136
Commentaires

Charlie Hebdo, entre deuil et combat

Pour l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015 - Charlie Hebdo, Montrouge, l'Hyper Cacher -, Charlie Hebdo a publié un numéro spécial, entre posture de combat contre ses adversaires et célébration de ceux qu'il a perdus. Nous l'avons lu.

Commentaires préférés des abonnés

Un vrai petit canard satirique d'extrême droite, Charlie Hebdo, dis-donc.

En 2020, ce canard est plus que jamais le porte parole de la détestation des élites envers les Française.ses musulman.es.


A regarder les caricatures fachos de leurs contradicteur(...)

Bref, Charlie Hebdo est égal à lui-même, un journal bête et méchant mais pas drôle, un journal beauf croyant dénoncer la beaufitude,  un journal qui sous couvert "d'humour" donne dans les clichés racistes (mais c'est pour rire, hein) et diffame (...)

Sommer de choisir entre De Lesquen et Besancenot, entre Tariq Ramadan et Laurent Bouvet, entre Michel Onfray et Houria Bouteldja, entre Charb et Dieudonné ! 


Lamentable alternative.


 Je préfère Chauron à Val, Cavanna à Riss, Denis Robert à Ri(...)

Derniers commentaires

La machette pourrait être tendance, cet automne.

Insoutenable :

Aux questions du président, C. Deau répond :" Plusieurs otages parleront de l'agonie de Mr Cohen, entre 30 minutes et 1h. Le terroriste (Coulibaly) demandera à plusieurs reprises aux otages s'il faut l'achever car il fait trop de bruit". 

Arnaud Lançon tweete :
Soutien à Marika Bret qui, bien qu'étant sous protection policière depuis 5 ans, a dû précipitamment abandonner son domicile suite à des menaces jugées sérieuses. En France. En 2020.

Un dessin affligeant relayé par Mélenchon sur Twitter, qui lui vaut ce commentaire d'Arnaud Lançon (frère de Philippe) :

En ces jours de procès de Charlie Hebdo, ne pouviez pas laisser les morts en dehors de ce règlement de comptes, M. Mélenchon ?

J'ajouterai que cette très mauvaise caricature qui fait parler les massacrés de CH, leur fait tenir des propos qu'ils auraient réfutés, puisque les 3 caricaturés (Valls ?, Fourest, El Rhazoui), sont des soutiens du journal.

Le leader de la FI s'enfonce chaque jour un peu plus profondément.



  La bourgeoisie préférera un toujours un « hitler » a un « front populaire ».

La première médiathèque à porter le nom de Cabu, a ouvert à Boussy-Saint-Antoine.

L'image affriolante de la démocratie turque :


Zineb El Rhazoui, répondant à Darius Rochebin, en conclusion de son interview sur LCI :

D.R. : Le rire malgré tout quand on est, comme vous, menacée comme ça au quotidien...

Z. E. R. : La vie est toujours plus forte que la mort, et malgré le quotidien que je vis, je suis contente d'être dans ma tête beaucoup plus libre que ceux qui me menacent.


A opposer à ce tweet de Idriss Sihamedi, président de Baraka City :

Parce que personne, ni même les lois, pourront enlever cette croyance, cette idée que mourir martyr est la plus belle chose dans la vie d’un croyant et que combattre l’oppression et l’injustice est un devoir. C’est ce qui nous diffère d’eux : Aimer la mort comme ils aiment la vie. 

Al Qaïda est finalement sortie de sa réserve, annonçant que "l'attentat contre Charlie n'était pas un évènement ponctuel" dans une de ses publications et ajoutant «Si votre liberté d'expression ne respecte aucune limite, préparez-vous à vous confronter à la liberté de nos actions».


Espérons qu'une enquête soit vite ouverte pour déterminer quels intellectuels français sont responsables de cette soudaine radicalisation (je soupçonne Beaumarchais, Voltaire et le marquis de Sade).

Mais quand est-ce que tout ça va enfin s'arrêter ?



Récit émouvant du procès par Médiapart : https://www.mediapart.fr/journal/france/100920/proces-des-attentats-de-janvier-2015-les-survivants-de-charlie-hebdo-racontent-l-indicible?page_article=1?page_article=1&userid=5e7d1ddd-d93d-4457-a319-798a3e3f287b

Lors de ce procès, Richard Malka interrogeant Riss rappelle que Rokhaya Diallo et d’autres avaient signé une pétition pour fustiger Charlie Hebdo, l’accusant de tous les maux, cela au lendemain d’un incendie criminel (année 2011) subi par la rédaction.

Cette tribune parue sur LMSI, était titrée plaisamment : Pour la défense de la liberté d'expression, contre le soutien à Charlie Hebdo.

