Affaire Fillon : "Dans ces milieux, on ne dit pas château, on dit maison"

Arrêt sur images

La sociologue Monique Pinçon-Charlot sur notre plateau

Télécharger Écouter
L'émission
Télécharger Écouter
Comme tous les grands faits-divers, l’affaire Fillon a le mérite de révéler tout un monde : le petit monde des grands élus de la République d’abord, avec leurs avantages, et l’opacité qui les entoure, mais aussi, en élargissant le champ, leurs rapports avec le monde de la finance et des médias. Pour explorer ce dévoilement d’un pan de la société, nous avons invité la sociologue Monique Pinçon-Charlot ainsi que Nicolas Thibault, président de l’association française des collaborateurs parlementaires (AFCP). En fin d'émission, la chronique de Mathilde Larrère sur la vallée de la Roya.

Coulisses de l’émission par Anne-Sophie Jacques

C’était couru. En tournant notre émission en partenariat avec Tënk lundi après-midi – émission autour du film La chasse au snark de François-Xavier Drouet en ligne depuis mercredi – on se doutait bien qu’on céderait à la tentation d’organiser un second plateau. D'autant que l’actualité nous offrait un sujet en or avec Penelope et François Fillon. Comme le dit Daniel sur le plateau, il faut habiter sur Mars pour avoir échappé à l’affaire révélée par Le Canard enchaîné le 25 janvier. Ceci dit, pour les martiens qui nous lisent (sûrement un ou deux), rappelons que c'est une fois encore le journal satirique qui a mis sur la rampe de lancement les tourments du candidat Les Républicains à l’élection présidentielle – candidat pour combien de temps ? Mystère.

Un petit résumé s’impose donc : selon les révélations du Canard, Penelope Fillon a été la collaboratrice parlementaire de son mari puis celle de son suppléant – le député Marc Joulaud – et, au total, elle aurait touché près de 830 000 euros… pour un travail dont on ne retrouve aucune trace pour le moment. Chose surprenante : Madame Fillon s’est toujours présentée comme très en retrait de la vie politique de son mari. De même, on apprend que les enfants du couple, Charles et Marie, ont eux aussi bénéficié d’un poste d’attaché parlementaire auprès de leur père alors sénateur et qu’à eux deux ils ont gagné 84 000 euros… Là encore, pour quel boulot ? La fiche de Fillon sur le site nossenateurs.fr nous montre un parlementaire aux abonnés absents.

Mais ce n’est pas tout : Penelope Fillon aurait également empoché 100 000 euros en tant que conseillère de lecture pour La Revue des deux mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière, milliardaire ami de Fillon. Et là encore, le travail effectué paraît bien maigre puisque Penelope Fillon est l’auteure (sous le pseudonyme Pauline Camille) de deux notes seulement… deux notes publiées par Marianne la semaine dernière. A partir de là, les médias ne lâchent plus Fillon. Mediapart et Le Monde se sont intéressés aux affaires de l’ancien premier ministre et ont enquêté sur sa société 2F Conseil dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est que, parmi les clients, se trouve la société de René Ricol, l’homme qui fut chargé, sous la présidence de Sarkozy, de distribuer l’argent du Grand emprunt.

"Qui veut gagner 1 million à l’Euro Fillon ? " titre Le Canard cette semaine suivi par une presse déchaînée : l’affaire Fillon est partout. Avec ce clou dans Envoyé spécial diffusé sur France 2 qui exhume une interview vidéo de Penelope Fillon accordée en 2007 au quotidien britannique Sunday Telegraph. L’épouse raconte alors sa vie et assure : "je n'ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre-là". Bon courage aux policiers chargés de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet financier pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits, enquête étendue jeudi aux enfants du couple Fillon.

Parmi les milliers de questions que suscite l’affaire, deux nous chatouillaient. La première – et c’est le mérite de ces révélations – concernait le travail de collaborateur parlementaire que les médias ont semblé redécouvrir cette semaine. Avec une cascade d’interrogations depuis que les enquêteurs ont lâché que Penelope Fillon n’avait ni de badge pour entrer à l’Assemblée ni d’adresse mail professionnelle. Des éléments à charge contre l’épouse de Fillon ? Est-ce plausible d’être rémunéré 7 900 euros bruts par mois – soit la quasi-totalité de l’enveloppe vouée aux attachés de Fillon ? Est-ce normal de ne pas avoir de contrat de travail ?

Pour ne pas nous et vous laisser sans réponse, nous avons eu l’idée d’inviter Nicolas Thibault, président de l’association française des collaborateurs parlementaires (AFCP) et attaché auprès de deux députées Les Républicains : Véronique Louwagie (députée de l’Orne) et Marianne Dubois (députée du Loiret). Thibault s’était fait remarquer en apportant son soutien à madame Fillon dans la salle des Quatre Colonnes au micro de BFMTV (un soutien moqué par Le Canard enchaîné de la semaine). Il travaille de plus à l’Assemblée depuis 15 ans et se sent donc légitime pour parler de sa profession.

