154
Commentaires

voleurs de poules !

Derniers commentaires

Les Bohémiens

....et la voix de Catherine Ringer.....
"La xénophobie n'a pas fonction idéologique. Elle est un instrument de classe." (Annie Lacroix-Riz)

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article105777
Eric Besson s'est félicité en outre, le 17 août dernier, de la mise en place « dans les prochaines semaines » de la biométrie dans le fichier OSCAR (Outil de statistique et de contrôle de l'aide au retour) créé par un décret du 26 octobre 2009. On a peu parlé de ce fichier.mais il est urgent d'intervenir. source
Garcia Lorca (complaintes gitanes) pour finir ? "Capture d'Antonio el Camborio sur le chemin de Séville"

Antonio Torres Heredia,
petit-fils et fils Camborio,
un roseau en main à Séville
va voir des courses de taureaux.
Jeune homme brun de verte lune,
quand il marche il est lent et beau.
On voit briller entre ses yeux
ses boucles bleues et noir corbeau.
Arrivé à la mi-chemin
il coupa des citrons tout ronds
et il les jeta dans le fleuve
jusqu'à ce qu'il devînt d'or blond.
Et c'est là, à la mi-chemin,
au-dessous des branches d'un orme,
que la gendarmerie mobile
le fit avancer sous ses ordres

Le jour s'en va tout doucement,
le soir accroché à l'épaule,
comme une cape, il se déploie
sur le fleuve et la mer qu'il frôle.
Les olives sont en attente
de cette nuit de Capricorne
et une courte brise, équestrde,
sur les monts plombés se transporte.
Antinio Torres Heredia,
petit-fils et fils Camborio,
accompagné de cinq tricornes
n'a plus à la main son roseau.

Antonio, mais qui est-u donc ?
Si tu t'appelais Camborio
tu aurais fait une fontaine
de sang coulant en cinq ruisseaux.
Tu n'es ni fils de personne,
ni légitime Camborio.
C'en est bien fini des Gitans
marchant seuls à flanc de coteau !
Tremblent de froid sous la poussière
les vieilles lames des couteaux.

Arrivés le soir à neuf heures,
ils le conduisent au cachot,
pendant que la garde civile
boit de la citronnade à l'eau.
Et c'est là, le soir à neuf heures
qu'on lui a fermé son cachot
pendant que le ciel resplendit
comme la croupe des chevaux.
Carla veut garder son Titi qui est Rom-minet...

C'est pas Titi, c'est Chouchou... rhoooo... faut toujours tout répéter, ici... !!!
Faut lire les pages pipeule, enfin...!
Pourtant Sarkozy, avant Carla était marié à Cécilia "Ciganer" (Tziganer ?)

Lui même étant Rom d'origine... si on le renvoyait dans son pays d'origine par charter Sarko One ????
Mais non, Carla veut garder son Titi qui est Rom-minet...
Alain, votre chronique me laisse baba. Aux Roms.
Le retour de môôssieur KA avec un billet engagé: le plaisir est double!
Je viens bien tard, mais votre réduction de l'histoire à des images me va très bien. Bravo, M. Korkos (comme d'habitude, d'ailleurs). Vous qui savez tout, pouvez-vous nous dire pourquoi on appelle "Sintés", les Tsiganes d'Alsace ?

Lire l'article de Maïtre Eolas, il est très complet.
Je viens bien tard, mais votre réduction de l'histoire à des images me va très bien. Bravo, M. Korkos (comme d'habitude, d'ailleurs). Vous qui savez tout, pouvez-vous nous dire pourquoi on appelle "Sintés", les Tsiganes d'Alsace ?
S'il y eut des camps de concentration lors de l'occupation allemande en France (par exemple celui de Montreuil-Bellay... immense et encore en friche, où se voient des soubassements de baraques) il y en avait déjà en 1914-1918... mais établis par les autorités françaises.
A partir de mars 1915, les Alsaciens-Lorrains d'origine ou d'ascendance allemandes récentes, ainsi que les Sintés, "libérés" par la prise de Thann et de la région, furent triés et déplacés dans des camps de l'intérieur ou assignés à résidence. Voir Emmanuel Filhol : "Un camp de concentration français, les Tsiganes alsaciens-lorrains à Crest", Presses Universitaires de Grenoble, 2004... On peut aussi lire Camille Maire et un ouvrage sur les "Alsaciens-Lorrains otages en France" (Strasbourg, 1998). Sans oublier JC Farcy (aux éditions Anthropos-Economica, 1995). Allez, a ciao.
Pour rajouter une petite dose de culture "alternative", à défaut d'autre mot :

http://www.youtube.com/watch?v=cfFad3Y5M_4

Et les paroles :

Romanichels, Tziganes, Gitans ou Bohémiens
Manouches, Roms , Sinti, peuples venus de l'Inde
Nomade par le sang, le feu dans le campement
Vous êtes les Gitans, ça n'est pas délinquant

Tu roules vers le sud quand le froid te menace
La nature, les saisons, c'est la vie qui se passe
Avides de liberté, c'est votre identité
Les roulottes sont passées, les chiens ont aboyé

Gitan Gitan, une menace pèse sut toi.
Les gadgi, les hommes blancs, veulent te mettre au pas
Tzigane, Tzigane, tu joues les yeux fermés
Réveille-toi Manouche, les chiens veulent te tuer

Romanichel, Tzigane, Gitan ou Bohémien
Manouche, Rom, Sinti, où iras-tu demain ?
Les gadgi t'ont loué une décharge publique
La terre n'est à personne, ni aux juges, ni aux flics

TZIGANE, REVEILLE-TOI !
TZIGANE, LEVE-TOI !
TZIGANE
Une remise au point salutaire, surtout si on la couple à celle de Maître Eolas dont le lien apparaît plusieurs fois dans les forums.

En lisant cette chronique, j'ai repensé à un film irlandais que j'ai vu il y a très longtemps, mais si confidentiel que je ne le retrouve pas sur Gougueule et qui s'appelait, si je me souviens bien, "La Terre".
C'était une confrontation très âpre entre un père paysan pauvre et son fils qui voulait suivre une femme Tinker.

Les Tinkers ou Travellers sont des nomades irlandais pour lesquels on n'a pas pu faire le rapprochement avec les Roms, et qui font sans doute partie d'une ethnie arrivée dans les îles britanniques au moyen-âge.
Au fil des catastrophes politiques (Cromwell) et économiques (Grande Famine), cette population s'est grossie de paysans irlandais de souche contraints à abandonner leurs terres.
Et dans une dispute, dans le film, le père dit à son fils : "ce ne sont pas des gens bien, ils ont renoncé à leurs terres. Ils ont accepté de s'en séparer, de l'abandonner."
Et au cours du film, ce père mourra d'un infarctus alors qu'il cultive son lopin aride et stérile.

