177
Commentaires

Branco, contre les emojis Malherbe

Commentaires préférés des abonnés

Un peu léger sur ce coup, Daniel. Cette interview était en effet amusante à suivre, avec les effets d'Apolline assez proches de l'expressionnisme du cinéma soviétique de la grande époque. Mais Branco ma semblé meilleur qu'elle. Il ne perd pas le fil,(...)

Soit disant "interview " parfaitement dégueulasse qui n'honore pas la profession des journalistes ( vu que personne dans la profession ne s'est désolidarisé de cette personne...  à ma connaissance )


Certes, on pourrait à priori trouver cette pugn(...)

Très bien vu, Daniel... perso, Branco, je commençais à douter de son talent à la suite de la parution de son bouquin... il était venu faire une conférence à la MDP de St Nazaire en pleine époque des Gilets Jaunes, juste avant notre A.D.A. (Asssemblée(...)

Derniers commentaires

Du plus loin qu'il est possible de s'en souvenir, Apolline de Malherbe a toujours su faire des grimaces déclenchant l'hilarité générale de tous ses camarades, voir même de ses professeurs. Et ce dès la maternelle jusqu'à Science Po aujourd'hui. Un vrai clown. Ne parlons pas des réunions de famille où les éclats de fou rire qu'elle provoque sont si légendaires que même des voisins tentent de s'y faire inviter, voire des inconnus avides d'une tranche de franche rigolade. On ne peut que les comprendre quand on écoute l'actualité. Il n'y a aucun doute que son comique a participé de façon déterminante  à son succès. Merci Daniel d'avoir relevé ce trait de caractère extraordinaire d'Apolline beaucoup trop méprisé. des médias. N'oublions pas qu'elle a commencé sur Rire et Chansons.


Je ne veux rien dévoiler mais je crois qu'elle prépare quelque chose de très osé pour carnaval. Vas-Y Apolline.

Elle m'a fait penser à Lepen pendant le débat avec Macron. Je ne suis pas misogyne mais on comprend pourquoi certains esprits sexistes peuvent parfois parler d'hystérie. Si comme DS le pense en plus c'est peut-être joué, répété dans le miroir et qu'elle s'est déjà entrainé avec Mélenchon, on ne lui donnera pas d'oscar hein ! C'est d'un ridicule achevé. On est vraiment dans la sidération.  On va toujours plus loin dans l'abjection, il y a surenchère entre les Julie Graziani et les autres. 


Pour le coup, bravo à Juan Branco pour la maîtrise de son discours. Il ne perd ni le Nord, ni son calme. Il maintient sa ligne avec beaucoup de sang-froid et de constance. 


Pour ma part, que m'importe qu'il ait aidé ou pas le russe. Ce gouvernement a fait largement plus obscène, plus indécent que tous ce que les Piotr et Branco réunis pourront jamais faire.  Et les conséquences dépassent largement une famille brisée ou un homme humilié. Des gens meurent (suicide, maladie...) des nombreuses conséquences des politiques néolibérales. 


J'aurai tellement aimé entendre le même concert d'indignation quand la petite fille  de 11 ans était morte à Necker du fait de la maltraitance institutionnelle qui a fait qu'elle n'a pas eu la qualité de soins nécessaires du fait des politiques de Buzyn et compagnie. 

CENSURE CHEZ ASI? J'ai zappé une bonne partie du forum, parce que, au lieu d'un certain nombre de commentaires, j'ai eu des plages grises. Ce n'est pas la première fois, mais, là, c'était en grandes plages.

Et cela ne m'arrive que sur le forum.

Le bâtonnier de Paris - après une première enquête déontologique - déclare donc qu'il a demandé à Juan Branco de ne pas être l'avocat de Pavlenski par manque d'indépendance vis-à-vis de son client , et qu'il saisit la commission de déontologie de l'ordre des avocats de Paris concernant ce fait .

J’ai regardé l’interview en entier, quelle tension érotique ! Les retrouvailles dans les coulisses ont dû être torrides !


