Chevènement et Zemmour, "ilsuffistes"
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Chevènement et Zemmour, "ilsuffistes"

Le "ilsuffisme" progresse.

Le "ilsuffisme", c'est cet art de tirer des conclusions générales et irréfutables, d'un constat visuel apparemment à la portée de tous. Du genre: "il suffit d'entrer dans un tribunal, pour voir que la plupart des accusés sont des Noirs ou des Arabes". Le "ilsuffisme" français a trouvé son pape, il s'appelle Eric Zemmour, grand dispensateur d'évidences à la truelle, poursuivi ces jours-ci devant le Tribunal de Paris pour ses "ilsuffismes" sur les Noirs, les Arabes, et les trafiquants.

Le Saint Père des "ilsuffistes" vient de se trouver un disciple de poids: l'ancien ministre socialiste de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement, qui a adressé au Tribunal un témoignage à décharge, révélé par Rue89, qui est un chef-d'oeuvre d' "ilsuffisme". "Il suffit, comme j'ai eu l'occasion de le faire de consulter les listings de la Direction centrale de la Sécurité publique du ministère de l'intérieur, pour constater que plus de 50% des infractions constatées étaient imputables à des jeunes dont le patronyme est de consonance africaine ou maghrébine". Chevènement publie un livre ces jours-ci. Pour récolter sa juste part de bruit médiatique, il vient de s'emparer du passeport le plus efficace: la menace d'une candidature en 2012. Cette lettre de soutien est peut-être un deuxième justificatif. Bienvenue, cher ancien ministre, avec le prestige de votre carrière, au Paradis douillet des évidences visuelles.

Car les "'ilsuffistes" ont pour eux la force aveuglante de l'évidence. Et tant que l'on reste au stade du constat visuel, il est impossible de leur donner tort. Mais comme le rappelait l'an dernier sur un de nos plateaux Luc Bronner, spécialiste des banlieues au Monde, toute évidence visuelle s'explique, se décortique, se démonte. Si Noirs et Arabes abondent dans les box où sont jugés les petits délinquants (pas les gros), est-ce parce qu'ils sont noirs et arabes, ou parce qu'ils sont pauvres ? Et n'est-ce pas aussi lié au fait que les policiers ont tendance à privilégier, dans leurs contrôles d'identité, les Noirs et les Arabes (j'allais dire "qu'il suffit" de marcher dans le métro pour le constater, personne n'est à l'abri d'un accès "d'ilsuffisme") ? Depuis toujours, le "ilsuffisme" règne en maître dans les bistrots et les conversations privées. Son importation joyeuse et décomplexée sur les plateaux de télé, sous l'étiquette chatoyante du "politiquement incorrect", n'est pas un progrès, c'est une régression. Dans lémédias idéaux d'un pays idéal, la première mission des journalistes ne devrait pas être de réfuter "l'ilsuffisme", c'est sans objet, mais de le dépasser.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.