384
Commentaires

"Chapeau internet, ils m'ont sauvé la vie !"

Ce fut le feuilleton de l'été : le dessinateur Siné, viré de Charlie Hebdo pour avoir écrit une chronique jugée antisémite par son patron, Philippe Val. Mais l'ampleur que prend l'affaire dépasse celle d'un simple licenciement. Jusqu'où peut aller la provocation ? La transgression ? Qu'est-ce qui peut être considéré comme de l'humour ? Où commence l'antisémitisme ? Tout l'été, ces questions ont alimenté notre dossier et animé les forums d'@si.

Derniers commentaires

La photo sur les hôpitaux n'avait aucun rapport avec l'affiche d'Amélie Poulain. Je ne comprends pas que DS laisse passer des trucs pareils. Souvent Korkos parle pour ne rien dire, et quand il ne sait pas quoi dire, il le dit aussi "David Abiker m'a piqué ma réplique, alors maintenant je n'ai plus rien à dire".
Sinon, l'émission montre bien que Siné pense lui-même que ses propos n'étaient pas folichons, et que ce n'était pas la peine d'en faire des tonnes : était-ce la peine qu'ASI en rajoute une autre couche pendant plus d'une heure d'émission ? je ne crois pas.
Entrevue
Féminisme islamique
jeudi 25 septembre 2008 par Emmanuel Martinez


L’une des personnes les plus influentes du Maroc est une femme et, de surcroît, islamiste. Elle s’appelle Nadia Yassine, fondatrice et dirigeante de la section féminine de Al Adl Wal Ihsane (Justice et Spiritualité), le mouvement social le plus puissant du Maroc. Créée par son père, cette association propose la non-violence, l’application de la Charia (loi islamique) et l’ijtihad, c’est-à-dire l’effort d’interprétation du Coran s’opposant à l’Islam rigoriste. Justice et Spiritualité n’est pas un parti politique, mais sa capacité de mobilisation est inégalée dans le royaume.

(...)On est taxés d’islamisme et d’extrémisme, mais je pense que les gens ne connaissent pas la cause pour laquelle nous luttons. C’est vrai que l’Islam est notre référence, et c’est naturel dans un monde musulman, mais nous luttons pour plus de liberté, et la seule façon que nous avons, étant donné que nous prônons la non-violence, c’est par des discours, des gestes symboliques.

En proclamant ma préférence pour une république au nom de mon islamité, je veux lever deux types de tabous. Le premier, c’est la passivité face au pouvoir. On nous apprend depuis des siècles que le bon sujet musulman doit se la fermer et obéir au prince. Et moi je dis non. Je veux libérer les consciences. Je veux apprendre aux musulmans que l’Islam n’est pas du tout une soumission aveugle à une autocratie sans nom. Deuxièmement, il y a le tabou lié à la marginalisation des femmes en terre d’Islam. Donc, mon message c’est que la femme a le droit de parler et de participer à la politique au plus haut niveau.(...)

Vous craignez l’avancée de l’intégrisme musulman au Maghreb ?

Hélas, on ne le craint pas, on le vit. Compte tenu de la situation politique et sociale au Maroc, il y a de gros risques d’une montée de ce genre de lecture complètement archaïque et violente.

Il existe un terreau fertile pour un discours manichéiste, complètement binaire, qui divise le monde entre le bien et le mal, les croyants et les athées, etc. Cette lecture basique fonctionne pour quatre raisons. Premièrement, il y a ici comme ailleurs une quête d’identité. Et pour nous, cette identité passe par l’Islam. Deuxièmement, il y a un manque d’éducation. Le taux d’analphabétisme est effarant et la qualité de l’enseignement est nulle. Il n’y a pas d’antidote intellectuel. Il n’y a rien dans les têtes. On a cherché à insuffler trois choses aux Marocains, « Dieu, la patrie et le droit », et c’est tout ce qu’ils savent. Je ne dis pas ça pour insulter les Marocains, mais je fais un constat très très amer. Les Marocains sont volontairement « analphabétisés » par l’État. Troisièmement, il y a l’extrême pauvreté. Finalement, il y a le facteur de la frustration, parce que nous vivons dans un monde ouvert sur d’autres horizons. Or, quels sont ces horizons ? Notre fenêtre sur le monde, c’est la télévision publique marocaine qui nous présente des séries B avec des maisons de rêves, des femmes de rêves, etc., qui favorisent la frustration.(...)
Bonjour à tous,

Pour rebondir sur l'affaire Siné, le site Marianne2.fr nous apprend que l'auteur des caricatures danoises publiées dans Charlie Hebdo serait un sympathisant d'extrême droite.

http://www.marianne2.fr/Le-plus-attaque-des-caricaturistes-de-Mahomet-s-affiche-avec-l-extreme-droite_a91541.html?PHPSESSID=a58c6c57b6139b5c23e4772b8d68b3d0


On attend avec impatience la réaction de Philippe Val et de Caroline Fourest sur ce sujet. D'autant plus qu'un article paru dans Charlie Hebdo présentait le caricaturiste comme un libertaire, un homme amoureux des libertés et tendance anar. Tendance Brune aussi ? Décidément, cette affaire les poursuivra jusqu'au bout, car le 2 poids 2 mesures y est plus que flagrant.

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/05/01/978-qui-est-kurt-westergaard-le-dessinateur-danois-ayant-represente-mahomet-avec-une-bombe-dans-son-turban


Ci-dessus le portrait, publié sur le site internet Pro-Choix, par Caroline Fourest, de ce sympathique défenseur de la liberté d'expression.


On pense de plus en plus à l'arroseur arrosé devant toute cette affaire ... qui n'aura, soyons en surs, aucun écho dans les médias !

Espérons que Arrêt sur Images saura revenir dessus et en montrer les contradictions, surtout au moment de la sortie du documentaire hagiographique consacré à toute cette affaire ...
Quelles sont les dernières nouvelles de Siné et de Sinébdo?
Serge Kaganski des inrocks dit le plus grand bien de Val..

[Val est.] un raisonneur social-démocrate aux éditos brillamment argumentés, face à l’anar éructant Siné aux chroniques viscérales à l’emporte-pièce
……..Les uns, comme Val, tentent de chercher le chemin d’une gauche dans le maquis des réalités contemporaines ; d’autres, comme Siné, s’en tiennent à “chier dans la colle”.

http://www.lesinrocks.com/actu/actualite/la-guerre-des-gauches-sine-et-val-sexpliquent/?cHash=e3d688720e
Renseignements pris, voici quelques infos sur le montage Disney.

Le procédé de réutilisation d'animation est bien connu en interne dans les studios Disney. Il est même encouragé. La raison est que Disney alterne les films à gros budgets avec des films plus "économiques". Les animateurs sont donc invités à piocher dans les archives du(es) studio(s) en particulier sur les films de la seconde catégorie. Ce procédé ne génère pas d'économie sur le processus d'animation en lui-même car il est nécessaire de tout refaire ( trace, gouache, tournage ) mais il permet, à budget égal, d'augmenter la qualité du film en réutilisant des recettes éprouvées. La limite est évidemment que le grand public ne le voit pas.

Selon toute vraisemblance, l'auteur de montage est donc un ex-salarié de Disney en indélicatesse avec son ancien employeur et doit probablement vouloir rester anonyme.
Quelques réactions sur le site de Libé, après que la piste antisémite s'éloigne dans l'affaire des jeunes tabassés...

La France que l'on entend pas dans les médias a juste droit à un strapontin à la rubrique réaction...




Ali Boron Communautarisme positif
Tout est positif avec ce gouvernement sauf le pouvoir d'achat! la laïcité positive appelée de ses voeux par N.Sarkozy,assortie d'une incitation au repli sur elles mêmes des diverses communautés qu'on met en exergue à chaque agression ne présagent rien de bon pour l'unité nationale dans sa diversité.Il faut remarquer qu'il s'y entend le bougre à dresser les catégories les une contre les autres(bien portants contre malades,tôt leveurs contre chômeurs ETC Mardi 16 Septembre 2008 - 09:29

Hunter La propagande sarkozienne

a de beaux jours devant elle avec tous les faits divers.C'est la marque de fabrique de la maison. Mardi 16 Septembre 2008 - 09:16

gégé 14 ???????
MAM va t'elle faire une rectification a la tv ? Mardi 16 Septembre 2008 - 09:14

startupper A force de crier au loup...
Le jour où il sera là, plus personne ne voudra le croire. Mardi 16 Septembre 2008 - 08:30

sarkophage comme d'hab
Il manque un édito de Joffrin ou de BHL pour finir, a force de crier au loup le jour ou un vrai courant antisémite se dessinera dans ce pays , plus personne n'y croira et la communauté juive sera alors en grand danger !! Mardi 16 Septembre 2008 - 08:21

visiteur de pas zut alors
Ils se sont faits agresser mais ce n'est pas parce qu'ils étaient juifs. Et il a fallu 10 jours pour apprendre que même les agressés reconnaissaient ne pas avoir été insultés... Quand je pense que nous avons encore été abreuvés d'accusations d'antisémitisme et de la recrudescence de celui ci en France, il serait que les représentants de cette religion et certains hommes politiques prennent le temps de réfléchir avant de réagir. Et si certains journalistes pouvaient faire pareil, ce serait vraiement pas mal. Mardi 16 Septembre 2008 - 08:01

Jarrive Une fois de plus

Et oui, une fois de plus libé a relaté une connerie relayé dans les média, c'était pas une agression rasciste comme l'avait espéré la communauté juive, cétait un bagarre entre jeunes tout simplement. Dommage sa aurait plus, bien sûr, à beaucoup de personnes que sa soit à caractère rasciste mais là, ce n'est pas le cas. A force de vouloir faire plaisir à la famille sarko-darty , libé se met les pieds dans la M..... Mardi 16 Septembre 2008 - 07:59

Roberto A force de crier au loup...ca va réellement mal finir
vraiment ridicule ces histoires, et personne ne fait de mea culpa, surtout pas Libe comme d'habitude Mardi 16 Septembre 2008 - 07:55

moi allumer le feu
Le racisme de certains est la source même de l'antisémitisme.Pirouette politique pour allumer le feu. Mardi 16 Septembre 2008 - 07:49

Pourquoi Manipulation
Effectivement nous remarquons bien que le groupe médiatico-gouvernemental essaie le plus possible de parler d' antisémitisme . L' impact de ces allégations est une propagation réelle de l' antisémitisme . Ne sont ils pas conscient de ce qu' ils provoquent ? Évidement si . J'appelle tout les juives de France , à manifester contre cette propagande abjecte qui n' as d' autre but que de dresser les uns contre les autres . Nous ne vivons vraiment pas dans une drôle d' époque , j' ais honte . Mardi 16 Septembre 2008 - 07:46
Je tenais à adresser mes félicitations à Daniel Schneidermann qui a tout de même réussi la prouesse de ne faire à Siné qu'un début de quart de commencement d'excuse pour avoir bassement hurlé avec les loups, participant à son lynchage médiatique sur le site même d'ASI.

Alors là, chapeau !

Serait-ce une question d'orgueil un poil trop enflé?

JHM
C’est à dessein que j’interviens si tard sur le sujet SINE/VAL, au moment où les passions commencent à retomber, et où Siné vient de prouver qu'il sortait de l'ornière où l'avait placé le « méchant » Val. Mais comme je me suis retenue longtemps, ça va être aussi long que les posts de Labarte. Désolée, je ne le ferai plus (remarquez comme je me fonds avec délice dans la rhétorique labartienne).
J'ai trouvé facilement au kiosque Siné Hebdo, et j'ai aussi trouvé ça assez court, comme tout ce que fait Siné. Mais ça m'a plu suffisamment dans sa mal-pensance pour que je le prenne désormais chaque semaine à la place de Charlie qui n'avait plus de vrai intérêt et qui sans Siné n'en a plus du tout.

Ce que je vais développer ici, c’est ce que ça dit sur nous en tant que collectivité, nous dirons nationale. Un immense champ de ruines et de mines dont nous ne verrons jamais la fin si nous n’acceptons pas de regarder la réalité en face, y compris dans tout ce qu’elle a d’émotionnellement horrible et insoutenable.

D’abord, je vous ferai remarquer ce que tout le monde voit bien quand je parle de champ de mines, c’est que tout est piégé dans l’affaire SINE/VAL. Et évidemment surtout les mots. Je suis toujours stupéfaite avec quelle légèreté on emploie tous ces mots : Juifs, antisémitisme, sionisme, antisionisme, judéophobie, sans les avoir préalablement définis.

Mais, de tous, le mot antisémitisme est bien sûr le plus piégé : les sémites ne sont pas à proprement parler les Juifs. Pourquoi on n’emploie pas carrément le mot judéophobie m’étonne tout le temps.

Ensuite, c’est une insulte. Quiconque se fait traiter d’antisémite le prend très mal. Le mot sent les miasmes nauséabonds des atrocités commises contre les ghettos, les camps de la mort, Nuremberg, les lois raciales, l’assassinat de masse, le Dr Mengele, les fours crématoires et les croix gammées porteuses de morts d’innocents par millions. Soudain, si on vous traite d'« antisémite », vous vous retrouvez avec toute la culpabilité du monde sur les épaules, vous devenez une sorte d’incarnation du Mal Absolu.
Parce que la dimension émotionnelle du mot est considérable. Pas seulement pour les Juifs, elle l'est aussi pour tout un chacun.

Alors, évidemment, l’impact émotionnel est énorme sur celui qui le dit et celui qui le reçoit. Mais en même temps, Val a-t-il prétendu en le virant que Siné projetait de reconstruire Auschwitz ? Non ! Et pourtant, Siné l’a bien pris comme cela.
En fait, Val se pense dans la position de ce petit Néerlandais qui avec son doigt a bouché un trou dans une digue et qui en le faisant a permis que cette digue ne se rompe pas, protégeant ainsi son pays du désastre et de la dévastation. Et BHL et consorts sont venus vite à son aide pour l’aider à colmater la brèche. Ouf, nous avons vaincu l’antisémitisme ! Il est resté tapi derrière la digue comme le grand océan du Nord menace la Hollande, Il est considérable et nous menacera toujours. Veillons.
Eh oui, quel héroïsme ! Magnifique ! Vraiment magnifique.
Le seul problème, c’est que derrière la digue, il n’y a quasiment rien, rien qu’une flaque nauséabonde oubliée. Une flaque qui parfois enfle avec les pluies, parfois diluviennes, du conflit israélo-palestinien, mais ne reste jamais qu’une flaque. Et qui ne risque pas de pousser la digue au point de la renverser si une crevasse se formait.
En fait, en France, dire du mal des Juifs est carrément tabou. En plus du fait d’être puni par la loi dans le cas avéré d’antisémitisme, ça ne se fait absolument pas. C’est un sujet dont il n’est pas d’usage de parler, tout simplement, et quand on le fait, c’est avec des pincettes, de crainte d’être soupçonné d’antisémitisme. Et on va éviter le sujet le plus possible.

Alors, qu’est ce qui fait croire à Val qu’il y a un océan là où nous, nous ne voyons qu’un pathétique étang ?

Vous pouvez me dire ce que, à la lecture des forums, il ressort, que Val est de mauvaise foi. Qu’il fait partie d’une caste médiatique très préoccupée de conserver son pouvoir et les espèces sonnantes et trébuchantes qui vont avec. Certes, on pourrait le penser, mais le temps d’un post, accordons-lui le bénéfice du doute.
Et en partant de sa bonne foi, voyons ce qui pourrait motiver son attitude qui paraît de notre point de vue incompréhensible, toujours si on présume de sa bonne foi, même si je suis d'accord pour dire que cette bonne foi est relative.

Je remarque que, Béachelle, Glucksman, Finkelkraut, Joffrin, sont les intellectuels qui se sont portés au créneau comme défenseurs de Val.
Qu’ont en commun ces personnes ?
D’abord, les trois premiers ont été les « Nouveaux Philosophes » dans les années 70. Les cinq sont des ex-soixante huitards ex maos. Et tous ont brûlé ce qu’ils ont adoré, le marxisme.

Mais le fait qu’ils aient brûlé leurs vieilles idoles ne signifie pas pour autant qu’ils les aient abandonnées. Je n’ai pas lu énormément les Nouveaux Philosophes, mais je n’ai pas vu dans leurs écrits, et je n’en ai jamais entendu parler, qu’ils avaient pratiqué une refondation de la théorie politique dans son ensemble. Ils ont fait du droit de l’hommisme, et c’est tout à leur honneur, même si ce type de doctrine a fini par envoyer les bombes et les canons, ce qui est un comble. Ils ont couvert d’opprobre ceux qui ne pensaient pas comme eux, ça, ça l’est moins. Mais je ne vois chez eux aucune refondation, de gauche comme de droite d’ailleurs. Ils ont fait œuvre non d’intellectuels mais de moralistes philosophiques.
Et ça, pour le coup, c’est la défaite de la pensée politique.

Et en faisant cela, ils n’ont pas remis en cause profondément leur pensée, leur idéologie.

Donc ils sont ce que j’appelle des post-marxistes. C’est-à-dire des gens qui ne pensent pas marxiste, mais qui ont adopté la plupart des présupposés idéologiques du marxisme. Comme une grande majorité des gens.
Et l’un de ces présupposés, le plus dévastateur, c’est la primauté de l’économique sur le politique.
Je ne parle pas évidemment de la politique dans le sens du partage du pouvoir : je parle du être-ensemble des Grecs, c’est-à-dire la façon dont nous décidons de vivre ensemble, comment collectivement nous pouvons décider des règles et de ce qui est acceptable pour tout le monde, quels que soient les intérêts économiques, sociaux, de prestige, de respect de la dignité des uns et des autres, individuellement et à travers les classes, les groupes sociaux et les catégories. Je parle de justice sociale. Et en effet, les marxistes ont l’habitude de dire que « Tout est politique », mais en fait, ils diluent le problème. De fait, si tout est politique, rien n’est politique.
La politique n’existe pas, donc la démocratie de type social-démocratie ou de participation n’a pas à être. Je ne cherche pas à m’inscrire dans la problématique anarchiste/marxiste ni dans celle marxisme/social-démocratie. Ces notions sont obsolètes depuis longtemps. Je parle des présupposés idéologiques du tout-économique.

Si la politique, c’est l’économie, alors, lorsque les néo-libéraux vont pratiquer leur révolution/réaction conservatrice, ils ne vont pas hésiter à adopter les présupposés de l’idéologie dominante en déclin : ils peuvent bien balayer d’un revers de main tous les oripeaux dérisoires de la droite, la religion, le paternalisme, l’autorité, quittes à les ressortir aussitôt qu'ils redeviendront dominants sur la scène médiatique. Si tout est économique, alors, si un type d’économie est plus performant qu’un autre, il est évident que nous devons adopter non seulement cette économie mais aussi les prolongements idéologiques qu’on nous fournit aussi dans le pack.
Et c’est ainsi que des intellectuels vont passer avec armes (intellectuelles) et bagages (culturels dans le sens de bagage culturel dans une classe sociale) à l’ennemi, c’est-à-dire de la gauche vers la droite, tout en étant persuadés de rester à gauche puisque tous leurs présupposés de base sont marxistes. Le tour de passe-passe mental est extrêmement aisé pour ceux que la perspective, avec l’âge, de devenir des dominants, et de ramasser la mise financière, allèche bien.

Ce n’est pas seulement les Nouveaux Philosophes, tous les anciens soixante-huitards qui sont restés dans les sphères du pouvoir sont tombés dans le piège. Peut-être que Cohn Bendit a résisté à ce laminage, mais à peine.
Et nous arrivons au champ de ruines et de mines dont il était question au début. Ni plus ni moins que la gauche dévastée, et nos perspectives laminées en même temps.

Et qu’est ce que viennent faire les Juifs là-dedans, me direz vous ?

Le problème, ce n’est pas les Juifs, le problème, c’est la Shoah.

Si l’explication suprême de la politique est économique, alors comment insérer la Shoah dans cette vision du monde ?
Vous aurez beau retourner le problème de la Shoah de toutes les façons, le marxisme n’explique pas la Shoah. Il explique les massacres Tutsis et peut-être les accords de Dayton. Mais qu’un pays en guerre totale, l’Allemagne nazie, utilise une partie de ses ressources et de ses soldats valides pour pratiquer l'assassinat de masse d' individus dans des conditions terrifiantes, sous le seul prétexte de leur identité culturelle, et alors qu’ils les ont déjà dépossédés de tout, n’a aucune explication économique. Vous me direz que c’est tout simplement délirant. C’est proprement inimaginable et stupéfiant. Et ça n’a pas seulement été un caprice absurde, la somme des meurtres a liquidé six millions de personnes. Mais ça a existé, et nous ne pouvons pas faire l’économie de l’évacuer d’une pensée politique. Et même si y penser est terrifiant ! Non seulement nous devons parler et analyser la Shoah, mais nous devons d'après moi en faire le fondement même de toute réflexion politique. Le problème de la Shoah, c'est le problème de l'humanité pensante. Si Dieu (dans le sens d'une certaine vision de la politique) est mort dans les camps, alors c'est de cette analyse que nous devons trouver les prémisses de notre propre autonomisation par rapport à toute pensée de type religieux ou autoritaire, et inventer l'Homo Politicus, l'homo qui peut regarder la vérité en face et éviter que tout cela existe à nouveau, en ne se voilant jamais la face devant la somme d'horreurs à laquelle peut aboutir une pensée politique absurde et cruelle.

