79
Commentaires

Terrorisme : "Homeland, une catharsis par anticipation"

De Ben Laden à l'Etat islamique, du 11 septembre au 13 novembre, ce sont quinze ans de lutte entre la CIA et le terrorisme islamiste que met en scène la série télévisée Homeland. Peut-on écrire et tourner une fiction sur la guerre, produite dans un pays en guerre, sans tomber dans la propagande ? La série accusée de racisme ou de montrer trop complaisamment des scènes de torture, est-elle parvenue à éviter cet écueil ? Comment les spectateurs reçoivent-ils cette série qui fait echo de manière si proche et si troublante à l'actualité immédiate ? Pour répondre, Sandra Laugier, professeure de philosophie à Paris I, auteure d'une chronique dans Libération sur Homeland et "la fin de l'innocence", et Pauline Blistène, doctorante en philosophie, qui prépare une thèse sur la visibilité du secret et l'esthétique de la raison d'Etat dans l'Amérique post-11 septembre.

Derniers commentaires

Homeland, oui, pourquoi pas. Mais la série originale israélienne, Hatufim, est bien meilleure.
De toute façon, la meilleure série du moment, c'est celle-ci.
Marre du postulat que les musulmans ne connaissent rien du Coran et de leurs textes sacrés. Dans quelques mois, on nous expliquera qu'en fait, l'Islam n'a rien à voir avec le Coran. S'en suivra dans quelques années le discours comme quoi l'islam n'a rien à voir avec l'islam. C'est vraiment du déni de réalité pure et simple.

Est ce que les chrétiens connaissent vraiment la Bible? Tous ne l'ont pas lu, mais ils savent tout de même correctement ce qu'il y a dedans. Ils savent globalement quel était le message de leur prophète, pour la simple raison qu'ils ont eu une "instruction" religieuse minimale en allant à la messe ou au catéchisme.

Il faut sans doute distinguer ceux qui sont de tradition musulmane et ceux de religion musulmane. C'est une distinction fondamentale. Pour moi quelqu'un de tradition musulmane, qui suit les pilliers de l'islam tels que les hadiths les décrivent par tradition n'est pas dangereux. Mais quelqu'un de religion musulmane, considérant le Coran comme un texte sacré indépassable dicté par un dieu unique est une bombe humaine qui explosera un jour ou l'autre. Le texte n'est pas ambiguë et n'est interprétable que d'une unique manière: celle de l'EI.

De la même manière, la distinction de la France comme pays de tradition chrétienne, mais surement pas de religion chrétienne, est à faire. Ce n'est pas parce qu'on rejette la religion chrétienne ou musulmane que l'on doit bruler les églises ou les mosquées du 17ième siècle. C'est du patrimoine.
Homeland est avant tout le remake d'une serie Israelienne, donc a forcement un certain bagage.

Surement sans relation, mais le sondage de Public Policy Polling m'a fait bien rire:
30% des supporters republicains sont d'accord pour bombarder une ville fictive !

http://www.theguardian.com/us-news/2015/dec/18/republican-voters-bomb-agrabah-disney-aladdin-donald-trump
Pour quiconque ignore tout du XVII° siècle ou du XIX°, « Les trois mousquetaires » et « Le comte de Monte Cristo » sont livres d’Histoire.
La part de fictions, de préjugés et d’idées reçues dans la vision du monde de chacun n’est pas à négliger. Ergo la critique, l’analyse sont indispensables.
Merci pour cette émission avec ses "dévoilements" de la série ! Bon j'ai fini la 4e saison avant d'avoir vu l'émission mais pour certains ça aurait été sympa de prévenir que l'émission risque de dévoiler la série.

A quand une émission sur le dernier Star Wars ? :p J'espère que Daniel n'aime pas Star Wars du coup... :) Parce que j'ai l'intention d'attendre la version longue en blue ray pour me regarder le film !

