principales qui existent pour trouver une solution au changement climatique, ASI, comme d'autres, privilégie nettement l'une d'elle, celle de la décroissance.

C'est le choix du Grand Soir et des récits d'effondrement au coin du feu. 

Ah non, pas du feu... 


Bref, il ne faut pas s'étonner outre mesure que cette voie-là ne rencontre pas une adhésion spectaculaire lorsque, concrètement, il faut commencer à démanteler des pans entiers de l'activité économique. L'opposition vient du côté d'un gouvernemnt de droite, c'est certain, mais aussi du côté de ceux qui vivent de ces branches de l'économie.


Est-ce que les journalistes d'ASI seraient ravis qu'on leur propose de se reconvertir de la critique des médias à un emploi chez Facebook dans la modération de la boue des publications  sur la justification de partir "des compétences spécifiques des salariés de ces secteurs menacés, pour voir dans quel secteur une reconversion serait la plus utile" ?


Je n'en suis pas certain.

C'est ce qu'on attend des politiques, dépasser les intérêts catégoriels pour satisfaire l'intérêt général.


Oui il y aura de la casse. Et il vaut mieux l'accompagner maintenant plutôt qu'attendre une casse bien plus grande quand vont venir les effets de la décroissance (qui va arriver faute d'énergie en quantité et en prix accessibles. Voir au passage ce qui disait BP hier entre autres.)


Rappel:  

Energie pas chère (car disponible en volume) => Croissance. 

Energie (très) chère (car de moins en moins de volume disponible) => Décroissance

(les deux sont corrélées inexorablement; comparez "Quantité d'énergie par habitant et PIB par habitant depuis 1900)

Bonjour,


En effet, outre la décroissance il y a deux voies de croissance pour résoudre la question du changement climatique.


1. La déconnexion croissance-énergie. C'est celle que vous discutez pour la réfuter. C'est la croissance déconnectée de la consommation d'énergie. Je suis assez d'accord que son succès n'est pas garanti et qu'historiquement, on n'y est pas arrivé. Mais c'est difficile de savoir car cette option est la plus invisible de toutes. Je ne comprends pas pourquoi quasi aucun économiste ne se saisit de cette question ou en tout cas pourquoi aucun ne la pousse dans le débat public.


2. Mais il y a aussi solution énergétique non-carbonée. Il s'agit de basculer toute la production d'énergie vers du non-carboné et de lui faire suivre la croissance économique. Le renouvelable n'y suffit pas. Par contre, la physique de base nous montre que la quantité d'énergie non-carbonée disponible sur terre est, à l'échelle de l'espèce humaine, à peu près illimitée. Ca reste un défi technique et industriel (pas scientifique) de l'utiliser mais c'est a priori faisable. Cette voie est historiquement celle que l'humanité utilise pour résoudre ses problèmes. 


Globalement, elle prend aussi acte du fait que l'homme prend désormais le contrôle du climat et le régule. On peut par exemple aller rechercher tout le C02 émis durant l'ère industrielle. C'est aussi prendre acte de l'impact de l'humanité sur la biodiversité qui, pour le coup, est bien plus ancienne encore, elle remonte à la domestication de certaines espèces.


Ca peut paraitre apprenti-sorcier évidemment. Mais il faut la comparer à la solution de la décroissance qui est: on arrête tout et on ferme les yeux en espérant que le climat et la biodiversité vont se rétablir d'eux-mêmes. Il y a déjà une frange des décroissants qui pensent que l'effondrement est inéluctable et que le point de bascule est passé. 


Cette option-ci de lla solution énergétique non-carbonée est ardemment défendue par les énergéticiens selon le principe : "à problème physique, réponse physique" qui ont l'avantage de quantifier au MWh près leurs solutions.


Ils sont assez présents dans le débat médiatique, ou sur les réseaux sociaux. Ils sont peu écoutés par le monde politique (voir les fermetures de centrales nucléaires), ils sont honnis des écologistes et décroissants.