Et je considère moi qu’à partir de la Shoah, nous aurions dû jeter les bases d’une théorie proprement politique qui intégrerait la Shoah. Il fallait évacuer tous les présupposés marxistes obsolètes et s’atteler à refonder le politique.

Or cet effort gigantesque de refondation politique n’a été fait par personne.

Et surtout pas par Béachelle et consorts. Mais eux pensent que la politique, c'est de la philosophie, mais évidemment, ça ne l'est pas. Hannah Arendt expliquait que la philosophie était faite pour un homme, mais que la politique était pour les hommes.
Le problème est quand même qu’une bonne partie de ces « penseurs » s’est trouvé devant un problème considérable : il faut concilier la pensée économique avec la Shoah, et c’est d’autant plus important qu’un certain nombre d’entre eux sont juifs. On ne peut pas évacuer le problème d’un revers de main.
Comment faire ? Hum !
Euh, beuh, euh euh euh. Comment s'en sortir ?

UNE PROPOSITION : LA POLITIQUE, C’EST DE L’ÉCONOMIE, MAIS L’HOMME EST FONDAMENTALEMENT MAUVAIS ET ANTISÉMITE.

ADOPTE A L’UNANIMITE. BRAVO. HIP HIP HIP HOURRA.

La belle économie de pensée. Remarquable.

D'ailleurs, à propos du traité européen, vous pouvez remplacer antisémite par xénophobe, ça marche aussi.
Voilà, tout est clair comme de l’eau de roche. Le problème, ce sont les autres, ils sont antisémites. Même les Juifs peuvent avoir la haine de soi. Tout le monde le sait. Nous on n’est pas antisémites, mais tous les autres le sont, et il faut les en sauver malgré eux. Peu importe que le résultat le plus malheureux soit que les Juifs de France vivent apeurés dans des forteresses assiégées, que leurs enfants aillent à l’école sous le regard de CRS sensés les protéger.

Effectivement, si l’antisémitisme est une hydre terrifiante qui s’est lovée en chacun de nous et qui menace de déborder en grandes vagues dévastatrices, et qui si l’on n’y prenait pas garde, nous forcerait en quelques mois à tous nous réaligner comme à Nuremberg et reconstruire Mathausen et Bergen Belsen, alors, il faut lutter pied à pied.

Mais je crains bien qu’on ne se trompe de combat.

*********************************

A propos de combat, et comme je suis extrêmement cohérente avec moi-même (hem hem), je vous renvoie là, sur un site qui m'a été recommandé par des amis de ce ramassis de cocos qu'est RESF Réseau Education Sans Frontières 92 pour soutenir un jeune Marocain expulsé.

Et pour voir un vrai commissaire politique, c'est . Vous verrez que c'est autre chose que Val.
Un tout petit micro trottoir de 3 acheteurs de Siné Hebdo : Libé Labo
Inquiet, tout le monde se demandait où Caroline avait pu se fourrer alors que le pauvre Philippe nageait patiemment tout seul dans son océan de merde.
La voilà qui arrive enfin à la rescousse avec une bouée. Malheureusement, il s'agit ne s'agit que d'une vieille chambre à air pleine de rustines.

Caroline Fourest connaît bien l'éditorial de Philippe Val « Antisinétisme », parce que celui-ci est son ami et qu'elle en a publié le texte sur son site, comme nous le rappelle Gab. Mais paraphraser ce pensum pour les lecteurs du Monde, était-ce vraiment nécessaire ?
Quels sont les faits et les explications nouvelles résultant de ses propres investigations et de sa pertinente réflexion ?
http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/09/11/l-art-delicat-de-l-outrage-par-caroline-fourest_1094143_0.html
(j'ai rapproché ce qui pourrait passer pour des redites…)

« S'il existe une limite à la liberté d'expression, c'est avant tout pour protéger les dominés et non les dominants. » « La frontière devient plus difficile à discerner (…) lorsque des puissants se font attaquer en tant qu'individu sur un mode flirtant avec le racisme (comme Siné envers Jean Sarkozy). » « sous prétexte que Jean Sarkozy incarne comme personne l'arrivisme et l'arrogance du puissant, certains voudraient que l'on puisse (…) relayer des rumeurs fausses et racistes, sans avoir à s'excuser. Ce que tout journaliste est censé faire quand il commet une erreur. »

Et boum ! l'argument d'autorité : « Moi Caroline-qui-pense-bien, je vous dis que Siné a flirté avec le racisme, qu'il a relayé des « rumeurs fausses » (« Bonjour le pléonasme » Pierre Desproges) et racistes sans s'excuser.
Comment ça, moi Caroline, je devrais vous expliquer en quoi le paragraphe de Siné est raciste ? Une vulgaire explication de texte ? Vous n'y pensez pas ! Puisque JE vous le dis. »

Excusez-nous, Caroline, mais vous n'êtes pas la première à exhiber la plastique parfaite de vos neurones : cela ne suffit plus à convaincre.
Pourquoi pas un seul mot sur le vrai lanceur de rumeur, Patrick Gaubert ? Pourquoi ne pas exiger, encore aujourd'hui, que celui-ci s'excuse d'avoir induit Siné - et d'autres - en erreur ?
Pourquoi, Caroline, ne pas demander d'abord et avant-tout à vos deux confrères de Libération qu'ils s'excusent pour avoir les premiers publié cette "rumeur fausse" ?
Pourquoi ne pas dire que le premier démenti (officieux !) sur la rumeur n'est apparu dans la presse que le 16 juillet, sous la plume de Val, et le lendemain, sous la plume de Claude Askolovitch soi-même, c'est-à-dire bien après le "jugement" et l'éviction de Siné ?
« Défense d'attaquer les puissants en tant qu'individu » Merde, alors : pour partir à la chasse aux puissants, il va falloir attendre qu'ils se rassemblent en troupeaux !

« (…) l'anticensure et l'antiracisme (…) grilles de lecture (…) bien entendu nécessaires (…) ne peuvent tenir lieu de pensée automatique (…) au point de nous absoudre de juger au cas par cas, en fonction du contexte et de l'intention. » « (…) beaucoup semblent incapables de juger une provocation en examinant l'intention du provocateur (…) »
« Chacun a le droit à ses fantasmes. (…) Chez Siné, ce fantasme a un visage légèrement récurrent. Il y a vingt-trois ans, sur les ondes de Carbone 14, il voulait "euthanasier les juifs" pour "les empêcher de se reproduire entre eux". »

Re-boum ! « En fait, la phrase en elle-même, on s'en fout ! (pourquoi l'examiner…) La chronique de Siné est antisémite PUISQUE Siné est, de tout temps, antisémite. Moi, je suis capable de le discerner, contrairement à vous. La preuve, Il y a vingt-trois ans… etc. Si aujourd'hui Siné prononce ne serait-ce qu'une seule fois l'adjectif "juive" : hop, c'est automatiquement le carton rouge, l'expulsion directe ! ». Pas besoin d'Edvige, Caroline sait ce que chacun pense au fond de lui-même. Elle aussi va pointer chez Minority Report.
Y a pas à dire Caroline, vachement puissant comme raisonnement. Mais, là encore, tu arrives après les autres : tes arguments recuits, ils sont en train d'attacher sérieusement au fond de la casserole et on va être obliger d'ouvrir la fenêtre à cause de la fumée.

« …en quoi dire que quelqu'un se convertit au judaïsme pour "aller loin dans la vie" est-il irrévérencieux envers le religieux ? »
Je t'explique Caroline : il s'agit de dire que l'appartenance religieuse n'est qu'une bouffonnerie si l'on peut en changer au gré de ses amours terrestres ou que quelqu'un peut trahir sa foi pour réaliser un bon mariage (Darty vaut bien une messe). Ce n'est pas gentil pour Cupidon, mais il en a vu d'autres…

« (…) l'inquiétant ne vient pas tant de la provocation de Siné (…) ni du fait d'avoir déguisé un conflit d'interprétation en censure, mais de la façon dont on a commenté cette "affaire", sur Internet et dans la presse (…) »
Conflit d'interprétation ? C'est un nouvel ornement de la polémique ? Cela vient de sortir ? Qui a interprété quoi, sur quelle base ? Caroline Fourest a besoin que le procureur médiatique Claude Askolovitch interprète pour elle ? Où peut-on la trouver aujourd'hui, cette prise de position d'un collaborateur de Charlie Hebdo publiée au lendemain de la parution de la chronique de Siné pour s'excuser ou dénoncer le fait que celle-ci était raciste ? Un communiqué de presse à l'AFP, c'est vraiment si difficile ?
Ensuite, Caroline Fourest veut-elle nous dire que les lecteurs de Siné n'avaient pas "à l'ouvrir", accessoirement sur internet ou dans la presse ? De quel droit ose-t-elle interdire à la réflexion et à l'indignation de se manifester devant l'évidence d'un traquenard ?
« Taisez-vous ! » « Oui, maitresse. » Finalement, Caroline, ce costume de dominatrice en latex noir ne vous va peut-être pas si mal…

« En 2008, [Philippe Val] n'a pas retenu Siné lorsqu'il a jugé "couillu" de refuser de s'excuser après un énième article confondant irrévérence et droit à la rage pouvant conduire Charlie au tribunal pour racisme. Ce qui revenait à ruiner tout le travail de pédagogie déployé lors du procès des caricatures. »
On verra ce qu'il en adviendra de l'accusation de racisme devant les tribunaux…
Quand à la pédagogie…

Dans un autre forum d'@si, j'avais écris (désolé pour ceux qui m'ont déjà lu) :
Si Siné perd… au début, tout va bien : à Charlie « On a gaagnéé ! »
Oui mais…
Dans la citation à comparaître de la Licra, il y a une autre chronique de Siné (puisque la première, contre jean Sarkozy, n'y suffisait pas).
Et qu'est-ce qu'é dit l'autre chronique, hein, qu'est-ce qu'é dit ? Elle dit :
« Je n’ai jamais brillé par ma tolérance mais ça ne s’arrange pas et, au risque de passer pour politiquement incorrect, j’avoue que, de plus en plus, les musulmans m’insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le cul !
J’ai toujours détesté les grenouilles de bénitier catholiques vêtues de noir, je ne vois donc pas pourquoi je supporterai mieux ces patates à la silhouette affligeante et véritables épouvantails contre la séduction !
Leurs maris barbus embabouchés et en sarouel coranique sous leur tunique n’ont rien à leur envier au point de vue disgracieux. Ils rivalisent de ridicule avec les juifs loubavitchs !
Je renverserais aussi de bon cœur, le plat de lentilles à la saucisse sur la tronche des mômes qui refusent de manger du cochon à la cantoche. Quand on a des parents aussi bornés que les leurs, le seul remède est de leur désobéir et de les envoyer se prosterner
[…]
La bêtise n’a pas de limites, c’est connu, mais arrêtons de la respecter et, qui plus est, de l’entretenir au nom d’une indulgence dont ils ne font, eux, aucune preuve ! »

On peut trouver ce texte agressif, c'est certain, mais la question n'est pas là.
Comme de demande Fabien Abitbol [menilmontant.noosblog.fr] :
« • Pourquoi la citation à comparaître (…) ne vise-t-elle pas la religion catholique ? Les trois religions monothéistes sont visées par le sujet du 11 juin.
• Pourquoi la Licra usite-t-elle le terme de « race » en faisant un distingo avec juifs et musulmans d'un côté, «
[grenouilles de bénitier] catholiques vêtues de noirs » totalement négligées ? »

Les coupures des chroniques sous les yeux, les juges pourront-ils nier qu'il s'agit d'un "package" anti-religieux - en fait, contre les signes vestimentaires et les pratiques alimentaires "ostentatoires" - pour essayer quand même d'en extraire ce qui pourrait vaguement passer pour une définition de groupes ethniques. Non, vraiment non : ce n'est pas possible ! Trop gros, vraiment trop gros !

Mais la pression est là (forte et politique, entre autres).

Et c'est comme ça que tout peut basculer…
Comme les juges ne pourront pas condamner Siné pour "racisme" avec sa chronique du 11 juin, ils seront probablement tentés - puisqu'il FAUT le punir - de le condamner pour ostracisme anti-croyants (article 24, alinéa 8).
Si Siné est condamné, ce ne peut être que sous CE motif (ce qui d'ailleurs "coincera" un peu par rapport à l'accusation initiale d'antisémitisme ; mais tant pis…).

Mais la condamnation d'une chronique de presse pour ostracisme anti-croyants, imaginez-vous les conséquences ?
Parce que les dessins aussi seront concernés.
Imaginez Charb dessinant un imam ou un rabbin "générique" avec un gros nez, ou avec des "gouttes de sueur" animant son visage, ou des flatulences fusant entre ses jambes… Imaginez l'entartrage d'un curé… Imaginez le coup de pied au cul d'un bonze…
Mais si je tombe là-dessus moi, membre de n'importe quel clergé, je vous mets aussitôt un procès au cul grâce à la providentielle - sinon divine - "jurisprudence Siné”.
Val ne voulant plus investir ses bénéfices dans les tribunaux, c'est le chômage direct à Charlie Hebdo. Pour Philippe Val et Caroline Fourest, ce ne sera pas très grave : ils éditorialiserons ailleurs, cachetonnerons à la télé et publierons de beaux livres correctement réfléchis. Mais pour vous, ses chers collègues dessinateurs ?…
Et Charlie ne sera certainement pas le seul journal concerné (Le Canard Enchaîné devrait peut-être se bouger un peu pour défendre le dessin de presse).
----
Caroline, profitez-en du numéro spécial anti-pape de Charlie dont vous êtes si fière. Si Siné perd à Lyon, ce sera certainement le dernier opus où l'on pourra se moquer des culs-bénis (de toute obédience) !
Dans l'affaire Gaubert-Askolovitch (dite affaire Siné), moi, je suis d'abord du parti des mécréants.
À ce propos, il me semble que mon propre manichéisme ne s'adapte pas toujours très bien aux parties en présence qui s'affrontent dans différents forums sur ce site (et dans d'autres).
Cependant, ma position est citoyenne - je dirais même plus, elle est politique - en ce sens que je digère très mal qu'on me baratine.

La diversité et la complexité des conflits humains est telle en général qu'il est parfois difficile d'accéder aux faits pour comprendre leur déroulement et leur raison d'être.
Dans la pseudo affaire Siné, ce qui est intéressant, c'est qu'il suffit de savoir lire.
De lire le français, dois-je préciser, car beaucoup se font remarquer aujourd'hui qui s'auto-proclament Docteurs es âmes et pratiquent la divination en lisant dans le blanc typographique.

Ce sont à peu près les mêmes qui nous disent : « Surtout, ne vous fatiguez pas à lire le paragraphe antisarkoziste de la chronique de Siné (nous-même, nous ne vous ferons pas l'injure de vous le mettre sous les yeux). Faites-nous confiance. En tant que spécialistes patentés, nous vous le disons : c'est antisémite. »
Ceux-là évitent également toutes les questions justifiées qui se posent encore sur le déclenchement de l'affaire…

Contrairement à ce qu'écrit David F dans le forum d'à côté (marre des aller-retour), je ne dispose d'aucune preuve particulière. Les contradictions et omissions repérées, elles sont accessibles à tous.
Par contre, je les pointe du doigt, je sollicite des réponses et j'attends candidement des contradicteurs sur les points soulevés.

Pour tenir cette position, je ne me lance pas dans les graves et sérieuses polémiques d'arrière-plan (l'emploi de ce terme n'étant pas péjoratif) ; parce que je n'en ai ni la disponibilité ni la compétence. Et aussi parce que je ne suis pas convaincu de l'efficacité de ce genre d'extension.

Par ailleurs, je ne suis anti… personne.
Beaucoup rejettent ou accusent Siné non pas à cause de ce qu'il aurait fait, mais parce qu'ils ne l'aiment pas, pour de multiples raisons. C'est seulement à partir de cette détestation, voire de cette haine, initiale qu'ils "trouvent" les arguments confortant leur dégoût.
Je n'ai vraiment pas envie de me conduire comme eux à l'égard de personnes dont je sais peu de choses…
Comme tout le monde, de temps en temps, j'ai la faiblesse de me laisser aller à ce genre de pulsion irrationnelle (pas meilleur, le gars !), mais je lutte…

Pour moi, dans la pseudo affaire Siné, deux choses sont à examiner : les faits (ou plutôt les récits qui en sont donné) et les idées qui tournent autour.

Je ne suis donc pas anti-Fourest.

Théoriquement, d'ailleurs, elle est dans mon camp, celui des mécréants déclarés, avec Siné (combattant anticlérical le plus gradé), Cavanna et Onfray. À la lecture de ces quatre noms, vous l'aurez deviné, c'est plutôt le bordel, dans ma bande.
Anti-religieux tous les deux, le vieux Siné et la jeune Fourest devraient être copains comme cochons.
Ben, non ; au contraire.
Conflit de génération surtout…
Siné, il est d'une époque où les "invertis" (on disait comme ça) se rencontraient à la nuit tombée dans les pissotières (exclusivement masculines). J'ai croisé ces endroits étant jeune : l'odeur d'urine concentrée me faisait généralement faire un détour (j'ai dû y pisser deux ou trois fois, en urgence). Siné qui, malgré le score de ses pétitionnaires, est plutôt du genre Brassens (« Quand on est plus de trois, on est une bande de cons ») n'aime pas trop les corporations. À l'occasion d'une procession folklorique des nouveaux communautaires, il a écrit ceci (cité par Gab) le 2 juillet 1997 : « Loin d’être un empêcheur d’enculer en rond, je dois avouer que les gousses et les fiottes qui clament à tue-tête leur fierté d’en être me hérissent un peu les poils du cul... Libé nous révèle leurs chanteuses favorites : Madonna, Sheila et Dalida... On ne peut que tirer la chasse devant un tel goût de chiottes probablement dû au fait que c'est l'un de leur lieu de plaisir préféré. » Ce n'est pas fin, certes, mais tout le monde sait que la finesse n'est pas une qualité très stable chez Siné. Le caricaturiste aime le jazz et conchie la "variétoche", cela aussi, c'est connu. Sur ce point, son texte est donc sans surprise. Le renvoi dans les chiottes, alors oui, c'est vraiment pas terrible. Mais, pour qui a entendu parler de l'usage détourné des pissotières (faute d'endroits de rencontre), la référence (objective et historique) résulte surtout d'une culture qui n'a pas été mise à jour. Aujourd'hui, on évoquerait plus probablement les saunas (mais je suis un peu ignorant sur le sujet). Pour le reste, “tirer la chasse” est une expression encore assez conventionnelle et neutre. Le mélange de l'ensemble fait un cocktail plutôt détonant, d'accord. Il ne s'agit pourtant ni d'un appel au meurtre, ni d'une incitation à la violence. Siné dit qu'à son avis - il n'engage ici que lui-même, comme d'habitude - les goûts des homosexuels, tels que rapportés par le journal Libération, sont détestables. La belle affaire !
Libération du mercredi 10 septembre 2008
http://www.liberation.fr/transversales/portraits/351047.FR.php
[Caroline Fourest] s’explique volontiers sur l’affaire, raconte avoir déjà une fois quitté Charlie avec Fiammetta, lorsque Siné publia un article «à vomir» sur la Gay Pride en 1997, l’année même où elles avaient commencé à y travailler. Elles y sont revenues depuis. «C’est sans doute générationnel, mais l’humour de Siné reste pour moi une énigme douteuse. Le côté "je me défoule envers les homos, les noirs, les juifs et les femmes voilées pour montrer que je suis anar et viril" ne me parle pas du tout.»
Conflit de génération, je vous le disais bien.
Dans l'autre plateau de la balance, une amitié indéfectible avec un autre être supérieur (connaissant par cœur toutes les sourates de Spinoza), forgée dans un combat commun contre les islamistes s'achevant par une victoire écrasante et glorieuse.
Intelligente avec ça et sachant écrire.