*C'était un message d'humour* (vaut mieux prévenir)



Sinon l'émission, je ne l'ai pas trouvé très passionnante, alors que j'ai suivi la série, ça devait très être ennuyant pour ceux qui ne s'intéressent pas à la série. Contrairement à l'émission sur House of Cards que j'avais trouvée intéressante malgré le fait que je n'avais pas vu la série. (et finalement je me suis arrété au 1er ou 2e épisode... l'émission était bien plus passionnante que la série...)

*C'était un message sérieux* (vaut mieux prévenir)
émission ratée. prof de philo paraphrase, D.S autoritarise comme d'hab et s'ingénie à empêcher le débat. les deux autres en sont cois, l' ensemble ne décolle pas. Stop au bout de dix minutes et quelques.
J'ai bien aimé l'émission même si je comprends les commentaires critiques parus dans ce forum.
Par contre, je n’ai pas aimé qu’@si ne nous dise pas tout sur les intervenants, à savoir que Sandra Laugier a été (est toujours ?) la directrice de thèse de Pauline Blistene.


PS: Pris d'un doute j'ai lu le texte du making off où c'est mentionné. Mais on ne le sait pas si, comme moi, on ne regarde que l'émission !
Où Sandra Laugier réussit l'exploit de ne pas dire une seule chose pendant une heure - tout en le disant... longtemps.

Sinon, pour un vrai bon thriller géopolitique, Hatufim, Occupied et The Honourable Woman.
Un peu déçue aussi... J'aurais voulu une approche plus fouillée, notamment de la représentation des musulmans dans les fictions américaines.
Un article très critique sur Homeland : http://www.lecinemaestpolitique.fr/homeland-contrer-la-propagande-reinjecter-du-reel-dans-la-fiction/
Un documentaire plus global sur la représentation des arabes à Hollywood :https://www.youtube.com/watch?v=TJ7nwbbIpkc
Je vais passer pour un snob mais tant pis, je pose la question, la plus importante pour moi: comment peut-on être assez désoeuvré pour perdre sa vie, et pour certains leur jeunesse, à regarder des niaiseries pareilles ( je parle de ce type de séries, pas de l'émission d'@si ) ?
J'avoue que je suis très déçu par cette émission. Le manque de recul est total, les intervenants assez nuls n'apportent rien, si ce n'est de justifier la série. On dirait un "publi-reportage". "la saison 5 déchire"...

Aucun recul, pour un site de critique des médias c'est moyen quand même. J'ai bondi quand on nous explique que "oui bon la série caricature certains traits : Beyrouth est un camps de réfugiés, Berlin est paradisiaque, mais c'est la même chose, de la caricature, donc ça va. Peu importe que le liban soit présenté comme un camps de réfugiés pendant que l'occident est un havre de paix, rien à voir avec de la propagande, c'est de l'é-du-ca-tion, on vous dit). Oui oui, c'est une série "éducative".

N'importe quoi. D'abord, une série n'a pas vocation a éduquer, aucune série n'éduque. Si elle éduquait, elle n'aurait pas le droit de déformer la réalité. Là, elle déforme la réalité sous prétexte d'être une "fiction" (c'est une série), tout en se faisant passer pour "très proche de la réalité", afin de mieux faire passer une vision des choses (imposer une vision de la réalité dans les esprits, en utilisant une fiction). C'est donc de la propagande. Plus ou moins fine, plus ou moins cachée. Mais vous vous êtes arrêtés à "c'est de l'éducation". Peut-être parce que le message véhiculé vous a convaincu, vous arrange dans votre vision des choses, et vous aimeriez en définitive que tous les gens pensent comme vous. En ce sens, la propagande, c'est de l'éducation. On éduque les gens à penser d'une certaine manière, à voir les choses sous un certain angle. C'est pourquoi les films, dessins animés et séries sont des moyens de propagande. Faut-il vraiment avoir a rappeler cela ici ??

Alors, quel est le message ? d'après ce que j'ai compris, c'est entre autre : "Il faut se protéger et avoir peur parce que le terrorisme peut être partout (à cause des musulmans)"

Si ça c'est pas de la propagande...