Mais quelle gourde ...... du coup elle (re)crédibilise un mégalo de première dont les agitations l'avaient gentiment et justement relégué au rang de clown de twitter. Sur le fond tout n'est pas à jeter dans son interview mais la forme c'est un désastre.




L'occasion était trop belle ! Se payer le mec qui dans son bouquin a expliqué avec exemples les  magouilles de la macronie et surtout le népotisme de classe, comment tous ces gens se serrent les coudes dans la médiocrité, c'était trop facile. 

Comme il était proche des coupables, alors lui-même est coupable.  Par simple contact, comme le copinage et le favoritisme pour les copains fait la complicité générale dans un grand maelstrom de bassesse et d'insignifiance.

Mais ça n'a pas été facile. Il a fallu utiliser des techniques de clown.

Tandis que la bande-son est celle d'une interview exigeante (on aimerait que tous les journalistes télé interrogent leurs invités de cette façon) 

C'est une plaisanterie ?   Quid des derniers mots de la fin de l'interview?

Face à la démesure de la censure, voici la bite en question et c'est du lourd :


Non mais de Malherbe est une véritable horreur du journalisme ! Elle est insupportable, c'est même douloureux de la subir, beurk. BFM se dégrade de plus en plus, déjà que c'était très bas, mais là, c'est la fange


Sait-on quelle est la conclusion du bâtonnier de Paris à l'issue de son enquête déontologique pour savoir si Juan Branco peut être l'avocat de Pavlenski dans l' affaire de la vidéo  ?

Pour qui n'a pas fait d'école de journalisme , une question s'impose : 


existe-t-il des  règles déontologiques de l'interview ? 


Qui appelle la question suivante :


En quoi cet interview déroge-t-il à ces règles ( si elles existent) ?


Y a-t-il là matière pour le CSA à intervenir ? 




Merci pour la chronique. Quelques questions ouvertes et remarques


-Juan Branco assume la défense de rupture ? Cela ne légitime pas une interview de rupture ? 


-flagrant délit d'incohérence d'A. de Malherbe qui moque l'invocation d'un complot anti-Branco, mais qui ne peut pas croire à impossibilité d'un complot anti Grivaux. Il faut savoir !


-Curieux de lire, dans le Monde de cet après midi, des soupçons sur qui a pu écrire dans un si bon français sur le site de P.Pavlenski, doutes qu'on trouve aussi dans la bouche d'A. de Malherbe. Éléments de langage circulants ?

 Se rend-elle compte comme elle est laide, et ridicule, avec ses grimaces...?

Bourdin, reviens!

Dommage de ne pas avoir cité le "mot de la fin" de cette "journaliste" ("on se demande à vous entendre si Pavlenski n'est pas l'exécutant et vous le manipulateur"... CQFD : la Macronie a peur de Branco et va... l'exécuter. À nous de le défendre.

Mouais... L'unanimité du forum me laisse dubitatif. Le problème ici c'est 1) les moues débiles (qui la sortent complètement de son rôle de journaliste, trahissant un ressentiment bizarroïde), et 2) que le même traitement ne soit pas réservé aux tenants du pouvoir - c'est cette inégalité de traitement qui est scandaleuse, et qui fait de BFM une chaîne chien-de-garde.


Mais c'est tout, car pour le reste, concrètement, je ne vois qu'une interview pugnace (pas brillante mais allant au moins au front), pas plus offensive ou agressive par exemple que celle-ci, sur laquelle les réseaux sociaux de gauche se sont pourtant paluchés depuis un mois...

Cette agressive fait du Bourdin, du rentre dedans sans égard pour l'invité, à la mesure de la détestation qui l'anime.

Odieux !!!


Tant que les gens regardent pas étonnant qu il y est des journalistes de la sorte ...

On a beau dire ce qu on veut , BFM fait de l'audience grâce à ces ''journalistique''. 