A ma connaissance, cette dernière voie est totalement absente d'ASI.

C'est bon, je vois que votre message répond à mes questions. Je pense par contre que vous sous estimez la pression sur d'autres secteurs des matières premières comme les engrais et les métaux.

C'est pour ça que, selon toutes mes sources, se baser sur cette voie me parraît tout à fait délirent. On peu mettre les moyens pour vos deux autres vois, mais on ne peu pas se permettre de se baser sur des voies incertaines, alors que des labos suffisent pour savoir si on arrivent à les rendres viables. En attendant on est obligé de se baser sur le certain.

Pour ma part, je pense que la solution passe nécessairement par un peu des trois: limiter la croissance (voire accepter un peu de décroissance, surtout pour les pays riches), décorréler en partie la croissance et la consommation énergétique, et surtout utiliser des énergies bas-carbone.


Je rejoins ce que dit un_et_un_font_trois sur les limite du débat, en particulier sur ASI, qui se limite trop souvent à la fausse alternative "la décroissance ou la mort". En fait, comme beaucoup ici sont anti-capitalistes, ils fantasment surtout la fin du capitalisme, l'écologie/l'effondrement n'étant vu que comme un moyen de mettre fin au capitalisme. La recherche d'autres solutions relevant de l'honni "capitalisme vert".


En fait, comme beaucoup ici sont anti-capitalistes


En même temps, vu que le capitalisme ne souffre aucune régulation non dictée par le capital, aucune de vos trois solutions n'adviendra sans sa fin.

Et ne venez pas me parler du capitalisme à papa des Trente Glorieuses : c'est justement le bloc soviétique qui l'a indirectement imposé...


Donc en fait, seuls les anticapitalistes sont réellement cohérents vis-à-vis de l'écologie !

l'Urss c'était géniale fallait juste pas y habiter  

Prométhé vous parle de la planification kenesienne en occident, la part communiste de notre économie, pas de l'URSS dans ce message.

"Prométhé vous parle de la planification kenesienne en occident, la part communiste de notre économie, pas de l'URSS dans ce message. "


Dite non à la drogue



"du capitalisme à papa des Trente Glorieuses"

Dites oui aux lunettes et la compréhension des phrases grâce à la syntaxe.

"Et ne venez pas me parler du capitalisme à papa des Trente Glorieuses : c'est justement le bloc soviétique qui l'a indirectement imposé.."


Quel dommage que l'Ursss ne se soit pas appliquée à elle même cette magnifique économie.

Oui, vous avez choisi de partir sur une proposition secondaire pour commenter, et discréditer le propos principal. C'est un beau sophisme en somme.

Mais vous pouvez nous expliquer les grands mérites de l'économie tzariste je supose? Ou nous expliquer la différence fondamentale entre la planification à l'ouest et celle à l'est. Pour le reste il y a un grand accord pour dire que le communisme sans démocratie, ça marche très mal, par contre ce n'était pas exactement le débat à la base.

Et si c'est le "indirectement imposé" qui vous pose problème, vous pensez vraiment que l'existance d'une grande puissance qui cherche à exporter un modèle anti-capitaliste, ne pousse pas ce capitalisme à modérer ses exès par peur? Par ce que l'observation nous montre que ça participe pas mal à cette modération.

Laissez tomber l'ami, Shuppy est un troll d'extrême-droite, ce qui pourrait être amusant si seulement il n'était aussi inculte et lent d'esprit. Vous n'en tirerez rien...


Comme le dit très bien de Lagasnerie, la meilleure censure est le mépris avec ces gens-là !  ;-)

Shuppy n'est pas d'extrême droite. Vous êtes vraiment incapable de situer les gens politiquement.



Parce que vous le connaissez personnellement peut-être ?

Non, mais je sais reprérer les gens d'extrême droite très facilement. Il y en a quelques uns sur ce forum, shuppy n'en fait pas partie.