Aux côtés de Rokhaya Diallo, se signalaient également, pour les plus connu(e)s, Houria Bouteldja, Christine Delphy, Sylvie Tissot, Olivier Cyran, Thomas Deltombe, Sébastien Fontenelle et Pierre Tévanian.

Toutes et tous né(e)s avant la honte.

Aujourd'hui, ce sont Riss et Patrick Pelloux qui ont dû témoigner de leur calvaire.

Sur Twitter, Charlotte Piret et Sophie Parmentier, journalistes à France Inter, rendent compte de leurs récits bouleversants (faible mot pour qualifier ce qu'ils ont vécu).


Fabrice Nicolino, journaliste survivant de Charlie Hebdo, s'emporte au procès des attentats lorsqu'il parle de leur vie d'assiégés. Il fustige ceux qui ont "sali" la réputation du journal et qui ont "préparé le terrain" à l'attentat:  "Je vous déteste, je vous vomis". 

Procès, 6e jour :

Le président : "voulez-vous être assis ?" Simon Fieschi, qui marche avec une béquille, répond : "je tiens à témoigner debout". Le président fait installer une chaise si besoin. Le témoignage sera éprouvant. Silence absolu dans la salle.


"Je tiens à témoigner debout". Cette phrase résume à elle seule toute la détermination de Simon depuis qu'il a été si grièvement blessé lors de l'attentat. La même détermination qui lui a permis, à force de volonté, de remarcher (Arnaud Lançon, frère de Philippe).

Aujourd'hui, les rescapés ont décrit l'horreur.

La journaliste de France Inter Charlotte Piret fait le compte-rendu d'audience sur Twitter.


Deux extraits du témoignage de Corinne Rey (Coco) :


Je crois que les coupables, je les avais en face de moi le 7 janvier. J'attends que justice soit faite. Je sais qu'ici c'est la loi des Hommes qui règne et pas la loi de Dieu comme les terroristes le voulaient. Alors je fais confiance à la justice. 


Les coupables ce sont les terroristes et leurs complices. Et puis dans la société, il y a des gens qui baissent leur froc devant une idéologie. Si j'ai voulu parler à ce procès c'est parce qu'il y a aussi un problème de société et j'ai voulu pouvoir le dire ici." 

ce qui me gêne le plus dans Charlie ce ne sont pas les caricatures anti religieuses mais les écrits, les éditos  interventionnistes armés et les positions contre le mouvement social (la ligne Val Fourrest). Quand Charlie reproche à ceux qui ont émis des réserves au soutien  après les attentats de faire le jeu des assassins, il se met dans la même position en ne soutenant pas inconditionnellement D Obono face aux ignominies de VA. Ce qu'exprime le raccourci (maladroit parce que raccourci) de Mélenchon.


Réussir à confondre la laïcité avec l'athéisme... 

Depuis Philippe Val ce journal est Vallsiste

Ce qui m'étonne, c'est après avoir peint et traité les musulmans en "non-humains à abattre" depuis fin 2001, on se soit étonné que 15 ans après, certaines conséquences insupportables en résultent et pire, que la société étant devenu un "site de stockage d'hydrocarbure", qu'il y en a qui ont trouvé marrant d'y lancer des feux d'artifice.

La négation d'un danger ne l'a jamais fait disparaitre et balancer des conneries pour le conjurer n'est pas très malin.

LA question est: 

Qu'est ce qui aveugle à ce point?

Aussi, je vais être iconoclaste.

Ces types sont morts? Paix à leur âmes! (pour ceux qui y croient)

Pour ma part, ce sont des victimes de guerre. 

Guerre qu'ils ont aussi mené en troufion, dans leur secteur (propagande), avec leur moyens, peut être plus ou moins à l'insu de leur plein gré - comme beaucoup.

Ils ont une place sur le Monument aux Morts de cette putain de guerre; mais je me demande si c'est bien "Mort pour la France" qu'il faut inscrire.



C’est HYPERCACHER, avec un C.

L’attaque contre Virginie Despentes remonte à février dernier. Après son texte à propos des Césars, certains sont allé déterrer ce texte de 2015, pour en sortir un extrait en oblitérant que cette amour universel qu’elle décrit est celui du traumatisme psychologique. Mais surtout, son texte est éminemment féministe et termine sur une question que je vois que personne ne l’a vite répondu : 

Quand et comment en finit-on avec votre merde de masculinité, qui ne se définit que sur la terreur que vous répandez ?

Sommer de choisir entre De Lesquen et Besancenot, entre Tariq Ramadan et Laurent Bouvet, entre Michel Onfray et Houria Bouteldja, entre Charb et Dieudonné ! 


Lamentable alternative.


 Je préfère Chauron à Val, Cavanna à Riss, Denis Robert à Richard Malka... J'imagine que ça fait de moi un soutien indéfectible à l’État Islamique ? ou à la promotion hystérique du sanglot de l'homme blanc ? Laure Daussy me dépeindrait en cruel bisounours ?