Et les intervenantes qui ont l'air de trouver ça très bien. En gros, elles disent : "Oui la paranoïa dans la société, c'est super, comme ça on sait qu'il faut se protéger, avoir peur, se méfier de nos voisins, l'ennemi peut être partout". C'est désespérant d'entendre cela, quand on sait que les problème que nous connaissons sont liés au partage des richesse, à la définition de la propriété, à la financiarisation de l'économie, etc. etc. On se focalise sur le "terrorisme", prétexte a encore plus de privation des libertés.

On assiste à une Israélisation de la société : montée de l'extrême droite, Etat policier, focalisation sur les musulmans, peur permanente, notamment du terrorisme (tout en l'alimentant...) ce qui permet de garder les gens dans un état de soumission totale, "pour votre sécurité...". Et là, une série fait passer un message paranoïaque, et c'est pour vous de "l'éducation". Pfffff.

Alors oui, c'est de la propagande plus fine que Rambo, c'est sûr (c'etait pas très difficile en même temps). Ils exposent des points de vue ambigus, la responsabilité de l'occident, toussa. Mais dans le fond, le message est le même. Pour un site de critique des médias, tomber à ce point dans le panier.
Je vis aux E.-U. et je me suis abonnée à Showtime rien que pour regarder la série, qui est beaucoup plus, bien sûr, que l'analyse faite par ASI, toute pertinente qu'elle ait été. Sans sous-titre, voilà l'interview que Mandy Patinkin (Saul dans la série) a donnée hier soir au show de Stephen Colbert (ça commence à 15:00). Plaidoyer passionné pour la non-violence qui fait tellement de bien dans ses temps où les candidats républicains se disputent pour savoir qui rasera le plus de territoires ici et là. http://www.cbs.com/shows/the-late-show-with-stephen-colbert/video/nPWWn936nfkd1VoNFf8qrH8UYkWFFD1x/the-late-show-12-18-2015-mandy-patinkin-kayvon-beykpour-leon-bridges-/. Oui la série est ambigüe parce que tout a un contexte et les scénaristes essaient sans cesse de voir les deux côtés des choses.
malheureusement la plupart de ceux qui regarde cette série vont imprimer le message du "vu a la tété " ,
Emission qui n'est malheureusement pas la hauteur de la série qu'elle prétend analyser. La faute à deux intervenantes qu'ils n'ont pas grand chose d'intelligent à dire, et particulièrement la prof de philo. La prochaine fois SVP, invitez quelqu'un qui fait autre chose qu'écrire des tribunes creuses dans libération, invitez je sais pas, un spécialiste de géopolitique, de sécurité, et qu'on ait un vrai débat...Là je me suis endormi devant tant de platitudes et de conformisme. ("Homeland est un peu raciste mais pas trop", "homeland colle à l'actu", "le 11 septembre a été une rupture narcissique", etc, etc.) C'est dommage parce que l'émission a été manifestement bien préparée, les interventions de schneidermann et les extraits choisis par son acolyte étaient vraiment pertinents.

Le sujet central aurait dû être la question de la propagande de guerre dans homeland. Particulièrement dans la saison 5. Parce qu'en fait le discours de la série est très ambigu : d'un côté on a une propagande antirusse assumée (ils complotent tout, retournent des agents américains en irak, organisent des attentats pour déjouer les plans américains, sont cruels et machiavéliques, bref, c'est le côté obscur de la force), ce qui est d'autant plus gênant que l'une des intrigues de la saison 5 tourne autour des lanceurs d'alertes qui enquêtent sur les activités de la CIA. Tout cela rappelle les péripéties d'un certain snowden, réfugié politique à...Moscou. Gênant.