Vous êtes devin maintenant alors ? ^^


Sinon, je ne vois que deux catégories de gens pour venir troller sur un média aussi marqué politiquement qu'@SI : ceux d'extrême-droite (ç'aurait un sens au moins) ou les crétins finis (ou pas finis justement...).

Y a aussi les trolls d'extrême gauche qui ont du mal à accepter le constat que l'anti-capitalisme est un mouvement politique minoritaire. Ou bien sont-ils inclus, à vos yeux, dans "les crétins finis" ?


Ah bon, vous avez des chiffres ?


Tristan ou l'art de s'inventer un monde parallèle issu de son imagination ?  ^^

Il n'est pas besoin d'être un "troll d'extrême gauche" pour le constater. Entre celles et ceux qui pensent que la globalisation est l'ordre naturel du monde et le refus de quitter ce qui nous tue pour l'inconnu, ça fait en effet pas mal de monde.

De nos jours, nous souffrons tous, mais nous sommes peu à oser deviner puis à nommer tout haut ce qui nous fait mal. C'est au-delà d'avoir peur de se tromper ; c'est plus grand que nous.

Arrêtez de vous fighter aussi, tous les deux, d'abord :) 

Shuppy, elle a surtout 12 ans et demi :)

Ca t’excite mon cochon

Ha ha, on n'est jamais déçu :D

Parce que vous y avez vécu vous ? Allez troller sur Valeurs Actuelles svp !

Y avait l'option " les lendemains qui chantent" mais pour je ne sais quelle raison  tous les dirigeants communistes ont préféré prendre  "goulag et dictature "





"mais pour je ne sais quelle raison"

Si ça vous interesse, la raison a été identifiée depuis longtemps. L'un des apports les plus saillants de Lénine qui différencie son héritage des autres branches du communisme c'est "L'avant garde du prolétariat". En cherchant le sens de ce concepte vous verrez pourquoi il entraine la création de systhèmes autoritaires. Et tout les dirigeants communistes auquels vous pensez étaient, ou sont, des léninistes. En généra, quand une grande puissance a un modèle, elle tend à l'exporter au dépend des modèles concurents.

Des "dirigeants communistes" ? Où ça ? On m'aurait menti pendant tout ce temps ?!?

Ca fait longtemps que je l'avais pas vu celle la.

Je me demandais ou etait passe les staliniens en France, mais apparement il y en au moins un ici.


Encore plus magique, juste en dessous vous vous plaignez que le ''peuple se fait tabasser mutiler enfermer'' par le pouvoir francais.


Moi je dis Bravo j'en veux encore...


Donc un type comme Prométhée qui exprimme publiquement une position anti-autoritaire c'est un stalinien? Vous êtes sure de votre coup?

Ah tiens, un autre troll d'extrême-droite ! Un ami à Shuppy sans doute...


Allez, prenez le même train que lui pour Valeurs Actuelles et montez là-bas votre fan club du IIIè Reich !  ;-)

En même temps, vu que le capitalisme ne souffre aucune régulation non dictée par le capital,


Aux dernières nouvelles, le peuple est toujours souverain, et si les gens avaient un peu plus de conscience écologique (et votaient en conséquent) il y aurait des moyens de le réguler. Mais pour une partie de la population, les écolos sont des "khmers verts". Et pour une autre, des vendus au "capitalisme vert".


En attendant, ça ne fait pas avancer les choses...



Aux dernières nouvelles, quand le peuple veut exercer sa souveraineté, il se fait tabasser, mutiler et enfermer...

Ou on fait l'inverse  du vote ...comme pour le referendum de  2005 !

;-)


Aux dernières nouvelles, il y a toujours une majorité pour approuver ces tabassages, mutilations et enfermements...


Le problème ce n'est pas QUE le gouvernement.

La représentativité du systhème électoral, la séparation des pouvoirs ou le respect des droits de l'opposition sont quand même des filtres. Le ne suis pas du tout convaincu que vos "dernières nouvelles" sont juste, la plus pare des sondages que j'ai vu vont dans l'autre sens.