Pas anti-Fourest, mais déçu. Franchement Caroline, régler votre vieux compte (onze ans !) avec le cacochyme bondissant en l'accusant d'antisémitisme, sans RIEN démontrer ni expliquer (sans aucune "pédagogie"), en utilisant un banal (et prétentieux !) argument d'autorité, par copinage et/ou pour mieux vendre livres et film, ce n'est pas digne de vous…

« Deux poids, deux mesures », cela casse le plan de communication "pédagogique" et commercial, c'est certain !

Mais qui a VRAIMENT lancé l'affaire ? Ne serait-ce pas le clan Sarkozy avec le délateur propagandiste Claude Askolovitch, ami de la famille ? Les collaborateurs de Charlie (par peur d'un procès, on nous l'a assez dit) n'ont-ils pas validé cette dénonciation - avec "licenciement à l'appui -, ce qui lui a donné un formidable écho ?

C'est qui qu'a commencé, nom de Dieu (hein ?… mais non, j'l'ai pas dit !)
Quand on crache en l'air, cela fini toujours par retomber, ou qui sème la merde nage dans la tempête.
Ok, je vous rejoint donc sur ce forum pour éviter l'éparpillement et rendre sa chronique à Alain Korkos. :-)

Quand je parlais de " preuves ", je voulais dire des " faits "... Faits qui devant un tribunal se transformeront en preuves ( du moins, j'espère pour Siné ) Jamais content le Pierre Labate, on le complimente et voilà...

C'est vrai qu'elle a la rancune tenace Fourest...Il y a certainement un problème générationnel comme vous le faites remarquer, mais le fait que l'extrait de Siné que vous citez la touche personnellement n'a pas du aider non plus... Enfin, onze ans, ça fait long, elle aurait pu passer à autre chose.

Je ne l'aimais déjà pas beaucoup pour son parti-pris qu'elle nie farouchement mais qui retrouve un petit écho dans le portrait de Libé : " Est-elle, comme certains l’en accusent, obsédée de l’islamisme au détriment des autres intégrismes ? Certes, le fanatisme islamique lui semble actuellement le plus nocif "

Mais se jeter sur le vieil animal en hurlant à l'antisémitisme, pour une personne qui est censée connaitre ces choses-là, c'est un peu court au vu des paroles de Siné. C'est vraiment de la mauvaise foi, puisqu'elle ne peut ignorer que ces paroles ne sont pas antisémites... ( je ne l'aime pas, mais je ne la crois pas stupide )

Enfin, votre conclusion est très juste, c'est forcément ( de mon point de vue ) les Sarko qui ont mandaté Askolovitch pour lancer l'affaire. Cela dit, je ne sais pas qui les a prévenus, je les imagine mal lire Charlie, je ne sais pas pourquoi. ( A moins que Carlita... ) Allez, Monsieur Princen, une petite info siouplait...
J'avoue, j'ai pas lu tout Labate. Déjà que j'ai déjà eu du mal à finir "Guerre et Paix"...

Mais son dernier texte "Le parti des mécréants est divisé", oui. Et ce qu'il écrit sur Caroline Fourest me parait tout à fait juste.
A la nuance près du conflit générationnel (c'est déjà ce qu'avait avancé DS pour lui-même, lorsqu'il écrivait que Siné ne le faisait pas rire).
Concernant CF, je pense qu'il s'agit plus d'une aversion pour les provocs misogynes de Bob (avec extension vers d'autres écrits ou propos qu'elle juge discriminatoires et qui ont provoqué son départ ancien de Charlie) de la part d'une féministe au bon sens du terme.
Moi aussi, je suis déçu de la retrouver aux côtés de Val dont les éditos (ajoutés aux débilités de Wolinski) ont motivé ma décision de ne plus lire Charlie, et dont je ne supporte ni la suffisance, ni les accointances avec le milieu médiatique bien pensant.
Mais Labate a très bien analysé les raisons de cette fidélité, alors que ses options devraient plutôt la rapprocher de l'autre camp.
Bien sûr, il n'est pas très confortable pour moi, de voir CF subir les dommages collatéraux d'attaques visant Val. Je pense, notamment à Fontenelle qui, dans un des derniers articles de son blog la nomme encore Soeur Caroline (ce qui de sa part, manque vraiment d'originalité), mais je survis.

Il y a encore beaucoup à dire. Sur elle, sur ses ennemis intégristes et leurs soutiens, mais comme écrire plus de vingt lignes consécutives me demande un effort quasi-surhumain, je dois faire un break.

J'avoue, j'ai pas lu tout Labate. Déjà que j'ai déjà eu du mal à finir "Guerre et Paix"...


Oui, "Guerre et Paix" ce n'est guère épais à coté de Labatte ;-)
Une petite idée :
Vu l'énorme travail de réflexion et de compilation d'informations fourni par Pierre Labate, je pense que quelqu'un de l'équipe d'@si pourrait peut-être se charger de collecter tout ça, et le mettre en forme dans un sujet dédié, ou un forum, enfin quelque chose comme ça.
Il y a là un vrai travail de journaliste, notamment par la recherche, l'identification et les liens vers les différentes sources. Ce serait dommage de ne pas utiliser cette "matière" qui est un peu éparpillée, non ?
Qu'en pensez-vous ?
À Sleepless, s'il repasse par cette page…

J'ai décidé d'installer mes contributions dans un blog sur Mediapart, sous l'identité de Kermen1942.
L'intérêt, c'est de pouvoir insérer des images, et de voir sa contribution rester en "tête" de page. Cela ne veut pas dire qu'on est lu, mais c'est la règle du jeu.
Par exemple :
http://www.mediapart.fr/club/blog/kermen1942/170908/un-scoop-people-de-charlie-hebdo-a-fait-un-flop-cet-ete
À Ulysse Martagon et TCHD ( temps de cerveau humain disponible ),

Z'êtes vaches ! J'ai déjà expliqué que je ne savais pas écrire… et que c'est pour ça que j'écrivais long (ce n'est paradoxal qu'en apparence).

J'écris uniquement ce que je n'ai pas trouvé à lire ailleurs, dans les journaux en ligne ou dans de bons gros blogs tenus par des gens sachant écrire. J'y trouve de bonnes choses certes, mais tout n'y est pas. Pour éviter d'alourdir, l'échange de liens, c'est très bien (les extraits que j'utilise, c'est juste pour démonter les pseudo-arguments).
Et ça m'emm… si vous saviez ! Ça me bouffe un temps ! J'ai vraiment autre chose à faire. Si, si…
Le ping-pong de posts, agressifs ou humoristiques, c'est amusant à écrire et à lire… quand on a le temps.
Mais l'arnaque faite à Siné, cela ne passe pas. Pas seulement par rapport à lui, mais également - voire surtout - par rapport à nous tous, qu'on baratine allègrement, et aux victimes de la Shoah, instrumentalisées en arrière-plan.
Alors quand je constate que la Licra ou Caroline Fourest nous matraquent uniquement avec des arguments d'autorité (« Puisque je vous le dis… »), ça m'énerve.

Depuis deux jours, les pro-palestiniens ont dans le pied la grosse épine Oberlin-Bedos-Siné-Backchich (je ne mets pas de lien : on trouve facilement…).
Elle divise sérieusement, fait très mal (bonjour l'ambiance)… et sera également utilisée pour détourner l'attention.

Elle ne change rien à la nécessité de défendre Siné de l'accusation-prétexte dont il est victime.
Je réfléchis à 15000 lignes dessus… ;-))
Et maintenant, achevons Caroline Fourest... j'en aperçois déjà qui s'approchent, aux lèvres un sourire mauvais et les mains chargées de cailloux... Fausse joie ! je voulais seulement dire : achevons le texte qui lui est consacré.

Caroline Fourest est, comme son prénom l'indique, une femme. Sérieux handicap. Une chance cependant, elle ne vit pas en Iran, pas au Soudan, ni dans quelque autre république islamique (notons au passage, l'humour acide et pince-sans-rire de ceux qui ont accolé les deux termes), mais en France laïque où elle à tout loisir de s'exprimer et de circuler. Sans entrave excessive.
Les entravés, eux, gonflent la meute de ses ennemis, disciples décervelés de gourous allumés, ouailles fanatiques de papes, popes, rabbins, imams et autres mâles misogynes porteurs de robe.

D'après certains fins observateurs, puisant l'essentiel de leurs sources auprès de sommités telles que le Mollah Gresch ou encore l'Uléma Tévanian, il semblerait que Caroline décoche plus volontiers ses flèches en direction des représentants et adeptes déjà fort stigmatisés de la religion musulmane.
S'ils disent vrai, c'est, reconnaissons-le, très injuste.

Les débordements des foules piétineuses de la Mecque, la violence des émeutes spontanées d'Iraniens choqués par les caricatures, les assassinats de prêtres catholiques en Turquie ou au Pakistan, les appels au meurtre des infidèles par les prêcheurs du Londonistan, les fatwas tous azimuts condamnant à mort les supposés apostats ou les non-musulmans un peu trop critiques, ne sauraient faire oublier que l'Islam est avant tout une religion d'amour et de paix.
Mona Chollet l'a bien compris, elle qui dénonça le fantasme du danger islamiste, si stupidement ressassé par Mlle Fourest.
D'ailleurs, les attentats de Paris, Madrid, Londres, New-York ont-ils vraiment eu lieu ? Et s'ils ne sont pas de probables mises en scène de carnages, les coupables sont-ils bien ceux qu'on désigne ?
Pour le World Trade Center, Bigard peut bien lâchement se rétracter, on sait désormais que Bush et sa clique ont frappé.
Mais pour les autres, a-t-on sérieusement enquêté ? On imagine de quoi sont capables la DST, les Servicios Secretos ou le MI5 dans leur stratégie de choc des civilisations. Une fausse barbe, quelques mots baragouinés en arabe par des agents poseurs de bombes, et le tour est joué :
La culpabilité officialisée de prétendus fous d'Allah, jetant une fois encore l'opprobre sur une seule religion (celle de paix et d'amour, citée au-dessus).

Conclusion : Caroline Fourest déconne.
C'est pas du tout ce que je voulais démontrer au départ, mais sur ce forum au moins, je ne serai pas démenti.
À Ulysse Martagon… et dans la mesure où j'ai donné le titre de ce chapitre (avec une superbe faute d'accord grammatical, « LA parti des mécréants est divisé »)…

En tant que mécréant ayant fait son "coming out", j'ai l'impression d'être dans la zone de barbelés qui sépare des tranchées adverses : les bons contre les méchants, bien sûr, et réciproquement selon les points de vues. J'ai bien un "camp", mais, manque de bol, il ne cadre pas avec cette ligne de front-ci.
Je ne lapide pas Caroline Fourest, que vous protégez courageusement en faisant un barrage de votre corps numérique.
Misogynie, dites-vous… où ça dans mon post ?
Je lis ce qu'elle écrit (comme d'autres) sur l'affaire Gaubert-Askolovitch et j'essaie à chaque fois de comprendre ce que je lis.

Moi, je constate simplement que pour charger très délibérément Siné, et en arrivant après plein d'autres, Caroline Fourest n'a pas assuré la livraison d'un minimum d'arguments nouveaux et/ou convaincants (elle ne s'est pas "foulée", quoi). Et c'est un pêché ;-) contre sa propre intelligence et la nôtre. Elle qui prétend faire de la "pédagogie", en plus.
Dans son article du Monde, la seule chose remarquable, c'est son embarras (« les internautes réactifs me cassent ma baraque »).
Je propose qu'elle revoie sa copie : c'est pas meurtrier, c'est scolaire.
Alors arrêtez d'écrire que tout le monde (une sorte de bande de machos) veut sa peau, siou plaît.

Ceci dit, en même temps, je vous comprends : "tous dans le même sac", c'est vrai que ça repose les neurones.
C'est ça qu'est bien avec les guerres : plus de complexité, de doute, d'interrogation stressante, de "prise de tête", on sait qui on est et où se situer. L'action guerrière, c'est le repos de l'esprit. Quand on flingue, quelle paix dans l'âme (« Oui, chef ! Je tire, chef !»). C'est pour cela que croisades et jihad marchent si bien.
À ce train-là, la prochaine est pour demain.
Je commence à croire que j'ai un vrai talent pour pondre des textes ambigus, voire incompréhensibles. Celui-ci ne vous était d'ailleurs pas directement destiné.

Nouvelle tentative :

Non, vous ne faites pas partie des lapid(at)eurs (pas dans le dico).
Non, vous n'êtes pas misogyne. Je parlais de la misogynie des dignitaires religieux en robe.
Oui, j'admets que sur l'affaire Siné, CF n'est pas du tout convaincante.
Non, je n'ai écrit nulle part que tout le monde veut sa peau. Mais vous aurez peut-être remarqué qu'un certain nombre d'@sinautes expriment ici et sur le fil "Siné viré ou l'histoire pas drôle", leur antifourestisme copié-collé, et que j'émets un avis contraire au leur, si possible original, en essayant d'éviter tout raisonnement binaire.

Si vous n'avez toujours pas saisi, n'hésitez pas à me redemander.
À Ulysse Martagon…

Un espoir : le front des anti-binaires va peut-être se constituer…
Zut, voilà que je fais court et ne parle plus de Siné.
Si, quand même un peu.

Fatigué : dodo…
Ulysse, moi j'aime beaucoup le ton humoristique ( et un peu acide en même temps ) de vos posts, mais dans ce cas-là, ça tue un peu le débat... Je crois qu'on est tous d'accord pour dire qu'il y a des pourris chez les musulmans comme chez les autres...

Mais l'affaire Siné est l'illustration même, d'un mensonge. Accusation fondée sur rien du tout et lynchage en règle dans plusieurs journaux d'importance. Pour le cas de Fourest, qu'elle soit une femme intelligente ne fait aucun doute... Le problème est qu'elle met cette intelligence au service de ses amis et de ses propre intérêts tout en proclamant son objectivité exemplaire.

Je ne vais pas reparler de ce vieux Tariq ( ne me frappez pas ), mais ce n'est pas la première fois qu'elle utilise ces procédés.
J'aime Siné, le vieil anar iconoclaste, et je partage le combat de Caroline Fourest contre tous les fanatismes et pour le respect de la laïcité.
A l'heure où le porte-parole de Guéant introduit dans son discours la notion de "laïcité positive" (une certaine droite n'a jamais admis son utilité républicaine), il est essentiel d'en rester les défenseurs vigilants.

Les deux sus-nommé(e)s s'appréciant peu, il me faut trier dans leurs écrits et leurs déclarations, ce qui me convient et ce que je rejette.
Attitude inverse d'une totale adhésion à l'un ou à l'autre, conduisant aux affrontements que l'on connait.

Sur Siné, ne souscrivant pas au postulat de départ de CF : Siné raciste, Siné antisémite, je répète que je ne la rejoins pas dans son analyse.

Sur Tariq Ramadan : Je n'ai pas lu "Frère Tariq"*, et ne peux donc pas discuter du bien fondé des critiques qui lui ont été adressées dans ce livre. Je connais seulement les réactions qu'il a suscitées. De votre côté, pour mettre en cause l'honnêteté de CF, vous l'avez peut-être lu, ou tout au moins en connaissez-vous des extraits (?).
N'ayant pas le bras assez long, je renonce de toute manière à vous frapper mais pas à écrire ce que je pense du personnage : Belle gueule, beau parleur, vitrine séduisante mais trompeuse de l'officine poussiéreuse des très intégristes Frères Musulmans**, dont l'arrière boutique rassemble quelques djihadistes convaincus.
A part une poignée d'"idiots utiles"*** (à l'islam de combat) comme Gresh ou Tévanian déjà cités, quel vrai démocrate pourrait se laisser abuser par le discours de ce prétendu musulman progressiste ?
Je rappellerai sa prestation remarquée, face au candidat Sarkozy, lors d'un 100 minutes pour convaincre, émission au cours de laquelle il proposa, avec le plus grand sérieux, un moratoire sur la lapidation. No comment.

*Je crois que c'est Tévanian qui, le premier à surnommé CF "Soeur Caroline", en référence au titre de son bouquin. Plaisanterie facile qui en dit assez long sur sa mentalité et celle de ses suiveurs amis des culs-bénits. Pour eux, CF est une intégriste laïque, et en cela, ils collent tout à fait aux positions de nos actuels gouvernants.
NB. Si cest pas Tévanian, c'est son frère. Mais quoi qu'il en soit, j'ai pas le coeur à replonger le nez dans ses oeuvres pour vérifier.

**Grâce à ce "Vite dit et gratuit" on peut lire la réaction d'un contributeur d'oumma.com, site antisémite (réputation, dans leur cas, non usurpée) et tribune des Frères Musulmans, à l'amalgame fillonesque.
En dehors de tout jugement sur cet article, la personnalité de son auteur Ali Rahni mérite d'être signalée.

***J'emploie les mêmes termes que ceux attribués à Caroline Fourest dans un article de 2006 de CQFD, posté par un psittacidé sur le fil "La geste de Siné".
Tout en connaissant les limites de ce genre d'invectives.
[quote= Ulysse Martagon]
(...)
Sur Tariq Ramadan : Je n'ai pas lu "Frère Tariq"*, et ne peux donc pas discuter du bien fondé des critiques qui lui ont été adressées dans ce livre. Je connais seulement les réactions qu'il a suscitées. De votre côté, pour mettre en cause l'honnêteté de CF, vous l'avez peut-être lu, ou tout au moins en connaissez-vous des extraits (?).

A propos de « Frère Tariq », de Caroline Fourest
par Alain Gérard


La Croisade de Caroline Fourest

Article paru dans la revue Hommes et Libertés, mars-avril 2005.

« Un jour, parodiant un spécialiste allemand d’histoire littéraire, il avait écrit : “Heine était tout à fait dénué de talent. Mais ce juif était un tel mystificateur qu’il avait écrit plus de cent poèmes excellents, uniquement pour faire croire aux Allemands crédules et naïfs qu’il savait faire des vers” . » [1]

Tariq Ramadan est un homme dangereux. Comme Heine, ce juif qui essayait de faire croire aux Allemands crédules qu’il écrivait de beaux poèmes, Tariq Ramadan cherche à convaincre les Français naïfs que les musulmans peuvent être des citoyens européens comme les autres. Heureusement, une chevalière blanche a détecté tous les mensonges de ce petit-fils du fondateur des Frères musulmans. Dans un livre dense, Frère Tariq, elle met au jour le caractère fourbe du personnage, dont le prénom même aurait dû nous alerter : Tariq, écrit-elle, « fait écho au nom de Tariq Ibn Zyad, le premier conquérant musulman à avoir foulé la terre chrétienne d’Espagne » (p. 79). Et elle ajoute : « Peut-on croire sérieusement que [ses parents] (…) ont choisi le prénom de leur fils par hasard ? Cela paraît peu probable quand on sait à quel point le chemin de chaque membre de cette famille est tracé d’avance. » Les prénoms des frères et sœurs de Tariq (Aymen, Bilal, Yasser, Hani, Arwa) leur fixent sans aucun doute un destin, mais l’auteure n’a pas le temps de nous préciser lequel. En revanche, le fait qu’un grand nombre de garçons musulmans se prénomment Mohammed, le prénom du prophète de l’islam, constitue une preuve indiscutable de revanchisme du monde islamique qui veut partir à la conquête de l’Occident. Et ces musulmans visent en premier lieu « nos » femmes. Caroline Fourest révèle ainsi que la femme de Ramadan est une catholique convertie à l’islam : « En islam, précise-t-elle, les hommes sont encouragés à répandre la foi en prenant pour épouses des femmes issues des deux autres confessions monothéistes » (p. 80).

D’autre part, l’auteure dévoile les multiples complicités dont Ramadan dispose à l’extrême gauche. Ainsi de Pierre Tévanian, animateur du site Les Mots sont importants, « un allié objectif idéal ». Caroline Fourest a découvert qu’un des textes de Tévanian, « le féminisme à visage inhumain », avait été reproduit sur le site de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) (p. 367). Il est vrai que Pierre Tévanian, comble de sa duplicité, prétend que ce texte a été reproduit sans son accord et qu’il a été retiré à la suite d’une protestation de l’auteur [2] . Mais Caroline Fourest ne se laisse pas prendre à ces dénégations. Elle sait détecter le Mal, même quand il est invisible. Et surtout que l’on n’aille pas lui reprocher la reproduction de ses propres textes sur des sites d’extrême droite ou de Campus Watch, un site maccarthyste animé par Daniel Pipes aux Etats-Unis et qui dénonce tous les universitaires considérés comme trop critiques à l’égard d’Israël : Caroline Fourest est insoupçonnable, elle lutte contre l’intégrisme.