Tout cela pour dire que ça nous ramène quand même à une problématique très actuelle. Celle des sédentaires et des nomades sur une Terre mondialisée. Et les Roms sont en plein dedans Les agrandissements successifs de l'Europe sont une des composantes de la mondialisation sociale avec une financiarisation et l'émergence d'une élite mondiale complètement séparée des anciennes patries. Si cette tendance connaît des hauts et des bas, elle est visible dans la gentrification des centres villes partout dans le monde, lesquels se ressemblent de plus en plus, avec des magasins qui sont les mêmes partout.
D'autres tribus nomades sont en train de naître, entre autres les riches. mais c'est une tendance dans toute la société puisque dans les classes moyennes, on envoie de plus en plus volontiers ses enfants faire des études à l'étranger.

On n'est plus rattaché à la terre, l'urbanisation a déjà pratiqué cette rupture. Bien des gens au cours de leur vie, contrairement à leurs arrière-grands parents, changent de lieu de résidence. Notre grande nomadisation a commencé depuis longtemps, et aux USA, ce sont des populations entières qui se déplacent vers les endroits où il se trouve du boulot.

Dans ce contexte, cette criminalisation des Roms semble d'autant plus surréaliste.
Dans un monde qui se nomadise et du fait de l'élargissement de l'Europe, ces gens du voyage qui arrivent et sont dans un statut incertain, qu'on fait repartir tout en sachant qu'ils peuvent revenir, le fait de les contraindre à faire ce qu'ils savent faire, se déplacer, comme si c'était une sanction, n'a aucun sens. Tout cela semble tellement absurde.

Cela montre l'absence de points de repères à l'intérieur de notre monde, en France, qui est le pays universaliste par excellence, et du pouvoir UMP par-dessus tout (l'UMP est en train de jouer sa survie).
Nous avons tous peur de l'avenir, et plus que tout, nous avons peur du présent. Il y a un moment où il faut analyser en refusant de se voiler la face, et décider de ce qu'on veut. Et on n'est pas partis pour cela.
Une très intéressante photo signée anacla (qu'elle en soit ici remerciée) a été ajoutée au bas de la chronique, avant le cadeau bonus.
Comment fait-on pour faire parvenir une photo à Alain Korkos ? J'ai photographié récemment, dans une rue de Nantes, une variante de l'affiche Gitanes Cigarettes (Gitanes devenu Tziganes et cigarettes devenu charters) et j'aimerais bien la lui envoyer...
Merci
merci infiniment m'sieur Korkos pour cette chronique, qui donne finalement à réfléchir sur l'angle de vue à choisir pour appréhender le véritable voleur ...

d'un côté, le gitan, vu par les artistes et, pour exemple, formidablement mis en valeur par Kusturica : Le temps des gitans ou alors Valia et Aliocha Dimitrievitch (dont je garde précieusement mon vieux et tout grésillant 33T car jamais réédité pff) ;
et par de merveilleux textes tels : Gens du voyage :
«C’est auprès du feu, quand il ne peut plus marcher sur la route, que le Manouche voyage plus loin. Le vent lui raconte les paysages qu’il a traversés, les hommes qu’il a rencontrés, les espaces bordés de haies, les hérissons qui s’y cachent. Pour lui? le voyage ne s’arrête jamais»
phrase merveilleuse de Guillaume Apollinaire déjà postée sur un autre forum (lequel ?) par alain b. et qui m'avait particulièrement touchée.....

et d'un autre côté, le suprême, vu par les journaleux et formidablement mis en valeur par élysée.fr : il commence sa carrière par un "Casse toi pov'con" et on se dit que ça passera, que ça n'est pas si grave, que sa maman a simplement oublié de lui apprendre les bonnes manières !
mais il poursuit en insultant les gens, en les traitant de "racailles", puis se décide à sortir des cités pour aller insulter l'africain et lui dire qu'il n'est toujours pas entré dans l'histoire....
et voilà, ni sa maman ni personne ne l'arrête, alors il se sent tout-puissant et continue ; il stigmatise, il humilie, soutenu par sa clique besshortefesque et porté par les discours racistes d'un Guaino !
mais les élections approchant, il comprend qu'il ne peut pas continuer à traiter le quidam de pov'con alors il choisit un bouc émissaire ; il réfléchit et se dit que celui qui lui posera le moins de problèmes c'est l'éternel voleur de poules : le gitan...
et pour lui, entre autres, il créé des camps et le met en rétention avec toute sa famille, lui dont le seul crime est de vouloir travailler et gagner de l'argent pour vivre dignement....

et nous voilà, par la folie d'un homme mal élevé par sa maman, retombés dans les pires heures de notre histoire et malgré les avertissements de certains organismes tel Amnesty il continue à chartériser pour l'exemple, met en avant le mot "crime" pour bien justifier qu'il est du côté de la loi....

alors, petit à petit, insidieusement, une novlangue refait surface : le voleur d'âmes ne parle pas de "réfugiés économiques" mais de "sans-papiers", de "clandestins" ...
et on se souvient qu'il y a peu, dans les années 80, un de ses collègues de l'extrême droite avait inventé les mots de "propagateurs" et de "sidatorium" pour stigmatiser et exclure des malades de nos sociétés, "menace pour la sécurité et la santé publique"...
et si l'on remonte en des temps encore plus sombres un autre élu du peuple avait traité un peuple tout entier d'"untermensch" pour se donner le droit de l'exterminer, "menace pour la sécurité et la santé publique"....
Le racisme anti-roms :des discours semblables à ceux des nazis
"Le discours d'aujourd'hui contre les Roms est tout à fait semblable à celui qu'employaient les nazis et les fascistes avant que ne commence l'extermination de masse dans les années 1930 et 1940. On prétend à nouveau que les Roms sont une menace pour la sécurité et la santé publique. Aucune distinction n'est faite entre une poignée de délinquants et la majorité écrasante de la population rom. C'est une attitude honteuse et dangereuse."

et si le peuple français décidait de virer tous ses hortefeux qui reprennent des discours éculés pour justifier d'une politique honteuse, et ce avant qu'il ne soit trop tard ?....
si dès aujourd'hui on décidait de changer notre angle de vue sur les roms et autres gitans pour favoriser celui des artistes, plutôt que l'angle raciste et discriminatoire de la clique du suprême, pour redonner tout simplement sa place dans notre pays à ceux qu'on nommerait à nouveau "réfugiés économiques" et non plus "hors la loi", "menace pour la sécurité et la santé publique", ou autres voleurs de poules....
Je lis Eolas et je tombe sur l'article d'Alain Korkos.

J'espère que la lecture de cette article sera aussi intéressant, mais je fais confiance à AK.

Je retourne à ma lecture
Bah, je suis nouveau ici moi, mon abonnement est très récent (mais j'ai suivi ASI depuis le tout début à la télé pour ma défense !).