Je suis loin de partager votre optimiste.


La question des violences policières peine toujours à trouver son chemin dans l'espace médiatique, les gens continuent de faire majoritairement confiance à la police (même si cette confiance est en baisse) et une grande partie de la droite demande plus ou moins la suppression / la suspension des droits de l'homme.

Ha, c'est sure, ça ne va pas être simple, mais pour le moment il n'y a de groupe dominant pour aucune idée. Les nôtres ne sont pas dominantes, mais celles de Macron ou Le Pen non plus. Et avec les divisions et l'abstention, les résultats électoraux peuvent être assez loin de la représentativité, même sans parler de l'énorme prime majoritaire.

Complètement faux ! La grande majorité des gens a soutenu les Gilets Jaunes par exemple, ou déteste royalement cette bande d'escrocs au pouvoir depuis 30 ans.


Mais on commence à connaître ici votre haine de la démocratie (la vraie) et des gens. Ça ne change pas ça.


Et sinon, aux dernières nouvelles, ça fait plus de 200 ans qu'une oligarchie pille et détruit tout sur cette planète...

Complètement faux ! La grande majorité des gens a soutenu les Gilets Jaunes par exemple, ou déteste royalement cette bande d'escrocs au pouvoir depuis 30 ans.



On verra aux prochaines élections.


Mais on commence à connaître ici votre haine de la démocratie (la vraie) et des gens. 


Vous montre surtout que vous ne connaissez absolument pas mes opinions politique. Car il n'y a pas plus ardent défenseur de la démocratie (la vraie).



Et sinon, aux dernières nouvelles, ça fait plus de 200 ans qu'une oligarchie pille et détruit tout sur cette planète... 


Petite rectification: Et sinon, aux dernières nouvelles, ça fait plus de 200 ans que l'humanité pille et détruit tout sur cette planète...

Quel rapport avec les "prochaines élections" ? C'est ça pour vous la démocratie ? Quel ardent défenseur vous en faîtes, effectivement... ^^


Et sinon, vous êtes au courant que les 1% les plus riches de la planète émettent deux fois plus de gaz à effet de serre que les 50% les plus pauvres ? Alors qui pille et détruit tout depuis 200 ans ?

Faudrait peut-être revoir vos bases quand même, votre logiciel semble perimé...

Quel rapport avec les "prochaines élections" ? 


C'est vous qui affirmez qu'une majorité a soutenu les gilets jaunes et déteste les gens au pouvoir. On verra ce qu'il en est aux prochaines élections. car dans le semblant de démocratie dans lequel nous vivons, c'est au final uniquement ça qui compte.


Et sinon, vous êtes au courant que les 1% les plus riches de la planète émettent deux fois plus de gaz à effet de serre que les 50% les plus pauvres ? Alors qui pille et détruit tout depuis 200 ans ? 


Vous savez que, à l'échelle mondiale, vous faites partie sinon des 1% les plus riches, du moins des 10% les plus riches ? Les horribles riches pollueurs qui pillent la planète, c'est aussi vous et moi. Trop facile de tout rejetter sur le dos de "l'oligarchie" (qui est forcément l'Autre) quand nous contribuons tous (pas dans les même proportions) au pillage de la planète.


le semblant de démocratie


Ah bah voilà, on commence à avancer. Donc en appeler à ce simulacre pour justifier vos propos erronés est absolument abscons...


vous faites partie sinon des 1% les plus riches, du moins des 10% les plus riches ?


Euh, je vous rassure, les 1% les plus riches sont constitués uniquement des milliardaires et des plus gros multi-millionnaires. On en est loin vous et moi...

Quant à la responsabilité, vaste programme ! Est-ce que l'esclave est responsable des dégâts causés par le système esclavagiste ? Question rhétorique, inutile de répondre...

Ah bah voilà, on commence à avancer. Donc en appeler à ce simulacre pour justifier vos propos erronés est absolument abscons... 