Et de l'autre côté il y a des fulgurances de la part des scénaristes (ou des showrunners) qui n'hésitent pas à mettre le doigt là où ça fait mal. Quinn dans l'épisode 1 qui prend à partie sa hiérarchie sur l'absence de stratégie US au moyen-orient (c'est pour le moins audacieux https://www.youtube.com/watch?v=vApBZlaePec ), là homeland a envoyé un scud en direction du département d'Etat et de la présidence. Le coup de la frappe de drone dans la saison 1, rappelé dans l'émission, était du même acabit.
Plus tard dans la saison 5 on entend un personnage respectable défendre le hezbollah comme mouvement de résistance légitime à une occupation, face à un contradicteur de la CIA qui s'avère être très sensible aux intérêts israéliens (au point de mener une défection avortée lorsque sa loyauté est mise en cause). Oser ce genre de chose c'est vraiment courageux de la part de showtime.

Je pense qu'on ne peut pas tirer de conclusion hâtive sur la série, elle est vraiment trop ambiguë dans les messages qu'elle fait passer. Quand j'entends dire dans l'émission que la saison 1 pousse à la paranoïa et à la surveillance généralisée, je me dis que chacun trouve dans les séries TV matière à nourrir ses propres obsessions. J'aurais plutôt dit que la saison 1 dénonce l'intolérance et l'arrogance américaine envers le moyen-orient et la religion musulmane. Que la haine envers l'amérique a des fondements tout à fait réels et concrets, entretenue par des bombardements aveugles qui tuent des innocents dont tout le monde se fout sur CNN. (Mais pas brody et pas homeland, qui met le spectateur dans la peau d'un irakien pour l'occasion...Un beau tour de force).
Lorsque j'ai vu que le prisonnier, après avoir Bavé pendant des années, revient au pays avec une jolie peau de nourrisson bien nourri, j'avoue j'ai décroché. Et regardé Hatufim une seconde fois.
D.S.: "Homeland, une vision alternative"

Ouais ouais, tout pareil que @si !

Que dire ? Bof ? Ouais, on va dire ça !

(Bon, je sais bien que @si n'est pas que D.S., mais bof quand même)
Emission accablante. Homeland est une vulgaire psy-op israélo-américaine. C'est de la merde (cf l'iranien qui tue la mère d'un de ses enfants presque sous les yeux du-dit enfant (3 ans en gros) juste avant d'aller lui faire des gazou gazous). C'est raciste. On dirait que c'est pondu par le conseiller en com de Netanyahou.

C'est pathétique de donner le moindre crédit à cette série qui, même si elle donne deux ou trois gages à la complexité du monde (3% du show), est une insupportable opération de propagande de guerre. Comme Zero Dark Thirty ou American Sniper.

American Sniper, inspiré de Inglorious Basterds de Tarantino pour ceux qui ne l'avaient pas remarqué.

Le film dans le film sur le sniper nazi dans Inglorious Basterds, "Stolz der Nation", est moins ridicule qu'American Sniper.
Les réalisateurs de "homeland" avaient payés des décorateurs pour faire des "tags" en arabe sur les murs des villes en décors . Ils ( les décorateurs) ont écrits en arabe " homeland ment" ou "homeland est une serie raciste"......Marrant non....?
La saison 5 est truffee de propagande contre la Russie comme au bon vieux temps! L'agent double de la CIA qui fait echouer le plan des americains pour eliminer Assad en mettant 1 bombe dans l'avion et qui par la suite va aider a la realisation de l'attentat au gaz en donnant de fausses informations et tout ça sur ordres des services Russes qui veulent secouer les occidentaux pour qu'ils soient plus agressifs contre daesh (là on a une touche de complotisme!!)
Je ne connais aucune série, donc pas plus Homeland qu'une autre.
Je tente tout de même de regarder l'émission.
Acte 2 : vous diffusez un extrait, où deux personnages féminins dialoguent en allemand, sous-titré en anglais et sous-sous-titré en français, avec, au passage, du passé qui devient du présent et même du futur, au point que ça n'a plus du tout le même sens.

