86
Commentaires

Après François Rose, @si cherche couteau suisse...

François Rose va partir. Pour vous, ça ne veut peut-être rien dire du tout, mais pour nous, ça veut dire beaucoup.

Derniers commentaires

Alors, vous en êtes où ? Frangin n'a toujours pas eu de réponse :o)
Où est Alain Korkos?

Cela devient inquiétant!
Ce message n'est pas une blague car je vois qu'il y a bcp d'humoristes parmi vos lecteurs.
Dans la mesure de mes compétences et de mon temps libre.
Si vous avez une situation d'urgence et que vous aimeriez l'aide temporaire d'un informaticien, contactez moi je serai ravis de vous aider bénévolement.
Si un toubib s'absente, on peut toujours le remplacer. Mais un psychiatre...
Où sont nos chroniques des matinautes? Daniel est trop déprimé?
Slobodan est-il apparenté au "Rose", le "réalisateur de tous vos fantasmes" de l'émission mythique de Daniel Mermet sur France Inter il y a 30 ans, La coulée douce ? Ça fait longtemps que je me pose la question !
Merci à Justine et Slobodan. Bonne continuation.
Excellente chronique !
Ah, nos perpétuelles contradictions d'individus libres!

On voudrait être complètement différents et assumer ces différences pour alimenter et enrichir les échanges...
Mais en même temps,on voudrait être tellement traditionnels et conventionnels pour pouvoir être au chaud d'une équipe compacte.
Cette duelle liberté et sécurité, ces changements dans une continuité.
Vivez votre vie les enfants mais restez au nid...

Faire le pas de coté et vivre un "paradigme" nouveau,
C'est plus qu'une aventure, c'est un arrachement, un déracinement...comme extraire ses bottes quand elles sont prises dans la terre détrempée.
Sans convoquer Simone Weil pour faire précéder nos droits par nos devoirs l'entreprise de l'autrement est bien délicate et "transformatrice".

Pris dans nos contradictions, nous naviguons à vue, tant bien que mal.
C'est peut-être cela être humain.

Bonne journée et bonne route au couteau-suisse.
il n'y a ni présentation des arrivants, ni "pots de départ" pour les sortants, ça fait un peu hall de gare, asi... et démerde toi pour trouver ta correspondance !
Merci François Rose, je vous souhaite pleins de belles choses. Vous allez me manquez, j'ai aimé vous voir devenir de plus en plus important. Toute votre histoire sur ce site est si romanesque. Un conte de fée qui se termine pour nous et qui pour vous, je vous le souhaite continue dans vos nouvelles aventures. Bonne chance
Sans vouloir en rien diminuer le travail de François Rose ou de quiconque, je ne peux m'empêcher d'être frappé par la différence de traitement que représente cet article entre le départ de FR et celui d'autres collaborateurs, y compris parmi les plus visibles de nous autres @sinautes.
Le cas de Justine Brabant a déjà été évoqué parmi les réactions, mais plusieurs autres chroniqueurs et/ou collaborateurs sont partis sans que, si ma mémoire est bonne, cela ait été signalé aux @sinautes. Faut-il donc scruter "anciens chroniqueurs" https://www.arretsurimages.net/anciennes-chroniques.php pour être informé de leur départ ? Je découvre qu'Anne-Sophie y figure, est-elle elle aussi partie vers de nouvelles aventures ?
Merci pour tout !
Dommage pour @si, donc dommage pour nous, mais ça parait logique, au bout de 10 ans, de vouloir voir du paysage et de ne pas vouloir faire partie des meubles, même si on les a construits soi-même.
J'espère que ça sera bien, là où il va.
Et qu'un nouveau Slobodan nous dorlotera bientôt.
RIP Slobodan. Merci et bonne chance pour le futur François.
Bon vent a Francois Rose !
Un immense merci à François Rose d'avoir tant fait pour que ce site nécessaire existe et progresse. Bonne route! Et bon courage à @si pour trouver la perle rare.
"...sous la houlette de notre cheffe de projet"

Quand, vous comme d'autres, admettrez-vous que féminiser les noms de métiers ne signifie pas ajouter systématiquement un "e" à la fin du mot correspondant ? Et qu'il y a même des cas où un tel nom peut rester... invariable ? Car il n'y a pas plus de dévalorisation pour une femme à pratiquer un métier sans "e" final, que pour les hommes à le faire avec le dit "e". Sinon, tous les notaires, tous les stagiaires, toutes les vedettes, tous les ministres ne pourraient être que des femmes... et on devrait alors parler des danseures, des pleureures, des skieures, des créateures, des travailleures.
Absurde !
Et bonne chance pour le couteau suisse!
JJR
Jean-Jacques Régnier, je n'ai rien compris à votre commentaire.