Que notre régime politique ne soit pas terrible ne change rien au fait qu'une majorité de la population est opposée à un changement radical (surtout s'il vient de la gauche). La révolution, ce n'est pas pour demain.



Euh, je vous rassure, les 1% les plus riches sont constitués uniquement des milliardaires et des plus gros multi-millionnaires. 


A l'échelle mondiale, non. Etre millionnaire en France suffit pour être parmis les 1% les plus riche.


Ce que j'essaie de vous expliquer, c'est qu'en vivant notre vie, nous contribuons tous (encore une fois, pas dans des même proportions) au pillage de la planète. Ce n'est pas QUE la faute des plus riches. Comme les problèmes politiques ne sont pas QUE la faute du gouvernement.

Personne ne parle de révolution ici. On a parlé de mettre fin au capitalisme si on veut un tant soit peu que l'écologie devienne une réelle préoccupation.


Le rapport d'Oxfam parle des 1% les plus riches de la planète comme je l'ai précisé dès mon premier message.


Enfin, bien sûr que si que le problème vient des riches pour qui ce système est taillé et qui pousse à toujours plus de consommation inutile pour qu'ils puissent continuer à sa gaver royalement. C'est la base...


Parfois j'ai l'impression que vous découvrez les évidences ou que vous ne cherchez qu'à répondre sans vraiment comprendre, c'est assez usant...

Personne ne parle de révolution ici. On a parlé de mettre fin au capitalisme si on veut un tant soit peu que l'écologie devienne une réelle préoccupation.


Si ce n'est pas la révolution, c'est les élections. RDV aux prochaines élections, comme je le disais.



Le rapport d'Oxfam parle des 1% les plus riches de la planète comme je l'ai précisé dès mon premier message.


Vous et moi, comme la plupart des français, faisons partie des 10% les plus riches de la planète. Les 1% les plus riches ont une responsabilité plus grande que les 10% les plus riches, qui ont eux-même une responsabilité plus grande que les 50% les plus pauvres. On a tous une responsabilité, à des degrés divers.


Parfois j'ai l'impression que vous niez les évidences et  que vous ne cherchez même pas  à  comprendre ce que je dis, c'est assez usant...



Tristan ou l'art de pinailler pour exister... ^^

Je pense que ma réponse à un_et_un_font_trois et les vidéos que j'ai mis dedans sont aussi une réponse à ce message et peuvent vous interesser.

Oui merci pour les liens. Je les avais déjà vues, suivant les chaînes d'Heu?reka et du Réveilleur depuis maintenant plusieurs années. Chaînes que je recommande vivement.

C'est là que je ne suis pas d'accord. 

Comme toujours, l'humanité est face à des paris. Et c'est le cas quelque soit celle des trois voies qui sera suivie ou dans tout mix de solutions.


La voie décroissante "on arrête tout et on ferme les yeux" parait plus sûre et séduisante car elle correspond à un gros effort. Mais il n'y a pas de "récompense physique" aux efforts consentis. Ce n'est pas parce qu'on offre en sacrifice notre mode de vie au Dieu Climat qu'il va automatiquement se montrer bienveillant. Le climat est un système physique qui ne fait pas dans le sentiment.


A mes yeux, la voie énergétique est celle qui a été suivie avec succès par l'humanité jusqu'ici. On prend le problème et on le traite. Et ça inclut la consommation de matières premières ou la pollution des sols.


Avec de l'énergie, on est à même de résoudre beaucoup de choses car on a par ailleurs le savoir-faire, la science et la main d'oeuvre.


Très concrètement, si demain, on décide par exemple de décarboner l'atmosphère ou de rendre potable la Seine à Paris, ça va prendre du temps mais on peut le faire.


Il faut de l'énergie par contre, surtout si on veut répondre aux problèmes légitimes que vous soulignez (matières premières, pollution des sols...).


Ce n'est pas délirant, c'est un choix.




