Hanouna, entre macronie et lepénie
Plateau télé
Plateau télé
chronique

Hanouna, entre macronie et lepénie

Offert par le vote des abonné.e.s
Dans Touche pas à mon poste, la quotidienne de Cyril Hanouna sur C8, les politiques défilent. Et pas n’importe lesquels : des membres du gouvernement et de LREM, quelques cautions de gauche et beaucoup de personnalités d’extrême droite. Oui, à l’image de Cnews, l’autre chaîne de Bolloré est progressivement en train de basculer. Dans TPMP, émission toujours classée dans la catégorie "divertissement et humour" par le groupe Canal, on rigole toujours. Mais dorénavant, c’est avec un éditorialiste d’extrême droite, une Tiktokeuse qui considère que le Rassemblement national est "de plus en plus gauchiste" et une militante féministe identitaire. Un cocktail explosif.

Générique.

Quand le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, se retrouve sur le plateau de TPMP, le 19 mai 2021, on le sent dès le début très heureux de pouvoir s’adresser au million de téléspectateurs de Hanouna, en particulier les jeunes (le programme est leader sur les 15-24 ans, record battu en mai).

Et "en même temps" comme dirait son chef, il y a toujours une petite part d’inconnu quand on débarque sur le plateau de Cyril Hanouna.

Touche pas à mon poste, l’émission présentée par Hanouna depuis plus de 10 ans, a toujours été un mélange de talk et de jeux du cirque, avec des épreuves "à la Dechavanne" en tous genres (combat de glaçons, de boudins, de pinces à linge dans le nez ou de chatouillis avec une plume rose).

Mais pour Attal, pas de pinces à linge, ni de combat de boudins. En ce 19 mai, jour de réouverture des terrasses, Hanouna l’a emmené… boire un verre.

Un moment convivial. "C’est énorme cette séquence (...) Je suis très heureux ce soir de pouvoir partager avec vous ce moment", commente Hanouna.

Très convivial même : "Je pense que je vis mon meilleur moment de porte-parole-là", se réjouit Attal.

Presque trop convivial : "Gabriel, on le voit, vous êtes très apprécié chez les jeunes, explique Hanouna. Parce que déjà, vous êtes très jeune. Vous êtes un exemple, c’est vrai, pour la jeunesse. Ils se disent, c’est une telle réussite, c’est vrai, à cet âge-là." Un propos destiné à introduire une question visiblement soufflée par Michel Drucker : "Est-ce que c’est important pour vous d’aller au contact des jeunes ? Je vois que vous faites beaucoup de choses avec les influenceurs (...) C’est important pour vous aussi de donner l’exemple ?"

Hanouna, porte-parole LREM ? Deux jours après cette terrasse, l’animateur accueille une autre membre du gouvernement, Elisabeth Borne, ministre du Travail et de l'Emploi.

Pour l’occasion, TPMP est rebaptisée "1 jeune, 1 solution", du nom du plan gouvernemental destiné à aider les jeunes à trouver un emploi.

"On ne fait pas de politique, mais on a trouvé que c’était important", se justifie Hanouna. Pas de politique, non. Mais de la vraie com’ gouvernementale pour une plateforme qui a connu quelques déboires (ici ou ).  Chez Hanouna, au contraire, c'est une réussite. Les premiers témoins de l'émission ont tous trouvé du boulot grâce au site d’Elisabeth Borne. 

Des témoins bien castés. Accrochez-vous : Max, par exemple, n’a pas eu beaucoup de chances dans la vie (un AVC à la naissance avec une paralysie), son grand-père est mort du covid récemment, mais ce grand-père serait "fier de lui" car il a trouvé un job grâce à Elisabeth Borne. Il y a aussi cette infirmière (en fauteuil roulant) que C8 va aider, ou encore Ange, qui a perdu ses parents très jeunes. De quoi émouvoir tout le monde (mais Hanouna a tout prévu)

Tous ont ou vont bénéficier de cette plateforme si efficace, et pourtant si méconnue. "Elisabeth, vous faites beaucoup de choses mais personne ne le sait.", se désole Cyril. "Heureusement que vous êtes là", lui répond la ministre.

Sympa, l'ambiance. Une émission feel good au casting parfait, préparée, de l’aveu même de l’animateur, avec le haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises. On comprend mieux la qualité du plan com'. 

