141
Commentaires

Chevènement : "C'est toujours le coeur lourd qu'on se résigne à démissionner"

"Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne." On n'a jamais autant entendu cette phrase en boucle à la radio, à la télévision que cette semaine à propos de la démission de Christiane Taubira. L'auteur de cette phrase sait de quoi il parle : Jean-Pierre Chevènement, a démissionné trois fois d'un poste ministériel, deux fois sous Mitterrand, une fois sous le gouvernement de Lionel Jospin. Jusqu'à quel point faut-il mettre ses convictions dans sa poche quand on est ministre ? Comment concilier éthique de conviction et éthique de responsabilité ? Il est aussi question dans cette émission de sécurité, nation et laïcité.

Derniers commentaires

On peut s'étonner de constater que pour décrire la nouvelle idéologie qui sous tend la politique actuelle, Mr Chevènement se réfère, à travers une citation du politologue et philosophe Americain Mark Lilla, à une vision politique du philosophe Hobbes ... ce dernier étant la référence sur lequel s'appuie un des principaux idéologue de Daesh, Bakr al-Naji pour asseoir sa "gouvernance par le chaos" qui s'imposerait comme "la seule alternative" ....

(voir wikipédia Daesh entre autre; des idées ou expressions qui, au passage semble donc plus inspirées du monde anglo saxons et des lumières ecossaises que des ombres religieuses du croissant et de l'étoile verte... )

Chacun pourra intégrer cette remarque à une réflexion globale comme il le sent ...
Chevènement ou le racisme républicain de gauche
Je suis en désaccord total avec Mr Chevènement sur l'intervention Française au Mali . Néanmoins je trouve son opinion en accord avec son passé de sous-lieutenant de SAS en Algérie
Bonjour, soit j'ai pas appuyé sur le bouton envoi, soit mon message a été effacé ?

Dans le doute je reposte mon message.
Si c'est le coeur lourd qu'on se résigne à démissionner, c'est toujours le coeur léger par contre que l'on rallie un gouvernement social traitre comme on dit.
Quand il y a un tournant inattendu comme un 81, la démission, tout ça, ça peut se comprendre et être considéré comme louable.
Mais quand une ministre rejoint un gouvernement dont on sait d'avance ce qu'il fera une fois au pouvoir, c'est à dire des politiques injustes et inefficaces, des politiques réactionnaires et néo libérales servant uniquement les intérêts des riches et des puissants, et validant les idées de la droite et de l'extrême droite, la question à se poser c'est pourquoi l'avoir rejoint au départ ??? Ce n'est pas comme si Hollande n'avait pas annoncé la couleur, et une telle démission n'a rien d'honorable alors qu'elle a cautionné tout ce qui s'est passé entre temps et alors que c'était largement prévu.
Les deux situations sont totalement différentes, et l'invitation de Chevènement n'a strictement rien de pertinente, d'autant qu'il donne lui aussi des gages à ce gouvernement et à leurs politiques réacs et criminelles.
Pour répondre à Daniel Schneidermann. Pourquoi s'embourber aussi profond dans la déchéance de nationalité? C'est un chiffon rouge... Un arbre bien scandaleux qui cache la foret de mesures autoritaires et liberticides qu'il y a dans la constitutionnalisation de l'état d'urgence.

cheers
Chevènement pour contrebalancer Médine, la ficelle est un peu grosse.
Les fondamentaux sont aux terrorisés ce que les fonds baptismaux sont aux assoiffés.

Le retour aux fondamentaux le plus sûr est le rétro-accouchement.

Fondamentalement, en matière de société, un fondamentaux (il n'y a pas de singulier) se définit comme un axiome disant que l'avenir n'a d'avenir que s'il est exactement la reconduction du passé.
Comme ça, au passage et en ne sachant pas si ce qui suit déjà été dit :

La bonne éducation pour un homme (j'en suis un, enfin j'essaye) consiste à ne pas tendre la main à une femme pour la saluer mais à attendre que celle-ci vous tende la main.

Refuser une main tendue c'est encore autre chose. Je connais aussi quelques obsessionnels (il ne s'agit pas des "maniaques" de la propreté limite "phobiques" qui utilisent des lingettes désinfectantes à tout bout de champ) qui développent des stratégies subtiles pour ne serrer la main de personne.

Je ne parle pas du refus de poignée de main qu'a essuyé NS à son premier salon de l'agriculture...
Je trouve qu'on fait de très imposantes montagnes avec pas grand chose...

