Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Censuré, "Vu" répond à France 2

Par le - 18h29 - suivi

Esprit France 2, es-tu là ? Après la censure du Vu de lundi 2 octobre par la chaîne France 2, l'émission de Patrick Menais, "réincarnation" du Zapping de Canal +, a répondu à son diffuseur par l'image. Sur le ton ironique qui fait sa marque, Vu ouvre sa pastille de mercredi avec un extrait de L'Info du Vrai, animé par Calvi et ses Calvinologues, et diffusé sur Canal+. "Esprit Canal, es-tu là ?", demande la Miss Météo de l'émission. "Mon antique fonction d'annonceur de spectacle est gênée par la mystérieuse conduite des esprits. On tenterait en vain d'user de la raison pour expliquer leurs actions pleines de confusion"", répond en echo un opéra d'Arte. Retour sur L'info du vrai. L'esprit Canal répond à la question de la Miss Météo : "Vous pourriez juste arrêter de m'invoquer tout le temps ? Tout le monde est là, ouais il est où l'esprit canal... Laissez-moi tranquille, merde. L'esprit France 2 on l'emmerde pas lui". L'opéra de Berlin approuve, toujours sur Arte : "Pourquoi t'associer avec moi si tu ne l'assumes pas jusqu'au bout ? Tu veux voler, et tu as le vertige ?". Conclusion sans appel des Reines du Shopping(M6) de ce montage légèrement crypté : "C'est chaud".

A voir au moins deux fois pour comprendre : quand le Vu de France 2 se moque de France 2 (et par extension de Canal)

Réactions à la censure de Vu toujours : mercredi, les Sociétés des Journalistes de France 2, de la chaîne Franceinfo et du site franceinfo.fr se sont associées pour demander "à la direction du groupe de s'expliquer en détail sur les raisons de cette déprogrammation". Pour rappel, la chaîne avait expliqué aux Inrocks avoir "pris la décision de ne pas diffuser Vu, suite à l'attention et à l'émoi suscités par la séquence d'On n'est pas couché avec Christine Angot et Sandrine Rousseau".

L'explication de France 2 n'avait pas convaincu les SDJ. "Il serait regrettable que le service public remette en cause la liberté de ton dont devrait bénéficier cette émission officiellement présentée par France 2 comme «un regard impertinent et libre sur le monde de l'image»", notait le communiqué. Et d'ajouter : "Rappelons que le Zapping, version Canal +, n'a jamais été censuré par le passé". Censuré, peut-être pas (il avait diffusé de larges extraits d'un documentaire sur le Crédit Mutuel, documentaire justement censuré par Canal + version Bolloré), mais Canal+ version Bolloré n'avait pas conservé longtemps l'irrévérence du Zapping : l'émission avait été supprimée de la chaîne en juin 2016.

France 2 invoque Marlène Schiappa

Ce jeudi, les SDJ ont finalement été reçues par la direction de France 2. Elles livrent dans un communiqué la réponse de la chaîne, qui explique avoir été prise de court par la saisine du CSA par la secrétaire d'Etat à l'égalité des femmes et des hommes, Marlènes Schiappa : "Le problème, c'est qu'avec cette saisine, nous ne connaissons pas le statut réglementaire de ces images et cela peut être un facteur aggravant de les rediffuser." Selon le texte des SDJ, la direction assure par ailleurs que "la censure aurait été de couper les 40 min de débat qui est, comme vous le savez, enregistré". Les SDJ ont annoncé qu'elle "[prenaient] acte de cette réponse". Rappelons toutefois que la saisine par Schiappa du CSA était surtout symbolique, puisque le gendarme de l'audiovisuel se penche sur une séquence télé dès lors qu'un spectateur, quel qu'il soit, la lui signale.

Dans son numéro du 6 octobre, Vu n'a pas repris le passage de Sandrine Rousseau dans l'émission Quotidien (TMC), au cours duquel a été citée une réaction officieuse de France 2 à l'émission de Laurent Ruquier.

L'occasion de voir notre émission, avec Sandrine Rousseau, Clémentine Autain et Lauren Bastide : "Les violences faites aux femmes systématiquement traitées comme un spectacle"


Abonnez-vous !
|