90
Commentaires

Censure privée, censure publique...

On a beau verrouiller, re-verrouiller partout, vérifier trois fois les verrous

Derniers commentaires

Au sujet de l'assassinat du père Hamel:
http://www.paris-normandie.fr/alerte/attentat-du-pere-hamel--les-services-de-renseignement-ont-ils-failli-BO11866997

J'avais noté ceci dans un forum en 2016:
https://www.arretsurimages.net/forum/read.php?3,1515069,1515345#msg-1515345

Alors, présents ou pas présents avant l'attentat, les membres de l'UCLAT?

S'ils étaient présents la question est: pourquoi ont-ils laissé faire?
En d'autres temps, en d'autres luttes, en d'autres espérances, en d'autres fraternités...

On a bien fusillé Varlin
Flourens, Duval, Millière
Ferré, Rigault, Tony Moulin,
Gavé le cimetière
On croyait lui couper les bras
Et lui couper l'aorte
Tout ça n'empêche pas,
Nicolas,
[large]Qu'la Commune n'est pas morte.[/large]

Eugène Pottier
Chloé Verlhac, la veuve du dessinateur Tignous, et Maryse Wolinski se confient à Sinémensuel.

https://www.sinemensuel.com/reportage/attentats-calculs-scabreux-fonds-de-garantie/
Faut savoir ce qu'on veut : quand on traîne dans la boue, pendant des années, une minorité opprimée mais patiente jusqu'à un certain point, qu'on néglige les avertissements pourtant clairs, faut pas s'étonner des retours de bâton. D'accord, les Kouachi sont allés trop loin, mais les Charlie sont difficilement défendables. Match nul.
A propos de censure... et de liberté d'expression :Trois ans après, Charlie raconte sa vie en état de siège.
Avec des morceaux de témoignages de "l'éclopé" Fabrice Nicolino dedans.
"La liberté de la presse est en train de devenir un produit de luxe" (Riss).
J'aurais bien l'idée de leur proposer de monter un site de reportages d'enquêtes payant ( y'en a qui l'on fait) mais je paie une redevance qui me sert de moins en moins... Et comme la redevance est un impôt et que l'on ne peut pas échapper à l'impôt... ben j'aimerai tout de même que cette redevance soit utilisée pour autre chose que des jeux télé ????
Monsieur Bolloré est un grand Français, un créateur de richesse ici et là-bas,
un vrai ruisseleur, un rempart contre le communisme islamiste que Mélenchon veut nous imposer.

Nous devons donc l'aider, le protéger en empêchant de vils journalistes ( des rouges, très certainement),
de le salir. A la fin du compte c'est Poutine et les chinois qui vont piquer la place chez les nèg'.

C'est ce qu'ils veulent, ces journalistes, empêcher de travailler honnêtement ce fleuron du capitalisme français ?
Je me suis fait une piqûre de rappel avec le JT de 20h de France 2 samedi 25 (c'est à 11:43), pour voir le traitement médiatique de la Convention de la France Insoumise. Je ne suis pas déçu !

Pourtant, le Decodex Insoumis m'a averti : "liens étatiques forts" !
Pourvu au moins qu'on nous laisse Nathalie Saint-Cricq ! C'est un tel plaisir de la voir agiter ses petites mains potelées en fixant attentivement le prompteur afin d'y lire ses " analyses " si profondes que lui inspire la divinité jupitérienne.
Comme je ne regarde pas la télé, ou rarement et "en replay", ou par écho ici sur @SI par des extraits vidéos, je ne peux goûter les joies de la censure dure et directe (Bolloré) et de la censure indirecte type airbag (télé nationale).

Par contre, c'est avec un étonnement total que j'entends chaque matin sur France Info la manière dont les journalistes nous servent du carnet mondain de celui qu'ils appellent Jupiter avec une ironie toute cajolante et positive. Au saut du lit, on me dit qu'il se rend là ou là où il fera une déclaration attendue. Je n'avais aucune amitié pour Hollande mais, rétrospectivement, je trouve que le mec n'avait pas eu droit aux mêmes égards sur cette onde radio.

Pour quelle raison donc cette différence de traitement ?