Je pleure les victimes passées et futures, toutes, qui auront été sommées, contre leur gré, de changer leurs convictions pour de sordides raisons.

Bref, Charlie Hebdo est égal à lui-même, un journal bête et méchant mais pas drôle, un journal beauf croyant dénoncer la beaufitude,  un journal qui sous couvert "d'humour" donne dans les clichés racistes (mais c'est pour rire, hein) et diffame ceux qui, à gauche, défendent des valeurs plus humanistes.


C'est pourquoi je n'ai jamais été Charlie. 


Dommage, car le combat contre les religions, contre la bêtise humaine, contre l'extrême droite doit être mené ; l'humour osant se moquer de tout, même des sujets les plus noirs, tout ça c'est très louable. On devra donc se contenter du Canard Enchaîné et quelques autres titres réellement satiriques.



Mais c'est le New York Times qui subit l'essentiel de ses foudres pour son traitement critique de la décision de republier 


Pour ce qui est du New York Times, il faut se rappeler qu'en 2015 il avait publié pas mal d'articles défendant plutôt Charlie dont un texte d'une éditorialiste regrettant qu'il n'ait pas publié les caricatures (mais toujours sans le faire), ou comment ménager la chèvre et le chou. 

Quant à son article sur leur republication, il ne me semble pas très critique de celle ci ou de Charlie, juste factuel sur le fait que "des détracteurs" le critiquent, et donne largement la parole dont le mot de la fin aux arguments de Charlie. Mais évidemment tout en restant non illustré (et après avoir entre temps mis en émoi le monde des caricaturistes Charlie en tête en cessant de publier le moindre dessin de presse).

Perso je comprend très bien qu'ils le traitent comme un symbole de l'hypocrisie générale de la presse anglophone ou de son attitude vis à vis de tout contenu pouvant choquer.


De leur liste, l'item que je trouve par contre nettement de trop est celui sur la pétition contre l'union sacrée.  Le reste c'est des gens en désaccord profond avec leurs idées et/ou qui sont effectivement allés très loin dans la critique, mais refuser de voir que la brochette de dictateurs et politiques autoritaires réunis par Hollande était une insulte aux engagements des morts plus qu'autre chose, on dirait qu'ils sont toujours possédés par l'esprit de Philippe Val.

Il y a un passage, dans la chronique du psychanalyste Yann Diener, titrée "La stupidité volontaire" (expression empruntée à Primo Levi), qui a particulièrement retenu mon attention.
Diener écrit ceci, à propos du déni :

Du fait de ma pratique de la psychanalyse, je suis familiarisé avec le déni et avec ses conséquences sur plusieurs générations. Mais je reste étonné, stupéfait même, par le déni qui opère collectivement, par exemple sur les tenants et les aboutissants du massacre du 7 janvier 2015. Pour le dire comme Primo Levi, qui parle d'accoutumance à la lâcheté, je ne m'accoutume pas à la cécité volontaire de ceux qui ne veulent pas voir dans ces assassinats un projet politique, et qui, pour fermer les yeux, sont prêts à nier tout ce qui s'y rapporte, jusqu'aux droits des femmes chèrement acquis par leurs propres parents.
Pour une lecture complète de cette chronique, et de l'intégralité du contenu de Charlie, achetez-le avant que les numéros de la réimpression soit de nouveau épuisés.

Et selon la formule consacrée : "Si vous ne pouvez pas l'acheter, volez-le !"

Ne trouveront de haine dans ce numéro que ceux qui l'ont au cœur, et qui voient l'extrême droite partout, à l'instar des inquisiteurs traquant l'hérésie. Les autres apprécieront le très bon (l'article sur l'humour anti-religieux dans les pays musulmans) et passeront sur le moins convainquant (Lançon, moins inspiré que d'habitude).

Un vrai petit canard satirique d'extrême droite, Charlie Hebdo, dis-donc.

En 2020, ce canard est plus que jamais le porte parole de la détestation des élites envers les Française.ses musulman.es.


A regarder les caricatures fachos de leurs contradicteurs, à lire les éructations de El Razoui (elle qui veut qu'on tire sur la banlieue) et sa clique depuis une semaine, on pourrait croire que Plenel, Obono, Mélenchon et Despentes ont commandité les attentats de Charlie Hebdo.

Tout ça pue la haine, c'est à vomir.

"Tout ça pour ça". En effet...

Ce qui est à vomir, c'est votre message car question amalgame... Et ce dès la première ligne.

Mais c'est votre fond de commerce, avec écriture inclusive évidemment. 

J'adore le terme "contradicteurs"... c'est vrai que ces gens dit de "gauche" n'ont rien dit ou écrit de blessant ou d'insultant pour le journal et les victimes... Et je préfère le Mélenchon qui rendait hommage à Charb à celui qui a fait un tweet débile qui profite surtout à VA.

