353
Commentaires

Affaire Fillon : "Dans ces milieux, on ne dit pas château, on dit maison"

Comme tous les grands faits-divers, l’affaire Fillon a le mérite de révéler tout un monde : le petit monde des grands élus de la République d’abord, avec leurs avantages, et l’opacité qui les entoure, mais aussi, en élargissant le champ, leurs rapports avec le monde de la finance et des médias. Pour explorer ce dévoilement d’un pan de la société, nous avons invité la sociologue Monique Pinçon-Charlot ainsi que Nicolas Thibault, président de l’association française des collaborateurs parlementaires (AFCP). En fin d'émission, la chronique de Mathilde Larrère sur la vallée de la Roya.

Derniers commentaires

"Celui qui croit pouvoir trouver en soi-même de quoi se passer de tout le monde se trompe fort;
mais celui qui croit qu'on ne peut se passer de lui se trompe encore davantage."
A mon sens, jamais cette fameuse citation de De La Rochefoucauld n'aura à ce point convenu à un homme politique français.
F. Fillon, entré par la grande porte, son heure de gloire sur le point de sonner, amené sous quizaine à être sorti par la petite
par l'un de ses plus proches lieutenants B. Retailleau pour ne pas le nommer. Ceci dit, je pense que dans son for intérieur,
l'intéressé ne se faisait plus guère d'illusion du jour du dernier communiqué du PNF.
Une pensée émue pour J. Chartier qui selon des critères au faciès, donc hautement subjectifs,
semble accuser le coup avec un peu plus de sincérité que le reste des tristes sires qui composent son entourage proche.
Et que penser de Le Maire qui joue les choqués alors qu'il a salarié sa femme ("artiste peintre et mère de 4 enfants" disait-il lui-même) comme assistante parlementaire pendant 6 ans...?
Mise au point.

Si je suis mis en examen, je me retire
Je suis mis en examen, je ne me retire pas.

Annexe un et unique: je vous emmerde.

J'ai bon sur le résumé?

Ah ça ira, ça ira, ça ira...
Le châtelain et la châtelaine :

http://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/GARRIGOU/57248
Quand on recherche à écouter une analyse honnête sur un sujet, une dose d'émotion n'est pas nécessaire et discrédite la personne qui la laisse transparaître.
C'est le cas de Monique Pinson-Charlot. Désolé, mais je n'arrive pas à écouter et prendre au sérieux une personne qui semble tellement dans le registre de l'émotion et du "je vous l'ai bien dit". Constamment cherchant à valider sont postulat de départ "tous pourris".
Dommage que les intervenants se laissent aller à s'emporter dans des commentaires personnels coulants et mielleux, peu universitaires. parce que le sujet est intéressant et digne d'analyse non biaisée.

NB. Les passe-droits ne sont pas le privilège de "la haute". Regardons autour de nous à 360 degrés.
Une discussion dans un cocktail, à la fête de l'huma, entre deux personnes sur un emploi potentiel débouche souvent sur l'envoi d'un curriculum vitae; qui sert de preuve d'un "piston" injustifié ou non.
L'affaire Fillon me parait limpide. Son épouse reconnait qu'elle n'a jamais été l'assistante de son député de mari (voir la diffusion d'"Envoyé Spécial"). Alors pourquoi l'émission sur ARTE, 28 minutes, parle de "Médias et politique : tyrannie de la transparence ?" http://www.arte.tv/guide/fr/068401-113-A/28-minutes.
Le scandale est donc le travail des vrais journalistes ?
Dans une démocratie Fillon se serait retiré non ?
Expliquez moi, j'ai raté un épisode
Bonsoir à tous,

je ne veux pas faire le parano de service (ou un "autoritaire" de la transparence)
mais quelle est cette coupure à 30'19?

Vous m'avez habitué à un Arrêt sur Images sans montage, ni césures ...

Merci par avance, Frédéric
À voir sur M6 http://www.m6.fr/emission-maison_a_vendre/

Superbe affaire à saisir rapidement :
Comparer avec les prix du marché

Maison individuelle
Beaucé, 72 300 SOLESMES
Superficie bâti : 3 162 m2
Superficie non-bâti : 12,0 ha [120 000 m2]
Commentaire :
SURFACE HABITABLE : 1 107 m2
DÉPENDANCES : 1 062 m2
FERME HABITABLE : 993 m2
[large]Valeur 750 000 €[/large]
photo

Plus d'info ici et

Source : https://www.fillon2017.fr/2017/02/06/transparence/
Au sujet de l'écotaxe: l'installation des portiques a été décidée par le gouvernement Sarko-Fillon.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/28/ecotaxe-itineraire-d-une-mesure-qui-faisait-consensus_3504015_823448.html

Collecte de la taxe par la société italienne ecomouv. Encore un sujet d'étude.
Pour Fillon les voyous sont les opposants à NDDL, au barrage de Sivens, au centre d'enfouissement de déchets radioactifs de Bure, aux fermes des 1000 vaches, poulaillers et porcheries industrielles.
Sa vie campagnarde s'accommode mieux des vues de la FNSEA que de celles de la Confédération paysanne.
Sablé-sur Sarthe a au moins deux abattoirs; petit accident dans l'un d'euxhttp://www.lemainelibre.fr/actualite/sable-sur-sarthe-le-jour-ou-la-machine-m-a-avale-14-07-2015-138598
http://sarthe-agroalimentaire.over-blog.com/article-16858433.html
Les grands groupes sont à la manœuvre, il ne s'agit pas de petits producteurs locaux.

J'aimerais savoir si c'est la viande qui sort de ces usines qui se retrouve sur la table du sieur Fillon; et sur la table de l’Élysée.
Durant sa conférence de presse d'hier, François Fillon a dit que le travail de sa fille auprès de lui au sénat consistait à l'aider à écrire un livre, dont j'imagine il tire un bénéfice. Tout ça avec de l'argent public.
C'est semble t-il passé comme une lettre à la poste.
les elus sont scandalisés que le bon peuple puisse lui demander des comptes horreur!!! pour entrer dans la fonction publique , il faut montrer pate blanche c'est a dire avoir un casier judiciaire VIERGE!!! ce que l'on demande aux gens il semble que cela soit interdit en ce qui concerne nos elus!!!!???? lorsque je remboursais les frais de stages des professeurs et autres personnels de l'education nationale, ils avaient l'obligation de nous fournir les factures de leurs deplacements hôtels etc et le remboursement se faisait automatique...quid de nos elus a qui on pourrait demander des comptes !! il ne s'agit pas là d'une république bananière, mais d'une monarchie elective les senateurs deputés et autres politiques ont remplacés les nobles le president decide ..il peut même entamer une guerre sans demander l'avis (obligatoire en allemagne par exemple) donc nous le tiers etat ne devons pas demander à ces princes pourquoi ils dépensent notre argent, car le notre leur appartient le leur ...c'est de l'ordre du secret...essayons de ne pas payer nos impots durant quelques années nous simples contribuables!!ou d'acheter un appartement avec les frais dus au titre des frais de deplacements de ces messieurs les senateurs, je n'arrive pas à comprendre pourquoi nous ne parvenons pas à manifester et à imposer comme en roumanie actuellement nos volontés...la revolte gronde mais il semble que nous soyons nous français trops raisonnables
Monique Pinçon-Charlot est effectivement une référence.(humour second degré rapport à sa désinformation volontaire au sujet du contrat de fermage)
Les mots sont importants. Celui qui maîtrise le vocabulaire maîtrise le sens. Pourquoi sinon, nous parler de PSE (Plan de Sauvegarde de L'Emploi) ?
Et il n'y a personne pour s'apercevoir que François Fillon ment quand il dit qu'il a payé le château 440 000 euros et que maintenant il vaut 660 000 (j'ai oublié le chiffre exact, j'avoue)?
Je crois qu'il l'a payé 440 000 francs en vrai et qu'il fait l'abruti devant Pujadas.

