86
Commentaires

Chômeurs ne cherchant pas d'emplois : bataille de chiffres entre Elkabbach et Libé

Quelle proportion de chômeurs ne cherchent pas d'emplois ? Dimanche 26 octobre sur France 5, Stéphane Soumier (BFM Business) a pu dire tout le mal qu'il pensait du fact-checking en s'appuyant sur un exemple concret : la bataille entre Elkabbach et Libé à propos de la proportion de chômeurs ne cherchant pas d'emplois. 30 % selon Elkabbach, 6% selon Libé, 20% selon Soumier. Vraiment ? On est tout de même allé... vérifier. Et dans cette histoire de chômeurs paresseux, on a découvert que tout le monde avait isolé des chiffres... très différents.  Fact-checker le fact-checking des fact-checkeurs, sur une fraude...très secondaire.

Derniers commentaires

Je pense qu il est dommageable d avoir assez de travail et de ne pas pouvoir en faire bénéficier.
Quand à l entreprise elle a respecté les engagements passés avec PE. Elle n a jamais était tenu d embauché à la fin de langue formation
Les trente cinq heures individuellement ç est une réussite. Mais alors au travail excusez moi mais faudrait se pencher sur la question. La productivité forte qui existe en France est peut être à relier au 35 heures et je ne suis pas sur que ça apporte de la qualité de vie au travail. On vous demande de faire plus avec moins de temps. Quand les rtt s accumulent , qu ils ne peuvent pas être payés, il faut l es poser et alors si je suis le premier à être trop heureux de pouvoir récupérer j avoue que les semaines ou mes collègues récupèrent, j en angoisse à l avance je sais que je vais faire des grosses semaines, faire ma semaine plus celle des autres qui sont pas la ne devrait pas laisser faire, on devrait jamais se "tuer" au travail mais on a réussi nous même à rendre notre travail détestable de par les conditions dans lesquelles on exerce.
Après je suis d accord les patrons ont une responsabilité. Mais quand ils vous disent qu ils ne peuvent pas embauché vu la conjoncture. On fait quoi on tond encore un peu l oeuf et on laisse les autres au chômage.
Ps je suis cadre, salariés dans une petite entreprise de province.
Les trente cinq heures individuellement ç est une réussite. Mais alors au travail excusez moi mais faudrait se pencher sur la question. Le productivité forte qui existe en France est peut être à relier au 35 heures et je ne suis pas sur que ça apporte de la qualité de vie au travail. On vous demande de faire plus avec moins de temps. Quand les rtt s accumulent , qu ils ne peuvent pas être payés, il faut l es poser et alors si je suis le premier à être trop heureux de pouvoir récupérer j avoue que les semaines ou mes collègues récupèrent, j en angoisse à l avance je sais que je vais faire des grosses semaines, faire ma semaine plus celle des autres on ne devrait pas laisser faire, on devrait jamais se "tuer" au travail mais on a réussi nous même à rendre notre travail détestable de par les conditions dans lesquelles on exerce.
Peut être que notre problème est avec le travail et l entreprise. J étais dans une entreprise ou on avait largement du travail à partager pour un à deux postes. Mais financièrement on étais à l équilibre. Alors le patron à vu avec pôle emploi pour embauché un apprenti en formation, pendant deux ans on le forme, PE finance la formation et après on l embauchera pas parce qu on ne peut pas.
Un autre exemple me vient en tête. À la fac il y avait une personne qui travaillait à laquelle cafet'. Tous les trois ans une nouvelle personne prenait le poste. L assoc des étudiants qui gérait les salaire de cette personne prenait quelqu un avec contrat particulier, ç est à dire que PE financé 80p.cent. la première année et les années suivantes ce pourcentage se réduit. Ces contrats durent trois ans. L asso n a pas mes moyens de verser un salaire complet alors pour pallier à ce manque elle renouvelle ce type de contrat. Ç est bien dans un sens mais ç est dommage de ne pas pouvoir fixer quelqu un à ce poste.
Au vu des chiffres de l'emploi, la seule question qu'on doit se poser est : a-t-on le droit d'obliger les chômeurs à "chercher activement" un emploi, alors que, quand bien même ils le font, il y en aura toujours 90% qui n'en trouveront pas ? D'obliger l'écrasante majorité des chômeur à un simulacre absurde qui (toujours au vu du différentiel offre/demande) ne peut faire baisser le nombre de chômeurs qu'à la marge ?
Moi il y a belle lurette que j'ai répondu : c'est juste pervers, dégueulasse, accessoirement coûteux (en contrôles et en jobs à la con, en humiliations et en précarité pathogènes).
Ma femme m'a quitté, je siffle une bouteille de whisky, prends ma ouature et me viande sur l'autoroute: suicide ou accident ? J'ai bac+5, et en désespoir de cause " accepte" de tenir un guichet: emploi ou chômage déguisé ? De même qu'à travers le brouillard la lune s'identifie à son halo, tout phénomène social est affecté du fameux " dark number", chiffre noir, qui permet aux scientistes libéraux à la Lenglet de raconter n'importe quoi devant des journalistes ignares et (donc) complices.
Tous les chiffres cités ne font jamais mention du fait que tous les chomeurs ne sont pas indemnisés.
On aimerait avoir la proportions des chomeurs indemnisés et non indemnisés dans les versions des uns et des autres.
Parce que quand t'es pas indemnisé et que y'a pas de travail ( au pif, dans les coins genre Manosque) je vois pas le problème.

