Macho man n'est pas mort...
Les mots d'Anne-So
Les mots d'Anne-So
chronique

Macho man n'est pas mort...

... sa queue bouge encore

Réservé à nos abonné.e.s
Il y a des mots qui sont des nourrissons à l’échelle de la langue française mais des antiquités à l’échelle de la chroniqueuse. Aussi, quand le mot macho a fait la Une des journaux cette semaine, j’ai senti le méchant coup de vieux.

 

 

 

 

 

Avant de ronger mon macho, je dois rappeler que ce mot est extrait du grand déballage de l'après Tron. La presse déballe ici, ou encore . Une vraie foire. Je ne dis pas foire par hasard : déballer vient de balla, mot germanique qui signifiait paquet de marchandises. De paquet nous sommes passés à pelote pour le jeu de paume puis à balle comme la baballe jaune qui sautille à Rolland Garros.

Déballer signifie sortir la marchandise de son paquet et l’étaler. Montrer des choses jusque là cachées et les exhiber en vrac, comme à la foire, sans même les trier, regarde c’est pas che...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.