J'imagine aussi que tout ce soutien des membres de son parti, n'est pas sans évoquer des sommes en transit sous des noms "de confiance" (des qui ne risque pas de partir avec la mallette de billets alors qu'on ne pourra même pas porter plainte pour vol, y-en a j'vous jure aucune morale) vers un parti qui a besoin de trésorerie. Moi je vois bien un mauvais perdant qui espère encore, à la manœuvre derrière ce bazar.
Je fais référence au décryptage suivant: http://www.arretsurimages.net/breves/2017-02-04/Chateau-non-les-Fillon-ne-sont-pas-vraiment-payes-en-viande-fraiche-id20431

Ce qui est quand même extrêmement gênant, c'est que Mme Pinçon-Charlot, sociologue spécialisée dans l'étude des milieux privilégiés, puisse relayer une idée aussi fausse et aussi déconnectée du réel, sans qu'un doute s'allume dans son esprit. Même si l'information était trompeuse dans le Canard enchaîné, on se serait attendu à ce qu'une spécialiste des milieux dont elle parle avec la posture du savant ne tombe pas dans le panneau.

Je trouve ça gênant quant à sa crédibilité, et pas simplement anecdotique.
Je me demande si la catégorie des élus est si différente de celle du reste de la société . Après tout pourquoi deviendraient-ils intègres et désintéressés une fois en haut de l'échelle sociale alors que pour y monter ils n'est pas obligatoire de l'être voire même contre productif.
Même si on reste en bas l'intégrité et l'honneteté ne payent pas toujours
Tout le monde n'est pas pourri mais je ne suis pas sur les élus le soit plus que le reste de la société.
Bien sûr les sommes et les pouvoirs ne sont pas les mêmes mais la mentalité n'est pas fondamentalement différente.
Il me semble qu'en focalisant sur les chiffres, on masque le plus important, le pouvoir que donne tout cet argent, qui est le véritable objectif de toutes ces jongleries légales ou illégales.

Il y a en effet l'entre soi de toute une classe sociale, qui doit quand même se renouveler un peu, d''où les procédures d'entrée et de sortie, on aura compris que le mariage en est une pourvu qu'il ne soit pas trop déclassé, et que l'obtention d'un poste de collaborateur en est une autre, mais il y en a pas mal, qui permettent à des "en-bas" méritants d'obtenir une place, strapontin ou fauteuil, chez les "en-haut". D'où les "contre-exemples" qui n'en sont pas.

Mais il y a surtout des réseaux de pouvoir, qui passent par l'argent... ou pas, qui passent par des cooptations pour truster les postes "intéressants" et pour les cumuler ou les faire se succéder dans le temps. Plus les renvois d'ascenseur, j'embauche ta fille, tu m'épingles la légion d'horreur, etc...

Toutes les simili similitudes entre l'entre-soi d'en bas, parfois contraint ("Nous vivons avec les hiboux et les larrons amis des ombres") et l'entre soi d'en haut butent sur cette différence qualitative: le pouvoir que ça donne et que ça permet de perpétuer et d'amplifier.
Très bonne émission.

Dans l'acte 3, après l'extrait de Fillon au JT de France 2 dans lequel il évoque son patrimoine, Daniel se demande si Fillon cache ou montre.

Fillon utilise un stratagème presque vieux comme le monde : Il se cache dans la lumière.

Il utilise le même genre d'artifice lorsqu'il "révèle" avoir employé ses enfants au JT de TF1, même si là c'est un peu différent.
Il est vraiment étonnant ce forum.

Sur les sujets de politique électorale, en les parcourant, vous pouvez vous dire que les abonnés sont majoritairement de gauche, et plutôt proches de FI que PS.

Tout à coup, quand on cause des riches, il y a une levée de boucliers sur le terme "dominants".

"Quelle violence !" "Quelle haine de classe !"

Sans blague, j'hallucine !

Ah, ça mérite une étude sociologique !
Est-ce que les gens de droite ont abandonné l'idée de tout débat avec cette horde de gauchistes, et que vraiment, sur ce sujet, c'en est trop, parler des riches en ces termes c'est vraiment insupportable ?

En fait je trouve ça assez drôle, alors qu'on peut avoir des raisons de penser que c'est dramatique !
Cette émission est des plus intéressantes

La sociologue Monique Pinçon-Charlot nous aide à décrypter (ou plutôt à remettre en lumière) ce que nous savons mais n'avons de cesse d'excuser car nous sommes en partie dans le rouage.

Bien sûr, on est en droit de s'étonner qu'elle aille au château de Luces (pardon, la maison !) et d'une certaine manière trompe ses hôtes trop naïfs pour croire que l'image qu'ils nous donnent sera utilisée contre eux, puisqu'elle leur paraît si naturelle et l'étalon d'or par excellence. Mais Monique Pinçon-Charlot ne fait que son travail, celui qui est de comprendre les mécanismes. Si elle s'était occupé des castes les moins argentées, elle aurait aussi trompé ses hôtes sur des points qu'ils auraient découverts ensuite pris à leur encontre mais qui n'en auraient pas moins étaient révélateurs.

Si Monique Pinçon-Charlot faisait un reportage sur nous, nous autres touristes qui profitons d'un peso dévalué et jouons des rapprochements humains pour obtenir des photos et autres souvenirs bien gentiment fraternels, alors qu'ensuite nous oublions ces rencontres et continuons de payer notre café au tiers de la valeur qui donnerait à ces indigènes rencontrés une existence descente, nous aurions vu dans les images de cette vidéo prise à notre encontre la révélation de nos ambiguïtés morales;

J'ai aimé aussi Nicolas Thibault chez qui j'ai trouvé quelques attitudes admirables rappelant certains personnages des nouvelles de Maupassant, ou même de Flaubert, et ce n'est pas l'aspect Normand qui y pousse. Merci à lui de nous avoir permis de mieux percevoir ce qu'est le métier d'assistant parlementaire avec justesse, franchise et non sans ironie. C'est rare que j'avoue apprécier un homme de droite.

Et Mathilde Larrère bien sûr merveilleuse.. avec mama Erou et cette souche qui n'est qu'un arbre mort.

Une belle émission.

Maintenant je voudrais terminer par une supputation : du temps où Fillon œuvrait sous le petit roy Sarkozy, on le sentait terriblement à la peine et on avait de la peine pour lui.
Et aujourd'hui où s'abat son rêve incroyable il y a encore quelques mois, on ne peut s'empêcher de sentir son désarroi même si l'on souhaite que la Justice fasse son ouvrage à elle.
On n'ose croire cette Justice capable d'agir puisque Sarkozy est encore en liberté et Balkany siège à l'Assemblée mais on se dit qu'elle risque de s'abattre plus facilement sur ce fils de notaire mariée à une fille de notaire car il ne font pas tout à fait partie de cette caste qu'étudie Monique Pinçon-Charlot.
pour l histoire du fermage, le canard enchaine est a l ouest. Les contrats de femages peuvent être rédigé comme ca, en faite c est la valeur equivalent monétaire que dois fournir le paysan pas le blé et la viande . C est juste la tournure que PEUT prendre le contrat, mon cousin qui avait des terres en fermage avait ce type de contrat et le propriétaire n etait pas du tout bourgeois .
Les dominants sont comme les agriculteurs : ils sont concurrents, ils se jalousent mais savent aussi s'entraider et coopérer.
L'essentiel c'est que [s]les dominés[/s] les vaches soient traites et les moutons tondus.
Monique Pinçon-Charlot montre son adhésion profonde à la philosophie libérale dans cette phrase (un peu avant la 45ème minute au sujet de l'étudiante en œnologie qui reçoit par relations les coordonnées d'un important responsable du Crédit Agricole dans son domaine) : "Elle devrait passer par des demandes spécifiques en envoyant son curriculum vitae".

