106
Commentaires

Attal, Zecler, Gallieni : sans commentaires

Commentaires préférés des abonnés

Johnson a salué le verdict
Biden a salué le verdict
Johnson et Biden augmentent l’impôt sur les sociétés
Boden s'engage vraiment sur la réduction du CO2

Sale temps pour l'autocratie française qui a perdu son paravent

"Quelques minutes après l'émission, ce policier plaisantin, comme ses collègues, raconte Envoyé Spécial, recevait un message de sa hiérarchie directe : "Sachez qu'à mes yeux vous n'avez en rien sali notre bel uniforme". "


Quand le pouvoir n'a plus que(...)

Silence sur l'issue de l'affaire G.Floyd : L'affaire Chouviat n'a pas abouti (pas encore ?) à une condamnation similaire en France...

Derniers commentaires

En lisant les commentaires des lecteurs, je me suis fait la réflexion suivante : " Et si c'était BIDEN qui par ses décisions sur le climat et sur le fonctionnement de la police aux USA allait nous montrer la voie pour se débarrasser du gouvernement et de Macron ?"

Des choix forts venant de la première puissance du monde ça ne laisse jamais un peuple indifférent.

Est-ce que quelqu'un peut me renseigner : quelle a été la question exacte du journaliste à Gabriel Attal ?

Est-ce que ça a été une question très générale ou une question bien précise ?

Parce que la vraie question que j'aimerais vois poser au gouvernement c'est : qu'est-ce que le gouvernement pense de la condamnation du policier Derek Chauvin pour le meurtre de Georges Floyd sachant que cette condamnation a été au moins en grande partie obtenue grâce aux vidéos de ce meurtre et alors que ce même gouvernement a fait voté une loi dont une des mesures phares est de limiter drastiquement voire d'interdire dans les faits la prise de ce genre de vidéos au prétexte de protéger les policiers ?

Voilà ça c'est une question de journaliste qui fait son boulot...

À l'attention de Daniel Schneidermann et de quelques autres : "car" est une conjonction de coordination. On l'emploie donc entre deux mots ou deux groupes de mots de même fonction, et pas systématiquement à la place de "parce que" qu'on a la flemme d'écrire, et qui est une conjonction de subordination.

Donc on ne dit pas, par exemple "peut-être car le gouvernement", mais "peut-être parce que le gouvernement"


wé, je sais, ça fait un peu chieuse chipoteuse.

Vu de l'extérieur, c'est hallucinant, l'effet que donne ce gouvernement.

Je me demande s'ils s'en rendent bien compte, qu'ils passent pour des nuls en se comportant comme ça.

Il y a certainement des électeurs potentiels qui apprécient, mais est-ce-qu'il y a 20% de gens comme ça parmi les votants ? 

Et surtout, n'y aura-t-il pas énormément d'électeurs qui voteront uniquement pour éjecter cette honte ?

Du point de vue moral, c'est scandaleux, et du point de vue rationnel, très risqué...

Mais on a les gouvernants qu'on mérite, et une France qui doit en ces temps incertains se tenir debout signe son déclin. 


Au fond, Le Pen est déjà là !

"C'est comme se moquer sur les Asiatiques. C'est tout, quoi. Rien de raciste là-dedans, c'est juste de l'humour noir."

Je trouve ça un peu raciste de prêter aux noirs ce genre d'humour raciste sur les asiatiques... ^^ (Il a raté sa vocation lui, fallait qu'il fasse du stand up!)

Des faits , toujours des faits et encore des faits, à mette en lien avec les actes. Les actes, toujours les actes et encore les actes

 "J'ai un groupe d'amis où on s'envoie que des conneries, comme tout le monde, explique le policier, filmé en caméra cachée. Des vidéos de chats qui se cassent la gueule […]..


Euh non, déjà là je ne suis pas, je ne regarde pas des vidéos de chats qui chutent. Alors le reste... encore moins.

En terme d’humour, je songe ces derniers temps à celui de Not’ Président.

Je ne me souviens que d’une seule vanne de sa part. Je trouve qu’elle est du même type que l’humour noir de ce monsieur, c’est à dire cynique. Ce qui expliquerait bien leur bonne entente.