Alors oui, je ne me reconnais pas toujours dans "Charlie", je suis souvent en désaccord avec les éditos de Riss et Biard, je n'ai pas aimé qq caricatures de ce numéro mais ce journal reste une bouffée d'oxygène alors que la gauche se perd dans des dérives communautaristes pour le plus grand profit du pouvoir et de ses meilleurs ennemis d'extrême-droite.

En 2020, Charlie Hebdo et Macron ont les mêmes ennemis : la contestation sociale, la lutte anti-raciste et contre la violence d'Etat, les sciences sociales, la religion musulmane et la presse indépendante de gauche.

Ce magazine n'est plus depuis longtemps l'idiot utile du pouvoir autocratique autoritaire français, il en épouse désormais tous les affects. Lui aussi pourrait parler d'ensauvagement et de séparatisme tant il a décliné ces concept foireux dans ses pages.

Mais il a fait mieux que ça, il a republié les caricatures du journal d'extrême droite, tralalère.

Peut importe les guerre d'Irak, peut importe les assassinat ciblés, les drônes, les guerres d'occupation en Orient ; l'alfa et l'oméga de la liberté : montrer Mahomet avec une bombe sur la tête.

Avec tout, je n'ai pas trouvé du temps pour haïr qui ce soit, tiens.

Tout ça pour ça...

Désolé pour les fautes...

Allez, le même, relu et enrichi.


En 2020, Charlie Hebdo et Macron ont les mêmes ennemis : la contestation sociale, la lutte anti-raciste et contre la violence d’État, les sciences sociales, la religion musulmane et la presse indépendante de gauche.

Ce magazine n'est plus depuis longtemps l'idiot utile du pouvoir autocratique autoritaire français, il en épouse désormais tous les affects. Lui aussi pourrait parler d'"ensauvagement" et de "séparatisme" tant il a décliné ces concept foireux dans ses pages.

Mais il a fait mieux que ça, il a republié les caricatures du journal d'extrême droite Jyllands-Posten, tralalère.

Peu importe les guerres d'Irak, peu importe les assassinats ciblés, les drones, les guerres d'occupation en Orient ; l'alfa et l'oméga de la liberté, c'est dessiner montrer Mahomet avec une bombe sur la tête. Et tant pis pour les musulman.es. Tant mieux même !

Le plus grand tour de magie sociologique du 21e siècle, en France, c'est Charlie qui l'a réalisé : dire à tous qu'on est de gauche pour offrir une xénophobie pour tous.

Avec tout ça, je n'ai pas trouvé du temps pour haïr qui ce soit, tiens.

Tout ça pour ça...

"il a republié les caricatures du journal d'extrême droite Jyllands-Posten" 


Vous faites bien de le rappeler, on oublie toujours ce détail de l'histoire.

Ah ? Ce n'est pas ce que dit Wikipedia.


Jyllands-Posten est l'un des principaux quotidiens danois, et le principal quotidien conservateur du pays. 

 

(...) Le journal est aujourd'hui de tendance libérale-conservatrice.


Après bon, comme Judith Weintraub vient de le démontrer il n'est pas besoin d'être classé à l'extrême-droite pour donner dans l'islamophobie.

Peut être le dessinateur des caricatures? J'avais gardé en mémoire quelque chose de ce genre, c'est pourquoi j'ai approuvé sans vérifier l'affirmation d'Olivier. 


Sinon, vous avez raison d'observer que la tendance "libéral-conservatrice" se rapproche dangereusement de l'ED

«Le journal est aujourd'hui de tendance libérale-conservatrice»


Oh, on dirait la description de Valeurs Actuelles…

Wikipedia emploie "droite ou extrême-droite" pour VA :


"Sa ligne éditoriale libérale-conservatrice se radicalise en 2012 avec l'arrivée d'Yves de Kerdrel à sa tête. Le titre est classé à droite ou à l'extrême droite de l'échiquier politique."


Mais après avoir regardé ce qu'ils disaient pour Le Point, 


"Traditionnellement classé au centre-droit"


(très droit... alors)


Je veux bien reconnaitre que Wikipedia (ou ce que dit la grande presse sur elle même que Wikipedia reprend), n'est pas toujours la meilleure référence sur ce genre de classement. :)

D'où ma remarque, liberaux-conservateurs c'est comme ça qu'eux mêmes se présentent. Ces qualificatifs sont de toute façons très subjectifs, une ligne éditoriale varie en effet, un journal peut avoir divers courants en son sein, et ça dépend grandement de la personne qui pose le jugement, de ses idéologies et du sens qu'on donne à ces termes très polysémiques.