Pour Monique Pinçon-Charlot, cette scène dévoile un dysfonctionnement du marché du travail, en contradiction avec la théorie libérale. Si l'étudiante avait envoyé son CV par la voie normale, le libre jeu de la concurrence des talents aurait joué son rôle. On imagine qu'un CV anonyme nous rapprocherait encore davantage de l'idéal de fonctionnement d'un marché totalement libre.

Rassurons Monique Pinçon-Charlot : lorsque la logique libérale sera arrivée à son terme, toute notion de solidarité entre humains aura heureusement disparue, les individus seront enfin devenus des monades sans attaches communautaires, et la main invisible du marché pourra sélectionner ceux qui méritent vraiment de réussir des autres.

Il n'est pas étonnant qu'avec de tels soubassements idéologiques, l'extrême gauche ne soulève pas l'enthousiasme des classes populaires. Je renvoie à la lecture du dernier livre de Jean-Claude Michéa "Notre ennemi, le capital" pour ceux que cette pensée intéresse.
L'économie françoise est de plus en plus assise sur le luxe. Or, en matière de luxe, le vulgum pecus est plutôt petit bras. Qu'on me montre comment l'industrie du luxe peut se passer de nos parasites fillonesques et de leurs miroirs aux alouettes anglo-saxons !
Le scandale Fillon, mis à part, la raison pour laquelle son cas est emblématique, est que je connais des gens de gauche, qui sont partis voter dans cette primaire de droite, pour ce "candidat de vérité, qui dit les choses comme elles sont" Le pays a idéologiquement basculé à droite et Le Pen n'est qu'un épiphénomène de ce fait.

Ce qui m'a mis mal à l'aise dans le discours de madame Pincot-Charlot, c'est l'équation entre les valeurs morales et éthiques et les classes moyennes et ouvrières. Si il y a une chose que la l'élection de Trump a montré, c'est que les membres des classes ouvrières/petits employés se sentent abandonnés par tous et il n'y a pas de solidarité de luttes entre les classes sociales. Le Front National est très bien représenté dans les classes populaires. Comme l'a expliqué Sophie Wahnich "Les gueux ne sont pas forcément formidables".

C'est la scène du piston, et l'extraordinaire confiance, que cette séquence implique, qui m'a poussé à faire un arrêt sur image et regarder Monique Pincot-Charlot, mise en pli impeccable, maquillage élégant, fausse (ou vraie fourrure) pour compléter le dispositif. Avec le phrasé et la richesse du discours et du vocabulaire, madame Pincot-Charlot, pourrait aisément être confondue avec un des membres de la caste qu'elle étudie.
S'en rend-t-elle compte? Cet attirail est il nécessaire pour être acceptée par ce milieu? C'est probable, mais malgré ses convictions marxistes elle ne fait pas partie des classes populaires, qu'elle défend. Elle peut être aisément identifiée à la « gauche caviar », participant sans doute à son insu et à corps défendant au divorce entre une élite intellectuelle, qui sait (et qui est à l'abri du besoin) et ceux, qui attendent avec impatience la fin du mois ou les alloc.
On n’est pas sorti de l'auberge!


Grande emission, merci.
Mme Pinçon-Charlot est très intéressante et sa grille de lecture aussi.
Rien que pour la tête de Nicolas Thibault à partir de 48:45 cette émission n'a pas de prix (oui, je sais, finalement, c'est pas exactement ça).

Vendredi matin, Alain Minc était sur France infos. Il rapportait une anecdote datant de 1981 montrant que le "hors sol" des politiques quand il s'agit d'argent ne date pas d'hier.
On peut l'entendre ici, à partir de 6:00.


Dans ce milieu, on dit "maison" plutôt que "château", dans d'autres, on dit "résidence" à la place de "cité". Dans tous les cas, on dissimule le "où on vit", parce qu'on est mal à l'aise avec, mais pas pour les mêmes raisons.

Fillon, il voulait faire "voeu de probité". Il savait pas ce que ça voulait dire, mais trouvait que ça faisait quand même hyper-classe ! (cf Yvain et Gauvain, Kaamelott, S02E70, "Les Voeux", Alexandre Astier)
Merci pour cette émission éclairante et merci à Mme Pinçon-Charlot pour son intelligence lumineuse.
Plus je lisais les commentaires et plus j'étais étonné de découvrir des défenses au système oligarchique. Alors je me suis dit soit ceux-la en sont et alors logiquement il défendent le système soit ils n'en sont pas et alors il a bien raison celui qui a dit " L'arme la plus puissante aux mains de l'oppresseur est l'esprit de l'opprimé. Steve Biko " . Bien évidemment ( ce qui précède le laisse deviner ) j'apprécie les analyses de Monique Pinçon-Charlot et j'ai été ému par le chronique de Mathilde Larrère.
Pour mettre à jour le statut des assistants parlementaires, il suffirait que leur embauche soit réalisée par une direction des ressources humaines de l'assemblée nationale, qui établirait leur contrat de travail, leur fiche de paie, le tout sur la base d'une grille salariale précise.

Leur mission serait définie précisément par une fiche de poste.

Bien sûr, on peut comprendre qu'il vaut mieux que l'assistant partage les idées du député. On imagine mal un assistant communiste aider un député LR a préparer une intervention favorable à la retraite à 70 ans.