Autre sujet d'étonnement : les commentaires des lecteurs sur l'article de Le Monde consacré à Mélenchon et la France Insoumise
En les lisant, je me demande à quoi bon censurer une émission ou un article quand on voit à quel point la soft propagande a envoûté les Français

De la même manière qu'on s'étonne de l'imperméabilité des électeurs de Trump, cet envoutement des Français laisse pantois
j la maison d'édition Actes Sud a été fondée par Hubert Nyssen, son père.
Je me demandais s’il ne s’agissait pas dans les faits d’obtenir la tête de la patronne par motion de défiance interposée de la part de la structure gouvernementale.
C'est pas parce qu'on sait que c'est de la censure que ça va magiquement l'empêcher... je ne comprends pas.
Françoise Nyssen fondatrice d'Actes Sud ? je croyais que c'était son Papa le fondateur ..
Lecteur confiant des choix de Hubert Nyssen, la déconvenue arriva ...
Lors de la prise en main d'Actes Sud par Françoise Nyssen le niveau éditorial a fortement baissé.

L'artisanale et sympathique maison s'est mué en un gros machin.
Manque de vista, traductions très limites, mauvaises relectures de manuscrits (d'où un plagiat à demi avoué), choix d'auteurs aléatoires.

Françoise Nyssen n'est pas à la hauteur du créateur d'Actes Sud et n'est pas la fée intellectuelle devenue ministre.

Abandonner la direction d'Actes Sud, même pour un temps, pour le gouvernement Macron, cela en dit long sur le personnage !
Millénium étant un exemple de traduction carrément pourrie (même un critique du Nouvel Obs a fini par craquer).
La pire c'est lorsque l'on connait (parler et lire) la langue d'origine d'un livre.
Les contresens et autres délires se ramassent à la pelle ...

"Nous étions l'avenir" de Yaël Neeman traduit de l'hébreu.
Par simple courtoisie, je tairai le nom des traductrices ainsi que les plus qu' "approximatives" explications idiomatiques en fin de volume.
Dans Millenium, le problème n'est pas tant la connaissance de la langue d'origine que celle du français : "table à manger" (lol), "ce n'est pas ma place de te critiquer pour avoir abandonné le navire", et un tas de trucs comme ça. On dirait du google translate in the text. Le bouquin m'est littéralement tombé des mains à la page 72 (je parle du volume 2, j'ai même pas essayé de lire le 3).

Les traducteurs ont eu le culot de répondre aux critiques sur le site de l'Obs que vu qu'on ne parlait pas suédois, on avait qu'à la fermer. Je précise qu'un des traducteurs est le directeur de la collection concernée... Ils voulaient surtout se faire un max de fric en le sortant le volume 2 le plus vite possible.

Dans ces cas-là, on passe son temps à retraduire en sens inverse pour se demander ce que ce charabia veut bien dire et ça anéantit tout plaisir de la lecture.
ben... chez moi, "table à manger" est aussi valide que "table à repasser". Et "place" et "rôle" ou encore "légitimité", entre autre, sont bien des synonymes dans ce contexte. Mais bon, peut-être que je cause pas bien la France.
Peut-être n'est-ce pas à moi d'intervenir ici mais je suis entièrement d'accord sur ce coup avec folavril.
Puis-je attirer l'attention de l'honorable cantonade sur le paradoxe (vivant, très vivant) que constitue l'asinaute Coincoin : une apparence de clown cultivé, entre oulipo et pataphysique, mais une posture philosophique qui domine de loin ses éventuelles concurrentes. On peut être sérieux tout en ne l'étant pas, ou parce qu'on ne l'est pas. Coincoin, l'anti-linguiste qui échappe par le haut à la linguistique.
Sauf le respect que nous lui devons on écrit 'Pataphysique.

J'avais déjà ici et consacré Coin-coin l'Araignée 2-0 comme documentaliste* officiel des forums d'@si.