Le défilé des politiques

Depuis 2019, Hanouna a reçu plusieurs ministres (Marlène Schiappa, Jean-Baptiste Djebbari, Gabriel Attal) mais c’était toujours dans son émission de débat, Balance Ton Post, entourés d’éditorialistes. Avec la fin prématurée de Balance Ton Post début avril, le débat d’actualité, avec des politiques, s’est déplacé en quotidienne, dans TPMP. 

Rien que pour le mois de mai 2021, parmi les invités, on a compté quatre ministres (Attal, Borne, Djebbari, sans oublier Blanquer au téléphone). Des invités politiques dans une émission d'infotainment, ce n'est pas nouveau. Mais Hanouna ne se contente pas de se druckeriser, il va beaucoup plus loin. Car à côté des membres du gouvernement, des députés LREM, de quelques représentants de la gauche, l'animateur s'efforce à "l'équilibre" politique avec l'extrême droite, déjà si bien accueillie sur l'autre chaîne du groupe, CNews. Pas un jour ou presque sans un représentant d'extrême droite.

Par exemple, quand Hanouna lance le débat sur la vaccination obligatoire des enfants, le 20 mai, face au médecin Jimmy Mohamed, il a invité un célèbre virologue, spécialiste des coronavirus.... 

Quand Hanouna s’interroge sur le retour en équipe de France du footballeur Karim Benzema, il n’est pas vraiment question de sport mais plutôt de savoir si le joueur, qui aurait osé déclarer que son coeur était en Algérie (accusation débunkée par Le Monde), méritait de porter le maillot des bleus. Pour en débattre, Hanouna a invité l’ex-footballeur de cour d’école (une victoire en CM2, lors d’un match amical) Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône.

Pour Ravier, forcément, Benzema n’est pas le bienvenu. "Il aime la France, il a mis sa fille à Madrid dans une école française" ose une chroniqueuse pour lui apporter la contradiction. Oui, on en est là sur C8. Dans une émission de divertissement censée réunir "une bande de joyeux drilles" selon les descriptifs des programmes télés (visiblement pas à jour), on tente de mesurer le degré de patriotisme des footballeurs en scrutant la scolarité de leurs enfants.

Mais l’invité préféré de Hanouna, en ce mois de mai 2021, c’est ce rigolo qui jongle avec un ballon de foot…

et met des chemises à paillettes…

Vous le reconnaissez ? Mais si, c'est lui, super éditorialiste :

Cet éditorialiste passé par le RN, présenté avec une simple mention "président de l’institut Apollon", est un habitué de TPMP. 

Messiha est là pour parler tranquillement de la nécessité d’abaisser la majorité pénale à 15 ans...

Pour savoir si le RN est un "parti raciste" ...

Sans oublier le cas Benzema (qui a nécessité deux débats chez Hanouna, c'est dire si c'est grave). L’occasion pour Messiha d’affirmer des convictions sans aucune ambiguïté, lors d'un débat face à trois journalistes sportifs : "Moi je préfère une équipe de France qui gagne avec des joueurs qui sont français jusqu’au bout des ongles."

Au milieu de cette foire d’extrême droite, les chroniqueurs votent avec des petites pancartes (Oui/Non) et tentent d’apporter la contradiction dans un vacarme assourdissant.

Une contradiction apportée à leurs risques et périls, comme pour Bernard Montiel, qui a reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux après avoir simplement lancé "Vive l’Algérie" lors du débat sur le cas Benzema.

Des menaces que Hanouna, fin spécialiste des recyclages de buzz, transforme en nouvelle séquence le lendemain lors d’un face à face improbable entre Bernard Montiel, l'ex-animateur de Vidéogag (qui a décidé de porter plainte) et Messiha, qui assure qu’il ne fallait pas crier "Vive l’Algérie". Une séquence lunaire, mais qui montre indirectement le mécanisme infernal du nouveau TPMP mélangeant divertissement et débat à la Cnews. Extrait :

Messiha : "Moi personnellement, ça fait des années que je suis menacé."

Montiel : "On ne va pas pleurer sur vous, c’est votre métier, vous vivez de ça, pas moi. Moi je suis un homme de divertissement, moi je prône la bienveillance, la tolérance."