Le député pourrait soumettre ses candidats à la RH, qui examinerait la recevabilité de la candidature, et qui au cour du mandat contrôlerait la réalité du travail effectué.
Une précision concernant le contrat de "fermage" évoqué par les invités sur le plateau. Fils de paysan, mais pas dans la Sarthe, je peux vous fournir une piste d'explication.
Un contrat de fermage entre un propriétaire foncier et un exploitant prévoit le versement d'un loyer qui s'appelle justement fermage. Ce dernier est une somme d'argent, pas une part de produits de l'exploitation. Je n'ai jamais entendu parler de forme mixte de contrat, mais il faudrait plonger dans le code rural pour en être certain.
L'échange de produits contre le prêt de la terre s'appelle métayage ou colonat partiaire, au sens où le propriétaire prélève non un loyer mais une partie des fruits de l'exploitation, produits de l'élevage ou de la culture. Cette forme d'exploitation était fréquente dans le Limousin, une partie du sud-ouest aquitain par exemple. Elle a sûrement son cachet féodal : mon père m'a souvent raconté l'aspect humiliant de ces moments où mon aïeul allait porter "au château" poulets, canards ou oeufs etc. Mais c'est une forme de contrat. Une loi votée par l'Assemblée en 1946 a modifié en profondeur le métayage. La modernisation agricole des années 1960 a largement eu raison de cette formule juridique d'exploitation, en favorisant l'achat par le métayer des parcelles exploitées. Le métayage continue à exister, mais est résiduel aujourd'hui. Les terres en France sont donc majoritairement exploitées en FVD (faire valoir direct = l'exploitant possède les terres), ou en fermage, notamment dans un vaste Bassin parisien.
Francis Commarrieu.
Ce qui est terrible dans cette image - si on s'y arrête, ha ha -, c'est que Pénélope n'a même pas de chaise... Ils donnent l'impression de ne considérer vraiment leur femme ou mère que comme une bonne idiote, qui ne mérite que d'apporter les cafés et trop demeurée pour participer aux conversations, ... ou que on tente de lui expliquer que elle est déclarée comme employée fictive.
Monique Pinson-Charlot est peut-être marxiste et elle a fait un excellent boulot de sociologue avec son mari mais elle a le langage condescendant des bourgeois et son dialogue avec Nicolas Thibault est assez incroyable. Elle vient elle même d'une famille bourgeoise, son père a été magistrat et il n'est pas étonnant qu'elle est accepté d'avoir sa fiche dans le Who's Who et surtout d'avoir accepté la légion d'honneur. Je trouve son mari plus discret et plus agréable et surtout moins donneur de leçon mais lui vient vraiment du milieu ouvrier.
Très belle émission. Bravo ! Dommage que l'assistant soit parti, la dernière partie de l'émission l'aurait sans doute définitivement convaincu de changer de monture parlementaire !!
Excellente émission, j'adore Monique Pinçon-Charlot.
L'attaché parlementaire de droite est resté dans son rôle, bravo à lui pour son professionnalisme.
une question à arrêt ...Melenchon, ancien ministre, ancien parlementaire ancien sénateur fait bien parti de la caste des nantis, des dirigeants n'est-ce-pas ?
Fillon démission bien sûr !
Le coût unitaire du pauvre est certes souvent négligeable. Mais ils sont si nombreux que l'on peut, sans se tromper, affirmer que la pauvreté est beaucoup plus onéreuse que la richesse. C'est le sens profond de l'apostrophe fameuse de Guizot " enrichissez-vous !". Enrichissez-vous, vous coûterez moins cher à la collectivité. Imparable. Bon apéro.
Le contribuable, même le plus modeste, a participé à l'achat du castel. L'appellation "maison" pour un tel monument relève de l'hypocrisie. Et de la bêtise, en même temps. C'est un "bien mal acquis", et il est gêné ?
Très intéressant.

Il y a quand même quelque chose qui me turlupine : à un moment, l'attaché parlementaire explique que l'argent qui n'était pas dépensé dans les allocations pour les collaborateurs retournait jusqu'en 2012 dans l'escarcelle du député.

Mais alors, pourquoi Fillon aurait-il fait ce montage, un emploi fictif de sa femme, si de toutes façons il récupérait l'argent ?

Là, je pense qu'il y a eu un blème. Du fait qu'il y a deux postes pour payer le député, l'un est acquis de toutes façons, et l'autre est subordonné à son utilisation, l'explication ne tient pas.

Quant au réseau des riches que décrit Mme Pinçon-Charlot, le problème n'est pas tant que c'est un réseau de connaissances, mais plutôt l'attitude de la personne qui se présente comme un ami d'un dirigeant et qui affirme que ce patron acceptera son stage quoi qu'il advienne. Un tel comportement ne se passe pas chez l'ébéniste ou l'épicier qui cherche quelqu'un de confiance : on lui signale quelqu'un et cette personne est reçue et évaluée. Et le patron l'accepte ou pas : là, c'est l'appartenance à une classe qui garantit le stage.
La stagiaire putative n'aura qu'à dire : ma classe est garantie par M. de ... pour être acceptée a priori, et je suppose que ce serait un camouflet pour M. de .... que Mlle .... ne soit pas choisie comme stagiaire par l'ami.
C'est incroyable que les attachés, collaborateurs des députés n'aient pas une adresse mail perso professionnelle sur les serveurs sécurisés de l'assemblée nationale.
Depuis longtemps Madame Fillon déclare ne pas s’occuper du travail de son mari. Il n’y a aucune raison de ne pas la croire.

Monsieur Fillon indique sa femme comme l’aidant dans son travail avec contrat.

Trouver l’erreur ?

Dans ces milieux, comme dans tous les autres, un conjoint peut agir à l’insu de l’autre...
Il est dit dans l'émission, et dans le résumé écrit, qu'il est impossible de ne pas avoir de contrat de travail.
Ce n'est pas tout à fait exact, je crois.
Le contrat de travail écrit n'est pas absolument obligatoire s'il s'agit d'un CDI. Je l'ai découvert récemment et ça m'a beaucoup étonnée.

Mais dans le cas précis de cet emploi-là, dans ce contexte-là, l'absence de contrat est très hautement improbable, ça, c'est sûr, et elle peut être interprétée comme l'absence d'emploi.
en citations indépendantes 5/4.
Une étude sociologique sur un forum d'@si.
Et Fillon serait-il du genre à se suicider à la Bérégovoy pour cause de déshonneur ?
Quand on y pense, si c'est un petit bourgeois qui s'est construit une image "romantique" d'accès aux plus hautes fonctions par son mérite et sa probité, peut-être n'a-t-il pas les ressorts psychologiques pour assumer les magouilles visant à assurer le train de vie du milieu où il entendait entrer. Le fait que son épouse n'ait pas eu l'air au courant, sa défense proche du déni, ça ressemble à ces gens qui s'enferment dans un mensonge pour sauver la face, très attachés aux apparences.
Spontanément, je vois les vrais riches par héritage culturel trouver naturel de n'avoir pour limite que la loi dans une société dont ils réprouvent la prétention égalitaire, se satisfaire comme Trump de dire qu'ils sont autorisés à tout tant que ce n'est pas illégal. Un Fillon s'efforçant chez Pujadas d'apparaître de classe moyenne, avec juste une maison et un compte épargne, ce n'est pas du Sarkozy de Nagy-Bocsa parlant de travailler plus pour gagner plus avant d'aller faire un tour sur le yacht de Bolloré.
Pas grand-monde ne semble s'y intéresser, peut-être pour cause de prescription, mais ça serait vrai d'une grande partie de l'affaire Penelope aussi: François Fillon a été comme ses enfants assistant parlementaire pendant ses études!

Il suffit de lire l'article de Ouest France mentionnant l'élection du plus jeune député de France:

Si on lit bien, Parallèlement à cette formation, en 1976 il devient l'assistant parlementaire de Joël Le Theule, député de la Sarthe

Donc d'une part François Fillon était rémunéré par l'assemblée (à 22 ans) cinq ans avant sa première élection alors qu'il a déclaré que sa femme l'accompagnait depuis le début de sa carrière en 81, et d'autre part comme l'article précise qu'il a eu son master en 77 et deux DEA ensuite, ce travail ne devait pas être trop prenant pour que l'étudiant mène sans problème ses études en même temps.

C'est donc tout un état d'esprit que notre sociologue doit expliquer: celui des hommes politiques pour qui l'ami député de papa notaire trouve un job étudiant pas trop prenant et bien payé, où madame touche un salaire de l'assemblée sans même y penser et où la génération suivante reprend bien entendu le flambeau comme assistant parlementaire pendant ses études, le tout évidemment en étant convaincu d'être pleinement honnête et exemplaire.
Passage instructif sur Bérégovoy :
Daniel n'était pas au courant du virage libéral de 1983 !