* l'humeur du temps m' oblige à ne pas faire d'hypothèse sur son sexe qui pourrait suggérer un raccourci désobligeant.
Ce rôle de documentaliste des forums est rempli avec brio sur le forum de l'émission consacrée à l'écriture inclusive/ l'Académie

Chaque jour Coin-Coin nous fournit un nouveau lien savoureux qui prolonge intelligemment l'émission.
Notez0 que l’expression « 2·0 » se prononce « premier ou première », comme à l’époque où elle s’orthographiait « 1er ou 1re »1 et 1e.

0. Note à l’intention de celles et ceux qui lisent le forum à voix haute ou médiane.
1. Nos recherches prouvent que la graphie « Ier ou Ière » semble avoir été usitée par Coin-coin jusqu’au 11 octobre 2015 en même temps qu’elle semble avoir été corrigée en « Ier ou Ire » dès le 1er juin 2015.
1e. L’arabisation aproximative en « ±1er·re » peut être horodatée sans ambiguïté ni ambigüité au 14 janvier 2017 entre 3 heures 6 et 21 heures 41.
2. La disruption en « 2·0 » ou en « 2·±0 » date du 26 mars 2017 et fut annoncée par un communiqué daté du 29 janvier 2017.
3. Coin-coin lui-même semble n’avoir jamais déployé le polyparadigme « 1er ou 1re ».
" communiqué daté du 29 janvier 2017. "
dans lequel on peut lire :
"« deux-point milieu-plus zéro-ou-moins zéro », ce qui donne une moyenne de 1"
ce qui n'est pas correct puisque, en mathématiques dont il s'agit ici, le point médian, afin d'être distingué du simple point séparateur de décimales, représente, lui, l'opérateur de multiplication.
On a donc :
2·±0 = (deux)(que multiplie)(plus zéro-ou-moins zéro) = zéro = 0.
Mais nan. Vous confondre point médian (U+00B7) et opérateur mathématique (U+22C5). Faut que vous retournez à l’école.
En LaTeX (éditeur très utilisé par les mathématiciens et par moi) la multiplication (produit scalaire) "\cdot "est codée U+00B7 et se traduit graphiquement par un point médian.
la multiplication simple "\times" est 00D7 et s'écrit "x".
LaTeX n'est pas un éditeur de textes mais un langage de composition (macro-commandes) synthétisant l'utilisation du système de composition TeX crée par le génial Donald Knuth qui ne dépend pas de la machine utilisée. Il est recommandé par de nombreuses revues scientifiques de haut niveau.
LAT[sub]E[/sub]X représenter les commandes \cdot et \textperiodcentered avec le même code Unicode. Ce qui susciter d’ailleurs quelques interrogations dans la communauté. Et qui expliquer que vous confondre (puisqu’ici le point médian qu’on voir dans mon « 2·0 » être bien un point médian).
Moi approuver commentaire endolith sur sa question :"Of course it's pedantic, ";
Moi approuver aussi réponse Danie Els :
" Normal mathematics
The \cdot is a multiplication symbol. The following are all equivalent