« La complicité d’Alain Gresh » (p. 328), rédacteur en chef du Monde diplomatique, n’est plus à démontrer. Tout le monde le sait, il a ouvert à Ramadan les colonnes du mensuel qui est devenu « le journal du prédicateur, toujours prêt à relayer ses concepts, à lui donner la parole » (p. 333). Bien sûr, Tariq Ramadan n’a écrit dans Le Monde diplomatique que deux fois, en avril 1998 et en juin 2000… Mais cela ne peut affaiblir la démonstration de l’auteure qui, de plus, a découvert que Le Monde diplomatique était responsable de l’usage du terme islamophobie en France. Ce terme, dit-elle, serait passé « inaperçu, sauf dans les pages du Monde diplomatique, où il est salué par Tariq Ramadan. Grâce à lui, ce mot vient de traverser la Manche et va rapidement gagner les cercles islamistes aussi bien que les cercles progressistes » (p. 356).
Là, on se permettra une légère critique de notre « spécialiste de l’intégrisme ». Avant même Le Monde diplomatique et Tariq Ramadan, Soheib Bencheikh, mufti de Marseille, considéré comme un porte-parole de l’islam « modéré », qui a le premier popularisé ce concept d’islamophobie en France – c’est même le titre d’un chapitre de Marianne et le Prophète [3] , dans lequel il écrit que l’islam suscite en France « un sentiment de rejet quasi unanime, implicite dans les discours, et assez catégorique dans l’imaginaire collectif des Français ». Nul doute que dans un prochain ouvrage, Caroline Fourest dénoncera Soheib Bencheikh…

Courageuse, Caroline Fourest ne se plie pas aux règles surannées du journalisme traditionnel, comme celle de recouper ses informations. N’oublions pas que nous sommes en croisade, et comme l’expliquait un théologien chrétien, Guibert de Nogent, au début du XIIe siècle à propos de Mahomet : « Et celui qui discuterait de la fausseté ou de la vérité des faits perdrait son temps ; car l’on ne doit prêter son attention qu’à l’importance d’un tel maître, qui fut l’inspirateur de tant de forfaits si tristement fameux. On ne court aucun risque à mal chanter d’un homme dont la malignité surpasse de loin tout ce qu’on dira de plus mauvais. »
Armée de cette vision, Caroline Fourest ne s’embarrasse ni des détails ni des faits. Elle consacre de longues pages au procès intenté par Tariq Ramadan contre Lyon Mag et Antoine Sfeir. Reprenant la version de ce dernier, elle cite le verdict du tribunal. Celui-ci condamne Lyon Mag et « blanchit » Sfeir ; et Fourest d’expliquer : « Le verdict est très dur pour Ramadan. Dans son jugement du 22 mai 2003, la cour d’appel de Lyon estime que les discours de prédicateurs comme Tariq Ramadan “peuvent exercer une influence sur les jeunes islamistes et constituer un facteur incitatif pouvant les conduire à rejoindre les partisans d’actions violentes” » (p. 419).
Certes, le jugement ne dit pas du tout cela, mais simplement qu’il ressort « des propos d’Antoine Sfeir que les discours de la partie civile [c’est-à-dire Tariq Ramadan] peuvent exercer une influence sur les jeunes islamistes et constituer un facteur incitatif pouvant les conduire à rejoindre les partisans d’actions violentes ». En ayant coupé la première partie de la phrase, elle attribue au tribunal ce qui est une simple citation de Sfeir. Qu’importe, Ramadan est coupable.
Et qu’importe le texte de l’arrêt du 22 mai 2003, qui dit textuellement : « Attendu que laisser entendre que, par ses discours, Tariq Ramdan peut porter une responsabilité, peut-être morale, en faisant naître dans certains esprits une vocation terroriste ou en confortant d’autres dans leur résolution à suivre une telle ligne de conduite, correspond à l’expression naturelle et admissible dans une démocratie, d’une critique des prises de positions publiques de la partie civile sur des sujets et des faits de société . » » [4]. Ainsi la cour prétend que le propos de Sfeir entre dans le cadre d’une critique légitime, mais n’avalise nullement ces propos, ce qui est sans doute une preuve de collusion des magistrats avec les islamistes et l’une des raisons pour lesquelles Caroline Fourest « oublie » de citer ce passage.

Musulman ou citoyen ?

Dans le chapitre intitulé « Musulman et citoyen, mais musulman d’abord ! », Caroline Fourest fait part d’une trouvaille majeure : Tariq Ramadan appellerait à respecter les constitutions européennes à condition qu’elles ne s’opposent pas à un principe islamique. Elle affirme que, dans un premier temps, « il semble marteler le même refrain que dans ses livres : “Comme résident de ce pays ou comme citoyen, je respecte la Constitution. C’est un principe islamique.” Mais une précision de taille vient donner un tout autre sens à cette déclaration d’intention. Il précise en effet qu’il faut respecter la Constitution et la loi à partir du moment où “tout ce qui dans ce pays, d’un point de vue social, culturel et économique et légal, ne s’oppose pas à un principe islamique (…) devient islamique”. Ce complément d’information est évidemment décisif. Jusqu’ici on pouvait comprendre que l’appartenance citoyenne et l’appartenance religieuse n’étaient pas incompatibles, mais l’on se demandait encore qui devait l’emporter en cas de conflit. La réponse de Tariq Ramadan est claire : un musulman respecte les lois d’un pays tant que ce cadre ne s’oppose pas à un principe islamique ! Toujours dans cette cassette, il insiste : “Tout ce qui dans la culture dans laquelle nous vivons ne s’oppose pas à l’islam, on peut le prendre.” Ce qui exclut le reste » (pp. 222-223).
Cette accusation, et c’est son intérêt, a été largement reprise aussi bien par Philippe Bernard dans Le Monde que par Bernard Cassen dans une tribune de Politis. Elle serait la preuve à la fois du double langage du prédicateur et du fait qu’il veut « islamiser l’Occident ». On sera reconnaissant à notre investigatrice d’avoir, dans les milliers de pages écrites par Ramadan, dans les dizaines d’heures de conférences données par lui, trouvé une citation, une seule, qui épaule ses thèses : c’est cela l’investigation, trouver une aiguille dans une botte de foin. Ramadan cache bien son jeu, mais rien n’échappe à l’Inquisition.
Tariq Ramadan, dans cette conférence « en direct » dénoncée par Fourest, y explique, dans un style parlé, que les musulmans connaissent mal le pays dans lequel ils vivent et qu’il faut qu’ils connaissent l’environnement dans lequel ils vivent. Il affirme aux gens auxquels il s’adresse qu’ils sont intégrés, qu’ils font partie de la culture française, et il ajoute (le texte est reproduit ci-après intégralement, y compris les approximations d’expression) : « [t]out ce qui en France, dans la culture française, dans la société française, dans l’économie française, dans la législation française, à partir du moment où j’ai considéré une chose et il faut être clair là-dessus, comme résident de ce pays ou comme citoyen, je respecte la Constitution, c’est un principe islamique, je respecte la Constitution, j’ai un accord un contrat moral avec le pays dans lequel je suis. Donc, je respecte cette Constitution. A partir du moment où je respecte ce cadre-là, tout ce qui dans ce pays d’un point de vue social, culturel, économique et légal ne s’oppose pas à un principe islamique ça devient islamique. » Certains pourraient comprendre la phrase « à partir du moment où je respecte ce cadre-là » comme une affirmation claire du respect de la constitution, mais Caroline Fourest ne s’y trompe pas : ce que Ramadan pense est le contraire de ce qu’il dit… La journaliste Mona Chollet (qui essaie aussi de tromper son monde en critiquant Ramadan) conclut ainsi son analyse du livre de Caroline Fourest : « On envie Caroline Fourest de vivre dans un monde aussi idyllique : à la lire, s’il n’y avait pas la menace islamique, tout irait bien en France. Page 246, elle concède quand même du bout des lèvres que, parmi les musulmans, “certains sont victimes de l’exclusion économique, sociale et raciste”. Page 357, elle mentionne un “contexte de regain de racisme antimusulman”. Ce qui fait, en tout et pour tout, trois lignes sur 425 pages. Et cela, c’est impardonnable . » [5] Il n’y a rien à ajouter.

Lire aussi:

Tariq Ramadan, Caroline Fourest et l'islamisation de la France

Mona Chollet



[quote=Ulysse martagon]N'ayant pas le bras assez long, je renonce de toute manière à vous frapper mais pas à écrire ce que je pense du personnage : Belle gueule, beau parleur, vitrine séduisante mais trompeuse de l'officine poussiéreuse des très intégristes Frères Musulmans**, dont l'arrière boutique rassemble quelques djihadistes convaincus.

**Grâce à ce "Vite dit et gratuit" on peut lire la réaction d'un contributeur d'oumma.com, site antisémite (réputation, dans leur cas, non usurpée) et tribune des Frères Musulmans, à l'amalgame fillonesque.
En dehors de tout jugement sur cet article, la personnalité de son auteur Ali Rahni mérite d'être signalée.

Ou comment manier l'amalgame et les refs qui n'ont rien à voir avec le sujet.


[quote=Ulysse Martagon]A part une poignée d'"idiots utiles"*** (à l'islam de combat) comme Gresh ou Tévanian déjà cités, quel vrai démocrate pourrait se laisser abuser par le discours de ce prétendu musulman progressiste ?

Sœur Caroline est de retour, A propos des dernières affabulations de Caroline Fourest

Par Pierre Tevanian, Octobre 2004


(...)Je ne parlerai pas ici de Tariq Ramadan. Le collectif Les mots sont importants a déjà publié un texte de Sadri Khiari, qui à nos yeux exprime très bien toute la distance qui nous sépare de sa pensée politique. Je ne tenterai pas non plus de relever tous les raccourcis, amalgames, simplifications, interprétations malveillantes, que contient le livre de Caroline Fourest. Je me contenterai, parce que j’ai d’autres chats à fouetter, de montrer, sur un très court échantillon, que "Sœur Caroline" n’a rien perdu de sa légendaire mauvaise foi. Par narcissisme, et parce que c’est un sujet que je connais assez bien, je me contenterai de parler de Pierre Tévanian, c’est-à-dire de moi-même, à qui deux pages (les pages 366 et 367) sont consacrées dans Frère Tariq.

1. Caroline Fourest affirme tout d’abord que je suis un exemple typique de ces militants de gauche qui, par antiracisme mal compris, "succombent aux sirènes de l’islamisme".

Aucun fait ne vient étayer cette accusation. Et pour cause : dans les trois livres que j’ai publiés, dans les dizaines d’articles que j’ai écrits et dans les plus de 300 textes en ligne sur le site que je co-anime avec Sylvie Tissot, on ne trouve pas une ligne exprimant la moindre connivence ou complaisance avec une quelconque doctrine islamiste. On y trouve en revanche un long texte de Sadri Khiari proposant une critique radicale de la pensée de Tariq Ramadan, ainsi que de nombreux textes prenant parti pour une complète égalité de traitement entre hommes et femmes et entre couples homosexuels et hétérosexuels [4] Bon début, Sœur Caroline !(...)


[quote=Ulysse Martagon]Je rappellerai sa prestation remarquée, face au candidat Sarkozy, lors d'un 100 minutes pour convaincre, émission au cours de laquelle il proposa, avec le plus grand sérieux, un moratoire sur la lapidation. No comment.


Oui en effet quand on à si peu à dire le mieux est surement de... "no comment"
On a fait toute une affaire de ce " moratoire sur la lapidation ", mais au moins il essaie d'avancer en prononçant ces paroles... Vous vouliez quoi ? Qu'on envahisse le Yémen, l'Afghanistan ( ça, c'est fait ) et tous les autres pays islamiques pour leur confisquer leurs cailloux ?

Autant demander au pape d'arrêter de rejeter le préservatif pour éviter des milliers de contaminations en Afrique...

Merci Thurar pour ces articles qui montrent bien mieux que je ne pourrais le faire, l'obsession de Fourest et ses diverses manipulations pour " étayer " ses dires...
Quand elle se retrouve Face à Ramadan et que celui-ci lui répète à plusieurs reprises : " Je ne fais pas partie des Frères Musulmans ", elle continue tranquillement sans entendre... C'est quand même le sujet du bouquin, faut pas déconner...

Et pour le double-discours, trouvez-moi une seule personne, qu'elle soit philosophe, politique ou autre qui parle de la même manière à tous ses interlocuteurs, sans tenir compte de leur sensibilité personnelle, je serais curieux de voir ça.

Je précise encore que je ne suis ni musulman, ni admirateur béat de Tariq Ramadan... Ce type a écrit des milliers de pages et tenu nombre de conférences, il est reconnu par ( presque ) tous ses pairs pour ses analyses et sa culture. Alors, qu'une intégriste féministe tente de le diaboliser de la sorte, ça m'énerve un peu.
Si il est au centre des préoccupations de Fourest, je doute que l'inverse soit vrai... Il a du l'oublier depuis longtemps et parfois rire de ses grandes analyses sociétales.
Je ne vois aucun intérêt à poursuivre ces échanges sur Caroline Fourest, avec un interlocuteur (thurar) qui en guise de dialogue, copie-colle à haute dose des textes de pointures comme Alain Gérard (?) ou Pierre Tévanian (lui c'est bon, je ne le connais que trop), décrète hors-sujet les références à des articles qui lui déplaisent, et conclut que je n'ai rien à dire, alors qu'il a été incapable d'avancer la moindre idée personnelle.

Quant à vous David F., que le ridicule de la proposition de moratoire n'effleure même pas ( genre : "bon, les barbus, on fait un break, on se réunit autour d'une table, et on discute de la possibilité d'une lapidation plus humaine, si possible avec des cailloux plus petits"), qui prenez les affirmations de Tariq Ramadan pour argent comptant, et traitez CF d'"intégriste féministe", il semble que vous vous soyez fait une idée définitive de leur personnalité, n'incitant pas à poursuivre.

Nous nous retrouverons sans doute sur d'autres sujets, mais sur celui-ci, en ce qui me concerne, le débat est clos.
@ Ulysse Martagon

Si j'ai cité les articles en question c'est bien parce qu'ils apportent des données factuelles ( ce que vous êtes bien incapable de faire quand vous traitez A. Guersh d'oulema ou P. Tévanian d'ayatollah) sur les allégations de Melle. Fourest et sur ses méthodes contestables.

D'autre part quand vous prétendez citer des faits:

Les débordements des foules piétineuses de la Mecque,

Ah bon il n'y a qu'a la Mecque qu'on à connu des bousculades mortelles? Et ce serai parce qu'ils sont musulmans qu'ils se marchent dessus ? Quel rapport avec l'intégrisme?

la violence des émeutes spontanées d'Iraniens choqués par les caricatures,

Qui peut croire qu'en Iran, dont je suppose que vous serez d'accord avec moi pour dire qu'en tant que dictature elle contrôle sévèrement toute démonstration publique,
de telle "manifestations" étaient "spontanées"?

les fatwas tous azimuts condamnant à mort les supposés apostats ou les non-musulmans un peu trop critiques,

Parce que bien sur on à vu suite à ses "fatwas" des hordes de musulmans se jeter sur tout ce qui ne portait pas barbes et égorger des foules d'infidèles.

les assassinats de prêtres catholiques en Turquie ou au Pakistan,

Ah voici enfin des faits que l'on peut imputer à des "Islamistes" et qu'il faut condamner avec la plus grande fermeté. Mais quelle conclusion en tirez vous?

que l'Islam [n'] est [pas]avant tout une religion d'amour et de paix.

Si ce n'est pas de l'amalgame visant à stigmatiser l'ensemble d'une religion et donc de ses pratiquants. Qu'est-ce donc? Une preuve de tolérance et d'ouverture aux autres je suppose?



Je ne vois aucun intérêt à poursuivre ces échanges sur Caroline Fourest, avec un interlocuteur (thurar) qui en guise de dialogue, copie-colle à haute dose des textes de pointures comme Alain Gérard (?) ou Pierre Tévanian (lui c'est bon, je ne le connais que trop), décrète hors-sujet les références à des articles qui lui déplaisent, et conclut que je n'ai rien à dire, alors qu'il a été incapable d'avancer la moindre idée personnelle.

Encore une fois comme vous ne pouvez réfuter les données factuelles contenues dans les dits articles vous avez recours aux insinuations sans preuves et aux attaques ad Hominem.

Et oui désolé pour vous mais votre références à un article publié sur oumma.com (qu'au passage vous accusez, encore une fois sans fournir le moindre élément de preuve, d'antisémitisme)
au sujet de la déclaration pour le moins stupide de F.Fillon et où il n'est absolument pas question de C. Fourest qui était le sujet de nos échanges. Je me crois autorisé à vous dire que votre citation est en effet "Hors sujet"

Quant à vous David F., que le ridicule de la proposition de moratoire n'effleure même pas

Parce que bien sur la position de N. S. lors de ce fameux "débat", consistant a dire à des milliers de km confortablement installé dans un studio de télé. "Nous n'accepterons jamais, oh grand jamais de telles pratiques" alors que de tel propos n'auront jamais, mais jamais, acune influence sur le problème. N'est pas du tout ridicule.

D'ailleurs on a bien vu ce qu'il en était des grandes déclaration du candidat, lorsque, une fois élu, il s'est rendu en tant que notre président à Riyad.
Alors qui des deux est le plus ridicule et manie le plus le fameux "double langage" ?
Les faits, rien que les faits. Bah voyons...
Il est notoire que les adversaires de CF sont tous d'une parfaite objectivité.
Et de plus, vous contenter de répercuter des extraits de leurs articles hors-contexte, en n'y ajoutant aucun commentaire, décourage toute tentative de réponse de ma part. Non pas que leurs auteurs ne puissent être contredits, mais il faudrait pour cela possèder une connaissance approfondie de l'ensemble des écrits ou des déclarations sujets à polémique. De mon côté, Je ne vous ai jamais infligé du Fourest dans le texte.

Pour ce qui, pour une fois, n'est pas chez vous du copié-collé :

Les mouvements de foule de la Mecque, causant chaque année un nombre plus ou moins important de victimes, sont la conséquence d'un fanatisme religieux porté à son point le plus extrême. Il ne semble pas, par exemple, que la récente venue de Benito en France, malgré la présence sur son passage d'un nombre conséquent de ses admirateurs, ait engendré le même genre de ferveur et de panique incontrôlables.
Il y a quelques années, j'ai été témoin à l'aéroport de Lahore, du comportement de musulmans en partance pour leur ville sainte. Ils constituaient un groupe d'une cinquantaine de pélerins hallucinés et affolés dont il était plus prudent de se tenir à l'écart.
Mais comme je ne désire surtout pas passer pour le contempteur d'une seule secte, celle des nouveaux damnés de la terre, j'ajouterai que fe fait que la plupart d'entre eux prenaient l'avion pour la première fois, n'était sans doute pas non plus étranger à leur agitation.
Et qu'après tout, l'observation de fanatiques hindous en transe fêtant les dieux de leur panthéon, n'est pas plus rassurante.

Désolé d'avoir omis les guillemets de "spontanées" qualifiant les émeutes iraniennes. Pas plus que vous, je ne me fais d'illusions sur la liberté d'expression et la capacité de contestation de peuples endoctrinés, maintenus sous le joug des dirigeants des régimes islamistes.

Si pour le coup, mon second degré vous a échappé, j'ai quant à moi, parfaitement goûté l'humour de votre phrase sur les fatwas inoffensives.
Il y a peu de chance que Salman Rushdie, Taslima Nasreen et Aayan Hirsi Ali, pour ne citer que trois des plus célèbres condamnés à mort, vous lisent, et c'est dommage. Je pense qu'ils apprécieraient beaucoup votre causticité.
Théo Van Gogh dont l'assassin marocain n'a d'ailleurs eu besoin d'aucun prescripteur pour frapper, se serait bien marré aussi.
Et tiens, toujours dans cet esprit de franche rigolade :
Le cheikh Loudeïdane, chef de la justice saoudienne, a récemment lancé une fatwa contre les télévisions immorales, estimant qu'il était licite de tuer les patrons des médias incitant à la dépravation.
Bon, c'est assez radical, mais à condition qu'on y ajoute les patrons des médias français favorisant la connerie, je ne rejette pas entièrement l'idée.
Un autre islamiste, marocain lui, vient d'émettre une fatwa autorisant les filles à se marier dès 9 ans.
Une fille de cette âge, même parfaitement éduquée, est-elle capable de correctement cuisiner, laver le linge et les sols, coudre, repasser, faire les courses, cultiver un jardin, éventuellement labourer un champ et élever un troupeau ? Je suis plus circonspect.

Les assassinats de catholiques en terre d'Islam ?
D'après vous, je devrais en tirer des conclusions qui ne soient pas des évidences ?

Oumma.com : Puisque vous ignorez la teneur des articles publiés sur ce site, n'hésitez pas à aller y faire un tour. Connaissant quelques unes de vos options, vous serez séduit par la plupart d'entre eux.