Après je ne connais rien de Jyllands-Posten hormis la fiche wikipedia, sans une analyse sérieuse de quelqu'un connaissant bien le sujet c'est difficile de se faire un avis. Toutefois vous avez raison de préciser ce point, extrême-droite ou pas, après de très rapides recherches, on se situe plus quelque part entre le Figaro, le Point et Valeurs Actuelles que dans du Minute ou Rivarol.

Mais c'est un florilège ! Macron et Charlie, même combat maintenant !

Et vous ressortez le vocabulaire de base "l'idiot utile" sans compter l'inévitable "ensauvagment".

C'est fou que les gens qui ne lisent jamais Charlie soient si bien informés de son contenu. C'est bizarre, je n'ai rien lu de tel. 

Et vous m'expliquerez le rapport entre les guerres d'Irak et les caricatures de Mahomet, sauf si vous avez une analyse à la Huntington évidemment. L'amalgame, toujours...

Alors votre conclusion...

10 lignes, pas un argument pour me contredire. Vous la construisez comment, votre respublica ?

Pardon ? C'est MOI qui doit fournir, selon vous, des "arguments" et qui abuse de "l'argument d'autorité" ? Vous avez un sacré culot vues les contre-vérités que vous énumérez sur le contenu du journal : Charlie a stigmatisé la contestation sociale, la lutte anti-raciste, la religion musulmane, etc. ?

Je me souviens, entre autres, sur le dernier point, des articles sur les musulmans de Bayonne après l'attentat subi l'an dernier je crois. C'était sacrément à charge...

Ma République, je la construit sur des valeurs qui incluent la liberté d'expression qui consiste, entre autres, à pouvoir se moquer des religions, peu importe le "contexte", ou plutôt l'usage que vous en faites. Encore un point bizarre, je ne me souviens pas avoir vu bcp de caricatures concernant l'Islam avant ce dernier numéro. Mais puisque c'est selon vous leur grand fond de commerce.

Depuis une dizaine de jours, depuis le début du propices des complices présumé.es des terroristes de Charlie, le journal et ses soutiens affirment dans la presse que Plenel, Despente, Todd et Mélenchon ont du sang sur les mains, sont complices des tueurs. Les gens visés ne sont pas des extrémistes, ce sont des hommes et femmes politiques, des écrivains, des sociologues, ils ont usé de leur libre expression.

J'ai envie de vous demander : c'est quoi, cette accusation ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi cette violence ? Comment Charlie peut-il la mettre en branle sans succité de contestation ? 

Procès* ( propices ) satané correcteur.

satané correcteur


Satan n'existe pas Ni sur Arrêt sur images, ni ailleurs.


Comme il ne faut rien attendre d'Arrêt sur images, n'attendez rien. Que Satan.

Il ne faut pas lucifer le correcteur, c'est entendu.

"Depuis une dizaine de jours, depuis le début du propices des complices présumé.es des terroristes de Charlie, le journal et ses soutiens affirment dans la presse que Plenel, Despente, Todd et Mélenchon ont du sang sur les mains, sont complices des tueurs."


Ceci n'est pas un amalgame, non... 

Et orchestré par Charlie, évidemment...

Gardez vos idées reçues. On touche aux limites du dialogue.

Ok, je vais partir du principe que n'avez pas vu les liens suivants...
https://www.lepoint.fr/societe/me-richard-malka-la-situation-est-bien-pire-qu-il-y-a-cinq-ans-12-08-2020-2387585_23.php
https://www.lepoint.fr/editos-du-point/etienne-gernelle/plenel-et-despentes-la-gauche-anti-charlie-02-09-2020-2390062_782.php
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/zineb-el-rhazoui-je-ne-pardonne-pas-a-obono-plenel-despentes-ou-au-ccif_2133822.html

Et vous avez lu le dernier Charlie.

On touchera aux limites du dialogues quand on aura dialogué.

Sans vous commander, donc : que pensez vous de ces accusations envers Plenel, Despente, Todd et Mélenchon ?



Il est fort civil de la part de Charlie de s’intéresser aux musulmans de Bayonne. On a aussi envie de leur demander d'arrêter d'exciter depuis 15 ans celles et ceux qui s'en sont pris aux musulmans de Bayonne.

Vous parlez de dialogue et d'arguments mais vous êtes incapables de sortir de vos idées reçues et de vos mensonges que vous ressassez et visiblement je ne suis pas le seul à l'avoir remarqué... le tout appuyé sur trois citations extraites d'autres journaux que CH... Tu parles d'un argument.

Et c'est clair que "l'excité" de Bayonne était un lecteur de "Charlie" ! 

D'ailleurs vous sortez à cette occasion la bonne vieille "huile sur le feu" comme avant la tragédie de janvier 2015, "argument" alors repris en coeur d'une certaine gauche jusqu'à l'extrême-droite en passant par nos chers gouvernants.

allez bonne journée. 

J'espère que ce petit commentaire vous a fait du bien.

Ba c'est Olivier.