Le problème, est que plus on critique, plus on leur donne de l importance et plus ils pensent alors devenir légitime dans leur role de ''journaliste''

Ces gens là reste dans leur milieu bourgeois ultra privée et je peux vous dire , ultra conservateur pour ne pas dire xénophobe pour certain 


Bon alors c'est lui le cerveau ou pas? C'est ce que suggère Malherbe en concluant l'interview, après l'avoir insinué lourdement pendant l'émission. Remarquez, c'est peut-être aussi l'avis du procureur, nommé par le gouvernement, de la presse mainstream (Le Monde, France Info, Libreration...) et même du Matinaute qui parlait hier du scandale Griveaux-Pavlenski-Branco. Pourtant Branco, ce n'est pas la compagne, ce n'est pas lui qui recevait les vidéos porno. Branco c'est l'avocat. Enfin presque, aujourd'hui, c'est l'avocat activiste. Un peu comme le journaliste militant n'est pas tout à fait journaliste, l'avocat activiste est aussi un peu diffèrent. Ce n'est pas l'avocat de l'activiste, ce serait l'avocat activiste de l'activiste emprisonné. Allez savoir qui a fait quoi! Parfois les journalistes en savent plus qu'ils ne disent, mais il serait bon que quand ils disent, ils étayent un peu. Alors, il a fait quoi le Branco, où sont les preuves comme disait l'autre?

Je suis assez stupéfait par le calme dont semble faire preuve Juan Branco. J'avoue ne pas avoir vu l'interview... je n'arrive pas à me résoudre à regarder/écouter les médias du genre RMC ou BFM ; c'est au-dessus de mes forces.

A mon avis, les deux seules options face à l'attitude dont a fait preuve cette "intervieweuse" (fonction bien différente de celle de journaliste) c'est soit de s'en aller soit de mettre un monumentale tarte dans la gueule en direct.

Ah oui je sais... "la violence, c'est mal"... et patati et patata...

Mais que faire face à "ça" ? Continuer l'interview ? C'est elle qui mène la danse, sur son terrain, se sentant investie de sa toute puissance de "journaliste". Elle n'est pas là pour entendre les arguments de la personne qu'elle interroge ; elle est là pour avancer ses opinions en direction de son public qui est pour l'essentiel conquis d'avance. En fait continuer l'interview c'est renforcer cette "légitimité médiatique" dans laquelle elle se drape.

Partir alors ? Oui c'est probablement la meilleure des solutions... sauf que là encore in fine ça risque fort de renforcer cette même "légitimité".

La baffe dans la gueule alors ? Voilà que se pose (comme elle se pose quasiment continuellement de nos jours... et bien malheureusement ajouterais-je) cette question de l'usage de la violence pour répondre à celle de ces individus qui se prennent pour "nos élites" et qui pensent avoir le droit inaliénable de nous imposer leurs opinions ou leurs volontés. Ils et elles sont sur-e-s de leur fait et de leurs droits imprescriptibles de nous dominer. Ils et elles ne désarmeront pas volontairement. Et il ne faut pas compter sur les manières légales de les désarmer puisqu'ils et elles ont déjà décidé de ce qui est légal et de ce qui ne l'est pas (je vous résume : tout ce qu'ils ou elles font est légal et tout ce qu'on pourrait faire pour les faire redescendre sur terre ne l'est pas... par définition en fait).

Alors quoi ? Alors la baffe dans la gueule, le coup de pied au cul ou toute autre variation sur ce thème... jusqu'à ce qu'ils et elles partent et nous laissent enfin véritablement débattre ensemble pour faire vivre notre société dans de bonnes conditions.

La journaliste a eu une attitude partisante, OK.


Maintenant, regardons objectivement les choses dites durant cette interview

1) Pourquoi Branco fait-il comme si le procureur avait décidé se sa mise à l'écart ? Il sait très bien que cette décision est le fait du bâtonnier (un avocat, indépendant du pouvoir judiciaire ou politique), le procureur ne fait que demander au bâtonnier de ce saisir de ce cas.

2) Juan Branco est d'un mauvaise foi affligeante "je ne suis pas mis en cause, je suis cité au dossier". Il n'est certes pas poursuivi dans cette affaire, mais ayant été consulté par Pavenski au préalable il a donc joué un rôle dans cette affaire. Si le bâtonnier prend au final la décision d'écarter Branco, ce ne sera pas absurde.