Les hors-sujets : S'il y a une chose dont je me contrefous, c'est bien d'être hors-sujet. D'ailleurs, neuf sur dix de mes messages sont des hors-sujets.
Et si je ne postais pas sur un forum aussi bien élevé que celui-ci, je vous indiquerais volontiers une partie de votre anatomie où vous pourriez avantageusement placer cette remarque.

Enfin, à propos du double langage de Sarkozy, vous allez être contrarié, mais je pense exactement comme vous.
Sauf que le fait que ce soit lui qui ait mouché Ramadan, ne suffit pas à faire de ce dernier un honnête homme.

Wow ! la longueur de ce message !
Je me serais jamais cru capable de labater aussi grave.
Les mouvements de foule de la Mecque, causant chaque année un nombre plus ou moins important de victimes, sont la conséquence d'un fanatisme religieux porté à son point le plus extrême. (...)Il y a quelques années, j'ai été témoin à l'aéroport de Lahore, du comportement de musulmans en partance pour leur ville sainte. Ils constituaient un groupe d'une cinquantaine de pélerins hallucinés et affolés dont il était plus prudent de se tenir à l'écart.
Mais comme je ne désire surtout pas passer pour le contempteur d'une seule secte, celle des nouveaux damnés de la terre, j'ajouterai que fe fait que la plupart d'entre eux prenaient l'avion pour la première fois, n'était sans doute pas non plus étranger à leur agitation.
Et qu'après tout, l'observation de fanatiques hindous en transe fêtant les dieux de leur panthéon, n'est pas plus rassurante.

Il est assez symptomatique, à mon avis, du fond de votre pensée, de voir que dans votre réflexion les millions (dizaines de millions même, non?) de pèlerins se rendant à la Mecque chaque année ne soient tous que des fanatiques ou de pauvres arriérés que le simple fait de voyager dans "le grand oiseau de fer" mettrait en transe.

Tout juste concédez vous que ce genre de mouvement de foules puisse à l'occasion concerner d'autre "ethnie" mais à condition bien sur qu'il s'agisse tout de même de fanatiques d'une religion "exotique"

Qu'en est-il alors des bousculades (qui font aussi des morts parfois) dans les stades, à l'entrée de certaines boites de nuit ou bien encore dans des centres commerciaux quand (pour une raison ou pour une autre) la panique s'empare de ces foules "occidentales" ?

Fanatisme ou déplorables incidents dus à l'instinct de survie qui saisit tout un chacun lorsque la panique s'empare d'une foule?

Il ne semble pas, par exemple, que la récente venue de Benito en France, malgré la présence sur son passage d'un nombre conséquent de ses admirateurs, ait engendré le même genre de ferveur et de panique incontrôlables.



Alors là dans le genre faux cul et de mauvaise foi ça se pose un peu là.
Comparer (combien étaient-ils?) 20 000 ou 40 000 clampins à une foule de 10 ou 20 millions fallait oser.
D'ailleurs je me suis laisser dire qu'il y a bien eu quelques bousculades lors de l'ouverture de l'espace au public et que même si il n'y a pas eu de morts on déplore tout de même quelques bobos (ongles arrachés, entorses et autres hématomes)
Je n'ai aucune preuve de ce que j'avance ici, mais comme vous non plus du contraire, je ne voit pas pourquoi je m'interdirai ce que vous vous autorisez. ;)

Désolé d'avoir omis les guillemets de "spontanées" qualifiant les émeutes iraniennes. Pas plus que vous, je ne me fais d'illusions sur la liberté d'expression et la capacité de contestation de peuples endoctrinés, maintenus sous le joug des dirigeants des régimes islamistes.

Mais oui bien sur.
Je pourrais vous croire si vous n'aviez pas utilisé ces soi-disant manifestations spontanées pour démontrer le fanatisme des "foules musulmanes". Aussi il faudrait choisir soit ce sont des manifestation spontanés mues par le seul fanatisme ou alors ce sont des démonstrations organisés par le pouvoir en place et donc parfaitement contrôlés.

[s]Si pour le coup, mon second degré vous a échappé,[/s] j'ai quant à moi, parfaitement goûté l'humour de votre phrase sur les fatwas inoffensives.
Il y a peu de chance que Salman Rushdie, Taslima Nasreen et Aayan Hirsi Ali, pour ne citer que trois des plus célèbres condamnés à mort, vous lisent, et c'est dommage. Je pense qu'ils apprécieraient beaucoup votre causticité.
Théo Van Gogh dont l'assassin marocain n'a d'ailleurs eu besoin d'aucun prescripteur pour frapper, se serait bien marré aussi.


Mais bien sur après avoir renié vos propos (prétendant que c'était de l'humour et plaidant un soi-disant oubli de "guillemets") faites moi dire ce que je n'ai pas dit.

Primo il me semble bien, et ce dans le même post, avoir dit combien il me semblait important de dénoncer les violences des intégristes (je pourrait ici m'insurger, dire qu'il faut lutter combattre avec la dernière énergie etc etc. Mais bien à l'abri le cul vissé derrière mon ordi ce genre de discours me semble tellement vains et vide de sens que je m'en tiendrait à cette formulation)

Et deuxio j'ai dit et je maintiens que contrairement à la thèse qui sous-tend tous vos propos sur "les musulmans qui ne sont pas amour et paix" "les foules musulmanes fanatisées" etc de telles "fatwa" (qui au passage techniquement n'en sont pas toujours, mais sont des prises de paroles individuelles) n'avaient que relativement peu d'écho sur l'immense majorité des musulmans (d'où mon allusion aux foules qu'on a pas vu se précipiter à appliquer les consignes haineuses des ces tarés)


Et tiens, toujours dans cet esprit de franche rigolade :
Le cheikh Loudeïdane, chef de la justice saoudienne, a récemment lancé une fatwa contre les télévisions immorales, estimant qu'il était licite de tuer les patrons des médias incitant à la dépravation.

Ca tombe bien que vous en parliez. J'avais justement hésiter à poster ici un lien vers un article qu j'ai lu ces jours derniers su comment cette "fatwa" avait été reçu dans le golf par les populations lisez vous verrez c'est assez instructif
(..)S’il faut condamner avec une telle énergie les spectacles dégradants de la télévision, c’est bien qu’ils attirent à eux, les feuilletons le montrent assez, des foules considérables en principe composées de très honnêtes croyants !(...)

Bon, c'est assez radical, mais à condition qu'on y ajoute les patrons des médias français favorisant la connerie, je ne rejette pas entièrement l'idée.

Voila bien ce qui fera toujours la différence entre vous et moi. J'en ai rien à foutre que sur le fond je pourrait être d'accord avec lui sur l'inanité des programmes télés, je ne concéderait jamais à un quelconque calotard le droit de me dire ce que je peu ou ne peu pas faire.

Un autre islamiste, marocain lui, vient d'émettre une fatwa autorisant les filles à se marier dès 9 ans.
Une fille de cette âge, même parfaitement éduquée, est-elle capable de correctement cuisiner, laver le linge et les sols, coudre, repasser, faire les courses, cultiver un jardin, éventuellement labourer un champ et élever un troupeau ? Je suis plus circonspect.


Circonspect? C'est encore de l'humour je suppose? Chacun appréciera.

Les assassinats de catholiques en terre d'Islam ?
D'après vous, je devrais en tirer des conclusions qui ne soient pas des évidences ?

C'est bien ce que je disait; En fait sous couvert de lutte contre l'intégrisme, tout votre propos ne vise qu'a tenter de faire apparaitre comme évident que le danger c'est l'islman et le musulmans dans leure totalité.

Oumma.com : Puisque vous ignorez la teneur des articles publiés sur ce site, n'hésitez pas à aller y faire un tour. Connaissant quelques unes de vos options, vous serez séduit par la plupart d'entre eux.

Toujours pas de preuves ou de citations.... Incapacité ou fainéantise?

Enfin, à propos du double langage de Sarkozy, vous allez être contrarié, mais je pense exactement comme vous.
Sauf que le fait que ce soit lui qui ait mouché Ramadan, ne suffit pas à faire de ce dernier un honnête homme.


Mais, pour autant qu'il l'ai vraiment mouché, ce qui est ici un jugement subjectif de votre part, ça ne suffit pas à prouver, comme vous l'aimeriez, le contraire.
Je savais que " l'intégriste féministe " vous plairait... :-)
Une provocation bien innocente en retournant la " méthode Fourest ", c'est tout.

C'est sur que sur ce sujet, on ne fera plus guère avancer le débat...
Mais je maintiens que ce " moratoire " est la seule proposition valable ( la seule tout court je crois bien ) que j'ai entendue sur le sujet. Il n'y a simplement rien à faire d'autre dans l'immédiat.

Thurar, c'est vrai que question double-discours, Sarko est une pointure, on ne peut pas rivaliser. :-)

Et pour conclure en rigolant un peu, lisez " Ground zéro à Turbigo " réunion de rédaction à Charlie au lendemain de la sortie de Siné Hebdo ( moi, en tout cas, ça m'a fait rire )

http://valestderetour.wordpress.com/


Thurar, c'est vrai que question double-discours, Sarko est une pointure, on ne peut pas rivaliser. :-)



A voir sur le sujet

Sarkozy : "Je suis l'un des rares hommes politiques qui ne change pas d'avis" - Vidéo Sarkozy :
9 septembre 2008, 01:00, Les mots ont un sens, par Napakatbra
[quote= Ulysse Martagon]
(...) Mais vous aurez peut-être remarqué qu'un certain nombre d'@sinautes expriment ici et sur le fil "Siné viré ou l'histoire pas drôle", leur antifourestisme copié-collé, et que j'émets un avis contraire au leur, si possible original, en essayant d'éviter tout raisonnement binaire.

[quote=Ulysse martagon]Les débordements des foules piétineuses de la Mecque, la violence des émeutes spontanées d'Iraniens choqués par les caricatures, les assassinats de prêtres catholiques en Turquie ou au Pakistan, les appels au meurtre des infidèles par les prêcheurs du Londonistan, les fatwas tous azimuts condamnant à mort les supposés apostats ou les non-musulmans un peu trop critiques, ne sauraient faire oublier que l'Islam est avant tout une religion d'amour et de paix.

C'est vrai que c'est super original...

[quote=Ulysse Martagon](...)le Mollah Gresch ou encore l'Uléma Tévanian,(...)

[quote=Ulysse Martagon]Mona Chollet l'a bien compris, elle qui dénonça le fantasme du danger islamiste, si stupidement ressassé par Mlle Fourest.
D'ailleurs, les attentats de Paris, Madrid, Londres, New-York ont-ils vraiment eu lieu ? Et s'ils ne sont pas de probables mises en scène de carnages, les coupables sont-ils bien ceux qu'on désigne ?

Et pas du tout binaire......
J'énumère des faits.
Sans référence à des doctrines et des maîtres à penser.
A lire absolument : " LA CONDITION SINé QUA NON " écrit par Gilles William Goldnadel du 10 septembre 2008 sur juif.org.

Je relève 2 néologismes admirables : PHILOSEMITISME et PALESTINISME , il y avait déja antisémitisme, terrorisme, islamisme,etc.. je crains que ces nouveaux mots ne deviennent d'un usage trop courants et finissent par me GONFLER .
quel plaisir de lire Caroline Fourest dans Le Monde d'aujourd'hui.

extrait:

"Mais le plus troublant vient de ce fameux refrain, consistant à y voir "deux poids, deux mesures" : "Vous avez vu, quand on tape sur les musulmans, c'est la gloire, mais quand on tape sur les juifs, c'est la porte !" Outre que Charlie Hebdo a publié un article cruel pour Jean Sarkozy, ainsi qu'un autre sur l'intégrisme juif, quelques semaines avant la provocation de Siné (ce que les tenants du "deux poids, deux mesures" et du complot ne semblent pas vouloir relever), beaucoup semblent incapables de juger une provocation en examinant l'intention du provocateur. Ils préfèrent peser le pour et le contre en fonction de la nature de la cible : a-t-il tapé sur un juif ou sur un musulman ?"
D'après les réactions des internautes dans Bakchich au sujet de la dernière sortie de Bigard, aucun doute : on nous cache tout, le 11 septembre est un complot de la CIA pour dominer le monde.
D'après les réactions des internautes sur ce forum, aucun doute, Siné est un mec cool, injustement persécuté par un quasi-nazi.
Et pourtant...
Il ne sert à rien de polémiquer, je ne convaincrai personne. Je cite cependant quelques sorties de Siné :

Le 2 juillet 1997, à propos de la GayPride : "Loin d’être un empêcheur d’enculer en rond, je dois avouer que les gousses et les fiottes qui clament a tue-tête leur fierté d’en être me hérissent un peu les poils du cul... Libé nous révèle leurs chanteuses favorites : Madonna, Sheila et Dalida... On ne peut que tirer la chasse devant un tel goût de chiottes probablement dû au fait que c'est l'un de leur lieu de plaisir préféré."

Le 8 octobre 1997, à propos de la communauté harkie : "Traitres a leur patrie, ils ne méritent que le mépris !... Quant aux enfants de ces harkis, les pauvres, ils n’ont guere le choix ! Soit 1) ils en sont fiers ou 2) ils en ont honte. Dans le premier cas, qu’ils crèvent ! Dans le second, qu’ils patientent jusqu’à ce qu’ils deviennent orphelins !"

Le 11 juin 2008, sur les musulmans : « Je n’ai jamais brillé par ma tolérance mais ça ne s’arrange pas et, au risque de passer pour politiquement incorrect, j’avoue que, de plus en plus, les musulmans m'insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le cul. J’ai toujours détesté les grenouilles de bénitier catholiques vêtues de noir, je ne vois donc pas pourquoi je supporterais mieux ces patates à la silhouette affligeante et véritables épouvantails contre la séduction !
Leurs maris barbus embabouchés et en sarouel coranique sous leur tunique n’ont rien à leur envier point de vue disgracieux. Ils rivalisent de ridicule avec les juifs loubavitchs ! Je renverserais aussi de bon cœur le plat de lentilles à la saucisse sur la tronche des mômes qui refusent de manger du cochon à la cantoche ».

Chacun peut en penser ce qu'il veut. Pour ma part je ne trouve pas ça drôle, et s'il s'agit d'une provocation, c'est une pure et simple provocation à la haine.

J'ai acheté le premier numéro de Siné-Hebdo. C'est affligeant. Les écritures relâchées, négligées (Bedos, Alévèque, Berroyer), obscures (Vaneigem), les injures vagues (Onfray ; je suis un crétin utile apparemment, je préfère Paris à la province), l'expression brute de la haine (Arthur) ne peuvent faire de bons articles. C'est nul, quand ce n'est pas ignoble : Didier Porte qui se permet de donner des leçons de journalisme sans avoir de son coté mené la moindre enquête ; Warschawski qui encourage les palestiniens à refuser tout processus de paix (Mahmoud Abbas est un traitre si je comprends bien ce qu'il veut dire). Les dessins sont à l'avenant, à la notable exception de Tardi et Miss Tic, mais ce n'est pas vraiment politique. Bref, tout ce petit monde se lâche ; il n'y a pas de contenu si ce n'est, bien sûr, la haine encore et toujours d'Israël.

Pour finir, juste histoire d'entendre un autre son de cloche, je renvoie à l'édito "antisinétisme" de Philippe Val, repris par Caroline fourest dans son site Prochoix :
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2008/08/07/2050-antisinetisme-par-philippe-val
On peut essayer de le lire calmement. Et puis vous pouvez lire le dernier Charlie Hebdo, et constater que les dessinateurs n'ont pas perdu leur virulence, leur gout de la provocation, leur talent...
Fort heureusement, en dehors des forums d'Internet, le monde continue d'exister.
Bon toujours pas décidé à modifier le forum? Plus de 300 commentaires à lire sur une même page avec des nouveaux messages qui se fourrent dans des posts au hasard au milieu de n'importe qu'elle conversation.. faudrait pt'être commencer à songer à faire quelque chose là non? Personnellement ça ne me donne pas envie de participer si peu de clarté, suis-je le seul dans ce cas??
Pour ceux qui se demandent si Val était drôle dans son métier d'avant bien-pensant en chef, le réponse est non et la preuve est ici : http://auteursreunis.free.fr/telechargements/FontEtVal/FontEtVal.htm
Pour continuer dans le meme esprit quand je l'ai acheté vers 12H30,nous étions deux à le faire.par contre,le marchand de journaux l'avait planqué sous d'autres magazines qui n'avaien t rien à voir et il était difficile à trouver ce que j'ai fait remarquer.
GROS SUCCES pour le 1er numéro de Siné Hebdo d'après le site de challenges.fr. L'hebdomaire était en rupture de stock dès la fin de la matinée dans la plupart des kiosques, malgrè un tirage de 140 000 EXEMPLAIRES ;

Quand je suis allée l'acheter (vers 7 heures du matin) il y avait un autre monsieur qui le cherchait en meme temps que moi .
Qui est le "martin" qui écrit en page 2 du déjà culte Siné-Hebdo, SVP ? Je n'ai pas trouvé et ça m'intrigue...
Un témoignage supplémentaire sur les censures exercées par Philippe Val et sa prise du pouvoir à CH, par André Langaney, un ancien collaborateur de Charlie, qui passe à la "Résistance":
Pourquoi je roule avec Siné

Extraits:

"Pendant trois longues années, j’avais, à la demande de Philippe Val, fourni une chronique hebdomadaire à Charlie Hebdo, joué à « Dédé-la-science ». Ce pseudo, dû comme beaucoup de choses là bas, à François Cavanna évoquait, bien sûr, Raymond-la-science, de la bande à Bonnot. Il s’agissait de la science au sens large, celle de la vie quotidienne plus que celle des grands accélérateurs de particules.(...) Et puis, le temps passant, le rédac.- chef supporta de plus en plus mal mon côté vieux gorille à dos blanc, ou bien l’ironie avec laquelle j’accueillais ses postures d’instit 3ème république vis-à-vis de l’équipe, en général, et des petits jeunes en particulier. Petit à petit, on ne se contentait plus de changer systématiquement mes titres, de couper des phrases qui déplaisaient, même si elles correspondaient à ma pensée ; mais on taillait arbitrairement dans mes écrits ou bien on les censurait lorsque j’abordais des sujets tabous (mais oui, il y en avait plein à Charlie, pas ceux auxquels vous pensez : la philosophie, réservée au chef, la politique non conforme à la pensée du chef, la sensiblerie animalière, les jeux de mots qui font « Canard Enchaîné » - on ne pouvait passer que ceux qu’il ne comprenait pas !).

(...)Le sommet fut atteint le jour où Val me commanda une interview « d’au moins 50 000 signes » de Boris Cyrulnik sur la sémiologie du Front national, du temps où ces voyous avaient pris la mairie de Toulon et, plus ou moins avec leurs alliés RPR « dits de droite », le contrôle de la psychiatrie de la région PACA où Boris exerçait. Boris, au nom de l’amitié, accepta ce qu’il n’aurait certainement pas fait pour Charlie, se mouilla un maximum et travailla même assidument pour le bouquin « Charlie saute sur Toulon ! ». Quand j’arrivai avec le texte commandé, négocié au mot près, j’appris à la rédaction que je n’avais plus que 12 000 signes ; furieux, je contactais Val qui m’en accorda paternellement 15 000, comme si c’était une faveur. Je m’aplatis en excuses auprès de Boris qui accepta, avec le sourire, de renégocier mot à mot ma réduction. Mais, quand le texte parut, dans le journal, comme dans le livre, les déclarations entre guillemets de Boris avaient été complètement charcutées et remaniées par Val.

(...)D’après de multiples témoins, les conférences de rédaction du mercredi matin, auxquelles je n’avais jamais eu le temps d’assister, s’étaient peu à peu transformées en messes superchiantes, monopolisées par le sermon du rédac-chef « qu’il fallait écouter deux heures par semaine nous expliquer le monde ». Ensuite, il coupait à la serpe, sans explications, dans les propositions de reportages, de sujets, de dossiers, d’articles. Quiconque n’était pas d’accord se voyait rappeler à l’ordre sur le mode « Cabu et moi sommes actionnaires majoritaires, ceux qui ne sont pas d’accord foutent le camp, tant pis pour leur porte monnaie ! ». Cavanna, Choron, Reiser, Gébé, où étiez-vous ? Siné survivait en envoyant sa zone par fax, mode primitif, mais qui lui évitait d’être massacré par le service d’ordre.

(...)Le succès dans les médias grisait le jadis interdit de télé. Exprimer ses idées et sa ligne politique lui donnait envie de passer à l’action, sur tous les fronts. La rencontre de Dominique Voynet, ministrable et ministrée, lui donna une frénétique envie de cabinet et il la courtisa assidument bien qu’elle fût loin de ses goûts biométriques et amoureux habituels, et surtout pas très maline.