Connaissez-vous des vannes de Not’ Président qui m’échapperaient ?

En examinant toutes ces affaires (éborgnements, tabassage d'un producteur comme par hasard noir ou d'un journaliste bien identifié, rapports falsifiés de policiers, etc...) on ne peut qu'alerter  les responsables des partis dits "de Gauche" sur l'écrasante responsabilité qu'ils auront à endosser en cas d'échec de présentation d'une candidature unique sur un programme unitaire. Cette responsabilité sera à partager largement avec les électeurs paresseux, indifférents, ou simplement cons (je pense en particulier à ceux qui osent dire qu'en cas d'appel au "vote républicain", ils préfèreront s'abstenir)

C´est intéressant cette volonté de criminaliser les videos des forces de l´ordre filmés par des quidams et dans le même temps d´introduire des caméras dans les procès judiciaires avec le nouveau projet de loi sur la justice.


"Quelques minutes après l'émission, ce policier plaisantin, comme ses collègues, raconte Envoyé Spécial, recevait un message de sa hiérarchie directe : "Sachez qu'à mes yeux vous n'avez en rien sali notre bel uniforme". "


Quand le pouvoir n'a plus que les flics pour le protéger, ce sont les flics qui ont le pouvoir.

On peut exposer des faits et avoir le courage de ses opinions.

Perso je comprend quand même un peu Attal : c'est pas au gouvernement français de réagir à une décision de justice américaine dans une affaire concernant deux américains, déjà que réagir à des décisions de justice tout court ça ne devrait pas se faire en théorie. 


La presse aurait pu/dù lui demander de réagir aux promesses de Biden d'importants changements suivant le verdict mais surement pas au verdict lui même où il ne pouvait répondre que ça.

Vous auriez pu rajouter à votre sans commentaires l’annonce de Macron et Darmanin :

Chaque Français verra plus de bleu sur le terrain en 2022 qu’en 2017.

(Darmanin a écrit bleu au singulier, histoire qu’on ne confonde pas avec des bleus dans la figure.)

Cher ,      


Un monde de gauche sépare "L’Obs" de son prédécesseur "France-Observateur"


Une déchéance lamentable à  l'image du PS.

Le racisme n'a jamais disparu il était juste illégitime.  Aujourd'hui il est légitimé par les medias mainstream où l'extrême droite à son rond de serviette.  Et ceux qui en sont victimes ont une voix plus forte . Télescopage

Quelques commentaires au passage :

J'apprends de ce jeune homme Attal (mon d ieu, est ce possible qu'il y ait des gens au gouvernement faisant encore plus jeune séminariste que notre Roy), j'apprends donc que la France n'est pas les USA

J'apprends que le bel uniforme des policiers est toujours comme la sainte Vierge, immaculé

J'apprends que la France n'a pas de leçon à recevoir de Pékin ou Moscou


et ce matin, à la radio, j'apprends d'une journaliste de l'Obs que notre Roy vise le peuple de droite après avoir ravi le peuple de gauche, et cela dit avec un naturel d'une naïveté extraordinaire par une représentante d'un média qui a aidé Macron à monter au sommet

Silence sur l'issue de l'affaire G.Floyd : L'affaire Chouviat n'a pas abouti (pas encore ?) à une condamnation similaire en France...

Hermann, dans la Tribune de Genève


Comment dit-on déjà? Ah oui, en actualisant, "quand tous les écoeurés sont partis, restent les écoeurants". Ceci ne voulant pas dire que tous les partis sont respectables, bien sûr!

Des vidéos de chats qui se cassent la gueule. C'est comme se moquer sur (sic) les Asiatiques...

Et le top du top, c'est quand les chats sont siamois.

Encore un policier à qui il manque quelques heures de cuisson.

Entre nous, qu'est-ce qu'ils prennent dans la gueule les Asiatiques en ce moment, pour avoir exporté virus et frelons !

Johnson a salué le verdict
Biden a salué le verdict
Johnson et Biden augmentent l’impôt sur les sociétés
Boden s'engage vraiment sur la réduction du CO2

Sale temps pour l'autocratie française qui a perdu son paravent

La statue de Gallièni est toujours en place.