J'ai beaucoup aimé cet article.

J'habite dans le 93 et je croise souvent ces gens, dans le métro ou dans le tramway. Je crois qu'il en vit tout près de chez moi même, dans un parc. Si je n'étais pas aussi timide, j'irai vers eux. Ils ont ce je ne sais quoi qui m'a toujours fait envie : une espèce de dignité, de charisme. Peut être leur liberté, leur culture. Tout chez eux me donne l'impression d'être moi même fade et sans saveur. Je suis un pur produit de la culture occidentale capitaliste. Ils me le rappellent à chaque fois que je les croise.

Je les trouve beaux, tout simplement.

Bien entendu, j'idéalise. Ils doivent avoir leur lot d'ordures et de salauds. Mais c'est pas grave ; j'aime croire qu'ils sont les derniers représentants d'une humanité authentique.
France était là, la main tendue, un peu sceptique mais prête à offrir sa confiance.

Nicolas le diseur de bonne aventure, la détermination en bandoulière, lui promettait un radieux avenir : «moi, j'vais vous dire, m'ame,
c'est pas normal que yé d'un côté les francé qui travaillent honnêtement et de l'autre des individus qui s'en prennent aux forces
de l'ordre qui travaillent honnêtement. J'vais vous dire c'est une véritable guerre que nous allons livrer aux trafiquants et aux délinquants, m'ame !

France se détendit. Malgré ses principes ancestraux, elle était maintenant susceptible de rejeter sur autrui la responsabilité de ce qui la détruisait en interne.

Pour appuyer le propos de Nicolas et prolonger la diversion, son chien Fred aboya : «la question des étrangers est un problème majeur pour notre pays, wouarf !».

Un haut-le-cœur général parcourut les passants.

Le doute s'installa dans l'esprit de France.

Mais le mal était fait.
Pendant ce temps-là, Hortefeux avait subtilisé dans la poche droite de France la question judiciaire du financement de l'UMP et Besson l'Infidèle,
les soupçons de conflit d'intérêt.

France repartit, la haine au cœur, les poches vides.
Et Carmen, alors, elle sent le pâté ? ;-)
I'm the Gypsy, the acid queen.
I'll tear your soul apart

http://www.youtube.com/watch?v=LbZj7hyqo2c
On peut aussi écouter "Gypsies Lilt", musique écossaise pour luth du XVIIème siècle faisant référence aux égyptiens : gypsies...
Gypsies lilt - luth
Merci Alain.
ps : rien à voir mais ça m'a fait rire http://www.midilibre.com/articles/2010/08/27/A-LA-UNE-Brassens-vient-d-ouvrir-un-compte-email-a-Sete-1360816.php5,
Brassen's not dead ;)
Une excellente chronique qui permet de remettre l'actualité concernant les Roms, Ts(z)iganes, Manouches, Romanichels, Zintis, Yenish, etc... en perspective. Je la garde comme pièce à rajouter au dossier et je vais essayer de me procurer le livre François de Vaux de Foletier, qui semble effectivement être une mine d'informations. Et je dois dire que j'apprécie toujours autant la verve et l'éloquence de M. Korkos! J'espère que vous pourrez ajouter d'autres articles à ce thème!
Contrairement à un certain veilleur, je serais muette devant la Kro de Monsieur K. (Sauf que j'ai eu du mal à localiser les 2 bohémiennes avec chapeau faisant griller la viande au début, seule ou même avec votre gros plan : dur d'avoir la vue basse). Je remarque que les "Tziganes" femmes étaient déjà beaucoup plus "libérées" que [s]les bourgeoises[/s] celles de la "haute" se laissant passivement courtiser selon la carte du tendre. C'étaient des femmes libres, apparemment. Elles se débrouillaient pour chercher la pitance et nourrir leurs nombreux enfants. Pendant ce temps, les épouses des nobles se laissaient enfermer dans des ceintures de chasteté (là je fais un roman non ?)...

Enfin, brèfles... tout ça pour arriver au souvenir que vous avez fait remonter, A.K. sur l'importance du rôle de la femme chez les Tziganes/Gitans/gens du voyage etc. J'ai assisté à une cérémonie d'initiation franc-maçonnique dans une loge de "gens du voyages" (loge masculine dans une obédience masculine). Les nouveaux initiés, dans cette loge au rituel un peu spécial, reçoivent la lumière d'une femme, d'une "soeur". Vous pouvez chercher dans toutes les loges masculines, les divers rituels, les femmes n'ont aucun rôle dans les initiations !

Voilà qui en dit long sur la liberté en général et nos pauvres certitudes (enfin, pas les miennes).
Le gadjo Tino Grossi appréciait lui aussi [s]le cul de[/s] la culture gitane. Il aurait bien aimé se faire la "bohémienne aux grands yeux noirs" (avé les paroles).
Oh, une bien jolie rentrée Mr Korkos, j'espère que le temps des vacances était bon pour vous.
Joli traitement d'un sujet actuel mais intemporel aussi. Plaisant autant qu'instructif.
Notre monde nouveau stigmatise ces peuples qui nomadisent depuis la nuit des temps comme en témoigne en particulier leurs langues (et leurs noms selon les lieux). Je ne peux m'empêcher de faire le parallèle avec les touaregs (bien que leur histoire ne soit pas comparable).
Comme si le prix de la liberté était incommensurable....
Ce n'étaient peut-être pas des voleurs de poules, mais je ne pense jamais roulotte sans lui associer Fred.
à Louis Dumur.

DANS la plaine les baladins
S'éloignent au long des jardins
Devant l'huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s'en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours des cerceaux dorés
L'ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage


Guillaume Apollinaire
Ce qui m’impressionne en fait chez les Rom, Romanichels, Tzigane etc.. c’est leur faculté de résistance et d’adaptation.

Si on prend ceux de Roumanie par exemple :
=> Ils ont résisté à Hitler et au nazisme (soit dit en passant je pensais que le nombre de victimes Tziganes du nazisme était 1500000 et non 200000 comme affirmé… mais bon apparemment je me trompe …)
=> Ils n’ont pas été annihilé pas le communisme
=> Ni même par Ceaucescu !!
=> Donc Sarkozy peut vraiment s’accrocher et je pense même qu’il peut se mettre le doigt dans l’œil et bien profondément s’il croit qu’il s’en débarrassera…

Pour ces raisons, ça me les rend sympathiques.
Bravo pour cette chronique en tout cas.


Petites questions cependant « pas très catholiques » :
=> pourquoi cette philosophie de vie des Tziganes ?
=> Pourquoi ce « peuple » ne veut apparemment pas travailler ? ni même s'installer ?
=> La réputation de voleurs de poules est-elle vraie ? Idem pour la réputation de voleurs d’enfants ? de diseurs ou diseuses de bonne aventure ? de chapardeurs ?

