Après François Rose, @si cherche couteau suisse...
La vie du site
La vie du site
chronique

Après François Rose, @si cherche couteau suisse...

François Rose va partir. Pour vous, ça ne veut peut-être rien dire du tout, mais pour nous, ça veut dire beaucoup.

François Rose va quitter notre petite barque, et elle ne sera plus jamais la même.

François Rose m'a envoyé un mail au cours de l'été 2007. Etudiant en géographie, il souhaitait aider bénévolement à la création et au lancement du site, après notre éviction de la télé par le fameux Patrick de Carolis. Il se trouve que, dans cet été de folie, nous croulions sous les chèques de soutien. Première urgence, traiter ces chèques, et les envoyer à la banque. Quinze jours durant, François Rose a tamponné des chèques. Ensuite, il y a eu d'autres urgences. Et puis encore d'autres. En décembre 2007, on s'est brusquement souvenus qu'on allait devoir tourner une émission hebdomadaire à partir de janvier 2008. Il a fallu en urgence, toujours, choisir notre matériel de tournage (l'anycast de Sony), se familiariser avec son fonctionnement en se plongeant dans sa notice en ligne (en anglais). Puis construire un décor d'émission. Ainsi François Rose a-t-il gagné son titre de déco-réalisateur et son surnom, Dieu sait pourquoi (n'est-ce pas Didier ?) de Slobodan. Pour que sa maman comprenne enfin son travail, il est même venu le raconter sur notre plateau.

Au fil des ans, François Rose, malgré ses fières origines berrichonnes, s'est transformé en couteau suisse. Il a constitué, entretenu, notre parc d'ordinateurs, de bancs de montage, de captation d'images télé. Il a câblé, relié, tous ces bidules entre eux. Il a construit, puis remodelé, notre chaîne sur la Freebox. Il a aidé l'équipe de Judith Bernard à construire le site Hors-Série. Avec lui, on a rêvé, et fait sortir de terre, d'autres émissions, qui ont marqué l'histoire du site. Quand il s'est agi, avec nos amis de NextINpact, de construire la plateforme commune d'abonnements La Presse Libre, devinez qui était l'interlocuteur !

Puis, le parc informatique étant maitrisé, il s'est tourné vers un autre terrain de jeu : la communauté des abonnés. Une communauté d'abonnés, ça se travaille, ça se cultive. Ces derniers temps encore, avec son tire-bouchon à marketing, le couteau suisse sculptait des offres spéciales d'abonnement, jonglant avec les fichiers et les sous-fichiers d'abonnés et de presque abonnés, comparant à la décimale près les taux d'ouverture de nos mails, re-modelant sans cesse les offres et, surtout, trouvant toujours le dosage optimal, dans un site congénitalement allergique au marketing et à la com'.

François Rose va partir. J'aurais tant aimé ne jamais avoir à écrire cette phrase. François Rose va partir exercer ailleurs ses talents de couteau suisse. Et dans l'immédiat, il nous faut réaliser l'impossible : trouver le (la) successeur (e) de François Rose. J'aimerais bien faire un descriptif de poste, précis et tout et tout. Si je devais écrire ce descriptif, j'emploierais des mots barbares, comme "directeur technico-administrativo-commercial". Aujourd'hui, d'ailleurs, davantage administratif et commercial que technique. Le technique, heureusement, est solidement pris en main par notre webmaster, Sebastien Bourgine. Mais tous ces mots sont si pauvres, ils recouvrent si peu cette fonction de co-pilote d'une barcasse sur l'océan déchainé, où chaque jour apparaissent de nouvelles technologies, de nouveaux réseaux sociaux, de nouveaux possibles, de nouvelles menaces.

A l'aube de cette année 2017, au carrefour des propagandes de guerre et de la post-vérité, alors que notre site a entamé sa refonte générale sous la houlette de notre cheffe de projet, Julie Guilbault, plus que jamais nous avons besoin d'une équipe solide, et, surtout, inventive. Tant d'autres émissions à créer, dans les années qui viennent ! Tant de formes, aujourd'hui encore inconnues, à explorer. Tant de développements, aujourd'hui encore imprévisibles ! Ceci est donc, oui, une offre d'emploi : si vous vous sentez une vocation de couteau suisse (même sans posséder forcément toutes les lames du modèle d'origine, ou avec d'autres lames), si vous connaissez autour de vous des vocations, vous savez ce qui vous reste à faire...

couteau suisse
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.