Par ailleurs puisqu'on y est j'ajoute qu'on ne fait le baisemain qu'à une femme mariée. Je crois que ça valait le coup d'être rappelé.

Bises à plus
Un retour au fondamentaux, voilà qui fait du bien !
ralala quel ennui ces vieux politicards du système, ils ne bougent pas d'un poil, c'est triste à mourir. Mais Daniel, vous avez fait les fonds de tiroirs ? pffff Je vous suggère d'autres penseurs qui pensent neuf : Julien Coupat et Eric Azan, non ? ça ne vous dirait pas ? moi si, beaucoup, alors à quand ?
C'est toujours le coeur lourd que...
L'on revient d'une manif contre l'état d'urgence où il y avait beaucoup de têtes chenues et quelques unes de réputation locale (Raymond Avrillier et Monique Vualliat entre autres) .

La désagréable sensation d'être revenu presque cinquante ans en arrière, quand on défiilait contre Franco et Pinochet.
Mais nous étions alors si nombreux !
Mais ce n'était pas chez nous, là devant notre porte.
Bien déçu de Chevènement...

Pour lui la déchéance de nationalité est une mesure "normale" par les temps qui courent...

Alors qu'il lui suffirait de dire qu'on n'aurait jamais dû en arriver à avoir ce genre de débat, car il n'y aurait sans doute pas eu d'attentats en France en 2015:
- si la France avait suivi une politique étrangère raisonnable (que Chevènement lui même défend) en n'allant pas en guerre en Irak, en Libye, en Syrie, ...
- si la France avait une politique sociale raisonnable qui ne laisse pas à l'abandon des territoires de la République (la banlieue)

On retrouve de façon surprenante Chevènement qui défend le Premier Ministre Valls, décrit comme un monsieur très débordé qui n'a pas la vie facile en ce moment.
Pourtant Valls est l'un des responsables des attentas pour avoir mener une politique irresponsable (ainsi que Sarkozy, Hollande...).
Pourtant Valls fait voter ses lois de plus en plus liberticides.
Pourtant Valls a une politique opposée à celle préconisée par Chevènement : pro-Otan, pro-Euro, pro-libéralisme qui nous mène visiblement dans le mur.

Je ne comprends pas.
Bon je viens d'arriver au bout de 30 minutes de Ouaf ouaf ouaf ouâââf ouaf ouaf oua ouaf ouââââââf
et ça me pèse, ça me pèse, j'ai l'impression de m'être pris les pieds dans du béton, ou d'avoir ouvert une porte donnant sur une impasse menant aux années d'avant les années septante.

Si certaines analyses sont bonnes comme celle sur la guerre d'Irak, on se demande de quel droit traiter la Corse avec autant de préjugés. Si la France abrite en son sein une population contre laquelle elle a tant de réticences, pour quelle raison tiendrait-elle à la conserver?
Lorsqu'on lui demande son avis sur Taubira, c'est un hautain "Ouaf ouaf Je ne comprends pas ouaf ouâââf"
Lorsque Daniel Schneidermann lui pointe le discours de Madame Taubira sur notre asservissement à daesh, c'est "Ouaf ouaf je ne vois pas en quoi ce serait uen victoire de daesh ouaf ouâââf" : pour lui ouvrir les yeux, si passer son temps à évoquer de futiles et inefficaces mesures législatives concernant la nationalité d'une poignée de barbares, n'est pas concéder à daesh un changement de notre modus vivendi, alors que lui faut-il de plus!!!

Courage, je reprends...
Faire la liste des trahisons socialistes, voir de la gauche sous toutes ses formes, écolo qui ne parle jamais d'écologie, extrême (FDG, NPA, ATTAC) qui regardent ailleurs quand le droit du travail est en cours de destruction.
Arrêter de me plaindre, de discourir, agir peut-être !
Oui, c'est cela, agir...!
Je n'ai pas pu regarder plus de 5 minutes,tellement Chevènement est imbu de lui-même!
Selon lui,Christiane Taubira a démissionné pour de mauvaises raisons:
la déchéance de la nationalité.J'hallucine.
Hier sur LCP:
http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/guerre-mensonges-et-video,48944043.php
suivi d'un débat.
GW Bush, Cheney , Rumsfeld criminels de guerre qui ne seront jamais jugés; Chevènement, Villepin, Muselier n'ont pas été à leur botte, à la différence d'un Sarkozy ou d'un Hollande très empressés à satisfaire les désirs des néocons, voire à les devancer.
[quote=Sandy]le sujet de l'émission traite de la politique politicienne, il n'a aucune intérêt

Bon... ben... j'avais pas envie mais je vais quand même essayer...