On sait par ailleurs que de nombreuses personnes (1.7 millions, 1 sur 2) ont droit au RSA ne le demandent pas (1.7 millions http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/07/06/pres-de-la-moitie-de-ceux-qui-pourraient-recevoir-le-rsa-ne-le-demandent-pas_1730497_3234.html).
Y'aurait-il des persones non inscrites à Pôle Emploi qui auraient droit à des indemnités et n'en demandent pas ?

Dernier point. Combien de personnes ayant droits à des réductions d'impôts ne le font pas (genre, pour les plus frandes fortunes) ?
Pardon, mais il y a une autre conclusion toute bête, et la première qui devrait être effectuée ! Elle saute aux yeux ! Si ce sont bien les chômeurs radiés par pôle emploi dont on parle lorsqu'on cite ces proportions de "chômeurs ne recherchant pas d'emploi", alors on parle de 0% ! Un chômeur radié n'est plus inscrit sur les listes, il n'est plus dans les statistiques, il ne "coûte" plus rien à Pôle Emploi... (je ne cause pas ici des minimas comme le RSA auquel ils pourraient par après avoir droit : ce ne sont pas les mêmes caisses) or donc, même ces 39 millions, on ne peut les affecter qu'à une chose, une seule : les prestations accordées à certains chômeurs que Pôle emploi a radié pour manquement à la recherche active (illégale mais c'est un autre débat) à laquelle ils s'étaient "engagés". Et alors ? Cela fait-il de ces prestations, dans ce temps-là, des prestations indues ? Non, puisque, par définition, il n'y a qu'à partir du constat de recherche insuffisante que la radiation intervient... avant cette date donc, ces gens-là étaient dans les clous... oui ou non ? Ca reviendrait à dire qu'il faudrait retirer son permis à un chauffard AVANT qu'il appuie trop sur le champignon"... ça ,n'a pas de sens...

Les chômeurs inscrits à pôle emploi ont par définition travaillé un temps minimum nécessaire et suffisant (et donc cotisé un temps nécéssaire et suffisant) pour que leur situation leur ouvre un droit. Je répète le mot : un DROIT. Cette contrepartie de recherche active fait que ces conditions demandée pour accéder à ce droit détruisent ce droit. Ce n'est plus un droit assuranciel. C'est un droit "a condition que"...

Bon je vais faire trop long. Voyez 3 minutes de Lepage, shootez-vous avec ça, c'est bien mieux dit, à partir de 1h18min30sec :
https://www.youtube.com/watch?v=3Q1oyEXMXs4
C'est quand même magnifique comme principe. On te fauche 40% de ce que tu coûtes à l'employeur sous prétexte, entre autres, d'assurance chômage, et ensuite on t'explique comment quand où il faut que tu cherches un travail, avec force contrôle et leçons de morales. Et si tu fais pas bien, on te sucre l'allocation, que t'as pourtant en partie payé à la sueur de ton front.

C'est peut-être ça le vrai scandale. Aux dernières nouvelles, les allocations chômages elles apparaissent pas dans le vide.
De toute manière, il faut bien comprendre que la chasse aux chômeurs fainéants correspond à la petite musique qu'ils essaient d'imposer depuis une 30 aine d'années afin de faire croire que le chômage n'a pas pour cause leurs décisions politiques mais que c'est la faute des gens eux même parce qu'ils ne veulent en fait pas travailler.
C'est le discours des riches depuis toujours car ils nient que le chômage est lié à la distribution des richesses et parce qu'ils ont une vision de la société très individualiste.
@Sebastien Rochat Ceci est environ 20 fois faux :
"la fraude à Pôle emploi représentait en 2012 un manque à gagner de 39 millions d'euros pour les finances publiques"

L'article du monde confond la fraude détectée et fraude réelle.La fraude réelle est par nature impossible à compter mais souvent il existe des estimations.
La cour des compte en 2013 dit d'ailleurs : "En 2010, la Cour avait tenté ? à défaut d’estimation de la part de l’Unédic, puis de Pôle emploi ? d’évaluer le risque de fraude. La situation n’a pas évolué depuis lors : si l’identification des mécanismes de fraude a été approfondie, aucun travail statistique d’évaluation du préjudice potentiel lié à la fraude n’a été mené jusqu’à présent par Pôle emploi."