S'il n'insinue pas qu'un propos de Richard Malka soit responsable des attentats d'extrême droite en Allemagne, il est déjà au dessus de son niveau de nuance habituel sur ce genre de sujets, qui est à peu près celui que montre notre cher Ervé dans l'autre sens.

Ah, c'est méchant, ça. Mais bon, c'est le jeu.

Sinon, il en pense quoi, Malka, des attentats d'extrême droite en Allemagne . Allez, je sors.

J'en sais rien, remarque, mais il me semble improbable que l'ultra droite accélérationiste allemande responsable de ces attentats (un groupe décrit comme faisant surtout référence au manifeste de Brendan Tarrant, aux Corps Francs de la république de Weimar, à la mythologie guerrière germanique et aux discours de diverses organisations néo-nazies) se soucie beaucoup de ce qu'en pense un juif français de toutes manières.

Je ne sais pas non plus.

En revanche, je suis persuadé qu'il vaut mieux éviter de catégoriser ses adversaires autrement que par leurs propos.


Lol écrire ça après avoir caractérisé Charlie en ennemi de la contestation sociale, de l'antiracisme et des sciences humaines, sans la moindre citation (vu que ça aurait forcé à reconnaitre que la première affirmation est juste fausse, et les deuxième et troisième ne s'appliquent qu'à un tout petit courant des deux, qui s'oppose lui même à d'autres).

Malka est "un juif français", vous le définissez comme ça ? C'est tout ?

Lol, en effet.

(merci pour le coup de la citation. C'est tout le journal qui est parti là-dedans depuis longtemps)

Je parlais de comment les membres du groupe dont je parlais le définiraient très probablement (s'ils en avaient entendu parler, ce qui est d'une probabilité plus moyenne).

Vous supputez, mon ami :) 

Il est certes probable qu'ils n'auraient pas dit "français" mais "d'origine marocaine", plutôt. :)

ps : dire que les critiques des décoloniaux etc... par Charlie/Marianne sont démesurées limite délirantes parfois, par contre je suis d'accord, mais pourquoi toujours aller 20 fois plus loin que nécessaire

" 20 fois plus loin que nécessaire " est difficilement quantifiable :)

La seule question qui vaille est : est-ce vrai ou faux ?

Déjà donné mon avis là dessus.


S'il faut des liens j'en trouve :


Charlie a beaucoup soutenu le mouvements sur les retraites, sur le code du travail couvert plutôt positivement les gilets jaunes etc..   Première affirmation sur la contestation sociale clairement fausse.

 

A publié une réponse aux critiques de Manuel Valls sur la sociologie. Ils en critiquent certaines tendances, à l'occasion c'est tout, mais pas la sociologie en elle même (c'est par ailleurs un sujet assez peu représenté, pas plus de 10 articles en des années après avoir cherché sociologie sur leur site et éliminé ceux utilisant juste des formules comme "la sociologie de l'électeur de [insert parti]", encore moins sur les sciences humaines ; c'est bien plus le dada du Monde et de Libé de se méler de débats universitaires, et de Marianne de faire du rentre-dedans sur les SHS). 

Seconde affirmation plutôt fausse, si ils ont par contre une fâcheuse tendance à confondre universitaires défendant juste leurs thèses et purs militants politiques, les mélangeant et les catégorisant en prime n'importe comment, quand ils parlent des groupes auxquels ils s'opposent (comme les décoloniaux qu'ils rebaptisent allègrement indigénistes).


A évoqué plus d'une fois le racisme policier, et très souvent les violences policières, tradition 68arde oblige, publié des articles plutôt pro BLM etc... Donc faux pour anti-antiraciste ni pro autorité. 


A évoqué plus d'une fois l'horreur cachée des guerres occidentales, critiqué l'armée française quand elle étouffait une affaire de disparition de journalistes au Mali,  régulièrement défendu les kurdes, y compris lors de la trahison de Trump etc... 

Mais c'est vrai qu'ils parlent bien plus des islamistes ou critiquent des régimes islamiques sur les articles sur le Moyen-Orient, s'ils ne manquent pas de mentionner à l'occasion des crimes occidentaux c'est plutôt au passage. Donc je dirais plutôt vrai pour cette accusation (moins à fond atlantiste et guerrier que du temps de Val, mais toujours pas mal dans la dénonciation "d'ennemis de l'occident" en priorité).


Sont très très méchants avec tous ceux qu'ils considèrent comme "islamo-gauchistes" et décernent ce label (ou d'autres comme "indigéniste") à la louche. Tout à fait vrai, je dirais, si leurs adversaires le leur rendent bien niveau caricature des propos.

Vous touchez là le schizophrénie de cette affaire. Et merci d'avoir pris du temps pour écrire cette réponse.


Oui, il y a des écrits de gauche, de vraie gauche, dans Charlie, des éditos contre l'autoritarisme de l'Etat (1).