Ça explique des choses, vous croyez pas ?
il y a une incompréhension sur le fermage versé aux Fillon, il ne s'agit nullement que leurs fermiers leur apportent de la viande saignante au manoir ou du blé dont la famille Fillon n'aurait que faire surtout pour le blé ; ces quantités fixées au bail déterminaient selon les cours du blé et de la viande de l'année tels que fixés par l'arrêté préfectoral après l'avis de la commission consultative des baux ruraux l'équivalent monétaire à verser par les preneurs aux bailleurs ; ainsi pas besoin de clause d'indexation au bail ; ce système n'existe plus, les loyers devant maintenant être fixés dans le bail en espèces, cf le lien

http://www.eure-et-loir.gouv.fr/content/download/9630/67461/file/comment_calculer_son_fermage_bis.pdf
Le contrat de fermage vaut son pesant de cacahuètes, mais après tout n'allons pas nous plaindre que les Fillon n'alourdissent pas leur bilan carbone en faisant leurs emplettes dans la capitale. Les fermiers alentours veillent à les approvisionner, tandis qu'eux et leurs illustres invités se délectent de mets de première fraîcheur payés rubis sur l'ongle, tout le monde y trouve son compte non ?

Pour le reste, Je suis d'accord avec certains commentateurs, on se demande bien la pertinence de chercher à englober le métier d'assistant parlementaire dans les analyses connues et rebattues de MPC. Résultat, un Nicolas Thibaut qui entre deux envolées lyriques de MPC n'a pas eu tellement l'occasion de nous apprendre quoi que ce soit qui n'ait déjà été abordé dans les médias suite aux tout récents rebondissements de l'affaire Fillon. Il aurait fallu l'affubler d'un contradicteur de type (ancien ?) inspecteur du travail ou syndicaliste, à mon humble avis, pour faire saillir peut-être les deux ou trois enjeux qui posent réellement question.
Alors oui, une poignée d'assistants sont devenus parlementaires eux-même mais la caste si caste il y a est davantage celle de la haute administration que celle des Dominants avec un grand D, à moins d'invoquer un improbable "terreau propice à la domination de classe" au sein des assemblées!
Acte 3.
On voit l'extrait de film dans lequel une étudiante trouve un contact pour un stage.
Commentaire de la sociologue : pour nous, c'est extra-terrestre, mais pour eux c'est une scène banale.

Bien, merde alors, je dois faire partie de la haute sans m'en rendre compte, parce que dans mon milieu à moi ( la sphère très fermée et secrète et ultra-riche des profs de primaire), ... ça se passe exactement pareil !
On a des enfants, et puis on a des potes, et on connait des parents d'élèves... et quand quelqu'un cherche un stage, si c'est une personne en qui on a confiance et qu'on a envie d'aider, on lui file des contacts quand on en a. Super banal.
Alors bien sûr, ce ne sont pas les mêmes postes, ce n'est pas pour les mêmes stages, mais dans la façon de procéder, je ne vois strictement aucune différence.

Et à mon avis, un fils de charpentier qui cherche un stage en électricité ou plomberie doit disposer d'un bon réseau, ça doit aller assez vite pour lui.
« Alors bien sûr, ce ne sont pas les mêmes postes, ce n'est pas pour les mêmes stages, mais dans la façon de procéder, je ne vois strictement aucune différence. »

Eh bien, c’est ça le problème : la reproduction des inégalités sociales.
Les dominants n’ouvrent pas la porte aux dominés.
Evidemment que les dominants n'ouvrent pas les portes aux dominés : le nombre de places est limité à l'intérieur.
Mais ce n'est pas là mon propos : la solidarité de classe ou de caste est présentéé comme spécifique à l'oligarchie, et c'est cela que je conteste.
N'empêche que Leonard Triermachin a pris la place d'un apprenti en cuisine. Dans ce sens là pas de barrière, au contraire même j'ai la sensation qu'on s'assoit sur les compétences requises plus facilement quand un apprenti va favoriser des ouvertures vers les milieux favorisés (cuisinier: Pour faire face aux conditions de travail éprouvantes de son métier, le cuisinier doit être en bonne condition physique. Il gère le stress et fait preuve d'ordre et de méthode pour ne pas se laisser déborder, etc.).
N'empêche que Leonard Triermachin a pris la place d'un apprenti en cuisine.

Selon "Closer", relayé par "Valeurs actuelles".

Mais les intéressés ont démenti.
C'est dans l'école d'apprenti que je disais qu'il a pris une place. Pas à l'elysée.
Voilà pourquoi j'aime écouter les sociologues de terrain, nous autres pour sortir de notre champs sociologique on en est rendu à se référer à la presse people :-)
Et personne ne peut imaginer que les stages disons d'une grande ville où d'un département soit reparti par tirage au sort ?
Par exemple que le fils du plombier de quartier fasse se premiers armes en entreprise dans un grand cabinet d'avocat d'affaire (pas un pénaliste hein) ou autre lieu 'feutre' ou la première chose qu'il apprendra est le 'maintien' c'est à dire la méfiance de la 'spontaneite' qui'lui est familière ..... juste ça ! Premier pas du 'dressage'..... ou de la rébellion.
Mais ne faites pas comme si j'affirmais que les choses doivent à tout jamais rester comme elles sont !

Je dis juste, pour reprendre votre exemple, que pour le fils du plombier de quartier, le stage dans un cabinet d'avocat sera plus facile à trouver si c'est son père qui a récemment installé le spa chez l'avocat !
La solidarité entre personnes existe à tous niveaux.

Mais la solidarité de la classe dominante a ses spécificités :
elle est calculée et organisée.

Quand tu dis on a des potes, tu as des amis en fonction d’affinités affectives, de goûts, d’idées.
Tu n’organises pas une soirée entre amis dans le but de placer tes enfants dans la vie active.
Tu connais des parents d’élèves incidemment.

Quand les riches organisent des évènements mondains (comme dans l’extrait), vont au golf,
participent aux rallyes, participent à l’automobile club de véhicules de collection, téléphone à telle connaissance,
c’est dans le but intentionnel d’entretenir et de fortifier leur réseau pour réserver les places à ceux de leur classe
sociale.

Toi, tu ne vas pas à ton cours de yoga en te disant : je vais faire la connaissance d’un grand chef d’entreprise
qui connait un banquier qui me conseillera en placements fiscaux et qui pistonnera Hubert, mon neveu.
En plus, je demanderai à François Fillon, qui vient au cours, de cesser le matraquage fiscal, trop c’est trop.


Tu précises :
si c'est une personne en qui on a confiance et qu'on a envie d'aider, on lui file des contacts quand on en a.

Dis toi bien qu’eux s’en foutent de la confiance. Je ne compte plus le nombres de stagiaires que j’ai vu
débouler, parachutés chez nous car fils ou fille de notre graaand client. Aucun diplômes, aucune compétence.

Mais eux peuvent venir se balader en stage sans avoir de compte à rendre.

Pour ce qui concerne la solidarité de la classe populaire, elle s’exprimait par les manifestations,
le syndicalisme.
Tu peux constater que notre société actuelle a été gagnée par l’individualisme.

Cela handicape un peu la classe moyenne, mais détruit la solidarité de la classe populaire.
Cela se traduit par moins de syndicalisme, des manifestations dont les gouvernements se foutent.

Quelle classe a gagné quand la classe populaire dans son ensemble ne se manifeste presque plus et ne vote presque plus ?
Pour moi, effectivement, aller boire un café chez une copine, c'est un loisir.

Pour les riches, aller à une réception ce n'est pas un loisir : c'est leur job, c'est une obligation de classe, c'est comme ça que leur fortune ou leur pouvoir se constitue, se maintient ou s'agrandit. C'est sur point que, même si on dit la même chose, on n'est pas d'accord. Je vois dans les mondanités des riches le coeur même de leur vraie activité : c'est effectivement là que ça se joue et c'est ça leur boulot, c'est là qu'ils font et défont leurs carrières, et non dans les ( souvent prestigieuses) écoles qu'ils ont fréquentées et qui ne sont qu'un prélable.