En outre, je ne suis pas naïf. J’ai remarqué, par exemple, que certaines femmes dans le métro portent le voile assises dans les escaliers et affirment en boucle « fi sabil ellah, fi sabil ellah.. » qui peut se traduire par « à votre bon cœur et pour la voie de Dieu… » que des initiés connaissent.

J’ai donc décidé de demander (en arabe bien sûre) pourquoi cette personne en était arrivée là ? Réponse embarrassée toujours la même : « fi sabil ellah, fi sabil ellah.. ». Elle ne comprenait pas ce que je disais... Et pourtant elle portait le voile ce qui laissait présager qu’elle était très pratiquante et qu’elle devait maîtriser la langue arabe… Sinon, si elle n’était pas d’origine arabe, elle l’aurait dès-lors dit… Il y avait quelque chose de contradictoire là-dedans...

Il s’agissait en fait simplement d’une Rom déguisée d’un voile lui permettant d’être plus efficace dans la mendicité… notamment vis-à-vis des Musulmans.

Ah, ils sont forts ces Roms !!! Ils connaissent même des expressions typiquement religieuses de l’Islam.

Ils savent évoluer dans différents environnements et loin d’être asociaux, ils sont même très sociaux.

Enfin, effectivement certains jouent plutôt bien du violon… Bon j’en arrête là avec mes préjugés sans doute mais c’est ce que j’ai observé chez eux.

SEMIR
Petites questions cependant « pas très catholiques » :
=> pourquoi cette philosophie de vie des Tziganes ?
=> Pourquoi ce « peuple » ne veut apparemment pas travailler ? ni même s'installer ?
=> La réputation de voleurs de poules est-elle vraie ? Idem pour la réputation de voleurs d’enfants ? de diseurs ou diseuses de bonne aventure ? de chapardeurs ?


Ah, ils sont forts ces Roms !!! Ils connaissent même des expressions typiquement religieuses de l’Islam.

Enfin, effectivement certains jouent plutôt bien du violon…

Je trouve effectivement que ce sont des questions "pas très catholiques", surtout venant de vous, Sémir, bref, je n'aime pas votre post.
Enfin, peut-être faut-il toujours un "autre" à regarder avec condescendance ...

Vous voyez, moi, les "baladins" d'Apollinaire je les aime, (merci sgd j'avais pensé aussi à celui-là, sans le retrouver) ils me font rêver... Ils me donnent des envies de voyage et de musique. Ils sont beaux, parce qu'ils sont libres. Pauvres, chapardeurs sans doute, sans attaches parfois, artistes... Bref, nécessaires.
Quand j'étais petite, à l'école, nous recevions régulièrement des petites filles "romanichelles" (il me semble que c'est comme ça que l'instit les appelait). Elles ne restaient jamais longtemps. Mais elles étaient comme nous, à l'école, je ne me souviens pas qu'il y ait eu un quelconque rejet.
Qu'est-ce qu'elles ont pu me faire rêver, ces filles...juste en apprenant qu'elles n'avaient pas de domicile fixe mais qu'elles voyageaient en roulotte avec leurs parents! J'étais jalouse de leur liberté, moi petite fille empêchée par sa mère de s'approcher des "bicots" (eh, oui, ma mère s'exprimait ainsi), tout comme de copiner avec ces filles de voleurs de [s]poules[/s] cerises (nous avions deux cerisiers croûlant sous le poids des fruits). A côté de ça, ma mère me faisait faire le carême, et donner l'argent économisé aux curés pour les pauvres (blancs, j'imagine, dans l'esprit maternel).
Apparemment, les Roms, Tziganes, Gitans, trimballent depuis des siècles tous les fantasmes du mal judéo-chrétien (puisque j'ai lu que les Gitans avaient été mis à l'index de la société pour avoir fourni les clous pour la crucifixion de Jésus). Mais ils en ont fait rêver plus d'un... la preuve avec poèmes, imagerie et sonorités !
Mais pour moi, l'atmosphère la plus tzigane/gitane qui m'ait été donnée de ressentir, c'est "le temps des Gitans" et Ederlezi, la chanson balkanisée par Bregovic . J'ai vu l'opéra à La Bastille... j'ai pleuré et frissonné pendant toute la durée du spectacle !
Effectivement, votre témoignange correspond bien à ce que j'ai si souvent entendu "ne fréquente pas trop les bicots"...

Tiens, finalement une petite chronique sur les Maures, Sarazins, Arabes, Mahométans etc... serait sans doute intéressant...

SEMIR le bicot.
Je m'empresse de dire que je n'ai fait que désobéïr à ma môman ;o))!

Et que j'écris le français comme une vache espagnole (ou un Basque l'espagnol) : qu'il m'ait été donné, voulais-je dire (en parlant de l'opéra)
Vouais,

Ben dans ma Bretagne natale, on avait aussi très souvent des manouches de (bref) passage à l'école. Ce dont je me souviens c'est des petites frappes du collège qui disaient " c'est le bon moment pour la chourre, y a des termajis (c'est comme ça qu'on les appelle en breton), c'est eux qu'on va accuser!"

Et pis aussi une fois où je chevauchais tranquillement dans les dunes près d'un camp et que l'un d'eux se mit tout bonnement à me tirer dessus (mal) à la carabine! Au lieu de m'enfuir, j'lui ai galopé droit dessus, il a arrêté de tirer... Quand je lui ai demandé quelle mouche l'avait piqué il m'a dit que les gadjos qui montaient à cheval c'était rien que des bourges snobs et toussa... Bon, après quelques palabres on a sympathisé, et au final il m'a dit " Toi, si un jour quelqu'un t'emmerde tu viens me voir et je m'en occupe. Un jour au ranch on a gaulé le connard (du bled) qui nous ouvrait les pâtures et lâchait les chevaux dans la nature, j'te lui ai envoyé les manouches, ben il a plus jamais joué à ça.

L'un dans l'autre, c'est un peu des gens comme les autres, 20% de bons, 20% de cons, et 60% de moyens, ni plus ni moins.

Mais bon, les blondes sont bêtes, les juifs cupides, les noirs ont des grosses bites, chantent bien, et courent vite, les chinois mangent des chiens et des chats, les bretons sont alcooliques et les tziganes volent les violons... J'ai bon?
Vous pouvez toujours vous teindre les cheveux.
Vous parlez d'expérience?
Je croyais que c'étaient les Polonais qui étaient alcoolos ;o))... mais les "rosbeefs" sont pas mal non plus dans la bibine. ;o))
Et les normands, les nordistes, les Russes, les Amérindiens, bon le plus rapide c'est de lister ceusses qui boivent pô....

Vouais,



" , y a des termajis (c'est comme ça qu'on les appelle en breton), c'est eux qu'on va accuser!"