3) En attendant, le bâtonnier a désigné deux avocats pour défendre Pavlenski. Branco n'en fait jamais mention et laisse entendre que Pavlenski n'a pas d'avocat. Reste un vrai problème (dont Branco ne parle pas): pourquoi Pavlenski n'a-t-il pas pu (ou pas voulu) consulter un des deux avocats désignés ?

4) Les questions sur l'animosité (pour ne pas dire plus) de Branco à l'égard de Griveaux (et Attal) étaient pertinentes. Branco les a esquivé. Pourtant, il y a une histoire pas claire la dessous. Brnaco fait-il tout cela par vengeance personnelle ? Est-ce que Branco a incité/encouragé Pavlenski à s'en prendre à Griveaux ?

5) Quand Branco dit que Me Canu-Bernard manque de courage, il insulte une avocate qui défend Pavlenski dans un autre dossier. Bonjour la solidarité avec les confrères avocats...

6) Quand la journaliste ressort la vidéo de Branco qui dit "quand on a fait" (à propos de la sortie de la vidéo), elle marque encore un point et démolit complètement le discours de Branco "je n'ai pas participé a la diffusion".



Bien sûr, la journaliste n'est pas neutre et son interview est clairement à charge. Mais elle a sû montrer, une nouvelle fois, à quel point Branco est un type peu fiable, mentant au minimum par omission et dont le rôle et les motivations sont loin d'être claires.


"Et pourtant c'est le cas, du fait du procureur de Paris nommé par le gouvernement, ce que reconnait même Le Monde, pourtant peu suspect de sympathie pour les "cerveaux fous". "


Oui et non, ça dépend. Dans l'article d'hier d'Ariane Chemin et Raphaelle Bacqué, Le Monde affirme que Piotr Pavlenski n'a jamais fait appel à Branco (ce qui est un mensonge).

Ce n'était pas une interview, mais un procès à charge. Une sommation avec, pour péroraison finale un commentaire à ce point tendancieux* qu'il devrait pouvoir déclencher une plainte en diffamation (Branco en décidera),  "On a l'impression que c'est vous l'instigateur et Pavlenski, l'exécuteur", conclut-elle en mettant fin à l'entretien. Tout comme les mimiques emoji, la sentence avait été rédigée en amont et apprise par coeur par l'inquisitrice de BFM. Ne voir, dans ce procédé, qu'une forme de pugnacité journalistique est à mon sens bien trop précautionneux. Je ne suis pas fan de Branco, mais j'ai trouvé qu'il s'en sortait plutôt bien,  comme si lui aussi s'était préparé, en amont, à affronter un canon à merde.  


Et pour ceux qui, comme moi, sont attachés au sens des mots et à la propriété de langage, définition du mot "tendancieux", tirée du CNRTL. 

* Tendancieux:  Qui n'est pas objectif, qui manifeste insidieusement une tendance idéologique, une intention, un parti pris non exprimé ouvertement ou non avoué. Propos, racontars tendancieux; insinuations, interprétations, questions tendancieuses; livres tendancieux. Il faut lui donner une notion juste de ce qui se passe autour de lui, au lieu de le laisser aux prises avec des journaux tendancieux (Becquet, Organ. loisirs travaill., 1939, p. 26).Les appréciations sont sommaires et tendancieuses, car la réalité, comme on a pu en juger, est beaucoup plus complexe (Beaufre, Dissuasion et strat., 1964, p. 94). 

A oui c'est violent comme interview. 