xy = x?*y = x×y
etc. "
ce semble être usage en mathématiques normales comme calcul initial de vous.
*le ? résulte copié-collé "\cdot" non interprété par @si.
\font\donteveruseoutsidecartoons="Comic Sans MS" at 14pt
\font\donteveruseoutsidecartoonstwo="Comic Sans MS/IB:slant=.3pt" at 22pt
\input tikz
\usetikzlibrary{shapes.callouts,positioning}
\tikzpicture[mycallout/.style={draw,ellipse callout,inner sep=1.2ex,
___ callout relative pointer={#1}}]
_ \node[mycallout={(.5cm,-.5cm)}] (ico) {\donteveruseoutsidecartoons Be rational};
_ \node[mycallout={(-.5cm,-.5cm)}, right=of ico] (pco) {\donteveruseoutsidecartoons Get real};
_ \node[below=.1ex of ico.pointer] {\donteveruseoutsidecartoonstwo i};
_ \node[below left=.1ex of pco.pointer] {\donteveruseoutsidecartoonstwo pi\vphantom(};
\endtikzpicture
\bye
You got the point (whatever it may be). Bye
Tiens, ça me rappelle quelque chose.
Ne nous en fais pas tout un plat
Si tu ne comprends pas mes mots
Va voir la rousse qui est là
Qu’elle te prête son dico
[
www.youtube.com]
et toc!
Peut-être que l'atome primitif de Lemaître et son expansion subséquente n'a rien à voir avec la vache et son fromage.
« On l’a dit et redit (et l’on a eu raison) : la vache n’est qu’un pis à lait. Mais ne parlons pas d’elle avec dédain. La vache est une machine admirable qui, en quelques heures, transforme trente-deux kilos d’herbe fraîche en onze litres de lait. Elle n’a jamais voulu nous apprendre son procédé de fabrication. Qu’elle ne soit donc pas vexée si nous refusons de lui dire comment on transforme le lait en fromage. » (Henri Roorda, in Almanachs Balthasar, 1925, p. 25, in Le pessimisme joyeux. 404 pépites d’humour et d’humeur, p. 19, in Coffret Roorda, vol. 2 & 3, éd. HumuS, 2009.)
Excellent Coin-coin l'Araignée comme souvent, si ce n'est toujours!
" Tout ce qui a trait à la vache m'émeut "
Grâce à notre Président ( camembert ), tout ira pour le mieuh! mieuh!
Tant pis, tant meuhhh , on ne sait plus trop quoi penser ..
Aujourd’hui paraît chez Actes Sud un Mark Twain prétendument inédit en français1 : « un simple petit fragment des Lettres de la terre du moustachu que l’éditeur de la collection “Un endroit où aller” fait mine de ne pas connaître dans sa version française, allongé de deux ou trois bricolettes, des articulets péchés ici ou là dans la “Bible” des miscellanées »2

« Lettres de la Terre, écrit en 1909, ne fut publié qu’en 1962 [en anglais, puis en 2005] pour la première fois en français. »3 Petit extrait (microbien) :

« Noé et sa famille ont été sauvés – si on peut appeler cela un avantage. Je vous ajoute le si pour la simple raison qu’il n’y a jamais eu d’individu intelligent qui, arrivé à la soixantaine, consentirait à revivre sa vie depuis le début. La famille a donc été sauvée, c’est un fait, mais ses membres n’étaient guère au mieux de leur forme, parce qu’ils étaient plein de microbes. Ils en avaient jusqu’aux yeux ; tellement qu’ils en étaient devenus gros lards, des obèses, distendus comme des ballons. Condition tout à fait désagréable, mais contre laquelle on ne pouvait rien parce qu’il fallait absolument sauver un nombre suffisant de microbes afin de pouvoir alimenter les races d’hommes futurs en maladies affligeantes, et qu’il n’y avait à bord que huit personnes pour leur servir d’hébergement. »4

1. Mark Twain, Cette maudite race humaine, éd. Actes Sud, 2018, traduit de l’anglais par d’Isis von Plato & Jörn Cambreleng avec une préface de Nancy Huston.
2. « Actes Sud invente ses inédits », Lekti-ecriture.com, 20 décembre 2017.
3. Mark Twain, Lettres de la Terre, éd. L’Œil d’or, 2005, traduction de Freddy Michalski, illustrations de Sarah d’Haeyer.
4. Ibid., p. 55.
Un texte de Twain d'une jouissive misanthropie naturaliste, in english : The lowest animal (l'humain dont il est scientifiquement prouvé qu'il est le pire des animaux, idiot et cruel, bête et méchant, un dégénéré).

Conclusion avec, en passant, très british évocation de la grandeur française : "And so I find that we have descended and degenerated, from some far ancestor (...) insect by insect, animal by animal, reptile by reptile, down the long highway of smirchless innocence, till we have reached the bottom stage of development -- nameable as the Human Being. Below us -- nothing. Nothing but the Frenchman."
Ce texte (The Lowest Animal, écrit en 1896) n’a été publié qu’en 1962, glissé dans The Letters from Earth (écrit en 1909) par l’éditeur de l’époque, Bernard DeVoto1. On le trouve aussi la même année dans le magazine LIFE2, sauf les quatre derniers paragraphes, remplacés par deux autres — vous citez le dernier des quatre. Et aussi peut-être dans l’« inédit » d’Acte Sud, qui cite le dernier des quatre en 4e de couverture, et le fait suivre d’un après-dernier :

« Ainsi, j’en conclus que nous sommes descendus et avons dégénéré depuis quelque ancêtre lointain […] tout le long de la grand-route de la pure innocence, jusqu’à atteindre le fin fond de l’évolution, que l’on nommera l’être humain. Plus bas que nous, rien. Rien, si ce n’est le Français.