--
Bon je vais la regarder cette émission, bien que j'ai déjà lu le rapport du premier acte et il ne m'encourage pas trop à aller écouter de vive voix quelqu'un me dire que la déchéance de nationalité est une décision logique, comme si un agriculteur dont les récoltes sont bouffées par les corneilles décidait de déchoir ces oiseaux de leur espèce et penserait s'être ainsi conforté et protégé, et que cela servirait de leçon aux corneilles.

Et puis ça me fatigue ces vieux sages qu'on ressort à la moindre occasion pour nous faire la leçon. La France n'a t elle que des has-been. Bon il est vrai que si je comprends bien l'idée de Daniel Schneidermann et de son équipe c'était inviter le mec qui a le plus démissionné de sa catégorie pour savoir comment ça fait et apparemment ça ne se faisait pas autrefois par tweets interposés.

Mais quand je vois l'âge moyen des politiques de gauche en Espagne et que je remet le binoscope sur la France, j'ai l'impression d'arpenter Lascaux.

Cela dit, je la regarderais cette émission ne serait-ce que pour entendre les questions.
J'ai arrêté l’émission au bout de 5 min trop déçu par un Schneidermann qui pose pas les bonnes questions et laisse Chevènement défiler sa pelote tranquillement. Chevènement trouve normal de constitutionnaliser la déchéance de nationalité pour les terroristes sans voir l’énorme gouffre que cette disposition ouvre sur les dérivés possibles.. Et cela n'a pas trainé ,Valls veut d'ores et déjà étendre cette déchéance aux crimes et délits les plus grave... Par petits bonds, on va pourvoir déchoir pour un stationnement interdit..
D'autant plus que Chevènement le dit lui même , "cette mesure ne sert a rien". Mais faut la faire quand même, pour le symbole. Affligeant d'en arriver a une tel niveau de bêtise . Ça dépasse l'entendement, c'est du niveau d'un Kafka..

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je ne regarde même pas une minute, pourquoi écouter un félon, un traître radoter ses inepties, marottes......Quand on ne gouverne pas, on peut toujours rêver, émettre des analyses utopiques non vérifiables....facile de démissionner et fuir la réalité en abandonnant ses amis, une équipe....
Un seul mot, trahison !
Quel pro ce Daniel Schneidermann !

À 14'54

- Il m'a fait cette réponse que je garde pour moi, si vous le permettez
- Il y a prescription
- Alors, je vous le dis

Y'a pas à dire, journaliste, c'est un métier.
triste que cet homme qui se veut un grand républicain ne comprenne pas que ce qui est en jeu dans cette histoire de déchéance c'est l'unité, on ne fait pas le tri entre les français, et qu'ils le veuillent ou non ces terroristes sont français.. à nous de l'assumer
il ne s'agit justement pas de nier la nation
Je sais que la critique est facile et l'art difficile...

Mais pour le coup, M. Scheiderman, vous avez été à peine plus pugnace que Pujadas quand il interview une "personnalité importante".

Sur la déchéance de nationalité, vous laissez Chevènement vous mener en bateau, sans jamais oser le contredire:
- en lui rappelant, par exemple, que la définition de 'terroriste' n'est pas objectif mais politique: est terroriste tous ceux que le gouvernement considère comme tel.
- en lui demandant s'il est judicieux de modifier la constitution pour une mesure que tous savent inutile
- en lui demandant ce qu'un gouvernement de droite extrême pourrait faire d'une telle mesure

Bon, je comprends que vous ne vouliez pas non plus braquer votre inviter d'entrée de jeu, mais le résultat est que vous êtes comme tous les journalistes que vous critiquez.
J'ai été un peu méchant. Sur les autres sujets, vous avez su faire preuve de pugnacité. Mais vous n'avez pas réussi à le mettre en difficulté sur aucun sujet, et pourtant Chevènement se permet de romancer un peu certains épisode de sa vie politique. Par exemple, il était clair que sa démission du gouvernement Jospin n'avait qu'un but: concourir plus librement en 2002. La Corse n'était qu'un prétexte. Pour un homme qui reproche à Taubira de démissionner sur sujet 'mineur' à ses yeux, c'est bien le comble.
Peut-être que le but n'était pas de le mettre en difficulté ? De toute façon, Chevènement est beaucoup trop vieux, et il n'a pas de parti : il est hors du jeu politique.