(...)Vous imaginez le malaise de toute la rédaction devant l’affaire Siné, que je ne reprendrai pas ici parce que j’étais loin quand tout est arrivé et que tout et trop en a été dit pour cacher la réalité actuelle de Charlie : le « patron » la joue adjudant Chanal vis-à-vis d’employés qui ont besoin de leur fin de mois pour vivre et qui sont obligés de le suivre par chantage au boulot.


Et vis-à-vis de Siné que je connais depuis un quart de siècle comme militant anticolonialiste, antiraciste, beaujophile, drôle et libertaire, le faire traiter d’antisémite par les sarkozystes de la LICRA et quelques bobos sionistes du Nouvel Obs est une dégueulasserie dont je n’aurait pas crû même Val capable ! Je ne nierai pas qu’en cherchant bien dans les fonds de tiroir des enregistrements, lorsque Bob avait plus de deux grammes dans le sang, on ait sans doute pu trouver des seconds degrés qui, mêlés aux 13° et placés hors contexte, paraîtraient antisémites. Mais alors il aurait fallu placer des micros cachés à la LICRA et au MRAP où, off record, j’ai entendu souvent les « blagues » les plus atroces sur les chambres à gaz et les camps de concentration. Des blagues d’un style que personne n’aurait pardonné – à juste titre ! – à l’extrême droite et pour lesquelles la LICRA et son festival de brillants juristes pourraient essayer de faire condamner Coluche à titre posthume !"

Pourquoi je roule avec Siné
Un témoignage supplémentaire sur les censures exercées par Philippe Val et sa prise du pouvoir à CH, par André Langaney, un ancien collaborateur de Charlie, qui passe à la "Résistance":
Pourquoi je roule avec Siné
Combien y-a-t-il de commentaires ?
Je n'arrive plus à lire.
Vivement demain un nouveau fil à l'occasion de la sortie de Siné-Hebdo ...
Par Toni O'Loughlin à Jérusalem
The Guardian, lundi 26 mai 2008
article original : "US academic deported and banned for criticising Israel"

Norman Finkelstein, l'universitaire américain juif controversé et féroce critique d'Israël, a été expulsé de ce pays et il est interdit de séjour en Israël pour 10 ans, a-t-on appris hier.

Finkelstein, le fils d'un survivant de l'Holocauste qui a accusé Israël de se servir du génocide nazi contre les Juifs pour justifier ses actions contre les Palestiniens, a été détenu par les services de sécurité israéliens, le Shin Bet, lorsqu'il a atterri à l'aéroport Ben Gourion vendredi dernier.

Le Shin Bet l'a interrogé pendant environ 24 heures sur ses contacts avec la milice islamique libanaise, le Hezbollah, lorsqu'il a voyagé au Liban en début d'année et exprimé sa solidarité avec ce groupe qui a livré une guerre contre Israël en 2006. Il a été aussi accusé d'avoir des contacts avec al-Qaïda. Mais Finkelstein a rejeté ces accusations, disant qu'il s'était rendu en Israël pour visiter un vieil ami.

"J'ai fait de mon mieux pour fournir des réponses absolument franches et complètes à toutes les questions que l'on m'a posées", a-t-il déclaré à un journal israélien lors d'un échange de courriels.

"Je suis persuadé que je n'ai rien à cacher. A part mes opinions politiques et le travail universitaire que je soutiens, il n'y a pas grand chose à dire sur moi : hélas, aucune mission suicide ou rendez-vous secret avec des organisations terroristes. J'ai toujours soutenu une solution à deux Etats basée sur les frontières de 1967. Je ne suis pas un ennemi d'Israël".

Finkelstein est l'un des quelques universitaires qu'Israël a rejetés, dans cette division qui est de plus en plus farouche dans les cercles académiques, entre ceux qui soutiennent et ceux qui critiquent la façon dont Israël traite les Palestiniens.

L'année dernière, le "nouvel historien" le plus controversé d'Israël, Ilan Pappe, a quitté son emploi en tant que professeur associé en science politique à l'Université d'Haïfa, après avoir soutenu le boycott universitaire international des institutions israéliennes, ce qui a poussé le président de l'université à lui demander de démissionner.

L'année dernière, Finkelstein s'est vu aussi refuser sa titularisation à l'Université DePaul de Chicago pour avoir attaqué plusieurs supporters ardents d'Israël et des universitaires comme le professeur de droit d'Harvard, Alan Dershowitz.

L'association pour les Droits Civiques en Israël a déclaré que l'arrestation de Finkelstein et son expulsion étaient une atteinte à la liberté d'expression.

"Cette décision, consistant à empêcher quelqu'un d'exprimer ses opinions en l'arrêtant et en l'expulsant est typique d'un régime totalitaire", a déclaré l'avocat de cette association, Oded Peler.

"Un Etat démocratique, où la liberté d'expression est le principe le plus élevé, ne fait pas taire la critique ou les idées, juste parce qu'elles sont désagréables à entendre par les autorités. [Un Etat démocratique] affronte ces idées dans un débat public."

Finkelstein a déclaré qu'il avait été détenu dans une cellule et qu'il avait connu "quelques moments déplaisants avec les gardiens" et qu'il a fini par emprunter le téléphone mobile d'un autre détenu pour appeler un ami qui à son tour a appelé un avocat.

Bien qu'il ait le droit de faire appel contre l'ensemble de cette interdiction, Finkelstein a dit qu'il ne la contesterait pas.
Traduction : JFG/QuestionsCritiques


StatCounter - Free Web Tracker and Counter
À 55 minutes et 30 secondes, Daniel Shneidermann a fait remarquer que les inscriptions trouvées récemment dans un établissement scolaire n'étaient pas seulement antisémites mais aussi anti-musulmans, anti-Maghrébins.

C'est l'occasion de rappeler que les peuples juif et arabe sont deux peuples sémites, issus historiquement (si la Bible peut être considérée comme un document historique fiable…) d'une même souche, Abraham ayant eu deux enfants de deux femmes différentes : Ismaël est le fils d'Agar, la servante, et Isaac (père de Jacob-Israël) est le fils de Sara, l'épouse.

L'antisémitisme ne concerne donc pas seulement les Juifs mais aussi les Arabes.

De même, lorsque l'on parle d'inscriptions anti-musulmans, il convient de mettre en regard des inscriptions anti-israélites — et il s'agit alors d'un problème de confession religieuse et non de racisme. Ces inscriptions, étaient-elles anti-musulmans, anti-Maghrébins, anti-arabes, antisémites, ou tout cela à la fois ?

Quant au sionisme, on peut aussi rappeler qu'il s'agit, selon Wikipédia et de nombreux auteurs, « d' une idéologie politique prônant l'existence d'un État juif en Palestine », voire de son expansion jusqu'à un « Grand Israël ». Être anti-sioniste n'est pas être antisémite, contrairement à ce qu'une autre idéologie veut faire croire. Il existe d'ailleurs un courant religieux juif antisioniste.

Confusion des mots égale confusion des esprits. Merci d'y veiller.

Alain DAUDIER
Didier Porte et Michel Onfray ont une chronique entre autres, dans "Hebdo-Siné" qui sort demain !
Je n'ai pas voulu réagir à chaud tant le contenu de l'émission avait un goût "de cendre" : c'était lisse, bien consensuel, bien mou, trop mou.

Bien sûr, Siné fait profil bas, mais, ce n'est pas ce qui me dérange.

J'ai bondi à différentes reprises, croyant voir un débat télévisé tout juste destiné à préparer le cerveau pour je ne sais quel produit-miracle. J'exagère à peine.

Des exemples ?
- David Abiker : "Il y a une chose qui ne part pas de la réalité (la fameuse "zone blanche") qui est de considérer qu'il épouse cette jeune fille pour réussir... Est-ce que vous en êtes certain ? Est-ce que cela part d'une vérité ?"

Je me pose une question : est-ce que par hasard, David, vous ne vous foutez pas des @sinautes ? Le pamphlet, la provocation n'appartiennent pas au même registre que l'investigation, ou que l'enquête, me semble-t-il. Par essence, n'est il pas virulent, décapant? N'a-t-il pas pour fonction de s'attaquer au pouvoir en place ? D'en dénoncer les travers ? L'injustice ? Est-ce que Molière éreintant, entre autres, les médecins de son temps rapporte la stricte vérité ? Est que Chateaubriand, s'en prenant à Napoléon, n'utilise pas l'insolence ? Je vous fais grâce de quelques autres, de Boris Vian, en particulier, de son "J'irai cracher sur vos tombes".

Donc, David, vous êtes en dehors du coup (mais peut-être le faites-vous exprès?), complètement hors contexte, comme si vous cherchiez à justifier le fait que petit Jean se convertisse (peut-être) au judaïsme... Sous-entendu : mieux vaut se convertir par amour que par affairisme, car supposer que l'on devienne juif par stratégie, voilà qui constituerait le comble de l'antisémitisme.
Je ne vous pas de procès d'intention. Je dis ce que j'ai ressenti. Je dis que vous semblez utiliser une grosse ficelle en déplaçant le débat.

Peu après, Daniel demande si Siné à le droit d'exprimer son avis quant à l'imposture (supposée) de petit Jean. Voici la réponse de David :
"A partir du moment où il (Siné) fait un texte de caricature, il est dans la caricature dés qu'il part d'une vérité qu'il va distordre, qu'il va tordre et qu'il va éventuellement transformer. Simplement, dans sa chronique, il y a une zone blanche mais qui fait que la chronique est ratée".
Excusez-moi, je n'ai pas compris le sens de cette phrase. Par définition, une vérité que l'on tord est une caricature. Dont acte. Mais que vient faire ici cette fameuse "zone blanche"? Siné est-il dans la caricature ou doit-il soumettre le prince Sarko au détecteur de mensonge avant d'écrire quoi que ce soit ? Ne vient-on pas justement dire que l'on était dans la provocation ?
David, excusez-moi, mais vous êtes en pleine confusion.

Ensuite, de quel droit jouez-vous au donneur de leçon ? Au nom de quoi décrétez-vous que la chronique de Siné est ratée ? Quelles sont vos grilles d'interprétation ? Par quelle autorité supérieure êtes-vous mandaté ? Bien sûr, vous avez le droit de penser et de dire que, selon vous, l'humour de Siné tombe à plat. Mais vous n'avez absolument pas le droit d'en faire un impératif catégorique (à l'instar d'un BHL, détenteur de pouvoirs divins...). Si je suis d'un avis contraire au votre, suis-je un antisémite ? Un monstre ? Une ordure à karcheriser ?
David (et Alain), que pensez-vous de la couverture de Charlie Hebdo, "le racisme fait-il vendre" ? Y voyez-vous de l'humour ?

Pour conclure, la question clé, superbissime, est posée par Daniel : "Comment peut-on expliquer l'acharnement d'un certain nombre d'intellectuels (...) à vouloir faire de Siné un antisémite?".

Je pense que c'était là l'occasion d'élever le débat, de rentrer dans le vif du sujet. Pourtant, le soufflé est lamentablement retombé. La suite s'est enlisée comme une non réponse à une non question de feu PPDA au journal de 20h. Electro-encéphalogramme plat. Cette question, Daniel, il ne fallait pas la poser si vos invités ne voulaient pas y répondre. Cela aurait économisé du temps.

Parce que, voyez-vous, j'en suis resté confondu. Effet de coterie, surenchère (pseudo) intellectuelle, selon David. Parfois, le non-dit peut être pesant !

Pourquoi n'avoir pas"passer au peigne fin" le climat international et la dérive pro-atlantiste de notre pays ? Par peur du licenciement comme pour Richard Labévière (http://www.voltairenet.org /article157941.html) ? Par peur d'être mis à l'index et limogé, comme pour le sous-préfet Guigue (http://www.rue89.com/passage-benbassa/fallait-il-sacrifier-le-sous-prefet-bruno-guigue) ? Et Edgar Morin ? Et daniel Mermet ?

Cher Daniel, vous nous aviez habitués à mieux. En regardant l'émission de cette semaine, j'ai eu la détestable sensation qu'@si devenait un media bien ordinaire.
Emission trés interessante ( à part le début , on s'en fout completement de savoir si Dati est enceinte et comment la presse traite cette information et qu'une couverture de Voguie serait fausse ou pas on s'en tape completement , il y'a des sujets d'actualités plus important), donc interressante parce qu'on sent les journalistes d'ASI trés mal à l'aise et apparemment vous
n'avez pas l'air de savoir sur quel pied danser. Premièrement je ne vois pas pourquoi vous teniez absolument à ce que MONSIEUR SINE soit absolument drole dans le travil qu'il produit , faire des caricatures n'est pas un travail clonwesque , les carictures ont pour vocation à donner aussi des informations sérieuses et c'est un travail sérieux .A moins que cette image
de drolerie vous arrange pour atténuer le message de SINE et eviter de prendre une position claire et surtout tranchée. En écoutant l'émissioon attentivement j'ai le sentilment que vos journalistes étaient plutot contre les propos de SINE et vous étiez prêt de l'accusation d'antésimétisme. Comme SINE vous précise bien qu'il ne cherche pas à être drôle , vou en déduisez
en fait qu'il a fait un ratage. Je soutient à 100% les propos de SINE dans le contexte actuel de la politique SARKOSIENNE. C'est une politique entiérement dirigé contre les classes moyenne , les pauvres et les immigrés. C'est une politique qui vise à démantler las acquis sociaux , parallement les Sarkosy tirent leur épingles du jeux , je pense pas que sont eux qui se serrent ceintures en fin du mois ou font sdes sacrifices au contraire ils assurent leurs avenir en s'alliant avec les Riches de ce pays (dont il font déjà parti. C'est là sens des propos de SINE pendnt qu'on détruit les acquis sociaux des français les classes dirigeantes se remplissent les poches.
Excuseze moi mais dans ctte affaire les jouirnaliste d'ASI sont tré ambigue , adopter une position centrale n'a aucun sens , être pour et contre n'a aucun sens.

NB la LDJ est bien constitué d'ancien membre du BETAR (horde barbare de voyou qui pourchassent ce qui critiquent le colonialisme Israelien) , je précise cela parce que lvotre journaliste JUSTINE hochait de la tête en signe de désaprobation à cette information apportait par SINE.

Quant à votre question de savoir pourquoi les journalistes du systeme (comme vous les appeliez) sont prompt à dénoncer l'antisémitisme juif (je précise juif parce que les arabes sont aussi des sémites) de certains meme lorsq'ils ne le sont pas , c'est parce qu'ils soutiennent Isräel et les sionistes, tout simplement. Et je pense que vous en tant que journaliste dASI vous le savez.
Merci pour ce joli travail.
La nouvelle formule d'@si n'augure que de bonnes choses pour la suite.
Pour répondre au commentaire précédent, il faut souligner que le contexte entier (dit par siné juste après la remarque de Justine) éclaire mieux les propos de Justine. Ainsi, Justine n'a fait part que de "puisqu'Israel bombarde" et Siné a ajouté "si antisionisme est égal à antisémitisme".
Bravo à Justine pour ses débuts fracassants et à Alain pour son incroyable culture sur tout ce qui concerne l'image.
je suis choqué,c'est peu dire,que votre journaliste dise,comme si ces termes etaient pouvait changer la nature des propos de Siné,que les anti-siné avait "oublié" le début de la diatribe infame:" puisque Israel bombarbe".Ainsi aux yeux de cette journaliste cette précision de Siné serait de nature a atténuer sa responsabilitié? si elle le pense,c'est consternatn,sinon des excuses seraient judicieuses.Quand a " l'excuse" de l'alcoolisme! In vino véritas! Francis SZPINER
Sujet:


Bonjour
ceci n'est pas vraiment un reproche mais est ce que justine pourrait arrêter de danser la gigue avec sa chaise. !!!!!


je suis un telespectateur exigeant, je reconnais l'effort sur le remplacement des lunettes par des lentilles, bon par contre , le petit mouvement d'agitation de gauche à droite, le pull noir terne, c'est pas terrible. voila ceci était ma contribution.
Cordialement

ps c'était une bonne émission.
que les spécialistes du nettoyage au karcher de la liberté d´expression se le disent , siné bouge encore,( malgré tous les coups de pieds dans la tête qu´ils ont tenté de lui mettre) tant pis pour eux, tant mieux pour nous.
Anarchie Vaincra. et vive Antoine Blondin, aussi
Le « dinosaure » est d'autant plus fascinant qu'on ne voit jamais ce type de personnage dans les médias audiovisuels traditionnels. Quel plaisir que d'entendre autre chose que la langue de bois servi quotidiennement dans les foyers !

Concernant la censure, je vous invite à écouter le dernier zapping de France Inter avec Emmanuel Pierrat... édifiant.

Juste un additif concernant le volet « Couvertures littéraires » : Jean Paul Dubois est sans doute mon romancier français préféré... son dernier roman est l'un des meilleurs à mon goût :-) (Bon je sais, ce n’est pas un site littéraire).

anthony [ blog à part ]
Pendant la tempête médiatique de cet été (affaire Siné-Val) je vous suggérais, Daniel, d'inviter Siné. Aussi, je vous remercie.
J'ai apprécié cette émision Les avis convergent pour ce qui me semble essentiel : non, Siné n'est pas antisémite
En revanche, (exceptionnellement) j'ai trouvé les explications d'Alain Korkos et de David Abiker, quelque peu alambiquées. Félicitations à Justine, précise et discrète.
Siné a raison, je pense que l' Internet l'a sauvé. Vivement mercredi et la sortie de Siné Hebdo.
Après avoir regardé ce numéro, je tenais à dire qu'il y avait des gens pour trouver drôle la tribune controversée de Siné. Moi, par exemple. Dégommer Jean Sarkozy, c'est pratiquement une oeuvre de salubrité publique.
J’ai bien aimé l’émission : l’authenticité de Siné anéantissant toutes les suspicions créées pour discréditer son talent et l’interview de Daniel Schneidermann qui contribue à mettre en lumière la personnalité du dessinateur dénuée de toute ambiguïté.
Hallucinant ce numéro de RipoStes !

Barouin totalement grotesque, prétentieux, nullissime...

Adler au bord de l'explosion... Todd toujours excellent, Védrine fin et compétent, Florence Aubenas charmante et réellement informée sur la réalité des choses...

Et enfin Askolovitch... Pathétique !

Quelle honte !

***
Asko est sur la 5
Ripostes commence et si j'ai bien compris, il y aura alexandre Adler, Hubert Védrine , Florence Aubenas , et surtout à la fin ASKOLOVITCH
Siné, dans son premier numéro qui va sortir en kiosque le 10 septembre, il faudrait qu'il pense à rappeler que, lorsque sa maison a sauté en Corse (2 janvier 2003), le ministre de l'Intérieur était un certain Sarko…ami de Clavier et que personne n'a été sanctionné.
Et si les graines semées par Le Pen, arrosées par sarkosy germaient ?! De cela il faut prendre garde !! l'espoir !!...... tous ces journalistes virés en sont le rempart. Une Révolution Pacifique s'organise, tout cela me rappelle 1981 !! droit de réponse de Michel Polack. Cette effervescence intellectuelle honore notre Pays, pas celui de sarkosy, mais celui des Lumières.

Pour ou contre Siné ? c'est comme pour la peine de mort, on est pour ou contre !!
Je voudrais réagir aux formules "feuilleton de l'été", "toute la France n'a parlé que de cela" utilisées par Daniel, car ces constatations ne concordent absolument pas avec mon expérience personnelle dans la "vraie vie".
Je peux vous garantir que ni dans mon entourage familiale, ni amical, ni professionnel, personne ne s'intéresse à cette polémique. Je précise que je n'habite pas sur la planète Mars, ni dans un tonneau mais au centre de la région parisienne et que je suis en contact avec différents milieux sociaux.
La question se pose alors de l'éventuelle distortion et la démesure qu'elle a pris dans les médias, tous genres confondus. Ne serions pas en présence d'une bulle d'ordre purement médiatique, d'un soufflé monté artificiellement par les médias eux-mêmes ?

Daniel cite les deux sources d'embrasement: Les journaux et Internet.

Concernant la presse traditionnelle, il faut noter que tous les protagonistes sont des journalistes: Val et Siné, sans doute involontairement, puis Askolovitch, Joffrin, puis des personnalités médiatiques, BHL, Bedos.
Ne se seraient-ils pas autosaisis d'une "affaire" et nous la survendre pour se lancer dans une bataille d'éditoriaux à grand coups d'arguments idéologiques dans la grande tradition de la presse française ? Si les protagonistes avaient étés pompiers ou médecins, les journaux y aurait-ils consacré autant de passion ? La dimension médiatico-médiatique de l'affaire est à prendre en compte pour en évaluer l'importance réelle.