Sinon sur le même sujet, checknews - libé qui ne voulait pas parler de la bistouquette à Griveaux mais qui verifie des infos de première ordre. Ca vole très haut l'info !

https://www.liberation.fr/checknews/2020/02/16/piotr-pavlenski-a-t-il-pose-avec-un-neonazi-ukrainien_1778563

https://www.liberation.fr/checknews/2020/02/17/alexandra-de-taddeo-la-compagne-de-pavlenski-fait-elle-partie-du-conseil-parisien-de-la-jeunesse-d-h_1778660

Appoline déroule, elle s'est comporté exactement de la meme façon avec Melenchon dimanche. Et encore avec Branco elle n'avait pas Eugénie Bastié pour l'encourager 

Votre antipathie pour Juan Branco ( que vous reconnaissez ) vous amène à percevoir une certaine qualité chez la " journaliste" qui l'agresse, alors que son interview, tant sur le plan sonore que visuel, est à chier d'un bout à l'autre. C'est psychologiquement intéressant.




Apolline De Malherbe

5 044 Tweet


Apolline De Malherbe alias Appolo 11 bis ? 

Suite à son lifting de cerveau journalisse macronien, il lui faudra un lifting d'entrée en atmosphère zinzin.



 

"on aimerait que tous les journalistes télé interrogent leurs invités de cette façon"


-> on aimerait que les journalistes télé interrogent tous leurs invités de cette façon


Cette interview vue par hasard hier m'a tellement ému que tout à coup ce fut comme une révélation

on essaie de noyer une affaire en utilisant toutes les armes à disposition

et donc cette affaire est une affaire d'état

non pas que la masturbation soit un délit national

mais parce qu'un champion de la Macronie a été emporté à la fleur de l'âge comme un fétu de paille

snif snif Mairie de Paris, 


Ce qui m'avait le plus agacé, c'était la hargne de l'intervieweuse qui avait décidé qu'il fallait attaquer et mordre de tous les côtés, le Branco étant si habile qu'on ne pouvait l'abattre qu'en l'étouffant, ces piaillements suffiraient à détourner toute sympathie qu'on pourrait avoir pour ses positions et l'implacable logique de ses assertions juridiques


Mais ce que j'avais vu sans vraiment les remarquer ce sont en effet les mimiques de cette chienne de garde

Venant d'un pays où l'on réduit au minimum syndical les expressions faciales même pour draguer, j'avais sur-vu ces mimiques comme une "latinade"

Une fois lu le billet de Daniel Schneidermann, il est vrai qu'elles dépassent l'usage habituel même chez Bourdin ou Apathie


à croire qu'Apolline a le béguin pour Griveaux


Quant à Branco, s'il pouvait mettre de côté ce remontage de mèches à la Malraux, BHL, et autres révolutionnaires célèbres, il aurait tout à y gagner en naturel et vérité

Hop ! Signalée au CSA, juste pour le fun. 

Ma première fois.

Il faut nettoyer les bouches d'égout (sans vouloir faire offense aux égoutiers en grève, ni aux égouts).


Concernant cette décision du bâtonnier (et uniquement ça, je fatigue déjà de cette affaire). Si je me souviens bien le dit avocat à lui même fait la publicité de cette affaire. Cette décision du bâtonnier est peut-être "exceptionnelle" mais cette affaire ne l'est-elle pas elle-même ? Tout un chacun peut, au regard des faits que l'on veut bien nous donner, douter de l'absence de connivence (et peut-être même de complicité) entre les deux personnages. 

Bref je ne vois rien qui mette ici en danger le droit à la défense. On est loin des aberrations que l'on trouve par exemple dans l'affaire de Tarnac.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Elle illustre à la perfection ce qu’on appelle » un chien de garde » du systeme. Elle, elle fait ça dans le style bouledogue agressif, avec un petit effort on verrait couler la bave.

Pacsée avec M.Harold Hauzy ex conseiller de Valls, il vous suffit de consulter sa TL pour remarquer comment la «  journaliste » va à la pèche aux infos, sur l’oreiller...

Strauss Kahn, Valls, Hauzy Macron et Griveaux même combat


Les signalements  de cette contre-prestation de Malherbe au CSA vont exploser tous les records ! il suffit pour s'en rendre compte de lire les commentaires (près de 5000 !) sous la page youtube de cette émission de personnes disant avoir alerté le CSA pour la première fois de leur vie. A de M aura réussi la performance d'attirer sur Branco la sympathie de quantité de gens qui ne lui étaient pourtant pas très favorables jusqu'alors. Un seul son discordant... devinez de qui ? de Bourdin ? non, de Cohen, non plus, de Salamé non plus, mais du cher Apathie !