Messiha : "Dans le débat sur Benzema, tu étais confronté à un politique. Stéphane Ravier [sénateur RN] est un politique, donc toi, tu étais là pour lui apporter le contradictoire, donc tu as un message qui contredit le sien et donc par définition, tu es politique."

Alors TPMP, un divertissement au service de la droite et de l'extrême droite ? Dans un débat sur la présidentielle, le 7 mai, l’animateur de TPMP s’en était vivement défendu : "J’en ai marre d’entendre que le groupe Canal+ est à droite. Quelle est l’émission la plus puissante du groupe Canal + ? C’est Touche pas à mon poste. Et TPMP, on le sait, les téléspectateurs le savent, on est au milieu, on n’est pas à droite, ça c’est sûr. Quand y’a quelqu’un qui vient d’une autre chaîne, vous savez ce qu’on leur dit à chaque fois ? Vous allez chez Hanouna le gaucho."

Hanouna le gaucho ? Certes, le plateau de Hanouna est moins bienveillant avec les représentants du RN qu'avec les ministres LREM. Dans le débat sur Benzema, l'animateur répète qu'il adore ce footballeur et prend sa défense. Mais en organisant ce débat, Hanouna et son copain Benzema sont forcément perdants. En  accordant une si large tribune au RN et à ses idées, en organisant un débat pour savoir si Benzema est suffisamment français pour être dans l’équipe de France, C8 légitime cette question. 

Et au passage, sans en avoir l'air, en surinvitant ministres LREM et  représentants d'extrême droite, l'animateur de C8 réalise également le rêve de Macron en 2022 : réduire la vie politique en un face à face entre lui et Le Pen.

Grand remplacement et identitaires, à l'heure de l'apéro

Première émission sur les 15-24 ans en avant soirée avec Messiha et ses amis, TPMP fait encore mieux : elle s'évertue à dénicher de nouveaux talents en mettant dans la lumière des personnalités qui, sans cette vitrine, n’auraient pas accès à une telle audience. 

Illustration avec deux invitées : Alice Cordier et Estelle Redpill. Leur nom ne vous dit rien ? Le 18 mai, Hanouna organise un débat qui ravirait Pascal Praud : "La France doit-elle accueillir plus de migrants ?" Face à Yann Moix, on trouve Alice Cordier, présentée par Hanouna comme étant "féministe identitaire", puis sur le bandeau comme simple... "militante et féministe."

Quelques semaines plus tôt, elle avait déjà participé à un débat sobrement intitulé "Banlieue : comprenez-vous que l’on reproche qu’il n’y ait "pas assez de blancs" ?"

A l’image de Génération identitaire, invitée en janvier comme le relevait le matinaute, c’est bien une représentante d’un groupuscule d’extrême droite, le collectif Némésis, à qui Hanouna accorde sa première télé à une heure de grande écoute.  Leur combat ? "La préservation de la femme blanche face à la menace des hommes dits  "extra-européens" (...) [et la lutte contre] l'islamisation de la société qui ferait que d'ici quelques années, toutes les femmes en France porteraient le hijab", résume Slate. 

Même punition avec Estelle Redpill, invitée le 12 mai dernier pour débattre sur l’opportunité, ou non, de diffuser dans la presse le visage d’un meurtrier présumé. Voilà comment Hanouna la présente : "Estelle Redpill, Tiktokeuse, patriote et fan numéro un d’Eric Zemmour. Merci d’être là. Ça fait longtemps qu’ils veulent vous inviter, dans mes équipes."

C’est vrai qu’on aurait tort de se passer de ses talents. Sur Tiktok, il est question de la France et du "grand remplacement."

Elle trouve même que le RN de Le Pen est "de plus en plus gauchiste."

A un an de la présidentielle, dans l’émission la plus regardée par les jeunes à 19h, c’est donc open bar pour l’extrême droite dans une arène qui conserve les codes du semi-divertissement, entre coups de gueules et rires potaches. Une belle illustration de la fenêtre d'Overton, où des opinions radicales deviennent acceptables dans une émission d'infotainment. Mais après tout, comme le dit Hanouna à chaque fin d’émission depuis plus de 10 ans, "la télé, ce n’est que de la télé." On aimerait s’en convaincre.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.