Par contre, pour une femme très riche, ça peut être un loisir de faire elle-même sa confiture, ou d'avoir un potager et faire ses conserves de ratatouille : la même activité pour des gens qui manquent d'argent sera un moyen d'améliorer leur quotidien.
Bruanne, je me demande, pouvons-nous parler "des riches" opportunément ? Je veux dire que ce que je sais d'eux, si j'ose l'expression, vient de l'extrait du film des Pinçon-Charlot. Et de quelques impressions que j'aurais de la peine à prendre pour leur réalité. Sans aller et en fait, pour ne pas vouloir m'aventurer à imaginer ce que pourrait être leur vie, au seul sens général qu'une discussion de ce genre permet, j'ai envie de me borner à dire que l'extravagante richesse des uns ne grandit que parce que la misère gagne dans le monde. Banalité aujourd'hui ? Peut-être, mais alors pourquoi la macronite, pourquoi l'euromillion, pourquoi... Et je m'en veux, parce que dire cela revient à enfoncer des portes ouvertes, étrange expression quand on parle d'un monde verrouillé comme il semble l'être depuis quoi ? La nuit des temps ? Faut reconnaître que l'Humanité n'a pas bien progressé et qu'au vu du progrès dont nous nous rengorgeons, il est étonnant que nous soyons encore et à nouveau au bord de la destruction programmée.
Oui c'est un loisir, oui c'est un travail, mais c'est aussi et surtout l'entretien d'un réseau comme Oblivion l'a dit.

Il se trouve que je connais quelqu'un qui cherche à intégrer "la haute" au Luxembourg. Et franchement ce qu'il m'en raconte c'est que c'est surtout un énorme entretien de réseaux. L'aspect loisir/travail dans tout ça m'apparaît très négligeable alors qu'au Luxembourg cette haute dont il est question est fortement liée au travail (beaucoup de chefs d'entreprise, peu de nobles) et pas au patrimoine comme en France.
Alors certes c'est juste ma perception des choses, mais ça recoupe bien l'état des lieux posé par la sociologue.

A mon avis vous vous fourvoyez en vous focalisant sur la dimension travail/loisir et en négligeant le principal : l'entretien du réseau.
l'existence des rallyes est une preuve effectivement flagrante de l'organisation de la reproduction sociale chez les dominants.
Ralliez-vous à mon panache blanc...en effet.
Vers mes 25 ans, une collègue de travail issue d'un milieu aisé m’avait dit : je vais à un rallye samedi, ça me fait chier par avance.

Je l’avais visualisée instantanément en train de faire des dérapages contrôlés dans la boue dans une Peugeot 306 customisée.
Et je ne comprenais pas le rapport avec la personne que j’avais en face de moi.

Je ne connaissais pas son type de rallye (j’ai appris cette acception à cette occasion) et elle, régulièrement, elle m’appelait la prolétaire
sur un ton très méprisant.
On sous-estime souvent la force du carcan social qui pourrit la vie de nos malheureux riches. La sociologie a par exemple forgé le concept de " consommations obligées" pour nommer ces achats ( la bagnole en est l'exemple le plus flagrant) sans lesquels l'ostracisation ( pouvant aller jusqu'à la mort sociale) est automatique. La vieille opposition entre les deux luxes, celui proche de la dilapidation ruineuse et propre à l'aristocratie, et le luxe fonctionnalisé des cadres des années 70-2010, " consommateurs-pilotes" mis en scène par la pub, est tout sauf caduque. Mais le gros problème de la sociologie même subtile, c'est qu'elle devient vite répétitive et litanique. Seul remède : le retour aux sources, aux pères fondateurs...tous philosophes.
"On sous-estime souvent la force du carcan social qui pourrit la vie de nos malheureux riches"
Même pas un riche sur le forum pour nous en faire prendre conscience?
Notre entre-nous, gens de classe sous-moyenne, est désespérant de platitude.

Organisons un rallye ou un bal de débutants du 4ième âge, ou...
Attends, y'a une orgie dans le bâtiment d'à côté !
Je connais pas la langue, si ça se trouve c'est une tournante !
ou...pas une partie fine quand même?
Oblivion écrit : Vers mes 25 ans, une collègue de travail issue d'un milieu aisé m’avait dit : je vais à un rallye samedi, ça me fait chier par avance.

Je l’avais visualisée instantanément en train de faire des dérapages contrôlés dans la boue...

Je le visualise immédiatement comme prévoyant de se rendre à un rallye en chaise percée à porteurs, de boue droit dans ses bottes.
ET les bals de campagne (qui ont changé de nom, mais ont toujours la même fonction) est une preuve flagrant de la reproduction sociale chez les dominés.
Quel rapport ? Les rallyes sont des entre-soi, les bals et fêtes de villages sont au contraire des moments de mixité sociale.

--
Oui, c'est à se demander si derrière cette surprise qu'elle s'attend à voir, il n'y n'aurait pas le biais inverse, comme si on ne trouvait du boulot que par le biais des concours de la fonction publique.
Ils ont des enfants les Pinçon-Charlot ?
Quelle drôle de question que celle de savoir si ils ont des enfants. Ils ne devraient raisonner que à partir de leur propre expérience? On voit ce que ça donne dans le forum.
Les pinçon-Charlot sont à un autre niveau, et même si ils viennent vulgariser ils ont une rigueur universitaire.

C'est comme dire à ceux qui font "ma thèse en 3 mn" et ont donc simplifié pour résumer: "c'est un peu simpliste votre thèse".
Euh, non, il ne s'agirait pas de raisonner mais de ne pas s'attendre à de la surprise si on a soi-même expérimenté la chose et j'imagine qu'à défaut de l'avoir connu soi-même, on a au moins par ses enfants l'écho des galères des premiers boulots.
En fait, c'est assez surprenant que Pinçon-Charlot voit dans cet épisode quelque chose de particulièrement significatif, j'aurais cru que tout le monde considérait comme normal d'utiliser son réseau pour trouver un stage ou du boulot.

Tiens, d'ailleurs, conseil Pôle Emploi : Bâtir et développer son réseau.
L'intro : "Difficile aujourd'hui de trouver un emploi en répondant uniquement à une annonce. Réseauter devient incontournable, que la démarche soit physique ou virtuelle. Mais comment développer son capital relationnel ? Par où commencer ?"
En fait, c'est assez surprenant que Pinçon-Charlot voit dans cet épisode quelque chose de particulièrement significatif, j'aurais cru que tout le monde considérait comme normal d'utiliser son réseau pour trouver un stage ou du boulot.

Bien entendu. Les Pinçon-Charlot se sont tapé les mondanités du monde mondain pour constater que le piston
se déroulait exactement comme chez les caissières de Carrefour.
Essayez donc d'obtenir un stage chez Rothschild par une caissière de Carrefour!
Ça dépend à quel catégorie professionnelle, et donc socio-professionnelle, vous appartenez . le journal d'une femme de chambre
Faab Tiens, d'ailleurs, conseil Pôle Emploi : Bâtir et développer son réseau.
L'intro : "Difficile aujourd'hui de trouver un emploi en répondant uniquement à une annonce. Réseauter devient incontournable, que la démarche soit physique ou virtuelle. Mais comment développer son capital relationnel ? Par où commencer ?"

Quand les pauvres seront capables d'imiter les riches pour... réseauter, et à condition que ça marche, yaura quand même pas de la place pour tout le monde. Ayant contribué à ces formations du genre "mieux se [s]mettre en valeur[/s] se vendre, comment rédiger son CV, etc... je me suis souvent dit que je ne faisais que contribuer à changer l'ordre de la file d'attente. Mes stagiaires, certes, auraient amélioré leurs chances... au détriments d'autres moins chanceux.

