Rémi Fraisse : le procureur requiert un "non lieu"
article

Rémi Fraisse : le procureur requiert un "non lieu"

Mediapart et Reporterre pointent les zones d'ombre

Réservé à nos abonné.e.s
Affaire Rémi Fraisse suite et fin ? Près de trois ans après la mort du jeune manifestant, tué à Sivens par une grenade offensive lancée par un gendarme mobile, en fin de semaine Mediapart révélait le réquisitoire du procureur de Toulouse. 137 pages qui visent à dédouaner gendarmes et représentants de l'Etat en requérant un "non-lieu". Dans la presse ? Reprises minimales et service minimum. Et pourtant, comme le rappellent Mediapart et Reporterre, depuis le début de l'affaire les zones d'ombre dans le traitement judiciaire de ce drame sont nombreuses.

Le 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, 21 ans, était tué par l’explosion d’une grenade offensive lancée par un gendarme mobile. Près de trois ans après la mort du manifestant écologiste sur le chantier du barrage controversé de Sivens (Tarn), le procureur de Toulouse vient de requérir un "non lieu", comme le dévoile Mediapart qui a eu accès à son réquisitoire : 137 pages qui dédouanent les gendarmes et le préfet du Tarn, aux termes d’une enquête bâclée et malgré les doutes et zones d'ombre qui ont entaché l’affaire.

Dans son ensemble, la presse s’en tient à un service mini...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.