"termajis" , ce n'est pas du breton mais un terme reprenant les consonances du cri " Lanterne magique" que criaient les Romanichels qui venaient présenter dans les campagnes ce spectacle inconnu : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lanterne_magique
C'est noté! Je reformule: C'est comme ça qu'on les appelle dans le Finistère sud!
"..moi petite fille empêchée par sa mère de s'approcher des "bicots" (eh, oui, ma mère s'exprimait ainsi)"

"Je m'empresse de dire que je n'ai fait que désobéïr à ma môman ;o))!"

Puisque vous le dites...

Cependant, Il n'y pas pire hypocrites que les gens de gauche. Je les connais.

C'est du genre à la jouer "Nous, on aime bien les étrangers, les immigrés, les sans papiers", "Nous, on aime bien les Roms, les Tziganes" Comme s'ils faisaient de l'humanitaire.

En fait, ce sont de gros hypocrites condescendants qui les traitent comme des malpropres (en les traitant de bicots par exemple etc...) lorsqu'ils sont entre eux, pour rire ou bien en disant que cela vient d'un autre...

Ils ont besoin d'exister comme étant des bienfaiteurs.

En vérité ce sont en général des petits bourgeois complexés et mesquins qui cherchent à se rassurer en jouant aux bonnes âmes. Pour eux, les Roms, les immigrés, les sans papiers etc... ne sont que des "sous-hommes", à qui il faut donner des miettes, de bonnes bananes...

A l'UMP, c'est pas mieux, on la joue distingué en début de soirée avant de terminer à moitié bourré en racontant à qui veut bien l'entendre: "Le Pen, i'dit pas que des conneries."

Cherchez maintenant qui sont ceux qui semblent les plus désintéressés dans le spectre politique français ? Y en a pas beaucoup.

SEMIR
Pourquoi tant de haine, Semir ? Ma remarque était "légère"...
Ma mère était issue du petit peuple ouvrier et campagnard pour les générations précédentes. Elle avait peur de tout ce qui n'était pas comme elle.
C'est la peur et l'ignorance qui rend con. Après, les politiques s'en servent pour raser gratis.
Vous vous êtes sentie visée ?
;-)

SEMIR
[quote=clomani]Pourquoi tant de haine, Semir ? Ma remarque était "légère"...

En fait, Semir voulait apporter sa petite contribution à votre catalogue de sentences : :
- les blondes sont bêtes,
- les juifs cupides,
- les noirs ont des grosses bites,
- les chinois mangent des chiens et des chats,
- les bretons sont alcooliques,
- les tziganes volent les violons,
- et ...et les gens de gauche sont hypocrites !!!!

;o) ;o) ;o) ;o) ;o) ;o) ;o)
Et certains parlent pour ne rien dire... ça veut jouer aux avocats à trois balles mais ça n'a aucune réflexion.
N'est ce pas Julot ?

Continuez ça me flatte...

SEMIR
Cependant, Il n'y pas pire hypocrites que les gens de gauche.

C'est sûr que si la "gôche" aujourd'hui, c'est les rigolos du PS... Ceux qui en 2007 sont allés joyeusement "sur le terrain" de Sarkozy, cette cruche de Ségolène et son drapeau à la con, qui reprenait l'antienne sur la "sécurité"... La "realpolitik", qu'ils appellent ça ...

Gauche socialo et droite ont tous tenu les mêmes discours racistes sur le "problème" de l'immigration. Il n'y a qu'à regarder l'attitude des maires de gauche (haha)... la loi leur fait obligation de créer des aires d'accueil pour les "gens du voyage" dans les communes de plus de 5000 habitants ... La loi, ils s'assoient dessus : faut bien penser aux futures élections... Et les gitans ne votent pas, faudrait pour ça qu'ils soient inscrits...

Tout comme la plupart des habitants des banlieues "sensibles" : pourquoi voter pour des gens qui ne font rien pour vous ?

Pour moi, ce n'est pas ça, la gauche, la vraie. Et les vrais gens de gauche, ce n'est pas "dans le spectre politique français" qu'on les trouve... Désintéressés, les politicards, depuis le temps, ça se saurait. Tout ce qu'ils veulent, c'est une place au soleil... Ou plus trivialement, une bonne grosse part du fromage bien gras, sur notre dos.

Eva Joly ne dit pas que des conneries : elle propose que les "politiques" ne soient plus des "professionnels".
Je n'ai rien à redire de plus.
Fadela Amara, 0 bilan
Bernard Koushner = 0 comme prévu
Besson = 0 celui qui a retourné sa veste en pleine élection présidentielle !!!

Elle est où leur "ouverture" ?? Moi je sais mais je ne vous le dirai pas, je vous laisse imaginer...

Méfiez-vous des Manoual Valls, François Rebsamen, Gérard Colombs, Jean-Marc Ayrault etc...
Pour moi, cette gauche-là ou cette droite-là, c'est kif-kif.

Les mesures de Sarkozy contre les Roms et celle sur la déchéance de la nationalité (même contre ceux qui sont Français depuis 10 ans) ont été annoncée fin juillet 2010.

Vous les avez vu les gens de gauche (sauf Eva Joly) quand ils ont réagit ?? Fin août !! Normal, ils n'allaient pas gâcher leurs vacances !!
:-))

SEMIR
Merci pour cette magnifique vidéo...

La cronique d'Alain est fantastique de finesse et de sensibilité !

Pour ma part après avoir été fier d'être Français, j'ai senti mon enthousiasme baisser depuis Mitterrand, pour avoir totalement honte aujourd'hui...

Il faut dire qu'avoir laissé la garde de la République, de sa Constitution et de l'Esprit des Lumières à un type qui est en fait un Hongrois c'est une idée tellement mauvaise qu'il n'est pas surprenant de devoir en payer le prix aujourd'hui !

Parce qu'il a bien raison le "voyou de la république", le mal vient toujours des étrangers : il en est la meilleure preuve !

Allez, le nain, 300 € et reconduite à la frontière... Ah ! Bon ! Il attend son Airbus reconditionné à 180.000.000 d'€uros. Des clous, un charter pourrave fera l'affaire, comme tout le monde ! Le roi de la puszta is back, je parie qu'il va sauver la Hongrie (qui en a bien besoin...)

Quand on file le volant d'une voiture de course à François Fillon il la fout en l'air sur un seul tour de 13 kms...

Quand on file une République de plus de deux siècles à un Hun, il lui faut moins de trois ans pour la détruire !

C'est des rapides ces gars-là...

***
Très sincèrement Gavroche, je ne pensais pas dire mal.
Si j'ai pu blesser, qu'on me dise pourquoi ? Je m'en excuserais sans problème.

Je ne pense pas que mon post était négatif. J'y affirme même ma sympathie à leur égard. J'ai voulu réellement donner mon ressenti...