L’autre question chatouilleuse concerne le comportement de Fillon. Comment a-t-il pu assurer au JT de TF1 le 26 janvier que son épouse avait occupé le poste de collaboratrice parlementaire en 1997 seulement alors que Le Canard a fini par lâcher un premier contrat daté de 1988 ? Comment l’ancien Premier ministre a-t-il pu évoquer l’embauche de ses enfants "qui étaient avocats" "pour des missions précises", "en raison de leur compétence" alors que ceux-ci faisaient encore leurs études de droit et avaient été embauchés au Sénat ? Comment a-t-il pu assurer lors de son meeting à La Villette n’avoir qu’un seul compte au Crédit Agricole alors qu’il en possède de nombreux autres (dont des comptes d’épargne) ? Comment a-t-il imaginé un seul instant que la horde des journalistes n’allait pas enquêter sur tous ces aspects ?

Soit. Nous aurions pu inviter un ou une psychologue (voire psychiatre). Mais nous avons choisi une sociologue bien connue de nos abonnés : Monique Pinçon-Charlot. On se souvient de son intervention face à l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine dans notre émission consacrée au cercle Bilderberg dans le cadre de notre série d’été sur le complotisme. Elle avait déjà exposé son regard – à l’aune des travaux menés avec son mari Michel – sur l’oligarchie. Avec cet exemple extrait de leur film Voyage dans les ghettos du gotha de 2008 où l’on voit se tisser les réseaux des aristos et hommes d’affaires au beau milieu des réceptions données dans des châteaux – pardon : des "maisons de famille".

L'invitation de Monique Pinçon-Charlot s’est donc imposée à nous pour évoquer le monde des très riches solidaires. Ou, comme elle dit sur notre plateau en empruntant à Paul Nizan une phrase issue de l’ouvrage Les chiens de garde : "la bourgeoisie travaillant pour elle seule, exploitant pour elle seule, massacrant pour elle seule, il lui est nécessaire de faire croire qu’elle travaille, qu’elle exploite, qu’elle massacre pour le bien final de l’humanité. Elle doit faire croire qu’elle est juste. Et elle-même doit le croire". Pour combien de temps ?


Vous pouvez aussi utiliser le découpage en actes.

Si la lecture des vidéos est saccadée, reportez-vous à nos conseils.

Acte 1

Retour sur l’affaire Fillon et ses nombreuses révélations: l’emploi présumé fictif de Penelope Fillon comme attachée parlementaire, son poste de conseillère à la Revue des deux monde (propriété de Marc Ladreit de Lacharrière), les enfants du couple embauchés au Sénat mais aussi la société de Conseil de Fillon et son client René Ricol ainsi que les mensonges ou approximations du candidat Les Républicains à la présidentielle sur le plateau de TF1. Des mensonges? Pour la sociologue Monique Pinçon-Charlot, l’attitude de Fillon est la preuve d’un entre soi de classe permanent qui le conduit au sentiment d’impunité totale. Tout comme les pro-Fillon qui défendent leur patron. "Ils se croient véritablement les meilleurs" dit-elle.

Acte 2

Le travail de Penelope Fillon était-il fictif? Le collaborateur parlementaire Nicolas Thibault fait le point: en circonscription, on peut ne pas avoir de badge. De même, il n’y a pas d’adresse mail personnelle. En revanche, les attachés ne travaillent pas chez eux mais dans leur bureau de l’Assemblée ou dans le local de la permanence en province. Le salaire moyen est à 2200 euros net (3000 après dix ans de carrière). Il ne connaît personne qui touche la quasi-totalité de l’enveloppe vouée aux collaborateurs comme ce fut le cas de madame Fillon en poste auprès du député Marc Joulaud. Quant au contrat de travail, il est impossible de ne pas en avoir. Thibault est-il un dominant ou un dominé? La question est posée à nos deux invités.

Acte 3

Dans l’extrait du film Voyage dans les ghettos du gotha, où l’on croise Penelope Fillon au Château du Lude, le capital social défend toujours les intérêts de la classe selon la sociologue. Discrétion ou ostentation ? La photo publiée dans Paris Match de la famille Fillon dans le parc de leur demeure sarthoise montre que le social objectivé dans le château et le social incorporé dans les corps droits et joyeux des Fillon sont harmonieux. Stupeur quand la sociologue évoque le contrat de fermage et les 218 kilos de viande offerts au Fillon (même si, comme nous le précisons ici, le loyer n'est pas payé en nature, mais en monnaie). Dans ce milieu, on ne dit jamais château mais maison… mot qu’utilise Fillon sur le plateau de David Pujadas lors de la loi sur la transparence de la vie politique de 2013.

Acte 4

Qui est Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de La revue des deux mondes qui a embauché Penelope Fillon avec un salaire de 5000 euros mensuels pour deux notes de lecture publiées sous le pseudo Pauline Camille? Un milliardaire ami de Fillon mais aussi de Hollande ou Chirac. Comme Bolloré, il a bénéficié du capital social accumulé dans sa famille et a constitué une immense fortune via la spéculation. Il détient l’agence de notation Fitch Ratings. Il est un des mécènes du Louvre. La Revue des deux mondes est dirigée par Valérie Toranian, compagne de Franz-Olivier Giesbert, auteur d’un article... sur Fillon dans La revue de février/mars. En fin d'émission, la chronique de Mathilde Larrère sur la vallée de la Roya.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.