ça n'aide pas à suivre ...
Bonsoir,
je viens de finir "Occupied", je suis en train de regarder "The Man in The High Castle", deux séries qui elles aussi opèrent une étrange catharsis.
Comme la première saison de "Homeland" — je me suis arrêtée dégoûtée en cours de deuxième —, ces séries permettent avant tout de déporter notre regard sur les thématiques qu'ils abordent, et que nous vivons dans la réalité. L'intelligence de ces séries est de nous plonger dans ce qui nous échappe dans le réel : que se passe-t-il vraiment pour les êtres qui sont aux centres décisionnaires de ces situations (le pouvoir, les forces de l'ordre, les attaquants) ? Or ces êtres, il nous est difficile de les appréhender autrement que par l'imaginaire, même s'il est basé sur des informations que l'on glane comme on peut. Alors quand des scénaristes nous les donnent à voir, cela permet d'affûter sa propre imagination, et donc sa propre tentative d'appréhension de la situation réelle.
Coexistent le plaisir d'entrer dans une histoire et de s'y laisser prendre, et des sorties de cette fiction, pour comparer avec le réel, et donc entrer dans une distance critique, une dialectique. Cette distance, elle est prise en même temps avec l'histoire qu'on nous raconte, et la réalité que nous vivons, que l'on perçoit.
Pour "The man in the High castle" (d'après Philip K. Dick), c'est un peu différent. C'est une uchronie qui imagine les années 60 si Hitler avait gagné la guerre. On se sent donc moins directement concernés. Pourtant, ces jours-ci où le sentiment que le monde peut basculer très vite vers on ne sait vraiment quoi ("Les fils de l'homme ?"), cette série là encore permet de s'éloigner de notre point de vue un peu borné, et de soutenir notre imaginaire et notre regard, pour imaginer puis créer demain.
bonsoir,
la saison 1 de Occupied vient de se terminer sur ARTE et je suis étonné qu'il n'y ait même pas une brève sur le site.
Il y avait pourtant matière : le télescopage avec l'actualité, l'état d'urgence, le travail des services de renseignement, des journalistes.
Actualité moins chaude : l'Ukraine
Sur les négociations entre un petit pays et l'Europe, j'ai pensé fort à la Grèce.
Même si la Russie s'est officiellement plainte de son rôle (https://fr.wikipedia.org/wiki/Occupied#Critique) je trouve que d'autres pays apparaissent bien pires.

Emmanuel
À mes yeux, l’illustration parfaite du manque d’attention, de vigilance de notre société, c’est la remarque de D.S. :
« l’un (l’attention) peut vite basculer dans l’autre (la paranoïa) ».

Être prudent, attentif, vigilant n’est même pas envisageable pour nombre de personnes, par crainte de sombrer dans la «paranoïaaaa»,
qui serait une espèce de peur excessive sans objet.

C’est comme si on vivait au milieu de petits coussins tous moelleux et tous doux.

«La paranoïa c’est - dixit D.S. - être dans le métro, voir une valise et tirer le signal d’alarme».

Or, quand on y réfléchit vraiment (mais vraiment ! faites un effort !) signaler un bagage abandonné, c’est juste le minimum syndical pour un être vivant qui compte continuer à vivre sur cette Terre.

J’ai toujours observé les personnes et ai toujours trouvé juste aberrant le nombre de ceux qui se sentent si en sécurité partout, tout le temps.

Au milieu des petits coussins tous doux lavés avec Mirtoudou…

Bref ! le passage sur l’attention, abordée par madame Laugier, m’a paru très intéressant. :)
Il est tout de même curieux que même @si doive faire référence à une série étasunienne pour nous expliquer ce qui ce passe chez nous.
Petit détail la série Mr Robot avait entièrement retourné une scène du dernier épisode pour que dans la discussion entre deux peronnages secondaires parle du piratage du site Ashley Maddisson, pour justement coller la aussi à la réalité, en citant un événement qui avait eu lieu qqs jours auparavant.

Tout comme dans Homeland se rapprocher autant de la réalité permet de créer un pont entre l'univers de la série et l'actualité favorisant l'immersion du spectateur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.