Le tombeau de Napoléon est toujours aux Invalides.


Et, moi-même, ne finirait pas au Panthéon....

Non mais je ne suis pas raciste. J'ai d'ailleurs un ami noir. Regardez, on avait même Sibeth au gouvernement!

" Mediapart vient de révéler qu'il avait extorqué des aveux à un des jeunes poursuivis, tout en l'estimant apparemment hors de cause. Le jeune homme de 22 ans vient d'être acquitté après avoir passé quatre ans en prison."

Ce n'est pas exactement ce qu'a révélé Mediapart, vous mixez la situation de 2 personnes :
• Un premier jeune de 21 ans au moment des faits dont même les policiers pensaient qu'il n'avait pas fait le coup a été relaxé en 1ère instance et en appel. Il a malgré tout passé 18 mois en détention provisoire.
• Un second jeune, 18 ans au moment des faits, condamné en 1ère instance à 18 ans de prison, a été relaxé en appel, après avoir fait plus de 4 ans de détention. Les enquêteurs et son avocat commis d'office lui suggérant qu'il avait fait un black out, déstabilisé après 3 j de garde à vue, le gardé à vue disait qu'il ne se rappelait plus. Seul propos retranscrit dans le PV.
 :)

J'ai du mal à savoir où en est l'interdiction des prises de vidéo, dans les manifestations ....


C'est pourtant un problème de survie !

Texte de loi adopté et actuellement soumis au contrôle du conseil constitutionnel:


Article 24 de la loi Sécurité Globale:

   I. – Après l’article 226-4-1 du code pénal, il est inséré un article 226-4-1-1 ainsi rédigé :   

 « Art. 226-4-1-1. – La provocation, dans le but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, à l’identification d’un agent de la police nationale, d’un agent des douanes lorsqu’il est en opération, d’un militaire de la gendarmerie nationale ou d’un agent de la police municipale, lorsque ces personnels agissent dans le cadre d’une opération de police, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.    

« Les mêmes peines sont applicables en cas de provocation à l’identification, dans le même but que celui mentionné au premier alinéa, du conjoint, du partenaire lié par un pacte civil de solidarité, du concubin, de l’ascendant ou de l’enfant d’une personne mentionnée au même premier alinéa. »  

  II. – Après l’article 226-16-1 du code pénal, il est inséré un article 226-16-2 ainsi rédigé :    

« Art. 226-16-2. – Le fait de procéder ou de faire procéder à un traitement de données à caractère personnel relatives à des fonctionnaires ou à des personnes chargées d’une mission de service public en raison de leur qualité hors des finalités prévues par le règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, et abrogeant la directive 95/46/CE (règlement général sur la protection des données) et par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 précitée est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. »

Merci beaucoup.


Ma confiance dans le C.C. étant très limitée, je continue de m'interroger.


Cette volonté de produire des textes ambigus et inadaptés est maladive.


D'ailleurs,  "   plus on écrit ,  plus l'institution est faible : car on n' écrit que pour défendre des institutions qui tremblent "

Oui, je te rejoins: il n'y a aucune confiance à avoir dans le conseil constitutionnel.


Je ne sais pas si les termes de la loi sont intentionnellement ambigus. Je crois que beaucoup députés LREM et LR, en toute bonne foi, prennent très au sérieux la crainte des policiers et policières d'être identifiés et d'en subir les répercussions dans leur vie privée (quand bien même cette crainte serait en réalité infondée).


Après, cela n'enlève rien au fait que le texte est objectivement ambigu. Rien que l'expression "provocation à l'identification d'un agent" est étonnante, sonne bizarrement. Il faudra voir l'interprétation qu'en retiennent les tribunaux.

Idem ² !


Attention aux "Selfvies" ...