Il y a des interviews-combat de boxe, et il y a des interviews-questionnement.

Quant au fait que la démission de Taubira se fasse sur un sujet mineur, je suis d'accord : le parti socialiste a perpétué la politique libérale et anti-sociale du gouvernement précédent (qu'on pense au TAFTA, aux nouvelles coupes budgétaires, au grignotage du droit du travail, aux cadeaux pharaoniques aux patrons), et le seul désaccord qui importe à Taubira est la déchéance de nationalité d'une dizaine de terroristes ? C'est pathétique, presque choquant si l'on pense que Taubira se prétend de gauche.
Je ne suis pas d'accord avec la politique du gouvernement, mais il est difficile de savoir à quel point ils ont vraiment des marges de manoeuvre sur le plan économique. Quand on voit comment ceux qui ont essayé de faire quelque chose de différent (par exemple Siriza) se sont fait brisés en moins de 2, je ne suis pas sur que Hollande & co ont beaucoup de choix. C'est plus facile de critiquer bien au chaud derrière nos claviers avec des "yaka" et de hurler à la trahison que d'être aux commandes et de subir les pressions de toute part.

Mais sur la question de la nationalité, la seule pression vient de la peur d'affronter la droite sur un plan idéologique. Ce qu'a fait Taubira. Et ce que refusent de faire Hollande et Valls. Et c'est loin d'être un sujet mineur. C'est même là dessus que ce joue la principale différence gauche/droite.
La France est le 6ème pays le plus riche du monde, donc ça ne se passerait pas comme Syriza déjà pour cette seule raison. Les leviers que les autres gouvernements ont pu utiliser contre la Grèce ne pourraient pas fonctionner avec la France.
Si la France quitte l'Euro c'est la fin de la zone euro, là où la sortie de la Grèce de la zone euro aurait pu être absorbé facilement.
Si la France subit une grave récession économique, c'est tout l'UE, et au delà qui subiraient le même sort.
Enfin la dette de la France est considérablement plus importante, ce qui signifie que le levier que l'on peut utiliser contre les créanciers est bien plus efficace.
Le seul changement de politique de la France change déjà complètement le rapport de force en UE. Tant que l'Allemagne et la France imposent ensemble l'austérité, c'est certain que c'est une force considérable à affronter., si l'un des deux pays change de politique le rapport de force bascule instantanément.

Donc s'il y a bien un pays où une alternative Syriza peut fonctionner, à condition d'avoir des couilles évidemment pour assumer toutes les conséquences derrière, et bien c'est bel et bien en France.
La France est le 6ème pays le plus riche du monde, donc ça ne se passerait pas comme Syriza déjà pour cette seule raison. Les leviers que les autres gouvernements ont pu utiliser contre la Grèce ne pourraient pas fonctionner avec la France.

Je n'en suis pas aussi sûr. La France est loin de se suffire à elle-même et le rapport de force n'est pas aussi favorable à la France que vous le pensez. Même si, je vous l'accorde, ce n'est pas une raison pour ne pas essayer de changer les choses.
Ce n'est pas une question de se suffire à elle-même, mais une question de la force des leviers qu'ils ont utilisé et que le gouvernement français pourrait utiliser, qui sont soit dilués soit décuplés en raison des caractéristiques du pays.
Je ne dis pas que le rapport serait favorable, bien sûr qu'il serait défavorable. Mais il serait quand même beaucoup plus équilibré que la pauvre Grèce face à toute l'UE, et notamment face à la domination conjointe de la France et de l'Allemagne.
Il me semble quand même préférable de partir d'une position plus équilibrée afin d'espérer renverser le rapport de force, plutôt que de partir d'un rapport de force totalement déséquilibré. Je pense que s'ils ont été aussi violents vis à vis de la Grèce c'est justement parce qu'ils ne voulaient pas que l'alternative qu'ils incarnaient inspirent des gens dans d'autres pays, et notamment des pays comme l'Allemagne et la France, et ils avaient évidemment aussi en ligne de mire l'Espagne, voyant se pointer Podemos dans le même registre. Un peu comme quand un opresseur cherche à étouffer rapidement et mâter violemment tout départ de révolte pour éviter que cela ne s'embrase en révolution.