Le seul chiffre que vous pouvez donc éventuellement citer est celui de la CDC de 2010.... et ce chiffre est entre 800 milions et 2 miliards
Extrait du rapport : "La fraude aux allocations pourrait ainsi représenter environ 0,8 Md€ par an. Au total, les dispositifs d’indemnisation du chômage subiraient, entre pertes de ressources et dépenses indues d’allocation, une fraude qui pourrait s’élever annuellement jusqu’à près de 2 Md€, à rapporter à un flux total de 60 Md€ dont 30 Md€ en encaissements et 30 Md€ en versements."

Notons qu'ici, l'article ne confond pas les estimations et la fraude réelle, il confond la fraude détectée et la fraude. La fraude détectée n'a qu'un lien infime avec la fraude réelle. D'ailleurs "En 2009, le montant total de la fraude détectée s'élevait à 22,9 millions d'euros; en 2012, ce montant a grimpe à 76,3 millions d'euros." La fraude n'a pas été multipliée par 3 en 3 ans, on se rend bien compte que ce chiffre est biaisé.
Elkavache, depuis le temps qu'il sévit ! J'aimerais tant qu'il se retrouve au chômage. Je n'aime pas cette expression mais quand j'entends de telles conneries, j'ai la haine. Tous ces beaux messieurs, je me la joue à la Mélenchon, qui vivent dans le luxe et l'abondance et qui trouvent toujours que le petit peuple ( qui leur permet de s'enrichir, tout de même, il ne faut pas l'oublier) abuse, profite, fraude, "flemarde". Quelle bande de p.....tures.
Avant de s'occuper des chômeurs qui ne cherchent pas de boulot, on ferait mieux de s'occuper de ceux qui en cherchent!
Là où Soumier a raison, c'est que le vrai débat n'est pas une question de chiffres, mais bien de s'attaquer à un phénomène social : pourquoi une part importante de chômeurs (plus d'un sur dix, pourrait-on dire) ne cherche plus d'emploi ? Dans son commentaire, il n'a pas cherché à stigmatiser les chômeurs, selon moi.

Mais évidemment, quitte à fixer un ordre de priorités dans les contrôles, il serait plus rentable de s'attaquer à la fraude fiscale (et les contrôles s'intensifient déjà, comme je commence à le voir dans mon entourage).
je remarque que Sébastien Rochat biaise le débat et ne choisit que les phrases qui l'arrange. Je dis que le seul débat c'est de savoir pourquoi, à un moment des chômeurs renoncent, qu'ils soient 20, 10% que sais-je n'a aucune importance. Bref, nécessité de factchecker le factchecking de mon factchecking sur le factchecking de libé. Est-ce que cette simple phrase ne suffit pas à réaliser où on va? Nulle part
C'est Elgannache qui s'approche le plus de la vérité, donnée quotidiennement par RMC les grandes gueules: environ 100% des chômeurs sont des tire-au-flanc fraudeurs assistés graines de délinquants. Pour des raisons surlesquelles il conviendrait de s'interroger, un peuple entier peut subitement devenir paresseux, comme les USA en 1929, ou la France à partir de 1973.
Surtout qu'à la base chercher les "chômeurs paresseux"... c'est en soit totalement idéologique.
J'ai beau chercher dans un métier en "tension", pour ma part, je vois bien que je ne cadre dans aucune des annonces. beaucoup trop d'expérience demandée... Quel foutage de gueule.

Région wallone, suivant les sources: entre 10 candidats et 100 candidats pour un poste proposé (si on suppose que chaque poste proposé ai une réalité... ce qui est loin d'être le cas...). Chomeur paresseux ou réaliste?
Déjà, le principe même du fact checking envers d'autres journalistes, qu'ils soient nuls et pravdistes comme Elkabbach ou non, représente en soi le syndrome de la presse malade.
Internet est le cauchemar des chiens de garde.
Merci Sébastien
C'est en cours pour le chocolat, j'espère que vous avez mangé depuis l'autre jour.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.