46
Commentaires

Barthès et Darmon, clones de cauchemar

Attention image : Manuel Valls enfile sa veste en sortant de sa voiture.

Derniers commentaires

Le monde parfait n'existe pas et on peut être d'accord sur l'analyse globale. Mais à quoi cela sert-il d'attaquer le Petit Journal, alors que c'est une des seules émissions de télé (ayant un peu d’audience) à faire des sujets sur Poutine, sur les élections en Algérie, sur le droit des homosexuels en Russie, sur le caractère girouette des discours politiques... Les journalistes de BFM, d'I-Télé, de LCI ou autres peuvent être un peu moqués : à longueur d'année, de façon surement inconsciente, ils font le jeu d'un populisme qui est en train de devenir une vraie plaie pour notre société. Je ne suis pas sûr que le Petit Journal participe, lui, à cela. Dans le genre, je pense qu'il y a beaucoup plus à dire du Grand Journal.
Il me semble qu'aujourd'hui, il y a d'autres combats beaucoup plus importants à mener sur le front des médias.
Ne regardant jamais bfm tv, quand je lis "Darmon", je ne pense pas du tout au journaliste, et ça me donne envie d'écrire :

Ecoutez, laissez la police faire son travail, et croyez bien que lorsque nous aurons de plus amples informations vous en serez les premiers informés.

Ce en quoi je suis incapable de me retenir.
Un peu tirée par les cheveux cette comparaison, cette chronique. Vous nous avez habitués à mieux ! :)
J'aimerais dire que partir fait se rendre compte à quel point le monde politico médiatique français ne fait QUE se regarder le nombril. Mais bon, en vrai, on s'en doute un peu, déjà, à l'origine. Mais tout de même, cette nouvelle perspective rend toute cette agitation tellement ridicule...
Jusqu'au moment où vous vous être intégré suffisamment dans votre nouveau pays pour vous rendre compte que c'est à peu près partout pareil, à quelques exceptions près.
Oui mais bon, mon contrat est suffisamment court pour n'avoir AUCUNE envie de m'intéresser à la politique locale (qui est sans doute pire que la politique française, c'est dire). Je note quand même que les gens ont tendance à moins en parler (aux étrangers du moins, et pour ce qui concerne ma faible expérience personnelle).
Bel exemple d'ouverture d'estprit.
Aucun rapport, mais bien essayé.
En Belgique, c'est un peu la même, sauf qu'ils ont 2 nombrils (au nord et au sud)...
le monde politico médiatique français ne fait QUE se regarder le nombril.

Concrètement, ça veut dire quoi?
Concrètement ? Qu'on s'intéresse à la manière dont Manuel Valls sort de sa bagnole.
Il devraient s'intéresser à quoi, alors?
À la promotion de l'Union Européenne et de ses institutions.
C'est un piège? Je suis sensé vous traiter de crapule capitaliste?
Je ne sais pas, je voulais vous donner la réponse que vous attendiez en fait.
Disons surtout la réponse à laquelle vous imaginiez que je m’attendisse... ou quelque chose approchant...
Toujours est il que les médias qui se regardent le nombril, cela ne veut rien dire...
Pas les médias, mais le monde politico-médiatique en général. Tous ces journalistes et politiques qui tournent en rond, les uns interviewant les autres qui les utilisent pour communiquer, l'annonce étant finalement le seul objet vraiment commenté, l'action n'ayant plus aucune valeur.

Si vous voulez parler des médias qui se regardent le nombril, on peut parler de libé et de la presse en général qui se morfond sur son sort. Mais ça marche aussi pas trop mal.
Mais ce vide absolu que l'on retrouve dans les débats politico-médiatiques est conforme à notre société de beaufs et de traders....
Bah alors tout va bien. Une société de cons avec des médias de cons.
Oui mais alors, quid de la poule et de l'oeuf?
"À la promotion de l'Union Européenne et de ses institutions."

Ils ne font déjà que ça, à longueur de journée et sur toutes les antennes.
au traité transatlantique.

DS, arrêtez de me (nous?) désespérer avec des pseudo-journalistes!
On sent bien que DS est jaloux parce qu'Eric Piolle ne lui a pas offert un vélo électrique.
Non, Daniel...chemin dont les gens se sont écartés.
"Plus rien à foutre" de ces journalismes ou métajournalismes.
On les écoute d'un oeil distrait à l'heure de l'apéro.
Les ex "jour de France", "Nouvelles du monde" se disputent sur la longueur des jupes ou le liseré du veston...
Pour certains, dont moi (je m'excuse) on se dispute sur la teneur en eau du purin d'orties.
Nos "campagnes" ne regardent plus les guignols qui se pavanent au "Siècle".

Et le petit journal de rire avec Balkany...Pré et postface du journalisme spectacle.
Darmon et de Barthès, balises indiquant le chemin dont on ne doit jamais s'écarter.
Sans moi. Sans ASI je ne savais rien des aventures vestesques de Valls ni des bafouillages éclairés de Darmon.
On se moque des courtisans qui guettaient le pot de chambre du roi (comment allez-vous ?), mais B&D sont-ils si différents ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.