Je pense sincèrement que l'exemple grec peut être une bonne leçon et que cette leçon n'est pas dutout qu'il n'y a aucune voie possible dans le rapport de force à l'intérieur de l'UE.
L'idée que la principale "différence gauche/droite" serait liée à la question de la nationalité ne tient pas debout. Historiquement, la gauche défend une version progressiste et matérialiste de la société, et elle est censée défendre le monde du travail. La nationalité n'entre en rien dans tout cela.

La présentation de Taubira comme "icone de gauche" est une vaste opération d'enfumage de la part d'une deuxième gauche qui se contente de combats moraux et sociétaux, et qui essaie de maintenir son hégémonie médiatique actuelle.
Et je rajouterais comme argument important contre la déchéance de nationalité qu'aurait du opposer D. S. à Chevènement :

La RECIPROCITÉ. Imaginons un pays étranger qui appliquerait une telle mesure : qu'est-ce qu'on penserait si un terroriste binational franco-X né et vivant dans le pays X, accusé de terrorisme et déchu de sa nationalité X, serait expulsé vers la France ?

De quel droit pouvons-nous envoyer un terroriste vers un autre pays si ce terroriste est né et a grandi dans le notre ?? Quel beau cadeau pour l'autre pays !!!

C'est d'une telle absurdité, et une manière de fuir ses responsabilités de pays responsable, au moins en partie, de la construction de ce terroriste.

Sur la déchéance de nationalité, vous laissez Chevènement vous mener en bateau, sans jamais oser le contredire:

- en lui rappelant, par exemple, que la définition de 'terroriste' n'est pas objectif mais politique: est terroriste tous ceux que le gouvernement considère comme tel.



Ben là c'est à vous qu'il convient de rappeler certaines choses : en France, il y a une règle à valeur constitutionnelle inscrite dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 qui s'appelle la "légalité" des délits et des peines (art. 8 de ladite déclaration). Quand c'est "légal", c'est donc une loi, donc c'est le Parlement qui décide, et non le gouvernement. Pour le terrorisme, il y a donc un article du code pénal qui définit ce que c'est (art. L. 421-1 du code pénal).
Quant à l'interprétation de la loi, elle n'est pas laissée à la discrétion du gouvernement, mais à celle des juges judiciaires.
Justement, ce fameux article 8 ne permet à la loi que d'établir des peines "strictement et évidemment nécessaires". Une peine qui est inutile (comme la déchéance de nationalité) est donc anticonstitutionnelle.

Quant à votre phrase: "donc c'est le Parlement qui décide, et non le gouvernement." elle est complètement ridicule quand on sait comment fonctionne réellement la 5ème république.
Et sinon c'est toujours le coeur léger qu'ils rallient des gouvernements sociaux-traitres ???
Quel vieux cabotin ! Même quand il dit quelque chose d’intéressant son égo prend toute la place....et il dit pas grand chose d'intéressant.
Je signale à monsieur chevènement que de nombreux juifs pratiquants ne serrent pas la main des femmes, notamment les étudiants en talmud qui, de plus, n' ont pas le droit de regarder une autre femme que la leur...

celà le choque-t-il également ou garde-t-il son désaccord aux seuls musulmans?
@ @si, le sujet de l'émission traite de la politique politicienne, il n'a aucune intérêt.
C'est une rediffusion de quelle année ?

Oups, désolé, je croyais qu'il était mort. Toutes mes excuses...
Des questions sur son appartement social ?
Franchement déçu de ce Chevènement qui ce fait le défenseur des dérives droitières du gouvernement socialiste, c'est indigne et navrant. Bonne émission malgré tout.
Taubira, une échappée, peut-être ... mais trop tardive!
Beaucoup trop tardive!!!!
retour du bon Daniel !un invité,un vrai,et une emission courte mais instructive
J'ai une question, après la minute 4 lorsque Chevènement trouve que la déchéance de nationalité est une bonne idée.
Une fois que ces gens ne sont plus français...surtout si ils ont une double nationalité...comment fait-on pour appliquer la loi française?
Pour qu'un autre pays ne les récupère pas et qu'ils continuent leurs œuvres tranquillou?
Je me goure-je sans doute mais j'ai du mal saisir un truc.
[...] Il est aussi question dans cette émission de sécurité, nation et laïcité.
OUF !!
Je passe mon tour sur ce coup là.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.