Libéral ou régulateur ? Premières controverses autour de Jean Tirole, prix Nobel français d'économie
Éconautes
Éconautes
article

Libéral ou régulateur ? Premières controverses autour de Jean Tirole, prix Nobel français d'économie

Réservé à nos abonné.e.s
Gentil régulateur ou affreux libéral ? A peine nobélisé pour ses travaux sur "l’analyse de la puissance du marché et de la régulation", l’économiste Jean Tirole est l’objet d’une controverse. Mais cette querelle n’est pas nouvelle : le profil de l’économiste, fondateur et directeur de l’Ecole d’économie de Toulouse et membre du conseil d’analyse économique qui conseille Matignon, a toujours fait débat. Pour les uns il est un régulateur qui veut empêcher les grosses entreprises d’être nuisibles, pour les autres il est l’ami de l’entreprise libérée de toute contrainte. A l’écouter réagir aux micros qui se tendent vers lui, avouons qu’il est difficile de trancher. Et s’il était les deux ?

Depuis l’annonce, le 13 octobre à la mi-journée, de l’attribution du Prix Nobel de l’économie – plus exactement le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel – au Français Jean Tirole, les pros et les anti-Tirole se déchaînent sur twitter tandis que l'accueil médiatique est plutôt consensuel.

Dans le camp des aficionados, on trouve les membres du gouvernement qui poussent d’abord un cocorico. Après le Nobel de littérature décerné à l’écrivain Patrick Modiano la semaine passée, c’est le jackpot. On trouve également les titres de pre...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.