Terrorisme : "Homeland, une catharsis par anticipation"

Arrêt sur images

CIA, Daech, etc : de la fiction au réel (et retour)

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
De Ben Laden à l'Etat islamique, du 11 septembre au 13 novembre, ce sont quinze ans de lutte entre la CIA et le terrorisme islamiste que met en scène la série télévisée Homeland. Peut-on écrire et tourner une fiction sur la guerre, produite dans un pays en guerre, sans tomber dans la propagande ? La série accusée de racisme ou de montrer trop complaisamment des scènes de torture, est-elle parvenue à éviter cet écueil ? Comment les spectateurs reçoivent-ils cette série qui fait echo de manière si proche et si troublante à l'actualité immédiate ? Pour répondre, Sandra Laugier, professeure de philosophie à Paris I, auteure d'une chronique dans Libération sur Homeland et "la fin de l'innocence", et Pauline Blistène, doctorante en philosophie, qui prépare une thèse sur la visibilité du secret et l'esthétique de la raison d'Etat dans l'Amérique post-11 septembre.

Avertissement : l'émission révèle des éléments importants de l'intrigue de la série Homeland. Vous voilà prévenus !

L'émission est présentée par Daniel Schneidermann, préparée par Adèle Bellot et Robin Andraca,
et déco-réalisée par Axel de Velp et Sébastien Rochat.

La vidéo dure 56 minutes.

Si la lecture des vidéos est saccadée, reportez-vous à nos conseils.


Le making of de l'émission, par Robin Andraca :

Tout est parti d’une tribune, publiée jeudi 10 décembre dans Libération, intitulée “La fin de l’innocence”, signée...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.