Un de mes oncles, qui avait obtenu, avec de lourds sacrifices dans tous les domaines, un diplôme d'ingénieur en cours du soir, prétendait que "tout le monde pouvait en faire autant". Heureusement que non, car s'ils avaient été des millions à tenter leur chance, le pourcentage des siennes, de chances, serait tombé bien bas.
Il faut admettre que le "quand on veut on peut" ne saurait s'appliquer qu'à des situations précises, et que dans le cas où une grosse compétition est ouverte, à la réussite des concours d'entrée ne répond plus la distribution heureuse de postes pour tous. Soit il y a suffisamment d'emploi, soit c'est la grosse bagarre pour le travail, qui s'obtient mieux avec l'appui d’une personne opportunément placée dans le système. Fonctionnement solidaire aussi, mais aux possibilités réduites souvent aux meilleurs postes, laissant pour compte une proportion plus ou moins grande d'employables chaque année. Quand aux bénéficiaires, dans les activités secondaires de production, ils ne décrochent probablement pas la lune ; pas d'emblée. C'est un peu différent que de postuler dans les directoires de grandes entreprises, avec plans de carrières de haut vol.
" Heureusement que non, car s'ils avaient été des millions à tenter leur chance, le pourcentage des siennes, de chances, serait tombé bien bas."
L'obtention de diplômes en cours du soir ne me semble pas être une procédure de "concours". Rien ne semble y dépendre du nombre de candidats.
Mais le nombre de personnes pouvant prendre des cours du soir, surtout à cette époque lointaine où les cours étaient en vrai, avec de vrais profs et un vrai local était loin d'être extensible à l'infini. Et ensuite... le nombre de postes d'ingénieur n'est pas non plus illimité. Quoi qu'il arrive, dans une logique de compétition, yen a toujours qui sont devant, et d'autres dans le fossé.

C'est comme la blague du dernier wagon du train: on peut le supprimer, ya toujours un dernier wagon.
C'est votre "heureusement que non" opposé au "tout le monde peut en faire autant" de votre oncle qui m'a interpellé. Il semble impliquer qu'il doit sa réussite principalement à la chance ce qui n'était certainement pas le cas.
impliquer qu'il doit sa réussite principalement à la chance ce qui n'était certainement pas le cas.

Si vous relisez mon texte, vous verrez que je parle d'abord des lourds sacrifices qu'il a fait dans tous les domaines. Loin de moi l'idée qu'il devrait son succès "principalement" à la chance. Mais s'ils avaient été plus nombreux à bosser comme des malades et à sacrifier leur entourage... ses "chances" de réussite auraient été diminuées, non? Dans une société de compétition tous azimuts, le succès des uns ne se fait qu'au détriment des autres.
Pour ma part, mon pere vient d'une famille nombreuse, d'un milieu un peu bourgeois, qui a des connections.
Jamais il a leve un doigt pour m'aider a trouver un boulot, un stage...
Ma soeur qui a choisit la meme branche professionnel que mon pere (social), n'a pas non plus recu de coup de pouce au dela de quelques conseils a la con.

Je vous reproche rien, mais vous et fillon, faut pas en faire une generalité.
Makno : super, la comparaison entre Fillon et moi, j'apprécie énormément, je sens bien que c'est un compliment.

Bon, je vais quand même poser pour hypothèse qu'éventuellement vous n'avez pas compris mon exemple, et que peut-être même c'est parce que je l'ai mal expliqué. C'est pas du tout une question de branche professionnelle en plus.

Donc, dernier exemple en date : un de mes enfants, lycéen en bac pro, cherchait un stage de technicien lumière. 6 semaines.
Il se trouve que j'ai une collègue dont une copine travaille dans un lieu qui emploie des techniciens lumière, elles se sont mises en contact et c'est ainsi que le stage a été trouvé.
On a donc un réseau de connaissances, qui facilite l'accès à un stage.
C'est le même processus que celui qu'on voit dans l'extrait, mais dans une autre milieu.
Donc, le processus n'est pas spécifique au milieu.

Alors, évidemment, au lieu d'en parler autour de lui, de sa recherche de stage, il aurait pu aussi envoyer par la poste 200 ou 300 CV ( vides, hein, puisqu'il est lycéen...) en attendant qu'une société se dise " putain, mais c'est une aubaine géniale de recevoir un gamin qui ne sait encore rien faire, vite, téléphonons-lui ! " Ou alors, peut-être même qu'ils auraient pu mettre en concurrence 7 ou 8 lycéens, leur passer des entretiens ou organiser un concours...


Après, si on parle de ma branche professionnelle : là, pas de réseau en jeu, puisque le recrutement se fait par un concours de la fonction publique et que les affectations sont régulées. C'est aussi le cas pour la majorité des métiers du social, je le précise au passage.
Si un de mes enfants décide d'être prof, je n'aurai aucun réseau à activer pour lui trouver un stage, puisqu'il n'aura même pas à le chercher !! Et à part des conseils à la con, je ne pourrai pas lui filer le moindre coup de pouce.

Et donc, vous, Makno, quand vous cherchez un stage ou du boulot, vous n'en parlez pas du tout autour de vous ?
Ok, c'etait une erreur de ma part, je voulais pas reellement confondre votre position a celle de Fillon, et je l'ai fait. C'etait une connerie.

Et donc, vous, Makno, quand vous cherchez un stage ou du boulot, vous n'en parlez pas du tout autour de vous ?
Oui, j'en ai parlé a ma famille, une fois... mon pere nada > demerde-toi (comme dit avant, il avait des contacts soit familiale, soit professionnels), meme dans ma merde, passé et actuel, il n'a jamais cherché a m'aider a trouver un boulot ou un stage ( a ce stade je crois que je suis un "raté" pour lui), il se contente de filer un peu d'argent, et je suis chanceux d'avoir une famille capable de faire cela.

j'ai fait parti des gens qui envoient des centaines de CV, et oui globalement je suis un "looser".
Je suis dans le cas du type ou son paternel aurait pu filer un coup de pouce professionnel, mais il s'est toujours refuse a le faire, je crois qu'il a jamais voulu se "compromettre".... est-ce que je meritais vraiment son coup de pouce ? est ce que je suis digne de confiance ? seront des questions que je me poserais toute ma vie....
Voila c'est pathetique, mais je sais ce que ca fait de n'avoir pas de reseau, et de voir les gens qui en ont.
il me semble que ce qui fait scandale dans cet entre-soi et ce réseautage, c'est moins le fait qu'il soit au service d'une solidarité de classe que l'hypocrisie qui l'accompagne : ces gens là font comme si cette solidarité n'était justement pas réservée à leur caste, mais tournée vers le bien commun. La légende de la photo de famille est une pépite, dans le genre : "pour bien gouverner il faut être équilibré". Ben voyons.
Sauf erreur, la petite sauterie amicale où s'échangent les pistons, n'est pas une fête privée, mais une opération de communication au profit d'une association de préservation de patrimoine (si j'ai bien compris le discours de la personne qui remercie "la deuxième dame de France" de son soutien). Ou comment pomper des fonds publics pour entretenir sa "maison"... l'alliage de cette captation du "bien commun" (la légitimité, le pognon) et de cet entre-soi est un métal inoxydable, une chape qui écrase tout le fonctionnement social.