Mais pourquoi ?


A qui sont-ils destinés ?


Qui est censé croire la sincérité de ces papiers ? Res Publica ? Tant mieux pour lui, je comprends mieux le filet d'eau tiède qu'il nous a généreusement servi hier. "De droite moi ? Pas du tout, je lis Charlie !"


Comment lire ça sans sidération puisque le journal les annule avec ses provocations islamophobes, ses dessins de Plenel et Despentes qui vaudraient un procès médiatique à n'importe quel torchon facho ?


Du placebo, de fausses doses dose de social pour diplômé.e du supérieur qui a depuis longtemps fait sécession avec le peuple ?


Du verbe marxiste pour se donner l'illusion qu'on y croit encore ?


Comment imaginer que ce journal soit sincère quant il dépeint le monde comme un écrasement des pauvres mais que le moindre bout de voile ou de burkini fait renoncer aussi sec à la méthodologie de papa Karl ? On posera la même question à Marianne, d'ailleurs.


Quel Riss est sincère ? le chroniqueur social ou l'homme blessé qui passe son temps à attiser les braises ?


Je ne dois pas être le seul à penser qu'on ne peut pas provoquer les Français.es musulman.es depuis 15 ans, sempiternellement questionner leur patriotisme, accoler l'adjectif "douteux", "controversé" pour chaque expression musulmane et revendiquer dans le même temps un angle social. Ce cordon (anti) sanitaire revient à considérer que les Français.es musulman.es sont un problème avant d'être des victimes.


J'assume de rapprocher la logique politique de Macron et Charlie, justement. Quand Macron explique qu'on ne peut pas parler de violence policière dans un Etat de droit, il considère que ceux qui se font massacrer dans les manifestations ne font pas parti de son État de droit.

Pour Charlie c'est la même logique, il y a les bons damnés de la terre et les autres, ceux qui émergent depuis 10 ans et qui inquiètent les vieilles logiques paternalistes : les anti-racistes qui refusent que la gauche Charlie leur tiennent la cuillère, les intellectuels qui sortent des salons pour aller comprendre la rue, les décolonisateurs et tant d'autres nouveaux mouvements rafraîchissants.


Voilà, Carnéade, si on contextualise Charlie et se qu'il donne à voir de lui à travers sa communication et celle de tous ses soutiens médiatiques (sans parler de l'approbation de l'extrême droite des réseaux sociaux, qui ne lit sûrement pas le journal) les écrits dont vous avez donnés les liens ne sont pas crédibles.

(1). des écrits sociaux dont la presse ne se fait jamais écho. Trop fake, peut-être.

des écrits sociaux dont la presse ne se fait jamais écho. Trop fake, peut-être. 


Perso c'est ce discours que je trouve paradoxal sur un site de critique des médias.


Charlie, exactement comme ses ennemis voit ses propos déformés ou réduits au pire de ce qu'ils contiennent par la presse qui se situe dans son immense majorité plus à droite, et en minorité sert des courants de gauche hostiles à ses vues. 

Oui la presse ne "fait écho" qu'à ce qui l'arrange. Si le Point interviewe des Charlie (et plutôt Val ou Malka que ceux qui risqueraient de parler d'autre chose) c'est pas pour creuser le fossé entre eux et le reste de la gauche, pas pour qu'ils critiquent la réforme du code du travail. 

Au passage tout infâmes qu'ils sont à insister d'avantage sur Plenel et cie et dire du bien de toutologues droitiers comme Finkie, même ces derniers mentionnent aussi un paquet de gens de droite, centre "gauche" ou macronistes parmi les ennemis de leur vision de la laïcité ou "lâches", de Nicole Belloubet à Douste-Blazy en passant par Ayrault, mais absolument personne ne reprend cette part de leurs propos.


Pareil la presse ne fait pas trop écho aux protestations des néo-antiracistes de ne pas être des ennemis de la laïcité ou des "anti-blancs" forcenés, elle retiendra plutôt les propos pouvant l'accréditer, ou rappellera éternellement leur association avec quelques dérapages antisémites. Serait ce que le reste est "trop fake, peut être" ou juste que dans son immense majorité elle est hostile à toute force à gauche du centre gauche (et pour le reste en défend telle tendance plutôt que telle autre) ?