Il n’y a qu’un seul degré possible en dessous du sens moral, c’est le sens immoral. Le Français l’a. L’homme est juste en dessous des anges. Cela le situe clairement. Il est entre les anges et le Français. »

1. Cf. The Mark Twain encyclopedia, J. R. LeMaster & James D. Wilson, Garland Publishing, 1993, p. 474.
2. « Article of the week. In a Long-spressed Work, a Satanic View of Man and God, by Mark Twain », LIFE, 28 septembre 1962, pp. 108-123 (pp. 121-122 pour l’extrait en question, ici intitulé The Damned Human Race — si on traduit ce dernier titre, on obtient le titre de l’« inédit » d’Acte Sud).
Même pas peur.
Si vous voulez je vous initie à l'ensemble des variations sur le thème du code [alt]* +[something] depuis le traitement de texte Gribouille sur Apple II.

* ou [pomme]
selon commandes page 23 ligne 6

"\cdot " et " \textperiodcentered" sont le même signe employé en texte mathématique ou texte normal.

Pas de confusion. .Il s'agit seulement d'une spécificité d'écriture du langage LAT[sub]E[/sub]X pour les mathématiques. Il en comporte bien d'autres.
Outre "ce n'est pas à moi de te reprocher" : "Je suis mal placé pour te reprocher de quitter le navire". "Ce serait gonflé de ma part de te reprocher de quitter le navire" en plus familier, "Je me vois mal te reprocher de quitter le navire", etc. Contexte : une journaliste veut démissionner du journal et l'autre, qui a déjà démissionné, lui demande pourquoi. Vous voyez bien que c'est la traduction littérale de "It's not my place..." Non, "ce n'est pas ma place", ce n'est pas du français, pas plus que "Faire un point", comme dit Macron, pour "développer une idée".

En français, ce sont toutes les autres tables qui s'appellent autrement : bureau, table de nuit/de chevet, console, table basse, table de massage, etc. On dit "la table de la salle à manger" et "la table de la cuisine". Pas table à manger, ça, c'est du suédois - je crois qu'on dit aussi table à manger en allemand. (En plus, ils ne mangent que des tartines dans ces bouquins, donc pas besoin de table).

Sinon, on ne dit pas "table à repasser" mais "planche à repasser". :-p
j'ai pas de planche: je repasse sur une table...

Mais ok, vous m'avez convaincu :-)
¡Hasta la victoria siempre!

(Achetez des fringues en viscose, ça ne se repasse pas et c'est tout doux - et c'est pas du pétrole)
"comment soupçonner de censure la patronne d'Actes Sud ?"

Acte Sud (Nyssen) rachète également d'autres petites maison d'édition il me semble. Lors de ses acquisitions, certaines ont été redressées. L'argument des contraintes budgétaires à dû être invoqué pour réduire le "coûts" du travail. Elle pourra appliquer les mêmes méthodes ... bon c'est vrai que ça se verra un peu plus peut être.
Bonjour
Une fois de plus LFI avait raison de s'inquiéter avant l'heure, nous sommes bien dans une dictamole (ou démocrature comme on veut).
D'accord avec toi Fifi ;)
LREM est un parti nouveau, éloigné des pratiques anciennes !
Ils sont tellement honnête qu'ils peuvent gérer seuls lanquesture de l Assemblée nationale !
DS a vraiment mauvais esprit. Comment ce qu'il prétend dénoncer pourrait-il advenir? Nous sommes entrer dans l'ère de la loyauté, de l'honnêteté, de la bienveillance généralisées. Comment le Dieu des Dieux pourrait-il nous vouloir du mal?
Bien vu ...
Ne t'inquiète pas DS, ils réussiront à avoir la peau de ces reportages, en les diffusant plus tard puis en expliquant qu'ils font moins d'audience ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.