bien sûr, ces réseaux existent dans tous les milieux, et on peut largement supposer qu'ils sont utiles au fonctionnement social — si chaque recrutement devait se faire par concours, on passerait plus de temps à recruter qu'à produire. Ils ont leurs effets pervers, j'ai moi-même mesuré au cours d'une enquête auprès des "exclus" des emplois jeunes à quel point ces emplois avaient été cooptés dans une petite bourgeoisies d'emplois intermédiaires, et fort peu accessibles aux enfants d'ouvriers et de chômeurs qui n'avaient pas le "ticket".
Mais dans l'usage qu'en fait la "classe dominante" (la violence du terme n'est que peu de chose au regard de la violence de cette domination) il faut prendre la mesure de la force de ce système, du savoir-faire qu'il suppose, et, de façon plus triviale, de la pompe à phynance qu'il opère sur l'argent public et les biens sociaux. Il n'est pas un épiphénomène, un des dimensions parmi d'autres de la socialité, mais bien un des principaux processus vitaux de la ploutocratie qui nous gouverne. C'est le ressort qui leur a permis en quelque décennie de "naturaliser" leur enrichissement effarant et la paupérisation de couches croissantes de la société.
[quote=Cécile Clozel]ces gens là font comme si cette solidarité n'était justement pas réservée à leur caste,

Et en même temps, pour défendre le droit [s]d'aider[/s] de pistonner ses enfants, chépluki a dit que ça se faisait "dans toutes les bonnes familles". J'ai trouvé ce "bonnes" assez violent, insultant pour tout dire, pour toutes les familles qui tentent d'aider leurs enfants avec leurs pauvres moyens, qu'ils soient financiers ou relationnels, et qui n'y arrivent pas, ou parfois craquent, parce que accueillir ses enfants dans son petit appart chaque fois que leur CDD prend fin... c'est pas toujours folichon. Et aussi, parce que si on peut aider, on est impuissant face à l'humiliation de celui ou de celle qui supporte mal d'avoir "encore besoin" de ses parents à trente ans passés.

Car ça fait partie de la morale, de la fierté populaire, de cesser de peser sur sa famille quand on est "en âge de". C'est un peu moins fort dans les classes dominantes. Ou je me trompe? Car je connais mal ces milieux là.
Je suis en école d'ingé réputée dans son domaine, fils de prof au collège et de chômeur. Comment mes collègues fils de chefs d'entreprises, d'ingénieurs ou de financiers ont-ils trouver leur stage? Coup de fil à papa/maman, l'affaire est réglée en une semaine. Moi, j'envoie CV sur CV. Et encore, ma condition s'est clairement améliorée, en école d'ingé, on est déjà profondement utile à une entreprise donc les réponses arrivent. Mais quand j'étais en prépa (et donc totalement inutile à qui que ce soit) et qu'il fallait interviewer le temps d'une après-midi un ingénieur sans lui offrir la moindre compensation, je peux vous dire que j'ai cravaché au contraire de mes camarades.
Bein oui, c'est exactement ce que je dis.
Excellente chronique de mathilde ! et non moins passionnante émission.
Chronique d'utilité publique. On ne pourrait pas l'isoler du reste ? Vu que ça n'a rien à voir avec la choucroute du jour, et que le plat est quand même de la haute gastronomie.
Et pis, c'est pas bien de la mettre comme ça en fin d'émission et de même pas l'annoncer dans la page web. Mathilde de toute manière faut pas la mettre en digestif, c'est un starter..
Moi je dis ça, je dis rien...
Pourquoi encore inviter Monique Pinson-Charlot ? Elle manque un peu de subtilité, elle passe son temps à coller au marteau-pilon sa grille de lecture sur chaque situation. Son analyse de la photo de famille est grotesque, tout comme le fait de reprocher à M. Thibault d'avoir été embauché par cooptation de pensée - parce que quand la cooptation de classe ne peut pas coller on sort la cooptation de pensée. C'est bizarre, les députés préfèrent embaucher des assistants qui pensent comme eux...

Et cerise sur le gateau, après nous avoir ressorti le sketch de la classe incestueuse qui vit entre soit, quand on lui rappelle que Fillon n'est justement pas originaire de cette classe, parade ninja de MPC qui nous dit : "il y a des entrées et des sorties"... Mêmes quand ça ne colle pas à la grille, ça colle quand même.

Elle aurait sans doute des choses intelligentes à dire mais elle est extrêmement caricaturale, elle voit tout comme un immense complot et elle tue le débat. C'est dommage car cet assistant parlementaire avait surement des choses intéressantes à dire.
Et, à la fin, il a fait sa révolution intérieure, Nicolas Thibault?
J'adore l'argument de Larcher qui s’enorgueillit que les collaboratrices soient en moyenne mieux payées que les collaborateurs. Un esprit mauvais pourrait conjecturer qu'il y a plus d'épouses collaboratrices que d'époux collaborateurs et que les conjoint(e)s collaboratrices(teurs) sont mieux payé(e)s que les collaborateurs(trices) lambda.
Pinson-Charlot est sociologue. Spécialisée dans la haute bourgeoisie et l'aristocratie qui l'ont reçue très aimablement pendant des années, lui ont ouvert des portes, facilité des contacts, se sont souvent confiés à elle et son mari. Elle en a tiré des livres, des articles et se répand dans les médias pour dire à quel point toute cette classe supérieure est nauséabonde, égoïste, malfaisante, inconsciente, etc. Bref des gens méprisables. Imagine-t-on un instant un sociologue sérieux réalisant de longues enquêtes dans les banlieues pour en conclure que les jeunes de banlieue sont des connards, paresseux, voleurs, dealers, immatures, analphabètes, etc. Sa grande trouvaille, c'est l'entre-soi. Si elle était un peu moins spécialisée, elle saurait que l'entre-soi ouvrier, paysan, employés, marginaux, petits cadres etc existe tout autant. Ce n'est pas un élément discriminant.
Et sa citation de Nizan, présenté comme l'alpha et omega de la pensée sociale, si elle est intéressante et même brillante est parfaitement discutable et remonte à une époque de luttes sociales exacerbées.
Cette soit-disant scientifique (à la Bourdieu) applique allègrement sa grille d'analyse marxiste (elle le dit elle-même) avant toute autre considération. Ses livres sont à prendre avec des pincettes et des ciseaux. Elle est là pour dénoncer, condamner. C'est une militante. Parfait, mais que l'on ne fasse pas appel à elle pour une opinion à peu près objective.
Au passage, je lis dans la présentation de l'émission une remarque narquoise sur la manière dont les propriétaires de châteaux, manoir, grandes demeures, parlent de leur "maison". Et alors? Quel est le problème? C'est leur maison, leur foyer. DS préfèrerait-il qu'ils affichent encore davantage leur richesse supposée, pour mieux humilier leurs interlocuteurs, les autres enfants? Contester à quelqu'un le droit de parler de "maison" quand il parle de l'endroit où il est né, où il vit n'a pas de sens, traduit juste un sentiment assez bas de mépris de classe, exactement ce dont nous n'avons pas besoin.
Ceci étant dit et pour éviter toute confusion : Fillon est un assez minable représentant de la classe aristocratique et assimilés (notables, notaires, politiciens) de province. Il a profité honteusement du système, semble-t-il, il doit être écarté et sanctionné par la Justice.
La propriété de François est un manoir.
En particulier :
"On peut distinguer un manoir d'un château par le fait que l'exploitation agricole était essentielle pour le manoir et gérée directement par son seigneur, qui n'avait pas le privilège d'exercer des fonctions plus honorifiques, militaires ou administratives (acquises non par compétence, mais par achat de « charges »)." (Wikipédia)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.