Par exemple, il existe des Roms au Brésil même (après recherche sur le net). Pourquoi, il n'y en a pas au Maghreb par exemple (ils ne sont présent qu'en Turquie...) ? Il s'agit vaiment d'une question que je me pose...

Cordialement.

SEMIR

ps. vous avez le droit de ne pas aimer mon post et je respecte ce choix... mais en aucun cas, je me permets de regarder les "autres" avec condescendance.
Me v'là rassurée alors. D'après vos autres messages sur d'autres forums, je m'étonnais quand même de vos propos.

Et oui, j'ai trouvé votre message blessant et condescendant. Le problème avec le "ressenti", c'est qu'on ne raisonne plus.
Et surtout, on continue à véhiculer, malgré nous parfois, de petites phrases assassines, même si elles n'ont pas l'air "d'y toucher".

Je m'explique en reprenant votre texte, n'y voyez aucune acidité de ma part, juste la volonté d'être plus explicite :

Petites questions cependant « pas très catholiques » :

Si vous dites ça, c'est que quelque part, vous savez (sentez) qu'elles ne sont pas "claires", pas humanistes, pas généreuses...

=> pourquoi cette philosophie de vie des Tziganes ?

Pourquoi poser cette question là ? Que veut-elle dire ?
La "philosophie de vie" de tous les humains, enfin je pense, c'est de vivre heureux, avec sa famille, selon son mode de vie, sa religion, ses passions, ses envies, et, le plus important, sa culture... Après, que le "mode de vie" soit différent, qu'est ce que ça peut faire ? Cela gêne qui ? Sédentaires ou voyageurs, pour moi, les êtres humains devraient avoir le droit de choisir. Et pouvoir aller partout sur terre. Il n'y a qu'un seul monde, dit Alain Badiou, et il a bien raison...

=> Pourquoi ce « peuple » ne veut apparemment pas travailler ? ni même s'installer ?

Les guillemets à "peuple" ne m'ont pas plu, c'est vrai. C'est mettre en doute que "les gens du voyage" sont effectivement un peuple, et très ancien. Ils parlent une langue, le romani. Quelque part, ils sont sûrement la partie qui reste vivante de nos lointains ancêtres "indo-européens"...

Et contrairement à ce qu'on croit (dit, répète, entend à la télé), la plupart d'entre eux se sédentarisent. Et vous savez sans doute dans quelles conditions ignobles on les parque, aux périphéries des villes, sur des terrains vagues, près des zones industrielles etc... Vous vous "installeriez", vous, sur le bord d'un autoroute ?

Et "travailler", ça va avec "s'installer", évidemment. Aller à l'école ça va aussi avec s'installer... Certains romanichels vivent depuis plus de vingt ans pas très loin du village ou je vis, au bord du Lot... Sans point d'eau. Mais les "riverains" ne veulent pas de "ces gens là" près de chez eux.

Un peu comme les "jeunes issus de l'immigration" parqués dans les "quartiers sensibles" : je déteste ces formules, que je trouve dégueulasses, à peu près autant que quand les prétendus politiques de gôche parlent "d'intégration"... Bref, dans notre monde, les pauvres, les bronzés, les "différents", les "autres", on ne les voit pas, on les expatrie "au-delà du périph..."

=> La réputation de voleurs de poules est-elle vraie ? Idem pour la réputation de voleurs d’enfants ? de diseurs ou diseuses de bonne aventure ? de chapardeurs ?

Vous feriez quoi, vous, pour simplement nourrir votre famille, si vous n'aviez strictement rien, ni salaire, ni aide sociale (pour la CAF, il faut que les gosses soient scolarisés, etc...) Et si vous aviez traversé les campagnes il y a cent ans, vous auriez volé une poule pour donner à bouffer à vos gosses... Et vous auriez dit la bonne aventure aux gogos ...

Ah, ils sont forts ces Roms !!! Ils connaissent même des expressions typiquement religieuses de l’Islam.

Mais tout le monde (enfin ceux qui en ont un peu dans le crâne) peut facilement connaître ces expressions. Quant au voile, pratiquement toutes les femmes roms que je connais portent un foulard sur la tête, comme souvent les grands-mères des pays de l'Est, comme ici, ou là... ... Et pourtant, les tziganes sont chrétiens... Mais que je sache, la vierge Marie elle-même est toujours représentée avec un voile...

Enfin, effectivement certains jouent plutôt bien du violon…

C'est un peu comme dire que les "italiens parlent avec les mains", ou "les noirs ont le rythme dans le sang"... C'est réducteur, au mieux, raciste, au pire.

Et en plus, c'est faux, ils jouent bien aussi de la guitare...

Le plus grand, Django
Mais aussi, Paco de Lucia
Et bien sûr, le plus connu, Manitas de Plata

Voilà, sans rancune, Sémir ...:-))
Ah me voici exorcisé par Gavroche, je n’ai plus un gramme d’intolérance, voire de racisme dans mon âme si tourmentée !
Gavroche si vous êtes rassurée, j’en suis heureux pour vous bien sûre.

1/
« Si vous dites ça, c'est que quelque part, vous savez (sentez) qu'elles ne sont pas "claires", pas humanistes, pas généreuses... »

=> Sérieusement ? j’ai simplement voulu faire attention à mes propos et me moquer de la fameuse phrase de Georges Frèche « il a une tête pas très catholique »… Je pense que mon ironie n’a pas plus à tout le monde. C’est pas grave, je suis bien dans mes baskets.


2/
« Les guillemets à "peuple" ne m'ont pas plu, c'est vrai. »

Il n’y avait pas de mépris de ma part dans ces guillemets. Il faut vraiment que je fasse attention à tout… Si je n’avais pas mis de guillemets cela aurait été trop affirmatif !!

Pourquoi ce « peuple » ne veut apparemment pas travailler ? je l’ai préféré plutôt que
Pourquoi ce peuple ne veut apparemment pas travailler ?

Je ne voulais surtout pas minimiser, ou même dénigrer par l’entremise de guillemets la notion de peuple Rom, Tzigane etc...


3/
« Et si vous aviez traversé les campagnes il y a cent ans, vous auriez volé une poule pour donner à bouffer à vos gosses... Et vous auriez dit la bonne aventure aux gogos ... »

Ça c’est sûre !!


4/
« Quant au voile, pratiquement toutes les femmes roms que je connais portent un foulard sur la tête, comme souvent les grands-mères des pays de l'Est.. »

On ne parle pas du même voile : je parle finalement plutôt du Hijab !! dont voici un exemple issu d’une chronique précédente
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2074

Il y a donc une grande différence avec les images de femme portant un fichu ou un foulard.



Je pense maintenant Gavroche que vous avez été très donneuse de leçon. Je ne vous en veux pas. Je suis sans rancune.
J’ai bonne conscience. Il est vrai qu’il est très confortable pour vous de vous positionner en tant que l’immaculée d‘@SI.

