"Est-ce que la RTBF inviterait Zemmour ? La réponse est non"

Arrêt sur images

Notre émission avec les médiateurs de la télévision publique belge francophone et de France Télévisions

L'émission
  • Avec
    Louise Monaux et Jérôme Cathala
  • Presentation
    Loris Guémart
  • Préparation
    Yves Magistrini
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

Dans le paysage audiovisuel francophone, les médiateurs et médiatrices sont sept, en tout et pour tout : en France au sein des rédactions de TF1, France Télévisions, Radio France et France médias monde (qui regroupe RFI et France 24), hors de France à la Radio télévision suisse (RTS), chez Radio Canada ou à la RTBF. Ces médiateurs et médiatrices reçoivent les plaintes du public, organisent le dialogue avec les journalistes, pour certains animent des émissions ou des chroniques lors desquelles un regard plus ou moins critique est posé sur le travail des chaînes.

Quels sont leurs moyens ? Comment voient-ils leur rôle dans et hors de leurs rédactions ? Est-il préférable d'être facilitateur d'échange ou faut-il endosser un regard explicitement critique ? Pour tenter d'y répondre, mais aussi découvrir qu'il y a autant de manière d'exercer ce métier que de médiateurs et de médiatrices, nous recevons la médiatrice de la RTBF Louise Monaux et le médiateur de France Télévisions, Jérôme Cathala.

À la RTBF, un impact (parfois) direct sur les contenus

En juin 2022, la RTBF publie sur son site web un article titré "Trois raisons de tester absolument le meilleur parc à thème du monde" à propos du Puy du Fou. Après la plainte d'un lecteur sur ce titre promotionnel, le service dirigé par la médiatrice Louise Monaux a apporté des explications publiques… et fait modifier le titre de l'article, devenu "On a testé pour vous le Puy du Fou, célèbre parc à thème français", ainsi que la pratique qui consiste à chroniquer une activité de loisirs sans la comparer à d'autres. 

France 2 : il met en sourdine les injonctions sanitaires

Lors des premiers mois de pandémie, France Télévisions diffusait constamment des messages de prévention sanitaire, notamment sur les gestes barrière, y compris dans les pastilles météo. Beaucoup de téléspectateurs ont fini par s'en plaindre, ce qu'a relayé Jérôme Cathala auprès de la hiérarchie. Qui a supprimé certaines de ces injonctions du jour au lendemain. 

À la RTBF, Zemmour n'aurait pas pu être invité du fait du "cordon sanitaire"

En accord avec la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte, le médiateur Jérôme Cathala estime, à propos du traitement médiatique d'Éric Zemmour, que les journalistes sont là pour "donner à chacun la possibilité d'exprimer une opinion du moment qu'elle n'a pas de caractère illégal". Ce n'est pas le cas à la RTBF, explique Louise Monaux : en Belgique francophone, la règle du "cordon sanitaire" interdit d'inviter en direct "des idéologies ou des partis politiques qui se rapprochent de l'extrême droite". Et celui-ci s'applique à Zemmour.

Pour aller plus loin

- La rubrique Inside sur le site web de la RTBF.
- On n'a pas fini d'en parler, l'émission de la radio publique Vivacité dans laquelle la médiatrice de la RTBF intervient chaque semaine.
- Votre télé & vous, l'émission mensuelle du médiateur de France télévisions.
- La page de contact du médiateur de France télévisions, ainsi que ses comptes Twitter et Facebook.
- Notre article à propos du conflit d'intérêts du consultant sportif Éric Roy, et une interview de l'Équipe sur le même sujet. L'émission de Jérôme Cathala sur les femmes, le sport et les médias.
- L'article de la RTBF sur le Puy du fou qu'un spectateur a confondu avec une publicité cachée.
- Édition de Votre télé & vous à propos du traitement de la campagne présidentielle, notre montage sur le motojournalisme.
- Notre article à propos du reportage de la RTBF sur un skinhead partant en Ukraine.


Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Combattants belges en Ukraine : les médias ratent le skinhead

La presse américaine a aussi publié des portraits de volontaires sans vérifier leur parcours

"Lobby LGBT" : un terme d'extrême droite sur France Télévisions

"Deux de nos visages ont utilisé cette expression donc, oui, le sujet est pris avec sérieux"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.