·


Auj, @apollineWakeUp en tête des tendances @TwitterFrance pour son itv du docteur @anatolium J’ai écouté l’itv: punchy et juste. Elle est victime d’une cabale pour l’intimider,  faire taire ceux qui ne sont pas d’accord avec les nouveaux activistes. Inacceptable, inadmissible

Un peu léger sur ce coup, Daniel. Cette interview était en effet amusante à suivre, avec les effets d'Apolline assez proches de l'expressionnisme du cinéma soviétique de la grande époque. Mais Branco ma semblé meilleur qu'elle. Il ne perd pas le fil, reste largement au niveau; Et c'est lui qui gagne aux points comme on peu aisément le constater à l'audimat.


Mais que nous dit ce duo, physiquement très bien assorti ? Il nous confirme que l'époque est en dérapage dans tous les sens. Les transgressions systématiques de la Macronie dans tous les domaines: social, politique, diplomatique, ont abouti à tous ces excès  constatés dans la rue, dans les médias comme dans la plupart des esprits.


Macron a fait basculer la France dan une ère nouvelle où tous les coups sont permis. Il n'a pas été le seul, ni même le premier. Mais il apporte l'onction présidentielle à l'incohérence devenue générale.  Voilà qui promet.


Beaucoup de signalement au CSA sur le manque de déontologie de cette journaliste, de personnes qui apprécient ou pas Branco.

la veille, elle avait interviewé Mélenchon et elle avait déjà fait son grand numéro de mime ! c'était insupportable !  Et tellement ridicule ! Merci pour ce condensé ...

Merci pour les photos, elles sont en effet "parlantes". Et ça dispense de regarder toute la vidéo, on voit assez d'horreurs de ce type actuellement pour ne pas s'en infliger en connaissance de cause. Je deviens accro des documentaires animaliers. Un pti montage vidéo avec une quinzaine d'arrêts sur images?

Je n'aime pas Branco, mais cette dame est si infecte, et les faits sont si abusifs (il n'y a plus de doute sur le fait que le procureur, en saisissant le bâtonnier, a créé une situation de suppression des droits de la défense), que ça me le rend sympathique.

Au delà de la déguelasserie journalistique d'une MALHERBE qui n'arrive même plus à m'étonner, je suis très surpris que les journalistes, plutôt que de faire corps avec le sort d'un crétin hautain et méprisant, ne posent pas les bonnes questions.

En voici quelques unes : quelles sont les circonstances de la rencontre virtuelle ? Griveaux a-t-il été harponné par une nympho ou est-il un habitué des sites de rencontre ? Doit-on croire au hasard ? Car il faut expliquer par quelle circonstance cette jeune femme ("brillante étudiante en droit"....de 29 ans cependant) qui aurait donc eu une relation sexuelle virtuelle avec GRIVEAUX rencontre cet homme manifestement bon à rien mais prêt à tout

Cela peut renvoyer au fantasme du complot qui interroge cependant car s'il y a complot, pourquoi ne pas avoir sorti cette vidéo après le dépôt des listes, donc à un moment ou son pouvoir de nuisance aurait été total ? 


J'aime bien Juan Branco mais il s'est mis dans l'embarras parce qu'il n'est pas avocat, en réalité. Il est un militant particulièrement actif.

Ce n'est pas honteux, mais c'est incompatible.

Il se trouve que je connais bien la déontologie de l'avocat, spécialement lorsqu'il intervient en garde à vue (j'ai écrit un bouquin là-dessus) et Juan Branco vient d'illustrer une situation que je n'avais même pas envisagée. Ainsi, le conflit d'intérêt ne se conçoit classiquement que lorsque l'avocat défend plusieurs personnes impliquées dans un même dossier alors que ces dernières tiendraient des versions contradictoires. 

Là, il semble qu'il soit intervenu en amont, lors de la préparation de la diffusion de la vidéo, qui, en soit, est constitutive d'une infraction.

