Avent #3. Claude Sempère, la guerre, et les frappadingues.
Télécharger Écouter
Archives TV ASI
Télécharger Écouter

Claude Sempère, journaliste à France 2, est mort de maladie le 30 novembre dernier. Ce grand professionnel, longtemps reporter de guerre, acceptait souvent les invitations d'Arrêt sur images, dévoré qu'il était par la passion de raconter son métier. Ce 18 novembre 2001, l'Alliance du Nord vient de chasser les talibans de Kaboul. Trois journalistes viennent de trouver la mort dans les combats. Et le directeur de l'information de TF1, Robert Namias, vient de déclarer au Monde que "monter sur un char n'est pas le rôle d'un journaliste""On n'est pas des frappadingues, on n'est pas des fous, on essaie de faire notre boulot, et puis parfois on n'a pas de chance" réagit Sempère, très ému, alors que sa confrère de TF1, Patricia Alemonière, défend Namias, dont la rédaction a déjà été éprouvée par plusieurs morts de journalistes en mission.

On parle aussi mises en scène : arrive-t-il à des journalistes de demander à des combattants de tirer, pour la caméra ? L'émission attirera l'oeil du chroniqueur télé de Libération, un nommé David Dufresne. DS.

Vous trouvez que chacun devrait avoir accès à ce contenu ? Nous aussi ! C'est pourquoi en décembre, nous ouvrons les fenêtres : ce contenu, comme beaucoup d'autres, est gratuit ! Pour nous aider à mettre un maximum de contenus en accès libre, c'est le moment de nous soutenir par un don, défiscalisable à 66%. Et comme chaque année, ça se passe par ici



Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.