J'ajoute deux exemples issus de l'actualité pour évaluer la lutte contre le réchauffement climatique:


1. La Grande-Bretagne est sur le point d'investir dans le nucléaire : 16 petits réacteurs modulaires.  --> méchants capitalistes croissants


2. En Belgique, les verts font partie du nouveau Gouvernement fédéral et ont obtenu la fin du nucléaire en Belgique. Les centrales ferment en 2025 et seront remplacées par de nouvelles centrales au gaz --> gentils écologistes décroissants

Alors, vos deux exemples n'ont pas de rapport avec la hausse ou la baisse de la consomation d'énergie, donc je suis désolé mais ça n'a pas de rapport avec la croissance ou la décroissance de la consomation d'énergie et de matières premières.

En effet, j'ai écrit : "J'ajoute deux exemples issus de l'actualité pour évaluer la lutte contre le réchauffement climatique".
Il se fait que les "gentils écologiqtes décroissants" démantèlent des unités de production peu émettrices des CO2 pour les remplacer par des unités émettrices de CO2 (et des promesses).

Ce sont des climatosceptiques en fait.

Oui, mais la création des centrales à gaz n'en fait pas des décroissants, c'est même plutôt l'inverse. C'est comme le PS, ce n'est pas parce qu'il y a le mot "socialiste" dans le nom que c'est du socialime.
Cette politique est en effet assez climatosceptique, mais je pense quand même que ça n'a pas grand chose à voir avec notre débat sur la croissance.

Sauf que ce genre de "verts" n'a d'écologiste que le nom justement...

"Mais il n'y a pas de "récompense physique" aux efforts consentis."

Je suis désolé mais l'effort est relatif, si on s'organise bien. On peu déjà beaucoup diminuer la consomation d'enegie et de matière première en affectant marginallement le confort de vie de la majorité de la population. Par exemple, avec ce papier, diminuer drastiquement le transport aérien n'affecte pas du tout la majorité de la population. Réorganiser l'espace pour limiter les besoins de transports augmente même le confort de vie des migrants pandulaires. Avoir des équipements plus durables demandant moins de suivit technique est aussi plus agréable à vivre. Et ce ne sont que des exemples.

"A mes yeux, la voie énergétique est celle qui a été suivie avec succès par l'humanité jusqu'ici. On prend le problème et on le traite. Et ça inclut la consommation de matières premières ou la pollution des sols."

Je suis désolé mais on ne peu pas vraiment dire ça. L'ajout d'une nouvelle forme de production d'énergie n'a, pour le moment, jamais fait diminuer les précédentes, on a juste exporté la consomation de charbon plus loin dans la chaîne de notre cosomation et hors de nos frontières. On voit le même mécanisme pour presques toutes les matières premières du sous sol, la consomation monte de manière exponentielle depuis les années 50s au niveau global. Les exemples locaux que vous citer ne montrent que la fesabilité d'un changement de paradygme.

"Avec de l'énergie"

C'est le point 0 du problème. Produire assez sans bouffer l'espace, les matières premières et produire des déchets de manière dérésonnable. On est loin d'avoir suffisement de réponse simple à cette question.

"Ce n'est pas délirant, c'est un choix."

C'est le fait qu'il n'existe pas de solution de production energétique suffisante, dans l'état actuel des connaissaces, qui fait que ce n'est pas un choix possible. En tout cas tant que nos chercheurs n'auront pas fait fonctionner des ressources alternatives. En attendant le choix se limite à leur mettre des moyens matériel et financiers. Mais ça ne dispense pas de bosser sur le reste de la société en parallèle, bien au contraire. Et ça représente des sommes minimes à l'échelle de toutes notre production industrielle.

J'aime bien la réflection qu'Euh?réka et le Réveilleur ont vulgarisé à ce sujet. Dans ces vidéos , ici puis plus tard .

est-ce que je comprends bien que vous voulez baser la croissance à venir sur la fusion nucléaire pour l’humanité ? 


Comme le dit Alexis Robert plus bas, nous n’avons pas le temps de l’attendre arriver. 