L'embrasement des blogs et des forums est à analyser différement, en partant de leur fonctionnement technique.
Que nous permettent ces nouvelles à machines à communiquer ? Une liberté d'expression totale, ou chacun peut librement afficher ses idées à la face de la planète entière. La défense de la liberté d'expression et la lutte contre toutes les formes de censure est donc naturellement le discours prédestiné à fédérer les blogueurs. C'est le message et le médium, et ce message est parfaitement tautologique. Qui tenterait de justifier une "censure" sur un tel média ?
Poussons le raisonnement plus loin, dans la stricte analyse technique du fonctionnement de ces nouveaux médias: A quoi peut-il servir de disposer d'un outil de communication de ce type si ce n'est à s'opposer aux anciens médias verticaux, dire ce qu'ils ne disent pas, dénoncer leurs mensonges, en fin de compte s'opposer à toute forme l'"establishement" ? Enfin, cette liberté totale pose la question de sa responsablitié et donc de ses limites, de la censure, question douloureuse est plus malaisée à traiter que la défense des opprimés et la défense des martyrs du "système".

On voit bien que tous les termes de la polimique Val/Siné sont contenus dans la trame même des outils et des messages qu'ils portent implicitement: Liberté d'expression, censure, opposition à l'establishement.

Ma conclusion personnelle est que cette affaire nous en dit beaucoup plus sur les médias et sur leur propension à parler d'eux-mêmes en nous aveuglant sur leur propre nature que sur l'état de la société française. Je me garderais bien d'en tirer trop de conclusions de type sociologique du type pro-Val vs pro-Siné, les deux gauches etc. ni même sur l'idée que le licenciement de Siné ait passionné les français.

J'y vois plutôt la parfaite illustration de ce phrase de Mac Luhan, dans "Pour comprendre les médias":

"Le «contenu» d’un médium, en effet, peut être comparé au savoureux morceau de bifteck que le cambrioleur offre au chien de garde de l’esprit pour endormir son attention. L’effet du médium est puissant et intense parce qu’on lui donne un autre médium comme «contenu»."
Siné sur la 5
Je ne vois pas en quoi cet article de Siné est antisémite.Jean Sarkozy n'est pas juif et c'est lui qui est critiqué et non la jeune fille.Aurait-on accusé Siné de racisme si la fille avait été mulsumane?Si ça avait été le cas contraire,c'est à dire JS,juif,et la jeune fille catho et que JS se convertisse à la religion catholique,aurait-on accusé Siné de racisme de préciser la chose?
On ne peut pas préjuger de la sincérité de l'amour de JS, lorsqu'il épouse Melle Darty...Bien, bien!
Mais, dites-moi, David A, comment pouvez-vous être certain que le jeune Sarko n'est pas monté à la conquête de Neuilly par pure conviction politique?
Zou, une petite remarque sur la remarque de l'affiche de l'armée :
perso, je la trouve très bien, cette affiche.
"le type n'a pas l'air convaincu"
"ça me parait un peu... euh..."
Ce genre d'argumentation n'est pas très convaincant non plus !
Le slogan est pourtant clair : "vous emmener jusqu'au bout de vous même", Alain Korkos cite le slogan mais passe complètement à côté du concept !
Pensez vous (Alain) qu'aller au bout de soi-même est une simple promenade de détente ? J'ai l'impression que l'idée principale vous échappe. Qestion d'expéreience personelle, sans doutes. Je crois que cette communication est faite pour un public bien déterminé, dont je doute que vous saisissiez les aspirations (je parle de dépassement de soi-même, au sens martial du terme).
Je trouve votre commentaire léger, et le ton presque 'supérieur' que vous employez à côté de la plaque. S'en tenir simplement à commenter le fait que cette pub tombe au moment où des soldats Français se sont fait tuer en Afghanistan aurait éventuellement eu du sens.
Amicalement.
JS
Ascolovitch"Une vermine avérée".
Un peu de nuance ne vous ferait pas de mal cher Patrice.
Ascolovitch est un journaliste faisant des enquetes rigoureuses et reconnu par sa profession depuis près de 20 ans.
Cela ne sert à rien de s'attaquer aux personnes,cela nuit à la "qualité" de votre propos.
personnellement, la chronique de SIné m'a fait rire...;-))
Il est évident que le même texte paru dans Minute aurait été antisémite. Pour juger un message, il faut prendre en compte son auteur.
Je m'étonne un peu qu'Alain Korkos se définisse comme un Sinéphile absolu depuis des années et que dans le même temps, il vienne lui reprocher ici de n'avoir pas su être drôle sur ce coup-là. Pour qui connaît et apprécie Siné, il s'agit moins de chercher "le drôle" que d'entendre un ton, une voix, une conscience, avec ses thèmes, ses énervements "logiques", ses petites expressions tarabiscotées, à la fois charmantes et effectivement marrantes, parce que bien trouvées.
Il faut lire "Ma vie, mon oeuvre, mon cul", son récit autobiographique, qui est, pour moi, un chef d'oeuvre. Cela m'attriste de voir Siné traité comme un papy un peu largué, même par ceux qui le soutiennent, alors que dans son art, c'est un maître. Siné vaut mieux que la plupart de ceux qui se sont manifestés en sa faveur (cf le texte de Cavanna là-dessus, très juste) et que cette affaire nous fait oublier le grand artiste qu'il est. Il est ému par l'emballement et les signes d'affection qu'il reçoit, craint un peu de susciter de nouveaux malentendus et du coup, l'artiste se défend mal.
Judith Bernard, si elle avait lu et étudié Siné, aurait su avec plus de finesse définir son style. A partir de là, on aurait pu sortir du débat de journalistes ou d'éditorialistes rivalisant d'"intelligence" - système/antisystème, antisémite/néoconservateur, provocation ou subversion, peut-on tout dire aujourd'hui, etc. - et prendre en compte vraiment l'auteur, Siné. Le problème, c'est que plus personne ne sait lire, ne veut voir l'auteur. Comme beaucoup, je n'ai pas trouvé David hyper pertinent. D'habitude il arrive à cerner ou définir le problème. Même quand je ne suis pas d'accord avec lui, je trouve qu'il sait toujours trouver un angle d'attaque intéressant. Mais, bon, il connaît peut-être mal ce qu'a fait Siné et c'est le retour des vacances.

Sinon, des trucs qui m'ont ému dans l'émission:
- le sourire de Siné, qui ressemble de plus en plus à celui de Jean-Luc Godard.
- lorsque Siné déclare qu'il a des tabous, une éthique - car le style de Siné, c'est une forme d'éthique ou d'ethos, comme disent les savants-, qu'il n'aime pas trop que Reiser se foute des prolos parce que lui-même vient d'un milieu prolo. Cf "Ma vie, mon oeuvre, mon cul" et l'émission de Mermet où Siné parle de son père, revenu, cassé, de la Guerre de 14.
Bref, j'ai regretté que l'émission ne permette pas plus de saisir qui était Siné.

On a senti Daniel effectivement très protecteur, presque affectueux pour Siné et il semblait vouloir parfois l'aider, le recadrer, de peur qu'il ne ne fasse une gaffe ou ne s'enfonce. Le "centre", c'est peut-être considérer que Siné vaut bien mieux que ses accusateurs ou ses défenseurs et l'aimer.
Pour ma part, je n'ai pas de base autre que l'émission pour me faire une idée de la situation. Par paresse sans doute, je n'ai pas regardé le dossier complet du feuilleton de l'été que semble être l'affaire Siné.

Donc sur l'émission : globalement, j'ai trouvé l'émission barbante car manquant de punch. J'avais l'impression, pour imiter Sarko selon PPDA, que nos journalistes et chroniqueurs chéris étaient comme des "petits enfants" face à un monstre sacré de la satire et de la contestation. Bref, mous du genou. Alain a bien insisté pour dire à Siné qu'il l'apprécie mais que sur ce coup là, il n'était pas drôle, mais le débat (plutôt une discussion) était teintée de l'admiration de l'équipe.

Siné est contre l'interdit (ex qu'il prend lui-même sur l'interdiction de fumer ...), les politiciens ambiteux (J Sarkozy) et en gros contre tout ce qu'il juge con. Mais sur l'affaire en question, qui lui a valu des démêlés, c'est lui le con. Il s'est exposé par les mots qu'ils a choisis à passer pour antisémite (affaire entre lui et sa conscience). J'aurais bien voulu l'entendre prononcer des excuses sur le plateau plutôt que de l'entendre dire que les juges lancent des procédures sur aucun élément probant ...

J'ai trouvé Siné buté et même pathétique dans son côté "j'ai raison et j'emmerde les autres". En tant qu'homme de média, même s'il s'en défend ("je ne participais pas à la rédaction ... je travaillais chez moi"), il semble bien tombé de la dernière pluie en jouant l'étonné des retombées de l'affaire. Et puis, quelle ironie dans le discours : "je viens d'un milieu de prolots ... je fais des cures pour perdre mon bide dans un hôtel d'une station balnéaire" ... J'ai été également choquée de ce qu'il a dit sur un ancien du journal "il avait des tendances pédophiles ... tout le monde le savait et plaisantait là-dessus" : désolée mais je n'ai pas compris. Siné était-il aussi au courant ?

Si Siné avait des soucis avec la direction de son jounal, pourquoi ne pas partir ! Il crache sur les interdits et se veut contestaire et reste dans un climat qu'il décrit impitoyable ? Serait-ce l'embourgeoisement et le confort matériel qu'il aurait dû laisser en claquant la porte ? Une sorte de "conversion bourgeoise" ?
si jean sarkozy s'était marié avec un cachalot, oui on aurait pu là dire que c'était par amour.

mes excuses à greenpeace
Première observation : je n’ai pas souvenir d’avoir lu un seul @sinaute défendant Val et tirant sur l’ambulance de Siné (qui se porte très bien, le Diable soit loué !)… Je dois me tromper et sans doute quelque archiviste pointilleux me mettra-t-il un démenti cinglant sous le nez… Ce qui ne changera d’ailleurs rien à ma déclaration liminaire : 99,98% des @sinautes sont bel et bien du côté de Siné !

Daniel Schneidermann s’est pris les pieds dans le tapis en suçant nigaudement la roue d’Askolovitch sur le coup – grotesque – de l’antisémitisme supposé de Siné… Pour publier le soir même un billet d’excuses, rendu indispensable par les réactions du forum. Avant de dénoncer jour après jour le même Askolovitch qui est aussi un sarkoziste militant et un vendu à Radio-UMP !

Une question : pourquoi Askolovitch, qui est une vermine avérée, aurait-il eu raison, tout d’un coup, en traitant Siné d’antisémite et d’ordure, obtenant en prime le lourdage du trublion ?

Alors qu’il se goure à l’évidence sur tout le reste !

Mystère et boulle de gomme…

Deuxième observation : prendre Desproges en otage dans cette affaire grotesque est indigne…


Troisième observation : à l’évidence les dessins de 1967 ne passeraient pas aujourd’hui, tout le monde le sait, les ahuris du “politiquement correct” sont passés par-là et ont fait le ménage…

Il faut fermer sa gueule aujourd’hui, ou affronter les tribunaux et l’opprobre !

***
Je n'ai pas fait mon deuil de Maya : je n'apprécie pas trop les leçons pour idiots de Justine, les séquences à rallonge, mal lancées ou pompeusement.
Pardon d'être si dure, mais un peu d'humilité ne ferait pas défaut : qui est Untel (Bigeard par exemple), on est au courant;

donc, pas besoin de nous présenter le Pape quand l'occasion d'épeler ce mot se présentera.

Par ailleurs, j'aimais mieux la version de l'émission avec un interlocuteur unique... Il y a peut être moyen de dissocier les chroniques dans un autre temps de plateau?
J'avais vaguement entendu parlé de cette affaire durant les vacances.J'ai pu m'en faire une idée en voyant l'émission et surtout en lisant les réflexions des asinautes qu'elles soient courtes ou longues!J'avais fini par abandonné la lecture de Charlie Hebdo le trouvant trop réac alors je vais me jeter sur Sinéhebdo en espérant qu'il réussira son journal.En ayant lu depuis l'artice de Siné,je ne vois pas en quoi il est antisémite,par contre il est bien anti sarkosiste fils.Quand on est un homme politique on doit accepter d'etre critiquer autrement on fait autre chose.Pour l'amour de JS pour sa fiancée,on n'en sait rien on n'est pas dans son coeur.S'il l'aime c'est une belle preuve d'amour,s'il ne l'aime pas,c'est qu'il est vraiment près de l'argent.On critique la LCR de soutenir Siné mais il faut dire que nombre de ses dirigeants dont Alain Krivine sont d'origine juiveJe signale qu'etre juif n'est pas appartenir à une race mais à une religion par choix ou par!ce que vos ancetres appartenaient à cette religion
Guy Bedos, mais encore Gisele Halimi, Jules Edouard Moustique, , Delfeil de Ton,Christophe Alévêque, Michel Onfray, Patrick Raynal, Bruno Gaccio, sont aux côté de Siné et SONT à 100 % dans le Système. Comme quoi , Siné n'est pas défendu que par des sympathiques marginaux utopistes et libertaires, mais par une coterie intello-show biz qui pense pouvoir donner à tout le monde des leçon d'humour et de "bien pensence".
Où l'on se rend compte, en regardant cette émission, que Siné regarde tout au travers de son prisme manichéen : au moment où sont évoqués les tags racistes et antisémites dans le lycée d' Agde, Siné ne peut s'empêcher de souligner que les médias parle moins des tags racistes que des tags anitisémites, sous entendant ainsi (et encore) que les juifs font l'objet de plus d'attention et de compassion que les "autres". Ce type ne fonctionne qu'à coup de clichés.
etonnant ce moment où Siné laisse entendre que Val était complice de Font à l'époque de la mise en accusation de ce dernier. Et Val aurait refusé de publier le courrier de Font dans Charlie ?
c'est absolument faux : après une campagne abjecte de calomnie contre Val, Font s'est fendu d'une lettre écrite en prison pour expliquer qu'il reconnaissait ses crimes et que Val, effectivement, ne savait rien de ses agissements. Cette lettre a été publié en lieu et place de la chronique de Val dans Charlie.
Pourquoi ce mensonge ?
Val est sans doute un affreux social-traitre : il a en effet "trahi" son camarade de scène et aurait du visiblement cautionné la pédophilie de Font...ridicule
la Sinéphilie,
la Sinélogie, voir le post de Pierre Labate, (pas lu, car un peu trop condensé à mon goût)
et bientôt la Sinécure.

Je ne savais pas que Siné avait eu les doigts amputés.
Mais comment fait-il pour tenir son crayon avec un seul ?

A moins qu'il ne lui reste aussi le pouce préhenseur...

http://www.dailymotion.com/video/xcu3f_l-ile-aux-fleurs
Une autre manière de dire des choses...., même si ça date de 20 ans.
A propos de la discussion lancée par David Abiker, sur l'apparente "récupération" de journalistes virés, il emploi a un moment cette petite phrase sinesque ""en fin de compte quand on se fait virer on devient chef d'entreprise".
C'est je trouve une proposition assez intéressante ,l'anpe a du soucis a se faire, Abiker a trouver la solution pour l'emploi.
Pour le journaliste que je trouve avec Daniel Schneiderman le plus pertinent de l'équipe un peu de retenu eu été la bienvenue,sauf s'il recherche un poste chez Siné Hebdo.
Tempête dans un verre d'eau. Tout ça pour une simple phrase.

Juste un détail : droite libérale ?! La droite est conservatrice, pas libérale.
"Sans ma barbe, quelle barbe (...), il n'y a plus de con-sens-sus ni de cuba sans cacao"
Corbier
L'affaire Siné a été et est toujours très intéressante ... car très révélatrice.

DS a remarqué qu'elle a fait apparaître une ligne de fracture entr pro-siné et anti-siné. Avec David, cette ligne de fracture était celle entre le système et l'anti-système. Et là, cela devient vraiment très intéressant, car nous sommes en présence de journalistes sérieux et scrupuleux, qui ne parlent que de "faits". Or tous ces intervenants avaient l'air de comprendre ce que c'était le "système". DS a parlé des intellectuels, des éditorialistes et des directeurs de journaux. David a parlé d'un centre, qui se situerait en dehors des deux systèmes (système et anti-système) qui s'affrontaient. C'est dans ce "centre" que David et Alain essaient de se maintenir avec plus ou moins de mal et de malaise (Alain).

Le système semble pouvoir exclure certains membres, qui se trouveront alors automatiquement dans l'anti-système. Mais cet anti-système redevient un autre "système" en quelque sorte et peut aussi exclure des membres/candidats-membres qui deviendront alors des marginaux.

Le premier "système" avec ses propres lois et règles mériterait toute notre attention. Surtout si "les intellectuels et les directeurs de journaux etc." en font partie, puisque ce sont eux qui produisent les "actualités", les "opinions" etc. ou les influencent. La pression exercée sur eux ou la pression qu'ils exercent eux-mêmes est plus intéressant que les "opinions" conformes au système ou tout ce qu'ils puissent publier. Nous avons vu récemment comment des journalistes peuvent être virés, promus, des articles ou des poignées d'amour supprimés, comment des généraux, des commissaires etc. peuvent être demis de leurs fonctions pour des raisons officielles pas toujours très claires. Et sans doute intentionnellement, car cela suggérerait que ces décisions découlent d'un vrai pouvoir ou "autorité", qui n'a pas à se justifier vraiment, celui qui circule à l'intérieur du "système".

Alors, si le système montre un peu trop son vrai visage, quand il est provoqué par l'anti-système, se trouver au centre doit en effet être très inconfortable. Mais bon, nous avons tous nos loyautés, amitiés et il faut bien qu'on mange, surtout dans le monde si petit du journalisme, où tout le monde connaît bien tout le monde.;-)

J'aimerais aussi mettre un peu plus de gris dans la zone blanche de David qui disait que JS aurait aussi pu se convertir par amour et pas forcément par intérêt. Evidemment, on en sait rien. Mais il me semble que la forte amitié ("je te soutiens *à mort*") que JS lui témoignait en public et la trahison qui suivait quelque semaines plus tard peuvent constituer un "fait", que l'on peut caricaturer, ou autrement dit, une vérité qu'on peut distordre en la prolongeant. Cela met encore plus en doute la sincérité de quelqu'un déjà réputée comme un arriviste. Alors projeter la même "sincérité en amitié" sur sa hypothétique sincérité en amour peut faire le sujet d'une caricature il me semble. La caricature part alors d'une trahison factuelle et porte sur une triple trahison: d'abord celle de son ami (fait), ensuite de sa fiancée et enfin de sa religion (son âme en quelque sorte).
Plus qu'un peu chafouin, Abiker! Quand on lui parle "liberté d'expression", il répond "pas drôle". Pardonnez-moi, Monsieur Abiker, mais votre sens de l'humour ne m'intéresse pas plus que çà.
Une perle de notre David national (acte 3 - 9mn15) : "c'est peut-être une chance de se faire virer, parce qu'après on devient chef d'entreprise". Etonnez-vous qu'il ne comprenne pas l'humour de Siné.
Quand à Alain Korkos, je le trouve plus pertinent dans l'analyse d'images que dans l'analyse de texte. Ca doit être mon côté centriste (voir "au milieu" - acte 4 7mn 06).
Cela vaut le coût d'inviter Philippe Val. En tout cas siné est bien à l'aise. Et s'il en fallait une preuve qu'il n'est pas antisémite (faut-il le rappeler, c'est-à-dire : anti-juif, anti-musulman) c'est bien celle-ci.
Bon, j'ai juste regardé les 20 premières minutes, manque de temps ce matin - je me suis arrêté au moment du débat, en fait.
Merci d'avoir invité Siné. Val dans une prochaine émission ? :-)
Sympa aussi de revoir David Abiker. J'ai hâte d'écouter la suite de l'émission.
Bon, Daniel Schneidermann a tombé la barbe, Justine Brabant a tombé les lunettes, tout va très vite !
Un point que je voulais signaler maintenant (la suite plus tard).
Pourquoi n'écrivez vous pas en haut de l'article que Justine Brabant participe aussi à l'émission ?
Les noms d'Alain Korkos et de David Abiker étant mentionnés, il serait bon de réparer ce qui ressemble à un oubli.
@ plus tard.
Monsieur Abiker, dites-moi juste pour information: "Bouffeurs de curés", c'est antichristianiste ou pas?
Moi, ce qui me fascine, c'est de voir comment des gens qui ont quand même un certain bagage intellectuel, qui ont fait de hautes études, peuvent manier la mauvaise foi pour soutenir leur thèse. Citer Desproges contre Siné en mettant de côté le fait qu'il s'agisse d'un sketche, faut le faire quand même... Merci à ASI d'avoir passé le sketche, il suffit d'écouter pour que l'argumentation malhonnête s'effondre.
Ce que j'apprécie chez Siné, c'est sa vivacité d'esprit, son intérêt demeuré intact pour l'actualité, alors que pas mal de papys de son âge commencent à radoter, et leur monde à se rétrécir considérablement.
Et je trouve surtout admirable, sa fidélité sans faille aux idéaux de sa jeunesse contestataire de fils de prolo. Une exception dans le marigot médiatique d'arrivistes, dépourvus d'éthique et de scrupules.