Il est clair que si l'avocat participe à l'infraction commise par son client, il peut difficilement ensuite le défendre.

Les questions à Branco seraient nombreuses ne serait-ce que de connaitre la teneur des conseils à son client, avant qu'il ne diffuse la vidéo. 

S'il lui a déconseillé ou seulement mis en garde sur les conséquences, il pourrait le défendre. Mais dans le cas contraire, s'il a pris part à la diffusion alors il ne pourrait pas. Impossible de le savoir puisque le secret professionnel serait un rempart efficace.

Il n'aurait pas du intervenir, quelle que soit l'hypothèse.




 Les journalistes  conformistes n'aiment guère les contestataires . Vous écrivez que les personnes en garde à vue n'ont pas pu consulter leur avocat . .Or ,il me semble que la présence d'un avocat dès le début de la garde  à vue  a été  rendue obligatoire par des arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme  ,arrêts qui ont été validés par la Cour de Cassation .Je doute que M . Pavlenski et Mme Di Mattéo aient été privés  de ce droit  , ce qui entraînerait la nullité de la garde à vue

N'oublions pas que l'étymologie de Malherbe, c'est  "mauvaise herbe " et que c'est le nom régional du garou dont les graines sont toxiques....


Le pire, c'est qu'elle doit être fière de sa prestation et qu'elle devienne " connue" ;  " connue " pour être célèbre, célébrité  sans talent, sans compétence ....


Elle est promise à un bel avenir et se rajoute à la longue liste des journalistes " vomitifs ".

Soit disant "interview " parfaitement dégueulasse qui n'honore pas la profession des journalistes ( vu que personne dans la profession ne s'est désolidarisé de cette personne...  à ma connaissance )


Certes, on pourrait à priori trouver cette pugnacité salutaire si c'était un tournant et que chaque invité était traité de la même façon, mais on sait très bien que ce ne sera pas le cas ! 


Le sort réservé à Branco ( sur lequel je précise n'avoir aucun avis arrêté ) ne sera pas reproduit, on peut en être certain.


 Je n'ose imaginer quel accueil elle aurait réservé à Verges ( quand il défendait Klauss Barbie ) vu son attitude envers Branco. 

Sauf que Verges avait une autre stature et ne se serait pas laissé traité de la sorte ! il lui aurait fait fermé son            claque- merde !  


sans mimique, mais des commentaires assez orientés de DS ! a t' il des sources différentes ? ou une certitude ?

Très bien vu, Daniel... perso, Branco, je commençais à douter de son talent à la suite de la parution de son bouquin... il était venu faire une conférence à la MDP de St Nazaire en pleine époque des Gilets Jaunes, juste avant notre A.D.A. (Asssemblée des Assemblées).  Je n'y étais pas mais quelques amis (sévèrement burnés politiquement) m'avaient dit qu'il manquait un peu de "background" politique. 

Et puis voilà que les Apollines-poupées-grimaceuses-de Malherbe font leur petit numéro de claquettes avec lui... et me le re-rendent sympathique. 

Avez-vous vu le twitt d'un Apathie en totale extase orgasmique (pendant qu'on est dans les nouilles), devant l'intelligence et la pertinence d'Apolline (c'était dimanche me semble-t-il... ou samedi)... Ca valait son pesant de cacahuètes ! Dieu m'savonne, ils sont tous en train de devenir clowns à la téloche ! (et dire que je paie très cher des stages de clown -où j'ai appris que grimacer ne servait à rien-). ;)

"(...)passe comme le reste pour une hénaurmité"


Y a un jeu de mot ? Je l'ai pas. Sinon c'est une énorme coquille pour que même moi, qui suis très loin d'être une reférence, puisse la voir de suite.

Eh oui, le monde journalistique est en ébullition, il a raté une information, sous prétexte de vie privée, qui a eu son petit, même grand, effet. Pour preuve, la démission du sujet interpellé, normalement apanage de ses membres. Il l’a donc mauvaise, même très mauvaise. Bref, le quatrième pouvoir n’est plus, ou presque...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.