En tout cas, dans la lutte contre le réchauffement climatique, il semble qu'on a le temps de fermer des centrales à fission nucléaire pour les remplacer par des centrales au gaz. Ou au charbon comme en Allemagne.


Et pour revenir au sujet de la chronique de DS, quand on sait qu'à la question : 

"Une seule centrale à charbon allemande émet-elle vraiment plus de CO2 que tout l’aérien français ?"

la réponse est : "oui" ,

je ne suis pas convaincu que suivre ces écologistes décroissants est la meilleure idée.


Certains souhaitent juste nous jeter dans le précipice.

Source

La décroissance va s'imposer à nous. Elle a en fait déjà commencé. 


Ça n'est pas une vision écologique, c'est un constat associé à un raisonnement économique. 


La croissance des pays OCDE est pâlichonne et ne reviendra plus. Tout le monde est plus ou moins équipé en biens de consommation. D'autres postes de dépenses ont vu une régression sévère à cause de la Covid19 et cet état d'esprit va durer (encore plus sûrement s'il n'y a pas de vaccin.)


On le voit au travers de la consommation d'énergie par habitant de l'OCDE qui était de 182GJ/an en 2009, 188 en 2010 et qui depuis ne fait que décroitre (178 GJ/an par habitant en 2019.) Or énergie et croissance sont aujourd'hui absolument corrélés.


Les importations de pétrole ont entamé leur baisse (93Mt en 2005 en France, 79 en 2018).


Quand à la fermeture des centrales nucléaires, en France, je n'en vois qu'une et je suis mal placé pour dire si oui ou non elle avait atteint sa limite d'âge. C'est le rôle de l'Autorité de Sureté Nucléaire qui malheureusement a été préempté par le politique pour des considérations politiciennes (vote écolo et/ou pression allemande.)


Les allemands me paraissent faire fausse route, également poussés par leurs antinucléaires. Leur vision du renouvelable n'est pas durable (voir le nombre d'éoliennes et de panneaux solaires pour satisfaire la demande actuelle sans nucléaire ni charbon sans oublier le propre bilan carbone des renouvelables.) A moins que la Capture et Séquestration du CO2 au niveau de leurs centrales à charbon soit maitrisée dans un avenir proche par leurs ingénieurs (il faut aussi des emplacements de stockage en volume colossaux.)

Question naive,

Est ce que cette decroissance de l'energie par habitant n'est pas en partie lie a une amelioration des capacites energetiques des machines.


-Les voitures/avions consomment moins et sont de meilleur qualite.

-Les equipements elecroniques sont egalement de meilleur qualite.


les importation de petrol diminuent, qu'est ce qui me dit que cette energie n'est pas devenue de l'electricite a la place ?

Non, l'élément central c'est la désindustrialisation l'élément central, on exporte notre consomation d'energie et la consomation qui va avec en Asie. Si on prend tout celà en compte on est à 80 pourcent d'énergies fossiles.
Pour le reste un moteur a une efficacité maximale liée aux lois de la thermodynamique et les progrès ne sont pas suffisant pour faire changer le pradygme.

Vous etes fatiguant Alexis. Genre vraiment. 

Relisez ce qu'a ecrit Bogdan 

Oui, j'ai lu, il y a baisse de la croissance et de la consomation d'énergie, y compris fossile, en Europe, comme il l'a dit, et ce n'est pas due, sauf marginalement, à une augmentation de l'efficacité des machines ou à une augmentation de la production d'electricité, comme vous l'avez proposé, et c'est à ça que j'ai répondu. Et je vous ai expliqué pourquoi, la délocalisation de l'insdustrie. La raison du niveau d'équipement, dont nous parle Bogdan ne fait que s'ajouter.
 
Trouver le nombre de kilowaters produits et consomées en France et le niveau de rendement de ces kilowaters est facile à trouver, vous pourrez constater vous même que les pistes de votre question naïves ne collent pas.

