Sur Mélenchon, le droit au soupir
chronique

Sur Mélenchon, le droit au soupir

Et Mélenchon, qu'est-ce que tu en penses ? me demande-t-on ces jours-ci.  C'est l'inconvénient d'écrire tous les jours. Il faudrait avoir une opinion sur tout. Sous-entendu de la question : le procès de la perquisition, la comparaison avec Lula, qu'en penses-tu ? Penses-tu que Mélenchon soit victime d'un procès politique ? Et pourquoi le site n'écrit-il rien sur le lawfare ?  La Mélenchonnie de mon entourage est tourneboulée. Elle ne sait que penser. Elle aimerait soutenir franchement, mais n'y parvient pas. 

Que les procureurs, en France, soient soumis au gouvernement, c'est une triste évidence. Que la perquisition de La France Insoumise soit hors norme, c'est une autre évidence, comme je l'ai dit à l'époque. Mais pourquoi Mélenchon, emporté par sa croisade contre la Justice, a-t-il besoin de proclamer son soutien à Richard Ferrand, mis en examen, lui, par des juges d'instruction, indépendants, après avoir été protégé par la procureur de Brest ? Pourquoi donne-t-il l'impression de céder à ses vendettas, quitte à basculer dans le camp des corrompus ?

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.