Entre nègres et nègres, une vraie ligne j@une

Arrêt sur images

Il y a nègre et nègre. L'affaire PPDA - Hemingway a permis de soulever un coin du voile sur des pratiques peu reluisantes d'éditeurs parmi les plus prestigieux: utilisation clandestine de "nègres" par des(...)

Ligne Jaune
Réservé à nos abonné.e.s
Il y a nègre et nègre. L'affaire PPDA - Hemingway a permis de soulever un coin du voile sur des pratiques peu reluisantes d'éditeurs parmi les plus prestigieux: utilisation clandestine de "nègres" par des vedettes de la télévision se piquant de littérature, plagiat non assumé, comportements maffieux, certitude de l'impunité. Sur ce premier point, écoutez le débat entre Jérôme Dupuis (L'Express) qui a dévoilé la supercherie, et l'avocat Emmanuel Pierrat, qui confesse qu'il ne détesterait pas défendre PPDA dans un procès éventuel.

Mais il existe aussi, dans l'édition, des nègres heureux, fiers de l'être, et fort marris d'être assimilés à ces pratiques. Nous recevons sur le plateau deux d'entre eux: Lionel Duroy (nègre littéraire, entre autres, de Bigard, Nana Mouskouri, Farah Pahlavi, veuve du dernier shah d'Iran), et Jean-François Kervéan (Loana, Michel Drucker). Tous deux nous racontent de manière très convaincante la beauté de ce métier qui consiste à prêter sa plume à un autre, pour raconter la vie qu'il est incapable de raconter. Evoquant Bigard ou Loana, Duroy et Kervéan ont les mêmes accents de sincérité. Est-ce un hasa...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.