Horreur : France 2 se découvre bygmalionnisée !
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Horreur : France 2 se découvre bygmalionnisée !

Mieux vaut tard que jamais : ce 24 juin, David Pujadas a décidé d'investiguer.
Et sur un gros morceau : l'affaire Bygmalion. Plus précisément (même s'il ne le mentionne pas dans le titre) l'implication dans le scandale de France Télévisions, son entreprise. Il était temps : celà ne fait guère que deux mois, que l'ex-PDG Carolis a été mis en examen. Illustration : un plan de trois quarts de seconde montre le visage de Carolis, mais aucun plan ne montre son successeur, Rémy Pflimlin, également sur la sellette. "Sollicitée, l'actuelle direction de France Télévisions n'a pas souhaité prendre la parole sur les procédures judiciaires en cours. Elle souligne que les prestations de Bygmalion ont été évaluées, après le départ de Patrick de Carolis, et jugées nécessaires", explique pudiquement le commentaire du reportage de France 2.

Comme il faut bien, dans cette "enquête", donner la parole à quelqu'un, France 2 interroge Pierre-Olivier Lambert, présenté comme avocat "d'une partie civile"  Une partie civile ? Mais pourquoi ne pas la nommer ? Pourquoi cette étrange pudeur, d'autant que les images le montrent sortant du siège de France Télévisions ?

Heureusement, deux clics suffisent, pour identifier cette mystérieuse "partie civile" : il s'agit du syndicat CGC de France Télévisions, à l'origine de la plainte ayant abouti à la mise en examen de Carolis, et manifestement en pointe sur les révélations à propos de la bygmalionnisation du groupe public, encore aujourd'hui. Mais sans doute Pujadas souhaite-t-il éviter de donner trop de publicité à cet ennemi intérieur de la direction qui, chaque jour ou presque, sur son blog, fait état d'un nouveau contrat entre l'actuelle direction de France Télévisions et Bygmalion (au total, et en ne considérant que les contrats connus à ce jour, Pflimlin en aurait signé quasiment autant que Carolis, 975 000 € contre 1 288 000 €). Et ce n'est pas tout. Le syndicat ne se prive pas non plus de rappeler d'autres faits, comme cette collusion passée, par exemple, entre l'actuel directeur de la communication du groupe, Frédéric Olivennes, et Bygmalion.

Résumons. France Télévisions est bygmalionnisée jusqu'au cou, au point que même Pujadas, du haut de son donjon, ne peut plus faire semblant de ne pas le voir. Chaque jour apporte sa découverte surréelle, comme par exemple cet aveu incident de Pflimlin au Monde, dans une interview d'autojustification : le groupe a payé à Carolis une mission de conseil...pour redresser les audiences de sa propre émission, Des racines et des ailes (l'info avait été publiée quelques mois plus tôt dans Charlie Hebdo). Mais le mal s'étend aussi plus haut, comme le montre la très étrange nomination de Martin Adjari, ex-directeur financier sous Pflimlin, témoin assisté dans l'instruction, comme directeur de cabinet de Aurélie Filippetti, ministre de tutelle du groupe. A ce stade, une question s'impose. Les différents signataires de contrats avec Bygmalion ont-ils seulement fait preuve d'une incompétence remarquable, et remarquablement reconduite d'une équipe de direction à l'autre ? Ou bien ont-ils alimenté, en connaissance de cause, une officine de financement politique ? Au moins, maintenant qu'il est prévenu, est-on certains que Pujadas ne va pas lâcher l'affaire.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.