#JeSuisKouachi: le hashtag sulfureux peut dire merci au FN
chronique

#JeSuisKouachi: le hashtag sulfureux peut dire merci au FN

Retour sur un "paradoxe réactionnel" sur twitter

Réservé à nos abonné.e.s
«#JeSuisKouachi»: doit-on contrôler Twitter? interroge Le Figaro. Les réseaux sociaux servent-ils à faire l'apologie des attentats? enchérit L'Express. Que faire contre la haine déversée sur Internet ? se demande France Info. Près de 49 000 #JeSuisKouachi auraient été partagés sur Twitter, d'après Topsy, en réaction au plus de 5 millions de #JeSuisCharlie postés suite au massacre du 7 janvier dernier. Soit un peu moins de 1%... ou pas. La consultation de l'historique de ces tweets censés propager la haine révèle qu'ils sont devenus "tendance" (ou "trending topics" -TT- dans le vocable Twitter) grâce... au Front National.

Le tout premier #JeSuisKouachi est publié par une étudiante marocaine, le jeudi 8 janvier dans l'après-midi, qui écrit : "Je dénonce le harcèlement des policiers envers ces deux musulmans . #JesuisKouachi." En réponse à ce tweet, elle se fait traiter d'"idiote de merde", de "grosse pute" et autres "crève salope", efface son tweet et finit par s'excuser :




Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.