Tout à fait d'accord, j'ajouterais le besoin d'energie dirigeables nécéssaire pour fair fonctionner un mix comportant de l'éolien et du solaire.

pour tous ceux qui pensent encore que l'énergie nucléaire fait partie de la solution au réchauffement climatique, je vous recommande ce documentaire : https://www.arte.tv/fr/videos/067856-000-A/securite-nucleaire-le-grand-mensonge/

Lisez bien les fonctions de ceux qui y sont interviewés... ce ne sont pas que les anti-nucléaires de Greenpeace...

"parmi les trois voies principales qui existent pour trouver une solution au changement climatique, ASI, comme d'autres, privilégie nettement l'une d'elle, celle de la décroissance."

Là il faut détailler, car tous les plans que j'ai vu passe par une baisse de la production en général et de la consomation d'énergie en particulier, c'est une part indispensable de chaque plans.

Il n'y a pas que les élèves ingénieurs qui réfléchissent à la reconversion et proposent des idées, les salariés (et pour beaucoup futurs ex-salariés...) le font également.


Création d'un collectif de travailleurs et travailleuses de l'aéro : http//www.cnt-f.org/cnt31/spip.php?article1208


L'organisation d'un forum social et environnemental : https://www.facebook.com/events/378730479950498/ (oui, c'est facebook...)



Joker, Joker, Joker .....


N'oublions pas que l'origine du mot " Joker " est " Bouffon "...


. Certains esprits malfaisants pourront penser que l' emploi  de ce mot  correspond assez à celui qui l'utilise.

Non mais y’en a qui croyaient vraiment que Macron allait écouter des citoyens ? ???


Et sinon le communisme c’est pour quand ?


Non parce qu’au nom de l’emploi on peut justifier la production de mines antipersonnel et de Mediator hein.

Voici une bonne nouvelle qui pourrait inciter certains à éviter autant que faire se peut d'utiliser l'avion !

(on se rassure comme on peut )


Pour l'instant c'est au stade expérimental pour les vols vers le Portugal, mais la généralisation ne saurait tarder ...


La reconnaissance faciale débarque à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Ce lundi 5 octobre, c'est le lancement du test de "Mona", un "compagnon de voyage" développé par Vinci Airports et censé "révolutionner l'expérience passager grâce à la biométrie" d'après l'opérateur aéroportuaire. Pour Nicolas Notebaert, directeur général de Vinci Concessions et Président de Vinci Airports, "Mona" est "une première mondiale qui fait entrer l’expérience aéroportuaire dans une nouvelle dimension"

L'emploi ou la mort, mais on meurt quand même.

Merci de cette chronique qui m'a incitée à relire avec un oeil moins pessimiste l'article de Reporterre. J'avais en effet bloqué sur cette phrase: 


"Nous ne travaillons pas sur des projets de reconversion, nous sommes plutôt dans une défense de notre métier », affirme-t-on au Syndicat national des pilotes de ligne. « Pour l’instant, la priorité des salariés du secteur de l’aérien est avant tout de sauver leur emploi face aux plans de restructuration », rapporte de son côté Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports."  


Ça m'avait assombri tout le reste. 


Et en effet, la question de la reconversion, des cultivateurs de betteraves comme des salariés des industries hyper polluantes devrait être partout. Au lieu de ça, on nous parle de nombril, d'école à domicile, de milliards, de filière, de chômage. De chômage et pas de formation. Je rêve?

Vous avez remarqué ? il n'est plus question de "traverser la rue" ? peur d'être pris au mot et que cela se fasse en mode "amish"  vraiment ?  

D'après un sondage 4 français croiraient encore à ses fadaises... encore beaucoup trop !

Et pendant ce temps là il brade nos industries ....comme en 40

Que l'Etat ne soit pas à l'origine d'une telle réflexion est bien symptomatique de son impuissance ou de sa volonté d'impuissance. Et faisons lui confiance pour ne pas encourager de telles dynamiques. Quoiqu'on fasse de toutes façons, le problème sera toujours le même, le fric ira au meilleur rendement promis.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.