J'achèterai son hebdo, c'est certain, en espérant qu'il concurrence efficacement Charlie et fasse beaucoup d'ombre à l'équipe des collabos de Val.
Une emission que je me faisait un PLAISIR de regarder, mais ALORS, j'ai vraiment eu l'impression que vous aviez invité Siné vous écouter parler de lui. Ca me donne vraiment l'impression qu'il ne peut pas en placer une. Il commence à parler, et PAF, l'un d'entre vous prends la parole. Attention, ça fait un drôle d'effet.

Evidemment, vous êtes tous brillants et passionants, vous prenez tous sa défense, mais ça ne devrait pas vous empecher pas de le laisser s'expliquer sur SON histoire.

C'est moi qui suit ronchon, ou qqun d'autre à remarqué la même chose ? :)
Ce qui est drole dans le reportage de France 3 sur les Palin, c'est qu'il laisse entendre que Todd Palin est marin-pecheur, activite qu'il a certes exercee, mais il est surtout employe par la compagnie petroliere BP. On ne peut pas dire que le Palin congrue.

drill anwr drill anwr drill anwr drill drill drill
quoi?
1-Rachida Darty est enceinte de Jean Sarkozy et juive????

2-Je me demandais si quelqu'un avait repertorie les blagues en fonction des religions dans Charlie Hebdo, peut-etre que ca pourrait etre interessant pour voir si ce journal est aussi libre qu'il le pretend...

3-Une question que je me pose de plus en plus, pourquoi la religion juive et ses fideles tiennent-ils une place si particuliere dans les "grands medias" en France?
Je suis a l'etranger et je suis donc les nouvelles de maniere episodique et via les "grands media", principalement yahoo qui je crois reprend les depeches AFP.
Par ailleurs, j'apprecie beaucoup Dieudonne, dont on parle dans cette emission.
Pour information, je viens de m'abonner a arret sur image ce soir, pour pouvoir voir cette emission sur Sine (ce qui fait que je n'ai pas encore lu toutes les archives, donc excusez moi si je fais des erreurs).
Deux evenements passes en premiere page cet ete: le lynchage d'un jeune dans le 19e, le bapteme de la fille de Dieudonne par Lepen. Ces deux evenements ont plusieurs points communs: ils ont fait la une de grands quotidiens (peut etre a la tele aussi) et ils ont rapport a des accusations d'antisemitisme. Le troisieme etant Sine.
Il me semble que ces evenements ne meritent pas vraiement la "une" dans plusieurs journaux et pendant plusieurs jours:
-le lynchage d'un jeune, apparement connu des services de police pour violence qui aurait passe la journee a se battre avec sa bande contre d'autres bandes et qui finit dans le coma,
-un humoriste qui fait baptiser sa fille par un politicien,
-un dessinateur qui se fait virer d'un journal pour un editorial,
rien de tres follichon si on n'a pas rajoute l'antisemitisme d'abbord et l'incapacite et la deformation journalistique. Il me semble que les grands medias cherchent a mettre en avant un fantasme d'antisemitisme en France.
Ma premiere question est de savoir a qui cela profite? Qui a interet de faire croire aux francais qu'ils sont antisemites? Et de maniere si grossiere (mensonges, coupures, manque de donnees fiables ou d'honnetete sur tous ces evenements)? Je ne pense pas que les personnes de confession juive en tirent un avantage, il me semble meme que cette mise en avant repetee a tendance a aggacer... surtout quand il est assez simple de constater que ces evenements sont nettement plus complexes que ce que les "grands medias" decrivent.
Je n'avais pas vraiement d'hypothese pour expliquer ce phenomene, jusqu'a ce que j'ecoute Askolovitch sur RTL a propos de Sine (http://www.dailymotion.com/related/x65cvh_sine-val-charlie-hebdo-jean-sarkozy_news/video/x65qrl_askolovitch-sine-rtl-charlie-hebdo_news?from=rss). Apres l'intervention de Askolovitch (qui deja met en opposition "philosemitisme" et extreme gauche, rapprochant donc extreme gauche et antisemitisme), un autre intervenant tient ce type de propos:
"il y a souvent des liens entre la virulence dans la denonciation de l'argent, des riches, et puis l'antisemitisme (...) mais enfin c'est une raison supplementaire pour que l'on evite ce type d'arguments, en tous cas. Je reviens sur le discours sur l'argent, vraiement!"
Je me demandes donc si il serait possible d'envisager que des personnes "riches" et de confession juve, utilisent l'antisemitisme comme une maniere de lutter par le discredit contre des personnes opposees a elles, d' "extreme gauche"?
Mes autres questions concernent les deux autres evenements (Lynchage et bapteme), et je me demandais si un arret sur images y avait ete consacre?

J'espere n'avoir froisse personne avec ce commentaire, et je presente des excuses si je me suis mal exprieme et suis pret et interesse par une discussion sur ces differents sujets.
Merci
Pablo
Siné est un grand dessinateur , mais il n'est pas drôle à entendre : un peu lourd , un peu beauf . Sur le fond de l'affaire , il est évident que sa sincérité ne doit pas être mise en doute : il a caricaturé l'arrivisme de quelqu'un , pas autre chose.
De toutes façons , il est clair que les dessins d'il y a 30ans ne pourraient plus passer maintenant , tant on est étouffé par la morale , la religion, et la judiciarisation de la vie sociale.Et c'est bien regrettable.
En effet pour une fois je n'ai pas trouvé les chroniqueurs très pertinent, Abiker avait l'air vraiment de débarquer sans connaître son sujet, ce qui explique peut être son semblant de naïveté concernant les ambitions du fils Sarkozy, quand au fan-boy collectionneur, il paraissait un peu trop gêné pour réellement se mouiller.

J'ai été aussi étonné que durant cette émission, aucun rapprochement avec l'affaire des caricatures de Mahomet n'a été fait. D'un côté on peut défendre la liberté de la presse à tout bout de champ quitte à générer des émeutes ou de rajouter de l'eau aux moulins des extrémistes et de l'autre on colle un faux procès d'antisémitisme à un vieux type qui n'a fait que reprendre une phrase d'un autre pour la caricaturer, et à la limite qui fait cela depuis 40ans.
A mon avis, il aurait été intéressant de débattre également sur la récupération politique, à des fins pro-israélites, pro-sarkozy, pro-système....que l'on fait généralement sur ces faits divers que l'on monte en épingle. Tout comme l'agression qui avait eu lieu dans le 18ème entre 2 bandes rivales, l'une d'elle comprenait des membres apparemment juifs et on a tout de suite parlé d'agression antisémite, idem pour l'affaire Halimi et du gang des barbares alors que ces derniers s'en étaient également pris à d'autres victimes d'autres confessions et qui n'était finalement que pour des raisons crapuleuses (l'argent primait largement avant l'idée de génocide ). Bref tout cela sent bon le vent de la "victimisation opportuniste" à sens unique et la récupération politique voir fanatique dont il aurait été encore une fois intéressant de débattre.

Quand au dérapage de Joffrin qui considère que les Juifs sont une "race"....

Au passage David avait bien raison de s'extasier devant les chroniques de Justine qui en effet n'ont strictement rien à envier à celle de Maya (qui étaient aussi très bien).
Très bonne émission pour une raison: une perle! A la 55ème minute:

AK - Moi comme je le disais tout a l'heure, je suis au milieu... heu... je suis très embêté...
DS - Oui mais on a bien compris que vous étiez au milieu...
AK - mais...
DS - Non, vous êtes pas embêtés! Pourquoi? Nonon! Vous êtes pas embêtés? Vous êtes au milieu, vous êtes pas embêtés. Vous êtes au milieu.

C'est une séquence magnifiique.

Le ceur du problème, c'est la gêne. A chaque fois qu'on parle d'antisémitisme, a chaque fois qu'on emploie le mot juif, on a la mémoire de la Shoah sur les épaules. C'est comme ça. Si on parle pour condamner l'antisémitisme (réel ou supposé), ca facilite les choses parce qu'on a des millions de morts derriere soi et que tout le monde est obligé de les respecter. C'est la position de Val. Si on est pas d'accord sur un point, qu'on a des réserves et qu'on essaie d'avoir un discours nuancé, alors forcément, on est gêné. On est gêné parce qu'avec des milions de morts en jeu, on a pas le droit d'être au milieu. Il suffit de voir la façon dont AK et DA s'en excuse à plusieurs reprise. Et on est encore plus gêné lorsque l'accusé est un "sans-gêne" comme Siné.

Ce que j'ai trouvé génial dans ce dialogue, c'est la gêne d'AK mais surtout la gêne de DS face à la gêne d'AK!

DS réussi à illustrer parfaitement le coeur du problème en essayant de l'éluder. Comment réussir une interview en la loupant complètement!
Super émission,
c'est la première fois que je prends mon clavier pour écrire,
je dois dire que cette émission est bien moins "difficile" à suivre que les précédente, bien moins dynamiques !
Merci pour votre travail
et pour la présence de Justine qui égaye véritablement ce plateau :)
quand au sujet, vous avez tout dit ! vivement Siné Hebdo
Puisque tout a (déjà !) été dit sur le fond de l'émission, un petit mot sur la forme, qui est enfin vraiment réussie il me semble. Plus de problèmes techniques, une bonne équipe et un bon équilibrage entre les actus du début et les débats (remarquez qu'on a eu les petites actus bonus/exclusives que certains réclamaient). Et un excellent thème, cela prouvé par le fait que presque personne n'a fait allusion à l'absence de b___e de DS ^^
Cette émission est la première qui me rappelle si distinctement l'ancien format FR5 - émotion assez jubilatoire.

Le débat m'a paru intéressant en cela qu'il donne la parole au principal intéressé, qui était jusqu'à présent un peu exclu de la "machine à juger" médiatique.
Le retour de David, et sa petite réflexion sur Justine excellente !!
Oui Justine sera sans doute dans la lignée des chroniqueuses d'@si... (qui nous manquent, un peu, beaucoup, hein Maya !?) et quelle justesse dans le ton.
Enfin, la discussion agréable avec Siné montre qu'il est de plus en plus difficile de rire de tout...
Sympa cette émission.
En 1H on fait un peu l'historique de Charlie Hebdo et de ses problèmes, on parle de la société et de ses changements en parallèle avec les médias et on voit les réactions de Siné pour le connaître un peu mieux.
Ca s'enchaîne bien, malgré toutes les critiques qu'on peut faire sur ce qu'il manque ou non, et c'est beaucoup plus agréable à regarder que des questions techniques et de procédures sur le traitement de la guerre en Afghanistan où l'on ne comprend même plus le but recherché.
Je ne sais pas comment dire ça mais ça passe mieux quand le sujet dépasse la limite du décorticage médiatique pour prendre la forme d'une discussion plus naturelle.
D abord merci a arret sur image d avoir permis a Sine de s exprimer !
J ai trouve l emission interessante, merci d avoir presente les caricatures du passes que je ne connaissais pas. C est allucinant de voir la difference avec aujourd hui de ce qui est permis.
Dommage que le debat n est pas aborde les attaques constantes d anticemitismes dont sont victimes, parfois injustement, certains journalistes, personalites.

Concernant le nouveau format de l emission, je trouve que la 1ere partie n a pas forcement ca place avec l invite, surtout quand on melange sujet leger et debat serieux.
Vous pourriez faire deux emissions, une d actu plus legere comme la 1ere partie, et une interview/debat plus appronfondit sur des sujets plus important.
Enfin, ca reste un detail, du moment qu il n y a pas une derive uniquement vers du leger, on peut toujours zapper vers la fin !
Disney :
C'est marrant qu'on puisse s'étonner de ce genre de chose, la recycle d'animation est aussi vielle que l'animation elle même. Cela vient simplement du fait qu'animer est un travail de malade mental - mais vraiment - il faut juste être fou, c'est un boulot qui demande des années d'expérience, c'est extrêmement complexe, demande un boulot titanesque tout le temps. Les premiers studios d'animation n'avaient d'ailleurs pas de source déjà animé, alors ils le faisaient à partir des films ! Quitte à filmer des acteurs jouer une scène pour dessiner par dessus. Je suis sur qu'on peut trouver ces rushs de la Warner ou Tex Avery de ces scènes filmés qui servaient de base aux animations sur youtube & co.

Siné :
Je trouve extrêmement sévère de dire que la dorénavant fameuse chronique soit taxé crument de ratée (répétée avec insistance) - on à l'impression d'une tentative de consensualisme qui tient plus de la pensée normande qu'une prise de position réelle (le fameux centrisme - j'écris ma réponse en même temps que j'écoute l'émission pour rien louper). La chronique n'est pas ratée pour deux raisons, la première est qu'elle remplis son office, jeter un saut d'acide (but de toute satire) bien envoyer à la famille Sarkozy (but de tout ceux que ces gens gonfle), la deuxième est qu'elle a fait énormément réagir jusqu'à en provoquer de faux débat - notamment sur l'antisémitisme - le but des détournements, des satires est au final de provoquer une sorte de mise en abime, et donc de réflexion, et vu le nombre de gens qui ce sont penché sur le sujet (dont moi même) - on touche presque au génial. Je dirais même qu'elle a triplement réussis car elle a gratter la peinture de cette chape de plomb de la pensée correcte que le tente de nous imposer. Well Done Siné - l'avenir nous dira si c'était historique. Après qu'elle fut drôle ou pas, et bien ça dépend surtout des gens comme dirait Coluche, mais dans le fond évidement que la chronique n'est pas drôle, car elle dépeint une très effrayante réalité - comme toute les satires - moi elle m'avais fait rire, plus par la malice (au premier sens du terme) qu'autre chose (les choses méchants me font rire, hin hin hin).

Société :
On le sent venir depuis un petit moment c'est clair que la liberté en prend un sacré coup dans la gueule. Que des gens souffrent, qu'ils se mettent en associations de soutien, et combattent les vils saloperies dont ils ont été victime est une chose. Qu'ils empêchent les autres de s'exprimer d'une manière ou d'une autre sur "leurs" sujets - c'est la ligne rouge à pas franchir, de la censure bête est méchante, comme si le sujet était devenue d'un seul coup une chasse gardée, c'est malheureusement ce qu'on fait. Merci la stérilisation, pire, c'est idiot au final, ça ne les sert pas car tout devient tabou, je jour on ne pourra plus dire juif ou arabe (c'est déjà presque le cas), car cela risque de renvoyer à une certaine mauvaise image (d'ailleurs on se demande comment la bonne fut éclipsée) - comment pourra t'ont parler de racisme et des saloperie qui sont liés ? Je crois personnellement que les combats anti-quelque chose galvanise ce quelque chose, parce qu'on lui donne une consistance qui devient un gouffre ou plein de gens s'y jettent a corps perdu parce qu'enfin ils peuvent enfin se reconnaitre. Pas que les combats soit mauvais, mais disons qu'ils pourraient être fait avec plus de finesse. Chose tout à fait impossible, moche...

PS : la culture d'Alain Korkos me crucifix à chaque fois, argh x___x
mouais beaucoup de bruit pour rien. L' "affaire" (sic Daniel) méritait-elle d'y consacrer une émission entière? La pauvreté du débat apporte un début de réponse
Votre émission m'a déçue. Je vous trouve bien complaisant avec ce vieux monsieur pour le moins inconséquent. Il manquait au moins un chroniqueur non indulgent aux "facéties doûteuses" de Siné.
PK
Mein gott, vous rappeliez vous que Charlie avait été condamné pour avoir dessiné Renaud Dutreil en officier Nazi ?

Le 1er décembre 2004, Charlie Hebdo avait publié un dessin de Charb "représentant Renaud Dutreil en costume d'officier nazi, souriant, avec en arrière-plan une file d'hommes et de femmes nus (l'un d'entre eux disant: +muter 2,2 millions de fonctionnaires dans le même bureau, moi, je trouve ça étrange+), faisant la queue devant une porte (...) tandis qu'une cheminée noire, rappelant celle des fours crématoires, barre le dessin", selon le jugement.
Le tribunal a estimé que ce dessin constituait une injure, considérant que les limites de la liberté d'expression, même satirique, avaient été dépassées par Charlie Hebdo.


Ca m'était complètement sorti de la tête. Mais le plus fou, c'est que cette condamnation n'est pas ressorti pendant l'été.

"Philippe Val, directeur de publication de Charlie Hebdo, et Charb, l'auteur du dessin incriminé, ont respectivement été condamnés à 2.000 et 1.000 euros d'amende par la 17e chambre du tribunal, présidée par Nicolas Bonnal."


Bien sûr, Val a pris comme Charb. C'est exactement ce qui va lui arriver si Siné est condamné.

Mais au-delà de ça on est tous des amnésiques en puissance. Merci internet ;-)
Comment peut-on décemment accuser ce type d'antisémitisme ?

Un libre penseur, qui ne s'encombre pas de circonvolutions pour dire ce qu'il pense, et qui fait office de soupape de sécurité pour un monde qui est de plus en plus sous pression.
Bref, un type bien, avec ses qualités, ses défauts, ses tabous, ses conneries, ses excès.

Moi j'aime bien ce genre de mec. On en manque cruellement en ce moment.

Merci à M. Val de lui avoir redonné une visibilité médiatique.

[large]VIVE SINÉ[/large]

PatriceNoDRM
j'ai regardé l'émission en entier

j'étais persuadé au départ que Siné était effectivement un antisémite
ceci parce que j'avais lu (dans un article du monde de Val je pense) les citations tronquées sur les anciennes déclarations de Siné qui le font décidément paraître antisémite

grâce à cette émission, j'ai changé d'avis, et je suis convaincu que Sine un type bien

lorsque les passions sont déchaînées, on gobe les premières positions extrêmes qu'on lit

merci à arrêt sur images de garder la tête froide, j'ai trouvé l'émission excellente, bravo
J'ai séché un siné (huhu) un ciné, pardon, entre amis pour rentrer chez moi et regarder l'émission. Y a t-il plus belle preuve d'amour ? Non, hein.
Et là, que vois-je ? Siné invité chez @si ! J'avoue que les dernières émissions sur Internet m'avaient un peu gonflées (mais je comprend l'équipe, les vacances, tout ça...), et là, joie !
On l'attendait avec impatience, et je pensais à tort qu'il n'y aurait pas d'émission sur cette guerre Siné/Val. Merci Daniel, avec Batman, vous êtes mon second super-héros de l'été ! Vous n'avez même pas schneidermannisé Siné... et quelle joie de retrouver David et Alain, sans oublier Justine.
N'ayant absolument pas mis mon grain de sel dans le débat de la barbe et des chaussettes, je dois avouer que sans barbe, c'est quand même le top de la classe.
Merci pour cette super émission, et rendez-vous pour le premier numéro de Siné Hebdo.
Charlie, c'est fini !
Ben voilà, déçu par l'émission...
Je pense qu'elle a seulement survolé son sujet et que manquaient à chaque fois le développement de questions pourtant posées, même si beaucoup restaient en suspens.
Il y avait pourtant une sacrée matière, en prenant juste le point de vue de l'utilisation des media.

À l'intention de David :
il n'y a pas un mais deux lapsus en fait : aigrefin, pour aigre-doux, ce n'est pas mal non plus...

À l'intention de Daniel :
vous avez quand même une sacrée tendance à "empêcher" Alain de développer.
.....................Un peu dans le même ton que tous les autres post !!!!!
J'ai été un peu déçu du peu d'objectivité et de rpofondeur du débat : ou plutôt je conseille aux protagonistes de le revoir à froid et ils se rendront compte qu'il n'y a rien à reprocher à Siné. Mais bizarrement, personne pour le dire clairement. Alors on a louvoyé pendant toute l'émission pour rien dire du tout. Heureusement les interventions de Justine (oui moi aussi je trouve qu'elle assure surtout quand elle se marre ) pour démontrer bleu sur rouge que toutes les attaques sont des citations hors contextes.
Pourquoi ne peut on jamais associer aucun adjectif péjoratif au mot juif, que ce soit pour rigoler ou non, alors que avec musulman,orthodoxe et catholique on peut se lacher à plein tube sans se faire emmerder (et heureusement)?
Je ne sais pas d'où sort ce Monsieur Korkos mais ses interventions sont d'une futilité...il aurait mieux fait de se taire!

J'aime bien David mais là franchement il a dit un peu n'importe quoi!

Siné est un sacré bonhomme, j'aim