TPMP : "Hanouna a rendu sympathiques Le Pen et Messiha"

Arrêt sur images

Hanouna, porte-voix de l'extrême droite ?

L'émission
  • Avec
    Claire Sécail et Stéphane Encel
  • Presentation
    Daniel Schneidermann
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

En quelques années, les émissions de Cyril Hanouna sur C8, chaîne du groupe Bolloré, sont devenues un incontestable lieu d’expression politique. Mais quel est le message qui s’en dégage ? Des Gilets jaunes et des femmes voilées, rares sur les plateaux, s’y expriment, mais aussi des militants d’extrême droite. Les émissions d’Hanouna ne sont-elles que des tremplins pour la droite extrême, sous couvert de pluralisme ?  Pour analyser un objet médiatique ô combien ambigu, Daniel Schneidermann reçoit cette semaine Stéphane Encel, enseignant en sémiologie et essayiste, auteur de Ce n'est pas que d'la télé, analyse consacrée aux émissions de Cyril Hanouna, publiée aux éditions David Reinharc. Autour de la table également, Claire Sécail, chercheuse au CNRS, qui étudie actuellement les émissions de Cyril Hanouna, et plus particulièrement leur rôle dans la campagne présidentielle qui bat son plein. Voici quelques extraits de l'émission. 

Éric Zemmour partout, tout le temps

Éric Zemmour le lundi, le mardi, le mercredi. Presque tous les jours, le presque-candidat d'extrême droite est évoqué sur le plateau d'Hanouna, quelle que soit l'actualité. "Éric Zemmour est la principale entrée de tous les sujets consacrés à la politique et à l'élection présidentielle", remarque Claire Sécail, chercheuse au CNRS. Mais, note notre invitée, au-delà du quantitatif, il y a aussi la manière dont il est évoqué : "Éric Zemmour est souvent abordé sous l'angle de la victimisation".

Messiha, l'extrême droite "sympathique"

Nouvelle star de la galaxie Hanouna, Jean Messiha, transfuge du RN passé chez Zemmour, est un régulier des plateaux de Touche pas à mon poste et Balance ton post !. Hanouna s'accorde le mérite de toujours opposer Jean Messiha à des contradicteurs, pour se justifier de l'inviter régulièrement. Pour Stéphane Encel, le problème est ailleurs : "J'ai des étudiants qui n'attendent que ça : les clashs avec Jean Messiha et qui l'adorent pour ça." La contradiction est-elle suffisante ? "Il se fait un petit peu malmener, mais entre temps il peut faire passer ses idées", déplore l'essayiste.

Des "ultra-minoritaires radicaux"

Cyril Hanouna a pris l'habitude d'inviter sur son plateau des "influenceuses" politiques, le plus souvent d'extrême droite, venues défendre les idées de leur camp à la télé. Mais qui sont-elles vraiment ? Et surtout, qui représentent-elles ? Pour Claire Sécail, le problème est là. "Il invite des individus ou des petits collectifs qui sont ultra-minoritaires, qui sont sur des positionnements très radicaux". Au point, pour la chercheuse, d'en "oublier tout l'arc des sensibilités intermédiaires, plus modérées." 

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.