Je viens de voir la video du flic qui a tué une femme au States récemment , la video qu'il porte a la poitrine , a clairement démontré que la femme en question s'apprêtait a poignarder une autre femme .Alors il a choisi de sauvegarder la vie de celle qui allait se faire poignarder , et peut être que c'est elle la fautive a la base .  Et ça , ça ferait mal , mais bon , ce flic a fait son boulot .Du coup je ne comprends absolument pas la réticence de nos flics aux images , si ce n'est évidement parce qu'ils ont l'habitude de faire tout et n'importe quoi , type Zecler ....Et là c'est le poteau ! Pourquoi nos politiques vont dans leur sens ? C'est parce qu'ils ne contrôlent plus la police , c'est le front qui la contrôle !

Le texte de la loi Sécurité globale comporte justement, outre l'article 24 précité, tout un tas de dispositions relatives aux caméras-piétons, directement embarquées par les policiers. Le but est de développer ces dispositifs.


Je ne pense donc pas que les policiers et policières soient absolument opposés aux images; ils veulent simplement en contrôler la production et la diffusion des images.

"quand bien même cette crainte serait en réalité infondée"


Les arguments fallacieux à géométries variables nuisent à la Gauche et au bien commun.


Sur quelle planète de militants bas du front faut-il vivre pour réclamer un meilleur soutien et une meilleure protection pour les professeurs menacés ; tandis que d'un autre côté, les menaces envers les policiers sont totalement niées ? Et les infirmières qui se font tabasser quand elles ne sont pas assassinées et même carrément décapitées, elles sont infondées les infirmières aussi ? Moi aussi, je suis contre cette loi. Mais j'ai des limites. Et remettre en cause les lois de la physique et le principe de réalité font partie de mes limites.


Ce qui profite aux infirmières, profite nécessairement par voie de conséquence aux professeurs... et aux policiers. Et réciproquement, ce qui profite aux policiers, profite nécessairement par voie de conséquence aux professeurs et aux infirmières. Ce n'est ni automatique ni immédiat, certes, mais on constate depuis toujours qu'une hausse de salaire d'une fonction finit par bénéficier aux autres fonctions. Et loin de promouvoir les policiers au rang d'ennemi public, je continue de les considérer comme des fonctionnaires comme les autres. C'est pas un putsch de la Police : ce sont bien les politiques qui transforme notre société en État policier ! Une hausse de salaire ? Tant mieux ! Une meilleure protection ? Tant mieux ! Les fonctionnaires ne sont pas en concurrence !


Reste que cette loi c'est de la merde, effectivement. Continuons comme ça, et on finira avec des caméras dans les salles de classe et dans les cabinets de soins. Et reste également un problème global de sécurité pour nos fonctionnaires. À l'époque de S. Paty, les militants ne parlaient pas d'un problème de "sécurité". Alléluia, grand bien vous fasse. Appelez-ça comme vous voudrez tout le temps que vous serez encore persuadés -pour une raison que j'ignore- que la bataille idéologique serait avant tout linguistique. Mais bref : à l'époque, on parlait de "soutien" de la hiérarchie et de "protection". Tant que les ivrognes, les intégristes, et les machistes arrêtent de taper sur les infirmières, et tant qu'on arrête la mauvaise foi, moi ça me va.

Je me permettais simplement de résumer, par une formule prudente (notez le conditionnel), un débat récurrent à propos de l'article 24 de la loi Sécurité globale: selon Darmanin notamment, si cet article avait existé à l'époque, il aurait peut-être permis d'éviter le double-assassinat de Magnanville; alors qu'en face, de nombreux fact-checkeurs ont souligné qu'aucune affaire grave en France, et notamment celle de Magnanville, ne concernaient des policiers et policières dont l'identité avait été jetée en pâture sur les réseaux sociaux. Voilà tout ce que j'ai voulu dire par cette phrase qui vous a manifestement heurté.


Après, l'article 24 pose tout de même un vrai problème pour tous ceux et toutes celles qui pensent que filmer la police est nécessaire pour éviter ou décourager les abus dont l'actualité nous a régalés ces dernières années (décennies). Je fais pour ma part partie des personnes que l'article 24 inquiète.


Maintenant, si vous voulez poursuivre cette conversation, merci de me respecter et de ne pas immédiatement me taxer d'être un "militant bas du front". Les arguments ad personam ne sont pas bons pour le débat.


La dictature en marche

Bombay ... on est mal barré.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.