Quand, vous comme d'autres, admettrez-vous que féminiser les noms de métiers ne signifie pas ajouter systématiquement un "e" à la fin du mot correspondant ?
Bein, non, pas toujours, parfois seulement. . ou alors ajouter un accent ( infirmier, infirmière), enfin, il y a plein de moyens.Et même qu'il faut parfois doubler une consonne pour ça ( magicien, magicienne), du coup, c'est assez logique que chef donne cheffe.

Et qu'il y a même des cas où un tel nom peut rester... invariable ?
Euh, hein ? Quoi ?Là je vous perds complètement ... " chef " n'est pas du tout un invariable, mais un nom masculin, qui varie déjà entre le singulier et le pluriel. Un chef, des chefs ... je ne vois pas comment vous pouvez le confondre avec un invariable !

Car il n'y a pas plus de dévalorisation pour une femme à pratiquer un métier sans "e" final, que pour les hommes à le faire avec le dit "e".
Là, clairement, vous dites absolument n'importe quoi :
- les noms de métiers terminés par un "e" que vous citez, ont un " e" qui n'est en aucun cas une marque du féminin, il vous suffit de vous reporter à n'importe quel dictionnaire étymologique pour en avoir la confirmation.
le maire de la ville, le maître d'école, le journaliste qui a signé la chronique n'ont pas "accepté" de porter un titre féminin, pas plus que le musée ou le scarabée n'auraient d'abord été féminins avant de basculer, sans grincher, dans le masculin.


...et on devrait alors parler des danseures, des pleureures, des skieures, des créateures, des travailleures.

Le féminin des noms en --eur est souvent en --euse, et quand il existe déjà on ne le modifie pas.

Mais je ne vois pas le rapport avec la féminisation de "chef", puisqu'on ne dit pas un "cheffeur" ( qui pourrait donner cheffeuse ou cheffeure, faudrait décider...)

Votre propos c'est de considérer que pour une femme aussi on devrait dire " chef" et ne pas changer le mot , c'est ça ?
il en était question dans cet article très synthétique

Votre propos c'est de considérer que pour une femme aussi on devrait dire " chef" et ne pas changer le mot , c'est ça ?


Féminin, masculin ou neutre comme en latin, on devrait surtout le virer du dictionnaire, il est quand même profondément inégalitaire dans cette acception.

--
[...] Je me suis habituée à « professeure », parce que j’ignorais jusqu’il y a peu que « professeuse » avait été employé à partir du XVIIIe siècle. Il a évidemment été combattu par les idéologues masculinistes avec la dernière énergie (le grammairien Bescherelle, par exemple). [...] http://www.adequations.org/spip.php?article2436

https://editions-ixe.fr/content/lacademie-contre-langue-francaise

--
... trouver le (la) successeur (e)...

Et la parenthèse : par défaut , une femme sera acceptée s'il n'y a pas de candidat masculin ...
et bien à propos !
Trop mignon !
Tant qu'on est dans le n'importe quoi, vous mettriez comment "couteau suisse" au féminin ?

BonnE soiréE
Fourchette suissesse, je ne vois que ça. Didier Porte planche sur la féminisation de Slobodan j'espère!
Coutelle suissesse. Et Slobod-Anne, ça s'impose.

Moi aussi, je trouve parfois lourdingue cette obsession de féminisation. Pourtant... c'est quand même pas mal de s'apercevoir que certains postes, presque uniformément masculins, peuvent désormais être confiés à des femmes sans que pour autant la terre s'écroule. C'est intéressant d'en voir monter (ou pas, ou très lentement) le nombre. C'est passionnant de retrouver l'histoire, de voir comment les femmes en ont été effacées. Et surtout, de s'apercevoir que appeler les choses par leur nom, mettre un poste d'homme au masculin et de femme au féminin, suscite encore de fameuses résistances, prioritairement parmi les gens (je ne dis pas que Jean François Régnier en soit, je n'en sais rien) qui affirment bien fort que un homme est un homme; un papa est un papa, une femme est une femme, une maman est une maman. Et qui veulent la parité... dans le couple parental.
Il m'est venu une idée pour chef : cheffesse.

C'est beaucoup plus callipige que cheffe.

Pas taper !
"Callipige" : Journaliste aux fesses attirantes ?
Si le jeu de mots avec callipyge était voulu, bravo. Sinon, ce message vous était offert par la brigade de contrôle de l'orthographe...
Je pense que Pierre 38330 attirait notre attention sur le soin mis par ces jeunes femmes journalistes à écrire, que dis-je écrire, calligraphier leur article, leur pige....d'où ce très beau mot de "callipige".