Charlie, exactement comme ses ennemis, peut aussi être accusé (par qui ferait une crise passagère d'anti-intellectualisme) "de fausses doses dose de social pour diplômé.e du supérieur qui a depuis longtemps fait sécession avec le peuple" ou "de discours hors sol" comme ça se dit plus à droite. Mais c'est plutôt pire du coté de leurs ennemis où social peut être remplacé par sociétal, tandis que leur intersection avec "les classes populaires" se limite aux seuls jeunes issus de l'immigration des banlieues, n'en représentant qu'une petite minorité (après Charlie peut lui être accusé de ne s'en adresser qu'à une autre part, les franchouillards de province genre aile gauche des gilets jaunes se déguisant en Astérix).  Ce serait un fascinant débat pour vieux intégristes marxistes de déterminer laquelle de ces deux tendances confond le plus lumpenproletariat et prolétariat ou sert le plus l'intérêt de la bourgeoisie ce faisant, mais les deux peuvent en être également accusées (les vieux intégristes marxistes étant de toutes manières encore pires que ces deux tendances pour ce qui est de l'ouverture d'esprit, c'est pas bien grave ceci dit :).


Globalement les deux camps s'obsédant du débat sur la laïcité (ou celui de même niveau entre diverses tendances de l'antiracisme), sont pour moi, dans leur diabolisation réciproque et leurs dérapages occasionnels dont l'exploitation fait le plaisir des vrais fachos et des vendeurs de papier cherchant quelques tweets à transformer en articles,  surtout des nuisances aux chances de la gauche de réunir un jour les majorités nécessaires à vraiment faire bouger les choses sur les sujets importants comme l'écologie (ou ne serait ce que résister à leur évolution dans le mauvais sur le social). 


Ce qui est d'autant plus triste qu'ils seraient complémentaires pour ce faire si ils parvenaient à cesser de se diaboliser (y'a quoi comme réel désaccord entre les deux ? des histoires de bout de tissu que certaines se mettent ou pas sur le visage et de crobards de presse, ou pour celui entre antiracismes la question digne de l'académie française de l'emploi de quelques expressions en wokie plutôt que de quasi synonymes en universaliste, la belle affaire, tout ça pour ça, comme y disent).


Pour en revenir aux Charlie, je veux bien leur reconnaitre un peu plus de torts historiques, s'étant laissés  manipuler en long et en large par de vrais agents de la droite comme Val souhaitant creuser ce fossé, et peinant à se détacher des Malka et compagnie qui en entretiennent l'esprit, mais sur l'essentiel ça ne change pas grand chose.

Et pour info, vous confondez amalgame et contextualisation.

Sinon vous maniez bien le concept d'argument d'autorité ("Mais c'est un florilège ! )

Et vous m'expliquerez le rapport entre les guerres d'Irak et les caricatures de Mahomet,


Et vous même, avez vous une explication pour l'absence de rapport entre les guerres d'Irak et les caricatures de Mahomet, ?


Merci de nous la donner.

El Rhazoui n'est plus dans Charlie Hebdo. Juste avant l'attentat une procédure de licenciement était engagée contre elle à cause de manque de sérieux dans son travail. Elle avait aussi tenté d'engendrer la discorde en proposant d'affecter les revenus substantiels provenant de l'augmentation des ventes et des dons consécutifs au traumatisme de la population à « indemniser » les rescapés et les familles des disparus, comme si Charlie Hebdo était une compagnie d'assurance au lieu d'être un journal. Jamais elle n'est citée ou publiée dans l'hebdo, ce qui est peut-être une faiblesse due à des égards en tant qu' « ancienne » ou plus probablement qu'ils ne veulent plus rien avoir à faire avec elle et que d'autres s'en occupent.


Vous avez le vomissement facile mais je pense que vous sous-estimez la nausée que ressentent les survivants après le cataclysme personnel et collectif qu'ils ont subi et qui est, lui, réellement, à vomir.



Je ne pense pas sous-estimer le traumatisme des survivants, chez Charlie, à l'Hyper Casher, eu Bataclan, à Nice. J'essaie tout du moins.

Je pense qu'il ne faut pas retenir sa réflexion, ses tentatives de contextualisation face à l'horreur du sang d'innocents versé.

Et si jamais la vue de ce sang me retient de faire tourner mes neurones, le traumatisme des survivants des guerres d'Irak, Afghanistan, Mali, et tant d'autre pays, la douleur des survivants d'attaque de drones, que la France réalise désormais par elle-même, me secoue le prunier.

Des centaines de milliers de morts qui n'on pas droit de citer dans Charlie Hebdo, le journal qui revendique la libre expression ; libre expression de ses écœurements personnels autocentrés au menu desquels ne figurent pas les morts précités. 

Contextualisez le monde et Charlie n'est plus qu'un triste appareil de propagande occidentale.

Le journal se cache de moins en moins. Si Valeurs Actuelles avait publié sa caricature de Despentes, il aurait été cloué au pilori, comme avec Obono.

Charlie accompagne l'"ensauvagement" des pouvoirs en place.

PS. Quant à El Rhazoui, si a vraiment voulu utiliser l'argent des dons pour indemniser les familles de victime, elle a tout mon respect. Pour le reste, considérer qu'elle n'est plus à Charlie, c'est comme de faire une distinction Philippot de Le Pen ; toilettes séparées, mais mêmes idées de merde,

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.