Non, Internet n'est pas une "zone de non-droit"
Man Hack
Man Hack
chronique

Non, Internet n'est pas une "zone de non-droit"

La preuve par les chiffres

Réservé à nos abonné.e.s
En 1999, Françoise Giroud déclarait que "L'internet est un danger public puisque ouvert à n'importe qui pour dire n'importe quoi".

déclarait que "L'internet est un danger public puisque ouvert à n'importe qui pour dire n'importe quoi". Le CSA accueillait alors à Paris le premier "Sommet mondial des régulateurs sur Internet et des services électroniques", conviant tranquillement plusieurs pays bien connus des défenseurs de la liberté d'expression (dont l'Iran et la Syrie, deux des "20 pays ennemis de l'Internet" alors identifiés par Reporters Sans Frontières). Plus de 15 ans après, et malgré l'adoption de nombreuses lois, on trouve encore des politiques et des médias véhiculant tout aussi tranquillement la rumeur voulant qu'Internet serait une "zone de non-droit".

A la fin des an...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.