Néologisme (mot-valise) , certes, mais qui mériterait de rentrer dans le Robert, voire Larousse....

Robert, je ne te veux aucun mal quant à Larousse je ne la connais pas.
très beau mot de "callipige".

Monsieur GP, je rends hommage à votre générosité. Le beau mot n'est que le résultat d'un faux pas.
Je le pensais aussi mais...quelquefois les petites erreurs font les possibles sourires et le mot se conçoit.

Buvard ne fut-il pas inventé sur une erreur?
L'erreur bue levons de nouveau notre verre.
Julie Guilbault est cheffe de projet en web design, pas journaliste.
Mon propos tombe donc à plat...nous avons évité qu'il ne tombe sur mes belles fesses.
et puis, rien ne dit qu'elle soit rousse.
Je me livre pieds et poings liés à la brigade. Le jeu de mot est le fruit de ma néglygence et de ma précypitation.
Je me porte candidat pour le poste de couteau suisse. Avertissement Daniel : je ne maîtrise que deux fonctions, tire-bouchon et décapsuleur.
J’espère que vous allez trouver quelqu’un pour remplacer Slobodan.
Slobodan, à qui je souhaite bon vent pour son retour en Yougoslavie.

Mais dans votre chronique, vous nous disez presque négligemment que Julie Guilbaut est de retour.
C’est une bonne nouvelle.
Bon vent à François R ;-)
C'est bien une boite qui reconnait la valeur d'un employé ! Et ne le traite pas de charge...
Bonne continuation à l'équipe.
Bonjour
Vraiment 2016 est une année déprimante. Maintenez le cap !!!
J'en reste sans mots! Ils partent tous! Dites-moi qu'Alain Korkos et DS partent, et c'est fini d'@si.

2016 : que des mauvaises nouvelles! sniff!
Expatriez-vous ailleurs qu'à Paris, et je postule tout de suite ( J'ai quelques idées si vous voulez, Olso, Reykjavik, Tórshavn,...)
Merci à Slobodan sans qui………
Et merci à Daniel d'avoir réussi à le séquestrer jusque là.

Je suis bien content de ne plus être sur le "marché du travail", quand je vois à quel point il faut savoir tout faire aujourd'hui, et bosser comme trois plombiers polonais au prix d'un ouvrier grec, vaut mieux avoir la pêche d'un Slobodan !
Que dire ?
Pratique : les couteaux suisse donnent deux/trois/quatre/cinq fois plus de travail aux rémouleurs en fonction du nombre de lames
Prosaïque : les couteaux suisse sont neutres, ils tranchent tout et n'importe quoi
Terre à terre : les couteaux suisses n'ont pas inventé le fil à couper le beurre, c'est leur seul défaut

Bon mais pour revenir au sujet, les couteaux suisses durent ce que durent les Rose. C'est bien pour François, triste pour @SI
Pour ma part, je ne connais pas de couteaux suisses sinon je les aurait envoyés postuler à @SI car je n'ai pas envie que le départ de François Rose mette en péril la bonne marche de ce site

Bonne chance à François et à @SI
Mais pourquoi partent-ils ?
j'espère que ce départ ne mettra pas la survie d'asi en danger
Délocalisez vous en Ardèche et je postule ! Hors de question pour moi d'aller me plonger dans l'enfer parisien.
Bonne route François ! Epanouis-toi dans ta nouvelle aventure.
Je viens également de voir que Justine Brabant ne faisait plus partie de l'équipe, je débarque peut-être mais si elle repasse par là, je tenais à lui dire que j'appréciais beaucoup ses articles (Bolloré et le Cameroun notamment).

Rassurez-moi, Vincent Coquaz est toujours dans la team ?
On comprend que vous avez démarré ce site sur des chapeaux de roues, avec les moyens du bord, avec sa bite et son couteau selon l'expression populaire.
Rassurez moi, Francois Rose n'est pas resté bénévole tout ce temps là..!? Ou je me désabonne tout de suite de ce site esclavagiste!

Blague à part, je prends conscience, en lisant ces lignes du caractère orwellien de l'expression "offre d'emploi". On voit bien comment elle permet d'inverser les rôles.
Vous êtes désespéré de trouver quelqu'un d'assez compétent pour remplir toutes les taches et tous les rôles avec le même brio que son déjà regretté prédécesseur et proposez - grand seigneur ! - une offre d'emploi à l'heureux élu.

"Recherche de travail", ou "recherche de compétence" reflèteraient plus la réalité de la situation...
Je vous envoie mon frangin :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.