La chronique était très intéressante, j’aurais aimé aussi que vous mettiez en avant le fait que j’eus dit que j’avais de la sympathie pour eux, que j’admirais leur résistance et leur adaptation etc…

J’avais bien compris leur désir de liberté et le fait qu’ils vivent « sans chaîne » (attention guillemets !!) contrairement à nous autres.

Je vous souhaite une bonne fin de week-end.


SEMIR victime d'une police de la pensée ? :-))
Réponse à la victime de la police de la pensée, de la part de l'immaculée d'@si, en mp... :-))

Flic et immaculé, ça existe ?
Hello Gavroche,

Pour être encore plus clair.
Oui je pense que mon post n'est pas le meilleur.

Mais je ne vous en veux absolument pas, bien au contraire. Immaculée signifie "sans tâche" et je voulais signifier que personne ne peut être sans tâche...

Allez on s'embrasse ??!!

@ la prochaine Gavroche

SEMIR qui s'excuse si ses propos ont blessé ou heurté
Allez on s'embrasse ??!!

Ben oui, si on se parlait un peu plus, entre nous, les vrais gens, et si on virait les politiques pour prendre notre vie en mains nous mêmes, le monde tournerait mieux... Vous avez déjà vu les gamins de maternelle jouer entre eux, enfants de toutes les couleurs ? Ils n'ont même pas besoin de parler d'ailleurs, ça vient tout seul, l'amitié.

Tiens j'ai trouvé ça sur Mediapart, je copie-colle, l'accès étant payant, et j'ai mis en gras les passages qui m'ont plu :

Fin juillet, quelque deux cents personnes se sont réunies dans la commune de Corrèze où des jeunes gens avaient été interpellés, le 11 novembre 2008, lors de l'enquête « antiterroriste » ouverte après le sabotage de lignes TGV. La réunion a eu lieu à la ferme du Goutailloux, à Tarnac, en présence notamment de personnes toujours mises en examen dans ce dossier.

Pendant une semaine, les participants - venus des Etats-Unis, d'Europe et de France – ont cherché à « analyser la situation politique actuelle et élaborer ce que serait une sortie bouleversante de l'ordre présent ». De cette assemblée estivale a émergé un texte, que Mediapart publie aujourd'hui :

Tarnac, été 2010

Il se lève et dit : « La contre-insurrection n'est pas seulement la doctrine d'intervention des armées occidentales en Afghanistan, c'est la nature même de tout gouvernement. La mise en circulation de tel ou tel « élément de langage », l'urbanisme, la distraction organisée, les fables de l'économie, tout provient de la crainte de perdre le contrôle des populations. » Elle lui répond : « Chez nous, le gouvernement a tellement peur, avec la crise, que les gens commencent à s'organiser par eux-mêmes, qu'il contraint les chômeurs à faire des ateliers de réparation gratuite de vélos dans la rue, à récupérer les objets usagés et à patrouiller avec la police. On occupe le terrain préventivement. »

Quelques heures plus tard, une fournée de pain plus loin, un autre : « Moi, ce qui m'étonne, depuis l'automne 2008, c'est qu'une telle crise du capitalisme ait suscité à ce jour, hormis en Grèce, si peu de mouvements. Il y a dix ans il y avait tout un mouvement « antiglobalisation » qui attaquait le système alors que celui-ci se portait plutôt bien, et maintenant que tout donne raison à ce mouvement, il n'y a rien qui se lève, et si peu qui se tente. Que, dans ces moments, chacun se cramponne à sa position sociale menacée est bien compréhensible, mais que militants et activistes restent confortablement installés dans leur rôle social minoritaire, qu'au lieu de s'interroger sur leur soudaine paralysie, ils préfèrent considérer que tout leur donne raison et qu'ils n'ont qu'à continuer à parfaire leur posture radicale sur les sites web spécialisés ou à siroter leur bière à la terrasse des cafés branchés, voilà ce qui est proprement hallucinant. »

Une autre encore : « Il n'y a plus d'argent, il n'y a plus de travail. La seule chose à faire, c'est de nous approprier les techniques et les moyens de survivre, et non seulement de survivre, mais de vaincre. Bien sûr, il y a une police globale qui est payée pour protéger cette immense tristesse qui a reçu le nom d' « économie », et cette sorte de conspiration de la bêtise que l'on appelle « capitalisme ». C'est évidemment une grande opération sémantique que de nommer « terroristes » ceux qui ont encore le front de se réunir internationalement pour chercher des réponses aux questions que tout le monde se pose, mais isolément, chacun chez soi.

Comment ne pas se laisser affamer par les gouvernements? Comment défaire l'engrenage policier mondial? On peut bien nous traiter en terroristes, cela ne sert à rien. Il est évident qu'il n'y a pas de « nous »; n'importe qui se retrouverait comme nous le faisons ces jours-ci se poserait les mêmes questions et arriverait sans doute aux mêmes réponses : il faut former partout non pas des assemblées constituantes pour représenter le peuple, mais des assemblées locales pour arracher aux structures et aux dispositifs de pouvoir tout ce qui rend la vie possible et qu'ils ont capturé : les moyens matériels autant que l'aptitude à communiquer, et la capacité à nous défendre aussi. Nos vies sont la matière première de leur pouvoir. Si nous les reprenons, si nous cessons de demander la permission, si nous réglons nos affaires par nous-mêmes, si nous nous organisons d'égal à égal pour rompre les dépendances qui nous affligent, aucune lutte contre la folie régnante ne pourra plus être ramenée à l'autogestion de la misère. »

Et celui-ci, là, devant, qui vient d'arriver : « Si l'on regarde les cycles économiques en Occident depuis quarante ans, on se rend compte que c'est une alternance de crises et de reprises, de crises toujours plus fortes et de reprises toujours plus faibles. L'effondrement actuel n'est pas circonstanciel, il est durable. » Et celle-ci qui dit, le dernier jour : « Il faut qu'on fasse un communiqué pour dire à tous ceux dans le monde qui ne se sont pas résignés à l'horizon du désastre, que nous nous sommes retrouvés, que nous ne cédons pas à la peur, que les campagnes d'intimidation menées sous couvert d'antiterrorisme échoueront finalement dans le grotesque, que le moment est venu de quitter toute position défensive. »

C'est une étrange assemblée. Deux cents personnes, des gens de partout, de partout en Europe et de plus loin encore. Difficile de dire ce qui les réunit là, à Tarnac, pour cette semaine de travaux, de discussions dans toutes les langues, et de fête; pour cette semaine de vie commune, studieuse, enivrée, joyeuse. Il faut être un peu fou, éprouver une inexpiable confiance dans l'avenir de la révolte ou se foutre complètement des manigances policières pour décider d'aller se réunir là, dans un des lieux les plus grillés de France et y deviser sérieusement sur les possibilités révolutionnaires du présent. C'est donc ce que nous avons fait. Nous savons que de nouvelles rafles se préparent dans ce que les services de renseignement et les gens mal renseignés nomment « l'ultra-gauche ». On ne nous acculera ni à la clandestinité, ni à la retraite. Nos raisons sont dans toutes les têtes, et nos aspirations dans tous les coeurs.

Du fond de la grange, une voix commente : «Vous nous réprimez, vous nous renforcez. Vous ne nous réprimez pas, nous nous renforçons. Seigneurs de ce monde, vous êtes cuits! »
M..., j'ai loupé ça !!!
@SEMIR

Les BALADINS ont une Histoire . ( Lire la synthèse de Maître EOLAS : http://www.maitre-eolas.fr/ )

C'est une Histoire d' Hommes restés debout .
Jamais en esclavage .
Très bien, merci. Lisez attentivement mon post quand même et vous verrez que je ne dis pas l'inverse de ce que vous dites 24 heures après...

Cordialement.

SEMIR
Désolée ( même pas vrai ) d'être en retard de lecture de mes @sinautes préfèrés :-))
J'ai réagi à ceci :

"J’ai donc décidé de demander (en arabe bien sûre) pourquoi cette personne en était arrivée là ? Réponse embarrassée toujours la même : « fi sabil ellah, fi sabil ellah.. ». Elle ne comprenait pas ce que je disais... Et pourtant elle portait le voile ce qui laissait présager qu’elle était très pratiquante et qu’elle devait maîtriser la langue arabe… Sinon, si elle n’était pas d’origine arabe, elle l’aurait dès-lors dit… Il y avait quelque chose de contradictoire là-dedans...

Il s’agissait en fait simplement d’une Rom déguisée d’un voile lui permettant d’être plus efficace dans la mendicité… notamment vis-à-vis des Musulmans.

Ah, ils sont forts ces Roms !!! Ils connaissent même des expressions typiquement religieuses de l’Islam
"

Pour se convertir à l'Islam , on doit , certes , lire le coran en arabe , mais il n'est pas exigé de devenir arabophone , ni même , d'ailleurs , de comprendre l'arabe lu et entendu .

Je maintiens mon commentaire . Le respect dont vous faites preuve vis-à-vis de cette communauté est évidente , mais j'ai vu poindre la condescendance .

avec le sourire de mona
Désolé aussi (même pas vrai) de ne répondre que maintenant.

"Pour se convertir à l'Islam , on doit , certes , lire le coran en arabe.." ah bon ??
Vous m'aprenez une chose...

"...j'ai vu poindre la condescendance .

avec le sourire de mona
"

Je vous fais la bise avec votre permission !!

SEMIR qui pourtant ne voulait pas être condescendant...
J'accepte le bisou , SEMIR .

Le 4 septembre , manifestation partout en France contre la xénophobie .
A Troyes , ce sera devant la Préfecture , dans la dignité , Debout ! les Hommes et les Femmes atterrées de la conduite de ce gouvernement de la honte . Debout contre une propagande de la haine de l'Autre , contre la bêtise humaine poussée à son paroxysme ,
contre ce président vilain petit canard jamais devenu cygne , dont la haine de soi et l'âme éteinte le dressent contre tout Humanisme , contre les serpillères et les prédateurs qui l'encouragent et le suivent .

Toutes les différences doivent se retrouver sur la place de votre ville , de votre village , pour réclamer ces lendemains qui chantent quand on se respecte les uns les autres , quand la Solidarité n'est pas charité et mépris .
Points de rassemblement, dans chaque ville, pour la manifestation du 4 septembre (liste incomplète)
http://www.humanite.fr/27_08_2010-points-de-rassemblement-dans-chaque-ville-pour-la-manifestation-du-4-septembre-452212
Chose promise @Mona
Smacs !!

SEMIR
[large]Effectivement, certains jouent bien du violon![/large]

http://www.youtube.com/watch?v=G-yTbkk06-s&feature=related
Dans un autre genre:
http://www.dailymotion.com/swf/x76xcf
(Montand, mon pote le gitan)

Et aussi
http://www.youtube.com/watch?v=iU1LN01Kahw&feature=related
(Aznavour, les deux guitares.)

(Pffff, faudra qu'on m'explique comment modifier le texte de la référence du lien... )
Et aussi le Gitan de Daniel Guichard !!!

même si la même personne a chanté pour le Front National...

SEMIR
Ben oui...
Mais bon, ce compliment a été interprété comme de la condescendance...

SEMIR
Me suis régalé.
C'était bon comme de la vieille mimolette, du pain et du bon vin !
déjà autant dans les tableaux suivant je suis d'accord on voit qu'elles volent l'homme, autant dans les deux premiers, c'est votre interprétation Alain, personnellement aucun éclat d'or ou d'argent ne brille sur le doigt du jeune homme,pas sûr que ce soit un vol donc mais peut-être une vraie lecture des lignes de la main.

Et joli contresens aussi sur Tintin, rien à voir avec ce que vous dites

"Aujourd'hui, on n'extermine plus les Roms qui salissent nos terrains vagues et nos décharges publiques. On les renvoie au loin, gentiment. Mais on apprécie leur culture, hein ! On adore leur(s) musique(s) nostalgique(s)."

vous auriez pu choisir un autre exemple pour illustrer votre propos, car si justement il ya une bd où le roms est mis en valeur et défendu avec humanisme c'est bien dans ce Tintin, les bijoux de la Castafiore, où les vrais voleurs se retrouvent être non pas les Roms qui ont réellement trouvé tout ce qu'on leur reproche d'avoir volé mais des voleurs d'image (les paparazzi du magasine à scandales), des voleurs de bien (la pie gazza ladra ;)) et des voleurs au sens menteur (le pianiste qui trompe son monde pour aller au bar et ne plus répéter à l'envi ses gammes).

Il suffit pas de lire une Bd et de l'utiliser, encore faut-il aussi en comprendre le sens. Bref, vous auriez pu prendre un autre exemple figuratif pour illustrer votre propos car celui là bien qu'il soit célèbre et parle à tous ne correspond absolument pas à ce que vous voulez démontrer.

Dans une lecture encore plus profonde de l'oeuvre, les Romanichels représentent aussi la part enfoui de l'aventure que Tintin ne vit plus, ne vit pas dans cet album, où la seule prise de risque se limite à éviter une marche cassée et poursuivre des méchants qui s'avérent n'être que des vulgaires journalistes avide de scandales. (Album qu'on peut d'ailleurs mettre en parallèle fortement avec le dernier opus d'Indiana Jones, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal dans lequel un propos similaire sur la nostalgie de l'aventure et de l'histoire est défendu, doublé d'un constat sur la vieillesse).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.